Une nouvelle collection en théâtre - "Théâtre et société"

Date 25 janvier 2015 |

header<br />
                        pul
En ce début d'année,
les Presses universitaires de Lyon
inaugurent une nouvelle collection  :
« Théâtre et société ».

Collection
THÉÂTRE ET SOCIÉTÉ

dirigée par Olivier Bara

Tout le théâtre de langue française, en tout siècle et en tout lieu, à condition qu’il soit pensé comme un fait social : la collection « Théâtre et société » accueille les études ou essais, monographies ou ouvrages collectifs attachés à la poétique historique des formes dramatiques, aux lectures sociocritiques du théâtre, à la sociologie de la culture scénique. Tout le théâtre, donc, parlé, mimé ou chanté, reproductible ou éphémère, institutionnel ou clandestin, dès lors que texte et spectacle sont étudiés en lien avec les communautés humaines, les pratiques sociales, les représentations collectives et les transmissions mémorielles.

Logo
Les Héroïsmes de l'acteur

LES HÉROÏSMES DE L'ACTEUR
AU XIXe SIÈCLE

dirigé par Olivier Bara,
Mireille Losco-Lena et Anne Pellois
préface de Jean-Claude Yon

2015 - 356 p. - 24 €
ISBN : 978-2-7297-0884-9
en librairie le 15 janvier

De Talma aux premiers acteurs du cinéma, les mutations du jeu héroïque comme les phénomènes d’héroïsation de la figure de l’acteur soulèvent des questions esthétiques, culturelles et politiques. Alors que le jeu héroïque hésite entre le code tragique et le génie naturel, on observe dans les années 1830 la naissance de « héros populaires », identifiés aux personnages ou aux acteurs romantiques. Au fil du siècle, les « héros consensuels » laissent place aux « héros impersonnels », manifestations d’une crise des valeurs comme d’un renouveau dramaturgique. Centré sur le paysage théâtral français, l’ouvrage ouvre des perspectives du côté de l’Allemagne, de l’Espagne, de la Russie et de l’Italie. Il explore le caractère mouvant, dynamique, souvent paradoxal ou contradictoire, de l’alliance du héros et de l’acteur au dix-neuvième siècle.

> en savoir plus sur l'ouvrage
> télécharger le communiqué de presse

footer pul

Appel - Colloque "Enfants de guerres : mémoires, témoignages et représentations"

Date 25 janvier 2015 |

Colloque International
Enfants de guerres : mémoires, témoignages et représentations
Université Abou Bakr Belkaïd, Tlemcen
Laboratoire de recherche
« Diversité des Langues, Expressions Littéraires, Interactions Culturelles » (L.L.C)
18-19 novembre 2015
Voir en pièce jointe.

Colloque enfants de guerres 2015

 

Nouvelle réédition sur le site Socius : Louis Althusser, "Lettre sur la connaissance de l'art"

Date 25 janvier 2015 |

Immensément influent sur la pensée française dans les années 1960, Louis Althusser a peu écrit sur l'art et la littérature, laissant ce soin à ceux qui se reconnaissaient de lui, au premier rang desquels Pierre Macherey (voir ici la réédition de son livre Pour une théorie de la production littéraire). Nous rééditons aujourd'hui une rare contribution, brève mais décisive, sous la forme d'une lettre publiée par Althusser dans La Nouvelle Critique en 1966 (l'année même de la parution du livre de Macherey). Il y énonce quelques réflexions d'une grande force sur l'articulation entre art et idéologie.

C'est à découvrir ici.

 

Anthony Glinoer

Appel à communication - "Le corps masculin déplacé"

Date 25 janvier 2015 |

Appel à communications


C
olloque international

Le corps masculin déplacé

Nancy, les 19 et 20 novembre 2015

Parution - Bernard Lahire, "Ceci n'est pas qu'un tableau - Essai sur l'art, la domination, la magie et le sacré"

Date 17 janvier 2015 |

Ceci n'est pas qu'un tableau - Essai sur l'art, la domination, la magie et le sacré

Bernard Lahire

Date de parution : 15/01/2015 Editeur : La Découverte Collection : Laboratoire sciences sociales ISBN : 978-2-7071-8521-1 EAN : 9782707185211 Présentation : Broché Nb. de pages : 597 p.

