Colloque – “Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle”

Colloque: Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

9-10 avril 2015, Université Paris 13, Institut Galilée, salle Darwin

Organisatrices : Valérie Stiénon et Elina Absalyamova

ARGUMENTAIRE

Le XIXe siècle est assurément l’âge de la lecture. Traversé par un double mouvement d’alphabétisation et de croissance démographique, il voit le lectorat s’étendre à de nouvelles catégories de personnes : ouvriers, femmes, enfants. Dans les foyers, les cafés, les cercles et les cabinets de lecture, c’est l’imprimé à diffusion périodique qui attire à lui l’essentiel de ce nouveau public. Le journal offre une alternative majeure au livre, moins coûteuse et plus accessible. Plus immédiate, aussi, puisqu’il construit avec ses destinataires un système d’adresses et de réponses autour de l’actualité socioculturelle. Du courrier des lecteurs au droit de réponse, en passant par la causerie, le badinage, la note et la lettre ouverte, variés sont les moyens dont il dispose pour donner, réellement ou fictivement, la parole à ses lecteurs.

Plus qu’une figure de récepteur à émouvoir, éduquer ou moraliser, le lecteur devient véritablement une « voix » qui investit les nouveaux espaces d’_expression_ de la civilisation du journal alors en constitution en France. Commenter les faits divers, orienter l’intrigue du roman-feuilleton et réagir à la parution d’une oeuvre deviennent autant d’initiatives accessibles au plus grand nombre. En associant l’étude des imaginaires médiatiques à la poétique du support et à l’histoire culturelle, ces deux journées ont pour objectif d’éclairer les rôles et les statuts du lectorat tels qu’ils sont décelables dans la textualité du journal. Que nous apprend celle-ci sur la participation des lecteurs au dialogue créatif avec les producteurs, à la configuration des genres, à la promotion des oeuvres, aux définitions de l’écrivain en régime médiatique ?

PROGRAMME

JEUDI, le 9 avril 2015
09h30-10h : Accueil des participants (petit-déjeuner et café d’ouverture)
10h00-10h30 : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade) Ouverture du colloque et introduction

SESSION 1 En conversation avec les vedettes

10h30-11h : Sarah Mombert (ENS Lyon/LIRE)
LE PREMIER VENU ? ÉLÉMENTS D’ANALYSE DU LECTORAT DES JOURNAUX D’ALEXANDRE DUMAS

11h-11h30 : Anaïs Goudmand ( EHESS/Université de Lausanne)
LA VOIX DES OUVRIERS : LES MYSTÈRES DE PARIS, ESPACE DE DIALOGUE ENTRE EUGÈNE SUE ET SES LECTEURS ?

11h30-12h : Aïcha Salmon (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/CRHXIX)
LES MYSTÈRES DU DIVORCE DÉVOILÉS PAR NOS LECTEURS. FORMES ET LIMITES DE L’AGENTIVITÉ DES LECTEURS DANS UN ROMAN-FEUILLETON DU MATIN (1908)

12h-12h30 : Discussions de la session / Déjeuner

SESSION 2 Des lecteurs si divers/diserts

14h30-15h : Laetitia Gonon (Université Grenoble Alpes)
LES VOIX DU LECTEUR DE FAITS DIVERS DANS LE JOURNAL : APPROCHE ÉNONCIATIVE

15h00-15h30 : Amélie Chabrier (Université de Nîmes/RIRRA 21)
« CE QUE LE FACTEUR M’A APPORTÉ ! » TIMOTHÉE TRIMM ET SES LECTEURS

15h30-16h : Saliha Aklouf (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)
LES LECTEURS DE JEAN DIABLE

16h-16h20 : Discussions de la session
16h20-16h40 : Pause-café

SESSION 3 : Paraître et se parer

17h10-17h40 : Corina Sandu (Université Wilfrid Laurier)
« MAIS VENONS À NOTRE SUJET FAVORI ET PARLONS CHIFFONS » : LES VOIX DU LECTEUR DANS LE DISCOURS DE LA PRESSE SUR LE VÊTEMENT

