Parution : C. Biron, « Mavis Gallant et Gabrielle Roy, journalistes »

Chères et chers collègues,
J’ai le plaisir de vous annoncer la parution de mon ouvrage Mavis Gallant et Gabrielle Roy, journalistes chez Codicille éditeur dans le cadre du prix de la recherche émergente du CRILCQ.
L’ouvrage fait l’objet d’une édition en libre accès. Voici le lien pour le téléchargement gratuit de la version électronique et le lien pour le service d’impression à la demande.
Bien cordialement,
Charlotte Biron

Journée d’étude – « Manières de lire: sources, supports, pratiques »

Manières de lire : sources, supports, pratiques

Journée d’étude du Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire

(CRH/Paris 3)

7 juin 2016

EHESS, 105 Bld Raspail, Paris (6e), salle 7

 

Discutant : Roger Chartier

 

9:00 Accueil des participants

 

Apprentissages, normes et techniques

 

Xenia von Tippelskirch (Humboldt-Universität, Berlin), « Des différentes manières de lire à l’époque moderne. Le cas des lectrices »

 

Virginie Brinker (Université de Bourgogne), « Usages des textes littéraires d’auteurs africains dans les manuels de collège en France »

 

10:45-11:15 Pause et café

 

Penser la lecture : pratiques et modèles d’analyse

 

Geoffrey Turnovsky (University of Washington, Seattle) « “Cette manière typographique de lire”: la lecture en un temps de changement technologique »

 

Mathilde Faugère (Université de Paris 3), « “L’inclination aux fables” : justifications et modèles anthropologiques de la lecture de fiction au XVIIe siècle »

 

12:45-14:00 Déjeuner

 

Manières de lire, quelles archives ? quels lecteurs ?

 

Alain Viala (Oxford University), « L’ « atlectique » rhétorique du lecteur »

 

Guillaume Peureux (Université de Paris-Ouest Nanterre) : « Notes, marges et recueil. La production écrite d’un lecteur de Ronsard »

 

Véronique Rohrbach (Université de Lausanne) : « Le courrier des lecteurs de Georges Simenon »

 

Discussion générale

 

Organisation et contact :

Mathilde Bombart : mathilde.bombart@univ-lyon3.fr

Audrey Duru : audrey.duru@u-picardie.fr

Judith Lyon-Caen : jlc@ehess.fr

 

 

 

Présentation

 

L’interrogation sur les manières de lire est l’un des chemins privilégiés de l’histoire de la lecture. Elle demeure l’un de ses chantiers les plus vastes, notamment du fait des difficultés posées par la documentation mobilisable pour saisir les pratiques de lectures du passé. Nous proposons de revenir sur ces problèmes autour de quatre axes de questionnement :

 

1)            « Archives de lecture » et « lecteurs ordinaires »

Toute une part de l’histoire des pratiques de lecture a tenté de faire émerger des « archives », des traces réelles de lectures effectives, afin de ne pas s’en tenir aux usages postulés des imprimés, reconstituables à partir des indications textuelles ou paratextuelles, et des diverses procédures de mises en livre. On cherche des traces tangibles de lectures effectives menées, si possible, par des lecteurs sans qualité, des « lecteurs ordinaires ». On sait tout ce que ces catégories ont de problématique : qu’est-ce qu’un lecteur ordinaire ? Désigne-t-on ici un ensemble de caractéristiques sociales ou socio-professionnelles (une extériorité au monde de l’imprimé, par exemple, ou au métier d’écrire ?) ou des manières de lire (qui peut faire du critique le plus aiguisé un lecteur « ordinaire »), – désignations des modes de lecture (« simple », « ordinaire », « non spécialisée », « lisante », etc.) elles-mêmes susceptibles d’être historicisées.

Qu’est-ce qu’une trace ou une archive de lecture ? Dans la grande majorité des cas, il s’agit d’écrits. Or, ces écrits sont avant tout des actions d’écriture en situation (lettre de lecteur, « journal » personnel, correspondance, marginalia ou encore recueil de notes tels que les lieux communs), qui doivent être appréhendées en tant que telles, notamment comme des gestes « en direction » de la littérature (comme institution, valeur, forme d’écriture identifiée comme telle), ainsi que, souvent, des gestes de présentation de soi. Il ne s’agit pas de remettre en cause, brutalement, la notion d’archive de lecture, mais de se demander ce qu’est une lecture qui se saisit comme une action d’écriture. Archives de lecture/actions d’écriture, il est peut-être temps de revenir sur cette tension majeure, que le travail du GRIHL sur « écriture et action » contribue à renouveler.

 

2)            L’implication du lecteur : questions théoriques, perspectives historiques

La question de la relation du lecteur à ce qu’il lit – ce qui est susceptible de se passer au cours de l’activité de lecture, ou ce que celle-ci peut faire à celui qui la mène – a été depuis quelques années l’objet d’une attention théorique nouvelle, principalement centrée sur les dynamiques cognitives et affectives impliquées. La relation émotionnelle à ce qui est lu est l’objet de multiples analyses visant à mettre en évidence les mécanismes d’empathie, d’identification, d’immersion ou encore d’engagement corporel mobilisés au cours de la lecture, de littérature en particulier. Toutefois, le fonctionnement de ces processus est plus souvent postulé que saisi concrètement, dans une oblitération des situations effectives de lecture et des formes d’existence matérielle des écrits. Nous proposons d’opérer une mise en perspective historique de ces questions qui permette, d’une part, de s’interroger sur les relations, effets ou affects considérés dans les contextes variables de lectures situées (par exemple à partir des écrits de lecteurs évoqués plus haut) ; et d’autre part, de mettre en évidence la dimension elle-même historiquement située de ces analyses de la lecture. Les différents modèles élaborés pour parler de la lecture (identification, incorporation, lecture intensive/extensive, lecture de la sphère publique/du for privé etc.) ont une histoire, notamment comme objets théoriques développés ou débattus dans des contextes qui varient dans le temps. Certaines de ces pensées de la lecture sont bien connues, tels les théories de l’identification, ou le discours physiologique sur les dangers de l’absorption romanesque ; d’autres sont encore à explorer, telle l’idée d’application. Surtout, on s’intéressera aux enjeux sociaux et politiques de l’apparition et de la mobilisation des modèles en question – une réflexion qui peut d’ailleurs être étendue à la vogue que rencontre aujourd’hui en France une vision empathique et éthique de la lecture littéraire.

 

3)            Technologies du lire : des supports et des pratiques en évolution

Une troisième ouverture est de penser à la technologie, notamment à partir d’un moment culturel, le nôtre, dominé par l’idée de grands changements entraînés par la numérisation ; le « e-reader » et le déclin annoncé des formes traditionnelles de lecture imprimée : recul de presse quotidienne sur papier, multiplication des formes imbriquées de lecture et d’écriture sur le web, etc. Mais que regrette-t-on quand on regrette la disparition de la lecture de l’imprimé ? Existe-t-il vraiment quelque chose comme une lecture typographique ? Ce que vise en général cette déploration, c’est le recul supposé de la lecture individuelle et silencieuse d’un ouvrage de fiction, modèle de lecture qui s’est trouvé investi de qualités morales : lecture sérieuse, profonde, continue (i.e. non-distraite, non-interrompue), et qui peut contribuer à l’élévation personnelle du lecteur, alors que les formes numériques, électroniques sont supposées avoir l’effet contraire : la désintégration ; la fragmentation ; la distraction ; etc… On sait pourtant que la lecture de l’imprimé recouvre une pluralité de pratiques, la plupart ne correspondant pas à cet idéal moralisé que représente « la lecture » aujourd’hui. Au-delà de la nostalgie pour les belles heures de l’imprimé, on tentera aussi de faire apparaître des continuités au sein même des mutations techniques : le développement de la technologie de l’imprimé au XVe siècle visait des manières de lire et des attentes formées par la culture manuscrite de l’époque ; les critiques de la presse et de la librairie au XIXe siècle étaient fort préoccupés des effets des mutations des supports sur les manières de lire, etc.

