Appel – Répertoire de thèses COnTEXTES (prochaine mise à jour : juin 2014)

Date 20 avril 2014 |

La revue COnTEXTES publie sur son site un répertoire de thèses en sociologie de la littérature et en sociocritique, en cours ou soutenues après janvier 2006 (http://contextes.revues.org/4885). Ce répertoire inclut toute recherche qui adopte,pour une part ou dans sa totalité, une approche sociologique du fait littéraire, sans autre exclusive quant aux méthodes, toutes époques et toutes littératures confondues. Il est mis à jour annuellement et consultable en permanence en libre-accès. Le répertoire couvre pour l’instant les institutions de recherche de Belgique (francophone et néerlandophone), France, Suisse
romande et Québec.

La prochaine mise à jour aura lieu au début du mois de juin 2014. Pour intégrer ou modifier une référence, veuillez écrire à emilie.goin@ulg.ac.be et julie.facker@ulb.ac.be. Pour les nouvelles références, merci de fournir les renseignements suivants :

Nom et prénom :
Mots-clés :
Langue du manuscrit :
Résumé (250 mots, facultatif) :
Adresse électronique de contact :
Nom(s) et prénom(s) du (des) promoteur(s) de la recherche :
Mentions institutionnelles :
Date de commencement de la recherche :
Date de soutenance, le cas échéant :
Composition du jury, le cas échéant :

La revue COnTEXTES publie également des dossiers thématiques(http://contextes.revues.org/32), des notes de lecture(http://contextes.revues.org/224) et des articles varia(http://contextes.revues.org/231).

Parution – “L’écrivain et le camelot. Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)”

Date 20 avril 2014 |

book-08532647

Effie Amilitou

L’écrivain et le camelot. Littérature médiatique en Grèce (1880-1945)

Cette thèse paraîtra en juin 2014 aux éditions Honoré Champion et porte sur des questions de sociologie et d’histoire de la presse et de la littérature du XIXe et du XXe siècle, dans le sillage des études de l’espace médiatique.

Pour plus d’informations, voici le lien de l’éditeur : http://www.honorechampion.com/fr/champion/8882-book-08532647-9782745326478.html

Parution – “La culture, populaire ?” (Bulletin des bibliothèques de France)

Date 20 avril 2014 |

Bulletin des bibliothèques de France, n° 1, mars 2014.
“La culture, populaire ?”
http://bbf.enssib.fr/sommaire/2014/1

Parution – “Les théâtres institutionnels (1660-1848). Querelles, enjeux de pouvoir et production de valeurs”

Date 20 avril 2014 |

62369

Revue d’Histoire du théâtre, N°261 (2014-1)

“Les théâtres institutionnels (1660-1848). Querelles, enjeux de pouvoir et production de valeurs”

Dossier dirigé par Jessica Goodman, Jeanne-Marie Hostiou, Stéphanie Loncle et Marine Roussillon.

Société d’Histoire du Théâtre, 2014. 136 p., 15 euros.

 

Présentation:

L’institution de la vie théâtrale témoigne de la nécessité, pour le régime absolutiste, de contrôler la production culturelle dans le cadre d’une construction idéologique. À mesure qu’elle se développe, l’institution est mise en cause par des pratiques adverses qu’elle rejette ou au contraire intègre en les légitimant au cours d’épisodes polémiques où se redéfinissent les valeurs. Ce dossier interroge le rôle structurant des querelles dans la normalisation de la vie théâtrale et des pratiques dramatiques, depuis la naissance progressive d’un système institutionnel au XVIIe siècle jusqu’à sa profonde remise en cause au XIXe siècle.

 

Table des matières:

Préface : Théâtres, institutions, querelles : remarques sur quelques enjeux de l’histoire des pratiques artistiques
par Alain Viala

Théâtre et pouvoir avant l’institution. La Princesse d’Élide dans et après Les Plaisirs de l’île enchantée
par Marine Roussillon 15

Stratégies discursives et institution esthétique. D’Aubignac critique et querelleur dans ses dissertations contre Corneille (1663)

par Joseph Harris 25

La Comédie-Française, institution ou entreprise ? Étude d’une réécriture de L’Inconnu de Thomas Corneille et Donneau de Visé (1675-1703)
par Jeanne-Marie Hostiou 35