17h40-18h10 : Ramla Bedoui (Université Paris 4 Sorbonne)
MALLARMÉ EN JOURNALISTE ? DE LA THÉORIE DANS LA CORRESPONDANCE ET DANS DIVAGATIONS À LA PRATIQUE DANS LA DERNIÈRE MODE

18h10-18h30 : Discussions de la session / Repas du soir

VENDREDI, le 10 avril 2015
09h30-10h : Petit-déjeuner et café de reprise

SESSION 4 : Économies de la parole

10h-10h30 : Guillaume Pinson (Université Laval)
LECTEURS SILENCIEUX ET LECTEURS BAVARDS DANS LA PRESSE ILLUSTRÉE : L’OEUVRE DES MIROIRS DÉFORMÉS ET DES ENREGISTREMENTS INFIDÈLES

10h30-11h : Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade)
LECTEURS TRUQUÉS : SUR LA FABRIQUE MÉDIATIQUE DU LECTORAT AU XIXE SIÈCLE

11h-11h30 : Alexia Vidalenche (Université Sorbonne Nouvelle–Paris 3/ANR LittéPub)
LA RÉCLAME RÉVÉLATRICE DE L’INFLUENCE DES LECTEURS SUR LES STRATÉGIES ÉDITORIALES ET ÉCONOMIQUES DES PETITES REVUES FIN-DE-SIÈCLE

11h30-12h : Discussions de la session / Déjeuner

SESSION 5 : Échos fin-de-siècle

14h-14h30 : Caroline Crépiat (Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand/CELIS)
LA VOIX DU LECTEUR DANS LE CHAT NOIR : UNE VOIX « RÉFLEXE »

14h30-15h : Elina Absalyamova (Université Paris 13/Pléiade)
« NOTRE TÉLÉPHONE », UNE RUBRIQUE DE LA RIVE GAUCHE ET DE LUTÈCE EN TANT QUE CHAMBRE D’ÉCHO

15h-15h20 : Discussions de la session
15h20-15h40 : Pause-café

SESSION 6 : Lector, actor

15h40-16h10 : Alexia Kalantzis (Universités de Cergy-Pontoise et Versailles-Saint-Quentin/CHCSC)
LA CONSTRUCTION DE LA FIGURE DU LECTEUR DANS LES PÉRIODIQUES ARTISTIQUES ET LITTÉRAIRES FIN-DE-SIÈCLE

16h10-16h40 : Fatima Seddaoui (Université de Toulouse-Jean Jaurès/LLA-CREATIS)
CHOSES VUES : SOUVENIRS, JOURNAUX, CAHIERS : 1830-1885, VICTOR HUGO. LA VOIX DU LECTEUR

16h40-17h : Discussions de la session

17h-17h30 : Elina Absalyamova et Valérie Stiénon (Université Paris 13/Pléiade) Conclusions du colloque

CONTACT
Elina Absalyamova : elina.absalyamova@iutsd.univ-paris13.fr
Valérie Stiénon : valerie.stienon@univ-paris13.fr

Site de référence: http://www.univ-paris13.fr/pleiade

Sssion – Les religieuses et le livre (1660-1830)

