Appel à contributions – Pour le prochain numéro de la revue Bibliodiversity, « L’auto-édition, un vecteur de bibliodiversité ? »

Bonjour,
Veuillez trouver ci-joint un appel à contributions pour le prochain numéro de la revue Bibliodiversity : L’auto-édition, un vecteur de bibliodiversité ?

Appel à contributions auto-édition

Quelles sont les formes que prend l’auto-édition dans le domaine de la littérature notamment, mais aussi de la bande-dessinée par exemple ? Quelle est sa place et selon quelles modalités existe-t-elle dans les pays francophones ? Sur quel phénomène sociétal reposent ces nouvelles pratiques d’écriture et de publication ? Qu’en est-il de la désintermédiation que ces dernières impliquent dans l’écologie contemporaine du livre ? Quels sont les axes d’injonction à la créativité qui sous-tendent l’auto-édition en matière d’écriture, etc. ?

Sont attendues des propositions de contribution qui émanent de diverses disciplines (sciences de l’information et de la communication, notamment la socio-économie des industries culturelles, sociologie littéraire, sociologie des pratiques culturelles, littérature, histoire de l’édition, etc.). Les expériences professionnelles peuvent également faire l’objet d’une contribution.

Retour des propositions de contribution :
y seront clairement exposées : le sujet de la proposition, la problématique, les cadres théorique et méthodologique, le terrain et les principaux résultats de l’analyse. Le texte de la proposition (hors bibliographie) doit comporter 4000 caractères, espaces compris ; le texte de la contribution est attendu pour le 15 mai 2017 (voir fichier joint pour le calendrier complet)
Au plaisir de vous lire.Bien cordialement,

Sylvie Bosser (Université Paris 8, CEMTI), coordonnatrice du numéro, le comité éditorial et scientifique de la revue.

Merci infiniment de faire circuler cet appel dans vos réseaux.

Parution – Pratiques 173-174, « Le déjà-là dans l’écriture »

Centre de recherche sur les médiations

Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


Pratiques, 173-174, 2017


Le déjà-là dans l’écriture

coordonné par
Fabienne Rondelli et Sylvie Plane
 
PRÉSENTATION

Le présent numéro met l’accent sur le fait que l’écriture, comme toute activité de production verbale, tire ses ressources des expériences langagières vécues par le sujet. Il a paru intéressant de s’intéresser à ce phénomène sous l’angle de l’appropriation et de la transformation par le scripteur d’un substrat initial, qu’il mobilise de lui-même ou qui lui est fourni, et d’examiner cela pour affiner la compréhension que nous avons des mécanismes de production d’écrit et d’acquisition des compétences scripturales.

Une telle thématique ouvre la voie à des approches très diverses, marquées par l’empreinte de conceptions différentes de la compétence scripturale et de son acquisition.  Aussi, les dix-neuf articles de ce numéro, qui s’intéressent tous au substrat préexistant à l’écriture – le déjà-là –  et à son traitement l’envisagent-ils de deux points de vue différents, selon qu’ils se focalisent préférentiellement sur la transformation opérée par le scripteur lorsqu’il mobilise un substrat langagier pour produire son propre discours, ou qu’ils s’interrogent sur la manière dont ce substrat est mis à disposition du scripteur. La confrontation de ces points de vue, si elle génère de nouveaux questionnements, a aussi vocation à nourrir la réflexion de tous les professionnels s’intéressant à l’apprentissage de l’écriture.

SOMMAIRE

Sylvie Plane et Fabienne Rondelli

Le déjà-là dans l’écriture : quel substrat pour quels (ré)emplois ?

Les matériaux linguistiques et leur emploi

 

Elżbieta Biardzka

Le « déjà-là » dans l’écriture du rapporteur des paroles d’autrui

Geneviève Bernard Barbeau

Reprise, reformulation et réappropriation : les traces de discours antérieurs dans les slogans écrits du printemps érable

Valérie Delavigne

L’écriture pour les patients : une écriture singulière ?

