Parution – « Sérialité narrative : enjeux esthétiques et économiques », Cahiers de narratologie, n. 31

Chers Collègues,

j’ai le plaisir de vous annoncer la parution du n. 31 des Cahiers de narratologie, Sérialité narrative: enjeux esthétiques et economiques.

Les articles suivants sont disponibles à cette adresse :

https://narratologie.revues.org/7541

Alessandro Leiduan, Introduction.

Raphaël Baroni, Le cliffhanger : un révélateur des fonctions du récit mimétique

Anaïs Goudmand, Le roman-feuilleton ou l’écriture mercenaire : l’exemple des Mystères de Paris,

Marie Vanoost, Journalisme narratif : des enjeux contextuels à la poétique du récit.

Françoise Revaz, Les enjeux sociaux d’une narration sérielle fictive : Little Sammy Sneeze de Winsor McCay (1904-1906)

Julie Müller, Proust en BD: économie de lecture et ré-création proustienne.

Marc Marti, Logique imaginaire et logique de marché : analyse d’une création de fans dans le jeu vidéo. Le cas de España en llamas sur Call of Duty 2.

Céline Masoni Lacroix et Bruno Cailler, Principes coextensifs de la fiction sérielle, de la distribution diffusée à une pratique interprétative dialogique : une nouvelle donne socio-narrative ?

Alessandro Leiduan Le problème de la sérialité narrative à la lumière du symbolisme des objets de consommation

Giuseppe Lovito Le « retour du déjà connu » et l’« idéologie de la consolation » dans les œuvres narratives sérielles étudiées par Umberto Eco.

Bien cordialement,

A. Leiduan

CFP special issue Authorship – Comics and Authorship

The comic book, recently legitimized through the graphic novel phenomenon while remaining anchored in popular culture, can provide unique insights into issues surrounding authorship. Although comics scholarship has explored autobiographical comics and the strategies for authorial self-fashioning of individual canonized comics artists and writers, the complex and protean concept of comic book authorship remains by and large overlooked.

Analyses of the changing notions of authorship, their contextualization and implications—aesthetic, political, economic—across different comics genres and formats can provide answers to key questions such as:

·        How do different techniques and styles mold conceptions of the author?

·        Who is the author in large franchises and studio collaborations?

·        What are the claims to authorship of vital but often overlooked mediators such as letterers and inkers?

·        How do conceptions of authorship vary with publishing format (serial comic book, graphic novel, syndicated comic strip, self-published fanzine)?

In this special issue dedicated to comics, the open-access journal Authorship seeks to specify the range and potential of the terrain covered by comics and authorship through bringing together papers on the following aspects:

·        Roles encompassed by the notion of authorship in comics (writer, artist, letterer, inker, penciller)

·        Differences in constructions of authorship across formats, genres, cultures and history

·        Self-creation of author (and auteur) personas through paratextual elements

·        Self-reflection on authorship in comics, cartoons and graphic novels

·        Issues of authorship raised by adaptations of comics in other media such as novels and films.

Please send articles (ca. 5000 words) and direct queries to Dr Maaheen Ahmed (ahmedmaaheen@gmail.com) by 31 July 2017. The special issue will be published in December 2017.

Author guidelines can be consulted here:

http://www.authorship.ugent.be/about/submissions#authorGuidelines

Call for Abstracts – « Collectifs d’art, art collectif » Congrès SSS 2017 à Zurich en juin

Cher collègue,

Vous trouverez en attaché le call for abstracts du workshop que nous organisons, avec Olivier Moeschler, Michael Gautier et Valérie Rolle dans le cadre de notre comité de recherche, au Congrès de la Société Suisse de Sociologie de cet été à Zurich, les 21-23 juin 2017:

« COLLECTIFS D’ART, ART COLLECTIF »

Serait-il possible de le diffuser auprès de la liste Socius ?

 

Le délai de dépôt est le 12 février.

Avec nos remerciements et meilleurs messages,

pour l’équipe

Nuné Nikoghosyan

sociologyart_call_ssa-congress_2017_zurich_e

sociologieart_call_sss-congres_2017_zurich_f

Appel à communication – « Non-public(s) / Non-audience(s) »

« Non-public(s) »

Identités voulues ou subies ?

