Appel à communications: La Postérité en France, 1650-1800

Date 1 août 2014 |

Appel à communications: 

La Postérité en France, 1650-1800

Université de Cambridge, le 19 mars 2015

 

Organisateurs : Jessica Goodman (Cambridge) et Russell Goulbourne (Londres)

 

‘La postérité pour le philosophe, c’est l’autre monde de l’homme religieux’.

 

Ainsi Diderot écrit-il au sculpteur Etienne Falconet en 1766. L’écrivain et l’artiste entretiennent une longue correspondance autour d’un thème – celui de la postérité – qui est au cœur de la production culturelle au cours du dix-huitième siècle : de l’Encyclopédie, qui veut transmettre aux générations à venir pas seulement la totalité des connaissances humaines mais aussi le nom des créateurs de celles-ci, à Rousseau qui façonne son image posthume dans lesConfessions, enfin aux premiers centenaires littéraires qui offrent aux écrivains de l’époque l’occasion de réfléchir à l’image qu’ils laissent à l’avenir.

 

Le désir d’entrer dans la postérité n’est pourtant pas propre au dix-huitième siècle : depuis qu’Horace affirme en 23 av. J.C. : ‘Je ne mourrai entièrement’, nombreux sont les écrivains et les artistes qui ont imaginé la vie posthume que leur offrent leurs ouvrages. Ce colloque, pour sa part, cherche à creuser la spécificité de l’idée de la gloire future pour les auteurs et les artistes à une époque (1650-1800) qui témoigne aussi d’une convergence suggestive d’un certain nombre de facteurs sociaux et intellectuels, dont le développement de l’espace public, une nouvelle idée d’un grand homme exemplaire qui privilège la morale et l’intellect plutôt que la naissance ou la force militaire, un contexte où le mécénat et les institutions d’état disparaissent, et une laïcité croissante, qui soulève des doutes sur l’au-delà religieux.

 

Les propositions de communication pourraient s’inscrire dans un des grands axes suivants :

-  Les caractéristiques de l’idée de la postérité tel qu’elle est développée entre 1650 et 1800.

-  L’influence d’une appréciation de la postérité sur la production culturelle des individus et des courants plus larges.

-  Le rapport entre le désir de la postérité et les positions sociales qu’adopte un individu dans la vie.

-  Si les écrivains et les artistes ont une position privilégiée quand il s’agit d’entrer dans la postérité.

-  Jusqu’à quel point de nouvelles cultures de commémoration vers la fin de l’Ancien Régime façonnent ou sont façonnées par des écrits contemporains sur la postérité.

-  Le rapport entre la postérité et l’au-delà religieux dans la pensée contemporaine

 

Les propositions de communication (en anglais ou en français, durée: 20 mins) devront être envoyées avant le 6 octobre 2014 à earlymodernposterity@gmail.com. Des questions peuvent être adressées aux organisateurs à la même adresse. Nous accueillons chaleureusement des propositions de la part des doctorants et des jeunes chercheurs.

Dr Jessica Goodman

Junior Research Fellow in French
Clare College, Cambridge

Appel à contributions – “Paris et son capital imaginaire”

Date 1 août 2014 |

Paris et son capital imaginaire: les débuts du capitalisme et la modernité en France (du dix-septième au dix-neuvième siècle)

 

Appel à contributions

 

Dans la chronologie des événements investis d’une puissante charge symbolique qui ont jalonné la Révolution, le déplacement de la capitale de Versailles à Paris, immédiatement après les journées révolutionnaires du 5 et 6 octobre 1789, a précédé l’exécution du ‘citoyen Louis Capet’ de plus de 3 ans. Bien que la décapitation du roi soit devenue une image plus vive dans la rhétorique de la souveraineté populaire, elle n’a servie que de coda au recentrement des institutions politiques françaises sur le plus grand centre de population du pays. L’émergence de Paris en tant que capitale politique a été parmi les plus grandes réorganisations de la Révolution. Mais la force de ce déplacement géographique était connexe à des changements dans les modalités d’accumulation économique et de valorisation d’objets et les programmes esthétiques qui y étaient associés. L’histoire de Paris en tant que ville capitale est inextricable non seulement de la politique mais de l’histoire du capitalisme et du développement économique français, ainsi que des représentations et imaginations de ces relations économiques et politiques par ses citoyens.

Ce numéro spéciale de la revue L’Esprit créateur (Johns Hopkins University Press, http://espritcreateur.umn.edu), dont la publication est prévue pour l’automne 2015, propose une nouvelle interrogation de l’histoire et la représentation de la capitale française comme centre économique dans la ‘modernité’, dont la définition ici sera celle d’une culture dominée par les institutions du marché, et dans la période du dix-septième au dix-neuvième siècle. Nous sommes de l’avis que cette interrogation est particulièrement opportune étant donné l’intérêt renouvelé pour des questions liées au capital et au capitalisme; à la richesse, à la pauvreté, et à l’inégalité; à la pollution de l’environnement et aux autres conséquences négatives du développement économique.

Des siècles avant que Walter Benjamin ait célébré Paris comme la “capitale du dix-neuvième siècle,” Rousseau l’avait déjà appelé “la ville du monde où les fortunes sont les plus inégales” dans Julie, ou la nouvelle Héloïse. Puisque notre numéro propose d’interroger ce sujet et d’autres spécificités de Paris comme lieu et symbole du capitalisme dans la modernité, nous invitons surtout des contributions qui mettent en question l’idée que c’est le Paris du dix-neuvième siècle qui doit attirer notre attention particulière.

Le numéro reflétera la complexité historique qui a façonné l’émergence et l’héǵemonie du capitalisme de marché et de Paris en tant que ville capitale, et présentera également une grande diversité d’approches théoriques et méthodologiques.