La Comédie-Française entre gloire symbolique et logique mercantile : l’été 1753 dans la querelle des « agréments »
par Agnès Vève-Lamy 47

L’Académie royale de musique en question. Discours et dynamiques progressistes pendant la Querelle des Bouffons (1749-1754)
par Mark Darlow 55

« Le plus superbe monument de la magnificence de Louis XIV » Saint-Preux et l’Opéra de Paris (1759)
par Marion Lafouge 67

Jeux de pouvoir au Théâtre-Italien.
L’autorité de Goldoni, du texte à la scène (1762-1764)
par Jessica Goodman 77

Valeurs nationales et valeurs théâtrales. La bataille du Siège de Calais (1765) par Logan J. Connors 87

Molière, es-tu là ? La nécromancie dramatique, dispositif critique au service d’une nouvelle institution (1777-1847)
par Martial Poirson 97

L’entreprise théâtrale : une institution libérale ? La querelle entre le Théâtre du Gymnase et le Théâtre-Français (1847)
par Stéphanie Loncle 107

Postface : Le phénomène théâtral résiste à l’institutionnalisation
par Christian Biet 119

Résumés / Abstracts

 

Responsable : Léonor Delaunay
Url de référence :
http://www.sht.asso.fr/revue_histoire_theatre/numero/2014/261
Adresse : Publications de la Société d’Histoire du Théâtre 58, rue de Richelieu 75002 Paris

 

Colloque – “La France des solidarités”

Date 20 avril 2014 |

Affiche solidarités

Solidarités dépliant programme

dépliant programme -VERSO

 

 

Parution – “Médias et littérature. Formes, pratiques et postures”

Date 6 avril 2014 |

9782343029245r

MÉDIAS ET LITTÉRATURE. Formes, pratiques et postures

Philip Amangoua AtchaAdama CoulibalyRoger Tro Dého (dir.)
Critiques Littéraires
COMMUNICATION, MÉDIAS LITTÉRATURE ETUDES LITTÉRAIRES, CRITIQUES AFRIQUE NOIRE

Dans la veine théorique qui postule que la modification des médias infléchit et transforme la littérature d’une époque, ce livre tente de cerner les mécanismes et les figures produits par l’intrusion des médias dans les textes littéraires francophones, principalement africains.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&isbn=978-2-343-02924-5

Appel à communications – 22ième Conférence Annuelle de l’ASFS (Australian Society for French Studies)

Date 6 avril 2014 |

22nd Annual Conference of the Australian Society for French Studies
3–6 December 2014, Melbourne, Australia
Conflict, Dialogue and Representation

How does conflict arise? How is it represented, negotiated or resolved through literature, art, cinema, photography, music and language? To what extent can conflict be a productive as well as destructive force? Proposals are invited for papers, panels and posters in French or English which discuss how conflict has shaped or been shaped by any aspect of the French language and Francophone culture. Possible themes include:

Military conflict                            Linguistic conflict
Social conflict                                Conflict and culture
Political conflict                            Conflict in translation
Regional conflict                           Conflict in the classroom
Postcolonial conflict                   Conflict within French Studies
Literary or artistic conflict       Conflict between French Studies and other disciplines

Presenters may wish to focus on a particular historical event fuelled by (inter)national, political, social, cultural or linguistic tensions. 2014 marks a number of important anniversaries including the centenary of the start of WW1, the 75th anniversary of the start of WW2, the 60th anniversary of the Battle of Dien Bien Phu and the start of the Algerian War of Independence, and the 30th anniversary of the foundation of the Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste (FLNKS). Alternatively, presenters may prefer to address perennial sources of conflict such as linguistic tensions within or between Francophone communities. More recent topics of interest include the creation of the Breton Mouvement des Bonnets rouges in October 2013 and the military intervention of France in its former colonies of Mali and the Central African Republic. The conference organising committee welcomes proposals in any other field of French studies – subject to the availability of places on the program. Postgraduate students are also strongly encouraged to present their work. This year there will also be a special day dedicated to postgraduate students for networking and trialling conference presentations.