Catherine Fuchs

Réemploi et déformation du déjà-là dans La Jalousie d’Alain Robbe-Grillet

Muriel Jorge et Pierre-Yves Testenoire

Écrire pour enseigner : modalités du réinvestissement textuel dans les notes de cours de trois linguistes

Sylvie Plane

Dynamique de l’écriture et processus de resémantisation

Le mode de mise à disposition des matériaux linguistiques

Aspects psycholinguistiques et génétiques

Maarit Mutta

La conscience métapragmatique et l’attitude métacognitive épistémique des scripteurs universitaires : la révision de texte en temps réel

Denis Alamargot, Marie-France Morin et Elise Drijbooms

Planificateur ou formulateur ? Mise en évidence de deux stratégies de rédaction à partir d’un support imagé chez des élèves de CE1 et de CM2

Christophe Leblay et Tarja Leblay

Chaines de reformulation dans un corpus de production-traduction

Aspects didactiques

Catherine Boré

Formes de reprise dans l’écriture à l’école élémentaire, essai de mise en ordre

Kathy Similowski

Le déjà-là chez des scripteurs apprenants : des ressources diversement exploitées

Brigitte Marin et Jacques Crinon

Le déjà-là et le presque-là

Pierre Sève

Variation, emprunt, remploi au cœur de l’écriture enfantine

Véronique Bourhis, Danièle Frossard et Martine Panchout

Le modèle didactique du genre à l’épreuve de la classe

Christine Vénérin-Guénez

Les choix lexicaux des élèves révélateurs d’un déjà-là

Sonia Castagnet-Caignec

La novélisation : une rencontre avec du déjà-là qui révèle les positionnements auctoriaux des jeunes scripteurs

Catherine Delarue-Breton

Créer le déjà-là, un paradoxe fécond pour penser l’activité scripturale et scientifique de l’auteur de mémoire de master MEEF

Marie-Emmanuelle Pereira, Christina Romain et Véronique Rey

Quand Dragon accouche le « déjà-là » du texte : l’apport d’un logiciel de reconnaissance vocale dans une activité de rédaction de résumé

Marie-Emmanuelle Pereira, Christina Romain et Véronique Rey

Quand Dragon accouche le « déjà-là » du texte : l’apport d’un logiciel de reconnaissance vocale dans une activité de rédaction de résumé

Krastanka Bozhinova, Jean-Paul Narcy-Combes et Sonia Zaouali

La production écrite vue comme un processus bilingue : dans quelle mesure les TIC peuvent-elles aider ?

Parution – F. Martin-Achard, « Voix intimes, voix sociales – Usages du monologue romanesque aujourd’hui »

F. Martin-Achard, Voix intimes, voix sociales – Usages du monologue romanesque aujourd’hui

Cet ouvrage étudie la refondation du monologue intérieur dans le roman français à partir des années 1980. Après une histoire de la forme et des imaginaires du discours intérieur dès la fin du XIXe siècle, il examine la tension entre l’intime et le social qui parcourt les monologues contemporains.

Classiques Garnier

Collection : Études de littérature des XXe et XXIe siècles n° 60

ISBN 978-2-8124-6107-1

EAN 9782812461071

465 pages – Livre broché – 32 €

Adresse : 6, rue de la SorbonneParis 75005France

Annonce colloque – « Le passé colonial belge au prisme des productions littéraires et artistiques contemporaines »

Colloque international 29, 30 et 31 mars 2017

*Le passé colonial belge au prisme des productions littéraires et artistiques contemporaines (2000-2015)*

Université libre de Bruxelles (ULB), Campus de la Plaine

Maison des Anciens Étudiants

Site Internet: http://bit.ly/2nuxpY0

Ces trois journées ont pour objectif de réfléchir à la façon dont les
artistes s’emparent du passé colonial et aux raisons pour lesquelles ils
s’en saisissent comme matériau de création

*Mercredi 29 mars*

*8h45 Accueil*

9h00 Ouverture du colloque par Marie-Soleil Frère (Vice-Rectrice aux
Relations internationales), François Heinderyckx (Doyen, Faculté LTC) et
les organisateurs, Maurice Amuri (Lubumbashi), Véronique Bragard (UCL),
Sabrina Parent (ULB)

