Parution – À la recherche des publics populaires (2). Être peuple

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


À la recherche des publics populaires (2). Être peuple

sous la direction de
Jamil Dakhlia, Delphine Le Nozach et Céline Ségur

Éditions universitaires de Lorraine, 2017, 250 pages

(20 euros)

Commander :

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100628610


PRÉSENTATION

L’ouvrage explore la notion de public populaire et prolonge ainsi la réflexion engagée dans À la recherche des publics populaires (1).Faire peuple. Il propose un examen des publics populaires, tant dans leur composition que du point de vue de leurs membres : quelles sont leurs activités ? Quelles relations ces publics entretiennent-ils avec les « performances » qui les suscitent ? Comment leurs membres tirent-ils satisfaction de leur focalisation sur des objets communs ? Il s’agit aussi d’examiner les jeux d’identité des publics populaires. Leurs représentants se reconnaissent-ils dans les étiquettes qui leur sont apposées ? Comment les fans perçoivent-ils les (dis)qualifications dont ils font l’objet ? De quelle manière se perçoivent-ils individuellement, et les uns par rapport aux autres ? L’« être peuple » pose également la question des conditions de mise en place d’une intentionnalité collective de type populaire, objet de nombreuses discussions – savantes et profanes – lors des grands rassemblements des printemps arabes ou de janvier 2015 en France.

Les textes sont rassemblés autour de deux lignes directrices. La première, « (re)constructions de publics », est consacrée aux phénomènes de désignation et de qualification des publics populaires. Les variations expriment, de ce fait, les transformations culturelles de notre société. La seconde s’intéresse aux « performances »; elle analyse la dialectique entre l’identité externe au groupe – dans un rapport souvent complexe dû au supposé regard d’autrui – et son identité interne, origine de sa cohésion.

 SOMMAIRE

Jamil Dakhlia, Delphine Le Nozach, Céline Ségur – Constructions et performances de publics populaires

(Re) constructions de publics

Jacques Migozzi – Le lecteur « populaire » au miroir déformant du regard « savant ». 50 ans de recherches littéraires sur les fictions de grande consommation, entre constantes et mutations

Magali Sizorn, Pascal Roland – Le cirque : un art populaire ? De la popularité quantifiée à l’authenticité revendiquée

Marie-Amélie Lauzanne – Des succès « incompréhensibles » : production et qualifications du « théâtre populaire », des débuts de la décentralisation aux réformes du « libéralisme avancé » des années 70

Caroline Saugier – Le « groupe miroir », un micro-public populaire dans le festival d’Avignon contemporain ?

Sheila Perry – La peopolisation des profanes ? La mise en scène du peuple souverain dans Parole de candidat (TF1, 2012)

Stéphanie Kunert, Frédéric Lambert et Beatriz Sanchez – Le peuple des élections à la télévision. L’annonce faite au public et ses figures

Aude Dontenwille-Gerbaud – Typologie des réactions des publics populaires républicains lors des grands meetings politiques (1871-1882)

Léonie Marin – Les revendications médiatisées kanakes au prisme de l’autoreprésentation

Performances

Lise Jacquez – La mobilisation du Réseau Éducation sans frontières de 2006 dans la presse française. La construction médiatique d’un événement rassembleur et populaire

Mélanie Bourdaa – « Keep calm and join the fandom » : une proposition de typologie des activités de fans

Barbara Laborde – Grey’s Anatomy : une série populaire à l’ère du web 2.0

Adeline Clerc – Chasse au trésor, découvertes culturelles et pratique sociale : immersion dans la micro-société du géocaching

Laure Ferrand – Les amateurs de musique rock. Entre « public émotionnel » et « producteurs de culture »

Abstracts

 

-- 
Pr Jacques Walter
Directeur du Centre de recherche sur les médiations 
+33 (0)6 18 44 75 48


http://crem.univ-lorraine.fr/

Parution – « Usages de la communauté. Théories et pratiques collaboratives »

Dacoromania litteraria no 3, « Usages de la communauté. Théories et pratiques collaboratives », Académie Roumaine, Institut de Linguistique et d’Histoire Littéraire « Sextil Puscariu », 2017. EAN13 : ISSN23605189.

