Réédition – Claude Grignon, Jean-Paul Passeron, “Le Savant et le Populaire”

Claude Grignon, Jean-Paul Passeron, Le Savant et le Populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature 

Paris: Seuil, coll. “Points”

Mai 2015

368 pages – 9.50 € TTC

Présentation de l’éditeur

Face à la culture populaire, les intellectuels tombent fréquemment dans deux écueils symétriques. Célébrant l’authenticité des goûts du peuple et la richesse inaperçue de ses pratiques, par opposition aux faux-semblants des pratiques cultivées, certains oublient que la culture populaire est une culture socialement dominée et, au nom du relativisme, versent dans le populisme. D’autres, n’envisageant la culture des classes populaires que sous les traits du manque, peinent à s’extraire de leur propre légitimisme et cèdent au misérabilisme.

C’est à éviter ces deux biais à l’œuvre dans la sociologie, la littérature ou la politique qu’invite cet ouvrage.

 

Claude Grignon

Docteur en sociologie, directeur de recherche honoraire à l’INRA, il a notamment publié L’Ordre des choses (Minuit, 1971) et Sociologie et idéologie (Droz, 2008).

 

Jean-Claude Passeron

Sociologue, directeur d’études de l’EHESS, il a coécrit avec Pierre Bourdieu Les Héritiers et La Reproduction (Minuit, 1964, 1971) et est également l’auteur duRaisonnement sociologique (rééd. Albin Michel, 2008).

 

Appel à articles – “Sociologie narrative : le pouvoir du récit”

Sociologie narrative : le pouvoir du récit

Revue « Sociologie et sociétés » Volume 48, numéro 2, automne 2016

 

Pour ce dossier de la revue Sociologie et sociétés (publication prévue en 2016) nous invitons à un large débat sur les vertus sociologiques de la narration, en tant que forme d’expression et expression des formes émergentes de la vie sociale. Sans écarter les textes théoriques ou de pure méthode, nous entendons privilégier les narrations d’enquêtes, d’enquêtés, d’expériences sociales, d’archives savantes ou profanes, d’écritures populaires, de pratiques ordinaires ou déviantes. Ce dossier est largement ouvert à des auteurs venus d’horizons et de disciplines diverses.

 

Voir l’appel à contribution en pièce jointe

Appel à contributions (48-2)

 

Dossier coordonné par Jean-François Laé, Annick Madec et Numa Murard

 

Pour plus d’informations, voyez le site de l’Atelier de sociologie narrative : sociologienarrative.com

 

Parution – “L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)”

L’insurrection entre histoire et littérature (1789-1914)

Presentation-Insurrection

Sous la direction de Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer

Publications de la Sorbonne

Collection « Histoire de la France aux XIXe et XXe siècles »

ISBN : 2-85944-904-3

Prix : 22,00 €

http://www.publications-sorbonne.fr/fr/livre/?GCOI=28405100429790
Bon de commande ci-joint

 

Tout au long du XIXe siècle, la France a vécu au rythme des insurrections. Qu’elles aient été transformées en révolutions ou qu’elles aient été éteintes, réprimées, trahies, les insurrections ont modelé le rapport à l’histoire en train de s’écrire. Ce livre se propose de reprendre à nouveaux frais une double question dont les enjeux sont profonds : ce que l’insurrection, temps d’ouverture des possibles, espérés ou craints, fait à l’écriture et à la littérature ; ce que la littérature, ses auteurs, ses topiques, fait dans le temps insurrectionnel. Comment les moments insurrectionnels ont-ils redéfini la fonction et le statut d’écrivains comme Jules Vallès, Eugène Sue et Louise Michel, d’un genre comme les mémoires de protagonistes de l’insurrection, d’un médium comme l’affiche ? Comment les discours littéraire et historien travaillent-ils l’insurrection, pendant et après l’évènement, au moyen de quelles mises en intrigue, de quelles mises en forme particulières et avec quelle efficacité ? Quelles rencontres peut-on observer, par exemple, entre le Dumas des journaux de 1848, le Hugo des Misérables et le Michelet de l’Histoire de la révolution française ? Quel sens, enfin, donner aux prises d’écriture anonymes, par lesquelles les acteurs tentent de s’inscrire dans l’histoire ? Historiens et littéraires, à parts égales, ont été invités à répondre à ces questions. Partant de cas d’études qui empruntent tant à la Grande révolution de 1789-1794 qu’aux insurrections de 1848 et à la Commune de Paris, les articles qui composent cet ouvrage montrent qu’il existe bien à cette époque un lien fort entre littérature et insurrection qui doit être repensé.