Du XIXe siècle à demain

 

A l’heure où les publics sont mesurés, identifiés, catégorisés, analysés pour mieux développer les offres répondant à leurs besoins ou créer des besoins répondant à des offres, cette journée d’études propose de s’intéresser à la notion contestée de    « non-public(s) ». Introduit pour la première fois lors de la déclaration de Villeurbanne, écrite par Francis Jeanson en mai 1968, ce terme fait référence aux populations ne participant pas aux offres culturelles publiques ou officielles, étant occupées à d’autres types d’activités privées ou domestiques. Comme l’explique Frédéric Gimello-Mesplomb, « la ligne de partage entre ‘public’ et ‘non-public’ repose souvent sur un indicateur unique : le fait d’avoir participé ou non à une activité (aller au théâtre, aller au cinéma, lire un livre, écouter de la musique…) ».[1] L’enjeu derrière l’émergence de la notion de « non-public(s) » est de critiquer le déficit culturel de la France reposant trop sur une culture d’élite, au détriment d’un accès à la « culture pour chacun », où le pouvoir créateur du citoyen est prit en compte. Questionner la notion de « non-public(s) » a pour intérêt d’ouvrir une réflexion sur l’origine, le contenu et les moyens de mise en œuvre des activités non institutionnalisées et non officielles des individus, ainsi que leurs impacts sur l’évolution de nos sociétés.

 

Afin de répondre à cette problématique, cette journée d’études vise à tester la notion de « non-public(s) » dans une perspective internationale, pluridisciplinaire et historique. Bien qu’assez tardive, il nous intéresse de faire remonter l’étude de cette notion au début du XIXe siècle afin de voir si un clivage entre public(s) et « non-public(s) » aurait été exacerbé par les grands bouleversements sociétaux de la révolution industrielle de cette époque. Cette analyse historique doit être mise en perspective avec les enjeux contemporains que sont la qualification des « non-publics » et l’apparition de nouvelles catégories telles que « publics empêchés » (handicapés, hospitalisés, incarcérés), « publics éloignés » (ruraux, enfants, personnes âgées),[2] ou encore les « publics exclus » (notamment liés aux enjeux de la diversité culturelle). Cette journée d’études est donc l’occasion de mieux comprendre les « non-publics » d’hier et d’aujourd’hui : Qui sont-ils ? Comment sont-ils catégorisés ? Quelles sont leurs pratiques ? Quelles sont leurs relations avec les autres acteurs sociaux ? Leur conversion à la culture légitime est-elle inévitable ? Cette notion de     « non-public(s) » s’applique-t-elle à tous les domaines ? Les non-publics existent-ils dans tous les pays et dans tous les contextes sociaux-culturels? Quelles sont les représentations qui y sont associées ? Le « non-public » est-il forcément un exclu de la culture ? Le fait de ne pas participer n’est-elle pas une participation en soi qui révèlerait un positionnement social ? Peut-on encore parler de « non-public(s) » avec le numérique ?

 

Aux vues des questions déjà mentionnées ci-dessus, voici une liste non exhaustive de pistes et problématiques qui peuvent être explorées :

  • Publics/ « non-publics » : quelles définition, quelles frontières ? A partir de quand devient on public et comment ? Comment prendre en compte les « non-publics » sans qu’ils deviennent publics ? Un « non-public » existe-t-il vraiment (voir les affiches publicitaires, l’exposition aux slogans, etc.) ? Se pose ici la question des espaces publics et privés, physiques et virtuels, avec l’arrivée du numérique.
  • Les « non-publics » dans le processus de démocratisation culturelle

Ces « non-publics » ont-ils toujours été les mêmes ? Quels furent leur place et leur rôle au sein des mutations en matière de politique culturelle depuis le XIXe siècle en occident ?

  • « Non-public(s) » : une notion qui existe toujours ? Quels sont les nouveaux modes d’interaction culturelle, les nouvelles pratiques, les nouvelles études, les postures des institutions, les débats actuels ? Etudie-t-on les « non-publics » pour mieux connaître les publics ou bien est-ce une catégorie autonome ?