 

Dacoromania litteraria 3 | 2016
Usages de la communauté. Théories et pratiques collaboratives

 

Dossier coordonné par Laura Pavel et Ligia Tudurachi

 

Il faut reconnaître le mérite du concept de la «communauté interprétative», proposé par Stanley Fish dans un article de 1976, Interpreting the Variorum: il a ouvert indéfiniment le champ des «communautés» possibles et reste jusqu’à présent une source de dilemmes théoriques, de mises en débats, de ruptures et recompositions de la pensée critique en marge de la littérature, de l’art, et des phénomènes esthétiques en général. Les gestes interprétatifs dans les divers domaines de l’expression artistique produisent, sinon des communautés et des communions des idées, au moins des effets de «réseau», des dispositifs collaboratifs d’analyse esthétique et culturelle. Nombreux sont aujourd’hui les critiques et les herméneutes littéraires, ainsi que les théoriciens du visuel ou des arts performatifs, qui agissent sur une scène commune de la pensée critique. En guise d’exemple, on peut évoquer l’anthropologie de Michel Serres ou de Bruno Latour qui permettent le dialogue des interprétations culturelles, au-delà des frontières disciplinaires. Un concept comme l’iconophilie, formulé par Bruno Latour contre l’attitude iconoclaste et l’attitude iconodule (dans un texte de 1998, How to be Iconophilic in Art, Science, and Religion?), et destiné à l’analyse commune des images artistiques, scientifiques et religieuses, est capable de ressusciter le débat sur les enjeux communs de la critique d’art, de la critique et la théorie littéraire et, également, des diverses idéologies esthétiques contemporaines qui refont une seule – et même – gesticulation interprétative. Le troisième numéro de la revue Dacoromania litteraria focalise sur les communautés interprétatives contemporaines, dans et au-delà de la sphère du littéraire. Ce que nous proposons, c’est de rouvrir le débat anthropologique sur le partage communautaire, tout en l’accompagnant d’un questionnement portant sur les communautés collaboratives, qui impliquent en même temps l’anthropologie et la poétique de la créativité. En nous appuyant sur le concept de communitas, dans l’acception que lui a donnée l’anthropologue Victor Turner (et qui désigne une condition privilégiée de certains membres d’une communauté qui partagent l’expérience d’un «seuil» existentiel, une condition liminale, comme dans les cas des rituels de passage), nous avons intentionné de mettre au travail une notion élargie du rassemblement communautaire. Nous avons voulu écarter – surtout pour les domaines de la création artistique – la perspective centrée sur l’auteur et sur ses mythologies de la génialité, qui domine encore l’imaginaire des études littéraires et même celui des études théâtrales. Les collaborations intra-communautaire et inter-communautaire créent des communautés alternatives à celles romantiques ; elles explorent d’autres manières d’engager les individus et la société dans la réalisation des produits artistiques. C’est une réflexion qui privilégie une perspective transdisciplinaire sur la sociabilité, l’inter-connexion des diverses formes de rassemblement, et finalement un dialogue trans-medial qui passe d’un langage à un autre.

 

Laura PAVEL, Ligia TUDURACHI
Usages de la communauté.Theories et pratiques collaboratives. Argument / 5

 

Enjeux créatifs / Creative Practices

Chris TĂNĂSESCU (MARGENTO)
Community as Commoning, (Dis)Placing, and Trans(versing): from Participatory and ‘Strike Art’ to the Postdigital / 10

Alex CIOROGAR
From Singularity to Multiplicity. The Power Cycle of Autorship between Submission and Subversion / 45

Andrei DOBOȘ
Le Service des Technologies de l’Information de l’UdeS veut vous mettre en garde contre « www.dacoromanialitteraria.inst-puscariu.ro » qui semble être une tentative de fraude envers Literary Evaluation and Reading Practices in Romanian Online Literary Communities: www.clubliterar.com / 65

 

Enjeux interprétatifs / Interpretive Landmarks

Laura PAVEL
The Cultural Turns: From Convergent Concepts to Interpretive Narratives / 75

Alina BRANDA
« Dramas, Fields and… » Interpretive Communities / 87

Olivier THOLOZAN
Les communautés interprétatives en droit / 103

Doris MIRONESCU
Bonding Through Irony: Textual Communities in I.L. Caragiale and Radu Cosașu / 122 

Andreea MIRONESCU
The Interrupted Community: New Images of the Nation in Postcommunist Romanian Literature / 137

Camelia GRĂDINARU, Roxana PATRAȘ, Sorina POSTOLEA
Mirrors of Anger: the « Colectiv » Case Reflected in a Romanian Virtual Community (Gândul) / 155

 

Enjeux politiques / Political Stakes

Thomas FRANCK
La polémique marxiste comme pouvoir de praxis : le rôle des revues dans la radicalisation d’un imaginaire politique / 176

