Nouvelle réédition sur le site Socius – Alain Viala, “Effets de champ et effets de prisme”

Héritier critique des théories de Pierre Bourdieu, Alain Viala a eu à coeur de provoquer la rencontre entre la réflexion sociologique, l’histoire littéraire et les outils d’analyse des textes. C’est le cas, de façon emblématique, dans son article bien connu “Effets de champ et effets de prisme” (1988), que nous rééditons aujourd’hui.

Le texte est à lire ici.

Parution – “Littérature et sémiotique: histoire et épistémologie”

Signata n°5, 2014 : “Littérature et sémiotique: histoire et épistémologie”
Dossier dirigé par Jean-Pierre Bertrand, François Provenzano & Valérie Stiénon

ISSN 2032-9806

384p.

Prix : 30EUR.
Présentation :

La question des liens entre sémiotique et littérature amène à poser un regard rétrospectif sur une période qui paraît aujourd’hui révolue. L’émergence de la sémiotique comme discipline institutionnalisée est en effet contemporaine d’un profond changement de paradigme dans les approches du texte littéraire. Au cours de la décennie 1960, la rencontre entre sémiotique et littérature produit, en un temps très bref, un nombre considérable de concepts et d’instruments d’analyse, qui vont de la théorie du dialogisme et de la polyphonie à la sémanalyse en passant par la narratologie et la sémantique structurale. L’objectif de ce dossier est de saisir cette rencontre dans la perspective d’une histoire des idées, en éclairant ce qui, dans la conjoncture des années 1960, a pu favoriser la convergence, avant de la rendre caduque ou obsolète. Une place est également réservée aux témoignages pour laisser entendre, dans un souci d’historicisation, la voix d’acteurs importants de ces années sémio-littéraires: Philippe Hamon, le groupe Mu, Marc Angenot.

 

Dossier

1. La littérature, c’est la sémiotique

Sémir Badir, Qu’est-ce qu’un thème ? Une approche sémiologique
Pascal Durand, Sens et signification dans l’esthétique de Mallarmé

2. Héritages et continuités de la sémiotique textuelle

Gianfranco Marrone, L’âge d’or de la sémiotique littéraire, et quelques conséquences théoriques
Christine Chollier, Textual Semantics and Literature: Corpus, Texts, Translation

3. Lire et voir
Bernard Vouilloux, La description de l’œuvre d’art : un double défi pour la sémiotique du texte littéraire
Denis Bertrand, Le texte et le tableau. Zola, L’Œuvre. Cézanne, l’œuvre

4. Disciplines / Frontières
Pierre Popovic, De la semiosis sociale au texte : la sociocritique
Nathalie Roelens, Sémiotique urbaine et géocritique
5. Applications
Hamid Reza Shairi et Somayeh Kariminejad, Pour une sémiotique de l’alerte. Les conditions sémiolittéraires de l’éveil du corps
Amir Biglari, L’espoir dans Les Contemplations de Victor Hugo : « Ce que dit la bouche d’ombre »
Houda Landolsi, Suzanne et les mères : une histoire d’amour et de mort.. Une lecture sémiotique de La Religieuse de Diderot
Entretiens

Philippe Hamon, De la structure du personnage à la structure de l’image
Groupe µ, Des figures à la perception
Marc Angenot, Du discours social à l’histoire des idées
Varia

Anna Cabak Rédei, Cognitive and Semiotic Aspects of Endings in Self-Narrations: the Example of Germaine de Staël
Marie Renoue, Voir l’altérité ? De l’outrenoir et de la vie artificielle

 

http://www.presses.ulg.ac.be/jcms/c_14947/signata-volume-5-annales-des-semiotiques

Adresse : Université de Liège Service de Sciences du langage et Rhétorique Place Cockerill, 3-5, bât. A2, B-4000 Liège

Appel à contributions – ” La collection, fabrique éditoriale des oeuvres pour la jeunesse: l’apport des archives”?

