Appel à articles – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 9 no 2

La revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture lance un appel à articles.

Dirigé par Nadine Desrochers (U. de Montréal) et Marcello Vitali-Rosati (U. de Montréal), ce 18ème numéro s’intitule : «L’écrivaine, l’écrivain en recherche : perceptions et approches».

L’appel est disponible à l’adresse suivante :

https://www.usherbrooke.ca/gnec/pj/no_18_appel_de_texte_bilingue_vf.pdf

Programme – « Écrivains au prétoire »

Cher collègue,
Pourriez-vous diffuser le programme de la journée d’étude que je coorganise en Sorbonne le 2 juin prochain avec mes collègues Arnaud Latil et Judith Sarfati-Lanter ?
Cette journée est consacrée aux procès d’écrivains en France à l’époque contemporaine et s’intitule « Écrivains au prétoire ».
D’avance, un grand merci.
Bien cordialement,
Anna Arzoumanov

Anna Arzoumanov

MCF Université Paris-Sorbonne
EA STIH

Nouvelle réédition sur le site Socius – « On Literary History » de Peter Bürger

Suivez la liste socius sur Twitter @listesocius.
Consultez les archives de la liste dans son carnet.
La liste fait partie du projet socius : ressources sur le littéraire et le social.

—–

Bonjour,

Dans le puissant article que nous rééditions, Peter Bürger, devenu l’auteur de référence sur l’avant-garde (voir la traduction française de sa Théorie de l’avant-garde chez Questions théoriques en 2013), s’interroge sur les liens et les obstacles qui existent entre l’histoire littéraire et la philosophie critique de l’art et de la littérature.

C’est à lire ici.

Anthony Glinoer.

Colloque Prospéro – « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme », 1-2 juin 2017, USL, P61

Chers collègues,

Serait-il possible de diffuser cette annonce sur la liste Socius? Merci d’avance.

Très cordialement,

Victoire Feuillebois

 

 

Cher(e)s collègues, cher(e)s ami(e)s,

Vous trouverez en pièces jointes le programme et l’affiche du colloque « Les Formes poétiques de la vie : performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme », organisé à l’Université Saint-Louis de Bruxelles les 1 et 2 juin 2017.

Très cordialement,

Laure Cahen-Maurel, Victoire Feuillebois & Martin Mees

AfficheFormespoétiquesdelavie12juinUSL

Les formes poétiques de la vie :

performativité, réflexivité, modernité dans le romantisme

1er et 2 juin 2017

 

Centre Prospéro,

Université Saint-Louis, Bruxelles

 

 

 

Il existe une tension commune propre aux différentes actualisations du romantisme européen dans les lettres, les arts et la pensée des différents espaces et temporalités où il s’est manifesté : il s’agit de la volonté de transformer radicalement les rapports entre la sphère de la création et ce qui lui est extérieur en poétisant la vie. Le romantisme voit non seulement l’apparition de nouvelles formes, mais il marque la naissance d’une nouvelle ambition pour la forme, qui l’inscrit dans un rapport différent avec ce qui l’excède et la conditionne, ce qui fait ressortir trois enjeux qui s’impliquent réciproquement. D’abord celui de la performativité : les formes du romantisme ne peuvent se penser sans prendre en considération leur capacité à « trans-former » notre expérience du monde par leur singularité même. Le projet romantique part de la vie, à travers la recherche de modèles organiques ou dans l’attention aux formes de l’existence les plus prosaïques et diverses, mais en retour, les formes artistiques qu’il déploie ont aussi pour vocation de « poétiser » le monde. Ensuite celui de la réflexivité : l’ambition de changer la vie par l’art s’accompagne souvent d’une réflexion métacritique, dans la mesure où les formes en régime romantique s’indiquent elles-mêmes comme actes, processus vivants, et pensent leur propre capacité de poétisation. Cette réflexivité est internalisée dans l’œuvre autant qu’elle est affaire d’interprétation ou de retour sur l’œuvre par qui la reçoit. Enfin celui de la modernité : la problématique de la forme apparaît comme un lieu fondamental pour interroger la manière dont le romantisme s’interprète lui-même, ainsi que les appropriations et les lectures dont il a fait l’objet de la part des critiques contemporains et ultérieurs. C’est tout l’héritage du courant qui est mis en tension par la réflexion sur le caractère performatif, réflexif et, par là sans doute, intimement moderne de la forme dans les arts, les lettres et la pensée de l’époque romantique.