Nous nous intéressons à des contributions dans les domaines suivants:

 

la géographie de Paris et la symbolique du pouvoir;

les formes et les pressions exercées par le capitalisme à ses débuts; ou le développement capitaliste, ses bénéfices et bénéficaires, ses coûts en termes d’inégalités, d’exclusion, ou de pollution et autres externalités négatives;

les liens ou conflits entre le rôle symbolique de Paris en tant que capitale esthétique et sa signifiance économique et politique dans la modernité;

les représentations de la foule parisienne, des groupes et des masses de travailleurs;

la fascination exercée par les objets de consommation;

les relations économiques et l’échange entre Paris et les colonies françaises pendant cette période;

des interventions théoriques qui s’adressent à ces thèmes dans leur contexte historique.

 

Les propositions d’articles d’environ 750 mots (en français ou en anglais), accompagnées d’une brève biographie, pourront nous être envoyées aux adresses suivantes: abilling@macalester.edu et cherbuli@umn.edu avant le 30 août 2014. La date limite pour la remise des articles est le 10 juin, 2015.

 

Andrew Billing, Assistant Professor, Macalester College.

Juliette Cherbuliez, Associate Professor, University of Minnesota.

Acceso a “Sociocriticism”

Date 26 juillet 2014 |

A los miembros del IIS y demás colegas investigadores:

Me complace ofrecer a todos los/las colegas y demás personas
investigadoras cercanas al IIS los siguientes enlaces a la descarga
directa de todos y cada uno de los volúmenes de la revista
SOCIOCRITICISM, tanto de la primera como de la segunda época.

Como es sabido, nuestra revista fue fundada en 1985 por el profesor
Edmond Cros, en el seno de la Universidad “Paul Valéry” de Montpellier
coincidiendo con el desempeño de la cátedra  Andrew W. Mellon en la
Universidad de Pittsburgh. Hasta 2006 abarca su primera época (en
concreto hasta el volumen XXI, 1) y a partir de ese año se edita su
segundo y actual periodo en la Universidad de Granada, España, en
colaboración con el Institut international de sociocritique, estando
bajo mi responsabilidad.

Nuestro deseo es que, si lo desean, puedan descargarse y conservar
estas copias digitales en sus archivos para que usen su rico contenido
en sus investigaciones, tanto en las propias como en las desarrolladas
bajo su dirección. En los próximos días, las ofreceremos también en
nuestro website  <http://sociocritica.org/>, una vez que concluya la
operación de renovación de la página que hemos emprendido.

En cuanto respecta a la reproducción digital ofrecida, los volúmenes
de la primera época han sido escaneados a partir de la colección
existente en la Biblioteca de la Universidad de Granada (FLA). Los de la
segunda se ofrecen en edición digital, también en formato pdf. El IIS
autoriza el uso de los contenidos de la revista con un fin científico y
cultural, debiéndose citar su procedencia en el caso de los estudios que
la tengan en cuenta. Queda prohibido cualquier otro uso y, en
particular, el comercial o lucrativo.

A continuación pongo la lista de los volúmenes seguidos de sus
respectivos enlaces al servicio de consigna de la Universidad de
Granada. Estos enlaces estarán en funcionamiento por un periodo de 30
días a contar desde el día de hoy.

Finalmente, adjunto una ficha para que una vez cumplimentada me sea
devuelta. El objeto de la misma es actualizar la base de datos del IIS,
si es que autorizan a ello, así como remitirles en breve la convocatoria
de nuestro próximo congreso en Varsovia, previsto para abril de 2015. En
todo caso, el IIS no cederá esta información a terceros ni la hará
pública.

Reciban un cordial saludo,

LISTADO DE VOLÚMENES Y ENLACES:

1 Theories and perspectives I.PDF
https://consigna.ugr.es/g/Z2DTGGy1k9GsDiTJ/1%20Theories%20and%20perspectives%20I.pdf

2 Theories and perspectives II.PDF
https://consigna.ugr.es/g/PppTSsgur886HCpH/2%20Theories%20and%20perspectives%20II.PDF

3 Soviet literature of the thirties.pdf
https://consigna.ugr.es/g/Ci9MgdBHclwiBriI/3%20Soviet%20literature%20of%20the%20thirties.pdf

4-5 Space and ideology.pdf
https://consigna.ugr.es/g/9GWFfZfhaOOwhZyp/4-5%20Space%20and%20ideology.pdf

6 Social discourse. A new paradigm for cultural studies.pdf
https://consigna.ugr.es/g/O9WQ1mkv7rFHrgv3/6%20Social%20discourse.%20A%20new%20paradigm%20for%20cultural%20studies.pdf

7 Social discourse. A new paradigm for cultural studies II.pdf
https://consigna.ugr.es/g/7QyWVMNw9IpvuX09/7%20Social%20discourse.%20A%20new%20paradigm%20for%20cultural%20studies%20II.pdf

8 How to read Bakhtin.pdf
https://consigna.ugr.es/g/VP0pXUZhyv9N7sbU/8%20How%20to%20read%20Bakhtin.pdf

9 Theories and perspectives III.pdf
https://consigna.ugr.es/g/sNDyiGSpTlBZdcUf/9%20Theories%20and%20perspectives%20III.pdf

10 Theories and perspectives IV.pdf
https://consigna.ugr.es/g/XoCGl8U4tp68XyJA/10%20Theories%20and%20perspectives%20IV.pdf

11-12 Lectures sociocritiques. Domaine de la langue espanole.pdf
https://consigna.ugr.es/g/XfaeDxQVhBCMCGzp/11-12%20Lectures%20sociocritiques.%20Domaine%20de%20la%20langue%20espanole.pdf