 

4)        Normes, prescriptions, apprentissage

La pédagogie de la lecture possède une histoire qui peut être examinée à partir des instruments qu’elle a suscités (manuels, méthodes, cahiers de notes, etc.), et des objets divers qu’elle recouvre. L’activité didactique s’accompagne aussi souvent de la constitution d’un discours moral qui investit la lecture d’un rôle de formation ou de transformation de celui qui lit ; à la Renaissance, par exemple, la lecture du texte biblique (en contexte protestant) ou du livre édifiant tend à l’exercice de soi. Prescriptions et pratiques effectives, pour autant qu’il en reste des traces, pourront être confrontées. Par ailleurs, l’expansion du marché des livres est concomitante d’un discours de méfiance, volontiers normatif et censeur, qui débouche aussi sur des productions visant à cadrer les lecteurs, en les guidant, les formant, ou en leur fournissant de « bonnes » lectures. C’est bien du reste au livre religieux qu’est largement due cette expansion et notre réflexion pourra aussi être l’occasion de réinterroger l’association courante du développement des pratiques de lecture à la sécularisation et à la constitution d’un sujet libre.

 

 

Appel à communication – « Littérature, livre et librairie au XVIIe siècle »

Appel à communication 47e Colloque international NASSCFL Lyon, 21-22-23-24 juin 2017 « Littérature, livre et librairie au xviie siècle »(English Version :  http://se17.bowdoin.edu/NASSCFL/conference/2017)
Le XVIIe siècle est marqué en France par une expansion sans précédent du marché du livre qui touche tous les principaux centres de production et de diffusion. Lyon, notamment, qui s’est doté au siècle précédent d’imprimeries prestigieuses, joue à cet égard un rôle déterminant. Si certains auteurs s’inquiètent d’un développement qui multiplie les livres et élargit le lectorat en transformant en profondeur le fonctionnement du monde des lettres, la librairie gagne en légitimité en même temps que la littérature se constitue en champ social autonome. Quelques décennies plus tard, l’Encyclopédie soulignera « combien les Lettres importent à l’État, & combien tient aux Lettres la Librairie ».

La NASSCFL, société nord‑américaine réunissant les spécialistes du xviie siècle français anglophones et francophones du monde entier, tiendra à Lyon son 47e Colloque international pour interroger les liens qui se nouent à cette période entre littérature, livre et librairie. Il s’agira d’observer leurs interactions politiques, économiques et culturelles et d’interroger les représentations qui s’y attachent. Une telle problématique prend tout son sens à Lyon qui fut, sous l’Ancien Régime, le deuxième centre éditorial après Paris.

Plusieurs axes d’études seront envisagés dans le cadre de ce travail :

 

– Livres et diffusion des savoirs – Littérature et librairie à Lyon – De la page à l’écran : études dix-septièmistes et humanités numériques – Littérature et police du livre – Les « intermédiaires » de la publication – Femmes, livres et librairie – Politiques éditoriales et genres éditoriaux – Périodiques – Théâtre et librairie – Livres et religion – Bibliothèques et collections – Le manuscrit et l’imprimé – Librairie, livre et images – La librairie en fiction – L’imaginaire du livre   Roger Chartier prononcera la conférence plénière ; Jean-Dominique Mellot le discours de clôture.Comité d’organisation : Mathilde Bombart : mathilde.bombart@univ-lyon3.fr ; Sylvain Cornic : sylvain.cornic@univ-lyon3.fr ; Edwige Keller-Rahbé : Edwige.Keller@univ-lyon2.fr ; Michèle Rosellini : michele.rosellini@ens-lyon.fr

 

Comité scientifique : Claude Bourqui (Université de Fribourg), Jean-Marc Chatelain (Bibliothèque Nationale de France), Juliette Cherbuliez (Université du Minnesota), Michèle Clément (Université Lumière-Lyon 2), Sébastien Drouin (Université de Toronto), Nathalie Ferrand (Centre National de la Recherche Scientifique), Sylvaine Guyot (Université d’Harvard), Grégoire Holtz (Université de Toronto), Jean Leclerc (Université de London-Western Ontario), Olivier Leplatre (Université Jean Moulin-Lyon 3), Roxanne Roy (Université du Québec à Rimouski), Nicolas Schapira (Université Paris Est-Marne la vallée), Deborah Steinberger (Université du Delaware), Laurent Thirouin (Université Lumière-Lyon 2), Geoffrey Turnovsky (Université du Washington), Rainer Zaiser (Université de Kiel).

  Les propositions (max. 250 mots/1500 signes) sont à envoyer pour le 31 août 2016 au(x) responsable(s) du panel auquel vous postulez. 

******************1/ Livres et diffusion des savoirs (Rainer Zaiser)

Comme Marshall McLuhan l’a souligné dans son livre La Galaxie Gutenberg (1962), l’invention de l’imprimerie a radicalement révolutionné l’accès de l’homme aux savoirs au début de la modernité. Le passage du manuscrit au livre fut, pour la diffusion des savoirs, un saut sans doute comparable à celui généré par le passage de l’imprimé au stockage numérique de notre ère postmoderne. Alors qu’au xvie siècle la publication imprimée a contribué à la diffusion de l’humanisme en mettant à la disposition du public érudit les textes anciens, l’expansion de la librairie qui marque le début du xviie siècle favorise une reconfiguration des savoirs – conséquence, notamment, de l’émergence de la « nouvelle science », en physique et en cosmologie, des progrès de l’expérimentation, et de l’exploration de nouveaux territoires – et la conquête d’un public élargi, avec l’« appropriation des discours du savoir » (R. Chartier) que cela suppose.

Cette session permettra d’explorer les conséquences qu’a eues le marché du livre pour la diffusion des savoirs et la circulation des idées au dix-septième siècle dans les différents domaines : sciences exactes et « humaines », droit, médecine, arts, philosophie, religion, politique, morale. Elle permettra aussi de mettre en lumière la porosité des domaines savants et littéraires à partir de leur coexistence sur le marché de la librairie et dans les bibliothèques. On pourra notamment s’interroger sur les liens entre production savante et production fictionnelle et poétique, en considérant l’évolution des livres savants vers des formes s’adressant à un public de non spécialistes (courts traités et dialogues plutôt que sommes monumentales, ouvrages de petit format, généralisation de la traduction, etc.). On pourra se pencher aussi sur la manière dont ces interactions favorisent l’émergence d’une historiographie littéraire et d’une critique qui font de la littérature un objet de savoirs.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à rainer.zaiser@romanistik.uni-kiel.de 

 

2/ Littérature et librairie à Lyon (Michèle Clément)

Le livre à Lyon au XVIe siècle a fait l’objet d’une foule de travaux et d’une bibliographie en permanence remise à jour depuis la somme qu’est la Bibliographie lyonnaise du président Baudrier (1895-1921), alors que les travaux sur la librairie lyonnaise du XVIIe siècle sont plus rares, l’intérêt se déplaçant vers Paris, comme le montre la thèse d’Henri-Jean Martin : est-ce que ce déséquilibre sensible dans la recherche est proportionnel à la réelle perte d’influence de la librairie lyonnaise ? Peut‑on parler, comme le faisait Maurice Audin en 1972, des « temps intermédiaires » pour la période des XVIIe et XVIIIe siècles, entre un « siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise » au XVIe siècle et un XIXe siècle qui allait révolutionner les techniques de l’imprimerie ? Les liens entre le monde de l’imprimerie et le monde intellectuel se distendent-ils à partir de la période ligueuse ? Le départ des imprimeurs réformés vers Genève modifie-t-il définitivement le paysage de la librairie lyonnaise ? Entre légende historiographique et réalité de terrain, la session aura pour objectif de réévaluer l’évolution de la librairie lyonnaise du XVIe au XVIIe siècle.

 

Bibliographie indicative :

Le Siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise (collectif), Paris, éd. du Chêne, 1972.

Maurice Audin, Les Origines de l’imprimerie à Lyon et son premier siècle d’activité, La Courneuve, OFMI, Garamont, 1973.