 

 

 

Jeudi 1er juin 2017

 

Président de séance matinée :

Isabelle Ost (Université Saint-Louis – Bruxelles)

 

 

10h-10h15 : Accueil des participants

 

10h15-10h30 : Ouverture du colloque par Laurent Van Eynde, directeur du Centre Prospéro

Introduction, par Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles), Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) et Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles)

 

10h30-11h25 : André Stanguennec (Université de Nantes) « Form », « Gestalt », « eidos », « Sinnbild ». Quelques aspects de la « forme » dans le romantisme allemand

 

11h25-12h20 : Laure Cahen-Maurel (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Sans forme pas de matière, sans matière pas de forme » : les lettres de Schiller Sur l’éducation esthétique de l’homme, une pierre d’angle du romantisme allemand

 

12h20-13h45 : déjeuner

 

 

 

Président de séance après-midi :

Pierre Piret (Université Catholique de Louvain)

 

 

13h45-14h40 : Dagmar Wieser (Universität Zürich) Faust, héros performatif

 

14h40-15h35 : Martin Mees (Université Saint-Louis – Bruxelles) L’alchimie des formes chez Nerval : une poétisation romantique

 

15h35-16h05 : Pause-café

 

16h05-17h : Giovanna Pinna (Universita degli Studi del Molise) Tragédie et ironie. De Schlegel à Solger

 

17h-17h55 : Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis – Bruxelles) « Le poète est le médecin transcendantal » (Novalis) : l’ambition romantique de guérir les vies par l’art

 

19h30 : Dîner

 

Vendredi 2 juin 2017

 

Président de séance matinée :

Laurent Van Eynde (Université Saint-Louis)

 

 

9h30-10h25 : Olivier Schefer (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) Nature créatrice et nature destructrice : l’art romantique à l’épreuve de la mort

 

10h25-11h20 : José-Luis Diaz (Université Paris VII Paris Diderot, Président de la Société des Études Romantiques et Dix-neuviémiste) Vivre en poète (1800-1850)

 

11h20-11h50 : Pause-café

 

11h50-12h45 : Serge Zenkine (Université d’État des Sciences Humaines, Moscou) Mimésis et sémiosis dans le comportement romantique

 

12h45-14h : déjeuner

 

 

Président de séance après-midi :

Damien Zanone (Université Catholique de Louvain)

 

 

14h-14h55 : Éric Dayre (ENS de Lyon) Vie poétique et anthropologie : dialogues et tensions post-romantiques en Europe

 

14h55-15h50 : Dominique Peyrache-Leborgne (Université de Nantes) L’arabesque des traditions populaires et le livre-monde, du Romantisme à l’Art Nouveau

 

15h50-16h05 : Pause-café

 

16h05-17h : Émilie Pézard (ENS de Lyon, ANR Anticipation) Différentes incarnations du romantisme dans Madame Bovary

Appel à contribution – « xcentriCité – Bruxelles et Montréal : Cultures urbaines francophones en-dehors de Paris »

xcentriCité

ExcentriCity

Bruxelles et Montréal : Cultures urbaines francophones en-dehors de Paris.

Brussels and Montréal : Francophone urban cultures outside Paris.

 

International Conference. University of Chester.

Conférence internationale à l’Université de Chester.

20-22 Septembre 2017.

 

The dominating role of Paris in French language, literature and culture has been stressed by Pascale Casanova in her République Mondiale des Lettres and before her by Bourdieu in Les Règles de l’art. Being the symbolic centre of literature – and a denationalised hub of consecration until the 1950 and 1960s which Pascale Casanova calls Méridien de Greenwich, Paris is the guardian of the French language (Académie Française), it is the place where literature is either canonised or marginalised (franco-French literature or Francophone literature) and where the major editors are located.