13 Arguments et debats I.pdf
https://consigna.ugr.es/g/6b55ZP1tSnwRQKaD/13%20Arguments%20et%20debats%20I.pdf

14 Arguments et debats II.pdf
https://consigna.ugr.es/g/cWunXVqvd3PYB01J/14%20Arguments%20et%20debats%20II.pdf

15 Productions textuelles latinoamericaines.pdf
https://consigna.ugr.es/g/RuJ6qz91h5PyTRzw/15%20Productions%20textuelles%20latinoamericaines.pdf

16 De la morphogenese.pdf 16 De la morphogenese.pdf
https://consigna.ugr.es/g/niZA3EwV7Bu82kHJ/16%20De%20la%20morphogenese.pdf

17-18 Formes textuelles et matériau discursif. Rites, mythes et
folklore.pdf
https://consigna.ugr.es/g/pmMeIfNqUR7WvJuQ/17-18%20Formes%20textuelles%20et%20mat%E9riau%20discursif.%20Rites%2C%20mythes%20et%20folklore.pdf

19-20 Histoire et déni de l’Histoire dans l’Espagne contemporaine.pdf
https://consigna.ugr.es/g/1pFHRKBQGCIUZHko/19-20%20Histoire%20et%20d%E9ni%20de%20l%27Histoire%20dans%20l%27Espagne%20contemporaine.pdf

Vol. XI, 1-2 Droit Naturel – Droit de conquete.pdf
https://consigna.ugr.es/g/GgRSdKqTwDxLDVUc/Vol.%20XI%2C%201-2%20Droit%20Naturel%20-%20Droit%20de%20conquete.pdf

Vol. XII, 1-2 Image(s).pdf
https://consigna.ugr.es/g/cBWxCTfqn9lL9w9l/Vol.%20XII%2C%201-2%20Image%28s%29.pdf

Vol. XIII, 1-2. Hacia una historiografía literaria en el noroeste
argentino.pdf
https://consigna.ugr.es/g/YT2Lhelpe9XdWTDc/Vol.%20XIII%2C%201-2.%20Hacia%20una%20historiograf%EDa%20literaria%20en%20el%20noroeste%20argentino.pdf

Vol. XIV, 1. Ideologías literaturológicas y significación.pdf
https://consigna.ugr.es/g/bGcM3PiJJyipHmkj/Vol.%20XIV%2C%201.%20Ideolog%EDas%20literaturol%F3gicas%20y%20significaci%F3n.pdf

Vol. XIV, 2. Culture et discours de subversion.pdf
https://consigna.ugr.es/g/n6WqP1W207CztBaJ/Vol.%20XIV%2C%202.%20Culture%20et%20discours%20de%20subversion.pdf

Vol. XV, 1. Chronotopes. Les espaces du temps..pdf
https://consigna.ugr.es/g/dLWDY3oNKHgr8wok/Vol.%20XV%2C%201.%20Chronotopes.%20Les%20espaces%20du%20temps..pdf

Vol. XV, 2. Image(s) 2.pdf
https://consigna.ugr.es/g/cg2ExXAr4eCf1iDO/Vol.%20XV%2C%202.%20Image%28s%29%202.pdf

Vol. XVI, 1-2. Rosismo y peronismo. Nudos históricos, prácticas
literarias.pdf
https://consigna.ugr.es/g/iBsnAVtPuCDhMqjo/Vol.%20XVI%2C%201-2.%20Rosismo%20y%20peronismo.%20Nudos%20hist%F3ricos%2C%20pr%E1cticas%20literarias.pdf

Vol. XVII, 1-2 Sobre la noción de sujeto cultural.pdf
https://consigna.ugr.es/g/2dutQ96eCEx8NCUY/Vol.%20XVII%2C%201-2%20Sobre%20la%20noci%F3n%20de%20sujeto%20cultural.pdf

Vol. XVIII, 1. Literatura, arte y sociedad. Estudios comparados..pdf
https://consigna.ugr.es/g/vBvoWZ6jtXJGT0m0/Vol.%20XVIII%2C%201.%20Literatura%2C%20arte%20y%20sociedad.%20Estudios%20comparados..pdf

Vol. XVIII, 2 y Vol. XIX, 1 Literatura y sociedad después de la caída
del muro.pdf
https://consigna.ugr.es/g/c9F3nFqdnVLDvp46/Vol.%20XVIII%2C%202%20y%20Vol.%20XIX%2C%201%20Literatura%20y%20sociedad%20despu%E9s%20de%20la%20ca%EDda%20del%20muro.pdf

Vol. XIX 2 y XX 1. Figures de Marie.pdf
https://consigna.ugr.es/g/Mat9ytrrMtLDQPRz/Vol.%20XIX%202%20y%20XX%201.%20Figures%20de%20Marie.pdf

Vol. XX 2. Juan Goytisolo.pdf
https://consigna.ugr.es/g/E9ZbahzeFcLZtkH7/Vol.%20XX%202.%20Juan%20Goytisolo.pdf

XXI,1 (2006).pdf
https://consigna.ugr.es/g/sa92FznQVnUmS7Tz/XXI%2C1%20%282006%29.pdf

Sociocriticism XXI, 2 (2006).pdf
https://consigna.ugr.es/g/tWBdezsiz3jaPZc8/Sociocriticism%20XXI%2C%202%20%282006%29.pdf

Sociocriticism XXII, 1 y 2 ( 2007).pdf
https://consigna.ugr.es/g/PCvCFa5k5kvbwO5n/Sociocriticism%20XXII%2C%201%20y%202%20%28%202007%29.pdf

Sociocriticism, XXIII, 1 y 2 (2008).pdf
https://consigna.ugr.es/g/Ldd5PgBGjnrs6jfc/Sociocriticism%2C%20XXIII%2C%201%20y%202%20%282008%29.pdf