9h30 *                                        Productions artistiques,
Histoire coloniale et institutions*

Chair: Anja Veirman (LUCA School of Art)

*- Thomas Ngameni*(UCLouvain), “Colonialité du pouvoir et pratiques
d’émancipation dans l’œuvre artistique de Vincent Meessen”

– *Magali Nachtergael* (Paris 13), “L’histoire oblique des colonies
francophones par Thu Van Tran et Vincent Meessen”

– *Véronique Clette*-*Gabuka* (ULB), “Négociations institutionnelles et
tensions postcoloniales dans la culture: une perspective ethnographique
sur Bruxelles”

*- Seloua Luste Boulbina*(Paris 7), “Décoloniser les savoirs et dépasser
le passé: le travail de Sammy Baloji”

11h Pause café

11h30 *L*’*inscription littéraire du passé colonial*

Chair: Sabrina Parent (ULB)

– *Ngwarsungu Chiwengo *(Creighton University), “L’inscription coloniale
belge sur le corps pathologique congolais”

– *Prosper Mposhi Ngongo* (Lubumbashi), “Colonisation et théorie
postcoloniale dans /Rendez-Vous sur l’île de Gorée/ de Pie Tshibanda et
/Mamiwata/ de Jean-Louis Lippert. Une problématique de mémoire et de
devoir de mémoire”

– *Sonia Le Moigne-Euzenot* (ITEM/CNRS, Paris), “L’expression narrative
de la colonialité du pouvoir dans /Congo Inc. /de In Koli Jean Bofane”

*- **Maurice Amuri*(Lubumbashi), “/Tram 83/ de Fiston Mwanza Mujila et
les préoccupations sociopolitiques postcoloniales. Cas de figuration de
l’histoire”

13h Lunch

14h15 Table ronde d’écrivains (animée par Maurice Amuri)

*Fiston Mwanza Mujila***et***Laurent Demoulin***

16h         Pause café

16h30 Tables rondes autour de la Transmission (animées par Véronique
Bragard)

*Histoire coloniale et enseignement*: Kalvin Soiresse, Ursule Akatshi,
Anja Veirman et Machteld Van Schandevijl

*Mémoire coloniale et expressions artistiques*: Barly Baruti et Zoé
Schreiber

18h30 Drink

*Jeudi 30 mars*

*9h Mise en scène de la mémoire coloniale*

Chair: Stéphanie Loriaux (ULB)**

**

*- Julien Bobineau*(Université de Würzburg), “‘Main noire et main
blanche pour couper le ruban’: Patrice Lumumba et la mémoire dans le
drame francophone belge”

– *Fanny Robles* (Aix-Marseille), “La /Commission de Vérité/ de Chokri
Ben Chikha: le ‘zoo humain’ comme outil épistémologique /post/-colonial”

– *Maarten Langendries* (KULeuven), “’Dat was toch een beetje
koloniaal’: de katholieke missionaris als verzoeningsfiguur in /Nonkel
Pater/”

10h30 Pause café

11h00 *Postmémoire et oubli dans le matériau artistique*

Chair: Magali Nachtergael (Paris 13)

– *Idesbald Goddeeris* (KULeuven) et *Gert Huskens* (KUL), “Belgian
postcolonial art in Flemish Media”

*- Claire H.**Griffith* (University of Chester), “Seeing the
modern: iconographies of historical slavery in contemporary francophone
African art”

– *Sophie Decroupet *(Harvard extension, Paris), “Les jeunes artistes
face à l’histoire coloniale: l’/Horror Vacui/ de Maarten Vanden Eynde”

– *Bénédicte Meiers* (LAAP, UCL et Pôle Sud, ULg), “’Le grill d’acier du
colonialisme’: Un point aveugle de la réception de la production
artistique du sculpteur Freddy Tsimba et une mise en perspective
(post)coloniale”