Proposals may be for:

*   Papers: 20-minute presentation followed by 10 minutes of discussion
*   Panels: Three or more presenters, 90 minutes including discussion
*   Posters: All posters will be displayed during a one-hour session during which their presenters will be in attendance to discuss their work
Please send your proposal (250 words, with contact details) before 30 June 2014 to the conference organising committee at: asfsconference2014@gmail.com<https://owa.latrobe.edu.au/owa/redir.aspx?C=J4H-g6XXUEyO4xtwVG8i2Nin3itpGNEIW43o-_N9_lckAqwmkaaCER7O0xCF76kgMiLerBxHm5I.&URL=mailto%3aasfsconference2014%40gmail.com>.

Further information about the conference, including keynote speakers and suggestions for accommodation will be available on the conference website  in due course:

http://australiansocietyforfrenchstudies.com/events/asfs-2014-conference/

The organising committee will consider the publication of the conference proceedings at a later date.

Organising Committee:
Dr Kerry Mullan, RMIT University
Dr James Cannon, La Trobe University
Dr Chantal Crozet, RMIT University
Mr Raphaël Trantoul, La Trobe University

Postgraduate convenor:  Dr Jacqueline Dutton, University of Melbourne

22ième Conférence Annuelle de l’ASFS  (Australian Society for French Studies)
3–6 décembre 2014, Melbourne, Australie

Conflit, Dialogue et  Représentation

Comment le conflit émerge-t-il? Comment est-il représenté, négocié ou résolu à travers la littérature, l’art, le cinéma, la photographie, la musique et le langage? Dans quelle mesure le conflit peut-il être une force productive ou destructrice? Vous êtes invité(e) à proposer des communications (présentations, panels ou affiches), en français ou anglais, qui aborderont le conflit considéré à partir d’un aspect de la langue française ou de la culture francophone. Les thèmes pourront inclure:

Le conflit militaire                                      Le conflit linguistique
Le conflit social                                           Conflit et culture
Le conflit politique                                    Conflit et traduction
Le conflit régional                                      Conflit dans la salle de classe
Le conflit postcolonial                             Conflit au sein des Etudes Françaises
Le conflit littéraire ou artistique         Conflit entre les Etudes Françaises et autres disciplines

Les intervenants pourront focaliser sur un événement historique particulier alimenté de tensions (inter)nationales politiques, sociales, culturelles ou linguistiques. 2014 marque un nombre important d’anniversaires inclus le centenaire du commencement de la première guerre mondiale, le 75ième anniversaire du début de la seconde guerre mondiale, le 60ième anniversaire de la Bataille de Dien Bien Phu et le commencement de la guerre d’indépendance d’Algérie, ainsi que le 30ième anniversaire de la fondation du Front de Libération Nationale Kanak et Socialiste (FLNKS). Les intervenants peuvent aussi considérer les sources de conflits en cours, tels que les tensions linguistiques au sein ou entre les communautés francophones. Des sujets d’intérêt plus récents pourraient comprendre, par exemple, le mouvement breton des Bonnets rouges en octobre 2013 ou l’intervention militaire de la France dans ses anciennes colonies, comme le Mali et la République centrafricaine. Le comité d’organisation de la conférence considérera la soumission de propositions de communication couvrant d’autres domaines en Etudes Françaises, ceci en fonction du nombre de places disponibles dans le programme. Les étudiants de troisième cycle sont fortement encouragés à présenter leurs travaux. Cette année une journée spéciale leur sera dédiée pour échanger et pratiquer la présentation de leurs communications.

Les propositions de communication peuvent être sous forme de:

*   Présentations: 20 minutes suivies de 10 minutes de discussion
*   Panels: trois (ou plus) intervenants, 90 minutes y compris discussion
*   Affiches: la séance des affiches se fera sur une heure pendant laquelle les auteurs seront présents pour discuter de leurs travaux.
Veuillez envoyer votre proposition de communication (250 mots, avec vos coordonnées) avant le 30 juin 2014 au comité d’organisation, au courriel suivant:  asfsconference2014@gmail.com<https://owa.latrobe.edu.au/owa/redir.aspx?C=J4H-g6XXUEyO4xtwVG8i2Nin3itpGNEIW43o-_N9_lckAqwmkaaCER7O0xCF76kgMiLerBxHm5I.&URL=mailto%3aasfsconference2014%40gmail.com>.
Des informations supplémentaires concernant la conférence, entre autre sur les orateurs principaux, hébergement et liste d’hôtels seront disponibles sur le site de la conférence prochainement: http://australiansocietyforfrenchstudies.com/events/asfs-2014-conference/

Le comité d’organisation considérera les possibilités de publication des communications à une date ultérieure.