Sociocriticism, XXIV, 1 y 2 (2009).pdf
https://consigna.ugr.es/g/IzJBj7GBFpT2FnmG/Sociocriticism%2C%20XXIV%2C%201%20y%202%20%282009%29.pdf

Sociocriticism, XXV, 1 y 2 (2010).pdf
https://consigna.ugr.es/g/u4Xlj0rBtW3Fqbz1/Sociocriticism%2C%20XXV%2C%201%20y%202%20%282010%29.pdf

Sociocriticism, XXVI 1 y 2 (2011).pdf
https://consigna.ugr.es/g/0MYWKkmEAlQklqOu/Sociocriticism%2C%20XXVI%201%20y%202%20%282011%29.pdf

Sociocriticism, XXVII 1 y 2 ( 2012).pdf
https://consigna.ugr.es/g/PavI2jO3kJk1btoQ/Sociocriticism%2C%20XXVII%201%20y%202%20%28%202012%29.pdf

Sociocriticism, XXVIII 1 y 2 ( 2013).pdf
https://consigna.ugr.es/g/oItJrhYKtOMuvQep/Sociocriticism%2C%20XXVIII%201%20y%202%20%28%202013%29.pdf

 

DR. ANTONIO CHICHARRO CHAMORRO
Catedrático de Teoría de la Literatura y Literatura Comparada de la
Universidad de Granada
http://wdb.ugr.es/~achichar/

Director de la revista Sociocriticism
sociocriticism@ugr.es
http://sociocritica.org/

Appel à communications – “La littérature franco-ontarienne et l’institution littéraire”

Date 26 juillet 2014 |

46th Annual Northeast Modern Language Association Convention

Toronto, Ontario

April 30-May 3, 2015

Hosted by Ryerson University

Session Chair: Kathleen Kellett                                                Proposal ID: 15277

Session Title: La littérature franco-ontarienne et l’institution littéraire

La littérature franco-ontarienne: ses auteurs, ses éditeurs, ses lecteurs

La littérature franco-ontarienne ne cesse de s’épanouir surtout depuis les années 1970. Quels rôles jouent les éditeurs, les revues, les universités, les prix littéraires et la crittique dans son émergence? Comment des auteurs franco-ontariens tels que Daniel Poliquin, Marguerite Andersen, Hédi Bouraoui, Céline Forcier et Michel Ouellette représentent-ils l’écrivain et le milieu littéraire? Ce panel examinera l’institution littéraire et le milieu culturel de l’Ontario français afin de célébrer la richesse de cette littérature minoritaire.

Dans les années 1970, la littérature franco-ontarienne connaît un essor important grâce à l’ébullition culturelle auprès de la ville de Sudbury. Une institution littéraire et culturelle commence à se développer pour soutenir la production artistique de l’Ontario français, notamment avec la création de la Revue du Nouvel Ontario, le Théâtre du Nouvel-Ontario et la maison d’édition Prise de Parole. Avec l’épanouissement de la littérature franco-ontarienne, tout un appareil critique voit le jour avec des revues telles que Liaison, des maisons d’édition telles que Les Éditions David fondées par l’auteure Andrée Christensen, des colloques, des cours de littérature franco-ontarienne. En 1994, « the Trillium Award », créé en 1987, finit par inclure le Prix Trillium, destiné à couronner les meilleurs livres franco-ontariens de l’année. Plusieurs auteurs franco-ontariens traitent du rapport entre l’auteur et l’institution littéraire : que l’on pense à Daniel Poliquin avec son écrivain à gages Calvin Winter dans L’écureuil noir (1994), à Michel Ouellette avec son personnage romancier Pete Tremblay dans Corbeaux en exil (1992) à Marguerite Andersen dont l’autofiction Parallèles (2004) met en scène la Société des écrivain(e)s de Toronto, à Céline Forcier avec son roman satirique La Critique (2012).

Ce panel voudrait célébrer l’émergence de la littérature franco-ontarienne et son institution littéraire en invitant des propositions de communication qui traitent des sujets suivants :

            -l’apport à la littérature franco-ontarienne des maisons d’édition, des revues, des universités, des associations d’auteur, et d’autres manifestations de l’institution littéraire;

            -la représentation de l’écrivain, de l’éditeur, du lecteur et de la critique en littérature franco-ontarienne.

Pour soumettre des propositions de communication (250-300 mots), veuillez vous inscrire directement en accédant au site www.nemla.org. Vous pourrez y soumettre votre proposition de communication pour l’atelier La littérature franco-ontarienne et son institution littéraire (Numéro: 15277) sous la rubrique “French and Francophone literature”.

Appel à propositions – “L’autonomie en questions”

Date 26 juillet 2014 |

Appel à propositions

L’autonomie en questions

Réflexions sur le concept d’autonomie en sociologie de l’art, des intellectuels et de l’expertise

 

Journée d’étude organisée par le réseau thématique 27 (sociologie des intellectuels et de l’expertise : savoir et pouvoir) de l’Association Française de Sociologie, en partenariat avec le Réseau Thématique 14 (sociologie des arts et de la culture)

 

12 février 2014

La notion d’autonomie fait aujourd’hui partie du vocabulaire usuel de la sociologie des biens symboliques, tout particulièrement quand elle prend pour objet les champs intellectuels, artistiques ou scientifiques. Supposant leur caractère relativement différencié, elle est couramment utilisée pour analyser leur processus historique de spécialisation, pour rendre compte de leurs dynamiques propres, et pour appréhender la manière dont leurs membres peuvent s’investir dans d’autres espaces.