12h30 Lunch

14h00 *Spectralité de l’archive: vidéo et cinéma*

Chair: Bambi Ceuppens (MRAC – Tervuren)**

– *Matthias Degroof* (UIAntwerpen), “The colonial present and
postcolonial transitions in Belgo-Congolese cinema”

– *Katarzyna Ruchel-Stockmans* (VUBrussel), “Wendy Morris’s work and the
archive”

– *Sanne Sinnige*(VUBrussel),  “Sammy Baloji’s video piece
/Pungulume/Fungurume/ (2016): audiovisual documentary and the historical
archive”

15h30 Pause café

16h         Discussion avec et autour de l’œuvre de la cinéaste et
écrivaine *Monique Mbeka Phoba*

Présentation du court métrage /Sœur Oyo/ et//lecture de la nouvelle “Le
Jeune Mani Kongo”

Discussion animée par Véronique Bragard et Sabrina Parent

19h Repas au restaurant Mirabelle (réserver)

*Vendredi 31 mars*

9h *Recomposition du passé: l’œuvre de Sammy Baloji*

Chair: Maëline Lelay (CNRS – LAM Bordeaux)

*- Gabriella Nugent*(University College London), “Between temporality
and vitality in Sammy Baloji’s /Mémoire/ (2006)”

*- Suzannah Henty*(Paris 1), “Performed heritage in the Congo: An
examination of memory and reclaiming residual spaces of trauma in the
artwork of Sammy Baloji”

– *Sandrine Colard* (Columbia University/Paris), “Photographie coloniale
et l’œuvre de Baloji”

10h30 Pause café

11h00 Keynote: *Dominic Thomas* (University of California, Los Angeles)

“The World of African Literature is (not) flat”

12h00 Lunch //

14h*Cartographies de l’écriture mémorielle*

Chair: Justine Feyereisen (ULB)

*- Antoine Tshitsungu Kongolo*(Lubumbashi), “Littérature belge et
congolaise”

*- Ninon Chavoz *(Paris 3),**“La carte et le trottoir: l’atlas à
l’arrière-plan des représentations du Congo”

– *Katie Tidmarsch*(Paris 7), “En train d’écrire la mémoire: la
‘littérature-locomotive’ de Fiston Mwanza Mujila, entre passé impérial
et présent continu”

15h30 Pause café

16h*Croisements mémoriels dans la bande dessinée*

Chair: Fabrice Preyat (ULB)

– *Anthony Mangeon* (Strasbourg),**“Romans familiaux et déceptions
(post)coloniales: lectures croisées de Paule Constant (/Ouregano/) et de
Nicolas Pitz (/Luluabourg/,/Les Jardins du Congo/)”

– *Fabrice Schurmans* (Coimbra), “La construction d’une mémoire de la
violence de la conquête coloniale dans /Africa Dreams/”

– *Pierre-Luc Plasman* (UCL), “Léopold II, le grand méchant loup. La
mémoire collective modifiée par les imaginaires et le déficit du récit
historique”

17h30 Clôture

Parution – « Schrijverstypen: De moderne auteur tussen individu en collectief »

Schrijverstypen: De moderne auteur tussen individu en collectief

Erica van Boven,Pieter Verstraeten (ed.)

ISBN: 9789087046002
NUR: 621, 694
Talen: Nederlands
Uitgever: Verloren
Editie: 2017/1
29 euros

In Schrijverstypen passeren schrijvers uit de negentiende en twintigste eeuw  de revue: Nederlandse, Vlaamse en een enkele buitenlander, bekende en onbekende, individueel of groepsgewijs. Niet de schrijvers zelf staan centraal, maar de vormen van auteurschap die zij vertegenwoordigen en de collectieve representaties die daarbij een rol spelen. Het uitgangspunt is dat schrijvers hun individuele zelfpresentatie vormgeven naar meer algemene typen of modellen zoals die op een bepaald moment in de tijd circuleren. In negentien bijdragen wordt onder meer stilgestaan bij de romantische auteur, de reiziger, de profeet, de socialistische dichter, de avant-gardist, de journalist, de academische schrijver, de ballingschrijver en de zondagsdichter. Het boek wil niet zozeer een staalkaart van typen leveren, maar laten zien wat onderzoek op het snijvlak van individuele auteurspresentaties en collectieve auteursmodellen te bieden heeft.