Bonjour,

Serait-il possible de diffuser sur Socius cet appel à contributions pour le n°10 de la revue en ligne Strenae: “La collection, fabrique éditoriale des oeuvres pour la jeunesse: l’apport des archives”?
Très cordialement.
Marie-Pierre Litaudon

Parution – “Régionalismes littéraires et artistiques comparés”

Aurélien Boivin, Hans-Jürgen Lüsebrink et Jacques Walter (dirs)

Régionalismes littéraires et artistiques comparés
Québec/Canada – Europe

PUN-Éditions universitaires de Lorraine, coll. Questions de communication • Série actes, 2015, 308 pages, 20,00 €

Pour commander

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100314990


Présentation

Issu d’une coopération interdisciplinaire et internationale, ce volume présente le phénomène du régionalisme dans une triple perspective. D’abord ses formes d’expression culturelles, en particulier littéraires et artistiques, souvent négligées aux dépens des dimensions politiques, économiques et administratives. Puis des questionnements comparatistes visant à mettre en lumière les aspects convergents, mais aussi divergents et spécifiques, des régionalismes au Québec, au Canada et en Europe. Enfin, des relations entre les différentes manifestations du régionalisme, reliées entre elles par des filiations et des transferts culturels, en particulier entre la France et le Québec, mais aussi entre d’autres aires.


Sommaire

Aurélien Boivin, Hans-Jürgen Lüsebrink, Jacques Walter – Penser les régionalismes littéraires et artistiques

Approches théoriques et conceptuelles

Armin von Ungern-Sternberg – Qu’est-ce que le régionalisme littéraire ?
Gertrude Cepl-Kaufmann – Aspects d’une exploration comparatiste de l’histoire culturelle des régions
Günter Scholdt – Le régionalisme littéraire dans la zone transfrontalière franco-allemande. Contribution à l’édification d’une typologie
David Karel – Trois entraves à l’étude du régionalisme

Régionalismes transatlantiques

Michel Grunewald – D’Anthinea à L’étang de Berre. Régionalisme et nationalisme chez Charles Maurras
Olivier Dard – Régionalisme et politique : l’exemple de la Jeune Droite de l’entre-deux-guerres au début des années 50
Aurélien Boivin – Régionalisme transatlantique : Henri Pourrat, René Bazin, Charles-Ferdinand Ramuz et Damase Potvin
Brigitte Nadeau – Albert Tessier, intermédiaire culturel entre le régionalisme de Frédéric Mistral et le Canada français

Ancrages socio-culturels des régionalismes

Maurice Lemire – Aspects comparés du régionalisme français et canadien-français
York-Gothart Mix – La référence socioculturelle régionale dans les calendriers populaires germano-américains du XVIIIe et du XIXe siècles
Hans-Jürgen Lüsebrink – Identité régionale et médias populaires : espace régional, mémoire historique et modernité culturelle dans les almanachs canadiens-français, 1918-1939
Kenneth Landry – « Other days, other ways » : la diffusion de quelques « classiques », du régionalisme littéraire québécois par des traductions anglaises, 1921-1929
Denis Saint-Jacques, Marie-Josée des Rivières – Une nouvelle phase du régionalisme littéraire canadien-français
Hélène Destrempes – Régionalisme et différenciation identitaire dans les écrits acadiens (1880-1930)
Christophe Bardin – L’Art nouveau et la question identitaire régionale. L’exemple de l’École de Nancy
Frank Wilhelm – Le projet des Cahiers luxembourgeois et ses manifestations littéraires dans l’entre-deux-guerres : une tentative d’élever le discours régionaliste au niveau d’un discours international
Jacques Walter – La dynamique lorraine de l’édition de témoignages sur le camp de la Neue Bremm en 1945

Abstracts

Appel à communications – colloque MICM-arc 2015

Le projet de recherche MICM-arc, implanté à l’Université libre de Bruxelles (micmarc.ulb.ac.be), organisera en octobre 2015 un colloque sur le thème : « Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles) »

La deadline pour les propositions de communication est fixée au 15 mars

prochain.