Ligia TUDURACHI
Le Service des Technologies de l’Information de l’UdeS veut vous mettre en garde contre « www.dacoromanialitteraria.inst-puscariu.ro » qui semble être une tentative de fraude envers Communauté politique, communauté poétique / 206 

Adrian TĂTĂRAN
Le Service des Technologies de l’Information de l’UdeS veut vous mettre en garde contre « www.dacoromanialitteraria.inst-puscariu.ro » qui semble être une tentative de fraude envers Littérature, communauté et utopie : esquisse d’une lecture anarchiste / 221

 

Documents

Alex CISTELECAN
« Grupul CriticAtac privește comunitatea cu ochi răi ». Interviu realizat de Alex Goldiș / 241

 

Comptes rendus / Book Reviews

Loredana Cuzmici
Generația Albatros – o nouă avangardă [The Albastros Generation – a New Avant-garde], Iași, Editura Universității „Alexandru Ioan Cuza”, 2015 (Adriana Stan) / 249

Ovidiu Buruiană
Liberalii. Structuri și sociabilități politice liberale în România interbelică [The Liberals. Liberal Structures and Liberal Political Sociabilities in the Interwar Romania], Iași, Editura Universității „Alexandru Ioan Cuza”, 2013 (Roxana Patraș) / 251

Sanda Cordoș (ed.)
Spiritul critic la Cercul literar de la Sibiu [The Critical Spirit in the Sibiu Literary Circle], Cluj-Napoca, Accent, 2009 (Cosmin Borza) / 254

Anca Manolescu
Modelul Antim, modelul Păltiniş. Cercuri de studiu şi prietenie spirituală [The Antim Model, the Păltiniş Model. Circles of Study and Spiritual Friendship], Bucureşti, Humanitas, 2015 (Magda Wächter) / 256

Iulia Popovici (ed.)
Sfârșitul regiei, începutul creației colective în teatrul european. The End of Directing, the Beginning of Theatre-Making and Devising in European Theatre, Cluj-Napoca, Tact, 2015 (Alexandra Dima) / 259

Ioan Stanomir
Junimea și pasiunea moderației [Junimea et la passion de la modération], Bucureşti, Humanitas, 2013 (Doru Burlacu) / 261

Daniel Puia-Dumitrescu
O istorie a Cenaclului de Luni [A History of the Literary Circle of Monday], București, Cartea Românească, 2015 (Laodamia Dascăl) / 263

Contributeurs / Contributors / 266

Responsable : Adrian Tudurachi

Nouvelle réédition sur le site Socius – « Politiques de l’écriture » de Jacques Rancière

Publié suite à une rencontre tenue à l’Université du Québec à Montréal, « Politiques de l’écriture » a été publié dans les Cahiers de recherche sociologique en 1996 puis repris en parties dans La Chair des mots (1998) et dans Politiques de la littérature (2007).

Nous sommes heureux de pouvoir le rendre plus accessible dans sa version originale, ici.

Anthony Glinoer
Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire
Professeur agrégé à l’Université de Sherbrooke
Département des lettres et communications
Local A3-239, Faculté des lettres et sciences humaines
2500, boulevard de l’Université
Sherbrooke (Québec) J1K 2R1

Appel à communication – « Théorie et critique littéraires chez Sartre et les sartrien-ne-s »

Théorie et critique littéraires chez Sartre et les sartrien-ne-s

Sartre est une figure incontournable de la théorie littéraire critique en général, marxisante en particulier, de la seconde moitié du XXe siècle. Si son vigoureux essai Qu’est-ce que la littérature ?, paru en 1948, est souvent assez bien connu, il est aussi l’auteur d’autres textes importants mais moins lus, à commencer par ses monographies portant sur des écrivains : Baudelaire (1947), Saint Genet, comédien et martyr, sur Jean Genet (1952), L’idiot de la famille, sur Flaubert (1971-1972). En 1973, il a également recueilli plusieurs essais sous le titre Un théâtre de situations. Cette séance du Séminaire littéraire des Armes de la critique entend faire le point sur une approche théorique et critique située au croisement de plusieurs influences intellectuelles (marxisme, existentialisme…) et nourrie par une pratique littéraire (romanesque, dramatique, autobiographique) de première main. Nous sommes ouvert-e-s à toute proposition d’intervention portant sur un ou plusieurs aspects de l’approche sartrienne de la littérature : il peut s’agir d’une réflexion sur un concept, de l’étude ou de la présentation d’un texte particulier, d’une mise en regard avec d’autres théories concurrentes, etc. Nous sommes également intéressé-e-s par des exposés portant sur le devenir des méthodes et concepts sartriens chez ses héritier-e-s intellectuel-le-s (Doubrovsky, etc.).