Inhoud: ERICA VAN BOVEN/PIETER VERSTRAETEN, Inleiding   JANNEKE WEIJERMARS, De romantische auteur. Prudens van Duyse (1804-1859)   LUT MISSINNE, De reizende schrijver in de spiegel   MARY KEMPERINK, ‘Geen grooter onzin dan dat de tijd der profeten voorbij is’. De zelfpresentatie van Frederik van Eeden: kunstenaar, wetenschapper en wereldhervormer in één   HUBERT VAN DEN BERG, Goot auteur in een Grote Oorlog. Over de uitgave van Albert Verweys Gedichte bij Insel-Verlag tijdens de Eerste Wereldoorlog   DICK VAN HALSEMA, ‘De eigenaardige mentaliteit van Dr. Leopold’. De afzijdige dichter   GEERT BUELENS, De socialistische dichter   HANS VANDEVOORDE, Tussen club en salon. August Vermeylen als netwerker?   SJOERD VAN FAASSEN, De avant-gardist: I.K. Bonset   RALF GRÜTTEMEIER, De journalist   KRIS HUMBEECK, Marnix Gijsen: opkomst en neergang van een kosmopoliet   MATHIJS SANDERS, De grootauteur   HERBERT VAN UFFELEN, Lucebert: de stem van een generatie   BART VERVAECK, De academische schrijver: tussen homologie en distinctie   JAAP GOEDEGEBUURE, Schrijver, priester, politieagent. Frans Kellendonk als cultuurcriticus   BAREND VAN HEUSDEN, Speelgenoten. Julio Cortázar en Carol Dunlop, De astronauten van de kosmosnelweg   SANDRA VAN VOORST, De ballingschrijver Kader Abdolah   DIRK DE GEEST, ‘Van dichten comt mi cleine bate’. De zondagsdichter   KEES VAN REES, Institutionele logica’s. Een perspectief op het culturele veld   WILJAN VAN DEN AKKER, Giza Ritschl en de nationale wetenschapsagenda. Een essay

URL : https://verloren.nl/boeken/2086/261/5979/algemeen/schrijverstypen

Mise en ligne – « Les douze travaux du texte »

Suivez la liste socius sur Twitter @listesocius.
Consultez les archives de la liste dans son carnet.
La liste fait partie du projet socius : ressources sur le littéraire et le social.

—–

Mise en ligne des versions pdf de :

Les douze travaux du texte

Cahiers Figura, Anne-Marie David et Pierrre Popovic (dir.)

Année de parution:

2015
N° de la publication:
38

La sociocritique et l’ethnocritique ont plusieurs actes en commun: penser le texte en interaction avec la semiosis sociale, lire la «mise en texte» comme lieu d’un travail sur les représentations et saisir les «altérités du texte» dans le mouvement du sens qu’elles engagent. Elles ont toutefois développé des hypothèses, des concepts et des propositions herméneutiques qui ne sont pas les mêmes et qui appellent confrontations et évaluations. C’est à ce travail de réflexion que se destine ce cahier. La rencontre de l’ethnocritique et de la sociocritique dont il rend compte est une première, ce pourquoi il allie le travail d’information théorique, la critique réciproque, les lectures in vivo et une présentation des recherches en cours.

Avec des textes d’Émilie Brière, Pierre-Olivier Brodeur, Véronique Cnockaert, Anne-Marie David, Sophie Dumoulin, Djemaa Maazouzi, Sophie Ménard, Sophie Pelletier, Vicky Pelletier, Pierre Popovic, Jean-Marie Privat, Marie Scarpa, Josias Semujanga, Marie-Christine Vinson et Bernabé Wesley.

URL : http://oic.uqam.ca/fr/publications/les-douze-travaux-du-texte.