Je joins l’appel à communications en français et en anglais.

Call for Papers – MICM-arc conference 2015 Appel à communications – colloque MICM-arc 2015

Tatiana Debroux, pour MICM-arc

Parution: Clément Dessy, “Les écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture”

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de Clément Dessy, Les écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. “Art et société”, 2015., 282 p. 29,00 EUR. ISBN 978-2-7535-3617-3 .

Veuillez trouver ci-dessous la présentation de l’éditeur et le lien vers l’introduction disponible en ligne. Et, ci-joint, le bon de commande.

Présentation de l’éditeur :

Clément Dessy montre comment les relations privilégiées des Nabis avec le monde littéraire (Jules Renard, Alfred Jarry, André Gide, etc.) leur ont permis de se distinguer par l’illustration du livre et la rénovation de la mise en scène théâtrale. En retour, cette expérience a transformé la conception de certains écrivains sur leur propre art. L’ouvrage, de grand format, richement illustré par les œuvres des Nabis (Pierre Bonnard, Maurice Denis, Félix Vallotton, Edouard Vuillard, etc.), retrace cette rencontre entre littérature et peinture à la fin du XIXe siècle, en exhumant diverses sources documentaires.

Avec une préface de Patrick McGuinness .

Prix du musée d’Orsay 2012.

Clément Dessy est chargé de recherches au FNRS et maître d’enseignement à l’Université libre de Bruxelles. Codirecteur de la revue COnTEXTES , il prépare actuellement une édition des écrits de Fernand Khnopff et poursuit des recherches entamées à l’Université d’Oxford sur les liens littéraires et artistiques entre la Belgique et la Grande-Bretagne. Diplômé en lettres et en histoire de l’art, il s’intéresse à l’histoire sociale du littéraire, aux interactions entre arts et littérature et aux transferts culturels internationaux.

Sommaire :

* – Présence littéraire des Nabis
* – L’attrait de la nouveauté
* – Repenser le rapport entre peintres et écrivains
* – Relier la diversité
* – Voir par l’écriture
* – Annoncer la couleur
* – Filer l’arabesque
* – Le rythme décoratif

BC Les écrivains et les nabis

Lire l’introduction : http://www.pur-editions.fr/couvertures/1423757656_doc.pdf

Url de référence : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3739

Appel à contributions – “Patrimoines”

Appel à contributions

Cahiers internationaux de symbolisme

Numéros 140-142. (à paraître en 2015)

PATRIMOINES

 

 

Volet 1 : Patrimoine et création contemporaine

 

Dans cette partie, il s’agit d’interroger :

  • les modes ou les types de relations entre le patrimoine et la création contemporaine (rupture, continuité, répétition, …) ou, formulé autrement, les différents types de processus créatifs en tant qu’ils mettent chaque fois en jeu un rapport particulier au passé ;
  • les phénomènes de muséification, notamment dans le cas du bâti (la muséification des villes est-elle seulement liée aux pratiques de conservation du patrimoine ou est-elle intrinsèquement liée à certaines pratiques créatrices fonctionnant sur le modèle de la rupture ? A-t-on toujours pensé la création à partir du critère de novation ? En quoi ce critère affecte-t-il notre perception du patrimoine ?) ;
  • les « destructions » (qu’est-ce qu’on « peut » détruire pour construire ? Qu’est-ce qu’on « peut » oublier ? Pourquoi ? Suivant quels critères ?) ;
  • les interventions créatives sur le patrimoine, dans le cadre de transformations, de changements d’affectation ;
  • la ré-invention du patrimoine : le patrimoine est-il figé ou, au contraire, est-il réinventé ? Comment évolue-t-il ? Comment dure-t-il ?

 

Volet 2 : Les technologies numériques transforment-elles notre rapport au patrimoine ?