Comité d’organisation:
Dr Kerry Mullan, RMIT University
Dr James Cannon, La Trobe University
Dr Chantal Crozet, RMIT University
Mr. Raphaël Trantoul, La Trobe University

Coordinatrice des étudiants de troisième cycle:  Assoc. Prof. Jacqueline Dutton, University of Melbourne

Annonce – Bourse de doctorat : La Fabrique du patrimoine littéraire

Date 6 avril 2014 |

Bourse de doctorat (4 ans) – La Fabrique du patrimoine littéraire – Littérature française du XXe siècle, Université de Louvain (KU Leuven)

 

Ce poste à temps plein a pour objectif de mener à bien une thèse de doctorat qui s’inscrira dans le cadre du projet de recherche « La Fabrique du patrimoine littéraire. Les collections d’essais biographiques illustrés en France (1944-2014) ». Ce projet, dirigé par David Martens en collaboration avec René Audet (Université Laval), Dominique Maingueneau (Université Paris-Sorbonne) et Jérôme Meizoz (Université de Lausanne), est financé par le FWO (Fonds de la recherche scientifique, Flandre : http://www.fwo.be/). Il s’inscrit dans le cadre des recherches du groupe MDRN (www.mdrn.be) de l’Université de Louvain (KU Leuven), et plus particulièrement au sein du Pôle d’attraction interuniversitaire Literature and Media Innovations (lmi.arts.kuleuven.be), financé par la Politique scientifique fédérale belge (www.belspo.be) et coordonné par MDRN.

Ce projet de recherche consiste à analyser, sur un plan historique et théorique, cinq collections de monographies illustrées consacrées à des écrivains et publiées en France après la seconde guerre mondiale : « Poètes d’aujourd’hui » (Seghers), « Écrivains de toujours » (Le Seuil), « Albums de la Pléiade » (Gallimard), « Qui êtes-vous ? » / « Qui suis-je ? » (La Manufacture) et « Les contemporains » (Le Seuil). Le projet se focalise sur l’étude des fonctions de ces séries d’ouvrages dans le contexte de l’émergence des collections de poche et dans la construction du patrimoine littéraire au cours des dernières décennies.

Sur un plan historique, ce projet vise à étudier l’histoire de ces collections dans leurs relations avec le contexte littéraire et culturel global de la période. Ces collections proposent un nouveau format, basé sur l’interaction entre de multiples genres (biographie, portrait, essai critique et anthologie) et une riche iconographie. Elles apparaissent comme un écosystème spécifique au sein du monde éditorial. Sur un plan théorique, il s’agit d’étudier la façon dont ces volumes sont élaborés, non seulement sur le plan de l’interaction entre les différents intervenants (auteur, éditeur…), mais aussi au niveau des relations entre les genres mis en jeu et les paramètres médiologiques constitutifs de ces ouvrages.

Le/la candidat(e) aura à réaliser une thèse de doctorat portant sur les « Albums de la Pléiade » (Gallimard). Cette thèse sera réalisée à l’Université de Louvain (KU Leuven). La direction de la thèse sera assurée conjointement par David Martens (KU Leuven – MDRN) et Dominique Maingueneau (Université Paris-Sorbonne). La recherche visera à étudier les spécificités des « Albums de la Pléiade » dans le système des collections de ce type en en faisant l’histoire et en proposant une analyse de la façon particulière dont ces biographies illustrées sont conçues, sur les plans générique et iconographique en particulier.

Le/la candidat(e) pourra recevoir des responsabilités d’enseignement ou administratives liées aux projets de recherche collectifs dans lequel sa thèse s’inscrira et/ou dans le cadre des activités de la Faculté de lettres de l’Université de Louvain (KU Leuven).

Nous recherchons un(e) candidat(e) particulièrement motivé(e), présentant un intérêt marqué pour la recherche relative à la littérature moderne. Les candidat(e)s devront avoir obtenu un diplôme de Master (ou équivalent) en études littéraires ou en Langues et littératures. Leur formation devra avoir accordé une place centrale à la littérature française du XXe siècle. Des connaissances en analyse du discours, en études visuelles, en sociologie de la littérature et/ou en histoire du livre constitueront des atouts importants pour l’obtention du mandat.

