Appel à communication – IIe Symposium International de Sociocritique

Date 10 octobre 2014 |

IIe Symposium International de Sociocritique

Organisé par le Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST),
 en collaboration avec le Centre d’étude et de recherche sur les littératures et les oralités (CERLOM/INALCO), 
le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire (FIGURA/UQAM) 
et le Centre de Recherche sur les médiations (CREM/Université de Lorraine)

 

Montréal, 10-11-12 décembre 2015

 

Le chantier des réalismes, et autres travaux en cours

 

Tenu à Paris en décembre 2011, le Ier Symposium international de sociocritique permit de faire le point sur la démarche épistémologique, sur les hypothèses heuristiques, sur les principes herméneutiques et sur les voies d’avenir de la sociocritique. Le IIeSymposium se tiendra en décembre 2015 à Montréal. Il ira davantage et directement vers les pratiques de lecture et comprendra quatre axes, le premier d’entre eux pouvant déterminer des interventions s’indexant sur les trois autres.

 

1.     Le chantier des réalismes

 

En art et en littérature, la question du réalisme fait partie de celles que la critique littéraire déclare régulièrement caduques alors qu’elle ne cesse de faire retour et de se présenter sous des formes nouvelles au fil de l’histoire des textes. DepuisMimésis. La représentation de la réalité dans la littérature occidentale d’Erich Auerbach, classique des études de lettres s’il en est, et les essais de Philippe Hamon, Ian Watt, Leo Bersani, Michael Riffaterre et Roland Barthes rassemblés dans le collectif Littérature et réalité, les travaux qui ont été publiés sur le réalisme — que ce soit en narratologie, en sémiotique, en histoire littéraire, en histoire des représentations, en pragmatique, en sociologie de la littérature ou en psychanalyse — ont été dominés par quatre tendances.

La première fait du réalisme du XIXe siècle la forme la plus achevée d’une esthétique définie par l’ambition de produire une représentation fidèle du réel, à telles enseignes que tout autre essai semblable est évalué en rapport avec ce parangon. Cette première tendance est particulièrement lourde dans les études portant sur la littérature française et dans l’espace des littératures francophones tant le trio Balzac-Flaubert-Zola y est élevé en référence absolue. La deuxième tendance pense le réalisme en refermant la littérature sur elle-même, sans préoccupation particulière de ce qui se passe dans l’espace symbolique global, comme si les textes n’étaient justiciables que de positionnement corporatiste ou que d’une endogamie stylistique ou sémiotique. La troisième instrumentalise le réalisme au profit d’un récit historique fort contestable et simplificateur qui soit l’associe à «la modernité» (ce «mot-perroquet», disait Valéry) soit tient cette dernière pour bipolaire, réalisme et formalisme se succédant en alternance, du romantisme allemand jusqu’au néoréalisme contemporain. Enfin, la quatrième limite le réalisme au cadre national, ignorant tout autant la perméabilité des frontières en matière de création artistique que l’existence d’une large variété de tentatives et de tentations dont des appellations telles «réalisme magique», «réalisme merveilleux», «réalisme symboliste» sont par exemple des indices.

Tout en relisant de façon critique MimésisLittérature et réalité et les travaux dont il vient d’être question, on remettra le réalisme sur le chantier à partir des hypothèses nodales d’une sociocritique qui, parce qu’elle pense le texte littéraire dans ses interactions avec la semiosis sociale conjoncturelle, sait qu’il n’y a pas un réalisme, mais des réalismes, variant selon les âges et les lieux. Par suite, le Symposium accueillera des communications mettant en valeur l’historicité, la socialité, les mutations et la variabilité des réalismes. On privilégiera des lectures de textes choisis dans la longue durée de la littérature (d’Homère aux écrivains de la «Génération inculte») et de toutes les origines géoculturelles que l’on voudra. Il sera important que des communications abordent dans cet esprit des corpus hétérogènes sur les plans historique ou géographique de manière à dégager la migration incessante des démarches créatrices au cours de l’histoire.