 

Cette journée d’études se veut pluridisciplinaire et ouverte à différents champs de recherche : sociologie, histoire, histoire de l’art, musicologie, littérature, études théâtrales, études cinématographiques, histoire visuelle, sciences de l’information et de la communication…

 

Informations complémentaires

Comité scientifique : Simon Dawes, Jean-Pierre Esquenazi, Chloé Langeard, Serge Linarès, Géraldine Poels, Jean-Claude Yon.

Comité d’organisation : Camille Causse,  Émilie Fromentèze, Cléa Hance et Rémi de Raphélis.

Stagiaires : Pierre Ernandes, Jordan Giraudo Le Moal et Claire Sicard.

 

Calendrier :

  • Retour des propositions : au plus tard le 17 février 2017
  • Réponses : au plus tard le 17 mars 2017
  • Date de la journée d’études : mercredi 17 mai 2017 (UVSQ, lieu à déterminer : Auditorium de la Bibliothèque Universitaire ou Amphithéâtre)

 

Modalités :

Cet appel à communications est ouvert à tous les doctorants, ou docteurs ayant soutenu ces dernières années, en France ou à l’étranger. Les communications se feront en français ou en anglais.

Les propositions de communication (500 mots environ) sont à envoyer, accompagnées d’une courte présentation de l’auteur (comprenant le titre, la discipline de la thèse, l’année de soutenance le cas échéant, ainsi que l’université et/ou l’organisme de rattachement), au plus tard le 17 février 2017, à l’adresse suivante : doctorants.chcsc@gmail.com

 

[1] Frédéric Gimello-Mesplomb, « Présentation » de la cinquième partie « Au-delà du public : « non-public » et publics potentiels Au-delà du public : « non-public » et publics potentiels », dans Les publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquêtes, ed. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, DEP, 2001, p. 184.

[2] Chloé Langeard, « Public(s) hors les murs et hors scène : des publics qui ne comptent pas ! », communication lors du colloque Penser les catégories de pensées, Université Sorbonne Nouvelle  – Paris 3, 11-12 Juin 2015, informations disponibles à l’adresse suivante  https://penserlescategoriesdepensee.wordpress.com/archives-du-colloque/chloe-langeard/ (dernière visite, décembre 2016)

 

——————————————–

 

« Non-audience(s) »

 

Desired or imposed identities?

From the 19th century to tomorrow

 

 

At a time when audiences are measured, identified, categorized, analyzed to better develop offers answering their needs or to create needs answering offers, this symposium proposes to concentrate on the contested notion of “non-audience(s).” Introduced for the first time during the declaration of Villeubranne in France, written by Francis Jeanson in may 1968, this term (in French “non-public”) refers to the populations that do not participate to public or official cultural programs because they are involved in other types of activities, private or domestic. As explained by Frédéric Gimello-Mesplomb, “the delineation between ‘audience’ and ‘non-audience’ relies often on a single indicator: the fact of having participated or not to an activity (go to the theater, read a book, listen to music…).”[1] The issue behind the development of the notion of “non-audience” was to criticize the cultural deficit of France too much based on an elite culture and not enough focused on an access to a “culture for each and every one” whereby the citizen is acknowledge in his/her own creative power. Thus, questioning the notion of “non-audience” opens a reflection on the content and the implementation means of people’s non-institutionalized/unofficial practices as well as their consequences on the evolution of our society.

 

To answer this problematic, this symposium wants to approach the notion of “non-audience(s)” in an international, interdisciplinary and historical perspective. Although it is a recent concept, we are interested to take back this study all the way to the 19th century to see if it is during this period that a gap between “audience(s)” and “non-audience(s)” would have been amplified because of the great social changes brought by the industrial revolution. This historical analysis needs to be put in perspective with the contemporary challenges, such as the qualification of “non-audiences” and the emergence of new categories such as “impeded audiences” (handicapped, hospitalized or incarcerated people), “remote audiences” (rural people, children, older people), [2] or “excluded audiences” (notably linked to issues of cultural diversity). Thus, this symposium is an opportunity to better understand the “non-audiences” of yesterday and today: who are they? Why are they categorized? What are their practices? What are their relationships with other social actors? Is their conversion to the official culture ultimately unavoidable? Is this notion of “non-audience(s)” applicable to all areas? Does this notion of “non-audience(s)” exist in all countries and socio-cultural contexts? What are the representations associated with it? Is a “non-audience” necessarily an excluded party of culture? Isn’t the fact of not participating a participation in itself that would be revealing a social positioning? Can we still talk of “non-audience(s)” in our digital era?