The overtly dominant position of Paris does not mean however that there is no cultural production on its periphery. Indeed themargins of Paris, such as Brussels and Montreal have striking similarities: both cities speak a variety of French deeply

influenced by another language (Dutch and English); both Belgium and Canada are countries based on a very fragile compromise between often very hostile cultural communities (the famous ‘two solitudes’ apply probably even more to Belgium than to Canada); both cultures are celebrating a more ‘Anglo-Saxon’ style multiculturalism and both countries host fascinating and lively cultural scenes.

In our conference, we will explore Brussels’ and Montreal’s urban cultures as cultures of ex-centri-city.  Given their peripheral positions, it can be argued that their ex-centric geographic locations create an atmosphere which fosters eccentric-city.  We shall explore these cultures in their exuberance, extravagance and in their refusal of mechanisms of canonisation.

Possible themes are:

•       Literature, the representation of urban spaces, the representation of multiculturalism and bilinguism in French, English and Dutch-speaking literatures.

•       Endeavours to go beyond the language conflicts through non-verbal forms of cultural production (Cirque du Soleil).

•       Popular music and the question of centre and periphery, Dick Annegarn, Jacques Brel, Ariane Moffat, Robert Charlebois, etc

•       Film and TV-series: Representation of Brussels in the Belgian TV series Salamander, in Jaco VanDormael’s film, Le tout nouveau testament, Denys Arcan, etc.

•       Paintings, Street arts, Belgian Surrealist painters, Adrien Hébert, etc

 

Abstracts of 300 words (MS Word format) for 20-minutes papers in French or English should be sent by email to T.Obergoeker@chester.ac.uk or J.Hennuy@chester.ac.uk before 30th of June 2017.

*

Le rôle dominant de Paris dans la langue, les littératures et les cultures francophones  a été longuement analysé par Pascale Casanova dans son livre La République mondiale des lettres, et avant elle, par  Pierre Bourdieu dans Les règles de l’art. Considéré par Pascale Casanova comme le Méridien de Greenwich de la littérature, lieu de consécration littéraire, Paris, en tant que « centre naturel » de la langue et de la culture française, héberge des institutions comme l’Académie Française et les grandes maisons d’édition. Toute œuvre littéraire d’expression française y est soit canonisée, soit marginalisée (répertoriée comme faisant partie de la littérature française ou de littérature francophone). Cette position dominante ne veut pour autant pas dire qu’il n’existe aucune production culturelle en dehors de Paris. D’autres villes, telles que Bruxelles et Montréal, ont des similarités étonnantes : ces deux villes parlent un français influencé par une autre langue (le flamand, l’anglais). La Belgique et le Canada sont deux pays basés sur des compromis fragiles entre des communautés culturelles parfois très hostiles (les célèbres « deux solitudes » s’appliquent probablement mieux  à la Belgique qu’au Canada). Les deux cultures ont mis en place un multiculturalisme de style anglo-saxon et ces deux pays ont des scènes culturelles cosmopolites, dynamiques et créatives.

Ce colloque cherchera à explorer les cultures urbaines de Bruxelles et Montréal en tant que cultures de l’excentri-cité. Étant donné leur position périphérique, il est intéressant de se demander si leur position géographique excentrique crée une atmosphère culturelle qui génère une certaine excentri-cité. Nous chercherons à analyser notamment les thèmes de l’exubérance, de l’extravagance et du refus des mécanismes de canonisation.

Pour vous donner quelques idées concernant de possibles interventions :

•       Littérature. Représentations de l’espace urbain, représentation du multiculturalisme et du bilinguisme dans les littératures d’expression française, anglaise, néerlandaise.

•       Tentatives d’aller au-delà des conflits linguistiques par le biais de formes non-verbales de communication (Cirque du soleil).

•       La musique populaire et la question du centre et de la périphérie : Dick Annegarn, Jacques Brel, Ariane Moffat, Robert Charlebois, Arno etc.

•       Films et séries télévisées : Représentations de Bruxelles dans la série Salamander, dans Le tout nouveau testament de Jaco Van Dormael, Denys Arcan, etc.

•       Peinture, Arts de la rue, surréalisme, Adrien Hébert, etc.

 

Les propositions pour des communications en français ou en anglais (20 minutes), sous la forme d’un résumé de 300 mots maximum (format MS Word), doivent être envoyées par courriel à t.obergoeker@ac.uk or j.hennuy@chester.ac.uk avant le 30 juin 2017.