 

Sommaire

 

Introduction
Quentin Deluermoz et Anthony Glinoer

Michel de Cubières et la question du statut d’auteur en révolution
Jean-Luc Chappey

Le peuple souverain : le 20 juin 1792 (Michelet, Dumas)
Corinne Saminadayar-Perrin

Morales littéraires et politiques au temps de l’insurrection. Les romanciers journalistes et les insurrections sous la Deuxième République
Sébastien Hallade

Entre acteurs politiques et historiens : les auteurs des premières histoires de la révolution de 1848
Laura O’Brien

Le « sténographe de l’univers ». Le Mois d’Alexandre Dumas (1848-1850)
Sarah Mombert

Les Mystères du peuple d’Eugène Sue : l’insurrection entre histoire, politique et littérature
Anthony Glinoer

Roman, oralité, incorrection. Louise Michel et l’écriture de l’insurrection
Stéphane Zékian

« Elle n’est pas morte » : quand dire c’est faire. Écrire et continuer la Commune de Paris dans les années 1880
Laure Godineau

Révolution politique et anomie littéraire : notes sur les révolutions de 1830, 1848 et 1871
Alain Vaillant

Parution – 2e édition du lexique Socius

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de la 2e édition du lexique Socius.

Cette 2e édition ajoute aux 35 notices déjà existantes 14 nouvelles notices :
– “Aura” par Pascal Durand
– “Autonomie” par Michaël Fortier
– “Co-texte et socio-texte” par Patrick Maurus
– “Domination” par Gérard Mauger
– “Homologie” par Olivier Roueff
– “Imaginaire social” par Guillaume Pinson
– “Interaction” par Celia Bense Ferreira Alves et Karim Hammou
– “Métafiction” par Carole Bisenius-Penin
– “Minoritaire, mineur” par Ewa Tartakowsky
– “Pouvoir” par Alex Gagnon
– “Réception” par Martine-Emmanuelle Lapointe et Kevin Lambert
– “Réflexivité” par Denis Saint-Amand
– “Singularité” par  Véronique Rohrbach
– “Sociabilité” par Anthony Glinoer et Vincent Laisney

Le lexique Socius a pour ambition de rassembler et d’expliciter les outils conceptuels utiles aux approches sociales du littéraire, en cherchant à couvrir l’ensemble des champs d’application de ces derniers, sans exclusive.

La 3e et dernière édition du lexique paraîtra en 2016.

On trouvera toutes les notices déjà publiées en accès libre à l’adresse suivante : http://ressources-socius.info/index.php/lexique

Anthony Glinoer et Denis Saint-Amand

Parution – “Le livre numérique au présent”

Le livre numérique au présent. Pratiques de lecture, de prescription et de médiation

Sous la dir. de : Fabrice Pirolli

ISSN : 1628-5409

ISBN : 978-2-36441-126-5

Éditions universitaires de Dijon

Collection : Sociétés

Parution : 2015

Format : 15 x 23 cm

Pages : 136 p.

 

Peu à peu, le livre numérique trouve sa place dans le paysage culturel français. Au-delà des prédictions et des supputations esquissant un futur hypothétique, le livre numérique peut dorénavant être considéré « au présent » : il est aujourd’hui enraciné dans les pratiques courantes d’un nombre croissant d’usagers. Mais au-delà des chiffres et des indicateurs économiques, qu’en est-il réellement ? Quelles pratiques – de lecture, de médiation, de prescription –  se développent ou sont réinterrogées par le numérique ? Comment particuliers et professionnels du livre, de la documentation ou de l’éducation abordent-ils cette évolution ?
Autant de questions traitées dans cet ouvrage au moyen d’approches théoriques mais également pragmatiques issues de travaux originaux de chercheurs français.