Séminaire – Transferts culturels 17 mars 2017 Ethique et traduction

Chers collègues,
la prochaine séance du séminaire transferts culturels aura lieu vendredi
17 mars 2017. Le programme figure ci-dessous. Attention, suite à un
changement de salle elle se déroulera en SALLE d’HISTOIRE de l’Ecole
normale supérieure, 45 rue d’Ulm, de 9h30 à 12h30.
Très cordialement,
Pascale Rabault-Feuerhahn, Michel Espagne, Anne-Marie-Thiesse

17 mars 2017 / Ethique et traduction

Alexander Nebrig, Berlin/Paris : Die Moralität des Moraltransfers.
Die Übertragungen von Spinozas Ethik durch Berthold Auerbach und Émile
Saisset um 1840

Dem Aufstieg der deutschen idealistischen Philosophie nach 1800
entspricht eine Krise der Theologie, von welcher Baruch de Spinoza
profitierte. Die Ideen des niederländischen Philosophen, der bis Ende
des achtzehnten Jahrhunderts als Atheist gebrandmarkt worden war, wurden
vom Hauptumschlagplatz des Idealismus auch nach Frankreich exportiert.
Allerdings erfolgte dieser gefilterte Transfer nicht ohne Rechtfertigung
: nunmehr weniger aus theologischer, sondern mehr aus moralischer
Perspektive. Das Projekt der ersten französischen Übersetzung von Émile
Saisset (1842) zeigt dies exemplarisch. Von der Faszination Berthold
Auerbachs, dessen Übersetzung 1841 erschien, ist bei dem Schüler Victor
Cousins nichts zu spüren. Ein typologischer Vergleich der beiden
Ethica-Übersetzungen möchte die jeweiligen Rahmenbedingungen des
Moraltransfers sowohl auf institutioneller als auch auf diskursiver
Ebene vorstellen.

Ralph Winter, Sarrebruck : Der Gesandte – Maurice Betz als Übersetzer
von Rilkes „Malte Laurids Brigge“

Angeregt durch André Gides Übersetzung einer Passage aus Rilkes „Malte
Laurids Brigge“, die bereits 1911 in der N.R.F. erschienen war,
unternimmt der elsässische Autor und Übersetzer Maurice Betz 1923 eine
eigene Teilübersetzung des „Malte“. Nicht zuletzt auf Rilkes Wunsch hin
beginnt er dann mit der vollständigen Übertragung, für die er am Schluss
eng mit Rilke
zusammenarbeitet und die im Juli 1926 bei Émile Paul Frères erscheint.
Ein punktueller Vergleich der drei genannten „Malte“-Übersetzungen
ermöglicht einen spannenden Einblick in einen Transfer, dessen
Besonderheit die zuletzt aktive Mitarbeit des Original-Verfassers ist
und dessen Objekt durch seine Modernität besondere Herausforderungen mit
sich brachte – und dies nicht nur in formaler, sondern auch thematischer
und ethischer Hinsicht, insofern mittels der Malte-Figur auch moralische
Fragen des Umgangs mit Phänomenen der modernen Großstadt aufgeworfen
werden.

Séminaire – « La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? »

Chèr.e.s collègues,

Nous sommes heureux de vous inviter à la première séance du séminaire de recherche intitulé : « La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? ».

Cette séance aura lieu le vendredi 24 mars de 14 h à 17 h dans la salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme (20, avenue Georges Sand, 93 210 Saint-Denis, Métro Front populaire, ligne 12).

I – « Eléments d’analyse des littératures de genres et enjeux des positionnements symboliques des auteurs », avec :

Natacha Levet (MCF en littérature, Université de Limoges, LPCML)

Magali Bigey (MCF en Sciences du langage, Université de Franche-Comté, ELLIADD)

Simon Bréan (MCF en Littérature, Université Paris-Sorbonne, CELLF)

Littérature de l’imaginaire (heroic fantasy, science-fiction, fantastique), littérature policière (polar, thriller, roman noir), littérature sentimentale et littérature érotique forment les principaux registres de ce qu’il est convenu d’appeler les littératures de genre, longtemps confinées dans le domaine de la paralittérature, à l’opposé de la « littérature blanche ». De multiples ramifications (bit-lit, chick-lit, new romance, etc.) tendent désormais à structurer ces littératures en autant de secteurs au succès commercial avéré.