En 1657, Nicolas Poussin peint une Fuite en Égypte au voyageur couché, une toile qui disparaît ensuite pendant plusieurs siècles. Dans les années 1980, plusieurs versions du tableau réapparaissent. De grands experts mondiaux s'opposent, des laboratoires d'analyse et des tribunaux s'en mêlent et nombreux sont ceux – galeristes, experts, directeurs de musée, conservateurs, etc. – à vouloir authentifier l'une ou l'autre des toiles, puis à souhaiter s'approprier le chef-d'œuvre désigné.

L'une des versions sera finalement acquise, pour 17 millions d'euros, par le Musée des Beaux-arts de Lyon. De quoi nous parle cette histoire aux allures d'intrigue policière ? Pourquoi une telle débauche d'énergies, de controverses et d'argent pendant autant d'années ? Qu'est-ce qui fait la valeur – économique, esthétique – d'une œuvre d'art ? Et d'où vient cette aura attachée aux créateurs et aux œuvres ? L'enquête impressionnante de Bernard Lahire met en évidence le fait que le sacré n'a jamais disparu de notre monde, mais qu'il s'est transformé au point de s'être rendu invisible.

La magie sociale est omniprésente dans le domaine de l'économie, de la politique, du droit, de la science ou de l'art autant que dans celui de la mythologie ou de la religion, car elle est l'effet d'enchantement produit par le pouvoir sur ceux qui en reconnaissent tacitement l'autorité. C'est cet enchantement qui transforme une sculpture d'animal en totem, un morceau de métal en monnaie, un papier en titre de propriété, une eau banale en eau bénite ; et c'est cette même magie sociale qui fait passer un tableau du statut de simple copie à celui de chef-d'œuvre. Puisant avec érudition dans les vastes domaines du savoir anthropologique, historique et sociologique, Ceci n'est pas qu'un tableau interroge, grâce à une série de régressions historiques, les socles de croyance sur lesquels nos institutions et nos perceptions reposent.

Questionnant radicalement l'art et son ambition émancipatrice, il révèle les formes de domination qui se cachent derrière l'admiration des œuvres.

Bernard Lahire, professeur de sociologie à l'École normale supérieure de Lyon, a publié une vingtaine d'ouvrages, parmi lesquels L'Homme pluriel (Nathan, 1998), La Culture des individus (La Découverte, 2004), Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire (La Découverte, 2010) et Monde pluriel : penser l'unité des sciences sociales (Seuil, 2012).

 

Sommaire:

Introduction D'une toile, tirer le fil
Fuites en Égypte : trajectoires, concurrences et controverses
Rompre avec la logique des récits fabuleux - Tableaux qualifiés, classifiés et illusions rétrospectives
Le réel : entre continuité matérielle et discontinuité sociale
Les objets de la recherche : statuts, valeurs et modes de comportements
Tirer le fil
Coda

Livre 1 : Histoire, domination et magie sociale
1. États de faits et socles de croyances
2. Domination et magie sociale
Les formes objectives de la domination
Un problème caché sous le morcellement des points de vue
Capital ou effets symboliques ?
Esquisse d'une théorie générale de la magie du pouvoir
3. L'articulation des oppositions : dominants/dominés et sacré/profane
Histoire des transformations conjointes du pouvoir et du sacré
Magie et pouvoir dans les sociétés sans État
Magie et pouvoir dans les sociétés à État
Le haut et le bas
Des fictions politiques ou comment l'homme a créé Dieu à son image
Les luttes pour l'appropriation du sacré
Sécularisation, transferts de sacralité et fondements sacrés de toute société

Livre 2 - Art, domination, sacralisation
4. L'extension du domaine du sacré : l'émergence de l'art comme domaine autonome et séparé du profane
Poètes et artistes, souverains ou démiurges
L'histoire d'une sacralisation collective
Des reliques aux oeuvres d'art
La séparation de l'art et de la vie
Admirer avant d'interpréter
Sous l'admiration, la domination
La magie des tableaux
Récits fabuleux et mystifications
Copies et faux

5. Authentification, attribution
Où chercher les vérités scientifiques ?
Être expert : faire des choses avec des mots
Acte performatif I : le catalogue raisonné
Acte performatif II : l'exposition
Attributions et désattributions : controverses et changements d'avis
Histoire et logique de l'attributionnisme
La science au service du sacré
Désévidencier l'authentique