 

Dans cette partie, il s’agit d’interroger :

  • les technologies numériques comme outils de découverte, d’information, de scénographie (l’exemple le plus classique est celui de la « réalité augmentée » qui transformerait en les décuplant nos perceptions du patrimoine) ;
  • les bouleversements de la médiation culturelle ;
  • les transformations dans les domaines de l’archivage et de la conservation du patrimoine, qui ont parfois légitimé des destructions planifiées, au nom de l’existence de traces photo- ou vidéographiques.

 

Volet 3 : Patrimoine et collectivité, volet socio-politique

 

Dans cette partie, il s’agit d’interroger :

  • les pratiques socio-culturelles des collectivités : de quelle façon les pratiques récentes de conservation du patrimoine ont-elles transformé les pratiques socio-culturelles des collectivités ? La conservation permet-elle de créer du lien entre les habitants et le patrimoine, notamment par sa mise en valeur ? Dans quelle mesure la conservation, lorsqu’elle devient muséification, assigne-t-elle des rôles aux habitants, rôles qui risquent de les déposséder de leur propre passé ?
  • les modes de gouvernance. À qui appartient le patrimoine ? Quels sont les nouveaux experts du patrimoine ? Qui décide ? Autant de questions portant sur le lien entre patrimoine et démocratie.

 

 

Dès réception de cet appel, vous pouvez contacter Damien Darcis, Pierre Gillis ou Catherine Gravet qui recevront volontiers vos propositions de textes (en moyenne 40.000 signes – voir présentation des articles et références bibliographiques dans nos précédents numéros).

Nous souhaitons fixer le sommaire au printemps 2015.

D’avance merci de votre diligence.

Damien.darcis@umons.ac.be

Pierre.gillis@umons.ac.be

Catherine.gravet@umons.ac.be

 

 

Appel de textes – Mémoires du livre / Studies in Book Culture volume 7, numéro 1

Bonjour,

 

Vous trouverez en pièce jointe l’appel de textes pour le prochain numéro de la revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture. Ce 13e numéro s’intitulera « Une fabrique collective du patrimoine littéraire (XIXe-XXIe siècles). Les collections de monographies illustrées / A collective  factory of literary heritage (XIXth-XXIst centuries): The collections of illustrated monographs», et sera sous la direction de David Martens (Université de Louvain – MDRN) et de Mathilde Labbé (Université Paris Sorbonne).

Mémoires du livre_vol. 7 no 1_Appel de textes-Call for papers_Automne 2015

Veuillez noter que vous avez jusqu’au 15 mars 2015 pour soumettre un article.

 

Cordialement,

 

Josianne Dubé

Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec
Université de Sherbrooke
J1K 2R1
(819) 821-8000, poste 67696

 

 

 

Parution “La bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?”

Chers collègues,
L’ouvrage La Bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ? est disponible aux éditions de la Bibliothèque Publique d’Information du Centre Georges Pompidou en Open Access sur la plateforme Open Edition Books. Accueillant des articles signés Sylvain Aquatias, Xavier Guilbert, Éric Maigret et de moi-même (directeur d’ouvrage), il exploite la vaste enquête se focalisant sur la lecture de bandes dessinées diligentée par le Ministère de la Culture et la BPI afin de poser nombre de questions.
  • Comment penser les pratiques de lecture au regard de la bande dessinée
  • Quel modèle pour la transmission du goût d’un art encore méconnu ?
  • Comment achat, emprunt et nouveaux modes de diffusion du livre se combinent-ils dans le cas de la bande dessinée ?
  • Nos traditionnelles hiérarchies culturelles ne sont-elles pas caduques au regard de la bande dessinée ?
  • Quelles médiations pour un art qui est encore largement ignoré par nos traditionnels relais culturels ?
  • N’assistons-nous pas à l’émergence d’une nouvelle culture de l’image ?
Nous espérons apporter des éléments de réponse à travers un ouvrage disponible ici : http://books.openedition.org/bibpompidou/1671
Benoît Berthou
Université Paris 13, membre du LABSIC