 

In view of the questions already mentioned above, please find bellow a non-exhaustive list of issues and problematic that could be explored:

  • Audiences / “non-audiences”: what frontier? From what moment do we become an audience and how? Issues of physical and virtual spaces. How can we acknowledge “non-audiences” without them becoming audiences? Does a non-audience truly exist (e.g. adds in the streets, exposure to slogans…)
  • “Non-audiences” within the goals of cultural democratisation
  • “Non-audience”: a notion that still exists? What are the new modes of cultural interactions, new practices, new studies, institutional postures, and contemporary debates? Do we study non-audiences to better understand audiences or is it an independent category?

 

This study is meant to be interdisciplinary and is open to different fields of research: sociology, history of art, musicology, literature, theater studies, film studies, visual history, science of information and communication, law…

 

Complementary information

Scientific committee: Simon Dawes, Jean-Pierre Esquenazi, Chloé Langeard, Serge Linarès, Géraldine Poëls, Jean-Claude Yon.

Organisation committee : Camille Causse,  Émilie Fromentèze, Cléa Hance et Rémi de Raphélis.

interns: Pierre Ernandes, Jordan Giraudo Le Moal et Claire Sicard.

 

 

Calendar :

 

  • Deadline for the proposals: February 17th, 2017
  • Answers : March 17th, 2017
  • Symposium : May 17th, 2017 (UVSQ, place to be confirmed: Auditorium of the university library or Amphitheater)

 

Modalities :

This call for proposals is open to all PhD students, or those who defended their thesis in the last few years in France or abroad. The communications will be in French and in English.

The proposals (around 500 words) have to be sent, attached with a short presentation of the author (comprising of the title, the filed of research of the dissertation, the year of the dissertation defences if needed, as well as the university and/or the reference unit), at the latest February 17th, 2017, at this address :

doctorants.chcsc@gmail.com

 

[1] Frédéric Gimello-Mesplomb, “Présentation” de la cinquième partie  “Au-delà du public : “non-public “ et publics potentiels, in Les publics des équipements culturels. Méthodes et résultats d’enquêtes, ed. Paris, ministère de la Culture et de la Communication, DEP, 2001, p. 184 (our translation).

[2] Chloé Langeard, “Public(s) hors les murs et hors scène : des publics qui ne comptent pas !,” intervention during the symposium Penser les catégories de pensées, Université Sorbonne Nouvelle  – Paris, June 3rd, 11th-12th 2015, informations accessible at  https://penserlescategoriesdepensee.wordpress.com/archives-du-colloque/chloe-langeard/ (last visit december 2016) [our translation].

Parution – « Collaborative Translation: from the Renaissance to the Digital Age »

Anthony Cordingley et Céline Frigau Manning. Collaborative Translation: from the Renaissance to the Digital Age, Bloomsbury Academic, collection « Advances in Translation Studies », 2017. EAN13 : 9781350006027.

 

For centuries, the art of translation has been misconstrued as a solitary affair. Yet, from Antiquity to the Middle Ages, groups of translators comprised of specialists of different languages formed in order to transport texts from one language and culture to another. Collaborative Translation uncovers the collaborative practices occluded in Renaissance theorizing of translation to which our individualist notions of translation are indebted. Leading translation scholars as well as professional translators have been invited here to detail their experiences of collaborative translation, as well as the fruits of their research into this neglected form of translation.

This volume offers in-depth analysis of rich, sometimes explosive, relationships between authors and their translators. Their negotiations of cooperation and control, assistance and interference, are shown here to shape the translation of prominent modern authors such as Günter Grass, Vladimir Nabokov and Haruki Murakami.

The advent of printing, the cultural institutions and the legal and political environment that regulate the production of translated texts have each formalized many of the inherently social and communicative practices of translation. Yet this publishing regime has been profoundly disrupted by the technologies that are currently revolutionizing collaborative translation techniques. This volume details the impact that this technological and environmental evolution is having upon the translator, proliferating sites and communities of collaboration, transforming traditional relationships with authors and editors, revisers, stage directors, actors and readers.

