Nouvelle réédition sur le site Socius : « Positions et perspectives » de Claude Duchet

Préface d’un ouvrage collectif resté célèbre où étaient publiés des texte de Jacques Leenhardt, Henri Mitterand, Roger Fayolle ou encore Henri Meschonnic, « Positions et perspectives » est l’une des présentations les plus synthétiques de la sociocritique par son fondateur, Claude Duchet.

On peut lire ou relire ce texte important ici.

Anthony Glinoer

Appel à articles – « Corpographies auctoriales genrées »

Chers collègues,

 

Nous vous contactons à l’occasion de la publication de l’appel à contributions du monographique «Corpographies auctoriales genrées», que nous sommes en train d’organiser pour la revue Interférences littéraires / Literaire interferenties (http://interferenceslitteraires.be/). Ce numéro fait partie des projets de recherche sur l’auctorialité littéraire et ses représentations du groupe Cuerpo y Textualidad (http://cositextualitat.uab.cat).

Nous espérons que l’argumentaire vous semble suggestif et nous vous encourageons vivement à nous envoyer une proposition, que nous serons heureuses et honorées de recevoir.

Nous vous prions de faire diffusion parmi vos collègues. Outre les documents annexés, l’information se trouve sur le site de la revue, en français et espagnol (http://interferenceslitteraires.be/node/577) et en anglais (http://interferenceslitteraires.be/node/580).

Nous restons à votre entière disposition pour toute précision.

CFP illi21 – Corpographies auctoriales genrées

Bien amicalement,

 

Meri Torras et Aina Pérez.

__________

Estimados/as colegas,

Nos ponemos en contacto con ustedes con motivo de la publicación del call for papers del monográfico « Corpografías autoriales. Re/visiones de género », que estamos organizando para la revista Interférences littéraires / Literaire interferenties (http://interferenceslitteraires.be/), dentro de los proyectos sobre autoría literaria del grupo Cuerpo y Textualidad (http://cositextualitat.uab.cat).

Esperamos que el argumentario les parezca sugerente y que el proyecto sea de su interés. Estaríamos muy felices de recibir noticias suyas.

Les rogamos difusión entre sus colegas: si les parece oportuno, pueden remitir los documentos adjuntos o bien los links en español y francés (http://interferenceslitteraires.be/node/577) o en inglés (http://interferenceslitteraires.be/node/580).

Les agradecemos su atención y quedamos a su entera disposición.

Saludos cordiales,

Meri Torras y Aina Pérez

Appel – Marginalia

Bonjour,

Nous vous contactons pour solliciter votre aide afin de diffuser au plus grand nombre l’appel à communication (dont le délais de réponse est repoussé) mis au point pour la journée des doctorants EnC-EPHE.

La journée d’étude sera organisée le 16 juin prochain dans les locaux de l’École nationale des Chartes. Elle portera sur les marges et
marginalia appréhendées au sens large, sans contrainte de support, de période historique ni de discipline scientifique.

Nous invitons les doctorants et jeunes docteurs intéressés à prendre connaissance de notre appel à communication par l’intermédiaire du document ci-joint ou à cette adresse : http://marges2016.sciencesconf.org/. Les
pistes de réflexion proposées ne sont pas exhaustives.

marginalia

Pour répondre à l’appel, les intéressés peuvent nous contacter via
l’adresse mail journee.doctorants.enc.ephe@gmail.com ou, déposer leur soumission sur le site http://marges2016.sciencesconf.org.

Ils peuvent bien sûr nous contacter pour toute question.

Je vous remercie par avance pour votre aide,
Cordialement,
Tiphaine Foucher pour le comité d’organisation de la journée

Parution – GRIHL, « Ecriture et action, XVIIe-XIXe siècle (une enquête collective) »

GRIHL, « Ecriture et action, XVIIe-XIXe siècle (une enquête collective) »

Paris: Editions de l’EHESS, coll. « En temps et lieux »

avril 2016

ISBN:  978-2-7132-2535-2
26 euros

Présentation de l’éditeur

Des pamphlets dans un coup d’État, des certificats de médecin sur une guérison miraculeuse, la protestation d’un prisonnier, les poèmes d’une fête de cour, les articles d’un journaliste opportuniste, les oeuvres d’un prédicateur célèbre, les mémoires d’un homme politique. Que peut-on savoir d’un geste d’écriture?