 

2.     Le traduire

 

La pensée de la traduction, «le traduire» (Patrick Maurus) pour le dire de manière à insister sur la nécessité de quitter les illusions issues du lexique conjugal (fidèle, belle infidèle, trahison), accompagne la sociocritique depuis ses débuts. Comment le travail du traduire procède-t-il pour faire glisser un texte d’une semiosis sociale à une autre ? Cette question, le sociocriticien traducteur se la pose en permanence et il n’a que des réponses complexes à lui donner au gré de la singularité des textes. En cette matière, la sociocritique doit s’intéresser à la place prépondérante prise par la poétique d’Henri Meschonnic, avec laquelle Claude Duchet a entretenu un dialogue permanent et productif. Cependant, autant Meschonnic représente une véritable coupure épistémologique (« Vous n’avez jamais lu Shakespeare, vous avez lu des traductions de Shakespeare »), autant il est nécessaire que la sociocritique avance sur ce terrain avec ses propres outils et sa propre question, celle de l’objet à traduire en tenant compte de la socialité et de la matérialité langagière du texte. Si les communications pourront porter sur n’importe quel problème dérivant de l’acte de traduire, on sera tout spécialement intéressé par des interventions touchant à la traduction de textes dits réalistes.

 

3.     Des genres

 

La sociocritique a longtemps privilégié le roman. Il ne s’agit pas de le laisser tomber, mais bien de couvrir autant que possible tout l’éventail générique. S’il existe des travaux en sociocritique de la poésie ou du théâtre, il reste en ce domaine beaucoup de travail à faire. On sera attentif au fait que la question réaliste peut se poser dans tous les genres, du poème en prose à l’impromptu, de la prose d’idée au haï-ku, du discours politique au roman pastoral.

 

4.     Ethnocritique et sociocritique : suites

 

Le Symposium de Paris avait donné lieu à une première rencontre entre ethnocriticiens et sociocriticiens, justifiée par un héritage commun, celui de Bakhtine, et par une attention première au texte considéré dans ses altérités constitutives. Deux autres rencontres fructueuses ont eu lieu depuis lors (à Montréal en 2012, à Metz en 2014) et cette synergie doit être maintenue et développée. Le Symposium sera donc ouvert aux ethnocriticiens, auxquels on demandera comment leur approche culturaliste et leur prise en compte de l’oralité les conduisent à repenser la question réaliste d’une manière innovante.

 

 

5.     Varia et works in progress

 

Enfin, le Symposium accueillera des travaux en cours et des communications libres. Les doctorants en sociocritique et en ethnocritique sont invités à soumettre des propositions de communication.

 

 

Les propositions de communication doivent être adressées à Claudia Bouliane(claudia.bouliane@mail.mcgill.ca) et Pierre Popovic (pierre.popovic@sympatico.ca) pour le 31 décembre 2014.

 

Comité d’organisation : Claudia Bouliane (CRIST, Université McGill), Jean-François Chassay (CRIST, FIGURA, Université du Québec à Montréal), Elaine Després (CRIST, FIGURA, Université de Montréal) Djemaa Maazouzi (CRIST, Université Lille-3), Patrick Maurus (CERLOM/Inalco), Olivier Parenteau (CRIST, FIGURA, Cégep de Saint-Laurent), Pierre Popovic (CRIST, FIGURA, Université de Montréal), Jean-Marie Privat (CREM, Université de Metz), Geneviève Sicotte (CRIST, FIGURA, Université Concordia), Bernabé Wesley (CRIST, Université Paul-Valéry/Montpellier – Université de Montréal).

 

Colloque du RT14 de l’AFS “La sociologie des arts et de la culture et ses frontières. Esquisse pour une auto-analyse”

Date 10 octobre 2014 |

CherEs collègues,
Le bureau du RT14 de l’AFS a le grand plaisir de vous annoncer la tenue de son premier colloque:
 
 
La “sociologie des arts et de la culture” et ses frontières. 
Esquisse pour une auto-analyse
 
6 et 7 novembre 2014 – La Sorbonne
 
Premier colloque du RT14 de l’AFS, en association avec le RT27, 
en partenariat avec l’ADHC et avec le soutien du Labex ICCA
Vous trouverez en pièces-jointes le programme complet de nos deux jours de travaux ainsi que l’affiche du colloque. L’ensemble des informations se trouve également sur notre site internet.
En espérant vous y rencontrer nombreux,
Pour le bureau du RT14,
_____________________________________________
 