Nous accueillons très favorablement toute proposition en rapport avec le thème de la séance, y compris si elle émane d’un-e non-universitaire, ou d’un-e étudiant-e de premier ou de deuxième cycle. Chaque intervenant-e, s’il/elle le souhaite, pourra voir sa communication publiée sur le site du séminaire.

La séance aura lieu le vendredi 24 mars, de 17h à 20h, à l’ENS Ulm (45 rue d’Ulm, Paris 5e), salle Celan. Merci d’envoyer vos propositions (150 à 200 mots environ) avant le 5 mars à l’adresse suivante : jordi.brahamcha at univ-lemans.fr. Nous vous donnerons une réponse le 12 mars au plus tard.

Parution – « Reconnaissance et légitimité en français »

Carnets : revue électronique d’études françaises (IIe série, nº 9, 2017 – volume intégral)

Dir. Maria de Jesus Cabral; ed. Ana Paiva Morais, Margarida Esperança Pina, Teresa Almeida

http://ler.letras.up.pt/site/default.aspx?qry=id05id1428id2748&sum=sim

Table des matières

#Documento (.pdf)

http://ler.letras.up.pt/images/transparente.gif

Introduction

Ana Paiva Morais, Margarida Esperança Pina, Teresa Almeida

#Documento (.pdf)

http://ler.letras.up.pt/images/transparente.gif

Querelles et légitimations : quand le spectre de la mort de la littérature hante les débats

Alain Viala

#Documento (.pdf)

Les débuts du surréalisme français : reconnaissance littéraire et reconnaissance médiatique

Paul Aron

#Documento (.pdf)

Poésie: un regain?

Jean-Claude Pinson

#Documento (.pdf)

Le corps de l’écrivain, instrument et enjeu de reconnaissance

Paul Dirkx

#Documento (.pdf)

La pluralité du moi dans quelques textes médiévaux

Helder Godinho

#Documento (.pdf)    

 

Complexités des prix littéraires et littérature française ou en français : paradoxes mythes et enjeux d’une certaine idée de la littérature

Marie-Manuelle da Silva et Eduarda Keating

#Documento (.pdf)

Jean-Marie Gustave Le Clézio et Patrick Modiano dans le champ intellectuel Européen

Pilar Andrade Boué

#Documento (.pdf)

Discours et légitimation. L’initiative « Raconter la vie » de Pierre Rosanvallon

Nieves Ibeas Vuelta et Antonio Gaspar Galán

#Documento (.pdf)

Traductions portugaises des Voyages Extraordinaires de Jules Verne (1863-1905)

Ana Isabel Moniz et María-Pilar Tresaco

#Documento (.pdf)

La traduction, instrument de légitimité littéraire. Le soutien de l’État français à la traduction au Portugal

Dominique Faria

#Documento (.pdf)

Légitimation du répertoire théâtral français sur la scène portugaise

Ana Clara Santos

#Documento (.pdf)

Discours de l’exiguïté comme littératures-mondes? : Le cas de l’anthologie et de la nouvelle d’origine insulaire

Silvia U. Baage

#Documento (.pdf)

Du bon et du mauvais usage du pseudonyme : reconnaissance et délégitimation de Lila dit ça, de Chimo

Cristina Álvares

#Documento (.pdf)

Littérature et sciences cognitives : apports et légitimité d’une lecture transversale

Gabriella Bandura

#Documento (.pdf)

La légitimité des littératures francophones : aspects théoriques, critiques et didactiques

José Domingues de Almeida

#Documento (.pdf)

Ce que nous devons à l’enseignement de la Littérature (française)

Sidi Omar Azeroual

#Documento (.pdf)

CFP/Appel à communication – « Papier, ondes, écrans : du texte au public dans la culture populaire africaine »

Bonjour,

Veuillez (re)trouver en pièce jointe et ci-dessous un appel à communication, en anglais et en français, pour un colloque organisé les 12 et 13 juillet 2017 à l’Université de Bristol au Royaume-Uni. La date-limite de rendu des propositions de contribution est toute proche.  

Bien cordialement,

Claire Ducournau

CFP Bristol Paper Airwaves Screen

AppelBristolPapierOndesécran

 

Paper, airwaves, screen: from text to audience in African popular culture

 

CALL FOR PAPERS

University of Bristol, UK

12-13 July 2017

 

Confirmed keynotes: Lydie Moudileno (University of Pennsylvania), Tsitsi Jaji (Duke University)

 

Recent artworks, including Bili Bidjocka’s Infinite Writing and François-Xavier Gbré’s National Printworks, evoke the fragile material status of writing and reading. They also remind us of the power that each can yield. In the light of development agendas pertaining to education and literacy (e.g. UN Sustainable Development Goal 4, as well as earlier initiatives), this conference will attend to the cultures of reading and reception that emerge in popular culture on the African continent.