Henri et Julien Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon-Paris, 1895-1921 vol 1 à 12 ; (Baudrier, Suppl = La Perrière Yvonne de, Supplément provisoire à la Bibliographie lyonnaise du Président Baudrier, Lyon, Centre lyonnais d’histoire et de civilisation du livre, 1967).

Anne Béroujon, Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

Alfred Cartier, Maurice Audin et Eugène Vial, Bibliographie des éditions des De Tournes imprimeurs lyonnais, 2 vol., Genève, Slatkine reprints, 1970 (e. o. Paris, 1937).

Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l’édition française. T. 1, dir. R. Chartier, J.-P. Vivet et H.-J. Martin, Promodis, 1983, p. 255-277.

Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden & Bouxwiller, Koerner, 14 vol. parus, [1992-.

Michel Jourde, Lyon une capitale du livre à la Renaissance : http://lyon-une-capitale-du-livre-a-la-renaissance.ens-lyon.fr/ (6 films).

William Kemp : base Lyon 15-16 (bibliographie lyonnaise des XVe et XVIe siècles : en cours).

Simone Legay, Le milieu des libraires lyonnais au XVIIe siècle, Doctorat d’histoire, Lyon 2, 1996.

Henri-Jean Martin (éd.), Cinq études lyonnaises, Genève-Paris, Droz-Minard, 1966.

 

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à michele.clement@univ-lyon2.fr 

 

3/ De la page à l’écran : études dix-septièmistes et humanités numériques (Claude Bourqui)

L’essor fulgurant d’Internet est en train de modifier profondément la physionomie des études XVIIémistes : accès facilité aux documents bibliologiques et à des corpus autrefois peu fréquentés, nouveaux outils de recherche (bases de données, éditions en ligne, plates-formes, moteurs de recherche), nouveaux modes de publication et enjeux institutionnels qui en découlent, mais également « déniaisement » à l’égard de l’objet livre, trop longtemps considéré comme une évidence heuristique. La session se propose de prendre la mesure de ce digital turn. Ce sera l’occasion de présenter des réalisations récentes et dresser le bilan d’entreprises déjà anciennes, de prendre connaissance de projets en devenir, mais surtout de s’interroger sur les conséquences de cette mutation : quels nouveaux objets d’étude ? quels bénéfices attendus pour la connaissance et la compréhension du XVIIe siècle ? quels enjeux dans la transmission au public et dans l’enseignement de nos disciplines ?

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à claude.bourqui@unifr.ch 

 

4/ Littérature et police du livre (Nicolas Schapira)

Au XVIIe siècle, la police du livre impose sa présence à tous les acteurs de la production et de la circulation des livres. Nouveau régime des privilèges de librairie, généralisation des approbations pour les livres religieux, surveillance accrue des presses par la corporation, nouveaux moyens policiers dans la lutte contre les livres interdits : comment ce réseau serré – quoiqu’hétérogène – de dispositifs voués au contrôle de l’imprimé – avec l’efficacité très relative que l’on sait – rencontre-t-il le fait littéraire dans cette période cruciale pour son institution ? D’une part pourront être envisagés les rapports que les écrits liés à l’activité de la police du livre – règlements, traités, lettres de privilèges ou approbations… – entretiennent avec la littérature. D’autre part, on s’intéressera à toutes les œuvres dans lesquelles cette rencontre est mise au travail. On pense bien sûr aux ouvrages qui jouent – bon gré mal gré ou délibérément – avec la censure, mais il faut envisager plus largement toute la gamme des usages – publicitaires, ou relationnels, par exemple – des dispositifs de contrôle par les auteurs, lesquels peuvent être aussi, du reste, des agents de la police du livre. Dans la même perspective, des communications portant sur les enjeux qui président à la mise en représentation, dans les œuvres, de mécanismes ou de figures du contrôle seront également bienvenues.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à nicolas.schapira@u-pem.fr 

 

5/ Les intermédiaires de la publication (Sébastien Drouin et Grégoire Holtz)

Depuis les travaux fondateurs d’H.-J. Martin sur le commerce du livre au XVIIe siècle, de nouvelles approches ont souligné l’importance des différents médiateurs (libraires, imprimeurs, traducteurs, polygraphes, éditeurs, secrétaires…) dans la production et la diffusion de l’imprimé. De Pierre Bergeron à Pierre Bayle en passant par Valentin Conrart, des figures plus ou moins célèbres ont joué un rôle déterminant dans la culture de l’imprimé en mettant en relation les auteurs et les libraires, le public et les pouvoirs. L’objectif de ces sessions est de sonder les différents rôles possibles de ces médiateurs dans la conception, la rédaction et la publication des livres et de mettre en évidence la diversité des supports et types d’imprimés liés à leur activité (littérature grise, occasionnels, presse…).

Parmi les questionnements, on retiendra :

– Quelles tensions et quels rapports de force apparaissent au cours de cette circulation élargie de l’imprimé ? Quel rôle les pouvoirs ont-ils joué face à ces médiateurs ? Les médiateurs du livre jouent-ils un rôle dans l’histoire de la circulation « sous le manteau » de divers ouvrages hétérodoxes ?

– Quels liens entre les officines françaises et les grands centres de production imprimée étrangers se sont développés grâce à ces médiateurs ? Quels sont les médiateurs du livre religieux ? Leur parcours est-il le même à Paris, à Genève et à Amsterdam ?

– Comment circulent les manuscrits entre les auteurs et les imprimeurs ? Peut-on identifier des réseaux de médiateurs du livre ? Qu’en disent les correspondances ?

– Quelles carrières sont rendues possibles grâce à ces différents métiers ? Quels obstacles freinent ces carrières ? Comment évoluent-elles au cours du siècle ?

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à sdrouin@utsc.utoronto.ca et gregoire.holtz@utoronto.ca   6/ Les femmes au colophon : femmes, livre, et librairie (Juliette Cherbuliez)Bien avant l’abolition des corporations du livre en 1791, les femmes ont joué un rôle important et continu, aujourd’hui bien établi après avoir été souvent discuté, dans l’édition, l’imprimerie et la diffusion de l’imprimé. Les communications pourront adopter sur le sujet un point de vue aussi bien historique que théorique. On pourra ainsi s’intéresser aux spécificités du rôle des femmes dans le monde de la librairie et du livre, ou encore plus généralement aux dynamiques qui informent la participation des femmes à la circulation des écrits et des savoirs. Quelques pistes :

– Les professionnelles du livre : « imprimeuses », relieuses, etc. et en particulier le statut important de la veuve de libraire/imprimeur.

– L’implication des femmes dans les réseaux de la circulation des savoirs, des idées ; les femmes savantes du point de vue des imprimés et des livres.

– Le rôle de l’imprimé dans la constitution du « féminin » (émergence de la presse féminine, les libraires de la galanterie, etc.).

– Le rôle de l’imprimé dans l’accès des femmes à la culture ainsi que dans l’instauration d’une séparation entre femmes et élite masculine.

– Les stratégies de l’anonymat féminin, d’évitement ou de refus de la publication imprimée.

– L’émergence du « masculin » comme production de l’imprimé ; les femmes à la merci de l’imprimé.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à cherbuli@umn.edu 

 

7/ Politiques éditoriales et genres éditoriaux (Geoffrey Turnovsky)

Les propositions pour cette session peuvent aborder tous les aspects des pratiques de publication ainsi que les conventions et innovations éditoriales qui ont configuré le monde des livres au cours du XVIIe siècle. Henri-Jean Martin a montré de manière décisive que l’industrie de l’imprimerie a été déterminée à cette époque par la Contre-Réforme et par son intégration politique et économique dans les structures administratives de l’Etat – plus exactement par la convergence des deux. Des propositions pourraient élargir où rendre plus complexe la description de Martin, en mettant l’accent sur le rôle des corporations, le contrôle de l’édition régi par le privilège ou sur d’autres formes de régulation et de soutien étatique (promotion des imprimeurs du roi et création de l’Imprimerie royale). Des propositions pourraient également aborder les stratégies éditoriales dans un marché des livres en pleine expansion (représenté par la Galerie du Palais mais remarquable aussi pour sa portée géographique à travers la France et l’Europe), les modèles commerciaux et les activités d’édition d’un nouveau type de « libraire » comme instance de médiation culturelle émanant du libraire-imprimeur et adapté aux exigences des clients, et les développements typographiques corollaires tels que le triomphe de petits formats, la mise sur le marché de nouvelles catégories éditoriales (les nouveautés) et de nouveaux genres et perspectives éditoriales (par exemple la réédition de vieux textes dans des formes plus accessibles et modernisées). Seront en outre bienvenues des propositions sur l’imprimé dissident, « non-officiel », ou extraterritorial, y compris les actions des pamphlétaires, des collaborations transfrontalières, les contrefaçons et les migrations (notamment des imprimeurs réformés en Hollande, en Allemagne, en Angleterre et en Suisse).