LES RELIGIEUSES ET LE LIVRE : LECTURE, ÉCRITURE ET
REPRÉSENTATIONS
SCEDHS 2015 – Vancouver (Canada)
14-17 octobre 2015
Date limite: 31 mars 2015
Cette session thématique se propose de réfléchir sur les liens multiples
entre les religieuses et le livre dès la
fin du XVIIe siècle jusqu’au début du XIXe siècle (1660-1830). Qu’elles
soient cloîtrées, missionnaires ou
abbesses, les religieuses écrivent ; elles rédigent leurs mémoires, des
traités multiples, entretiennent divers
rapports épistolaires, et s’adressent aux différentes autorités.
Lorsqu’elles proviennent d’une classe sociale
aisée, les religieuses sont généralement lettrées et ont accès, par le
fait même, à la bibliothèque du couvent.
Ces liens que les religieuses entretiennent avec la lecture et
l’écriture ne sont pas sans poser de questions.
Malgré les règlements propres aux institutions religieuses et les
nombreux décrets instaurés depuis le
Concile de Trente (1545-1563), le couvent est perméable au monde extérieur.
De ce fait, le livre s’avère être l’un des facteurs de corrosion et de
porosité du mur séparant le cloître et le
monde extérieur. Existe-t-il des conséquences à cette perméabilité quant
aux possibilités de lecture et
d’écriture des religieuses ? Que lisent-elles, qu’écrivent-elles et
quelles en sont les modalités ? Enfin, dans
un rapport aux œuvres de fiction, un imaginaire social est révélé par la
mise en discours des religieuses.
Objet d’écrits, la moniale devient protagoniste de romans,
d’historiettes et de pièces de théâtre diffusant un
message tantôt antimonacal, tantôt apologétique.
Le but de cette session thématique est de tenter de saisir les
différentes fonctions du livre à la fois dans
l’univers de la religieuse à l’intérieur du cloître et dans celui
créé/recréé au sujet des religieuses à l’extérieur
des murs conventuels.
Les contributions pourraient porter sur les thématiques suivantes :
– Les religieuses-auteures et leurs lecteurs
– L’écriture : une source d’autonomie et/ou de pouvoir pour les
religieuses ?
– La réception des écrits de religieuses
– Les études de cas portant sur des figures de religieuses au travers
d’écrits de fiction ou d’autobiographies
– Les pratiques d’écriture et/ou de lecture chez les religieuses
– Les religieuses lectrices : une menace ?
– L’accès des religieuses à la culture
– Les représentations iconographiques des religieuses
– La circulation de livres clandestins dans les couvents

Avant le 31 mars 2015. Prière d’indiquer aussi le nom du panel : Les

religieuses et le livre : lecture, écriture et représentations.

Organisatrices : Francesca Fiore et Marilyse Turgeon-Solis
– L’écriture comme forme de résistance
Les communications pourront être issues de divers domaines comme la
littérature, le cinéma, la philosophie,
la religion, l’histoire, les études féminines et de genre etc.
Veuillez s’il vous plaît envoyer votre proposition de communication (300
mots) à
csecs@sfu.ca

Colloque Troupes, collectifs, compagnies

Bonjour,

Nous avons le plaisir de vous informer de la tenue prochaine du colloque :
Troupes, collectifs, compagnies. Enjeux socio-esthétiques des modes d’organisation et de création dans le spectacle vivant (théâtre, cirque, danse, arts de la rue)
qui aura lieu du 1er au 3 avril au Théâtre National Populaire (Villeurbanne) et à La Comédie de Valence.
Vous trouverez en pièce jointe le programme détaillé de la manifestation.
Bien cordialement,
Bérénice Hamidi-Kim et Séverine Ruset
************

L’objet de ce colloque international co-organisé par les universités Grenoble 3 et Lyon 2, en partenariat étroit avec les Centres Dramatiques Nationaux de Villeurbanne (Théâtre National Populaire), de Valence (La Comédie de Valence) et la Société d’Histoire du Théâtre, est d’analyser dans une perspective socio-esthétique l’interaction entre, d’une part, les modes d’organisation des collectifs de travail artistique et, d’autre part, les façons de créer, et donc les œuvres produites, dans le spectacle vivant (théâtre, arts de la rue, cirque, danse). A  l’heure où les appels à une refondation de l’économie de ce secteur se multiplient, il s’intéressera aux tentatives actuelles de reconfiguration du travail créateur engagées par certaines organisations, et les mettra en perspective par une cartographie de différents modèles historiques et géographiques.