L’objectif de cette séance est de faire le point sur ce que représentent ces littératures de genre à l’heure actuelle : comment peut-on les définir, quels en sont les lectorats et comment se positionnent les auteurs qui s’y consacrent ?

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles

Nous vous remercions de votre participation éventuelle et nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire (sylvie.bosser@univ-paris8.fr).

Au plaisir de vous retrouver et d’échanger le 24 mars 2017 à 14 h.

Bien cordialement,

Sylvie Bosser (Université Paris 8, CEMTI) et Bertrand Legendre (Université Paris 13, LabSIC)

Présentation des objectifs de ce séminaire :

Ce séminaire est soutenu par la Maison des Sciences de l’homme, par le LabSIC et le LabEx ICCA (Université Paris 13) et par le CEMTI (Université Paris 8).

Si le secteur de la littérature est, à l’heure actuelle, confronté à un certain nombre de mutations socio-économiques, il semble que le pan éditorial des littératures de genre en soit tout particulièrement porteur. L’objectif de ce séminaire est d’établir un état des lieux des pratiques, discours, positionnements et représentations éditoriales en les examinant à partir de la notion d’« auteur ». Cette perspective se double de l’ambition de contribuer à une réflexion théorique et méthodologique à partir de l’exposé de travaux de recherche en cours sur cette thématique. Il s’agit, de fait, d’analyser de quelles manières certaines mutations socio-économiques (autoédition, désacralisation de l’acte d’écriture avec la mise en place d’ateliers, de formations, à l’image de la pratique du Creative Writing qui représente depuis longtemps un passage obligé pour les aspirants anglo-saxons, surproduction, concurrence accrue, rationalisation, recours au crowdsourcing) reconfigurent tout particulièrement la notion d’« auteur » au sein du secteur des littératures de genre, celui-ci constituant l’un des segments qui rencontre un très fort succès auprès du lectorat, sous format papier et numérique.

L’approche interdisciplinaire convoquée lors du séminaire nous permettra d’examiner si l’évolution de cette notion constitue une réelle rupture dans l’approche historique et sociologique des auteurs. Cette évolution sera aussi interrogée à l’aune des recherches sur les industries culturelles et créatives qui se penchent désormais – après s’être essentiellement focalisées sur l’amont et l’aval de la filière du livre, laissant en quelque sorte l’auteur dans une « zone grise » -, sur la mutation de l’usager en auto-producteur, dans le cadre plus général d’une déconstruction de la notion de « créativité », cette dernière étant désormais érigée en norme sociale.

Traditionnellement légitimé par l’éditeur, de quoi l’auteur est-il désormais le nom dans le secteur des littératures de genre, celui-ci étant travaillé par une nouvelle grammaire de sens en termes de logiques socio-économiques ?

Prochaines séances du séminaire :

II – « Qu’est-ce qu’un auteur ? Qu’est-ce que l’acte d’écrire ? », vendredi 28 avril 2017, de 14 h à 17 h, salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme, avec :

Clara Lévy (Pr. en Sociologie de la littérature, Université Paris 8, Institut d’Etudes Européennes/Université Paris 8, LabTop-Cresppa)

Lionel Ruffel (Pr. en Littérature comparée et création littéraire, co-responsable du Master Création littéraire, Université Paris 8, Membre junior de l’Institut universitaire de France, LHE)

Alain Viala (Pr. émérite en Littérature, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle et Chaire d’Études Françaises à l’Université d’Oxford)

 

III – « Les éditeurs de littératures de genre et la notion d’« auteur » », vendredi 2 juin 2017, de 14 h à 17 h, salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme, avec :

Anne Hautecœur, Éditions de La Musardine

Isabelle Solal, Éditions Hugo & Publishing

Jérôme Vincent, Éditions ActuSF

Stéphane Marsan, Éditions Bragelonne

Benoît Farcy, Éditions Gallimard

IV – « Quelles postures d’auteurs ? », vendredi 23 juin 2017, de 14 h à 17 h, salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme