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à gt2@uw.edu 

 

8/ Périodiques (Deborah Steinberger)

Ce panel vise à explorer le statut et les pratiques des éditeurs, auteurs et lecteurs des périodiques français du XVIIe siècle. Par exemple, comment le rôle du rédacteur en chef s’est-il développé au cours du « long XVIIe siècle » ? Comment les éditeurs et les auteurs ont-il interagi et collaboré ? Dans quelle mesure ont-ils diffusé de la propagande et/ou participé à ce que nous appellerions aujourd’hui les relations publiques ? Par ailleurs, est-ce que la notion d’« objectivité journalistique » était en vigueur durant cette période ? En ce qui concerne les lecteurs de la presse périodique, que savons-nous sur la façon dont les publications leur parvenaient et sur les modalités de leur diffusion ? Quelles étaient les pratiques de lecture en usage et comment variaient-elles en fonction du sexe, du statut social ou de la situation géographique du lecteur ?

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à steind@udel.edu 

 

9/ Théâtre et librairie (Sylvaine Guyot)

L’essor de l’édition théâtrale au XVIIe siècle est autant le signe que le vecteur de l’intérêt et de la valeur conférés au genre dramatique dans le champ littéraire naissant. Cette session invite à réfléchir au croisement de plusieurs perspectives : les circuits de production et de diffusion du théâtre imprimé (part des libraires, des imprimeurs, des auteurs) ; la structure du marché du livre de théâtre (spécialisation, collaborations et concurrence, rapports entre Paris, la province et l’étranger, circulation des copies) ; les logiques commerciales de publication (nouveautés ou rééditions, rythme de parution, variation des prix) ; les stratégies éditoriales de promotion et de légitimation (choix du format, illustrations, paratexte, variantes) ; et enfin, le rôle de la librairie dans la promotion du théâtre comme forme culturelle autorisée et, en retour, dans la production de figures d’auteur dramatique. De ce point de vue qui dépasse la question du rapport entre texte et représentation, comme celle des différents états d’une même pièce, la librairie pourra apparaître comme un lieu complexe de fabrique, de pratique et de commerce du théâtre.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à guyot@fas.harvard.edu 

 

10/ Livres et religion (Laurent Thirouin)

Le pourcentage d’ouvrages religieux ne cesse de s’élever dans la France du XVIIe siècle, jusqu’à atteindre la moitié de la production imprimée. L’hétérogénéité de ce corpus est évidemment grande : Bibles, livres liturgiques, ouvrages de patrologie, de théologie (positive ou spéculative), hagiographies, livres de dévotion et littérature spirituelle… On s’intéressera spécialement à une géographie éditoriale des livres de religion. Quelle est la place des grands ordres religieux et leur stratégie dans le paysage de la librairie ? Comment les polémiques intra-catholiques (liées notamment à la crise janséniste) ou les controverses avec le monde de la Réforme s’inscrivent-elles dans les choix de publication ? Quels sont les processus de filtre idéologique et les moyens de les contourner ? Qu’en est-il des choix linguistiques, de la place du latin et de l’essor des traductions françaises ? L’attention à la matérialité du livre, à son élaboration, à ses modes de diffusion, est une manière de retrouver les grands enjeux religieux qui traversent le siècle.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à laurent.thirouin@univ-lyon2.fr 

 

 

 

11/ Bibliothèques et collections (Jean-Marc Chatelain)

Le XVIIsiècle marque à la fois l’apogée du modèle humaniste de la bibliothèque constitué durant les deux siècles précédents et le début d’une remise en cause de l’équilibre des savoirs sur lequel il reposait. Au cœur de cette tension, trois grands axes de réflexion sont proposés pour mieux comprendre les significations alors accordées au geste consistant à ressaisir une production intellectuelle et éditoriale dans la figure d’une collection :

– Comment s’opère et quelles inflexions connaît le perfectionnement du travail humaniste de rassemblement du patrimoine littéraire ancien ?

– Quelles formes alternatives de collection se développent, qui décident à la fois de nouveaux contenus, d’usages différents et d’un autre public ?

– Quel travail théorique accompagne la pratique de la collection de livres et quel rôle est accordé à la bibliothèque dans la régulation d’un espace littéraire bousculé par l’inflation de la production livresque ?

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à jean-marc.chatelain@bnf.fr 

 

12/ Le manuscrit et l’imprimé (Nathalie Ferrand)

Le XVIIe siècle est loin d’être un monde sans manuscrits, où l’imprimé triomphant aurait fait place nette. Au contraire, la pratique du manuscrit y est à la fois vivace et polymorphe. Empiétant tantôt sur les usages et les fonctions du livre pour diffuser et faire circuler l’écrit – au point que l’on parle encore sous l’Ancien Régime de « livre manuscrit » (cf. F. Moureau 1993) –, ou témoignant des pratiques d’écriture plus ou moins individuelles des auteurs au travail lorsqu’il s’agit d’états textuels appartenant à la sphère de la création littéraire, le manuscrit au XVIIe siècle peut renvoyer à une pluralité d’objets et de pratiques de l’écrit. Il nécessite donc une enquête précise et patiente pour en déterminer le statut et le sens, d’autant que comme l’a montré J.-M. Chatelain, un inventaire qui constituerait l’instrument de travail indispensable à sa compréhension fait encore défaut, du moins pour la France (cf. J.-M. Chatelain, 2009). La session consacrée à cet objet dans sa polysémie vise à contribuer à cette enquête, particulièrement dans un contexte où la mise en ligne de manuscrits numérisés par les bibliothèques les rend plus accessibles et a priori mieux interprétables. On invite donc à soumettre des propositions qui présentent soit des études de cas, soit des analyses transversales ou méthodologiques faisant du manuscrit un objet signifiant. Une attention aux papiers d’écrivains, réputés rares, sera particulièrement appréciée.

 

Bibliographie indicative :

Bernard Beugnot, Robert Mélançon (dir.), Les voies de l’invention aux XVIe et XVIIe siècles : études génétiques, Montréal, Département d’Études françaises, 1993.

Revue XVIIe siècle, n°192, Juillet-Septembre 1996, 48e année, n°3 « Les usages du manuscrit ».

Fernando Bouza, Hétérographies. Formes de l’écrit au siècle d’or espagnol, Madrid, Casa de Velásquez, 2010.

Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur XVIe-XVIIIe siècle, Paris Gallimard, 2015.

Jean-Marc Chatelain, « Sur le statut du manuscrit littéraire au XVIIe siècle », in Génétique matérielle, génétique virtuelle, P. Dandrey (dir.), 2009, p. 33-47.

Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, Laval, PUL, 2009.

Luc Fraisse (dir.), Le manuscrit littéraire : son statut, son histoire, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Klincksieck 1998.

Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave (dir.), Écrire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Genèses de textes littéraires et philosophiques, Paris, CNRS-Éditions, 2000.

Charlotte Guichard, « Qu’est-ce qu’une œuvre originale ? », De l’authenticité. Une histoire des valeurs de l’art (XVIe-XXe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, pp. 11-17.

Harold Love, The Culture and Commerce of Texts. Scribal Publication in Seventeeth Century England, Amherst, University of Massachusetts Press, 1998 [Oxford, 1993].

Henri-Jean Martin, Histoire des pouvoirs de l’écrit, Chapitre VII « Fonctions et formes de l’écrit (XVe-XVIIIe siècle) », seconde édition, Paris, Albin Michel, 1996.