L’action des écrits est toujours pensée à partir de leurs effets supposés sur leurs lecteurs. Écriture et action propose de la comprendre en ramenant le regard de la lecture vers l’écriture. Le geste d’écrire ne se limite pas aux intentions de l’auteur, exprimées ou non. Il prend place dans un tissu d’autres actions qu’il modifie et qui l’infléchissent.

L’introduction, en forme de manifeste, montre ce que la réflexion sur la singularité de l’action par écrit peut apporter à la réflexion sur l’action. Cet ouvrage déploie ensuite l’analyse sur de nombreux cas, rassemblés autour de problèmes centraux pour la compréhension de l’écriture comme action : l’écriture dans l’événement (« Dans l’événement »), l’écriture comme seule ressource dans des situations de contrainte extrême (« Enfermement »), la propagande (« Écrits de Versailles »), la théorisation politique (« Retz »), l’engagement (« Au XIXe siècle, l’engagement? »), l’agency (« Obéissances »), la rhétorique (« Scènes »).

Le Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire a été fondé en 1997. Équipe à la fois du Centre de recherches historiques (EHESS/CNRS) et de l’Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle, il réunit des historiens, des littéraires et des philosophes. Les 28 participants au travail du GRIHL présentent ici un modèle de compréhension de l’action de l’écrit qui intègre les apports de la sociologie, de la philosophie, de la linguistique et des études littéraires dans une démarche historienne.

Le livre est introduit par Alain Cantillon, Laurence Giavarini, Dinah Ribard et Nicolas Schapira.

Journée d’étude – « La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique »

La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles
Journée d’étude du GRM
Organisateurs : Alain Loute et Patrick Marcolini

Lieu : Ent’revues/IMEC – 4, avenue Marceau 75008 Paris – métro ligne 9 Alma-Marceau
Horaire: 9h-18h

Argumentaire : Dans la continuité de ses réflexions sur la politique des groupes ou, plus récemment, sur l’histoire politique des intellectuels, le Groupe de Recherches Matérialistes (GRM) organise une journée d’études sur le thème de la forme-revue comme praxis intellectuelle et politique aux XXe et XXIe siècles. L’hypothèse qui sous-tend cette journée est qu’une revue est, selon le mot célèbre, un « organisateur collectif » : elle contribue à la constitution et à la reproduction de modalités collectives de pensée, de travail et d’action. Loin de ne constituer qu’un simple artefact technique, un support logistique de propagande ou de communication, la revue doit donc être appréhendée elle-même comme une forme de praxis intellectuelle et politique. Elle peut ouvrir un espace à l’expérimentation intellectuelle et à l’intervention en conjoncture, contribuer à des échanges entre groupes, opérer des transferts et des déplacements culturels, etc. De plus, la « forme » revue n’est pas qu’une addition de textes qui existe de manière autosuffisante. Elle crée et produit quelque chose à travers le rassemblement de textes porté par un projet éditorial et politique.

La forme-revue comme praxis intellectuelle et politique sera abordée à travers plusieurs thématiques. Tout d’abord, il s’agira de préciser la forme spécifique de la revue. Comment la définir ? Quelle est son originalité par rapport à d’autres imprimés politiques comme le tract ou le livre ? Une autre question visera à questionner les liens et interactions entre revues : que produisent les échanges et dialogues entre elles ? Enfin, il nous semble essentiel de questionner l’historicité de cette forme-revue. L’enjeu sera tout à la fois de retracer son histoire, ancrée dans des conjonctures culturelles et politiques spécifiques, tout en suivant les mutations que cette forme revue a subies dans le monde contemporain. Il s’agira de prendre la mesure de cette évolution entre, d’un côté, démocratisation et potentialisation et, de l’autre, l’horizon possible – et menaçant – d’une disparition de la forme revue par la lecture discontinue et fragmentée qu’induit le monde numérique.