 

Comité d’organisation

Bérénice Hamidi-Kim, Passages XX-XXI (EA4160)

Séverine Ruset, Litt&Arts (EA 7355)

 

Comité scientifique

Howard Becker, sociologue (Etats-Unis)

Marie Bouhaik-Gironès, CNRS / Université Paris 4, histoire

Leonor Delaunay, Société d’Histoire du Théâtre

Christophe Floderer, directeur adjoint de la Comédie de Valence, CDN Drôme-Ardèche

Philippe Henry, MCF-HDR retraité, Université Paris 8, socio-économie du spectacle vivant

Piotr Olkusz, Université de Lodz (Pologne), études théâtrales

Martial Poirson, PR, Université, Paris 8, études théâtrales

Serge Proust, MCF-HDR, Université Saint-Etienne, sociologie du spectacle vivant

Daniel Urrutiaguer, PR, Université Lyon 2, socio-économie du spectacle vivant

Karel Vanhaesbrouck, Université Libre de Bruxelles, arts du spectacle

Laure de Verdalle, CNRS / Université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines, sociologie

Jean-Claude Yon, PR, Université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines, histoire

 

Contacts

berenice.hamidi@univ-lyon2.fr

severine.ruset@u-grenoble3.fr

Lieux – Entrée libre

Théâtre National Populaire

Petit Théâtre

162 rue Louis Becker, 69100 Villeurbanne

http://www.tnp-villeurbanne.com

 

La Comédie de Valence

Place Charles Huguenel

26000 Valence

www.comediedevalence.com

 

En partenariat avec le Théâtre National Populaire de Villeurbanne, La Comédie de Valence, la Société d’Histoire du Théâtre.

 

Avec le soutien et la collaboration de : La Région Rhône-Alpes (Arc 5), le Département de la Drôme, l’ADUDA Drôme-Ardèche,  les commissions de la recherche des Universités Grenoble 3 et Lyon 2,  l’EA Litt&Arts, l’EA Passages XX-XXI, le Centre de Valence de l’Université Grenoble 3, la faculté LESLA, le département ASIE, l’UFR LLASIC, les services culturels des Universités Lyon 2 et Grenoble 3, le service Culture et Initiatives étudiantes de l’Université Grenoble Alpes, l’association des Arts du spectacle, l’association Atlas.

Colloque étudiant « Les transformations du monde du livre à l’ère du numérique (acteurs, objets, enjeux) »

Bonjour,

 

Le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) vous invite à son 9e colloque étudiant « Les transformations du monde du livre à l’ère du numérique (acteurs, objets, enjeux) », organisé conjointement avec le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). L’événement aura lieu les 16 et 17 avril prochains, à l’Agora du Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke. Vous trouverez de plus amples renseignements sur le déroulement des deux journées et sur les participant.e.s dans le programme ci-joint.

Programme

Comme le repas vous est offert pour le diner du vendredi, nous vous prions de confirmer le plus tôt possible votre présence à colloque-numerique@usherbrooke.ca.

 

Bien cordialement,

Le comité organisateur,

Marie-Michelle Cyr

Josianne Dubé

Marie-Ève Muller

Nouvelle réédition sur le site Socius : Germaine de Staël, Discours préliminaire de “De la littérature”

Souvent considéré, à tort ou à raison, comme le texte fondateur de la sociologie de la littérature, De la littérature considérée dans ses rapports avec les institutions sociales de Germaine de Staël (1800) n’est plus guère lu aujourd’hui.

Raison de plus pour y aller voir de plus près. Nous reproduisons ici le “Discours préliminaire” du livre: http://ressources-socius.info/index.php/reeditions/18-reeditions-d-articles/148-discours-preliminaire

 

Anthony Glinoer.

 

CFP – Publishing history

Call for Proposals

Ashgate Studies in Publishing History: Manuscript, Print, Digital (book series)

Series Editors:

Ann R. Hawkins, Texas Tech University

Maura Ives, Texas A & M University

Call for Proposals

The editors welcome proposals for interdisciplinary and comparative studies by humanities scholars working in a variety of fields, including literature; book history, periodicals history, and print culture and the sociology of texts; theater, film, and performance studies; library history; history; gender studies; and cultural studies.

 

Topics might include publishing histories of major figures or works, of regions, of genres, or studies of particular publishers or practices (including production, distribution, and reception) that hold special aesthetic, social, or political significance.

 

We especially welcome focused argument-driven work that investigates and historicizes new or hybrid forms of text creation and dissemination, including nonprint materials, informal, specialized or private reception and distribution networks, the translation of TV and movies into print, and multimedia publishing practices.