 

Table of contents

Notes on Contributors

1. What is collaborative translation?, Anthony Cordingley and Céline Frigau Manning

Part I: Reconceptualizing the translator : Renaissance and Enlightenment perspectives

2. On the incorrect way to translate: The absence of collaborative translation from Leonardo Bruni’s De interpretatione recta, Belén Bistué

3. Towards a practice-theory of translation: on our translations of Savonarole, Machiavel, Guichardin and their effects, Jean-Louis Fournel and Jean-Claude Zancarini

4. “Shared” Translation: the Example of Forty Comedies by Goldoni in France (1993-1994), Françoise Decroisette

Part II: Collaborating with the author

5. Author-translator collaborations: a typological survey, Patrick Hersant

6. Vladimir Nabokov and his translators: collaboration or translating under duress, Olga Anokhina

7. Günter Grass and his translators: from a collaborative dynamic to a controlling apparatus?, Céline Letawe

8. Contemporary poetry and transatlantic poetics at the Royaumont Translation Seminars (1983-2000): an experimental language laboratory, Abigail Lang

Part III: Environments of collaboration

9. Online multilingual collaboration: Haruki Murakami’s European translators, Ika Kaminka and Anna Zielinska-Elliott

10. Translation crowdsourcing: research trends and perspectives, Miguel A. Jiménez-Crespo

11. The role of institutional collaborations in contexts of official bilingualism: The Canadian example, Gillian Lane-Mercier

12. A new ecology for translation? Collaboration and resilience, Michael Cronin

Index

Appel à communications – Colloque « Spiritualité »

Appel à communications
Le spirituel, concept opératoire en sciences humaines ?
Débat interdisciplinaire
19-20 octobre 2017
(Université Rennes 2)

Depuis le poststructuralisme, la théorie, notamment littéraire, est devenue experte en matière d’analyse et de remise en question du soubassement idéologique propre à tout discours. La prise en compte de l’impact des contextes historiques, socio-politiques, des catégories sexuelles ou raciales entre autres ainsi que la problématisation du rapport du langage au réel ont contribué à éclairer les textes littéraires en tant que phénomènes discursifs. Toutefois, ces approches critiques se trouvent démunies lorsqu’il s’agit de dépasser cette « herméneutique du soupçon » (Ricoeur 1975) pour tenter d’élaborer une herméneutique « instauratrice de sens » (Goetz 2011 ; Ricoeur 1965), particulièrement lorsqu’il s’agit de penser l’humain au-delà de sa matérialité. Les chercheurs se heurtent alors à une question épistémologique d’importance : comment nommer ce qui déborde les positivités de l’existence ? Comment caractériser la quête esthétique, politique ou existentielle, que différents acteurs sociaux cherchent à approcher en des domaines aussi variés que l’art et la littérature, la sociologie, l’éducation, la philosophie de l’environnement ou les soins médicaux ? Au-delà des termes mystique et religieux, trop connotés et, à plusieurs égards, réducteurs de l’expérience humaine dans sa diversité, la notion du spirituel s’invite depuis plusieurs décennies dans ces considérations épistémologiques (Foucault 1979, 2001 ; Hadot 2002, 2008 ; Le Brun 2015 ; Vesperini 2015).

Lire la suite ici :

https://theospirit2017.sciencesconf.org/resource/page/id/1

Attention : la date-limite est le 15 janvier.

Séminaire – Transferts culturels 13 janvier 2017 La Grèce au prisme de l’Europe occidentale

Chers collègues,
la prochaine séance du séminaire Transferts culturels, consacrée à La
Grèce au prisme de l’Europe occidentale, aura lieu le 13 janvier 2017 de
9h30 à 12h30 en salle Pasteur (salle de philosophie), au premier étage
du Pavillon Pasteur (Ecole normale supérieure 45 rue d’Ulm). Le
programme figure ci-dessous. Celui de l’année est consultable sur le
site de l’UMR 8547: http://129.199.13.46/spip.php?rubrique198
Avec nos bien cordiales salutations,
Michel Espagne, Pascale Rabault-Feuerhahn, Anne-Marie Thiesse