Marie Sonnette
Docteure en sociologie

Colloque – “Rwanda 1994-2014 : récits, constructions mémorielles et écriture de l’histoire”

Date 10 octobre 2014 |

Colloque international / Cinéma / Théâtre

« Rwanda 1994-2014 : récits, constructions mémorielles et écriture de l’histoire »

4-19 novembre 2004

En PJ

Programme & lieux où se dérouleront les sessions scientifiques, le cycle de films et les représentations de La Cantate de Bisesero

 Programme colloque Rwanda BD

Appel à contributions – “Figures du traducteur/de la traductrice”

Date 3 octobre 2014 |

Pour son deuxième numéro (juin 2015), la revue Convergences francophones (ISSN 2291-7012) recherche des articles portant sur le thème suivant : Figures du traducteur/de la traductrice.

Il s’agira d’interroger dans une perspective diachronique les représentations du traducteur/ de la traductrice émanant au niveau social mais aussi personnel ainsi que leurs conséquences : comment le traducteur/la traductrice et son activité sont-ils perçus ? Comment se perçoit-il lui-même ? Comment la propre perception du traducteur joue-t-elle sur la traduction ? Qu’en est-il de l’autotraduction où la séparation traducteur/auteur est plus que jamais remise en question?  Quels peuvent être les effets d’un discours social ou épitextuel sur le traducteur  et son activité ?

Domaines envisagés : traduction littéraire, traduction audiovisuelle, traduction technique, autotraduction

Les propositions ne devront pas dépasser 300 mots et doivent être envoyées à Antoine Eche (aeche@mtroyal.ca) et Justine Huet (jhuet@mtroyal.ca). Leurs auteurs enverront également une brève notice bio-bibliographique.

Date limite de soumission des propositions : 24 octobre 2014

Notification des propositions retenues : 14 novembre 2014

Date limite de soumission des articles retenus : 30 janvier 2015

Les articles soumis seront ensuite évalués par deux membres du comité de lecture ou spécialistes sollicités pour l’occasion.

Convergences francophones (http://mrujs.mtroyal.ca/index.php/cf/index) est une revue semestrielle, pluridisciplinaire, en libre accès.

 

Rencontre : “La Culture comme vocation”

Date 3 octobre 2014 |

Dans le cadre des rencontres Lire les sciences sociales, présentation et discussion de l’ouvrage de Vincent Dubois La culture comme vocation (Raisons d’Agir, 2013) par Wenceslas Lizé, en présence de l’auteur

Dans un sondage établissant « les métiers préférés des jeunes de 18 à 25 ans », celui de « manager culturel » arrive ainsi en 7e position (acteur et chanteur occupant respectivement les 1re et 4e places). Et dans les collectivités territoriales, les postes « culturels » sont généralement parmi les plus demandés. Certains métiers semblent attirer pour leur image plus que pour la stabilité d’emploi ou le niveau de revenus qu’ils garantissent. Ce sont des métiers dits « vocationnels », c’est-à-dire des activités professionnelles reposant sur un fort engagement personnel, qui peut être subjectivement vécu sur le double mode de la passion et du désintéressement. On n’y entre pas pour l’argent, mais pour la beauté du métier ou par amour de l’art.
Qu’est-ce qui rend ces métiers de la culture si attractifs ? C’est à cette question que ce livre propose de répondre.
Sur la base d’une enquête originale sur un échantillon d’étudiants qui se destinent à l’administration de la culture, Vincent Dubois répond à cette question en analysant les transformations depuis les années 1960 de l’espace des gratifications symboliques associées à ces métiers, transformations liées à la constitution d’un secteur public de la culture et des formations qui y mènent.
Ce faisant, le livre rompt avec une lecture individualisante et psychologisante, faite de passion et de désir, pour mettre en évidence la logique et la dynamique d’un univers de positions sociales construites par la politique culturelle de l’État. Les métiers de la culture se trouvent ainsi bien ajustées aux attentes et aux aptitudes professionnelles des générations issues de la deuxième explosion scolaire. Le système universitaire lui-même invite ainsi à concevoir l’orientation vers les métiers de la culture comme une manière d’optimiser le rendement professionnel d’un capital scolaire (notamment littéraire et artistique) dévalué.
Deux facteurs ont un rôle prépondérant. La chronologie du développement de ces métiers, initié au milieu des années 1960 et amplifié à partir du début des années 1980, fait que ceux qui s’y destinent dans les années 2000-2010 sont les enfants des générations qui occupent aujourd’hui une part importante des postes, voire les petits-enfants des « pionniers » parmi les premiers à les occuper. La « passion » pour les métiers de la culture peut donc bien être héritée, et correspondre à un mécanisme classique de reproduction professionnelle. Si les métiers de la culture sont « attractifs », c’est donc aussi qu’ils peuvent être envisagés comme une voie de salut dans un contexte de massification de l’enseignement supérieur et de fort chômage des jeunes. Les filles connaissant cette situation davantage que les garçons, elles sont, pour cette raison également, plus nombreuses à viser de telles positions.
Ainsi est-on dans le cas qui nous intéresse conduit à retourner le syntagme habituel : ce n’est pas à une « crise des vocations » que l’on a affaire mais à des « vocations de crise ».