Livre 3 - Du Poussin et de quelques Fuites en Égypte
6. Sublime Poussin : maître du classicisme français
Parcours d'un artiste à contretemps et à contre-pente : indépendance et liberté de création
Peintre-philosophe et artiste
Sur la fortune de Poussin
À l'art, la nation reconnaissante
7. Le fabuleux destin de tableaux attribués à Nicolas Poussin
Raccordements, associations et statuts de l'objet
Histoire de toiles
Le tableau d'un grand peintre au talent déclinant
Les traces d'un tableau admirable
Trois apparitions - La montée d'une controverse - L'épreuve de la confrontation - Le travail souterrain des galeristes - La première reconnaissance publique de la version « Pardo »
Rebondissement : la demande d'annulation de la vente de 1986
L'acquisition d'un trésor national
À la recherche des mécènes
La magie d'un chef-d'oeuvre
Clore une controverse
Les conditions de l'envoûtement et du désenvoûtement
Une version sans expert
8. Poussin, la science, le droit et le marché
Poussin au laboratoire
Analyses de la version « Piasecka-Johnson » - Analyses de la version « Pardo-MBA de Lyon »Poussin au tribunal
Erreur sur la substance - Un précédent déterminant : le cas d'Olympos et Marsyas ou l'« affaire Saint-Arroman » - Le procès de l'« autre affaire Poussin »
Le prix d'un tableau
9. Comment chacun joue son jeu
Des historiens de l'art : qui a l'oeil ?
Sir Anthony Blunt (1907-1983) - Sir Denis Mahon (1910-2011) - Jacques Thuillier(1928-2011) - Pierre Rosenberg (1936-)
Des galeristes : jouer (et perdre) son jeu
Une directrice de musée : jouer (et gagner) son jeu

Conclusions
Se tenir en deçà des champs
À la racine des croyances
Donner à voir le monstre invisible
Un jeu savant fragile
Post-scriptum Les conditions de la création scientifique
Remerciements
Liste résumée des données exploitées
Éléments bibliographiques
Bibliographie documentaire
Index des noms d'auteur
Index thématique et conceptuel.

Appel à communications - "Waterloo"

Date 17 janvier 2015 |

Chers membres du réseau Socius,
chers collègues,
Vous trouverez ci-joint l'appel à communication pour le colloque " 'A war of no common description' - la réception transnationale de Waterloo au 19e siècle", qui se tiendra les 18 et 19 juin 2015 à Bruxelles. 
Toutes les informations relatives au colloque sont également disponibles sur Internet à l'adresse suivante : 

Nous recevrons les propositions jusqu'au 20 mars 2015.


N'hésitez pas à diffuser l'annonce au sein de vos réseaux. 


En vous remerciant, 


Bien cordialement,

Francis MUS

Call_for_papers_Frans

Séminaire - "Littérature et cosmopolitisme"

Date 17 janvier 2015 |

Littérature et cosmopolitisme

Discours, poétiques, pratiques, circulations

Organisateurs : Xavier Garnier, Laetitia Zecchini, Guillaume Bridet (université de Dijon/CPTC), Sarga Moussa (CNRS/LIRE)

À la suite de l’apparente unification du monde à l’enseigne des démocraties libérales et de la prise de conscience du dérèglement de notre écosystème humain à l’échelle planétaire, le cosmopolitisme est devenu depuis une trentaine d’années une préoccupation centrale de certaines disciplines. C’est le cas de la philosophie, aussi bien aux États-Unis qu’en Allemagne ou en France, mais aussi de l’histoire, des sciences politiques, de la sociologie, de l’anthropologie ou encore du champ pluridisciplinaire des études culturelles et postcoloniales. Alors même que, dans l’espace de la recherche littéraire anglophone, on trouve aussi des travaux importants, on ne peut que relever le très faible nombre de publications récentes centrées sur cette notion dans l’espace contemporain de la recherche française en littérature. Pour retrouver une présence plus importante, il faut remonter aux années 1960-1970, et c’est le nom de Charles Dédéyan qui s’impose plus particulièrement, dans un champ de recherche comparatiste au sein duquel les travaux d’Étiemble poussaient plus largement à porter le regard au-delà de l’Europe pour envisager (vraiment) le monde entier.