François Moureau (dir.), De Bonne main, La communication manuscrite au XVIIIe siècle, Universitas, Paris – Voltaire Foundation Oxford, 1993.

François Moureau, La plume et le plomb. Espaces de l’imprimé et du manuscrit au siècle des Lumières, Paris, PUPS, 2006.

 

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à nathalie.ferrand@ens.fr 

 

13/ Librairie, livre et images (Olivier Leplatre)

A travers la grande diversité de la production éditoriale, cette session se propose de dresser un état des lieux du livre illustré au XVIIe siècle, en tentant de croiser les approches. Le livre illustré, où le texte se reconfigure et change de statut, se situe en effet au carrefour de champs culturels (esthétique, technique, économique, sociologique…) qui, en lui donnant sa spécificité, lui imposent aussi des contraintes, le soumettent à des critères éventuellement concurrents et en modifient la valeur. En interrogeant la situation de l’image au sein du livre à l’âge classique (que l’on pense par exemple à certains de ses lieux « critiques » comme le frontispice), l’on tentera de cerner le rôle que jouent les différents acteurs autour de l’écrivain : le libraire‑imprimeur développant ses stratégies éditoriales ; l’illustrateur (dessinateur, graveur) dépendant des codes de l’image, soumis aux commandes du marché et confronté au nouveau défi technique de la taille-douce ; le lecteur-spectateur enfin dont la réception, le soutien et le goût ont permis l’existence et la promotion du livre à figures.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à olivier.leplatre@univ-lyon3.fr 

 

14/ La librairie en fiction (Jean Leclerc)

La librairie est un lieu de passage où se côtoient des libraires, des auteurs et des clients, qui ne discutent pas seulement de la vie littéraire, mais aussi de l’actualité, de la politique et de la religion. Que ce soit dans le théâtre (La Galerie du Palais, de Corneille), le roman (Le Berger extravagant, de Sorel) ou la poésie (Le Lutrin, de Boileau), les personnages s’entourent volontiers de l’objet livresque. La représentation de la librairie remplit différentes fonctions, qu’il s’agisse d’augmenter le réalisme par la description de lieux familiers, d’ouvrir de nouveaux horizons par des discussions et des récits intercalés, ou encore d’opérer une satire littéraire par l’énumération du catalogue des œuvres vendues. Il sera donc question dans ce panel d’explorer les formes et les enjeux de la libraire mise fiction.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à jlecler@uwo.ca 

 

15/ L’imaginaire du livre (Roxanne Roy)

Qu’il soit réel ou inventé, le livre devient un objet de réflexion et de représentation sous la plume des écrivains du Grand Siècle. Du livre perdu, oublié, (re-)trouvé, au livre désiré ou rêvé, en passant par le livre critiqué, défendu, censuré ou brûlé, les cas de figure sont nombreux. Mais quel est le statut du livre dans l’imaginaire de l’époque et comment se manifeste-t-il ? Cette séance propose de s’interroger sur les formes diverses que prennent les livres quand ils sont mis en scène par les écrivains dans leurs textes et sur les enjeux qu’ils soulèvent. Elle entend aussi explorer les rapports, réels ou fictifs, qui se nouent entre l’auteur, le lecteur ou le personnage et le livre. De quelles manières et dans quels contextes ces liens se manifestent-ils dans les textes, et que nous révèlent-ils ? Il s’agira donc de réfléchir sur la perception, la figuration et la représentation du livre dans les textes littéraires du XVIIe siècle, mais aussi de dégager les pratiques de lecture et d’écriture qui s’y rattachent.

Merci d’envoyer vos propositions de communication (max. 250 mots/1500 signes) à roxanne_roy@uqar.ca

 

Appel à communication – « Homosexualité communiste (1945-1989) »

« Homosexualité communiste (1945-1989) »
Colloque International

2-3 Février 2017, Paris
Université Paris-Est Créteil, CRHEC

 

Présentation des enjeux

À partir de l’année 1985, la milice de la République populaire de Pologne mène l’« Opération Jacinthe » (Akcja Hiacynt), une action politique ayant pour but d’inventorier tous les homosexuel-le-s du pays ainsi que leurs entourages. Pendant les deux années d’investigation, une liste de 11 000 personnes est ainsi constituée. Sous couvert d’un argumentaire à dimension médicale (en pleine menace d’expansion de l’épidémie du SIDA), cette action a pour conséquence de développer une surveillance accrue de la part de l’Etat mais aussi, en réaction, de pousser des citoyens à revendiquer de plus en plus fort leur volonté d’émancipation sociale – les homosexuel-le-s voulant désormais échapper au chantage et définir leur place dans une société civile polonaise en pleine mutation. Cette opération est l’un des épisodes d’une riche histoire de l’homosexualité que ce colloque se donne pour tâche d’interroger et d’écrire, en prenant en considération plusieurs contextes de l’époque socialiste : l’U.R.S.S., les « démocraties populaires » (R.D.A., Pologne, Tchécoslovaquie, Hongrie, Roumanie, Bulgarie) et la Yougoslavie, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale jusqu’à l’effondrement du bloc soviétique.

Ecrire au présent l’histoire des homosexualités est-européennes depuis 1945 signifie étudier leur traitement au croisement de plusieurs histoires : juridique, politique, sociale et artistique. Le traitement juridique des homosexuels, qui conditionne en grande partie leur définition, apparaît d’emblée variable d’un pays à l’autre : l’homosexualité est par exemple dépénalisée en Hongrie dès 1961, alors qu’elle ne l’est que bien après la chute du communisme en Roumanie, en 1996, ce qui renvoie aux évolutions générales de chacun des régimes (la Roumanie de Ceaușescu étant bien différente de la Hongrie de Kàdàr).

L’histoire politique de ces régimes est marquée, du début à la fin, par l’exigence de maintenir « l’ordre socialiste ». Et, à la suite notamment des déclarations comminatoires de Gorki sur la « vie sexuelle désordonnée » (1934), l’homosexualité a le plus souvent été posée comme incompatible avec cet ordre. Incompatibilité qui n’existait pas dans les premières années de l’histoire soviétique et qui est tout au long de la période socialiste démentie dans de nombreuses situations. Il s’agit pour nous de parvenir à écrire une histoire politique élargie, l’histoire d’une quotidienneté homosexuelle sous le communisme au terme de laquelle l’ultra-visibilité criminalisante (en même temps que son ostracisation) s’est souvent évanouie en un théâtre multiple, mêlant les ombres des désirs aux lumières d’une inclusion. Dans cette histoire de l’incompatibilité et de la compatibilité, les homosexuel-le-s ne sont pas seulement les victimes, mais aussi les acteurs au sein de l’ordre socialiste.

L’histoire sociale complète cette histoire politique, en suivant les trajectoires des individus homosexuels, en observant les lieux de rencontres (bars, salons semi-privés, lieux de drague), en examinant les associations d’homosexuel-le-s qui apparaissent dans les années 1980. A chaque fois, il s’agit de réfléchir à la mise en présence du corps homosexuel dans l’espace social.

Une large place sera accordée à l’histoire des arts. Dans les romans, dans les films, dans les images, l’homosexualité a pu surgir ici et là, dans des régimes où la censure sur le dicible et le visible ne cesse de s’exercer (avec là encore d’importantes variantes). Comment l’image d’un corps homosexualisé se produit-elle ? Comment l’homosexualité advient-elle dans les mots de la fiction ? Que penser de la proposition récente de Wojciech Śmieja selon laquelle il n’existe pas de « littérature homosexuelle » en dépit des nombreuses références à ce sujet dans les romans polonais ? Et que représentaient les productions artistiques pour les homosexuel-le-s à cette époque ? L’un des objectifs de ce colloque est de comprendre le rapport complexe – induit par le constat d’une possibilité homosexuelle – qui se joue entre les Etats socialistes, les individus et la création artistique.