 

  • Vincent Dubois, sociologue et politiste, est actuellement membre de l’Institute for Advanced Studies à Princeton et professeur à l’Institut d’études politiques de Strasbourg. Ses travaux de sociologie de l’action publique portent sur les rapports entre le champ culturel et l’État et sur le traitement bureaucratique de la misère. Il a notamment publié sur ces questions La Politique culturelle (Belin, 1999) et La Vie au guichet (Economica, 2e éd., 2003).
  • Wenceslas Lizé est sociologue, maître de conférences à l’Université de Poitiers (Groupe de recherches et d’études sociologiques du Centre Ouest). Ses travaux portent notamment sur l’art et la musique et plus particulièrement sur le Jazz. Il a notamment publié Intermédiaires du travail artistique. A la frontière de l’art et du commerce avec D. Naudier et O. Roueff (La Documentation Française, 2011).

 

Mardi 14 Octobre

14 h 00 – 16 h 00

CNRS/Site Pouchet

Salle 255

59 – 61, rue Pouchet, 75017 Paris

métro ligne 13 – Guy Moquet | Brochant , Bus 66 – La Jonquière

Appel à communication – “La sacralisation à l’œuvre dans l’expérience littéraire”

Date 3 octobre 2014 |

La sacralisation à l’œuvre dans l’expérience littéraire

Université de Lorraine, Centre Écritures (EA 3943)

UFR Arts, Lettres, Langues (site Metz)

5-6 juin 2015 

 

Ce colloque s’inscrit dans un programme de recherche interdisciplinaire consacré à l’articulation entre littérature, processus mémoriels et sacralisation. Il fera suite, notamment, à un colloque intitulé « Littérature et sacré : la tradition en question » (UL-Metz, novembre 2014) qui portera sur les modalités de construction d’une tradition littéraire du sacré, à savoir sur la possibilité ou l’impossibilité de sa transmission.

Penser le rapport qu’entretient la littérature avec la sacralité ouvre au moins sur trois problématiques, certes enchevêtrées dans les pratiques mais qu’on peut distinguer d’un point de vue analytique :

1)        une problématique institutionnelle. Celle-ci examine comment sont mis en place des dispositifs d’élection et de construction d’espaces striés, au sens deleuzien du terme, dont le caractère sacré est garanti aussi bien par des institutions, des lois et des discours savants (dogmes endogènes et exogènes) que par une doxa qui fonctionne sur le mode de l’évidence ordinaire et de la révélation ;

2)        une problématique cultuelle. Elle décrit les rituels, publics et privés, qui encadrent l’approche et le contact avec le sacré que constitue l’absolu littéraire (cf. Ph. Lacoue-Labarthe, J.-L. Nancy, L’Absolu littéraire : théorie de la littérature du romantisme allemand. Seuil, 1978 ; G. Steiner, Passions impunies, « Envoi : Le lecteur peu commun », Folio essais, 2001) ; elle analyse par ailleurs les rôles des prêtres et des médiateurs qui garantissent le respect de ces rituels et leur diffusion-infusion ;