 

Dans de nombreux travaux, le concept d’autonomie est tout d’abord utilisé pour rendre compte des processus de différenciation sociale. Issue de différentes traditions théoriques qui prennent la suite des analyses de Durkheim sur la division du travail social et de Weber sur la différenciation des activités sociales, elle juxtapose toutefois des significations multiples qui ne sont pas toujours superposables. La notion d’autonomisation coexiste avec d’autres concepts comme ceux de division du travail social (Durkheim 1893), de différenciation (Weber 1971, Parsons 1949, Luhmann 1982), de désencastrement (Polanyi 1983). En outre, les significations du concept d’autonomie varient en fonction des secteurs et des phénomènes étudiés. La sociologie des sciences tend ainsi à entendre par autonomie le caractère séparé de l’activité scientifique vis-à-vis des autres activités sociales, qu’elle cherche à l’établir ou à l’invalider. En sociologie des professions, c’est généralement le caractère auto-régulé de ces dernières que désigne, souvent dans une perspective normative, la notion d’autonomie. Appliquée aux champs de production symbolique, la sociologie bourdieusienne a davantage mis l’accent sur l’existence de règles et d’un intérêt spécifique, distinct de ceux d’autres espaces sociaux (champ économique, champ politique). Au sein d’un champ, elle distingue aussi le type de reconnaissance dont les agents sont investis, les producteurs les plus autonomes étant reconnus par leurs pairs, en fonction des valeurs spécifiques au champ, plutôt que par les agents d’autres espaces sociaux.

Malgré ou du fait de ces multiples usages, la notion d’autonomie n’a pas inspiré un travail de définition et de réflexivité équivalents à ceux dont ont bénéficié des concepts plus spécifiques à une théorie ou un objet particuliers. D’un point de vue épistémologique, elle se situe ainsi dans un entre-deux entre langage courant et concept à la signification stabilisée.

 

Cette journée d’étude organisée par les réseaux thématiques « sociologie des intellectuels et de l’expertise » (RT 27) et « sociologie des arts et de la culture » (RT 14) de l’Association française de sociologie (AFS) a pour but d’explorer, sur la base d’analyses empiriques, les usages et significations possibles de la notion d’autonomie appliquées à l’étude des champs de production culturelle et scientifique. Caractérisés par des logiques et intérêts spécifiques (l’« art pour l’art », la recherche « fondamentale » etc.) résultant de leur autonomisation vis-à-vis d’autres espaces (le champ religieux, le champ politique et le champ économique) et toujours traversés par des luttes pour la protection ou la subversion de cette autonomie, ces champs sont un objet particulièrement ajusté à cet effort de réflexivité et de conceptualisation. La journée d’étude sera toutefois ouverte aux travaux portant sur d’autres objets permettant de nourrir la réflexion sur la notion d’autonomie (professions, droit, champ politique, journalisme). Les communications devront s’inscrire dans au moins un des axes suivants.

 

Axe 1. Les processus d’autonomisation

 

Le concept d’autonomie est tout d’abord utilisé de manière historique afin de rendre compte du processus de différenciation de champs ou de secteurs spécifiques du monde social. Un premier ensemble de communications pourront s’intéresser à cet usage et aux questions qu’il soulève.

 

Les concepts de division du travail social, de différenciation, de désencastrement et d’autonomie désignent-ils des processus semblables et comment peuvent-ils être articulés ? Une histoire sociale de ces concepts serait bienvenue. Doit-on distinguer différents processus d’autonomisation, comme par exemple l’autonomisation d’un champ, d’un groupe professionnel, d’un système,  d’un monde (Becker 1982) ou d’un réseau ?

 

Pourquoi et comment comparer les processus d’autonomisation de différents champs ? Comment spécifier le degré d’autonomie d’un champ, celle-ci étant généralement supposée « relative » ? Plusieurs critères traditionnels peuvent, dans cette perspective, être envisagés. On pourra par exemple s’intéresser aux barrières à l’entrée dont les entrants doivent s’acquitter afin d’intégrer un champ particulier (Mauger 2006). Les communications pourront de même s’attacher à décrire le travail de « réfraction » que, selon son degré d’autonomie, un champ impose aux demandes, oppositions ou représentations extérieures, notamment religieuses ou politiques. Les sanctions qu’encourent les agents les moins autonomes au sein d’un champ culturel ou scientifique peuvent offrir une autre mesure de ce degré d’autonomie. Ces exemples ne sont bien sûr pas limitatifs et d’autres dimensions pourront être envisagées, comme le rôle de stratégies familiales d’alliance et de reproduction, ou de la recherche d’un entre soi, dans une discussion des logiques de corps et de champ (Bourdieu 1985). On pourra symétriquement s’intéresser aux problèmes théoriques ou méthodologiques que posent les champs ou espaces faiblement autonomes, comme le « champ faible » de l’Europe du droit (Vauchez 2008), le champ des économistes (Lebaron 1997) ou le champ littéraire avant le XIXe siècle (Viala 1985) ?

 

Quelles sont les conditions politiques et économiques de l’autonomie d’un champ ? On pourra s’interroger sur le rôle des Etats dans la protection ou la subversion de l’autonomie de différents champs. Si conquête de l’autonomie et soumission aux logiques marchandes apparaissent souvent comme des logiques contradictoires, plusieurs exemples historiques témoignent que cette opposition n’est pas systématique. Par exemple, selon Pierre Bourdieu, l’autonomisation d’un champ littéraire a initialement été rendue possible par le développement d’un marché du livre permettant de vivre de sa plume (1993). Les communications pourront par conséquent s’intéresser aux différentes formes de demandes ou contraintes externes auxquelles font face les producteurs (marchande, étatique, religieuse, politique, etc.) et la manière dont ils peuvent en user, par exemple en les faisant jouer les unes contre les autres. On pourra de même se demander si la représentation, élaborée à partir des exemples artistiques et littéraires, des champs de production culturels et scientifiques comme des champs économiques inversés vaut de la même manière pour les sciences physiques et naturelles (dont les avancées nécessitent souvent un apport financier extérieur particulièrement conséquent) et pour les sciences humaines et sociales, peut-être moins dépendantes au niveau de leur financement mais investies d’une autorité plus faible et opposant par conséquent moins de barrières aux intrusions ou contestations extérieures. Des études comparatives entre des pays, comme la France, où le financement de la recherche fondamentale a historiquement essentiellement été le fait de l’État, et des pays comme les Etats-Unis et le Royaume-Uni ou les fondations et associations ont parfois joué un rôle prépondérant sont de ce point de vue les bienvenues.