Sommaire
Introduction (Fabrice Pirolli)

Chapitre 1 – Usages et consommation d’Ebook en France (Françoise Paquienséguy, Sciences Po Lyon)
Chapitre 2 – Les livres numériques au centre d’une économie de l’attention ? (Christian Robin, Université de Paris XIII)
Chapitre 3 – Ce que le livre numérique fait aux bibliothèques (Claude Poissennot, Université de Lorraine)
Chapitre 4 – Quelles médiations pour les bibliothèques et les bibliothécaires ? (Benoît Epron, Enssib)
Chapitre 5 – Usages de tablettes et liseuses en contexte d’apprentissage (Mathilde Miguet, Université de Nantes)
Chapitre 6 – La prescription de livres numériques sur les plateformes littéraires (Louis Wiart, Université de Paris XIII)
Chapitre 7 – Pratiques illégales de partage et de téléchargement de livres numériques (Fabrice Pirolli, Université de Bourgogne)
Postface : «  Marée montante » ou tsunami  ? L’avenir du livre à l’heure du numérique (Philippe Poirrier, Université de Bourgogne)

Colloque – “Arts, littérature et sciences sociales”

Arts, littérature et sciences sociales

Colloque organisé à l’occasion du 40e anniversaire de l’EHESS

 

19 et 20 juin 2015 • EHESS • Amphithéâtre F. Furet • 105, bd Raspail • Paris 6e

Si les sciences humaines et sociales se sont constituées en s’arrachant à la littérature, celle-ci est devenue, tout comme l’art, la musique, le théâtre et le cinéma, à la fois une source et un objet à part entière de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, de la philosophie, du droit, voire de l’économie, qui dialoguent plus ou moins avec les disciplines spécialisées dans ces domaines, à savoir les études littéraires, l’histoire de l’art, la musicologie, les études théâtrales et cinématographiques. Mais l’apport des arts et de la littérature aux sciences humaines et sociales ne se limite pas à leur usage comme source ou leur constitution comme objet. Ils contribuent à structurer notre perception, nos catégorisations cognitives et nos valeurs, donc notre connaissance du monde et nos formes de vie. A l’inverse, les arts et la littérature n’ont cessé de se nourrir des sciences humaines et sociales. L’EHESS a joué et joue encore aujourd’hui un rôle pivot dans ce dialogue interdisciplinaire. Son anniversaire est l’occasion de dresser un état des lieux des acquis de ce dialogue.

 

Colloque co-organisé par le CESSP, le CRAL, le GRIHL et le Centre Georg Simmel.

Organisateurs: Esteban Buch ; Dinah Ribard ; Karine Le Bail ; Gisèle Sapiro ; Jean-Marie Schaeffer.

Coordination et contact : Myrtille Picaud – myrtille.picaud@hotmail.fr

 

Programme

 

Vendredi 19 juin

9h15 Introduction

 

Formes

Modération Dinah Ribard

 

9h45-10h45 Théories et approches formelles en littérature

Lucile Dumont Théories sans frontières? La place de l’EHESS dans la circulation internationale des discours théoriques en littérature (années 50-années 80)

Jean-Marie Schaeffer Les vertus du formalisme

Philippe Roussin et John Pier Qu’est-ce qu’un récit ?

 

10h45-11h Pause 

 

11h-12h30 Epistémologie des formes

Marielle Macé Formes littéraires / formes de vie

André Gunthert La sémantique des représentations de Louis Marin

Maël Guesdon Une pensée de l’allure ? Approche des problématiques formelles chez Deleuze et Guattari et de leurs répercussions épistémologiques

 

Conditions de production et de circulation

Modération Karine Le Bail

14h-15h La littérature et le livre

Gisèle Sapiro Le programme de sociologie des œuvres à l’EHESS dans les années 1960-1970

Dinah Ribard Histoire et littérature

 

15h-15h15 Pause

 

15h15-16h30 Les arts et la musique

Raymonde Moulin La sociologie de l’art à l’EHESS

Pierre-Michel Menger Le travail et l’œuvre  

Esteban Buch De la musique à l’écoute, et retour

 

16h30-18h Les festivals comme objet

Jean-Louis Fabiani Comment analyser le public des festivals ? Un retour critique sur l’enquête d’Avignon

Talia Bachir Connaître le monde par un festival ? Retour sur trois enquêtes (Festival de l’Imaginaire, Creole, Villes des Musiques du Monde)

Jérôme Pacouret, Myrtille Picaud L’amour de la littérature. Enquête sur Les Correspondances de Manosque et projection du documentaire réalisé par Aude Servais.

 

18h00-19h00 Table ronde artistes et écrivains, animée par Sylvain Bourmeau

Sylvie Blocher, François-Bernard Mâche, Olivier Adam (à confirmer)

Samedi 20 juin

Arts et connaissance

Modération Gisèle Sapiro

 

9h30-11h Arts et savoirs

Pierre Judet de la Combe La forme comme savoir, sur Homère et la tragédie grecque

Alban Bensa En quoi l’écrivain peut-il être aussi ethnographe ?