Ce programme sera abordé sous un angle disciplinaire résolument pluraliste. Cette journée d’études entend croiser les approches de tous les champs des sciences sociales concernés par l’histoire et la vie contemporaine des revues, en particulier les historiens de l’édition, les spécialistes en histoire sociale et histoire des idées, et les philosophes préoccupés par la théorie sociale et politique.
Programme

9h – Introduction de la journée

9h15 – Thomas Franck : Les Temps Modernes et Critique : deux rhétoriques pour deux praxis de l’immédiat après-guerre

10h15 – Julien Hage : La nouvelle génération des revues surgie de la brèche de la guerre d’Algérie : avant-gardes et relais de l’anti-impérialisme en France.

11h15 – Pause

11h30 – François Bordes : Preuves, revue marxienne ?

12h30 – Déjeuner

14h – Patrick Marcolini  : Des mots et des choses. Pour une définition matérialiste de la revue artistico-politique

15h – Alain Loute : La forme-revue au cœur des mutations de la textualité numérique : potentialisation ou fragmentation ?

16h – pause

16h30 – Table ronde

18h – Fin de la journée

Appel à communication – « Vers une épistémè numérique ? »

— Appel à communication —

CIDE19 : Vers une épistémè numérique ?
19ème Colloque International sur le Document Électronique

24-26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier, Institut Français d’Athènes,
Grèce
http://cide19.europia.org

La notion d’épistémè, telle qu’elle a été développée par Michel Foucault
dans Les mots et les choses (1966) et L’archéologie du savoir (1968),
vise à rendre compte des modalités de production (et de consommation)
des connaissances à une époque donnée. Dans ses œuvres, il décrit
essentiellement trois épistémès, successives : celle de l’époque
classique, de la Renaissance et, enfin, de l’époque moderne. Sans doute,
la toute dernière épistémè, celle de notre époque actuelle, dominée par
la transition numérique, n’a-t-elle pas été connue par Foucault (décédé
en 1984). Nos temps attestent désormais des intégrations et des usages
des technologies numériques dans nos pratiques, à la fois irréfrénables,
massifs et rapides, qui impliquent un évident besoin de renouvellement
du concept d’épistémè. Peut-être devrions-nous, d’ores et déjà, réserver
une place pour une forme d’épistémè inédite qui pourrait stimuler une
manière radicalement différente de concevoir nos rapports entre le
savoir et le pouvoir.
Dès son apparition, la technologie numérique participe aux facteurs
majeurs de modification de l’humain, souvent même à travers des logiques
et des mécanismes de consommation élémentaires. Les pratiques en sont
touchées, les champs cognitifs se façonnent en conséquence (au moins 23%
des produits manufacturés aujourd’hui contiennent du logiciel). La
production, la circulation, l’acquisition, la consommation et même le
recyclage de l’information, supportent une économie grandissante et
déterritorialisée, basée de plus en plus sur les connaissances, économie
qui tisse des relations d’interdépendance de plus en plus complexes avec
le vivre ensemble. Autant de signes clairs d’une évolution, certes
rapide mais décidément « normale », de la culture numérique, en
perpétuel auto-dépassement, et déjà, peut-être, en train de devenir,
post-numérique : ses paradigmes se renouvellent sans cesse, avant même
de fonder quelque norme et produire des effets d’un ordre, d’une mesure,
d’un canon. Au cœur de ces restructurations radicales, la question du
document se transforme également, et grandement, en augurant des façons
souvent audacieuses de transmission des savoirs et des cultures.
Les deux dernières éditions du colloque CIDE ont abordé les relations
que le document pourrait entretenir avec l’ère post-numérique (CiDE 18 :
Documents et dispositifs à l’ère post-numérique, CiDE 17 : Le livre
post-numérique). C’est cette interrogation, concernant, justement,
l’avènement d’une nouvelle épistémè du document numérique, que nous
souhaitons soumettre à discussion à l’occasion de cette 19e édition du
Colloque International sur le Document Électronique. Programmée pour se
dérouler en Grèce, berceau de la première forme d’épistémè, d’après
Foucault, il a paru particulièrement pertinent d’interroger le concept
d’épistémè au regard de la culture numérique, et tout ce qu’elle
mobilise en matière de supports, d’artefacts, de systèmes, de
dispositifs et d’usages pour servir les nouvelles appétences d’accession
à la culture et la connaissance.
Plusieurs axes de réflexion sont ainsi ouverts qui se structurent autour
de trois questions principales :
1. Le numérique modifie, certes, les modalités de production et de
diffusion des connaissances ; mais comment ?
2. À l’heure des objets connectés, de l’ultra-mobilité, de
l’interopérabilité des données et des thématiques recouvertes par le
concept de Big Data, Smart Data, etc., quel est le statut
épistémologique du document ?
3. Dans la structuration en cours du champ des humanités numériques, le
document joue-t-il encore un rôle de principe organisateur entre les
disciplines ? Et comment ?
Plus concrètement, le colloque CiDE 19 accueillera des contributions
théoriques, des présentations d’études de cas, des résultats de projets
applicatifs ou expérimentaux en lien avec les thèmes suivants :
– Le statut épistémologique du document et des data à l’heure du
numérique ;
– Le document comme support et vecteur épistémique ;
– Le principe de (re)documentarisation et de la reéditorialisation;
– La description, l’annotation et la représentation des documents et des
connaissances ;
– L’évolution des régimes de matérialité documentaire ;
– Le document, entre support technique et vecteur de transmission des
savoirs ;
– La médiation et médiatisation numérique du patrimoine (culturel,
scientifique…),
– La numérisation des corpus et du patrimoine antique ;
– Les enjeux du codage pour les humanités numériques ;
–   L’épistémologie des humanités numériques ;
– Le document, principe organisateur des communautés épistémiques ;
– Les usages et les pratiques documentaires ;
–   Les normes documentaires ;
– Les réseaux, les mises en réseaux et les nouvelles modalités de
production du savoir.
L’édition 2016 du CiDE (CiDE.19) souhaite encourager le débat entre les
différentes communautés intéressées par la question du document
numérique et sa place dans l’émergence d’une nouvelle culture. À cette
fin, différentes dimensions peuvent être mobilisées : historique,
économique, sémio-pragmatique, technique, sociale, ou encore culturelle.