 

The texts of African popular culture form an abundant body of textual, sonic, and visual material: from songs, magazines, romance fiction, and hip-hop lyrics, to blogs, Facebook posts, and urban inscriptions on tro-tros in Accra (Barber, 1987; 2007; Newell and Okome, 2014; Quayson, 2014). Popular culture also refers to the many ways in which these ‘texts’ are apprehended and read, at a local, national, and/or international scale (Benwell, Procter and Robinson, 2012). This area of research draws on the methods of cultural studies, material print cultures, and the sociology of reception (Charpentier, 2006). The material in question remains relatively under-studied and little-taught, however, due to issues of access and ongoing methodological debate. How can this material be researched (archives; interviews; ethnographic observation (Mbodj, 2013); digitisation; databases)? How is/might it be integrated into teaching across disciplines?

 

This conference therefore aims to reflect on the critical spaces of reading and listening that occur in and around popular cultural texts in Africa. We seek to engage with the critical vocabulary generated by those spaces of reception at a time of transition for the book object and the reading practices which accompany it. We invite participants to engage directly in their abstracts with the following keywords: reception, education, literacy, entrepreneurship, free time, socialisation.

 

Individual abstracts and proposals for panels are welcome. Papers on francophone and multilingual topics will be particularly welcome.

 

Topics may include, but are not limited to:

 

–       Reading cultures in magazines, spoken word poetry, hip-hop, blogs, social media.

–       The representation of reading/listening in literature, film, magazines, spoken word poetry, hip-hop, blogs, social media, contemporary art.

–       The material production and circulation of the word in Africa

–       Reading as education, self-improvement, work and/or leisure

–       Audience, free time and unemployment

–       Popular literacy initiatives and development (including critiques of this term)

–       Public spheres and popular cultural forms

–       Activist collectives and new media

 

Practical information : 

 

Please send abstracts (300 words) with a title and a short biography (50 words max) to: paperairwavesscreen@gmail.com by 15 February 2017. The languages of the conference are French and English. We plan to publish a special issue from a selection of the papers presented.

 

Conference organisers: Ruth Bush (University of Bristol) and Claire Ducournau (University Paul Valéry – Montpellier – RIRRA21)

 

This conference is made possible by funding from the AHRC Global Challenges Research Fund project: Popular print and reading cultures in francophone Africa.

Papier, ondes, écrans : du texte au public dans la culture populaire africaine

Appel à communication pour un colloque 

Université de Bristol, Royaume-Uni

12-13 juillet 2017

Conférencières invitées : Lydie Moudileno (Université de Pennsylvanie) et Tsitsi Jaji (Université Duke)

De récentes œuvres d’art comme Écriture infinie de Bili Bidjocka ou Imprimerie nationale de François-Xavier Gbré rendent palpable le statut matériel fragile de l’écrit et de la lecture sur le continent africain. Elles nous rappellent aussi les pouvoirs qu’ils donnent. Face à des agendas officiels prônant le développement de l’éducation (e. g. le 4ème objectif de développement durable des Nations-Unies, qui s’ajoute à des initiatives plus anciennes), ce colloque explorera les modes de réception qui se manifestent au sein d’une culture populaire en Afrique.

Les textes propres à une culture populaire africaine forment un abondant corpus composé de matériaux textuels, sonores, et visuels : depuis les chansons, les magazines, la littérature sentimentale, les paroles de hip-hop, jusqu’aux blogs et messages sur Facebook, en passant par les inscriptions urbaines ou les tro-tros à Accra (Barber, 1987, 2007 ; Newell et Okome, 2014 ; Quayson, 2014). La culture populaire englobe aussi les nombreuses manières par lesquelles ces objets culturels sont reçus et interprétés, à une échelle locale, nationale, et/ou internationale (Benwell, Procter and Robinson, 2012). Ce domaine de recherche mobilise des méthodes propres aux études culturelles, à l’histoire matérielle de l’imprimé, ainsi qu’à la sociologie de la réception (Charpentier, 2006). Le matériau en question reste cependant relativement peu étudié et enseigné, du fait de difficultés d’accès et de débats méthodologiques persistants. Comment mener des recherches sur ce matériau (archives, entretiens, observation ethnographique (Mbodj, 2013), numérisation, bases de données) ? Comment est-il, ou pourrait-il être intégré dans les enseignements relevant de différentes disciplines ?