Antoine Lilti La littérature est-elle une science sociale ? Retour sur « Les savoirs de la littérature » (2010)

 

11h-11h15 Pause

 

11h15-12h45 Art et cognition

Jérôme Dokic Narrations linguistiques et mentales : perspectives croisées

Denis Laborde La Musique au pluriel : enquête sur l’institution des catégories

Claude Calame Création poétique et savoir partagé : pragmatique des formes poétiques grecques

 

 

Spécificités et interdisciplinarité : objets et approches

Modération Jean-Marie Schaeffer

 

14h15-16h00

Jacques Leenhardt EHESS : un espace de savoir

Michael Werner Le lieu de musique et l’écoute : jeux d’interaction et d’interdépendance

Giovanni Careri L’objet théorique art
16h00-16h30 Pause

 

16h30-17h30 Table ronde animée par Esteban Buch

Avec Elizabeth Claire, Julien Duval, Nathalie Heinich, Emmanuel Pedler

 

17h30-20h Cocktail

 

 

20h30 Concert de musique de chambre avec les étudiants de l’EHESS

Reid Hall, 4 rue de Chevreuse, Paris 6ème

Conference Announcement – “Writing (for) Market – Narratives of Global Economy”

 

Writing (for) the Market – Narratives of Global Economy
25-27 June 2015, 4th annual conference of the DFG Research Training Group “Globalization and Literature: Representations, Transformations, Interventions”  will take at the Ludwig-Maximilians-Universität Munich.
This year’s conference is concerned with the complex relationship between literature and the ‘global market’ and will address questions of the effects of the market on literary production as well as the representation and narration of ‘the market’ in literary texts. Besides bringing together international scholars from a variety of literary departments, the Open Forum “Global Playing for Everyone? Positioning Strategies on the Global Book Market” provides a room for discussion for different agents in the publishing industry.
Keynote Speaker: Giséle Sapiro
Program:
Thursday, 25th June
13.30-14.00 | Introductory Address | Anna-Katharina Krüger, Franziska Jekel, Neele Meyer
14.00-15.30 | Panel I | Globalization or the Literature of Late Capitalism
    Barrett Watten (Wayne State University Detroit): Writing the Zone: Global Logics of American Postmodernism
Nina Peter (Leuphana Universität Lüneburg/FU Berlin): Precarious Ontologies: Contemporary Financial Markets in Literature
15.30-16.00 | Coffee break
16.00-17.30 | Panel II | The Poetics of Economy – the Economy of Poetics
    Christine Künzel (Universität Hamburg): Economic Poetics or On the Gradual Production of Derivatives and Other Financial Fiction Whilst Writing
Anne Enderwitz (Freie Universität Berlin): Early Modern Household Economy and the Trickster Plot
18.00 | Keynote Address Gisèle Sapiro, CNRS Paris
Friday, 26th June
Panel III |Access to the Global Canon
10.00-11.30
   TBA
Anna-Katharina Krüger (LMU München): Slave Narratives Entering the Market – Between Self-Publishing and Political Agenda
11.30-12.00 | Coffee break
12.00-12.45
    Rasha Chatta (SOAS London): Thematic Mints: On the Aesthetics of Migrant Literature Between Production and Circulation
12.45-14.30 | Lunch break
Panel IV | The Negotiations of Literary Value
14.30-15.15
    Annegret Heitmann (LMU München): On the Turntable. Scandinavian Authors and the Global Market
15.15-15.45. | Coffee Break
15.45-17.15
    Pavithra Narayanan (WSU Vancouver): Who’s Afraid of Andrew Wylie? Gatekeepers, Markets, and Knowledge Production
Franziska Jekel (LMU München): Marketing the Crisis. Reflections on Esthetic and Economic Value in Marlene Streeruwitz’ Nachkommen. and Die Reise einer jungen Anarchistin in Griechenland.
20.00 |Open Forum: “Global Playing for Everyone? Positioning Strategies on the Global Book Market”
Saturday, 27th June
Panel V | Fashioning World Authorship
10.00-11.30
    Rebecca Braun (Lancaster University): What is a World Author? Conceptualizing Agency in the Global Literary Market
Thoren Opitz (LMU München): World Wide Walt: The 1856 Leaves of Grass and the Global Market
11.30-12.00 | Coffee break
12.00-12.45
    Mariano Siskind (Harvard University): World Literature and the Globalization of Aesthetic Forms: Before and After Magical Realism
12.45 | Final Discussion and Closing Remarks | Thoren Opitz, Mahamat Ali Alhadji
If there are further questions please email us and we will happy to help. For more information contact: globalisierung@lrz.uni-muenchen.de
*******************************************
Anna-Katharina Krüger
Research Scholar at DFG Group “Globalization and Literature”
Luudwig-Maximilians-University Munich