Les étudiant(e)s en dernière année de Master intéressés par ce projet de recherche sont également invité(e)s à présenter leur candidature.

Une connaissance parfaite du français est indispensable. Une bonne connaissance de l’anglais et/ou du néerlandais sera la bienvenue.

Les candidats devront être particulièrement désireux de travailler en équipe, dans la mesure où ils seront amenés à collaborer activement avec les autres membres du groupe MDRN et du Pôle d’attraction interuniversitaire Literature and Media Innovations.

Des informations complémentaires sur ce projet de recherche peuvent être obtenues par e-mail (contacter :david.martens@arts.kuleuven.be).

La date limite de remise des dossiers de candidature est fixée au 31 mai 2014. Ce dossier devra notamment comprendre une lettre de motivation ainsi qu’un CV détaillé.

Les candidatures sont enregistrées sur le site de l’Université de Louvain (KU Leuven) (voir « online sollicitatietoepassing ») :http://icts.kuleuven.be/apps/jobsite/vacatures/52913416

 

 

Responsable : David Martens

 

Url de référence :
http://icts.kuleuven.be/apps/jobsite/vacatures/52913416

 

Adresse : David Martens Unité de recherche littérature & culture – Groupe MDRN Moderne franse literatuur/Littérature française moderne KU Leuven Faculteit Letteren Blijde-inkomststraat 21 – Bus 3331B 3000 Leuven (Belgium)

Annonce – Séminaire: “Écrivains juifs de langue française”

Date 6 avril 2014 |

Ecrivains juifs de langue française

Séminaire proposé par Maxime Decout et Nelly Wolf

Séance 3 : « Le silence des Trente Glorieuses »

Mercredi 16 avril 2014 de 17h à 19h

L’après-guerre s’ouvre une période d’amnésie et de refoulement mémoriel qui
pèsent sur l’expression de la judéité en littérature. Les voix du judaïsme
oriental (Albert Memmi) se fondent dans les problématiques de la
décolonisation ; celles du monde ashkénaze sont confinées au témoignage sur
les camps et l’extermination (Schwartz-Bart, Wiesel). A la fin des années 60,
cette période s’achève. La génération née après la guerre (Modiano, Raczymow)
renoue les fils rompus d’une écriture juive.  Les œuvres de Perec, Doubrovsky
ou Gary évoluent : alors qu’auparavant la judéité y était cryptée ou passée
sous silence, elles  s’ouvrent désormais à l’évocation d’une mémoire trouée et
d’une identité inquiète.

Pour éclairer ces évolutions, la séance s’organisera dans un premier temps
autour de l’écrivain Henri Raczymow, qui parlera de son œuvre. Dans la seconde
partie, Claude Burgelin présentera Georges Perec dont il fut l’ami et auquel
il a consacré de nombreux travaux.

Intervenants

Henri Raczymow, écrivain (dernier ouvrage  paru : Un garçon flou, roman,
Gallimard, 2014)

Claude Burgelin, professeur émérite de littérature contemporaine à
l’université Lyon 2

Université Charles de Gaulle-Lille III, Maison de la recherche, salle F042

Rue du Barreau
59653 Villeneuve d’Ascq Cedex

Informations : nelly.wolf@wanadoo.fr  maximedecout@yahoo.fr

Appel à contribution – Journées d’études: “Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle”

Date 6 avril 2014 |

Appel à contributions pour deux journées d’études sur “Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle”, qui auront lieu à l’Université Paris 13 les 16 et 17 octobre 2014. Les propositions de contributions (environ 500 mots) sont attendues pour le 20 mai 2014.

La littérature en écho. Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Journées d’étude à l’Université Paris 13 les 16 et 17 octobre 2014.
Organisatrices : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13 – PLÉIADE)

Époque d’affirmation de la lecture individuelle et publique, le XIXe siècle est témoin de la massification du lectorat, d’une évolution significative de son alphabétisation et de son extension à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. C’est l’imprimé à diffusion périodique qui capte la majeure partie de ce lectorat et l’oriente, dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, vers les « lectures pour tous ». Les études socio-historiques ont souligné la diversité culturelle et la mixité sociale d’un tel public qui, face à la crise de la librairie et au coût du livre, fréquente les kiosques de location, lit le journal à différentes vitesses, parfois par sous-abonnement, et compile patiemment les livraisons du feuilleton. De la sorte, le journal est consulté, manipulé et conservé, en plus d’être montré et dit à la faveur d’une réclame qui le fait pénétrer dans l’espace public à grand renfort de crieurs et d’affiches.