Ce colloque a donc pour objectif de réfléchir aux espaces critiques de lecture et d’écoute qui prennent forme au sein et à partir de textes relevant d’une culture populaire en Afrique. Nous cherchons à discuter le vocabulaire critique suscité par ces espaces de réception en un moment de transition pour l’objet-livre et les pratiques de lecture qui l’accompagnent. Nous invitons les participants à discuter les mots-clés suivants dans leurs propositions : réception, éducation, alphabétisation, entreprenariat, temps libre, socialisation.

Toute proposition de contribution individuelle ou de panel est bienvenue, en particulier sur des terrains francophones ou multilingues.

Les thèmes choisis peuvent inclure (sans s’y limiter) :

– Les modes de réception des magazines, du slam, du hip-hop, des blogs et des réseaux sociaux

– La représentation de scènes de lecture ou d’écoute dans la littérature, les films, les magazines, le slam, le hip-hop, les blogs, les réseaux sociaux, et l’art contemporain

– La production et la circulation matérielles de l’écrit en Afrique

– La lecture comme éducation, souci de soi, travail et/ou loisir

– Public(s), temps libre et chômage

– Initiatives d’alphabétisation populaire et développement (y compris des approches critiques de ce terme)

– Espace public et formes culturelles populaires

– Groupes militants et nouveaux médias

Informations pratiques : 

Merci d’envoyer vos propositions (300 mots), avec un titre et une courte biographie (50 mots maximum) à paperairwavesscreen@gmail.com d’ici le 15 février 2017. Les langues du colloque sont l’anglais et le français. Nous envisageons la publication d’un numéro de revue à la suite du colloque. 

 

Organisatrices du colloque : Ruth Bush (Université de Bristol) et Claire Ducournau (Université Paul Valéry – Montpellier – RIRRA21)

 

Ce colloque est financé par le Arts and Humanities Research Council (Royaume-uni) et fait partie du projet ‘Popular print and reading cultures in francophone Africa’.

Appel à contributions – « Le merveilleux scientifique en spectacle (1850-1940) »

Cher.e.s collègues,

Veuillez trouver en pièce jointe l’appel à contributions pour un numéro de la revue Itinéraires sur le merveilleux scientifique en spectacle (1850-1940).

Le Merveilleux scientifique en spectacle

Ce numéro se donnera pour objet d’approfondir les modalités, la nature et les enjeux de la spectacularisation du merveilleux scientifique. On pourra explorer dans ce cadre les formes esthétiques, les aspects médiatiques, les questions épistémologiques ou les enjeux idéologiques dans les corpus suivants : théâtre, féeries scientifiques, cabarets et music-hall, cinéma, panoramas, attractions, spectacles de rue, arts du cirque et de l’illusion, expositions universelles…

L’appel est en ligne : https://anranticip.hypotheses.org/223
Les propositions d’articles (d’environ une page), accompagnées d’une brève bio-bibliographie seront adressées à Laurent Bazin (laurent.bazin@uvsq.fr) et Claire Barel-Moisan (claire.barel-moisan@ens-lyon.fr) avant le 31 mars 2017.

Les textes retenus devront être envoyés avant le 14 juillet 2017.

Très cordialement,

-- 
Claire Barel-Moisan
ENS de Lyon
Site DESCARTES
15, parvis René Descartes
69007 LYON