Considérer ces différentes histoires, c’est interroger toutes les sources aujourd’hui disponibles, des rapports de surveillance aux souvenirs formulés après 1989, en passant par le vaste continent des réalisations artistiques, matériaux aussi riches que difficiles à utiliser. Si la question des sources se pose avec une acuité particulière, c’est non seulement parce que ces sources concernent une minorité, mais aussi parce que cette minorité se définit par quelque chose rarement énoncé : les désirs, les amours, les intimités. Nous souhaitons dès lors prêter une attention particulière à la mise en forme par les homosexuel-le-s eux-mêmes d’un discours souvent né dans les limbes des détournements juridiques et des négociations sociales.

En outre, nous pensons qu’il est aujourd’hui primordial de questionner les enjeux biopolitiques soulevées par les homosexualités est-européennes. Écrire leur histoire sociale en l’articulant aux traductions artistiques qui lui sont associées est un processus qui peut être éclairé par un sens philosophique. Il apparaît effectivement possible, voire nécessaire, de convoquer des théorisations propres à la période (en particulier celles de Michel Foucault) et d’autres plus récentes, afin de questionner la dimension politique de l’intimité homosexuelle. Plus précisément, il s’agit d’interroger l’idée de « corps », c’est-à-dire de comprendre 1/comment l’être homosexuel est atteint par les lois dans sa concrétude physique, 2/dans quelle mesure les cadres historicisés (politiques, moraux, religieux) reconnaissent l’existence de l’homosexualité tout en en condamnant la réalité à travers la définition d’interdits, et surtout 3/jusqu’à quel point il est envisageable pour les homosexuel-le-s avant 1989 de chercher et d’affirmer une vérité sur eux-mêmes en rendant ce désir viable dans le champ public. La signification philosophique nous amène donc à poser d’autres questions : Y’a-t-il une “corporéité homosexuelle” propre à l’Europe socialiste ? Si oui, quels en sont les modèles ? Quelles ruptures ou continuités pouvons-nous remarquer entre la recherche d’affirmation d’une vérité sur soi pour les homosexuel-le-s et le processus de mise en images de ce désir ?

Ces interrogations en touchent une autre, plus particulièrement relative aux années 1980, à savoir dans quelle mesure l’apparition du SIDA bouscule les rapports tissés entre la gestion biopolitique, les formes réalisées d’intimité homosexuelle et le traitement médiatique du « problème ».

Enfin, nous souhaitons replacer la question de l’homosexualité communiste dans un cadre plus large. Tout d’abord dans la question plus vaste de l’histoire des rapports entre hommes et femmes à l’époque socialiste. Les sociétés communistes ont changé en profondeur la définition du genre, de nombreux travaux l’ont montré dernièrement : l’accès généralisé des femmes au travail salarié, l’encouragement à leur affirmation dans différentes sphères d’activité ou encore l’attention à la formation des individus en dehors du cadre familial sont autant de phénomènes qui ont déplacé les frontières du genre (parfois de façon inattendue par rapport à ce qui était visé). Dans quelle mesure l’expérience de l’homosexualité s’en trouva-t-elle affectée ? Comment pouvons-nous utiliser le terrain communiste pour penser plus généralement l’articulation entre rapport de genre et homosexualité ? Seront ainsi bienvenues les contributions de chercheurs travaillant sur la question du genre dans les pays communistes et s’emparant de la question de l’homosexualité. Le même genre de questionnement se pose à propos de la sexualité à l’époque socialiste. Ces régimes ont connu, parfois simultanément, pudibonderie répressive, intérêt pour une sexualité « saine » (censée rendre les individus plus épanouis et donc plus obéissants et plus productifs) et éloge d’un épanouissement sexuel non défini. Comment l’homosexualité a-t-elle confirmé ou contredit l’approche de la sexualité dans un contexte socialiste ?

L’homosexualité communiste mérite également d’être replacée dans un cadre géographique plus large. Si le monde universitaire a entrepris depuis une dizaine d’année l’écriture de l’histoire des homosexualités européennes, celle-ci est souvent concentré sur les contextes occidentaux, délaissant les contextes est-européens et les passés communistes. L’objet du colloque n’est pas de comparer systématiquement ce qui se passe à l’Est et ce qui se passe à l’Ouest ; et nous ne voulons pas faire de l’Est de l’Europe l’éternel épigone de son voisin occidental ni lire son histoire de l’homosexualité comme l’attente d’un alignement qui serait enfin rendu possible avec la chute du Mur – une telle perspective ne permet de comprendre ni l’avant-1989, ni l’après-1989. Mais les échanges avec l’Ouest, les regards croisés, les migrations (temporaires ou définitives) constituent néanmoins un champ d’étude inévitable.

Nous espérons que les échanges autour de ces sujets seront l’occasion d’une réflexion générale sur les  modèles, les corporéités, les langages, et bien évidemment les structures sociales et politiques où  les homosexualités ont trouvé une zone de répression et d’_expression_ mêlées. A l’heure actuelle, alors que les mouvements homosexuels ont durement acquis certains droits et alors que les formes de l’homophobie se renouvellent à l’Est comme à l’Ouest, interroger l’histoire de l’homosexualité contemporaine dans un autre contexte politique et social que celui dans lequel il est le plus souvent analysé (les régimes libéraux et bourgeois) peut permettre de réinterroger certaines évidences, de transformer une mémoire avouée en une histoire délibérément autre, et d’aller à la rencontre de l’histoire critique d’un désir différent.

Procédure et calendrier

Les propositions de communication en anglais ou éventuellement en français (500 mots), accompagnées d’une courte biographie (5 lignes), devront être adressées le 25 juin 2016 au plus tard à l’adresse : eastqueerconference@gmail.com.
Les résultats de la sélection seront communiqués le 11 juillet 2016.
Les deux journées de colloque auront lieu : à l’Université Paris-Est Créteil le 2 février et à l’INHA le 3 février 2017.
Les propositions doivent s’inscrire dans le champ d’étude interdisciplinaire des sciences humaines et sociales. Nous privilégions les propositions transmises par les doctorants, ou jeunes docteur-e-s.
Le transport et le logement des participants pourront éventuellement être pris en charge, en partie ou dans leur totalité, si les conditions budgétaires le permettent.

Comité scientifique : Prof. Dr. Éric Fassin (Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis, France), Prof. Dr. Dina Iordanova (St Andrews University, Écosse, Royaume-Uni), Dr. Hadley Z. Renkin (Central European University, Budapest, Hongrie), Dr. Florence Tamagne (MCF, Université Lille 3, France), Prof. Dr. Judit Takács (Hungarian Academy of Sciences, Budapest, Hongrie)

Chercheur-se-s associé-e-s : Thibault Boulvain (Doctorant, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, INHA, France), Arthur Clech (Doctorant, EHESS, CERCEC, France), Irina Costache (Post-doctorante, Central European University, Hungary), Antoine Gaudin (Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle), Monika Talarczyk-Gugała (Łódź Film School, Pologne), Marguerite Vappereau (Post-doctorante, Université Paris Sorbonne, France)

Organisation :
Jérôme Bazin (MCF, Université Paris-Est Créteil, CRHEC) : bazin.jerome@wanadoo.fr
Mathieu Lericq (Doctorant, Aix-Marseille Université, LESA) : mathieu.lericq@gmail.com

 

Lancement du carnet hypotheses.org Mundus Fabula – La fabrique des mondes

Chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer le lancement d’un nouveau carnet de recherche sur la plate-forme Hypotheses.org :

 Mundus Fabula – La fabrique des mondes
URL : https://mf.hypotheses.org/

À travers ce magazine interdisciplinaire et thématique, nous souhaitons rassembler des contributions de chercheurs, jeunes comme confirmés, d’auteurs, d’artistes, de designers et d’autres spécialistes des questions de constructions de mondes en tant que productions humaines, tout en proposant une veille informationnelle sur ces thématiques. N’hésitez pas à nous envoyer vos propres informations pour diffusion.

Pour mieux connaître les objectifs de notre projet et y participer, un descriptif détaillé est disponible dans la rubrique « À propos » et les différentes façon de contribuer à la vie du carnet sont présentées dans la rubrique « Comment publier ».