En complément des traces de ces pratiques subsistant dans les archives des bureaux de rédaction, dans les registres des libraires-éditeurs et dans les rares catalogues conservés des cabinets de lectures, les études en littérature et en histoire culturelle ont investigué les témoignages livrés par la fiction littéraire. Elles ont révélé du lecteur une figure de récepteur à éduquer et moraliser, et ont élucidé notamment le topos des lectures pour grisettes et la répartition sexuée des catégories génériques. Exploitant la critique journalistique et les documents informant des jugements formulés par les acteurs de la vie littéraire, les études de réception ont quant à elles mis en évidence les manifestations discursives des réactions du public, que celui-ci soit restreint, moyen ou populaire. C’était là toucher à des données essentielles, puisque sa participation à la « civilisation du journal » et aux nouveaux espaces d’expression ainsi constitués offre à ce lectorat l’occasion de façonner le fait culturel en commentant l’actualité, en orientant le roman-feuilleton, en réagissant à la parution des œuvres. Pour autant, le lecteur comme acteur du champ littéraire interagit-il vraiment avec les écrivains, les éditeurs et les directeurs de journaux ?

Certes, le lecteur réel échappe pour une grande part au regard rétrospectif. Mais sa présence discursive en texte reste observable. À défaut d’évaluer la portée effective de ses interactions, on peut discerner ses voix dans les discours qui lui sont attribués. Comme dispositif pragmatique tourné vers les consommateurs, le journal est un vecteur déterminant de l’expression du lectorat. D’une part, il construit un système d’adresses et de réponses propice au dialogue différé des lecteurs avec les auteurs. D’autre part, il instaure une périodicité qui permet des effets sériels d’allusions et d’échos. Ce faisant, il programme une réception différenciée dans un nouveau mode de communication identifié à la naissance de l’ère médiatique sous la Monarchie de Juillet. La presse est alors le support où se négocient les modèles d’écritures et les valeurs littéraires, le lieu où s’observe l’évolution des ressources oratoires, parlementaires et cénaculaires, le terrain d’hybridation des discours, des genres et des styles. Présentés comme authentiques, mais bien souvent créés de toutes pièces par les équipes rédactionnelles, les retours du lecteur comportent d’intéressantes données culturelles et littéraires : discours critiques, échanges avec les instances d’émergence ou de diffusion, jugements métalittéraires, présentation d’extraits poétiques ou romanesques, revendication d’originalité ou reproche d’usurpation en littérature, etc.
Ce sont ces « voix » multiples que l’on propose d’étudier. De quels moyens le journal dispose-t-il pour donner la parole à ses lecteurs et que nous apprennent ces retours du récepteur ? Répondre à cette double question nécessite d’observer des lieux et des procédés qui vont de la rubrique spécifique (courrier du lecteur, correspondance, droit de réponse) au schéma discursif (dialogue, causerie, badinage), en passant par le cadre générique importé (modèle épistolaire, lettre ouverte) ou détourné de ses fonctions (notes de bas de page du feuilleton, encarts publicitaires). En observant ainsi la réception culturelle à travers sa réappropriation au sein du périodique, la réflexion entend préciser la genèse de la culture médiatique au tournant du siècle et, par contraste, déterminer les spécificités que lui apporte le XIXe siècle. C’est l’occasion d’examiner comment le médium intègre un imaginaire communicationnel qui participe à sa propre dynamique pragmatique – ce dont témoigne, au second degré, la mise en abyme de ses ressources par le journal lui-même : courrier des lecteurs parodique, interpellations moqueuses, déni ludique de la réception, etc.
Les voix du lecteur en journal constituent par ailleurs un mode d’accès privilégié à la variabilité socio-culturelle des pratiques de décodage et d’appropriation. Entre adhésion et démarcation, celles-ci révèlent des habitus de classes et des traits distinctifs propres à certains cercles de sociabilité. Touchant aux prérequis cognitifs et aux conditions culturelles de la lecture, elles laissent entrevoir la complexité des cadres de socialisation qui forment les lecteurs et la nature des communautés discursives qui fondent une part de leur dynamique sur la connivence entretenue avec le lectorat. Les résonances du lecteur dans la communication de grande diffusion, qu’emblématisent les jalons médiatiques de 1836 et de 1863, permettent-elles de mieux cerner les usages de l’objet textuel par la société du XIXe siècle ? Qu’apprenons-nous de la dynamique de l’interprétation qui s’y joue jusqu’au malentendu et au décodage erroné ?
En associant l’étude des imaginaires médiatiques à l’histoire culturelle des pratiques, ces deux journées ont pour objectif d’éclairer la question polémique des rôles et des statuts du lectorat pour déterminer dans quelle mesure le public participe au dialogue créatif avec les producteurs, à la configuration des genres, à la promotion des œuvres et aux définitions de l’écrivain en régime médiatique. On s’attachera autant aux modes supposés de lecture qu’à la créativité du journal dans sa manière de figurer sa propre réception. À rebours de l’idée reçue selon laquelle la diffusion accrue de l’imprimé aurait éclipsé la parole vive, la réflexion vise à penser les passages entre la causerie/conversation et le discours métalittéraire tels qu’ils se réalisent dans la presse. Cette étude doit permettre de mieux cerner les rôles respectifs des lecteurs-consommateurs, non spécifiques à la littérature, et des lecteurs-commentateurs impliqués dans le système littéraire. Trois orientations sont proposées :