La bande dessinée ne constitue-t-elle pas une véritable énigme ? Longtemps considérée comme un « art populaire », elle s’est imposée auprès de nouveaux publics à travers des formes et des genres issus de la littérature ou de l’essai. Longtemps connue à travers un mode de création et de publication (l’album « franco-belge » en couleur), sa popularité a crû à travers d’autres formats et une ouverture culturelle qui fait figure d’exception au sein du monde du livre. Rédigé par des spécialistes des pratiques culturelles et de la bande dessinée, le présent ouvrage entend résoudre ces énigmes. Il s’appuie sur la première étude statistique de fond sur les lecteurs de bande dessinée commanditée en 2011 par la Bpi et le DEPS. À travers l’analyse de ses transmissions, circulations et prescriptions, des profils de ses lecteurs et de leurs rapports avec d’autres modes d’expression, il permet de cerner la place qu’occupe la bande dessinée au sein de notre culture et montrer en quoi elle éclaire d’un jour nouveau notre paysage médiatique contemporain.

 

Table des matières

La lecture de bandes dessinées : quelle étude ?

Benoît Berthou et Jean-Philippe Martin

1.Une lecture placée sous le signe du malentendu ?

2.La bande dessinée : un objet d’étude négligé ?

3.La bande dessinée : quelles investigations

 

I. Profils de lecteurs, profils de lectures

Christophe Evans

1.Extension du domaine de la bande dessinée et recul des pratiques de lecture

2.Profils de lecteurs : le poids des variables traditionnelles

  • Âge et génération : les trois temps de la lecture de bandes dessinées
  • Volume, régularité de lecture et attachement à la pratique en fonction de l’âge
  • Effets d’âge et de génération sur la sous-population des lecteurs de bandes dessinées
  • Hommes et femmes face à la BD : permanences et changements
  • Le roman graphique : une catégorie féminine ?
  • L’influence du niveau de diplôme et de la profession

3. Profils de lectures

  • La lecture de bandes dessinées dans l’ordre des lectures : éclectisme et proximité avec le livre
  • Taux de lecture des différents genres de BD
  • Taux de lecture des différents genres selon l’âge
  • Estimation des « parts de lecture » des différents genres
  • Estimation des « parts de lecture » des différents genres selon l’âge

 

Le goût de la bande dessinée : acquisitions, transmissions, renforcements et abandons

Sylvain Aquatias

1. De l’acquisition du goût à son renforcement ou à sa perte…

2. Modalités de la transmission familiale

3. Lecture de bandes dessinées et transmission aux enfants

4. D’autres instances de sensibilisation à la bande dessinée…

5. Motifs d’arrêt de la lecture : conceptions adolescentes, temporalités de vie et manque de variété des lectures

6. Des effets de renforcement : les sociabilités, la situation professionnelle et le goût pour la lecture

7. Les variables des goûts spécifiques

8. Conclusion

 

Circulations de la bande dessinée : achat, emprunt, collection

Xavier Guilbert

1. La propriété de bandes dessinées

2. Une théorie des genres ?

3. La frontière numérique

4. Une tentative de cartographie

5. Données disponibles

6. Profils de lecteurs

7. Non-acheteurs et non-possesseurs

8. Conclusion

 

La bande dessinée dans le régime du divertissement : reconnaissance et banalisation d’une culture

Éric Maigret

1. La montée du régime du divertissement

2. L’appropriation par les milieux supérieurs et les effets néo-distinctifs

3. La bande dessinée demeure un média de masse

4. Appréhender les multiples dimensions d’un régime post-légitimiste

 

V. La notion et les pratiques de médiation en question. Le cas de la bande dessinée

Benoît Berthou

1. Se « débrouiller seul » : une condition de lecteur ?

  • Les « médiateurs » : au-delà du « conseil »
  • Quel rôle pour libraires et bibliothécaires ?
  • La bibliothèque : repenser la médiation

2. La prescription : autorité ou sociabilité ?

  • Le numérique : espace critique ?
  • Le numérique : quelle sociabilité littéraire ?
  • Le partage : au-delà des supports

3. Médiation et événements : festivals et dédicaces

  • Les festivals : quels publics ?
  • La dédicace : diversité de la bande dessinée ?