Vous pouvez également suivre notre actualité via une page Facebook spécialement créée à cet effet :

ainsi que sur le réseau libre Diaspora :

https://framasphere.org/u/mundus_fabula

Cordialement,
L’équipe de Mundus Fabula

 

Appel à contributions – Cahiers de la Société bibliographique du Canada

Appel à contributions – Cahiers de la Société bibliographique du Canada Date : Sat, 21 May 2016 00:44:39 -0400 De : Nicholas Giguère <Nicholas.Giguere@USherbrooke.ca> Pour : Anthony.Glinoer@USherbrooke.ca

***

Les Cahiers de la Société bibliographique du Canada publient des articles en français sur tous les sujets liés à l’histoire du livre – peu importe la période historique et/ou l’aire géographique étudiée(s). Une attention toute spéciale sera toutefois accordée aux articles abordant l’un ou l’autre des aspects de l’histoire du livre au Canada. De plus, toutes les approches sont les bienvenues : histoire, études littéraires, bibliographie matérielle, bibliothéconomie, sociologie, etc. La perspective des articles peut être historique ou contemporaine. Veuillez noter que les Cahiers de la Société bibliographique du Canada publient également, dans la section « Notes », de brèves présentations de travaux de recherche en cours.

Les articles soumis à la revue sont évalués par les pairs, et ce, de façon anonyme. Les contributions doivent comprendre entre 5 000 et 9 000 mots au maximum et respecter le protocole de rédaction de la revue, qui peut être consulté à l’adresse suivante : http://jps.library.utoronto.ca/index.php/bsc/about/submissions.

Pour de plus amples informations, veuillez communiquer avec Eli McLaren (eli.maclaren@mcgill.ca), le directeur de la publication, ou avec Nicholas Giguère (Nicholas.Giguere@USherbrooke.ca), le rédacteur en chef adjoint.

Au plaisir de vous lire!

 

Colloque international – « Tracing Types. Comparative Analyses of Nineteenth-Century Sketches »

Cher.e.s collègues,
Veuillez recevoir ci-joint et ci-dessous le programme du colloque international consacré à la littérature panoramique « Tracing Types. Comparative Analyses of Nineteenth-Century Sketches » qui se tiendra à l’Université de Gand les 3 et 4 juin 2016.
Informations pratiques et programme sur le site: http://www.tracingtypes.ugent.be/
Nous espérons avoir le plaisir de vous y retrouver nombreux.
Bien cordialement,
Leonoor Kuijk, Elizabeth Amann, Marianne Van Remoortel, Valérie Stiénon
Colloque international « Tracing Types. Comparative Analyses of Nineteenth-Century Sketches » (Université de Gand, Belgique, 3 et 4 juin 2016)
Argumentaire

A new wave of scholarship has emerged in recent years, which examines nineteenth-century sketches (sometimes referred to as ‘panoramic literature’) from a transnational perspective.The present international conference seeks to continue this comparative reflection by placing the spotlight on the comparative analysis of texts and images of specific types and by tracing how these representations vary across sketches from different places, media and editorial contexts.
    How do the representations and definitions of a type (or group of related types) vary from one national context to another?
How do different collections, periodicals or editorial contexts inflect a type in different ways?
How do visual representations of a type differ from one another or from literary representations of the same figure?
How does the type transform as it is taken up in other genres, registers or types of discourse?
Does the type exist in a system? Does it belong to a collection or series of types and if so, how does it relate to or interact with other types in the system? How do different collections position the type within their systems?
Programme
June 3
09:30-10:00 Coffee and welcome
10:00-11:15 Session 1, Panoramic Literature and Other Discourses
Chair: Elizabeth Amann (Ghent University)
    Thijs Dekeukeleire (Ghent University): The type of the male artist’s model in panoramic literature
Jorge Chen Sham (Universidad de Costa Rica): Du médecin charlatan et la gestation du type social: El Periquillo Sarniento et les articles de moeurs
Leonoor Kuijk (Ghent University): The type of the prisoner in Les Français peints par eux-mêmes and other national self-portraits
11:15-11:35 Coffee break
11:35-12:50 Session 2, Functions of Panoramic Literature
Chair: Leonoor Kuijk (Ghent University)
    Felipe Martínez-Pinzón (Brown University): Panoramic Literature, Inner Frontiers and War in 19th Latin American
Sarah Dellmann (Utrecht University, NL): The Emergence of National Types in Word and Image: “The Dutch” in Popular Visual Media of the Nineteenth Century
Nikol Dziub (Université de Haute-Alsace): Les Types andalous à l’époque romantique : du sketch pittoresque à l’autoportrait culturel
13:00-14:30 Lunch
14:40-15:55 Session 3, Types in/on Different Media
Chair: María José González Dávila (Ghent University)
    Mey-Yen Moriuchi (La Salle University): Grisette, Maja, Manola, China: Tracing Representations
Dorde Cuvardic García (Universidad de Costa Rica): The typesetter in costumbrist Latin American and Spanish literature and visual culture: the survival of a manual trade in the printing mechanization era
Candela Marini (Duke University, NC, USA): The Indian Revenant: Images of the indigenous in the Argentine nation-building process.
15:55-16:15 Coffee break
16:15-17:30 Session 4, Types in the Periodical Press
Chair: Marianne Van Remoortel (Ghent University)
    Marieta Cantos Casenave (Universidad de Cádiz): Outsiders and yokels in Spanish Romanticism Literature
Andrea Castro (University of Gothenburg): The foreigner and the immigrant as types in El Correo del Domingo 1864-1867
Kari Soriano Salkjelsvik (University of Bergen, Norway): Sketches for a decentered world: cuadro de costumbres in El museo mexicano (1843-1845)
17:30 Conference Reception
June 4
10:00-11:15 Session 5, High and Low
Chair: Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne, France)
    Amélie de Chaisemartin (Sorbonne-Paris IV) : Du roman aux physiologies : la circulation du type littéraire romantique en France sous la Monarchie de Juillet
Chris Ippolito (Georgia Institute of Technology): La fonction du type du commis et quelques autres types chez Flaubert
Cordula Reichart (Ludwig-Maximilians-Universität, Munich): Les ‘archives précieuses de la vie civilisée’ ou la technique de description des types de Balzac à Proust
11:15-11:35 Coffee break
11:35-12:30 Session 6, Text and Image
Chair: Valérie Stiénon (Université Paris XIII)
    Olga Kazakova (Orel State University, Russia): Les illustrations des fables en Russie dans le deuxième tiers du XIXe siècle: à la recherche de types sociaux
Christopher J. Lukasik (Purdue University): The Consuming Type: David Hunter Strother, Race, and The Rise of Mass Visual Culture
12:30-13:30 Lunch
13:30-14:25 Session 7, Forms of Knowledge
Chair: Elizabeth Amann (Ghent University)
    Ana Peñas Ruiz (Madrid Open University): Tracing Types, Tracing Panoramic structures: the case of Spanish Microphysiologies
Christiane Schwab (Humboldt-University, Berlin): Tracing Types: Proto-sociological Activity and Method of Social Representation
14:30-15:30 Concluding discussion

Colloque – « Les souvenirs littéraires »

Chers collègues,
Je vous invite à vous rendre à Nanterre Université, au bâtiment B (salle des conférences) les 2, 3 & 4 juin prochain, pour assister à un colloque sur le thème des « Souvenirs littéraires (1850-1950) », dont voici le sujet, le programme et l’affiche (en pj). Il sera accompagné d’une performance d’Emmanuel Giraud (voir affiche en pj), vendredi 3 juin, à 19h à La Maison de l’Etudiant (réservation obligatoire). J’aurai plaisir à vous y retrouver !
__________________________________________________________
Sujet : Mine de renseignements pour les historiens de la littérature et les sociologues de la culture, qui y puisent l’essentiel de leurs données, les souvenirs littéraires ne sont jamais regardés pour ce qu’ils sont, à savoir une vaste production culturelle couvrant plus d’un siècle (1850-1950), et un genre littéraire en vogue, avec ses codes propres. La dimension colossale du corpus (plusieurs centaines de titres) justifie à elle seule qu’on se penche sur la question – ce que vont faire durant deux jours et demi, une vingtaine de spécialistes de la littérature française du XIXe e t du XXe siècle.
____________________________________________________________
Colloque international
Les Souvenirs littéraires (1850-1950)
organisé par Vincent Laisney