Il a fallu sauf exceptions attendre la fin des années 1990 pour que se développent à l’étranger, mais aussi en France, toute une série de réflexions sur des notions connexes à celle de cosmopolitisme mais non synonymes, comme celles de littérature mondiale (Franco Moretti, David Damrosch, Tiphaine Samoyault, Christophe Pradeau, Jérôme David), de globalisation culturelle (Arjun Appadurai), de tout-monde et de créolisation (Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau), de république mondiale des lettres (Pascale Casanova), de mondialisation littéraire et intellectuelle (Benedict Anderson, Jean Perrot, Emmanuel Fraisse), d’espace culturel transnational (Anna Boschetti), de globalisation éditoriale (Gisèle Sapiro) ou encore de planétarité (Gayatri Spivak). Cet état des lieux nous conduira à faire dialoguer les études littéraires et les différents champs de recherche dans lesquels se sont développées ces réflexions. Nous procèderons ainsi à des mises au point terminologiques pour dégager la spécificité d’une réflexion sur le cosmopolitisme et la pertinence qu’il peut y avoir à se saisir de cette notion aujourd’hui.

Mais l’objet plus spécifique de ce séminaire n’est ni historique ni disciplinaire. Il ne s’agit pas seulement pour nous d’identifier au fil des siècles tel ou tel texte littéraire comme cosmopolite, mais d’activer une manière cosmopolite de lire les textes littéraires qui manifeste une expérience de l’étranger et une mondialité en partage – d’un étranger considéré indissociablement comme un autre et comme partie du même. Dans le sillage de la worldiness (« mondanité ») telle que la définit Edward W. Said, il s’agit ainsi pour nous de lire les textes avec la conscience aiguë que d’autres littératures, d’autres langues, d’autres lieux et d’autres temps sont actifs au cœur même de ce qu’une lecture indigène identifie habituellement comme affirmation ethnique et surtout nationale. L’intérêt de ce séminaire s’inscrit de ce point de vue dans une perspective historiographique et politique. Face à des histoires de la littérature encore essentiellement écrites dans une perspective nationale – c’est-à-dire considérant les œuvres et les auteurs du point de vue de la nation, de sa cohérence, de son unité, voire de son identité –, il s’agit de montrer qu’il est d’autres récits historiques, d’autres modes de lecture possibles et d’autres imaginaires, plus attentifs aux circulations et aux altérités et contribuant ainsi eux-mêmes à la construction d’un monde en commun.

La notion de cosmopolitisme conduit ainsi à sonder les soubassements politiques de nos manières de lire et de nous raconter, au moins pour deux raisons : 1) parce que, depuis plus de cent ans, l’adjectif cosmopolite a souvent été brandi en Europe et ailleurs contre une certaine catégorie d’écrivains et d’intellectuels accusés de trahir ce qui serait leur vraie patrie (écrivains bourgeois prétendument décadents, écrivains juifs, écrivains socialistes et communistes, écrivains modernistes, etc.), 2) parce que, dans le contexte idéologique actuel que marquent certains ouvrages récents, il est urgent d’allumer des contre-feux à la tentation d’un repli national, voire nationaliste, de la culture française sur son prestigieux passé. Emblème patrimonial et objet d’enseignement, la littérature est particulièrement opportune pour opérer ce type de déconstruction indissociablement critique et politique.

Cette manière cosmopolite de lire les textes littéraires nous conduit dans quatre directions.

1. Discours : Dans une perspective d’histoire des idées, il s’agira d’abord de s’intéresser à des écrivains et à des œuvres qui ont mis en avant la notion de cosmopolitisme, que ce soit pour la valoriser ou au contraire pour la critiquer. Nous centrant essentiellement sur les XIXe, XXe et XXIe siècles, qui voient l’histoire du monde peu à peu se développer en régime mondial sous l’impulsion des impérialismes coloniaux, mais sans nous interdire des regards vers les périodes antérieures, nous prêterons une attention particulière aux polémiques souvent très violentes qui opposèrent tenants et adversaires du cosmopolitisme littéraire et dont certaines perdurent encore dans la vie et dans la création littéraires d’aujourd’hui. Nous nous attarderons ainsi particulièrement sur le XIXe siècle et sur la première moitié du XXe siècle, dont on peut avoir le sentiment (mais ce serait là une vision simplificatrice) qu’ils constituent une sorte de parenthèse nationale, voire nationaliste, entre un siècle des Lumières qui aurait exalté l’idée du cosmopolitisme des élites européennes, et une seconde moitié de XXe siècle qui aurait vu émerger une forme de cosmopolitisme littéraire et intellectuel mondialisé. L’enjeu sera ici, à la fois d’identifier les points de résistance à l’idéal cosmopolite, mais aussi d’opérer une relecture de l’histoire littéraire et culturelle afin d’identifier la présence de contre-discours cosmopolites, non seulement opposés à une perspective exclusivement nationale, mais dépassant également, en pleine période d’expansion et de stabilisation relative des empires coloniaux, des formes d’eurocentrisme et d’ethnocentrisme.