 

VI. La bande dessinée : quelle culture de l’image ?

Benoît Berthou

 1. L’image : une communauté de pratiques culturelles ?

  • Un art au service de l’image ?
  • L’image : une logique de « cumul »

2. L’image de bande dessinée : un nouveau paradigme médiatique ?

  • Imprimé et écran : quelles complémentarités ?
  • Bande dessinée et « nouveaux écrans »

3. Images hors du livre

  • Le média : une réalité ?
  • L’adaptation : une pratique structurante

4. Personnage et narration : pour une autre approche de la « transfiction »

  • « Transfictionnalité » et « sérialité » : des approches à préciser ?
  • Culture de masse ou culture d’adolescence ?

5. Le dessin : impensé de l’image

  • La bande dessinée : un mode d’expression qui fait sens
  • Le dessin en partage

 

Penser la guerre / penser la violence au XXIe siècle

1/ Penser la guerre au XXIe siècle (French Studies Bulletin)

-Special issue edited by Dr Manu Braganca (Queen’s University Belfast) and Dr Gavin Bowd (University of St Andrews).

-Please send your 200 words abstract and short biography in either French or English to both m.braganca@qub.ac.uk and gpb@st-andrews.ac.uk by Monday 16/03/2015.

 

2/ Penser la violence au XXIe siècle (Modern & Contemporary France)

-Special issue edited by Dr Manu Braganca (Queen’s University Belfast) and Dr Owen Heathcote (University of Bradford).

-Please send your 200 words abstract and short biography in either French or English to m.braganca@qub.ac.uk and o.n.heathcote@bradford.ac.uk by Monday 16/03/2015.

 

 

Le XXe siècle fut l’un des siècles les plus violents dans l’histoire des Français. La Première Guerre mondiale faucha plus d’un million d’entre eux; la Seconde, moins sanglante d’un point de vue strictement national, se révéla bien plus destructrice en termes de valeurs. Et il faudrait aussi évoquer les guerres dites coloniales, celle d’Indochine, puis celle – longtemps ‘sans nom’ – d’Algérie qui révélaient aux Français que la France, malgré l’arme atomique, malgré son statut de membre permanent au Conseil de Sécurité des Nations unies ou malgré son rayonnement culturel, n’était décidément plus tout à fait une grande nation.

Mais il serait bien sûr simpliste de réduire la violence à la guerre. La violence est multiforme: physique, psychologique, symbolique, structurelle, subie, donnée, réelle, perçue, imaginée, etc. Nous pourrions multiplier de tels qualificatifs mais il convient ici de souligner que la représentation et la perception de la violence révèlent des sensibilités qui diffèrent dans le temps, évidemment, mais aussi dans l’espace ainsi qu’au sein de différents groupes ou encore dans l’imaginaire de chaque individu.

L’hypermédiatisation qui caractérise notre début de XXIe siècle marque une rupture avec les siècles précédents. Les attentats contre les tours jumelles de Manhattan en 2001 tournèrent en boucle sur nos écrans de télévision. L’agression d’une enseignante du Lycée Lavoisier de Porcheville en 2006 filmée avec un téléphone portable circula rapidement entre les élèves puis sur internet. Plus récemment, les attentats terroristes de janvier 2015 montrent l’ampleur des tensions qui traversent et transcendent la société française contemporaine, car il va sans dire que le terrorisme islamiste n’est pas un problème exclusivement français. Quelle que soit son intensité et à quelque niveau qu’elle se  produise, la violence nous touche, nous concerne, nous intéresse, nous fascine ou nous révolte.

L’objet de ces deux numéros thématiques sera d’essayer de dresser un tableau des sensibilités françaises en ce début de XXIe siècle, à l’âge de l’hypermédiatisation. S’il s’agira bien de réfléchir à la manière dont la guerre et la violence sont représentées et pensées en France de nos jours, il faudra nécessairement replacer ces interrogations sur le temps plus long de l’histoire afin de faire ressortir les spécificités de notre temps.