Parution – « Usages du Peuple. Savoirs, discours, politiques »

Usages du peuple

Savoirs, discours, politiques

 

sous la direction de Émilie GOIN & François PROVENZANO

PULg, Collection Situations, n°9, 2017, 250p.

ISBN : 978-2-87562-124-5

Commande au comptoir des presses d’universités : http://www.lcdpu.fr/

Contact : lcdpu@msh-paris.fr

À quoi réfère le mot peuple ? Vieille question que les sciences sociales semblent avoir aujourd’hui évacuée. Faire usage du peuple n’en demeure pas moins un geste idéologique fréquent, envisagé ici sous trois perspectives :

 

– Une perspective historique : la mise en débat de la notion de peuple est resituée dans une généalogie allant de la période révolutionnaire française aux enjeux actuels autour de la « citoyenneté ».

 

– Une perspective comparatiste : l’ouvrage aborde les usages du peuple dans différentes aires géographiques et culturelles.

 

– Une perspective pluridisciplinaire : les contributions touchent tant à la littérature qu’à la science politique, tant à l’histoire qu’à la philosophie, sans oublier le rapport savant aupeuple, lui-même questionné comme pratique engagée au sujet du peuple.

 

Conjuguant rigueur et liberté de ton, l’ouvrage entend contribuer à une approche unifiée des Humanités sous l’angle d’une question centrale dans notre imaginaire social contemporain.

 

Table des matières

 

Émilie GOIN & François PROVENZANOQue faire du peuple ? Note introductive

  1. Peuples en voix, en textes, en scènes

Alain VAILLANT, Les voix du peuple : une polyphonie en trompe-l’oeil

Luciano CURRERI, Peuple et morale chez Leonardo Sciascia. Tentatives d’approche à partir de deux récits des Oncles de Sicile (1958 et 1960)

Nancy DELHALLE, Du théâtre du peuple au théâtre populaire : catégorie institutionnelle et esthétique

  1. Contrastes du populisme

Jérôme JAMIN, 1929 et le populisme aux États-Unis. Les cas du père Coughlin et de Huey Long

Kristine VANDEN BERGHE, Le peuple et les intellectuels au Mexique. Quelques avatars d’une relation difficile

III. Faut-il éduquer le peuple ?

Emmanuelle DANBLON & Victor FERRY, Avant que le peuple ne se déchire : l’exercice rhétorique du désaccord

Antoine JANVIER & Fabio BRUSCHI, « Une même langue pour tous » ? L’instruction du peuple sous la Révolution française : lecture de Renée Balibar

Jeremy HAMERS, Pour un analphabétisme primaire. Notes sur l’ouvrier, la caméra et l’intellectuel

  1. Le peuple de l’enquête

Éric GEERKENS, De qui parle-t-on ? Les contours de la figure ouvrière dans les enquêtes ouvrières en Belgique (c. 1840-1960)

Grégory CORMANN, Post-scriptum à La Misère du monde 25 ans après : Bourdieu, le peuple et son suicide

Colloque – « Écrire l’Autre : enjeux éthiques des écritures de la personne réelle »

Bonjour,

Voici le programme de ce colloque qui aura lieu dans le cadre de l’ACFAS, lundi et mardi prochains.

COLLOQUE

« ÉCRIRE L’AUTRE : ENJEUX ÉTHIQUES DES ÉCRITURES DE LA PERSONNE RÉELLE »

85E CONGRÈS DE L’ACFAS (McGill)

Organisé par Robert Dion, Soline Asselin,

 Manon Auger et Karine Pietrantonio

Pavillon Otto Maass (OM-328)

Université McGill

801, rue Sherbrooke Ouest

Montréal, QC H3A 0B8

Canada

Lundi 8 mai 2017

 

 

9h00-9h15 : Accueil des participants

 

9h15 – 9h30 : Mot de bienvenue et présentation (Robert Dion, UQAM)

9h30-10h10 : CONFÉRENCE INAUGURALE 

Frédéric Regard (Université Paris-Sorbonne), « Anonymes, personnages et voisins (vertus et limites de l’empathie chez Jablonka et Carrère) »

 