2. Poétiques : Convaincus que la littérature ne fait pas que servir de support à l’expression de tel ou tel discours qu’elle relaierait passivement, nous chercherons à identifier ce que le cosmopolitisme fait à la littérature (comme rapport au langage) et ce que la littérature fait au cosmopolitisme (comme rapport au monde). Quelles sont les formes que prend le cosmopolitisme littéraire ? À quoi ressemble une œuvre littéraire cosmopolite ? Est-il possible d’identifier les traits d’une poétique cosmopolite ? Quelles en seraient les constantes et les variantes ? Et que serait alors une poétique vernaculaire ? Nous serons par exemple attentifs à la présence de personnages, de figures de style, de genres, de récits ou de modes énonciatifs identifiables comme cosmopolites. Au-delà de ce qu’ils disent et éventuellement contre ce qu’ils disent, nous chercherons à identifier des textes littéraires qui ont à voir avec l’invention d’une forme (ou d’une non-forme) cosmopolite et nous nous interrogerons donc sur la validité d’un tel questionnement. N’est-ce pas aussi par ses formes que la littérature contribue à une vision cosmopolite et à une prise de conscience cosmopolitique dont certains prétendent qu’elles constituent aujourd’hui un phénomène majeur ? Les pourfendeurs de l’art dégénéré ou corrompu ne s’y trompent pas lorsqu’ils identifient comme symptôme cosmopolite la prétendue dissolution des formes associées traditionnellement aux différentes esthétiques nationales.

3. Pratiques : Afin d’éviter que la notion de cosmopolitisme prenne un tour trop idéaliste et puisque nous voulons aussi nous interroger sur ce qu’on fait avec les textes littéraires, nous nous intéresserons à l’inscription de la littérature dans des institutions spécifiques. Qu’il s’agisse de revues, de maisons d’édition ou d’organisations internationales du type UNESCO, celles-ci déterminent en effet en partie ce qu’elles établissent comme cosmopolites. Nous nous intéresserons tout particulièrement à différents types de contextes et de pratiques : contexte urbain des métropoles et des capitales culturelles, contexte linguistique et pratiques d’écriture multilingue, contraintes éditoriales et pratiques de traduction, mode de communication et de circulation des œuvres et des écrivains d’un pays ou d’une région à l’autre, etc. Lire et écrire en cosmopolite, cela relève d’une expérience située. Quelles sont les conditions de possibilité d’une telle écriture et d’une telle lecture et quels modes de subjectivation engendrent-elles ? Là encore, le questionnement est politique ; il est aussi social et pose la question de l’élitisme au moins supposé de l’ethos cosmopolite et de l’opportunité qu’il y aurait à lui opposer un cosmopolitisme from below ou un cosmopolitisme vernaculaire au cœur de nombreuses discussions actuelles.

4. Circulations : Dans le sillage des études postcoloniales et des études subalternistes qui problématisent les catégories de modernité, d’universel ou de progrès en les historicisant et en les spatialisant, il s’agira de quitter un point de vue centré sur l’Europe et reléguant la plus grande partie du monde sur des marges forcément dérivatives, attardées ou simplement imitatives. Contre les approches qui tendent à faire de l’Europe le seul lieu de naissance du cosmopolitisme et jusqu’au lieu de sa réalisation politique qui servirait actuellement de modèle au reste du monde (Peter Coulmas), nous voulons nous intéresser ainsi à des réflexions et à des pratiques littéraires cosmopolites dans d’autres régions du globe, notamment en Afrique et en Asie. Il s’agit moins pour nous d’examiner la question épineuse de l’origine historique du cosmopolitisme que d’envisager cette notion de manière décentrée, plurielle et transnationale. Nous étudierons les inflexions particulières du cosmopolitisme en fonction des contextes culturels dans lesquels ils se développent (Sheldon Pollock). Nous observerons les éventuels échanges et regards croisés entre les différentes traditions cosmopolites. Ces mises en regard multiples favorisées par le dialogue avec des interlocuteurs étrangers devraient permettre de décentrer et donc de repenser les pratiques, les poétiques et les discours occidentaux, afin de favoriser l’avènement d’un cosmopolitisme, non pas nécessairement moins situé, mais plus ouvert.