13 janvier 2017 / La Grèce au prisme de l’Europe occidentale

Ourania Polycandrioti, Athènes : Traductions, éditions et transferts
culturels en temps de crise. Le cas de la France et de la Grèce pendant
les années 1940-1975

Le rôle particulier des institutions, des professeurs, des traducteurs
et des éditeurs en tant que vecteurs culturels est évident pour
quiconque étudie les transferts culturels. L’importance de ces
médiateurs en ce qui concerne la diffusion des oeuvres littéraires et
des idées, la formation du contexte et des images de réception, ainsi
que les politiques de traduction, les politiques
éditoriales et culturelles devient d’autant plus significative pendant
les périodes de crise (guerres, crises sociales et politiques,
dictatures etc.), au cours desquelles les censures diverses, les
interdictions ainsi que les choix éditoriaux apportent des dimensions
nouvelles aux multiples interactions culturelles (politisation de la
littérature, manipulations et appropriations diverses, corrélations
idéologiques, constitution de réseaux, etc.). Nous nous proposons
d’approfondir ces questions en mettant en lumière les rapports entre la
France et la Grèce, pendant la période mouvementée des années 1940-1975,
et notamment en étudiant le rôle des institutions telles
que l’Institut français et l’École française d’Athènes ainsi que les
activités de certains personnages tels que Roger Milliex, Robert
Levesque, Jean Ballard, et d’autres.

Sandrine Maufroy, Paris : L’hellénisme de Wilhelm von Humboldt

L’exposé sera une présentation de l’ouvrage paru aux éditions Demopolis
L’hellénisme de Wilhelm von Humboldt et ses prolongements européens, qui
regroupe des interprétations et une traduction des principaux textes de
Humboldt consacrés à la Grèce. La mise en évidence d’une présence
grecque en Allemage et d’une présence de la Grèce allemande en Europe
est liée au nom de Humboldt, dont les relations avec des philologues et
des archéologues méritent d’être particulièrement analysées : Christian
Gottlob Heyne, Friedrich August Wolf, Friedrich Gottlieb Welcker, August
Boeckh ou encore Heymann Steinthal. Les sciences de l’Antiquité,
l’histoire de l’art et la pratique des beaux-arts sont marquées par la
pensée néo-humaniste. Chez Humboldt, celle-ci s’accompagne d’une
activité traductrice ; il s’est lui-même longuement employé à traduire
Pindare et Sophocle et a développé des réflexions théoriques sur la
traduction. Etude de la langue grecque et réflexion linguistique sont
liées chez Humboldt : c’est aussi comme linguiste qu’il reste dans
l’histoire intellectuelle allemande, et l’étude de son rôle dans la
fondation de cette discipline implique de comprendre le passage de
l’unicité grecque à la pluralité des langues naturelles. La Grèce de
Humboldt est certes la Grèce antique, mais elle inclut aussi une
attention aux périodes postérieures à la période classique, jusqu’à la
Grèce moderne.

Ateliers Manart (manifestes artistiques) – Première séance le 18 janvier (14h30/17h30, Paris 3)

Bonjour,
Pourriez-vous s’il vous-plaît faire suivre cette annonce à la liste Socius? 
Je vous en remercie.
————————

Chers co-listiers,

En ce début d’année 2017, nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue de la première séance des ateliers Manart,
le mercredi 18 janvier, 
de 14h30 à 17h30, 
en salle Las Vergnas 
à Paris 3 (Centre Censier, 3e étage)
Vous trouverez le programme détaillé de cette séance ci-dessous et sur notre site, où vous pourrez aussi consulter l’annonce des séances suivantes.
Le  séminaire est ouvert à tous. Nous vous remercions de bien vouloir vous inscrire par un petit mail à contact@basemanart.com, afin de nous permettre de nous organiser en conséquence.
En espérant vous y retrouver nombreux,
Bien cordialement,
L’équipe Manart
—————–
Manart, les manifestes en littérature et en art / séance 1               View this email in your browser
Atelier “Manart, les manifestes en littérature et en art”,
Campus Condorcet

 

Séance 1: « Balisage: les grands repères

dans l’histoire du manifeste”