 

Jeudi 2 juin

 

8h45 – Accueil

 

9h00-9h30 – Ouverture

 

Séance 1 : Les sociabilités remémorées (président : Alain Vaillant)

 

9h30-10h00

Alain Pagès, « En marge des Soirées de Médan. Souvenirs et mythes littéraires  »

 

10h15-10h45

Antoine Piantoni, « De Montmartre au Quartier Latin : constructions d’un espace symbolique dans les souvenirs de Francis Carco, Roland Dorgelès et Antoine Albalat »

 

11h00-11h15 – Pause

 

11h15-11h45

Pierre-Jean Dufief, « Les débuts de l’écrivain naturaliste dans les souvenirs littéraires et les journaux intimes »

12h00-13h30 – Déjeuner (buffet)Séance 2 : La fabrique des souvenirs (président : Michel Pierssens)

 

13h30-14h00

Jean-Michel Pottier, « Que nous apprennent les manuscrits de souvenirs littéraires ? Le cas de Rosny aîné »

14h15-14h45 Martine Lavaud, « La chambre noire de la mémoire : souvenirs littéraires et stimuli photographiques »   15h00-15h30Thierry Poyet, « Amitiés, postures et théories littéraires : de quelques souvenirs
littéraires de Du Camp et Feydeau à propos de Gautier (et Flaubert) »

15h45-16h15 – Pause 

 

 

Séance 3 : Le discours du souvenir (président : Yoan Verilhac)   16h15-16h45 Corinne Saminadayar-Perrin, « Antimémoires de la vie littéraire: Jules Vallès »   17h00-17h30Jean-Pierre Bertrand, « Faire date. Intentionnalité et discours mémoriel. L’exemple de Trente ans de symbolisme de Gustave Kahn »

 

17h45-18h15

Dominique Maingueneau, « Souvenirs littéraires et discours constituants »     Vendredi 3 juin

  Séance 4 : Conférence plénière  

10h00-11h00

Luc Fraisse, « “La dernière fois que j’ai eu la joie de voir Marcel Proust…” Pour une typologie des souvenirs littéraires ».

 

Séance 5 : Table ronde – l’usage des souvenirs littéraires

 

11h15-12h45

 

Patrick Besnier

Laurence Campa,

Jean-Marc Hovasse,

Tiphaine Samoyault

Adrien Frenay (modérateur)

 

13h00-14h30 – Déjeuner (buffet)

  Séance 6 : Vogue médiatiqueVague éditoriale (Anthony Glinoer)   14h30-15h15 Julien Schuh  & Yoan Verilhac, « La petite presse littéraire et les souvenirs »

 

15h30-16h00

David Vrydaghs, « Les souvenirs littéraires comme forme historiographique : le cas des mémorialistes du surréalisme »

 

16h15-16h30 – Pause

 

16h30-17h00

Jean-Yves Mollier, « Éditer les souvenirs de la vie littéraire au xixe siècle, un genre éditorial ou la recherche d’une archive perdue »

 

17h15-17h45

Antoine Compagnon, « Les rapportages de Léon Daudet »

  __________

 

19h00-20h00

Performance d’Emmanuel Giraud (Maison de l’Étudiant)

 

20h00 – Dîner

 

Samedi 4 juin

 

 

Séance 8 : De la mémoire à l’oubli (président : Emmanuel Rubio)

 

9h00-9h30

Damien Zanone, « Mémoires et Souvenirs littéraires, rupture ou continuité ? »

 

9h45-10h15

Anthony Glinoer, « Souvenirs de la vie de bohème »

 

10h30-11h00 – Pause

  11h00-11h30 Pascal Durand, « Le cadre et l’oubli : Mallarmé après Mallarmé »

 

11h45-12h15

Michel Murat, « Le surréalisme entre mémoire et oubli »

 

12h30 – Conclusion

 

 

Colloque organisé avec le soutien du CSLF et de l’Université Paris Ouest Nanterre La défense

 

 

 

Journée d’études – « Bases de données et outils numériques : des révélateurs de l’imprimé et du littéraire »

Bonjour,
Vous trouverez ci-dessous tous les détails de la journée d’études organisée
par l’Association québécoise pour l’étude de l’imprimé (AQÉI) et le Groupe de
recherche sur les médiations littéraires et les institutions (GREMLIN).

Bien cordialement,
Stéphanie Bernier

Journée d’études
« Bases de données et outils numériques : des révélateurs de l’imprimé et du
littéraire »
Organisée par Marie-Claude Felton (AQÉI) et Anthony Glinoer (GREMLIN)
Le jeudi 26 mai 2016, Université du Québec à Montréal
Local RM-150 (pavillon des Sciences de la gestion, 315 Sainte-Catherine E.)

Problématique

De nombreuses recherches en histoire du livre et de l’imprimé ainsi qu’en
histoire et en sociologie du littéraire se sont converties il y a une
vingtaine d’années à la collecte et à l’organisation de données
(biographiques, bibliographiques, contextuelles, textuelles). L’histoire de la
presse et celle de l’édition, notamment, ont grandement profité des travaux
qui se sont adossés sur de vastes banques de données (Le livre et l’imprimé au
Canada, La vie littéraire au Québec, Histoire de l’édition littéraire au
Québec). Avec les années, les moyens technologiques pour poursuivre
l’utilisation et rendre accessible les données recueillies se sont développés.
Par exemple, le GRÉLQ de l’Université de Sherbrooke a mis ses bases de données
en ligne et l’Université Laval a rassemblé sur des serveurs les archives
numériques de projets de recherche passés et présents. Utilisés comme sources
documentaires et comme matériau statistiques, les banques de données et les
outils informatiques ont peu ou pas été étudiés en tant que tels : que nous
disent-ils des enjeux soulevés par chaque projet de recherche ? Quelles
lectures des événements, des textes, des trajectoires individuelles et de
groupe proposent-ils, voire forcent-ils ? Qu’apportent les nouveaux moyens
d’interrogation des bases de données et de représentation graphique des
résultats ? Telles seront quelques-unes des questions qui seront soumises à la
sagacité des participants à cette journée co-organisée par le Gremlin et
l’AQÉI.
Chaque participant sera invité à présenter les outils qu’il a contribué à
fabriquer et à faire un retour réflexif sur l’expérience d’élaboration,
d’encodage, de transformation et de valorisation des outils informatiques
dédiés à la recherche sur l’imprimé et le littéraire.

Pour consulter le programme, suivre ce lien:

http://www.aqei.etudedelimprime.com/evenements/

Publication – Discours hors-normes

Le numéro 16 de la Revue Signes, discours et sociétés est désormais en ligne :
http://www.revue-signes.info/sommaire.php?id=4640

 

Discours hors-normes, constructions sociales   Coordonnateur de ce numéro : Karine Collette (Université Sherbrooke, Québec) et Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3, France)    Présentation numéro 16 : Discours hors-normes, constructions sociales Karine Collette et Agnès Steuckardt  Autour de quelques dispositifs disciplinaires : rationalisation et résistances Sonia Branca-Rosoff  Coupures cognitives ; divergences de logiques argumentatives ; écart paradoxal Marc Angenot  Discours hors-normes dans le champ de l’accompagnement à la recherche d’emploi : une ressource cognitive, une promesse d’émancipation Marc Glady  Luttes pour le sens autour de la participation citoyenne : L’action contestataire face aux formes délégatives de la démocratie Ricardo Peñafiel  « Discours rebelles, discours hors-normes ? L’exemple du Surréalisme » Raphaëlle Hérout  Au-delà de l’audible et du dicible. Sur le grillese de Beppe Grillo et du M5S Laura Santone  Origines articulatoires des discours hors-normes Le cas du bégaiement Ivana Didirkova  Discours pornographique : discours hors-norme / chercheur hors-norme ? François Perea  Du gitan au français : d’une langue hors-norme à une langue normée ? Nathalie Auger et Nathalie Matheu