 

ENS, salle Beckett
45 rue d’Ulm, 75005 Paris

Parution - Parent, Sabrina, Anne Douaire-Banny et Romuald Fonkoua (éds), "Continents francophones"

Date 17 janvier 2015 |

Parent, Sabrina, Anne Douaire-Banny et Romuald Fonkoua (éds). Continents francophones. ELFe XX-XXI. Revue de la Société d’Étude de la Littérature du XXe siècle (Paris), n° 4, décembre 2014, 187 p. ISBN : 9782812435201

 

Informations complémentaires disponibles sur le site :

http://www.classiques-garnier.com/editions/index.php?page=shop.product_details&flypage=flypage_garnier.tpl&product_id=1752&category_id=56&option=com_virtuemart&Itemid=1&vmcchk=1&Itemid=1

 

Description

Les littératures francophones invitent naturellement à repenser le « fait littéraire » –qu’il s’agisse de ses production, réception, diffusion, institutionnalisation ou historiographie– hors du cadre strictement national. Le quatrième numéro de la revue de la Société d’Études de la littérature de langue française des xxe et xxie siècles, s’interroge sur les phénomènes de type « osmotique » – transferts et échanges – opérant entre champs littéraires français et « francophones ». En engageant un dialogue entre littératures francophones (Nord/Sud), littérature française et théories/méthodologies, les contributeurs de ce numéro se sont livrés à un véritable décloisonnement des domaines et à un désenclavement des systèmes de pensées.

 

Sommaire

Sabrina Parent, Anne Douaire-Banny, Romuald Fonkoua

Allers-retours théoriques et méthodologiques dans les continents francophones

 

Chloé Chaudet

Le renouveau de l’engagement littéraire, de Sartre aux littératures francophones : l’exemple de La Femme sans sépulture d’Assia Djebar

 

Anthony Mangeon

Crimes d’auteur ou Comment lire les littératures françaises et francophones façon série noire

 

Myriam Suchet

De l’imaginaire hétérolingue à la lecture indisciplinaire : propositions théoriques et méthodologiques à partir de quelques textes écrits en « québé-quois »

 

Robert Fotsing Mangoua

André Gide : l’anticolonialiste revisité

 

Maxime Del Fiol

Les « occidentalismes » de la littérature arabo-musulmane d’expression arabe et d’expression française depuis l’expédition d’Égypte : pour une problématisation et une acclimatation du concept en critique littéraire

 

Dominique Combe

« Situation d’Orphée noir » : Sartre et Césaire

 

Guillaume Bridet

Pour une histoire littéraire écrite d’un point de vue cosmopolite : éléments à partir de la circulation de l’œuvre de Tagore à travers le monde

 

Marc Quaghebeur

Francophone, le Mot qu’il s’agit d’habiter enfin : un entretien par Sabrina Parent

Journée d'étude - "Lectures littéraires en public"

Date 6 janvier 2015 |

Journée d’étude, 26 juin 2015 (Paris, Maison de la recherche)

dans le cadre du programme collaboratif « Oraliser la littérature » animé par Françoise Waquet au sein du Labex Obvil

 

Lectures littéraires en public : le point de vue des organisateurs

 

La question des lectures littéraires en public, le plus souvent envisagée du point du vue des diseurs (écrivains, comédiens, amateurs… : on s’interroge alors sur le degré de leur engagement artistique, sur leurs motivations, leur art de la diction, etc.), gagne à l’être également du point de vue des organisateurs, lesquels constituent un pôle d’intermédiation littéraire rarement étudié.

