Call for Papers – “Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After”

Date 31 octobre 2014 |

Chers collègues,

Vous voudrez bien trouver plus bas un appel à communications pour une
journée d’études à l’université de Toulouse – Jean Jaurès.

Cordialement,

Mathilde Rogez


Re-membering the Struggle: South Africa, Apartheid and After
Journée d’étude / One-day conference
17 avril 2015 – 17th April 2015
Organisers: Gary Baines (Rhodes University), Nathalie Dessens (UT2J),
Mathilde Rogez (UT2J)

(please scroll down for English version)

Version française

Cette journée d’étude se propose de revenir d’une part sur la question
de la mémoire des conflits et des traumatismes en Afrique du Sud, en
particulier, mais sans s’y limiter, autour de la lutte contre le
régime d’apartheid et les vingt premières années de démocratie dans la
nouvelle «nation arc-en-ciel», et d’autre part sur la représentation
de cette mémoire, sa mise en récit et sa patrimonialisation, comme sa
mise en question, autour des enjeux de la relation entre l’individu et
le collectif. On pourra jouer sur le terme anglais de «remembering»,
acte de la mémoration et du remembrement, c’est-à-dire aussi du
collage, de l’assemblage d’éléments de figuration qui peuvent aussi
discorder avec un récit officiel.

De la sorte, cette journée invite à une approche pluri-disciplinaire :
le comité scientifique et les orateurs invités viennent de disciplines
aussi diverses que l’histoire et la littérature, les études anglaises
et la sociologie, et ils espèrent réunir autour d’eux des chercheurs
faisant appel à des approches variées pour croiser leurs regards sur
cet objet d’études. Dans la même logique, les approches comparatistes,
entre différentes périodes de l’histoire sud-africaine ou entre cette
dernière et d’autres événements similaires dans d’autres pays, comme
aux Etats-Unis par exemple, sont encouragées.

Profitant de la présence de Gary Baines, professeur à l’université de
Rhodes en Afrique du Sud et directeur du département d’histoire de
cette université, comme professeur invité pour un mois au DEMA, cette
journée d’étude se propose de revenir, un peu plus d’un siècle après
les premières lois sur la terre en Afrique du Sud (Native Land Act,
Act No. 27 of 1913) et la fondation du Congrès sud-africain (African
National Congress, ANC), et tout juste 20 ans après les premières
élections libres après la chute de l’apartheid, sur les luttes ayant
traversé ce pays et la manière dont elles sont représentées et
commémorées.

Si les trois années précédentes ont vu en Afrique du Sud une multitude
de commémorations, y compris sous la forme de grands spectacles à la
gloire de l’ouvre de l’ANC au pouvoir depuis 20 ans, elles n’ont pas
réussi à masquer complètement les lignes de fracture qui demeurent
encore dans le pays, et les fêlures créées par la lutte vers une
nation non-ségréguée elle-même. Certaines avaient été mises au jour à
l’occasion des travaux de la Commission vérité et réconciliation
(Truth and Reconciliation Commission, TRC), elle-même une forme de
représentation, théâtralisée, de la réconciliation que l’on espérait à
l’ouvre dans le pays, mais le processus de mémoration, notamment des
crimes des deux camps, de la branche armée de l’ANC (Umkhonto we
Sizwe, MK) et de l’armée sud-africaine (South African Defence Force,
SADF) et des autorités de l’apartheid, avait tourné court. Ces plaies
semblent se rouvrir, notamment depuis que l’icône de la lutte puis de
la paix, Nelson Mandela, a disparu. La cérémonie solennelle lors de
son enterrement, extrêmement mise en scène, a donné lieu à des
manifestations d’hostilité en particulier vis-à-vis du pouvoir en
place et du président actuel, Jacob Zuma, car beaucoup considèrent que
les promesses et espoirs pour lesquels ils ont lutté aux côtés de
Mandela sous l’apartheid, n’ont pas été tenus ni satisfaits. On se
souviendra que déjà en 2012 au Festival de Grahamstown, alors qu’on
célébrait dans un bâtiment voisin les 100 ans de l’ANC, étaient
présentées d’autres versions de l’histoire et de la mémoire
sud-africaines, avec des spectacles comme Moffie de Bailey Snyman, ou
l’installation Maria’s Story de la plasticienne et chercheuse Maureen
de Jager autour de la guerre anglo-boer.