Soumission :
http://cide19.europia.org

Modalités de sélection
La sélection des articles est faite après une double évaluation à
l’aveugle, d’une version complète de l’article proposé.
La langue de communication est le français et l’anglais (pas de
traductions simultanées).

Calendrier :
Date limite de soumission : 12 juin 2016
Notification aux auteurs : 15 juillet 2016
Article définitif : 05 septembre 2016
Colloque 24-26 Novembre 2016

Publication des actes du colloque :
Les actes du colloque seront publiés aux éditions Europia
Seuls seront publiés les articles présentés par leur(s) auteur(s) lors
du colloque.

Organisation
CiDE.19 est organisé par : CiTU-paragraphe (Université Paris 8), GERiiCO
(Université de Lille 3), Télécom Bretagne et Université Aristote de
Thessalonique
Le colloque aura lieu du 24 au 26 Novembre 2016, Salle Gisèle Vivier,
Institut Français d’Athènes, Grèce
http://cide19.europia.org

Comité d’Organisation de CiDE.19
Guillaume Besacier, CiTU-paragraphe, Université Paris8, France
Stéphane Chaudiron, Université Lille 3, France (co-président du colloque)
Pergia Gkouskou-Giannakou, Université de la Nouvelle Calédonie, France
Dimitris Gouscos, University of Athens, department of Communication and
Media Studies, Grèce
Ioannis Kanellos, Telecom-Bretagne, France (co-président du colloque)
Khaldoun Zreik, Université Paris8, France (co-président du colloque)