Proposals should take the form of either

1. a preliminary letter of inquiry, briefly describing the project; or

2. a formal prospectus including abstract, table of contents, chapter summaries, sample chapter, estimate of length, estimate of the number & type of illustrations to be included, and c.v.

Please send an electronic copy of either type of proposal to the publisher and to the series editors at the following addresses:

Ann Donahue

Publisher
Ashgate Publishing

adonahue@ashgate.com

 

Ann Hawkins

Professor of English

Texas Tech University

ann.hawkins@ttu.edu

Journée d’étude sur la biographie d’écrivain

Bonjour,

 

Ci-joint l’annonce d’une journée d’étude qui aura lieu à l’Université McGill le 7 mai prochain. Merci de bien vouloir diffuser l’information.

Programme

 

Bien cordialement,

 

Michel Biron

Département de langue et littérature françaises

Pavillon des Arts, bureau W-130B

Université McGill

853, rue Sherbrooke ouest

Montréal (Qc) H3A 0G5

Téléphone : 514-398-4400 (094952)

Télécopieur : 514-398-8557

 

 

Journée d’étude sur la biographie d’écrivain

 

Jeudi, 7 mai 2015

Université McGill, Département de langue et littérature françaises, salle Arts 160

Si de nombreux théoriciens ont formulé depuis longtemps des jugements sévères à l’endroit du genre biographique, la pratique amène toutefois des chercheurs de tous horizons à considérer les choses de façon moins péremptoire. La biographie d’écrivain, pour des raisons diverses qu’il s’agira d’examiner durant cette journée d’étude, demeure malgré tout une forme de connaissance privilégiée et connaît un plein essor depuis une quinzaine d’années dans la critique; elle semble constituer un lieu de prédilection pour saisir les liens complexes entre ce qu’il est convenu d’appeler la vie et l’œuvre d’un auteur, mais aussi de façon plus large les liens entre l’individuel et le social, le subjectif et l’objectif, le conscient et l’inconscient, la parole singulière et la doxa, l’exception et la norme, le privé et le public, le déterminé et l’indéterminé, etc. Aussi le retour du biographique semble-t-il mettre à mal dans notre postmodernité le dogme de la « mort de l’auteur » qui a prévalu au cours de l’âge d’or de la nouvelle critique, ce qui méritera examen.

Les présentations ne viseront pas à étudier l’évolution historique de la biographie mais à réfléchir, à partir d’exemples variés, à la fonction heuristique de la biographie dans le contexte actuel des études littéraires et des sciences sociales et humaines. Chaque participant sera ainsi invité à s’interroger sur les fondements critiques de la biographie telle qu’elle est pratiquée aujourd’hui : en n’insistant pas sur les détails de la vie d’un auteur particulier mais en questionnant ce que le genre « biographie » produit comme mode de connaissance par rapport à d’autres approches critiques.
Comité organisateur : Michel Biron (Université McGill), Paul Aron (Université libre de Bruxelles) et Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège)

 

 

Horaire de la journée

 

Avant-midi 

8h45 : Accueil des participants (Salle Arts 160)

9h00 : Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) : « Considérations sur l’invention d’un genre »

9h50 : Marina Girardin (Université du Québec à Montréal) : « La mort écrite de Flaubert. Réflexion sur la nécrologie d’écrivain »

10h40 : pause

10h50 : Andrée Lévesque (Université McGill) : « Clio biographe: Éva Circé-Côté, une femme de lettres ressuscitée par l’histoire »

11h40 : Michel Biron (Université McGill) : « De Saint-Denys Garneau : une vie sans événements »

 

 

Après-midi

14h00 : Paul Aron (Université libre de Bruxelles, FNRS) : « Edmond Picard: les leçons d’une biographie »

14h50 : Benoît Peeters (écrivain, critique, directeur des Impressions Nouvelles) : « Jacques Derrida : l’archive et le secret »

 

Table ronde : 16h00-17h30

Animatrice :       Élisabeth Nardout-Lafarge (Université de Montréal)