Une fois closes la cérémonie du 15 décembre 2013 en hommage à Nelson
Mandela, et l’ère de Tata Madiba, le père de la nouvelle nation,
quelles voix se font entendre pour raconter l’histoire des luttes qui
ont traversé le pays – ces dernières décennies, mais aussi depuis le
début du siècle ou de la colonisation? Qui a voix au chapitre en
Afrique du Sud? Et si d’autres voix se font entendre, ne sont-elles
que discordantes, conservatrices, comme celles de certains groupes
minoritaires afrikaners ou de vétérans de l’armée sud-africaine du
temps de l’apartheid (South African Defence Force, SADF) ? Plus loin
encore, comment se font-elles entendre, qui les entend, les analyse,
et comment ? Comment préserver ces voix, même éventuellement
dérangeantes, et écrire toutes les histoires de l’Afrique du Sud ?
Quels modes d’expression conviennent-ils aux voix individuelles au
milieu du récit collectif ou avec lui: l’historiographie, supposée
objective, l’art plastique, le récit écrit, blog ou entretien
autobiographique, la performance collective ? Comment est représentée
la mémoire, et comment ensuite la conserve-t-on et la fait-on
elle-même entrer dans le patrimoine ?

Cette journée d’étude s’inscrit à la fois dans le cadre des travaux de
deux des axes de recherche du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes
(CAS, EA 801) sur les lieux communs, espaces partagés et espaces
disputés (ce qui caractérise hautement un territoire comme celui de
l’Afrique du Sud), et celui sur la mémoire et le trauma et l’émergence
du collectif (qui peut intéresser aussi bien les chercheurs
américanistes que sud-africanistes – et au-delà des seuls
anglicistes), et dans celui des thématiques des mémoires opprimées du
projet LABEX-SMS. Elle s’inscrit également dans le fil du
développement des études sud-africaines à l’Université de Toulouse
depuis quelques années et notamment les manifestations organisées dans
le cadre de la Saison de l’Afrique du Sud en France en 2013.

Les propositions de contribution (500 mots maximum, accompagnées d’un
bref CV) devront parvenir aux organisateurs avant le 10 décembre 2014
à l’adresse suivante : Mathilde Rogez: rogez@univ-tlse2.fr. Les
communications se feront en anglais.


English version

This one-day conference aims to focus on the one hand on the issue of
the memory of conflicts and trauma in South Africa, in particular, but
without limiting itself to that period only, at the time of the
struggle against the apartheid regime and the first twenty years of
democracy in the new “rainbow nation”, and on the other hand on the
representation of this memory, the way it has been narrativised,
recorded and preserved as well as questioned, with issues such as the
relationship between the individual and the collective. One may think
here of the word “re-membering”, an act of memory and of putting
things together again, that is to say as well, of collage, of
assembling elements of figuration which can also jar with any official
narrative.

Thus, this conference calls for a multidisciplinary approach: the
scientific committee and the invited speakers come from disciplines as
diverse as history and literature, English studies and sociology, and
they hope to gather around them researchers using different approaches
to share and compare their views on their common object of study. In
the same logic, comparative approaches between different periods in
South African history or between the latter and similar events in
other countries, like the United States, for example, are encouraged.