Comité scientifique de CiDE.19
Bruno Bachimont, Heudiasyc, Université de Technologie de Compiègne, France
Laurence Balicco, Laboratoire GRESEC – Université Grenoble Alpes, France
Jean-Jacques Boutaud, CIMEOS, Université de Bourgogne, France
Nasreddine Bouhai, Citu-Pargraphe, Université Paris 8, France
Evelyne Broudoux, DICEN, CNAM-Paris, France
Michael Buckland, School of Information, University of California, USA
Sylvie Calabretto, INSA-Lyon, France
Etienne Candel, CELSA, Université Paris-Sorbonne, France
Jean Charlet, INSERM (UMR_S 1142), France
Stéphane Chaudiron, Université Lille 3, France
Stéphane Crozat, CASTEC, Université de Technologie de Compiègne, France
David Douyère, PRIM, Université François-Rabelais, France
Jacques Ducloy, LORIA, Université de Lorraine, France
Joël Gardes, Orange Expert Community, France
Malek Ghenima, Ecole Supérieure de commerce de Tunis, Université de la
Manouba, Tunisie
Pergia Gkouskou-Giannakou, Université de la Nouvelle Calédonie, France
Dimitris Gouscos, University of Athens,  Grèce
Mohammed Hassoun, ENSSIB, France
Maryvonne Holzem, Université de Rouen, France
Madjid Ihadjadene, Université Paris 8, France
Bernard Jacquemin, Geriico, Université Lille 3, France
Ioannis Kanellos, Telecom-Bretagne, France
Omar Larouk, ENSSIB, France
Yves Marcoux, Université de Montréal, Canada
Michel Meimaris, University of Athens, Grèce
Sylvie Merviel, DeVisU, Université de Lille Nord de France, France
Abdelkrim Meziane, Division de recherche DSISM, CERIST, Algerie
Ghassan Mourad, LILAS, Université Libanaise, Liban
Céline Paganelli, Lerass-Ceric, Université Paul-Valéry, France
Jean-Marc Robert, Polytechnique Montréal, Canada
Imad Saleh, Paragraphe, Université Paris 8, France
Brigitte Simonnot, Université de Lorraine, France
Antonis Skamnakis, Aristotle University of Thessaloniki, Grèce
Lyne Da Sylva, École de bibliothéconomie et des sciences de
l’information, UdM, Canada
Lynda Tamine-Lechani, Irit, Toulouse, France
Christine Vanoirbeek, EPFL, Suisse
Lise Verlaet, Lerass-Ceric, Université Paul-Valéry, France
Khaldoun Zreik, Université Paris8, France

Appel à communications : colloque « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècles) »

Appel à communications : colloque « La presse et la conquête de l’air. Histoire, imaginaires, poétiques (XVIIIe-XXIe siècles) »

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Centre d’histoire du XIXe siècle, 12 janvier 2017

Des premiers vols en ballon à la conquête de l’espace, le développement de la navigation aérienne puis spatiale est survenu conjointement avec celui d’une autre grande invention : la presse. Toutes deux ont en commun de reposer sur des avancées techniques déterminantes et d’avoir fécondé les représentations contemporaines. De riches imaginaires aéronautique et médiatique tracent en effet de concert un récit de l’entrée dans la modernité, avec le Progrès à l’horizon. À la culture médiatique répond une culture aérienne, entendue comme « entrecroisement de techniques et de pratiques, de représentations et d’expériences » (Roseau et Thébaud-Sorger, 2013, p. 11).

Le XIXe siècle voit en effet, dans la plupart des pays occidentaux, l’entrée dans la culture médiatique et l’invention d’une presse de masse, reposant sur les progrès conjoints de la démocratie, de l’alphabétisation, des moyens de transport, de communication et des techniques d’impression. En même temps que cette « civilisation du journal » survient graduellement la « conquête de l’air » : les premiers vols aérostatiques des années 1780 inaugurent l’âge du « plus léger que l’air », avant que l’exploit de Robur-le-Conquérant imaginé par Jules Verne ne se concrétise à la toute fin du xixe siècle, ouvrant l’ère de l’aviation, contemporaine du développement de la presse d’information et du reportage.

Or, si des travaux ont déjà mis en lumière l’imaginaire aéronautique dans la littérature, la presse se révèle quant à elle un réservoir foisonnant mais peu exploré pour la genèse de ces représentations. Au fil du temps, tandis que se constituait une abondante production littéraire sur l’aérostation et l’aviation, comment la presse, à travers ses propres évolutions, s’est-elle appropriée les étapes et les héros de la conquête de l’air, pour en restituer un récit médiatique ?

C’est la question centrale de ce colloque, qui propose d’interroger la spécificité et l’historicité des imaginaires aérostatique, aéronautique et astronautique dans le journalisme écrit, radiophonique, télévisuel et numérique, de la fin du xviiie siècle à nos jours. Les médiateurs journalistiques s’étant intéressés à la conquête du ciel et de l’espace l’ont fait en fonction des impératifs et des propriétés du support, en traçant les contours d’un imaginaire qui ne coïncide ni tout à fait avec celui des écrivains, des cinéastes ou des artistes visuels (Wohl, 1996, 2007) ni tout à fait avec celui des inventeurs et de l’industrie, marqué par des considérations techniques (Lenoble, 2006). Orienté par les impératifs propres au journalisme, cet imaginaire répond possiblement à la fois à des visées informatives, politiques, de divertissement et de vulgarisation, non sans être aussi l’objet d’un investissement esthétique.