10h10-10h40 : FAITS ET FICTIONS I

Présidente de séance : Manon Auger

Miruna Craciunescu (Université McGill), « Chassé-croisé Ginzburg/Lavocat. Deux plaidoyers contre l’externalisation des critères d’identification de la fictionnalité »

10h40-11h00 : Pause

11h00-12h00 : FAITS ET FICTIONS II

Présidente de séance : Manon Auger

Serigne Seye, (Université Cheikh Anta Diop, Dakar), « La mise en scène des personnages réels chez Ahmadou Kourouma et Boubacar Boris : une esthétisation romanesque de l’éthique » [ANNULÉE]

Mathilde Barraband (UQTR), « L’enfant d’octobre de Philippe Besson (2006). Droits et devoirs d’un roman de non-fiction »

 

12h00-14h00 : Diner

14h00-15h00 : L’ÉCRIVAIN ET L’AUTRE

Président de séance : Robert Dion

Manon Auger (UQAM), « Pourquoi je t’écris : l’écrivain face à l’autre »

Étienne Bergeron (UQAM), « “L’histoire que je n’ai pas vécue”. Le débat éthique autour de La meilleure part des hommes de Tristan Garcia »

 

15h00-15h30 : Pause

 

15h30-17h00 : TABLE RONDE D’ÉCRIVAINES

 

« Écrire la famille : enjeux éthiques des récits de filiation »

Animée par : Soline Asselin, Manon Auger et Karine Pietrantonio

Avec la participation de :

·      Corinne Larochelle, Parfum de Janis (Cheval d’août, 2015)

·      Francine Noël, La femme de ma vie (Leméac, 2005)

·      Erika Soucy, Les Murailles (VLB, 2016)

·      Lise Tremblay, Chemin Saint-Paul (Boréal, 2015)

 

 

Mardi 9 mai 2017

9h30-10h30 : FIGURES ET PROJECTIONS

Président de séance : Frédéric Regard

Pierre-Olivier Bouchard (UQAM), « Nelligan était-il fou ? Retour sur le débat entre Paul Wycsynski et Bernard Courteau autour de la biographie de Nelligan »

Asma Turki (Université de Tunis), « Vies minuscules de Pierre Michon : l’autre au secours du moi auctorial »

10h30-10h50 : Pause

 

10h50-11h50 : REPRÉSENTER

Présidente de séance : Soline Asselin

Amélie Langlois (Université McGill), « (S’)écrire contre le récit social : le refus du rape script dans Baise-moi de Virginie Despentes »

Karine Pietrantonio (UQAM), « La part humaine du monstre : le criminel dans la transcription du fait divers en régime contemporain »

11h50-14h00 : Diner

 

14h00-15h00 : CET « AUTRE » INCONNU

Président de séance : Robert Dion

Béatrice Lefebvre-Côté (U. de Montréal), « Lettre à une absente : ressusciter la mémoire de L’autre fille »

Éric Chevrette (U. de Toronto), « Le refus de l’indicible et de l’ineffable dans Dora Bruder de Patrick Modiano »

15h00-15h20 : Pause

 

15h20-16h20 : L’« AUTRE » DONT ON PARLE

            Présidente de séance : Karine Pietrantonio

 

Soline Asselin (UQAM), « Être l’“autre” de l’écriture : autour de la série Min kamp du Norvégien Karl Ove Knausgård »

Ania Wroblewski (UQAM), « L’éthique de la diffamation »

16h20 : Mot de clôture

Lien Facebook : https://www.facebook.com/events/625037034352711/

Manon Auger
Chargée de cours et agente de recherche – Équipe « Poétiques et esthétiques du contemporain »
Département d’études littéraires, local J-4875
Université du Québec à Montréal
C.P 8888, Succ. Centre-ville
Montréal (Québec), Canada
H3C 3P8

Appel à articles – (in)Visibilité(s) du monstre

Pour son quatrième volume (4.3, décembre 2017), la revue Convergences francophones (ISSN 2291-7012) recherche des articles dans les domaines des lettres et des arts portant sur le thème suivant :

(in)Visibilité(s) du monstre

La question du monstre et du monstrueux fait florès depuis quelques années dans le milieu des études littéraires. Ces études interrogent le thème du monstre dans sa diachronie (histoire de la monstruosité), dans la création littéraire, dans le champ des représentations esthétiques, sociales, etc.