Taking advantage of the presence of Professor Gary Baines, Head of the
History Department at Rhodes University (South Africa), as a guest
professor for one month in Toulouse, this conference will, just over a
century after the first land acts in South Africa (Native Land Act,
Act No. 27 of 1913) and the creation of the African National Congress
(ANC), and just 20 years after the first free elections after the fall
of apartheid, go back to the struggles which have racked this country
and how they are represented and commemorated.

If the previous three years there has been in South Africa a multitude
of celebrations, including in the form of big shows to the glory of
the ANC, in power for 20 years, they have not managed to completely
hide the fault lines that remain in the country, and the cracks
created by the struggle for a non-segregated nation itself. Some had
been uncovered during the work of the Truth and Reconciliation
Commission (TRC), itself a form of (highly theatrical and
theatralised) representation of the reconciliation that people hoped
would be at work in the country, but the process of commemoration,
including of crimes committed on both sides, by the armed wing of the
ANC (Umkhonto we Sizwe, MK) and the South African army (South African
Defence Force, SADF) and the authorities of apartheid, was cut short.
These wounds seem to have reopened, especially since the icon of the
struggle and peace, Nelson Mandela, died a year ago. The solemn,
extremely staged, ceremony for his funeral, did not prevent the
expression of some hostility in particular against those in power and
the current president, Jacob Zuma, as many believe the promises and
hopes, for which they fought alongside Mandela under apartheid, have
not been fulfilled nor satisfied. It will be recalled that already in
the 2012 National Arts Festival in Grahamstown, which among other
things celebrated the centenary of the ANC, were simultaneously
presented, in adjacent theatrical halls, other versions of history and
memory in South Africa, with performances such as Moffie by Bailey
Snyman, or the installation Maria’s Story by the artist and researcher
Maureen de Jager around the Anglo-Boer War.

Once the ceremony on December 15, 2013 as a tribute to Nelson Mandela
ended, and with the era of Tata Madiba, the father of the new nation,
now over, whose voices are heard to tell the story of the struggles
that have crisscrossed the country – in the latter decades, but also
since the beginning of the century or of the colonization of South
Africa? Who has a say and a voice in South Africa? And if other voices
are heard, are they only discordant, or conservative, as those of some
Afrikaner groups or some societies of veterans of the South African
army during apartheid (South African Defence Force, SADF). Further,
are those voices heard, who hears them, analyzes them, and how? How
can these voices, even if possibly disturbing, can be preserved, and
how can all the stories of South Africa be written down? What modes of
expression fit individual voices in the midst of collective narratives
or alongside them: historiography, which is supposedly objective, the
visual arts, written narratives, autobiographical blogs or personal
interviews, or collective performance? How is memory represented and
how is it then preserved and becomes itself part of the South African
heritage?

Proposals for papers (maximum 500 words, together with a brief CV)
should be sent to the organizers before 10 December 2014 (Mathilde
Rogez: rogez@univ-tlse2.fr). The language of the conference will be
English.


Mathilde ROGEZ
Maître de conférences
Littérature anglophone, études sud-africaines, traduction
CAS EA 801
Editeur Commonwealth de la revue Miranda
Co-Responsable des échanges ERASMUS LLCE
Département des Etudes du Monde Anglophone
Université de Toulouse – Jean Jaurès
bureau LA255
+33/0 5 61 50 24 12 ou 45 54

Appel à communications – “Les imaginaires de la communauté”

Date 31 octobre 2014 |

COLLOQUE INTERNATIONAL FIGURA – RADICAL

LES IMAGINAIRES DE LA COMMUNAUTÉ

4-5-6 MARS 2015

UQAM, local D-R 200

 

La communauté ne partage ni la cohésion réglée d’une société, ni la volonté affichée d’un groupe identitaire : elle est spontanée, labile, évanescente. Ce caractère tacite exige toutefois d’en considérer la puissance en imaginant le lien commun au cœur même de chaque individu, dans son ethos, dans ses sentiments, dans ses goûts, dans ses habitudes, etc. Ce qui signifie somme toute qu’on peut faire communauté sans avoir entièrement conscience du lien qui assure la consistance de son être-ensemble.