La presse pourra être envisagée à partir de différents corpus (presse généraliste ou spécialisée, quotidienne ou périodique) et perspectives :

 

Médiateurs journalistiques et réseaux

On pourra s’intéresser aux médiateurs de l’imaginaire aéronautique, des faits-diversiers couvrant les envols en ballon captif et les drames aérostatiques aux rubricards du xxe siècle responsables des nouvelles aéronautiques des grands quotidiens, en passant par les journalistes de la presse spécialisée et les grands reporters ayant porté un intérêt à l’aviation ou l’ayant pratiquée. Dans la mesure où le système médiatique entretient des liens multiples à la fois, d’une part, avec les milieux sportifs et aéronautiques et, d’autre part, avec le champ littéraire et le monde de l’édition, la question des réseaux d’acteurs sociaux et des processus de circulation et d’échange qu’ils dessinent constitue également une piste à suivre. Plusieurs acteurs ont occupé des fonctions multiples : aviateur, militaire, journaliste, directeur d’un organe de presse ou d’une collection éditoriale, écrivain, préfacier. Ce sont autant de croisements qui renseignent sur l’imbrication des champs journalistique et littéraire, sur l’ouverture de la presse aux amateurs et, par ailleurs, sur les liens entre ces mondes de l’écrit et ceux du sport, de l’industrie ou de l’armée, dont la recherche d’une publicité favorable a pu déterminer certaines rencontres, donner naissance à certains événements et héros.

 

Poétiques médiatiques 

Dans la diversité des pratiques des médiateurs de presse, l’imaginaire aéronautique est tributaire du spectre des poétiques, des genres et des rubriques journalistiques où il se déploie, de leurs contraintes et règles d’écriture. On pourra ainsi, dans l’étude des récits et des discours mettant en scène l’aviateur, explorer les registres à l’œuvre (épique, satirique, sentimental), l’intervention de procédures littéraires ou l’influence des protocoles des genres journalistiques (chronique, reportage, fait divers, interviews) sur les représentations et l’invention d’une poétique du vol. Les passages obligés des journalistes aéronautiques peuvent également être repérés : le baptême de l’air constitue par exemple un topos, depuis l’ascension en ballon des écrivains-journalistes du xixe siècle jusqu’à l’essai de l’aviation commerciale par les reporters des années 1920. Les propositions portant sur l’« énonciation éditoriale » (Souchier, 1998) seront aussi les bienvenues : tous les éléments composants la matérialité du journal, depuis l’illustration de presse jusqu’au formatage des rubriques aéronautiques, sont susceptibles d’intervenir dans la transmission d’un imaginaire aéronautique.

 

Usages politiques

Les meetings, compétitions et raids aériens appartiennent aux événements sportifs organisés par la presse afin d’assurer son autopromotion. Ils peuvent être l’objet d’une récupération idéologique (Bryon, 2009), notamment par l’extrême-droite, tout comme les différentes postures du pilote (héros de guerre, explorateur, enquêteur ou pionnier) peuvent être l’objet d’investissements  politiques. Ceux-ci ne se limitent pas au cas de « l’As » et aux moments de conflits internationaux. Les insurrections coloniales comme les faits divers criminels et les élections présidentielles mettent en jeu, parfois de manière inattendue, des figures d’aviateurs dont la visibilité médiatique est susceptible d’être instrumentalisée. Ces usages politiques sont favorisés par le côtoiement polyphonique, au sein de la presse, de discours sur l’expansion coloniale, l’armement, les relations internationales, le commerce, les communications postales et le transport, autant de domaines liés au développement de la navigation aérienne.