3)        une problématique empirique (« C’est cela l’empirisme, syntaxes et expérimentation, syntaxique et pragmatique, affaire de vitesse » G. Deleuze, Dialogues, Champs essais, 1996, p. 73), préoccupée de décrire en quoi et comment la réception que fait un sujet lecteur – toujours membre d’une « communauté interprétative » – d’un texte littéraire a à voir avec des processus de sacralisation. En effet, l’espace littéraire (M. Blanchot) peut être conçu comme une hétérotopie (M. Foucault) où s’agencent des dispositifs de sacralisation et de profanation ; ceux-ci expérimentent nos « modes d’identification » (P. Descola) les plus archaïques (totémisme, animisme, analogisme…), ceux dont dépendent les liens (religio) que nous entretenons avec les autres, avec la société prise dans son ensemble.

C’est ce troisième axe que nous voudrions privilégier dans ce colloque. Il s’agira, en effet, de déterminer dans quelle mesure l’expérience littéraire, comme exercice spirituel de piété subjective, tant en production qu’en réception, relève du sacré, celui-ci étant conçu, entre autres, comme un apprentissage de soi et un souci de soi (cf. M. Foucault). Après le règne du « démon de la théorie » (A. Compagnon) dans les études littéraires, il nous semble opportun de nous interroger sur le rôle que joue la littérature dans nos procès de subjectivation, grâce à une (dé)sacralisation qui nous interdit d’être un « histrion des identifications » ou un « froid docteur des distances » (G. Deleuze, op. cit., p. 67-68) et nous permet d’agencer, c’est-à-dire « être au milieu, sur la ligne de rencontre d’un monde intérieur et d’un monde extérieur » (ibid., p. 66).

Ainsi, cette seconde rencontre cherche à penser la sacralité comme modèle d’action ou force performative de la pensée. Notre perspective naît d’un constat : la précipitation propre aux temps modernes défie toute prévisibilité, esquive le passé, bouleverse l’avenir. La modernité vénère moins, en effet, le sens du passé vécu et l’expérience des générations antérieures qu’elle ne célèbre l’affirmation du temps utile, une interprétation de la temporalité qui privilégie la progression par le changement et la nouveauté coupés du passé. Le sens de l’h/Histoire ayant perdu son fil (J. Rancière), il paraît opportun, en restreignant notre champ d’investigation à un corpus emprunté à la littérature contemporaine (XIXe et XXe siècles) francophone ou de langue étrangère, de nous interroger à propos de cette sacralisation du littéraire opérée par le sujet lecteur. En quoi cette sacralisation ressemble-t-elle et diffère-t-elle de sa consœur religieuse ? Quels sont les gestes qui la constituent ? D’où émane l’impression de sacralité inhérente aux expériences esthétiques, à la lecture littéraire, en l’occurrence ? Nos modes de consommation postmodernes – où l’immersion dans un fonctionnement machinique l’emporte sur la recherche herméneutique, représentative ou expressive – ne mettent-ils pas à mal cette émergence du sacré ? Inversement, la prise en compte d’une dimension sacrée qui serait immanente à toute expérience esthétique n’offre-t-elle pas une occasion de résister aux entreprises de forclusion de toute transcendance et de désacralisation, dont les symptômes se font ressentir douloureusement dans nos sociétés ?

Il s’avère qu’aborder la sacralité, en relation avec le bouleversement de l’expérience du temps inhérente à la modernité et les fractures de notre univers postmoderne, suppose la relecture de la sacralité du littéraire à travers un prisme interdisciplinaire. En effet, l’articulation entre sacralité et rythme temporel dans l’expérience littéraire oriente l’examen du rôle du sacré non seulement comme usage toujours distancié et vénéré de l’objet à examiner, mais également comme expérience auratique pouvant mener vers une certaine forme de résistance ou de contre-conduite. Se jouent, ici, dès lors, l’existence et le rôle d’une négativité qui, bridée vers le temps révolu, ou vers « l’unique apparition d’un lointain, quelle que soit sa proximité » (W. Benjamin), freine la précipitation du temps, anachronise l’Histoire, en déroulant une temporalité dédaléenne où le lien entre le nouveau et l’ancien (la mémoire) advient, survient, revient sans cesse.