 

Cette définition de la communauté est étroitement associée aux textes connus de Maurice Blanchot, La communauté inavouable (1983), de Jean-Luc Nancy, La communauté désœuvrée (1986) et de Giorgio Agamben, La communauté qui vient (1990). Si on les a beaucoup glosés depuis, c’est qu’ils ont saisi l’enjeu philosophique du commun au moment où prenait fin l’ère des grands récits d’émancipation, le communisme au premier chef, et où la méfiance à l’égard du totalitarisme était à son comble. L’enjeu semblait d’éviter ces deux écueils, sans pourtant consentir fatalement à leur contraire, c’est-à-dire à l’individualisme au sens strict, le moins noble politiquement. Ce qui a abouti à la création de concepts friables, dont l’apparence paradoxale mais extrêmement suggestive sur les plans logique et temporel, leur a assuré une fortune considérable à l’époque où il était de mise de déconstruire les notions rigides et de morceler le sensible : le comme-un, l’unité dans la déliaison, la relation de singularités, l’être quelconque. Ces concepts qui définissent de manière virtuelle, voire négative, la communauté, constituent le fond commun aux imaginaires contemporains qui la figurent sous le mode implicite de la crise.

 

Ce fond commun constituera le point de départ du colloque et non son objectif. Nous proposons plutôt de réfléchir aux multiples variations de la communauté que l’on trouve dans les différentes disciplines d’études ou de pratiques artistiques et sociales sans perdre de vue ce morcellement du sensible qui les imprègne.

 

On pourra notamment questionner, du point de vue des différentes pratiques intellectuelles, artistiques ou sociales, la dialectique entre la « communauté interprétative » (S. Fish) et la « communauté imaginée » (B. Anderson) pour arriver à penser conjointement la constitution et le fonctionnement inconscient de certaines communautés ainsi que les représentations conscientes qu’elles se font d’elles-mêmes. Il s’agira somme toute d’aborder la communauté qui émane du rapport spécifique que des individus entretiennent avec des objets particuliers et dans l’image ou la représentation que ces mêmes individus se font d’eux-mêmes à partir du lien qui les unit à ces objets.

 

Il sera possible également d’interroger le positionnement politique de toute communauté, même négative ou virtuelle, si l’on admet, comme l’a soutenu F. Jameson, qu’il n’y a aucune sphère du savoir et de la culture, ni même de la vie privée, qui échappe à un tel positionnement à l’ère du capitalisme avancé. On pourra par exemple concrétiser cette hypothèse en repensant la question de la communauté de pensée à l’aune du savoir qu’elle produit et de son mode de diffusion institutionnel. Ce qui aurait pour effet d’engager la réflexion pour déterminer les fondements et la consistance d’un penser-ensemble à une époque où les chercheurs entreprennent individuellement leur recherche, et ce, même si la plupart des organismes subventionnaires valorisent le regroupement stratégique, la connexion et le réseau.

 

Il y a, derrière ces orientations pratiques et politiques, des questions essentielles qui touchent des formes de vie et des modes d’existence que nous partageons. Ces questions ramènent la réflexion sur le plan des idées qui conditionnent les imaginaires contemporains de l’être-ensemble, ce fond commun que l’on a évoqué précédemment, mais avec l’intention de les interroger de front, c’est-à-dire en évitant de les percevoir uniquement à travers les concepts déjà acquis. Finalement, nous invitons à conceptualiser à nouveau ce qui, dans des pratiques, des disciplines ou des domaines que l’on partage en commun, incite au décentrement, à l’ouverture, à la multiplication des points de vue, à l’anonymat et résiste, par le fait même, au confinement identitaire, au langage commun et à la pensée homogène.