Appel à contribution – Revue Fixxion

Appel à contributions: n° 16

L’ailleurs par temps de mondialisation
dirigé par Charles Forsdick, Anna-Louise Milne et Jean-Marc Moura
L’ailleurs est une possibilité narrative dont les séductions demeurent intactes, même s’il s’est singulièrement rapproché en ce début de siècle placé sous le signe de la mondialisation. Entendu ici comme un espace géographiquement et historiquement situé – à la différence des mondes imaginaires, de la Garabagne à l’utopie ou à la science-fiction –, il constitue une scène où l’Autre devient accessible et où l’altérité est mesurée à partir d’un être-au-monde commun, d’une histoire partageable. Il permet ainsi une confrontation avec l’inconnu à laquelle peut être attribuée une salutaire qualité de dépaysement, parfois même une valeur initiatique, comme ce fut le cas pour J.M.G. Le Clézio avec les Indiens du Mexique ou, dans la direction inverse, pour Idriss dans La Goutte d’or de M. Tournier.
Le temps est-il encore au récit de voyage ?
Michel Butor (la série des Génie du lieu) ou Nicolas Bouvier (L’Usage du monde) en ont renouvelé les cadres, mais l’arpentage du monde suit peut-être aujourd’hui d’autres voies, dans le sillage de Sylvain Tesson (Dans les forêts de Sibérie), de Patrick Deville (Kampuchéa), d’Olivier Rolin (Le météorologue) ou de son frère Jean (Peleliu). Le roman du voyage, si le terme convient, permet de mettre en place une morale de l’action que les circonstances historiques de l’Europe permettent difficilement d’imaginer, et il garde aussi une importance critique, parce qu’il favorise une prise de conscience des clichés. Les modalités de la mise à distance sont alors multiples, allant de l’échange au rejet, du respect ambigu à la mesure de soi-même. Mais, dans sa version industrielle, celle du tourisme de masse, le voyage devient lui-même objet de satire, chez Michel Houellebecq évoquant le tourisme sexuel (Plateforme) ou chez Laurent Mauvignier dans Autour du monde. Les positions ne sont néanmoins pas toujours aussi tranchées, et le même Mauvignier peut avec Continuer attribuer au voyage une valeur éducative, voire rédemptrice. Ne reste-t-il, dans un monde voué à la spécialisation folklorique et au catalogue de la patrimonialisation, que des ailleurs de pacotille ? Ou au contraire la mondialisation induit-elle une nouvelle morale du regard ?
Où trouver cet ailleurs qui s’évanouit ?
Dans un renversement significatif, c’est moins vers l’Ouest que se tourne une génération récente que vers une Russie à la fois littéraire et réelle. C’est sur les traces de grands écrivains d’autrefois, à l’instar de Dumas, Custine, Mme de Staël, Diderot et de tant d’autres, que vont (vers l’Est) Maylis de Kerangal (Tangente vers l’est), Sylvie Germain (Le Monde sans vous), Olivier Rolin (Sibérie), Dominique Fernandez (Transsibérien), Mathias Enard (L’Alcool et la Nostalgie), ou encore Danièle Sallenave (Sibir). On peut encore y ajouter  Cédric Gras (Vladivostok, Neiges et moussons), Eric Faye et Christian Garcin (En descendant les fleuves), la Québécoise Astrid Wendlandt (Au bord du monde), ou la Suissesse Aude Seigne (Chroniques de l’Occident nomade).
Cet ailleurs peut être géographiquement proche de la France, comme dans le cas de ce qu’on nomme la “francophonie du Nord”, pour des auteurs tels le Belge Pierre Mertens, les Suisses Jacques Chessex et Aude Seigne ou les Québécois Réjean Ducharme et Astrid Wendlandt, avec l’itinéraire si particulier entre Québec, Orient et France d’un Wajdi Mouawad. Ou plus éloigné quand il s’agit de l’Afrique, qu’elle soit du Nord – on songe au Maghreb d’un Tahar Ben Jelloun, d’un Rachid Boudjedra, d’un Kamel Daoud ou d’un Kebir Ammi – ou subsaharienne. Aux grands auteurs post-coloniaux ont succédé des écrivains tels Gaël Faye, Alain Mabanckou, Leonora Miano ou Tierno Monénembo qui souvent évoquent leur relation à ce territoire français ressemblant pour eux à un ailleurs sans l’être vraiment. Ils le font parfois sur le mode humoristique (Abdourahman Waberi, Aux Etats-Unis d’Afrique). On peut aussi songer aux ailleurs de l’océan Indien, évoqué dans les œuvres de Natacha Appanah, Ananda Devi ou Jean-Luc Raharimanana, ou de l’océan Pacifique, chez Chantal Spitz ou Déwé Gorodé.
La question est moins de spatialiser les relations que de se demander ce que ce pivotement de point de vue apporte et comment il renouvelle les formes narratives. Les Caraïbes – que ce soit Haïti, notamment décrite par Dany Laferrière et Louis-Philippe Dalembert, ou les Antilles – sont propices à ce décalage du regard et des langues. Maryse Condé (Hérémakhonon) ou Simone Schwarz-Bart (Ti Jean L’Horizon) s’intéressent à la relation entre l’Afrique et l’archipel caribéen, qui peut d’ailleurs être envisagée dans le souvenir de la sinistre traversée transatlantique (Edouard Glissant, Sartorius ; Patrick Chamoiseau, L’Esclave vieil homme et le molosse). On peut aussi, comme Glissant, tenter de penser la relation entre les différentes îles des Caraïbes, comme autant d’ailleurs les unes pour les autres, avant d’envisager une relation générale mettant en mouvement tous les ici et tous les ailleurs (Tout-Monde et Traité du Tout-Monde).