  • historique : les informations sur le lecteur en journal sont susceptibles d’enrichir la connaissance lacunaire des phénomènes de réception au XIXe siècle. Quels sont, en particulier, les facteurs de succès ou du refus d’une œuvre déductibles des commentaires : attractivité culturelle, connivence idéologique, habitudes esthétiques ? Par ailleurs, les distinctions entre grande et petite presses se traduisent-elles par des traitements différents des voix du lecteur ? Enfin, le statut d’exception accordé à certains lecteurs par contraste avec un lecteur lambda participe-t-il d’une évolution vers la vedettarisation de l’homme de lettres ?
  • poétique : l’articulation entre texte et discours au sein du journal est loin d’être circonscrite aux seules rubriques qui manifestent une interactivité avec le lecteur. Quelle que soit leur localisation, ces voix du lecteur font-elles apparaître le journal comme un espace de régularisation des discours ou d’expérimentation avec le langage ? Le discours assigné au lecteur est-il régi par une attention formelle (jeux de mots, aphorismes, métaphores, etc.) ou relève-t-il au contraire d’un emploi utilitaire, voire approximatif, de la langue ? On examinera à la fois les titres et les emplacements des rubriques, les postures auctoriales, les types de jugements engagés et les interactions figurées entre auteurs, lecteurs, rédacteurs, directeurs de journaux et éditeurs.
  • méthodologique : le profil textuel du lecteur est doublement marqué par une activité d’interprétation et une présence en discours. Son identité varie du sujet empirique à l’acte énonciatif en passant par la convocation d’un lecteur modèle. Comment définir ces contours, dès lors qu’il faut composer avec une authenticité incertaine et une frontière floue entre lectorat supposé et effectif ? On considérera la poétique de la signature du courrier des lecteurs (cryptonyme, pseudonyme, présentation professionnelle, formules convenues, etc.), le rôle des discours constituants, la pragmatique dialogique et les modes de désignation du destinataire (interpellation, apostrophe, prosopopée, transposition en discours rapporté, etc.).

Modalités

Les journées d’études auront lieu à l’Université Paris 13 les 16 et 17 octobre 2014 et feront l’objet d’une publication ultérieure. Les propositions de participation (environ 500 mots) accompagnées d’une brève notice biobibliographique incluant coordonnées et mention de l’institution d’attache sont à adresser conjointement à Elina Absalyamova (elinaabs@yandex.ru) et Valérie Stiénon  (valerie.stienon@univ-paris13.fr) pour le 20 mai 2014.