 

Les processus d’autonomisation ont souvent été étudiés à l’échelle de l’État-nation. Les travaux consacrés à l’européanisation ou à la globalisation ont toutefois également étudié ces logiques à l’échelle transnationale. On pourra se demander sous quelles conditions la notion d’autonomie peut être employée hors du cadre national ou pour décrire l’émergence d’espaces transnationaux ou internationaux (Sapiro 2013) ?

 

Axe 2. Autonomie, hétéronomie et position sociale

 

Les notions d’autonomie et d’hétéronomie sont également employées pour décrire la structure interne à chaque champ et permettent ainsi, en les croisant avec d’autres dimensions, de situer les agents. Elles servent à caractériser des agents, groupes, institutions et logiques dont l’opposition participe de la dynamique d’un champ. Cette opposition s’observe-t-elle dans tous les champs ou est-elle spécifique aux champs culturels et scientifiques ?

 

Comment l’opposition entre les pôles autonomes et hétéronomes des champs s’articule-t-elle avec d’autres principes de différenciation des champs et enjeux de luttes entre agents ? Selon les secteurs considérés, on pourra par exemple s’intéresser à la manière dont cette opposition s’articule avec les concurrences entre disciplines, écoles, genres artistiques, ou traditions nationales. On pourra également observer comment l’opposition entre pôles autonome et hétéronome pèse sur les circulations et les carrières au sein du champ. Sous ce dernier angle, les communications pourront par exemple s’attacher à des cas de conversion d’une reconnaissance spécifique en reconnaissance externe, comme celle que rend par exemple possible l’obtention d’un prix Nobel. On pourra de même tenter d’identifier les obstacles spécifiques auxquels peut se trouver confronté un agent à la reconnaissance essentiellement hétéronome et qui chercheraient à gagner les positions les plus autonomes, cas qu’illustre par exemple la trajectoire de François Mauriac analysée par Gisèle Sapiro (1996).

 

L’autonomie d’un agent ou d’un groupe peut-être définie de différentes manières. Dans le cas des champs de production culturelle ou scientifique, on évoque généralement la reconnaissance par les pairs, les agents ou institutions symboliquement dominants, comme les critiques, le respect des valeurs de désintéressement et des logiques autonomes du champ, ainsi que l’indépendance par rapport aux demandes politiques, religieuses, aux marchés et aux médias. Les communications pourront s’attacher à l’analyse des indicateurs, notamment statistiques, permettant de mesurer ces différentes formes d’autonomie, en se montrant attentifs au fait que les significations de ces indicateurs ne sont pas toujours univoques. L’autonomie est-elle toujours synonyme de domination symbolique ? A contrario, les agents ou groupes hétéronomes sont-ils toujours dominés symboliquement ?

 

On pourra de plus se demander si ces différentes formes d’autonomie vont toujours de pair. Quelles formes spécifiques peuvent-elles prendre selon les champs ? Par exemple, la reconnaissance par les pairs a-t-elle la même importance et se manifeste-t-elle indifféremment dans tous les champs de production culturelle ? On peut en outre penser que la détermination même des pairs pertinents constitue elle-même un objet de luttes et s’appliquer à décrire celles-ci.

 

Les communications pourront enfin s’interroger sur les conditions sociales des pratiques les plus autonomes. Cette question pourra être abordée du point de vue des dispositions - des agents sont-ils prédisposés à l’adoption des logiques les plus pures ou désintéressées, et en vertu de quelles expériences socialisatrices ? Elle pourra également être posée en termes économiques en s’interrogeant sur les relations entre indépendance financière et autonomie. Comme le fait remarquer Pierre Bourdieu dans les Règles de l’art (p. 125), l’indépendance financière que peuvent garantir la rente ou un statut professionnel protecteur peuvent sans doute favoriser des logiques plus autonomes mais elles n’en constituent ni une condition suffisante, ni une condition nécessaire comme le montre les différentes formes de bohème artistique ou intellectuelle. On pourra dans cette perspective se demander si les pratiques économiques (dons, bénévolat, coopérations, politiques éditoriales etc.) qui prévalent dans les segments réputés les plus autonomes se distinguent de celles qui caractérisent les autres pôles des champs de productions culturels et symboliques.

 

 

 

 

Axe 3. Autonomie, engagement et normativité

 

La notion d’autonomie est enfin couramment employée pour expliquer les choix et formes d’engagement des artistes, intellectuels, scientifiques ou experts en dehors de leur espace professionnel immédiat. L’hypothèse est alors que selon qu’ils se situent aux pôles autonomes ou hétéronomes des champs, agents et institutions tendent à prendre position de manière antagoniste dans les débats intellectuels et politiques, et à répondre différemment aux sollicitations externes, notamment celles pouvant émaner de groupes politiques. En quoi, et en lien avec quels autres processus (les transformations du champ politique ou de l’espace social, l’évolution du public auquel s’adresse le champ de production etc.), les contraintes et incitations s’exerçant aux différents pôles considérés peuvent-elles favoriser certaines formes d’engagement et en décourager d’autres ? Différents modèles d’engagement pourront être envisagés : intellectuel critique ou organique, intellectuel collectif ou intellectuel de parti, intellectuel spécifique ou expert etc. A partir des études de cas présentées, on se demandera dans quelle mesure ces différentes modalités d’intervention peuvent être rapportées à des positions plus ou moins autonomes. Dans quelle mesure peut-on à l’inverse endosser plusieurs de ces modèles depuis une même position ? On pourra plus largement décrire les injonctions contradictoires auxquelles les intellectuels engagés peuvent se trouver soumis.