Cette journée d’étude, à laquelle sont invités aussi bien des chercheurs en littérature que des historiens et des sociologues, voudrait examiner un ensemble de cas représentatifs des différentes pratiques de lectures oralisées en public du XVIe siècle à nos jours. Il s’agit à la fois de compléter l’inventaire des cadres dans lesquels ces lectures peuvent avoir lieu (matinées poétiques, festivals, spectacles de cabaret ; cour, salons privés, rue, usines, etc.), d’examiner l’identité sociale des organisateurs (origine, parcours, position dans le champ culturel, etc.) et bien sûr de réfléchir aux objectifs poursuivis, explicitement ou implicitement, par les organisateurs de lectures.

S’agissant de ce dernier point, voici une première piste possible de réflexion. Il semble qu’aujourd’hui la plupart des manifestations littéraires comportant des lectures à haute voix devant public, soit par des comédiens soit par les écrivains eux-mêmes, relèvent pour l’essentiel de trois types de projets et d’objectifs plus ou moins disjoints : la promotion des écrivains, des textes et/ou promotion d’un lieu (objectif éditorial et commercial), le développement de lectures-créations (objectif artistique), la captation d’un public élargi (objectif social et culturel – politique)[1]. On peut se demander si ces trois dimensions de la « publicité » littéraire orale se retrouvent à d’autres époques ou si elles sont propres à l’époque contemporaine. Cela revient à poser la question de la position de celle/celui qui ouvre un espace à la lecture, ainsi que du public de cette lecture, par rapport à la pratique poétique au sens large. Animer un salon ou réunir un cénacle implique une participation plus ou moins grande à ce qui s’y joue : c’est là une question qu’il faudrait aborder également.

L’ambition de cette journée d’étude, qui prendra la forme d’un atelier collaboratif et dont les communications ne seront pas publiées, est de faire le point sur l’état des connaissances en la matière, siècle par siècle. La matinée sera ainsi consacrée à de courtes interventions de spécialistes sur des cas précis et représentatifs de chaque époque, l’après-midi à une table-ronde afin d’élaborer des pistes d’étude transversales pour aborder ce sujet.

 

 

Contact : Céline Pardo (Paris-Sorbonne) et Jean-François Puff (Université Jean Monnet – Saint-Étienne)
Envoi des propositions avant le 20 mars 2015.

 

[1] Voir par exemple la table ronde organisée par la SGDL sur les « nouvelles formes de médiation par le livre », consultable en ligne : http://www.sgdl.org/ressource/documentation-sgdl/actes-des-forums/l-ecrivain-dans-la-cite/1334-nouvelles-formes-de-la-mediation-par-le-livre-experiences-de-la-litterature

Appel à communications -Projet Valeur(s)- Colloque "De l'injonction à la créativité à sa mise en oeuvre : quel parallèle entre monde de l'art et monde productif ?"

Date 6 janvier 2015 |

Appel à communications

Colloque international

De l'injonction à la créativité à sa mise en oeuvre :

quel parallèle entre monde de l'art et monde productif ?

organisé les 9 et 10 avril 2015 à Nantes

Date limite d'envoi des propositions de communications :

Le 9 janvier 2015

 

 

Ce colloque est organisé dans le cadre du programme pluridisciplinaire Valeur(s) et Utilités de la culture pour un territoire, agréé par le Conseil scientifique de la MSH en novembre 2010.

Argumentaire

Observateurs attentifs et analystes du monde du travail depuis de nombreuses années, nous avons pu constater la présence de plus en plus forte de l'appel à la créativité dans les discours managériaux, qu'ils soient prononcés pour présenter une stratégie, valoriser l'organisation ou accompagner une politique en matière de ressources humaines. Cela n'est sans doute pas sans lien avec la diffusion du numérique qui est au coeur d'une dynamique de changement permanent (Metzger, 2011). Celle-ci conduit à transformer les métiers, les organisations et les filières, mais dont les modalités restent à inventer. L'injonction à la créativité serait-elle alors le nouvel impératif managérial nécessaire à concrétiser cette dynamique ?

De plus, l'usage du numérique rend le contenu du travail encore plus abstrait et ouvre vers de nouvelles possibilités d'activité, de nouvelles formes d'organisation et d'interactions avec le marché. Il devient dès lors plus difficile de caractériser le travail, de l'anticiper et enfin de l'évaluer. L'injonction à la créativité des salariés serait-elle alors mobilisée pour pallier à ces difficultés ? Peut-être s'agit-il, comme le déclame quelques gourous, de l'avènement d'une nouvelle économie qui, opposée à l'économie traditionnelle (ressources naturelles et capital financier), serait basée sur l'innovation, la créativité et la connaissance ?