Si le monstre pouvait à la Renaissance servir de signe, les monstres des siècles suivants sont redevables de la révolution scientifique, avec notamment l’essor de la tératologie. Au XIXème siècle, “vaste conservatoire des annales de la monstruosité” (Chauvaud 244, Ethnologie française 21.3), le monstre aux traits résolument humains pose la question de la dénaturation de l’être que les théories scientifiques de l’époque, notamment celle de l’hérédité, tentent de rationaliser en proposant une généalogie du monstrueux. Le monstre devient le miroir d’un pendant sombre de l’être humain repoussant les marges de l’ordinaire et du « normal ». Qu’il s’agisse d’avertir, d’annoncer ou de montrer, le monstre peuple durablement l’imaginaire collectif.

Nous souhaiterions revenir sur la notion de “monstre” par le biais d’une réflexion bien connue de Corneille qualifiant L’Illusion comique (1636) d’ “étrange monstre”. L’auteur faisait bien sûr référence à l’assemblage composite de sa pièce, mêlant différents genres dramatiques. Tout baroque que l’auteur puisse être, il n’était pas moins étonné de son oeuvre, au point qu’elle lui paraisse inhabituelle, en rupture avec le cadre pourtant irrégulier de l’esthétique baroque. L’écart d’avec la norme se verrait donc redoublé à moins que le premier écart (la monstruosité) n’en soit pas un, ou du moins, ne soit plus (ou pas) pensé comme tel par Corneille. Bref, il y aurait des monstres qui n’étonnent pas car complètement banalisés dans l’imaginaire d’une époque. Ces monstres seraient en quelque sorte invisibles, au grand dam de l’étymologie du mot qui renvoie au champ du visuel (monstrare).

Les monstres peuvent-ils tous être invisibles ? L’invisibilité est-elle temporaire ou permanente ? Si un monstre, par l’écart qui le constitue, évolue dans les marges, son invisibilité indique-t-elle l’invisibilité des marges pour une norme ?

Les textes doivent être envoyés à Antoine Eche (aeche@mtroyal.ca), et Justine Huet (jhuet@mtroyal.ca).

Les articles doivent impérativement être mis au format MLA (6000-8000 mots) sous peine d’être refusés, aussi intéressant soient-ils. Leurs auteurs enverront également un résumé ainsi qu’une brève notice bio-bibliographique.

Les articles soumis seront évalués par deux membres du comité de lecture ou spécialistes sollicités pour l’occasion.

Date limite de soumission des articles : 15 août 2017

Date de retour des évaluations : 1er octobre 2017

Date de publication : décembre 2017

Convergences francophones est une revue biannuelle, pluridiscIplinaire

Justine Huet

Assistant Professor, Department of English, Languages and Cultures (French section)
Mount Royal University
Ph: (403) 440-5960
Office: EA 3016A
Editrice de Convergences francophones http://mrujs.mtroyal.ca/index.php/cf/index

Appel à contribution – Revue « Dacoromania litteraria »

Cher collègue,

Je vous pris de faire circuler sur la liste socious notre appel pour le 4-ème numéro de la revue Dacoromania litteraria, qui apparaît à Cluj-Napoca (Roumanie), sous le patronage de l’Académie Roumaine.
Ce dernier numéro est consacré aux formes de vie à l’Est (Formes de vie à l’Est. Pensée et pratiques de la forme dans les cultures littéraires de l’Europe Centrale et Orientale).
Vous trouvez le call sur le site de notre revue:
Bien cordialement,
Ligia Tudurachi

La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs – Journées d’étude STORYFIC

Cher.e.s collègues,

Les 4 et 5 mai prochains, l’Université de Liège accueillera les journées d’étude « La fiction littéraire contemporaine face à ses pouvoirs » organisées par Justine Huppe, Frédéric Claisse et Jean-Pierre Bertrand dans le cadre du projet STORYFIC. Vous trouverez le programme en pièce jointe de ce courriel, et davantage d’informations sur le projet et ces journées en consultant le carnet de recherche https://storyfic.hypotheses.org/


Denis Saint-Amand
MCF Invité UNamur
Collaborateur scientifique ULg
Site personnel / CV