Bibliographie indicative

ANGENOT Marc, Les dehors de la littérature. Du roman populaire à la science-fiction, Paris, Champion, 2013.
BERTHIER Patrick, La Presse littéraire et dramatique au début de la Monarchie de Juillet (1830-1836), Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2001.
BLÉTON Paul, Ça se lit comme un roman policier. Comprendre la lecture sérielle, Québec, Nota Bene, 1999.
CHARLE Christophe, Le Siècle de la presse : 1830-1939, Paris, Seuil, 2004.
CHOLLET Roland, « Le commerce de la lecture à Paris sous la Restauration », Romantisme, vol. 15, n° 47, 1985, p. 33-38.
DUFIEF Pierre-Jean (dir.), Les Journaux de la vie littéraire, actes du colloque de Brest 18-19 octobre 2007, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009.
DURAND Pascal, « La ‘‘culture médiatique’’ au XIXe siècle. Essai de définition-périodisation », dans Quaderni, n° 39, 1999, p. 29-40.
FIX Florence et FOUGÈRE Marie-Ange (dir.), Lectures de Paul de Kock, Presses Universitaires de Dijon, 2011.
GALVAN Jean-Pierre, « Les Mystères de Paris ». Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, 2 vol.
KALIFA Dominique, RÉGNIER Philippe, THÉRENTY Marie-Ève et VAILLANT Alain (dir.), La Civilisation du journal. Une histoire de la presse française au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012.
« La communication littéraire », Revue d’histoire littéraire de la France, n° 103, 2003.
LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallandier, 2006.
LYONS Martyn, Le Triomphe du livre. Une histoire sociologique de la lecture dans la France du XIXe siècle, Paris, Promodis, 1987.
MANGUEL Alberto, Une histoire de la lecture, Arles, Actes Sud, 1998.
MIGOZZI Jacques, Boulevards du populaire, Limoges, PULIM, 2005.
MOIRAND Sophie, Les Discours de la presse quotidienne. Observer, analyser, comprendre, Paris, PUF, 2007.
MOLLIER Jean-Yves, La Lecture et ses publics à l’époque contemporaine. Essai d’histoire culturelle, Paris, PUF, 2001.
PAGES Alain, La Bataille littéraire, essai sur la réception du naturalisme à l’époque de Germinal, Paris, Librairie Séguier, 1989.
PARENT-LARDEUR Françoise, Les Cabinets de lecture. La lecture publique à Paris sous la Restauration, Paris, Payot, 1982.
PILLET Élisabeth et THERENTY Marie-Ève (dir.), Presse, chansons et culture orale au XIXe siècle. La parole vive au défi de l’ère médiatique, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2012.
PINSON Guillaume (dir.), La lettre et la presse : poétique de l’intime et culture médiatique, actes du colloque de l’Université Laval, 20-22 mai 2010, site Médias 19, URL : http://www.medias19.org/index.php?id=275.
PINSON Guillaume, L’imaginaire médiatique. Histoire et fiction du journal au XIXe siècle, Paris, Classiques Garnier, 2013.
QUEFFÉLEC Lise, « Le lecteur du roman comme lectrice : stratégies romanesques et stratégies critiques sous la Monarchie de Juillet » dans Romantisme, vol. 16, n° 53, 1986, pp. 9-22.
RIOT-SARCEY Michèle (éd.), De la liberté des femmes. « Lettres de Dames » au Globe (1831-1832), Paris, Côté-femmes, 1992.
SAMINADAYAR-PERRIN Corinne et MILLOT Hélène (dir.), Spectacles de la parole, Saint-Étienne, Les Cahiers intempestifs, 2003.
SAMINADAYAR-PERRIN Corinne, Les Discours du journal. Rhétorique et médias au XIXe siècle (1836-1885), Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2007.
STEAD Évanghélia et VEDRINE Hélène (dir.) L’Europe des Revues (1880-1920). Estampes, photographies, illustrations, Paris, Presses universitaires Paris Sorbonne, 2008.
THERENTY Marie-Ève, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, 2007.
THIESSE Anne-Marie, Le Roman du quotidien. Lecteurs et lectures populaires à la Belle-Époque [1984], Paris, Seuil, 2000.
VACHON Stéphane, 1850. Tombeau de Balzac, Montréal/Saint-Denis, XYZ éditeur/Presses universitaires de Vincennes, 2007.
VAILLANT Alain, L’Histoire littéraire, Paris, Armand Colin, 2010.


Carnets de recherche