 

 

 

1/ Penser la guerre au XXIe siècle (French Studies Bulletin)

(Please email your abstract and short bio to both m.braganca@qub.ac.uk and gpb@st-andrews.ac.uk by Monday 16 March 2015)

 

La France n’a plus connue de guerre sur son territoire depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pourtant, la guerre n’a peut-être jamais été autant présente dans l’esprit des Français en temps de paix, différents acteurs sociaux et culturels alimentant sans cesse l’intérêt des médias pour les guerres passées, glissant rapidement sur leurs aspects les plus douloureux ou, au contraire, ‘redécouvrant’ des aspects pourtant connus de tous les spécialistes. Mais il y a aussi les guerres en cours, plus lointaines, internationales ou transnationales, et notamment ‘la guerre contre le terrorisme’ qu’évoquait récemment Manuel Valls (discours du 13 janvier 2015 à l’Assemblée nationale).

Votre article ne dépassera pas les 2000 mots (notes incluses). Par sa brièveté même, il essayera d’éclairer notre période obsédée par les commémorations qui écrasent les temporalités, rendant les guerres passées aussi présentes – sinon davantage – que celles en cours, internationales, transnationales ou civiles, en Ukraine, Syrie, Israël et ailleurs. Puisqu’il s’agira avant tout d’établir une distance critique avec le thème de la guerre, votre article pourra prendre la forme d’une réflexion ouverte.

A titre d’exemple mais de manière non exhaustive, certaines questions qui nous intéressent particulièrement sont les suivantes : Comment l’hypermédiatisation qui caractérise notre époque a-t-elle changée notre perception de la guerre ? Parle-t-on de ‘nos’ guerres comme on parle de celles des autres ? Quelle place occupent les autres pays dans ‘nos’ commémorations ? Comment ces guerres passées ou en cours nourrissent-elles l’imaginaire de nos contemporains, journalistes, artistes, réalisateurs de films, romanciers, développeurs de jeux vidéo, etc. ? Que nous disent les voix discordantes et d’où viennent-elles ?

 

 

2/ Penser la violence au XXIe siècle (numéro spécial pour Modern & Contemporary France)

(Please email your abstract and short bio to both m.braganca@qub.ac.uk and o.n.heathcote@bradford.ac.uk by Monday 16 March 2015)

 

Physique, psychologique, symbolique, structurelle, ou encore sociale, politique, libératrice, conjugale ou sexuelle, définir ou même qualifier la violence n’est pas une chose aisée. Elle est omniprésente et, pour de nombreux penseurs, inéluctable car inhérente à la vie en société. Il serait vain de tenter de donner une définition de la violence et il nous faut accepter que ce mot recouvre des réalités bien différentes au sein de la communauté scientifique, des médias et même pour tout un chacun puisque, en définitive, la violence est l’affaire de sensibilités personnelles.

Votre article ne dépassera pas les 7000 mots (notes et références bibliographiques incluses) et se focalisera sur la période ultra-contemporaine. Cependant, pour ce faire, l’approche retenue devra nécessairement être replacée sur le temps long et contextualisée pour montrer les ruptures mais aussi les permanences des sensibilités contemporaines face au phénomène de la violence.

A titre d’exemple mais de manière non exhaustive, certaines questions qui nous intéressent particulièrement sont les suivantes : Dans quelle mesure l’hypermédiatisation qui caractérise notre époque a-t-elle changée notre perception de la violence? Quelle place occupe la violence dans les médias et discours politiques en France ? Que révèlent les différents systèmes d’évaluation des jeux vidéo et films ? Peut-on détecter des tendances nouvelles chez les romanciers, metteurs en scène, réalisateurs ou artistes contemporains ?

 

 

Dr Manu Braganca
Research Fellow – ICRH, Queen’s University Belfast
18 University Square, BT7 1NN, Belfast, Northern Ireland:

-Editoral Board member of Modern & Contemporary France (Taylor & Francis);
-Committee Member of the UK Sartre Society.