 

Afin d’initier une réflexion collective, nous proposons, entre autres, d’aborder les thématiques suivantes :


- Communautés politiques et/ou militantes

- Communautés culturelles et/ou identitaires

- Communautés esthétiques et/ou artistiques

- Communautés virtuelles et/ou imaginées

- Communautés savantes et/ou interprétatives


- Communautés et action collective

- Communautés et production de savoir

- Communautés et création

- Communautés et effets identitaires

- Communautés et réseaux

- Communautés et formes de vie

 

Organisé par Sylvain David et Sylvano Santini, ce colloque international s’inscrit dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire RADICAL (Repères pour une articulation des dimensions culturelles, artistiques et littéraires de l’imaginaire contemporain) et de Figura, le centre de recherche sur le texte et l’imaginaire.

 

Comité scientifique

Sylvano Santini

Sylvain David

Bertrand Gervais

Olivier Parenteau

Sylvain Brehm

 

Il se déroulera du 4 au 6 mars 2015 à l’UQAM. Les propositions de contribution (environ 300 mots), ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique, devront être envoyées avant le 30 novembre 2014 à l’attention de Sylvano Santini et Sylvain David à l’adresse suivante : figuracentre@gmail.com.

 

Appel à communication – “Les littératures contemporaines de l’exil”

Date 31 octobre 2014 |

 

Appel à communication

Séminaire international
Les littératures contemporaines de l’exil
13 et 14 octobre 2015

Voir ci-joint

Appel à communications-1

Journée d’études – “L’écrivain et l’artiste dans le contexte de l’histoire culturelle du stalinisme”

Date 31 octobre 2014 |

« L’écrivain et l’artiste dans le contexte de l’histoire culturelle du stalinisme »

13 novembre 2014, à l’EHESS, 190 avenue de France, salle 1.

10h-11h : Répercussions de la Révolution russe en France. Modératrice : Frédérique Matonti

 

Tatiana Kraeva, professeur d’histoire à l’Université fédérale d’Oural, « L’image de la Révolution russe dans la littérature française des années 1920-1930. »

 

Leonid Livak, professeur de langues et des littératures slaves à l’Université de Toronto : « Le problème de l’engagement politique dans la vie littéraire de l’émigration russe en France ».

 

Pause

 

11h-12h30 :

 

Stratégies d’écrivains et d’artistes en URSS. Modératrice : Catherine Goussef

 

Tatiana Kruglova, professeur de philosophie à l’Université fédérale d’Oural, « La genèse de l’artiste professionnel soviétique: la typologie et les stratégies de l’adaptation au réalisme socialiste ».

 

Ekaterina Nemenko, doctorante en philosophie à l’Université fédérale d’Oural, « L’engagement politique des écrivains soviétiques dans l’entre-deux-guerres ».

12h30-14h : Pause déjeuner

 

14h-15h30 : Engagements communistes et anticommunistes au sein de la gauche intellectuelle française. Modérateur :

Leonid Livak

 

Frédérique Matonti, professeure de science politique à l’Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne, « Les intellectuels et la gauche en France ».

 

Gisèle Sapiro, directrice d’études à l’EHESS et directrice de recherche au CNRS, « Formes et structures de l’engagement des écrivains communistes en France de la ‘drôle de Guerre’ à la Guerre froide ».

 

Eric Brun, enseignant à l’Université Paris VIII, « Le mouvement situationniste entre art et politique ».

 

 

Cette journée d’études est organisée par le Centre européen de sociologie et de science politique, l’Université Fédérale de l’Oural et le Centre d’études des mondes Russe, Caucasien et Centre- Européen, avec le concours de la Fondation scientifique de Russie pour les Sciences humaines (RGNF, Fédération de Russie) et la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH, République française), dans le cadre d’un accord de coopération entre le CESSP et l’Université fédérale d’Oural.