Pour questionner cette problématique de la revenance (sacrée ?) du lointain, ou, du moins, la mettre en perspective, on pourra solliciter des auteurs comme J. Derrida et sa notion de spectre, G. Didi-Huberman et son idée de survivance, J. Lacan et sa conception du deuil comme troumatisme, J. Allouch et sa lecture de l’au-delà psychique de l’objet perdu, J.-F. Hamel et le fantasme de la tradition retrouvée, J.-C. Bailly et son idée de l’ombre de Dieu. Pour renouveler l’approche de l’expérience (sacrée ?) du littéraire, on pourra faire appel aux travaux de certains anthropologues comme A. Gell et P. Descola ; de sociologues comme E. Morin ; de philosophes comme G. Agamben, A. Badiou, J. Rancière.

Les grands axes retenus pour le colloque sont donc les suivants :

a) La littérature comme force spirituelle ou d’initiation

b) La revenance comme expérience du sacré

c) La sacralité comme force subjective à l’œuvre dans l’expérience littéraire

Les chercheurs, enseignants, doctorants intéressés sont invités à envoyer avant le 15 décembre 2014, leur proposition de communication qui comprendra :

- un titre

- un court résumé d’environ 200 mots (hors bibliographie) précisant l’axe du colloque dans lequel l’intervention s’inscrit

- quatre mots-clés

- une bio-bibliographie personnelle de 50-100 mots

 

aux adresses suivantes :

Raymond MICHEL  raymond.michel14@gmail.com

Marta Inés WALDEGARAY  marta.waldegaray@univ-lorraine.fr

 

Comité d’organisation : Raymond MICHEL , Marta I. WALDEGARAY

 

Comité scientifique :  Raymond MICHEL, Myriam WATTHEE-DELMOTTE, Laurent HUSSON, Jean-Michel WITTMANN, Marta I. WALDEGARAY

Durée de la communication : 25 minutes suivies de 10 minutes d’échange.

Nombre maximal de signes par article : 35 000 (espaces compris).

Langue de travail et de publication: français.

 

Responsable :

Marta Inés Waldegaray

adresse

Metz Université de Lorraine, UFR Arts lettres et langues

Appel à communication – XV congreso del Instituto Internacional de Sociocrítica

Date 3 octobre 2014 |

Estimados Colegas:

Me complace enviarles la primera circular anunciando la apertura del XV congreso del Instituto Internacional de Sociocrítica (Literatura, comunidad, memoria: transición de los discursos / discursos de la transición), que se celebrará en Varsovia (Polonia) entre el 16 y el 18 de abril de 2015. Por favor, no dejen de hacer llegar esta convocatoria a quienes puedan estar interesados en participar en este congreso.

Un cordial saludo en nombre del Comité Organizador,

Maria Boguszewicz

 

PRIMERA CIRCULAR FINAL

Call for Papers – “Life and Death in the 19th-century Press”

Date 3 octobre 2014 |

CALL FOR PAPERS

RSVP annual conference

“Life and Death in the 19th -Century Press”

Ghent University, Belgium

10-11 July 2015

Life and death dominate any culture, but especially Victorian culture. Not only was there an increase in population, Victorians also lived longer due to advancements in medicine, science and public health. This longer life went hand in hand with a fascination with death. Queen Victoria herself was obsessed with rituals of mourning, as were many other contemporaries who tried to grasp the afterlife via scientific, religious and/or spiritual modes of thinking. The press responded to this attraction with life and death: it published birth and death notices, advertised for funerals, mourning clothes and invigorating medicines and featured stories of murder, birth and eternal life.

This conference welcomes proposals for papers that address any aspect of nineteenth-century British magazines or newspapers. However, it will particularly encourage proposals on ‘Life and Death’ in the nineteenth-century press. Possible topics might include but are not limited to:

· The lifecycle of periodicals, texts and authors:

emergence, development, death, and afterlife of magazines and newspapers, as well as of specific texts and/or authors.