Table ronde auteurs

V – « Les logiques socio-économiques en jeu dans le secteur des littératures de genre », vendredi 7 juillet 2017, de 14 h à 17 h, salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme, avec :

Sylvie Bosser et Bertrand Legendre

Séminaire La notion dauteur au prisme des mutations socio-économiques dans la filière du livre. Quelles remises en question dans le secteur des littératures de genre

MOOC sur la littérature jeunesse

Chères collègues, chers collègues,

L’Université de Liège vient de lancer un MOOC sur la littérature jeunesse.
Accessible gratuitement à toutes et tous, il propose notamment une approche sociale de la littérature jeunesse.
Je vous invite à découvrir ce cours (ou à le faire découvrir à vos étudiant.e.s) à cette adresse : https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:ulg+108002+session01/about
Il suffit de se créer un compte sur la plateforme FUN (France Université Numérique) pour y accéder : le MOOC a été lancé ce vendredi.
N’hésitez pas à nous rejoindre.
Bien cordialement,
Björn-Olav Dozo
Ci-bas une description du contenu du cours.

A propos de ce cours

Pendant 6 semaines, vous découvrirez les richesses de la littérature de jeunesse dans un MOOC qui évoquera le livre dans sa globalité, depuis ses origines jusqu’aux représentations actuelles. On évoquera les romans, les albums mais également quelques maisons d’édition et leur inscription dans le paysage éditorial, les livres numériques ainsi que l’univers numérique des livres de jeunesse, pour clôturer par une dernière séance sur les fictions hors du livre comme les fanfictions ou les objets dérivés.

C’est par le biais d’une série d’activités pédagogiques variées, telles que des vidéos, des analyses, des quizz, mais aussi des travaux collaboratifs et des exercices pratiques, que vous pourrez développer vos compétences et votre réseau. De cette manière, l’apprentissage ne sera pas uniquement vertical mais également horizontal, grâce aux travaux collaboratifs et aux échanges entre l’apprenant et l’équipe pédagogique.

Format du cours

Ce cours se déroule en 6 modules d’une semaine. Vous pouvez choisir de suivre le parcours découverte ou le parcours pro, c’est la difficulté des exercices ainsi que l’investissement en heures par semaine qui varie d’un parcours à l’autre.

Le premier module se consacre au parcours du livre. Trois modules se pencheront sur différents formats : l’album (qu’il soit pour enfants ou pour adolescents), le roman ainsi que les livres numériques. Un module évoquera le domaine de l’édition et le dernier module s’attachera à vous faire découvrir le concept de fictions hors du livre.

Nous avons également la chance d’accueillir une série d’invités, certains sont des professionnels du domaine, comme Michel Defourny qui consacre une série de vidéos aux rapports entre l’album et l’art et le design, d’autres sont des spécialistes de disciplines annexes comme le cinéma ou l’animation. Le MOOC est également riche de séquences tournées par des professionnels des métiers du livre : des éditeurs, des auteurs, des libraires …

Ces modules combinent plusieurs types d’activités :

  • des vidéos;
  • des quizz;
  • des lectures d’oeuvres;
  • des jeux d’observation;
  • la réalisation d’un guide collaboratif sur les livres numériques;
  • la réalisation d’une courte fanfiction (vidéo ou écrite);
  • la relecture des travaux des pairs;
  • un forum de discussion pour s’entraider et continuer à apprendre ensemble,…

Nous avons donc envisagé la construction de ce MOOC selon deux parcours. Le premier parcours se destine aux étudiants désireux de compléter leur formation, aux libraires, bibliothécaires, éditeurs et professionnels du monde du livre ou de l’éducation, l’investissement est d’environ 3h par semaine. Le second parcours, plus léger est envisagé pour permettre aux néophytes de découvrir la question de la littérature de jeunesse, environ 1h30 par semaine.

Certification

Ce MOOC donne lieu à une attestation FUN et Université de Liège liée à la réalisation de certaines activités.

Prérequis

Ce MOOC est ouvert à tous.