 

Héros médiatiques, imaginaires et sensibilités

Les propositions pourront également porter en partie sur d’autres productions (littérature, arts visuels, musique, cinéma, cartes postales) et formes de discours (historiographique, technique, pédagogique), en autant qu’elles les articulent avec l’imaginaire aéronautique de la presse. Est-il possible de soutenir l’hypothèse, par exemple, que la presse a pu être le laboratoire où se sont d’abord formées certaines topiques des représentations des aéronautes et des aviateurs, qui seront par la suite appropriées par les écrivains ? Du côté de la fiction, la portée symbolique des croisements entre presse et aviation dans les œuvres qui entremêlent des figurations journalistiques et aéronautiques, par exemple avec le personnage du reporter-aviateur, constitue une piste intéressante. Aviateurs et reporters s’insèrent ensemble dans une galerie renouvelée de l’héroïsme, à l’heure de la méritocratie républicaine et des mythes médiatiques, dont les configurations narratives et les intertextes méritent d’être interrogés. Enfin, la conquête de l’air met aussi en jeu d’autres imaginaires et d’autres histoires : on pourrait interroger, toujours dans le cadre de l’écrit de presse, ses résonances avec une histoire du corps ou une histoire des sensibilités à l’espace et au temps.

 

Le colloque se déroulera en français, mais les propositions de communication portant sur différentes presses nationales et régionales (francophones ou non), de même que sur les questions de transfert, de circulation et d’adaptation d’imaginaires et de formes médiatiques entre espaces nationaux seront reçues avec grand intérêt.

Les propositions (300 mots, accompagnées d’une bibliographie et d’une brève notice biobibliographique mentionnant l’affiliation institutionnelle) sont à transmettre à Mélodie Simard-Houde avant le 31 mai 2016 à l’adresse suivante : melodie.simard-houde@univ-paris1.fr

 

Comité scientifique :

Dominique Kalifa (professeur, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Guillaume Pinson (professeur, U. Laval, Québec)

Mélodie Simard-Houde (postdoctorante, U. Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Marie Thébaud-Sorger (chargée de recherche CNRS, Centre Alexandre Koyré (CNRS/EHESS/MNHN))

Marie-Ève Thérenty (professeure, U. Paul-Valéry, Montpellier III)

Robert Wohl (professeur émérite, U. of California, Los Angeles)

 

Bibliographie indicative

BÀO, Bùi Xuân, Naissance d’un héroïsme nouveau dans les lettres françaises de l’entre-deux-guerres, aviation et littérature, Paris, A. Dubin, 1961.

BOUCHARENC, Myriam « Le reportage sportif en perspectives », dans Guillaume Pinson et Marie-Ève Thérenty (dir.), dossier « L’invention du reportage », dans Autour de Vallès, n° 40 (2010), p. 119-130.

BRYON, Céline, « La chevalerie, un mythe à l’ère de la communication », dans Quaderni, n° 70 (automne 2009), p. 111-119.

CHEMAIN, Roger, « De l’archange au mauvais ange, de l’héroïsme à l’hédonisme, figure mythique de l’aviateur en littérature ; ou : Icare empêtré », dans Loxias [en ligne], mis en ligne le 13 novembre 2008. URL : http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=2626.

HOLT, Richard, « Premiers sports », dans Corbin, Alain, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.),Histoire du corps, t. II, De la Révolution à la Grande Guerre, volume dirigé par Alain Corbin, Paris, Seuil (L’univers historique), 2005, p. 331-364.

KALIFA, Dominique, Philippe REGNIERMarie-Ève THERENTY et Alain VAILLANT (dir.), La civilisation du journal. Histoire culturelle et littéraire de la presse française au XIXesiècle, Paris, Nouveau monde éditions, 2011.

LENOBLE, Benoît, « L’aéroplane et le ballon vus par le journal. Technique aérienne et imaginaire médiatique en France, de 1906 au début des années vingt », dans Hypothèses, Paris, vol. I, n° 1 (2006), p. 209-220.

ODAERT, Olivier, « L’aviateur dans la littérature française de 1909 à 1923. Une incarnation du “mythe du progrès” ? », communication au colloque « La conquête de l’air, naissance d’un nouvel imaginaire ? (1900-1920) », Université du Maine, 27-28 novembre 2008.

PERNOT, François, « Le destin médiatique des chevaliers du ciel, de Georges Guynemer à Tanguy et Laverdure », dans Douleurs, souffrances et peines : figures du héros populaires et médiatiques, L’Ull Critic, n° 8 (2003), Lleida, Édicions de la Universitat de Lleida, p. 181-193.