0b92f1b0-ae12-4ecf-b104-04b1387be3c5

18 janvier 2017, 14h30-17h30
Paris 3, Centre Censier, 13, rue Santeuil, Paris 75005
Salle Las Vergnas, 3ème étage

Cette première séance vise à faire un état de l’art de la critique sur les manifestes, en commençant par resituer cette recherche dans un questionnement plus large, d’ordre sociologique, sur la responsabilité des écrivains et leur engagement, et sur les mouvements d’avant-garde par lesquels le genre manifestaire s’est fait connaître – ces « ismes » qui ont marqué le XXe siècle. La séance sera aussi l’occasion, pour l’équipe du projet Manart, de présenter le site www.basemanart.com sur lequel figure notamment la base de données sur les manifestes, initiée en 2013.

Intervenants :

14h30 : L’équipe de Manart : accueil et présentation du projet Manart et du site

Jalons théoriques :
14h50 : Anna Boschetti (Venise) : Pratiques manifestaires dans les « ismes » littéraires et artistiques
15h10 : Gisèle Sapiro (CNRS/EHESS) : Les manifestes et l’engagement des écrivains
15h30 : Anne Tomiche (Université Paris-Sorbonne – Paris 4) : Formes du manifeste avant-gardiste – Entretien

16h00 : pause

Jalons historiques : 
16h15 : Marie-Paule Berranger (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : Les manifestes surréalistes (sous réserve)
16h35 : Léa Nicolas (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) : La Main à plume ou les manifestes en temps de guerre

17h : discussion libre

17h30 : fin de la séance

L’équipe du projet Manart
Viviana Birolli (Paris 1 Panthéon-Sorbonne /EHESS)
Camille Bloomfield (Paris 13, Paris 3)
Mette Tjell (Université de Göteborg)
Audrey Ziane (Université Aix-Marseille)
www.basemanart.com

Print

Appel à communication – « Traduction, réception, transferts »

Suivez la liste socius sur Twitter @listesocius.
Consultez les archives de la liste dans son carnet.
La liste fait partie du projet socius : ressources sur le littéraire et le social.

—–

« Traduction, réception, transferts »

Journée d’étude jeunes chercheurs

Laboratoire junior « Horizons comparatistes » /

Centre de Recherche en Littérature comparée (Université Paris-Sorbonne)

 

Jeudi 8 juin 2017

Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris

 

L’œuvre traduite, « Produit de trois opérations fondamentales qui la métamorphosent – la transposition linguistique, le transfert culturel et la réappropriation étrangère » (Risterucci, 2008) se situe dans un processus complexe aux facettes multiples, auquel prennent part tant le traducteur que d’autres acteurs du transfert littéraire : éditeurs, critiques, agents, lecteurs. La traduction, tout comme la réception des œuvres étrangères, est un déplacement des œuvres dans un autre champ littéraire que celui d’origine, une « appropriation » de la littérature étrangère, à laquelle correspond une « transmutation sémantique » (Espagne, 2009).

Depuis les années soixante-dix, la traductologie a connu un vrai essor et les approches se sont multipliées. Parallèlement, les études comparatistes de réception se sont alimentées des contributions provenant des recherches en sociologie de la littérature et en histoire culturelle. En se nourrissant des acquis d’autres disciplines, les études de traduction et de réception enrichissent à leur tour de leurs pratiques et de leurs concepts d’autres domaines de recherche. Selon l’aspect sur lequel on met l’accent, la traduction est alternativement conçue comme un échange, une communication linguistique et culturelle, une opération critique ou intertextuelle, une « transposition créatrice » (Berman, 1984), une importation, une opération culturelle, économique et sociale, inscrite dans un contexte historico-social défini et dépendant des rapports de force et d’hégémonie à l’échelle internationale (Casanova, 2002 ; Sapiro, 2008). Néanmoins, conçue en tant que transfert, la traduction littéraire fait partie d’une série d’opérations qui vont de la sélection des textes aux choix de traduction, de la diffusion des œuvres à leur réception dans un système littéraire autre que celui de production, dans lequel elles prennent une position précise et déterminée par l’état du système d’accueil (Even-zohar, 1990).