Parution – Jacques Dubois (dir.), “Sexe et pouvoir dans la prose contemporaine”

Jacques Dubois (dir.), Sexe et pouvoir dans la prose contemporaine

 

68465

Sous la direction de Jacques Dubois

Lièges : Presses universitaires de Liège, coll. “Situations”, 2015.

EAN 9782875620644.

224 p.

Prix 23EUR

Présentation du volume

Amour et pouvoir. Sexe et révolte. Éros et Polis. Autant de duos thématiques qui passent pour difficiles à intégrer de façon couplée à une fiction romanesque. Stendhal en proscrivait l’alliance, tenant que les affaires publiques, toujours plus ou moins vulgaires, n’avaient pas à être mêlées aux affaires privées, plus raffinées.
Et pourtant, tout au long du XXe siècle et selon des formules variables, le roman de langue française n’a guère cessé de mettre en scène ces deux registres éminents de l’activité humaine, tantôt pour les unir et tantôt pour les mettre en conflit. À chaque fois l’entreprise avait quelque chose de risqué : bien souvent on y touchait à des tabous et quelques-unes des oeuvres qui sont ici commentées ont choqué ou fait scandale.
Le volume commence avec Proust, Desnos et Aragon, pour arriver à Ernaux, Houellebecq, Chessex et Carrère.
Avec des textes de Danielle Bajomée, Jean-Pierre Bertrand, Benoît Denis, Laurent Demoulin, Laure Depretto, Paul Dirkx, Jacques Dubois, Pascal Durand, Karen Haddad, Maya Lavault, Jeannine Paque, Pierre Popovic, Dominique Rabaté, Matthieu Vernet.

Jacques DUBOIS est professeur émérite de l’Université de Liège. Spécialiste du roman français moderne et de la sociologie de la culture, il a donné dans l’esprit déjà du présent ouvrage Pour Albertine. Proust et le sens du social (Seuil, 1997) et Figures du désir. Pour une critique amoureuse (Les Impressions Nouvelles, 2011).

Sommaire :

1. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu (1913-1927)

2. Robert Desnos, La Liberté ou l’Amour ! (1927)

3. Louis Aragon, La Défense de l’infini et le Con d’Irène (1928)

4. Louis Aragon, Les Cloches de Bâle (1934)

5. Georges Bataille, Le Bleu du ciel (1935/1957)

6. Pierre Drieu la Rochelle, Une femme à sa fenêtre (1929),
Rêveuse bourgeoisie (1937) et Gilles (1939)

7. Jean Genet, Pompes funèbres (1948)

8. Simone de Beauvoir, Les Mandarins (1954)

9. Pierre Klossowski, La Révocation de l’Édit de Nantes (1959)

10. Marguerite Duras, L’Été 80 (1980)

11. Jacques Chessex, Judas le transparent (1982)

12. Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte (1994)

13. Claude Simon, Le Jardin des Plantes (1997)

14. Annie Ernaux, Les Années (2008)

15. Emmanuel Carrère, Limonov (2011)

Congrès Médias 19, Paris 8-12 juin 2015 : programme général

Chers et chères collègues,

 

Nous sommes heureux de vous annoncer la publication du programme général du

congrès Médias 19, qui aura lieu du 8 au 12 juin prochain au Centre culturel canadien de Paris (5, rue de Constantine, 7e arrondissement).

 

Intitulé “Les journalistes : identités et modernité”, ce congrès est ouvert au public et propose plus de 70 communications réparties en cinq axes. Il

permettra d’effectuer un bilan des activités de la phase 1 du projet franco-québécois Médias 19, financé par l’ANR (France) et le FRQSC (Québec).

 

Le programme est reproduit est disponible en ligne sur www.medias19.org, section “Actualités”.

 

Guillaume Pinson et Marie-Ève Thérenty