——-, « L’image de l’aviateur dans la presse française 1940-1944 : la recherche d’un modèle », dans Revue historique des armées, n° 2 (1993), p. 85-95.

PINSON, Guillaume, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXesiècle, Paris, Classique Garnier (Études romantiques et dix-neuviémistes), 2012.

ROBÈNE, Luc, L’homme à la conquête de l’air. – 1. Le règne des aéronautes, XVIIIe et XIXe siècles, 2. L’aventure aéronautique et sportive, XIXe-XXe siècles, Paris, L’Harmattan, 1998.

ROSEAU, Nathalie et Marie THEBAUD-SORGER (dir.), De l’invention à la massification : histoire d’une culture moderne. L’emprise du vol, Genève, MetisPresses, 2013.

SOUCHIER, Emmanuël, « L’image du texte. Pour une théorie de l’énonciation éditoriale », dans Cahiers de médiologie, no 6 (1998), p. 137-145.

THEBAUD-SORGER, Marie, « Le spectacle de l’envol : mobilités aériennes (1783-1909) », dans Mathieu Flonneau et Vincent Guigueno (dir.), De l’histoire des transports à l’histoire de la mobilité ?, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 235‐245.

TRESCH, John, « “La puissante magie de la vraisemblance” : Edgar Allan Poe à l’époque du machinisme », dans Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], no 16 (2009), mis en ligne le 20 mai 2011. url : http://traces.revues.org/2683 ; doi : 10.4000/traces.2683

VIGARELLO, Georges, « Foules sportives », dans Corbin, Alain, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello (dir.), Histoire du corps, t. III, Les mutations du regard. Le XXesiècle, volume dirigé par Jean-Jacques Courtine, Paris, Seuil (L’univers historique), 2006, p. 344-353.

WOHL, Robert, The Spectacle of Flight : Aviation and the Western Imagination, 1920-1950, New Haven, Yale University Press, 2007.

——-, A Passion for Wings : Aviation and the Western Imagination, 1908-1918, New Haven, Yale University Press, 1994.

——-, « Par la voie des airs : l’entrée de l’aviation dans le monde des lettres françaises, 1909- 1939 », dans L

Appel à communication – « Lire des vies. L’approche biographique en sciences humaines et sociales »

Appel à communication

Laboratoire de recherche sur les espaces Créoles et Francophones (LCF, Université de La Réunion)

Observatoire des sociétés de l’océan Indien (OSOI, Université de La Réunion)

Centre de recherche sur les médiations (CREM, Université de Lorraine/Université de Haute-Alsace)

Colloque interdisciplinaire et international

Lire des vies
L’approche biographique en sciences humaines et sociales

Saint-Denis de La Réunion
UFR Lettres et des Sciences humaines (LSH) Université de La Réunion
23-24 février 2017

Colloque_biographie2017

Appel – « Journées Doctorales LOGOS 2016 »

Bonjour,

 

Veuillez trouver en annexe l’appel à contribution pour les Journées Doctorales LOGOS 2016 à Mannheim. Nous vous prions de le transmettre aux doctorants de vos Universités respectives. Nous nous réjouissons des propositions des doctorants et ensuite de vous recevoir en juillet à Mannheim pour y passer de belles journées doctorales.

 

Bien cordialement,

Frederik Kiparski

CFP_LOGOS_2016_fr

Parution – « Le sujet lecteur-scripteur dans l’enseignement de la littérature »

Bonjour,
J’ai le plaisir de vous annoncer la parution en ligne de la revue MYRIADES  | Volume 2 (2016)  «Le sujet lecteur-scripteur dans l’enseignement de la littérature», disponible à l’adresse suivante : http://cehum.ilch.uminho.pt/myriades
Ce numéro est co-organisé par Sébastien Ouellet (Université du Québec-Rimouski), Sylvain Brehm (Université de Montréal) et Marie-Manuelle da Silva (Université du Minho, Portugal/Université de Vigo, Espagne).
Je vous serais reconnaissante de bien vouloir diffuser cette information.
Bien à vous,

 

Marie-Manuelle da Silva