 

La notion d’homologie structurale sert à expliquer les alliances objectives et coopérations entre agents occupant les positions autonomes (ou hétéronomes) de différents champs, ou entre ces agents et certaines régions de l’espace social. Peut-on observer à l’inverse des convergences d’intérêts ou de revendications entre les pôles autonomes et hétéronomes de différents champs et comment les expliquer ? Dans quelles configurations observe-t-on des collusions objectives d’intérêt entre les positions les plus autonomes des champs culturels et les régions dominées de l’espace social ?

 

Quels sont les usages normatifs de la notion d’autonomie, dans la recherche et dans les champs intellectuel et politique ? Comment la notion d’autonomie est-elle employée par les chercheurs afin de justifier ou dénoncer le mode de fonctionnement d’un champ et ses rapports de force ? Dans quelle mesure associe-t-on les positions autonomes des champs de production culturelle avec une plus grande « autonomie » (au sens de liberté) des agents ? Les concepts de champ et de profession pouvant désigner des objets équivalents empiriquement, les positions les plus autonomes au sein d’un champ coïncident-elles ou non avec celles occupées par les défenseurs les plus engagés dans l’autonomie de  la profession ?

 

Références

 

Becker Howard S., Les mondes de l’art [1982], Paris, Flammarion, 2006.

 

Bourdieu Pierre, « Effet de champ et effet de corps », Actes de la recherche en sciences sociales, n°59, 1985, p. 73

 

Bourdieu Pierre, Les règles de l’art [1993], Paris, Seuil, 1998.

 

Durkheim Emile, De la division du travail social [1893], Paris, PUF, 2007

 

Lebaron Frédéric, « La dénégation du pouvoir. Le champ des économistes français au milieu des années 1990. », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 119, no 1, 1997, p. 3‑26.

 

Luhmann Niklas, The Differentiation of Society, s.l., Columbia University Press, 1982

 

Mauger Gérard (dir.), L’accès à la vie d’artiste : Sélection et consécration artistiques, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2006

 

Parsons Talcott, The structure of social action; a study in social theory with special reference to a group of recent European writers, New York, Free Press, 1949

 

Polanyi Karl, La Grande transformation: Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983

 

Sapiro Gisèle, « Salut littéraire et littérature du salut. Deux trajectoires de romanciers catholiques : François Mauriac et Henry Bordeaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 111, 1996, p. 36‑58.

 

Sapiro Gisèle, « Le champ est-il national ? », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 200, 2013, p. 70‑85.

 

Vauchez Antoine, « The Force of a Weak Field: Law and Lawyers in the Government of the European Union (For a Renewed Research Agenda) »,International Political Sociology, 2008, vol. 2, no 2, p. 128‑144.

 

Viala Alain, Naissance de l’écrivain, Paris, Les Editions de Minuit, 1985

 

Weber Max, Économie et société, Paris, Plon, 1971

 

 

Les communications devront s’appuyer sur une recherche empirique. Les propositions de communications, de 3 000 à 6 000 signes (notes et bibliographie incluses), doivent être envoyées d’ici le 31 octobre 2014 à l’adresse socio.intellectuels@gmail.comLe résultat de la sélection sera communiqué au plus tard le 30 novembre 2014. Le texte de la communication, de 20 000 signes, devra être envoyé le 28 janvier 2015 au plus tard.

 

La journée se tiendra à l’UPS Pouchet, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

 

Comité scientifique : Boris Attencourt (CESSP), Annabelle Boissier (LAMES), Thibault Boncourt (EUI), Frédéric Chateigner (CITERES-CoST), Corinne Delmas (CERAPS), Thomas Depecker (ALISS) Mathieu Hauchecorne (CRESSPA-Labtop), Emmanuel Henry (IRISSO), Odile Henry (CRESSPA-Labtop), Laurent Jeanpierre (CRESSPA-Labtop), Jérôme Pacouret (CESSP), Marie Sonnette (CERLIS), Arnault Skornicki (ISP), Séverine Sofio (CRESSPA-CSU), Adrien Thibault (SAGE)

A lire sur le site des ressources Socius – Erich Köhler, “Principes historico-sociologiques et science littéraire”

Date 26 juillet 2014 |

Nouvelle réédition sur le site des ressources Socius :

Erich Köhler, “Principes historico-sociologiques et science littéraire” (1973-1974).

Le grand romaniste allemande Erich Köhler, surtout connu dans le monde francophone pour son livre L’Aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois (1956, traduit en 1974), tire ici les enseignements théoriques de ses recherches sur les genres. Pour mieux établir la sociologie de la littérature comme méthode des études littéraires, il plaide pour une prise en considération de la multiplicité des médiations, tant aux niveaux de l’individu créateur et du groupe social que de l’histoire des formes littéraires.

 

Poste de chercheur doctorant (ou postdoctorant) – KU Leuven (Unité de recherche “Littérature et culture”)

Date 26 juillet 2014 |

Poste de chercheur doctorant (ou postdoctorant) – KU Leuven (Unité de recherche “Littérature et culture”)

 

A Comparative Study of American and French Handbooks for Creative Writing

(Ref. BAP-2014-325)

 

Occupation : Full-time

Period : Fixed-term contract

Place : Leuven

Apply no later than : August 01, 2014

 

More info: http://icts.kuleuven.be/apps/jobsite/vacatures/53001554?lang=en

 

For the research group literature and culture, KU Leuven, we are looking for a pre-doctoral (possibly also a post-doctoral) researcher for A Comparative Study of American and French Handbooks for Creative Writing

 

Researcher within the research unit literature and culture in collaboration with colleagues working within the interuniversity attraction pole Literature and Media Innovation (LMI)

 

Project

The core corpus that we intend to study focuses on French and Anglo-Saxon handbooks for writing narrative prose in the first decade of the 21st century.