 

Le développement et le succès des industries culturelles pourraient être aussi à l'origine de cette injonction à la créativité dans d'autres secteurs productifs. Ceux-ci constitueraient alors ces industries créatives qui deviendraient le modèle à suivre pour innover et accéder à de nouveaux marchés. Cependant, la mise en équivalence entre industries culturelles et industries créatives est artificielle et mérite approfondissement (Bouquillion et al., 2013). En effet, l'oligopole à franges qui caractérise les industries culturelles (Benhamou, 2000) permet aux quelques grandes firmes de profiter du potentiel créatif qui s'exprime avant tout dans la multitude de petites entreprises de ce secteur. Cependant, l'existence de cette multitude de petites entreprises fragiles, qui se montent le plus souvent autour d'un projet ponctuel, sur le marché peu protégé des idées reste très spécifique au secteur culturel (Paris, 2010). Cette particularité peut-elle se retrouver dans des entreprises d'autres secteurs ? Comment s'opère alors la dynamique créative dans des secteurs plus traditionnels où les nouveaux entrants sont rares ? Peut-elle alors rester interne à l'entreprise ?

 

La créativité est surtout associée au monde de la culture, aux oeuvres artistiques, à l'imagination, à l'inventivité, au talent et à la virtuosité propre aux artistes. Cependant ceux-ci évoluent dans un monde de contraintes, sont en forte concurrence sur un marché, mobilisent les outils numériques, etc. Comment cela s'intègre dans les pratiques des artistes ? Les spécificités des activités de création, comme l'importance du risque et de la dimension construite de la valeur des produits, sont-elles revisitées par le numérique ? Internet et ses potentialités de diffusion et de médiation numériques avec les publics transforment également le travail de l'artiste, qu'en est-il ?

Ce colloque aura pour objectif d'y regarder d'un peu plus près : il permettra de nous interroger sur cette injonction à la créativité : au-delà du discours, qu'est-ce qu'être créatif au travail ? Quel est le rôle du numérique dans cette évolution, et comment les possibilités et contraintes du numérique opèrent sur le travail des artistes ?

Autrement dit, il s'agira d'interroger l'hypothèse proposée par (Menger, 2002) à savoir que non seulement les activités de création artistique ne sont pas ou plus l'envers du travail, mais qu'elles sont au contraire de plus en plus revendiquées comme l'expression la plus avancée des nouveaux modes de production et des nouvelles relations d'emploi engendrés par les mutations récentes du capitalisme. Dans ce débat sur l'art et la culture, comme principe de fermentation du capitalisme (Boltanski et Chiapello, 1999), nous n'interrogerons pas ici les relations d'emploi mais l'activité même du travail, qu'il soit artistique ou non.

Cette mise en perspective du monde de l'art et de la culture d'une part, et du travail en entreprise d'autre part, permettra de mieux appréhender les dimensions individuelles et collectives de la créativité. Il apparaît difficile d'être créatif au travail sans considérer le collectif. Dans la gestion de projet, le déploiement des méthodes agiles serait-il le nouvel apanage des managers pour articuler ces deux dimensions ?

D'autre part, Howard S. Becker regarde l'art comme « un travail, en s'intéressant plus aux formes de coopération mises en jeu par ceux qui réalisent les oeuvres qu'aux oeuvres elles-mêmes ou à leurs créateurs au sens traditionnel » (Becker, 1988 (1982) : 21). Or, du fait de son caractère éclaté, valorisant l'acte unique, faisant souvent l'objet de déni de son caractère organisé, hiérarchique et parfois conflictuel, le travail artistique est difficile à saisir dans ses dimensions collectives (Buscato, 2008). La notion de créativité ne permet-elle pas de jouer de la confusion entre ses deux dimensions : individuelle et collective ?

> Toutes les informations et document à télécharger sont en ligne sur le site web de la MSH.
Contact :

anne-france.kogan@mines-nantes.fr, yanita.andonova@gmail.com

 

 

Nous vous remercions de bien vouloir assurer une large diffusion de cet appel.