Participants :     Marie-Andrée Lamontagne (biographe d’Anne Hébert)

Pierre Nepveu (biographe de Gaston Miron)

François Ricard (biographe de Gabrielle Roy)

 

Parution : “Des vies à l’œuvre. Socialisation et création littéraire”

Des vies à l’œuvre. Socialisation et création littéraire (revue COnTEXTES, n° 15)

Sous la direction de Frédérique Giraud et d’Émilie Saunier
février 2015, ISSN 1783-094X
Résumé

Ce numéro invite à reposer la question des manières d’analyser la création littéraire d’un point de vue sociologique. La focale choisie est celle des (r)apports contextuels entre la vie et les œuvres qu’il s’agit d’aborder dans une perspective dialectique afin de saisir les manières plurielles dont se nouent des liens entre des vies (celles d’un auteur, celles d’un groupe d’auteurs) et leurs œuvres. Le dossier invite d’abord à interroger les processus socialisateurs menant un individu à un moment donné de sa biographie à se tourner vers l’écriture, à analyser les modalités de sa pratique littéraire et les façons plurielles dont il peut jouer le jeu de la littérature (de façon occasionnelle, ludique ou encore professionnelle). Ce faisant, le point de vue se porte sur la façon dont se nouent les diverses expériences socialisatrices des auteurs en « amont » du jeu littéraire (permettant d’expliquer par exemple leur venue à l’écriture et à la publication) et en son sein (éclairant par exemple leurs prises de position littéraires). Il s’agit donc d’observer comment la vie produit et façonne l’œuvre. Dans le même temps, il importe de penser la littérature comme une pratique et une expérience sociale qui agit sur les écrivains et la société en général. Les questions que se posent les auteurs sont à la fois épistémologiques et méthodologiques. Quels outils, quelle(s) échelle(s) d’analyse et quels types de données mobiliser pour tenter de rendre raison des pratiques de création littéraire et de leurs effets sur le social ? De quelles façons la création littéraire peut-elle constituer pour un auteur un terrain de déchiffrage et de travail d’expériences sociales marquantes ? Comment la littérature et les conduites de vie tenues pour littéraires peuvent-elles représenter des instruments collectifs de façonnage des identités sociales et professionnelles ?

L’intégralité du numéro est accessible en ligne gratuitement à l’adresse : http://contextes.revues.org/6014
 
Sommaire
 
Frédérique Giraud et Émilie Saunier, Des vies à l’œuvre : agencements pluriels de socialisations
Kaoutar Harchi, La création littéraire au carrefour de l’histoire intime et de l’histoire collective. Étude du cas de l’écrivain algérien francophone Rachid Boudjedra
David Vrydaghs Quand un conflit esthétique est aussi un combat des corps. L’adhésion d’Artaud au surréalisme
Denis Saint-Amand et Bernard Lahire, Chronique à deux voix des questionnements en cours

Colloque – « Les imaginaires de la communauté »

Colloque international FIGURA « Les imaginaires de la communauté »

 

Date: Mercredi, 4 Mars, 2015 – 09:00 – Vendredi, 6 Mars, 2015 – 17:00
Lieu: Montréal, UQAM

La communauté ne partage ni la cohésion réglée d’une société, ni la volonté affichée d’un groupe identitaire : elle est spontanée, labile, évanescente. Ce caractère tacite exige toutefois d’en considérer la puissance en imaginant le lien commun au cœur même de chaque individu, dans son ethos, dans ses sentiments, dans ses goûts, dans ses habitudes, etc. Ce qui signifie somme toute qu’on peut faire communauté sans avoir entièrement conscience du lien qui assure la consistance de son être-ensemble.