Le traducteur, défini comme auteur, médiateur, passeur, importateur (Wilfert-Portal, 2002), est à la fois lecteur et écrivain, situé et conditionné par son horizon traductif (Berman, 1995). Traduisant moins une langue qu’une œuvre, il est doté d’une subjectivité, qu’il engage dans ses choix traductifs et dans son approche critique au texte. Écrivant pour des lecteurs autres que le public primaire de l’œuvre, inséré dans un contexte déterminé, il offre à son public une première lecture critique-interprétative des œuvres étrangères, en orientant la réception. En même temps, la réception par la presse et par la critique universitaire peut conditionner les choix des traducteurs et des éditeurs, en imposant une lecture déterminée des œuvres étrangères.

La traduction et la réception des littératures étrangères apparaissent comme deux phénomènes clés des transferts littéraires, s’entrelaçant et s’influençant réciproquement.

Dans le cadre du séminaire de doctorants « Traduction, réception, transferts », on se propose d’interroger les manières dont ces deux phénomènes s’influencent : la pratique de la traduction et de la retraduction d’œuvres littéraires révèle-t-elle des évolutions (ou des invariables) dans l’histoire de leur réception critique ? La réception critique d’œuvres étrangères conditionne-t-elle les choix des traducteurs ? En quoi l’étude de l’histoire des traductions d’une œuvre, ou de sa réception par un public étranger, peut-elle aider à clarifier les dynamiques d’un transfert littéraire ?

Les communications, de 20 minutes, pourront prendre la forme de questionnements méthodologiques ou théoriques sur les problématiques des études de traduction, réception et transferts littéraires, ou d’études de cas spécifiques. Il s’agira ainsi de faire un état des lieux des outils méthodologiques mis en place par les chercheurs dans ce domaine.

Plusieurs thématiques pourront être abordées (liste non exhaustive) :

  • L’influence de la réception critique des œuvres étrangères dans le processus de traduction et retraduction ;
  • Le rôle des traducteurs dans la réception et le transfert des littératures étrangères ;
  • Le cas particulier de la traduction et de la réception de la critique littéraire étrangère et les enjeux produits par ces phénomènes dans le champ d’accueil ;
  • Les critiques-traducteurs et leur rôle double dans le transfert d’œuvres étrangères ;
  • La réception des œuvres traduites.

 

Les propositions de communication (maximum 300 mots) sont à envoyer d’ici le 31 mars 2017 avec les coordonnés des intervenants et une notice biographique, à Stefania Caristia et Bernard Evans, responsables du séminaire « Traduction, réception, transferts » du laboratoire junior du CRLC (EA 4510) de Paris-Sorbonne.

 

Contacts : stefania.caristia@gmail.com ; thuptenlungrik@yahoo.com

 

Bibliographie :

 

BERMAN, Antoine : L’épreuve de l’étranger. Culture et traduction dans l’Allemagne romantique, Paris, Gallimard, 1984.

BERMAN, Antoine : Pour une critique des traductions : John Donne, Paris, Gallimard, 1995.

CASANOVA, Pascale : « Consécration et accumulation de capital littéraire. La traduction comme échange inégal », in Actes de la recherche en sciences sociales, n. 144, septembre 2002, p. 7-20.

ESPAGNE, Michel : « Quelques aspects actuels de la recherche sur les transferts culturels », in Lucile ARNOUX-FARNOUX et Anne-Rachel HERMETET (dir.), Questions de réception, Paris, SFLGC, « Poétiques comparatistes », 2009, p. 163-190.

EVEN-ZOHAR, Itamar : « The position of translated literature within the literary polysystem » [1978], in Poetics today, a. 11, n. 1, 1990, p. 45-51.

RISTERUCCI-ROUDNICKY, Danielle : Introduction à l’analyse des œuvres traduites, Paris, Armand Colin 2008.

SAPIRO, Gisèle (dir.) : Translatio. Le marché de la traduction en France à l’heure de la mondialisation, Paris, CNRS éd., 2008.

WILFERT-PORTAL, Blaise : « Cosmopolis et l’homme invisible. Les importateurs de littérature étrangère en France, 1885-1914 », in Actes de la recherche en sciences sociales, n. 144, septembre 2002, p. 33-46.

adresse

Université Paris Sorbonne