· Genres dealing with life and death:

o biographies, obituaries, wills, necrologies, death notices, birth announcements, funeral advertisements.

· Birth and death of methodologies in periodical studies

· 19th-century views on life and death:

o spiritualism (e.g. séances, mediums, ghosts), rituals of mourning, religion, science or pseudo-science(e.g. Darwinism or phrenology, mesmerism), – animal life and zoology

· 19th-century demographics:

o conditions determining life and death (public health, poverty, war), census research.

· Life and death in poetry and prose:

o Elegies, obituary poems, in memoriams, ghost stories, stories of murder and death.

· Life and death in visual culture:

o Victorian spirit photography, post-mortem photography, depictions of life and death in drawings and paintings.

· Life and death in advertising:

o advertisements for food products, medicines, mourning clothes.

· Spectacular births and deaths:

o royal births, multiple births, gruesome deaths, murder

Please send a 300-word abstract and a short CV (1 page max) to *RSVP2015ugent@gmail.com*. The deadline for submissions is *1 February 2015.*

*RSVP*offers a number of travel grants for graduate students and independent scholars. If you want to be considered for one of these grants indicate that you are a graduate student or independent scholar and wish to be considered for one of these awards on your abstract .

For more information about the conference, please visit http://www.RSVP2015.ugent.be

*RSVP* is a dynamic scholarly society devoted to the exploration of the richly diverse world of the 19th-century press, both magazines and newspapers. To learn more about the *Research Society for Victorian Periodicals* and how to join, visit us on the web at http://www.rs4vp.org

Journées d’étude – “Ecritures du travail, écritures politiques?”

Date 26 septembre 2014 |

Chers tous,

Les vendredi 3 et 10 octobre prochains auront lieu deux journées consacrées à l’écriture du travail :
“Écritures du travail, écritures politiques?”.

Organisées par Aurélie Adler (Université de Picardie-Jules Vernes), Bruno Blanckeman (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle) et Maryline Heck (Université François Rabelais-Tours), elles se dérouleront le 3 octobre 2014 à Tours, et le 10 octobre 2014 à la Maison de la recherche de Paris 3.

Vous trouverez le programme de ces deux journées en pièce jointe, ou encore à l’adresse suivante :

http://www.fabula.org/actualites/ecritures-du-travail-ecritures-politiques-1_64394.php

Excellente rentrée à tous.
Bien cordialement,
Maÿlis Ciarletti

Parution – “Ethnologie(s) du littéraire”

Date 26 septembre 2014 |

Ethnologie française
Octobre 2014 – Tome XLIV – n° 4
Ethnologie(s) du littéraire
ÉDITEURS INVITES : Laurent Sébastien Fournier et Jean-Marie Privat

• Laurent Sébastien Fournier et Jean-Marie Privat
Introduction. Le lieu et la formule. Ethnologie des écrivains et des univers littéraires
• Sylvie Sagnes
Maria Chapdelaine, les vies d’un roman
• Laurent Sébastien Fournier
Tartarin sur son terrain. Des motifs littéraires sur le terrain ethnologique
• Anna Lesne
La construction d’une scène littéraire antillaise. Médiations et réappropriations
• Géraldine Bois
Ancrage local et visibilité littéraire. Le cas des écrivains peu reconnus de la région Rhône-Alpes
• Abir Kréfa
Entre les injonctions à dire et à taire le corps. Les voies étroites de la reconnaissance littéraire pour les écrivaines tunisiennes
• Sophie Ménard
Avec sa jambe de boiteuse. Lecture ethnocritique d’ À une passante de Baudelaire
• Jean-Marie Privat
La lettre et le panier. Ethnocritique de Flaubert
• Marie-Christine Vinson
Une asouade chez la comtesse de Ségur ou comment édifier la jeunesse
• Marie Scarpa
Koltès ou le théâtre de la virginité perdue
• Alice Delmotte-Halter
A propos d’Osnabrück d’Hélène Cixous. Propositions ethnocritiques
• Máiréad Nic Craith and Ullrich Kockel
Blurring the Boundaries between Literature and Anthropology. A British perspective
• Domenico Scafoglio
Passé, présent et futur de l’anthropologie littéraire en Italie

 


Carnets de recherche