Ce décentrement concerne évidemment les écrivains de langue française issus d’espaces non francophones. Vassilis Alexakis, François Cheng, Dai Sijie, Nancy Huston, Milan Kundera ou Andréï Makine, parmi bien d’autres auteurs, appartiennent au paysage littéraire français, tout en se réclamant d’un ailleurs originel qui confère à leur œuvre sa singularité et qui, en même temps, vient subtilement brouiller les frontières entre les cultures.
Un ailleurs de quoi ?
L’ailleurs supposait un centre, dont il fallait s’arracher. Mais sur une terre globalisée, aux centres multiples et mobiles, comment continuer de penser cet envers ? Que se passe-t-il quand c’est de l’ailleurs que s’opère ce renversement ? Quels en sont les modes nouveaux de récit ? Il sera indispensable de faire une part importante aux écrivains qui écrivent en français sans être Français, parce qu’ils instaurent, à partir de leur culture, une relation particulière entre ici et ailleurs, une condition créatrice hybride où les termes de l’identité et du lieu se voient brouillés.
Comment les auteurs construisent-ils ou déconstruisent-ils les relations entre un ici et un ailleurs ? Quels types de représentation en donnent-ils ? Quels sont les formes, les buts, les effets de ces écritures contemporaines de l’ailleurs ? On pourra éventuellement poser la question des médiations culturelles, sociales, idéologiques qui orientent le regard d’un écrivain, qui le précèdent et le déterminent, parfois à son insu, constituant un élément décisif pour la genèse d’une œuvre.
Telles sont quelques-unes des questions que le prochain dossier de Fixxion voudrait poser, dans les limites de la production romanesque en langue française depuis les années 1980. On privilégiera les études problématiques plutôt que monographiques. Il s’agit moins de cartographier les lieux possibles d’un exotisme dépassé que se demander ce que la mondialisation produit comme figures – paradoxales, retournées, réactivées – de l’ailleurs.
Bibliographie secondaire :
Amselle, J.L., Rétrovolutions. Essais sur les primitivismes contemporains, Paris, Stock, 2011
Appadurai, A., Modernity At Large: Cultural Dimensions of Globalization. Minneapolis, U. of Minnesota Press, 1996
Apter, E.,The Translation Zone: A New Comparative Literature, Princeton U.P., 2006
Ascari, M., Literature of the Global Age: a Critical Study of Transcultural Narratives, Mc Farland Publ., 2011
Belleau, Jean-Philippe, Ethnophilie. L’amour des autres nations, Presses Universitaires de Rennes, 2015
Beniamino, M. : La Francophonie littéraire. Essai pour une théorie, Paris, L’Harmattan, 2000
Damrosch, D., World Literature in Theory, Wiley/Blackwell, 2013
Ette, O., ZwischenWelten Schreiben, Berlin, Kadmos, 2005
Gauvin, L., La Fabrique de la langue, Paris, Seuil, 2004
Hargreaves, A., Forsdick, C., Murphy, D. (éds): Transnational French Studies. Postcolonialism and Littérature-monde, Liverpool U.P., 2012
McDonald, C., Suleiman, S. (dir.), French Global. A New Approach to Literary History, Columbia U.P., 2010
Moretti, F., “Conjectures on World Literature”, New Left Review (Jan-Feb. 2000)
Porra, V., Langue française, langue d’adoption. Une littérature “invitée” entre création, stratégies et contraintes (1946-2000), Hildesheim-New York, Georg Olms Verlag, 2011
Provenzano, F., Historiographies périphériques. Enjeux et rhétorique de l’histoire littéraire en francophonie du Nord, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2011
Sapiro, G. (dir.), Les Contradictions de la globalisation éditoriale, Paris, Editions du Nouveau Monde, 2009
Les propositions de contribution, environ 300 mots en français ou en anglais, sont à soumettre par le biais du site et à envoyer d’ici le 1er juin 2017 à Charles Forsdick, Anna-Louise Milne et Jean-Marc Moura.
Les articles définitifs seront à remettre avant le
1er décembre 2017 sur ce site (Soumissions) pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.
La revue accepte également des articles hors problématique du numéro.

Revue Culture & musées – « Les résidences d’écrivains et d’artistes : des dispositifs de création et de médiation »

(voir fichier joint)

aap-residences-n31-fevrier-2017-1

Appel à proposition d’articles

pour une livraison thématique de la revue

Culture & Musées


Les résidences d’écrivains et d’artistes :

des dispositifs de création et de médiation

Sous la direction de Carole Bisenius-Penin

(Crem, université de Lorraine, France)