 

Contact : sapiro@msh-paris.fr

Appel à communications – Congrès 2015 de l’ACEF-XIX

Date 31 octobre 2014 |

Chères collègues et chers collègues,

Vous trouverez ci-joint l’appel à communications pour notre prochaine rencontre annuelle, du 30 mai au 1er juin 2015 à l’Université d’Ottawa.
Cordialement,

Nicolas Gauthier

Secrétaire de l’ACÉF-XIX

Professeur adjoint, dépt. d’Études françaises
Modern Languages Building, room 332A
University of Waterloo

200 University Ave. W

Waterloo, ON, N2L 3G1, CANADA
Tel. / Tél: 519.888.4567 extension/poste 32773

 

Appel-a-communications-Colloque ACEF-XIX- Ottawa2015

Parution – Joseph Jurt, “Naciones literarias : una sociología histórica del campo literario”

Date 30 octobre 2014 |

Parution

Joseph Jurt, Naciones literarias : una sociología histórica del campo literario

Córdoba [Argentine] : Villa Maria, Eduvim, coll. “entreculturas”, 2014.

EAN 9789876990639.

Présentation de l’éditeur :

Ce recueil contient les études que voici (en traduction espagnole) : Champ littéraire et nation ; Flaubert : littérature et archéologie ; Champ littéraire et champ artistique en France (1880-1900) ; La réception transnationale de la littérature : la réception du naturalisme en Allemagne ainsi qu’un entretien avec l’auteur portant sur le projet intellectuel qui est à la base de ces études : littérature et sociologie : la découverte de Pierre Bourdieu.

URL : http://eduvim.com.ar

Parution – Modernism, Middlebrow and the Literary Canon – The Modern Library Series, 1917-1955

Date 29 octobre 2014 |

Parution : Lise Jaillant, Modernism, Middlebrow and the Literary Canon – The Modern Library Series, 1917-1955

Informations et introduction du livre: http://www.pickeringchatto.com/modernlibrary

Document de présentation ci-attaché.

Special Offer_Jaillant Modernism, Middlebrow and the Literary Canon

CFP: Print & Capital / Le capital de l’imprimé

Date 23 octobre 2014 |

CFP – CASBC/ACÉHL

Print & Capital

Le capital de l’imprimé

The next annual meaning of the Canadian Association for the Study of Book Culture (CASBC) will take place at the Congress of the Humanities and Social Sciences at the University of Ottawa (Canada) from 1-2 June 2015.

We invite proposals for papers on the topic of “Print & Capital.” Please find attached the detailed call for papers.

*

Le prochain colloque annuel de l’Association canadienne pour l’étude de l’histoire du livre (ACÉHL) aura lieu dans le cadre du Congrès des Sciences humaines à l’Université d’Ottawa (Canada) du 1 au 2 juin 2015.

Nous sollicitons dès à présent des propositions de communication portant sur le thème : “Le capital de l’imprimé”. Veuillez trouver ci-joint l’appel à communications.

Program Co-Chairs / coprésidentes du comité d’organisation,

Janice Cavell (Janice.Cavell@international.gc.ca)

Ruth-Ellen St. Onge (ruthellen.stonge@mail.utoronto.ca)

CFP_CASBC_ACEHL_2015

Doctoral Fellowships – “Globalization and Literature”

Date 23 octobre 2014 |

The DFG-Research Training Group “Globalization and Literature. Representations, Transformations, Interventions” established at Ludwig-Maximilians-Universität, München (Germany), invites applications for

·      7 Doctoral Fellowships

starting in April 2015 for 1,5 years (18 months).

Another year (12 months) or even up to 1,5 years (18 months) of funding might be provided, depending on the extension of the funding period for the Training Group through the German Research Council.

The scholarship amounts to € 1,300 per month; additional funding for travel grants etc. will also be available.