Cette définition de la communauté est étroitement associée aux textes connus de Maurice Blanchot, La communauté inavouable (1983), de Jean-Luc Nancy, La communauté désœuvrée (1986) et de Giorgio Agamben, La communauté qui vient (1990). Si on les a beaucoup glosés depuis, c’est qu’ils ont saisi l’enjeu philosophique du commun au moment où prenait fin l’ère des grands récits d’émancipation, le communisme au premier chef, et où la méfiance à l’égard du totalitarisme était à son comble. L’enjeu semblait d’éviter ces deux écueils, sans pourtant consentir fatalement à leur contraire, c’est-à-dire à l’individualisme au sens strict, le moins noble politiquement. Ce qui a abouti à la création de concepts friables, dont l’apparence paradoxale mais extrêmement suggestive sur les plans logique et temporel, leur a assuré une fortune considérable à l’époque où il était de mise de déconstruire les notions rigides et de morceler le sensible : le comme-un, l’unité dans la déliaison, la relation de singularités, l’être quelconque. Ces concepts qui définissent de manière virtuelle, voire négative, la communauté, constituent le fond commun aux imaginaires contemporains qui la figurent sous le mode implicite de la crise.

Ce fond commun constituera le point de départ du colloque et non son objectif. Nous proposons plutôt de réfléchir aux multiples variations de la communauté que l’on trouve dans les différentes disciplines d’études ou de pratiques artistiques et sociales sans perdre de vue ce morcellement du sensible qui les imprègne.

On pourra notamment questionner, du point de vue des différentes pratiques intellectuelles, artistiques ou sociales, la dialectique entre la « communauté interprétative » (S. Fish) et la « communauté imaginée » (B. Anderson) pour arriver à penser conjointement la constitution et le fonctionnement inconscient de certaines communautés ainsi que les représentations conscientes qu’elles se font d’elles-mêmes. Il s’agira somme toute d’aborder la communauté qui émane du rapport spécifique que des individus entretiennent avec des objets particuliers et dans l’image ou la représentation que ces mêmes individus se font d’eux-mêmes à partir du lien qui les unit à ces objets.

Il sera possible également d’interroger le positionnement politique de toute communauté, même négative ou virtuelle, si l’on admet, comme l’a soutenu F. Jameson, qu’il n’y a aucune sphère du savoir et de la culture, ni même de la vie privée, qui échappe à un tel positionnement à l’ère du capitalisme avancé. On pourra par exemple concrétiser cette hypothèse en repensant la question de la communauté de pensée à l’aune du savoir qu’elle produit et de son mode de diffusion institutionnel. Ce qui aurait pour effet d’engager la réflexion pour déterminer les fondements et la consistance d’un penser-ensemble à une époque où les chercheurs entreprennent individuellement leur recherche, et ce, même si la plupart des organismes subventionnaires valorisent le regroupement stratégique, la connexion et le réseau.

Il y a, derrière ces orientations pratiques et politiques, des questions essentielles qui touchent des formes de vie et des modes d’existence que nous partageons. Ces questions ramènent la réflexion sur le plan des idées qui conditionnent les imaginaires contemporains de l’être-ensemble, ce fond commun que l’on a évoqué précédemment, mais avec l’intention de les interroger de front, c’est-à-dire en évitant de les percevoir uniquement à travers les concepts déjà acquis. Finalement, nous invitons à conceptualiser à nouveau ce qui, dans des pratiques, des disciplines ou des domaines que l’on partage en commun, incite au décentrement, à l’ouverture, à la multiplication des points de vue, à l’anonymat et résiste, par le fait même, au confinement identitaire, au langage commun et à la pensée homogène.

Organisé par Sylvain David et Sylvano Santini, ce colloque international s’inscrit dans le cadre du programme de recherche interdisciplinaire RADICAL (Repères pour une articulation des dimensions culturelles, artistiques et littéraires de l’imaginaire contemporain) et de Figura, le centre de recherche sur le texte et l’imaginaire.

 

programme_colloque_2015_0

 

Nouvelle réédition sur le site Socius – Alain Viala, “Effets de champ et effets de prisme”

Héritier critique des théories de Pierre Bourdieu, Alain Viala a eu à coeur de provoquer la rencontre entre la réflexion sociologique, l’histoire littéraire et les outils d’analyse des textes. C’est le cas, de façon emblématique, dans son article bien connu “Effets de champ et effets de prisme” (1988), que nous rééditons aujourd’hui.

Le texte est à lire ici.