 

The DFG Research Training Group sets out to examine the function of literature in processes of globalization from a broad historical perspective, ranging from antiquity to the present day. Research interests focus on the question of how literature may be both a product and an active generator or producer of the cultural, economic, and political dynamics, collectively described as globalization. Researchers work in close consultation with a group of supervisors whose fields of competence include literature written in English, French, German, Japanese, Russian, Spanish, Swedish, Turkish, and other languages. The study program, including critical theory and theories of globalization, is designed to provide a forum for intense exchange between fellows, professors, and visiting scholars from the fields of both literary studies and social studies. A more detailed account of the research program (in German) can be found at: http://www.grk-globalisierung.lmu.de

 

Applications (in English or German) are invited from highly-qualified graduate students. Applicants should have a university degree equivalent to Master level in literature, with a G.P.A. above the average. In exceptional cases, admission is possible on the basis of a B.A. (honours). Their research projects should contribute to the thematic focus of the Research Training Group. Therefor, the outline of the research project should make an explicit connection to the research profile of the group. Projects that include the exploration of earlier historical periods are particularly welcome.

 

Teaching and discussions will be bilingual. Applicants must therefore have an adequate comprehension level of both English and German, and speak at least one of these languages fluently. Please provide some evidence and/or documentation of your language competence.

 

Applications are submitted via an online platform, where you can upload all the necessary documents (see below) in PDF or JPEG.

For further information and the link to the application platform visit

http://www.en.grk-globalisierung.uni-muenchen.de/index.html

 

Required documents for application:

·      outline of the research project (3,000 to 4,000 words)

·      CV, including a detailed description of your academic career (no pre-formated CV, e.g. Europass)

·      transcripts of all school and university diplomas

·      letters of recommendation from two faculty members that give information on your qualifications and academic potential

·      a sample chapter of your MA thesis (ca. 4,000 words)

·      list of publications (if applicable)

 

 

Responsable :

Research Training Group Globalization and Literature

url de référence

http://www.en.grk-globalisierung.uni-muenchen.de/index.html

Parution – Marc Angenot, “L’Histoire des idées”

Date 23 octobre 2014 |

L’Histoire des idées
Problématiques, objets, concepts, méthodes, enjeux, débats
par Marc ANGENOT

situations_5

Présentation du volume

L’histoire des idées bénéficie d’une pleine légitimité universitaire dans les mondes anglo-américain et germanique. Dans le monde de langue française au contraire, c’est une sorte de terrain vague où l’on aperçoit des passants, des squatters, des occupants sans titre. On n’y rencontre guère en tout cas de travaux de confrontation des méthodes et présupposés de cette discipline répudiée par la plupart des historiens « ordinaires ».
Le présent ouvrage cherche à combler cette lacune. Ni traité, ni manuel, il aborde un vaste ensemble de questions, confronte les démarches des uns et des autres, expose les termes de controverses récurrentes. L’auteur y aborde la « vieille » question, déclinée de cent façons, du rôle des idées dans l’histoire.
Genre hybride, l’histoire des idées combine historicisation et typologies, et opère sur le produit de vastes enquêtes d’archives. Mais elle comporte aussi, explicitement dans bien des cas, une intention polémique jointe à un engagement personnel, la présence d’un sujet qui interpelle ses contemporains par passé interposé.
Notice de l’auteur

Marc ANGENOT est professeur émérite de l’Université McGill de Montréal, titulaire de la Chaire James-McGill d’étude du discours social et membre de la Société royale du Canada. Il est l’auteur de quelque trente ouvrages d’histoire des idées, d’analyse du discours et de rhétorique de l’argumentation dont, parmi les titres récents, Dialogues de sourds, traité de rhétorique antilogique (2008), En quoi sommes-nous encore pieux ? (2009), El discurso social (2010), Rhétorique de la confiance et de l’autorité (2013) et Les dehors de la littérature (2013).

ISBN : 978-2-87562-051-4
Année de publication : 2014
Prix : 35.00€ HTVA
Pages : 394

Pour commander l’ouvrage, voir le site http://www.presses.ulg.ac.be/jcms/c_14297/l-histoire-des-idees


Carnets de recherche