  •  A first set of questions concerns the construction and legitimization of the writing practice. How is storytelling defined and constructed? Which strong constraints are formulated (and hierarchically ordered), and which options remain open for would-be writers? These constraints on literary texts can be regarded as a normative narratology or normative poetics. The project will examine how the proposed models implicitly and explicitly position themselves vis-à-vis narratological theories on the one hand and examples of good practice on the other hand.
  • The project will look at different conceptions of the author as well as the reader. Which (established)examples are presented and how are they analyzed? How is the activity of writing related to the practice of reading? How do different constructions of the author in the book – the canonical examples, the published and commercially successful author that is the goal of the handbook and finally the self-representation of the author to the handbook - interact and contradict each other? Conversely, how is the reader constructed through the use of for instance intertextual references and discursive elements like the use of imperatives, summaries and exercises? How do different reader-constructions, e.g. the analytic reader and the reader-aspiring author interact?
  • We will investigate the institutional forces and constraints in the broad sense of the term. Most handbooks not only focus on textual features, but also on getting published. They pay much attention, already in their title, to preparing and finishing an optimal manuscript, presenting it to a publisher or producer and turning it into a commercial success. This entails a specific conception of the literary system in which the text functions. We will look into the cultural and institutional contexts that are being constructed within the handbooks and at how these texts negotiate the relation between professional and amateur or aspiring writers

 

Profile

  • Requirement 1: Master in Language and literature, Western Literatures, Cultural Studies or equivalent degree with good study results
  • Requirement 2: Very good knowledge of narratology or (literary) sociology or semiotics
  • Requirement 3: Creative researcher who can work both independently or in group
  • Requirement 4: Very good knowledge of French and English

 

Offer

  • Offer 1: obtaining a PhD
  • Offer 2: dynamic research environment and realizing of scientific publications, both individually and with a team
  • Offer 3: international working environment

Interested?

More information can be obtained with prof. dr. Anneleen Masschelein, mail: anneleen.masschelein@arts.kuleuven.be (until 11/7/2014), prof. dr. Dirk De Geest, mail: dirk.degeest@arts.kuleuven.be or dr. Heidi Peeters, mail: anneleen.masschelein@arts.kuleuven.be (from 22/7/2014).
Candidates are strongly encouraged to get acquainted with at least one (preferably French) handbook for creative writing in preparation of the application.

 

You can apply for this job no later than August 01, 2014 via the online application tool. More info: http://icts.kuleuven.be/apps/jobsite/vacatures/53001554?lang=en

 

Call for Papers – “Problematic Professionalism in Eighteenth-century Authorship”

Date 10 juillet 2014 |

Call for Papers for a Special Issue of “Authorship” :

“Between Geniuses and Brain-Suckers: Problematic Professionalism in Eighteenth-century Authorship”

Guest Editor: Sören Hammerschmidt

This special issue seeks to explore the evolution of authorship across the long eighteenth century. The gradual development of a remunerative literary marketplace – driven by an expanding, economically viable periodical press as well as by authors’ greater abilities to leverage new copyright regimes – led to a process of professionalization that was fundamentally at odds with the traditional ideal of leisured authorship. The eighteenth-century economic realities of professional writers shaped competing conceptions of literary authorship. The stereotypes of the suffering Grub Street hack and of the Romantic genius represent two extremes, but situated and often alternating between these poles, a host of options presented themselves to those who would earn their living by writing.

Some of the topics which “Between Geniuses and Brain-Suckers: Problematic Professionalism in Eighteenth-century Authorship” aims to investigate include, but are not limited to:

- Authorship and the eighteenth-century marketplace; authors and patrons; authors in networks; authorship and intellectual property.

- Eighteenth-century authorship across and within diverse languages, literatures, and geographical locations: colonial, transatlantic, transnational, translated, polyglot.

- Niche authors: dramatists, memoirist(e)s, novelists, poets, journalists, critics, satirists; authors as entertainers, public intellectuals, moralists.

- Gender and eighteenth-century authorship: interrogating putative “feminine” and “masculine” models of writing, self-fashioning, and getting published.

- The growth of the professional author in the eighteenth century: the hack and the pamphleteer; the gentle author; the anonymous author; rogue and radical authors.

- The impact of the new periodical press on (self-)constructions of authors and authorship.

Please send inquiries, expressions of interest, and submissions to the editors at authorshipjournal@gmail.com.

Finished submissions will be due 30 October 2014, and will be double-blind peer reviewed in accordance with journal policy; the issue itself will be published in the spring of 2015. For author guidelines, see www.authorship.ugent.be/about/submissions#authorGuidelines.

About _Authorship_:

The online peer-reviewed, open access journal _Authorship_ was launched in November 2011 and appears twice a year. It aims to offer a venue in which to describe diverse historical and discursive settings of authorship, and to grapple with the complex issues of authorial authority, independence or interdependence, and self-fashioning. The Romantic or New Critical concept of the solitary genius or auteur (if indeed such an entity ever existed at all) has for decades now been the subject of intense critical scrutiny and revision; as a result, what the general public might once have thought of as authorial agency is now submerged in an elaborate tissue of critical feedback, textual instability, editorial intervention, and accidents of publishing, branding, and spin. And yet the Author persists, as a nomenclature, as a catalogue entry, as a biographical entity, as a popular icon, and as an assumed agent of creativity and innovation. In analyzing cultural formations of ‘authoriality’ as they developed historically, over a long period of time and in a variety of geographical locations, in relation to cultural networks and social change, to transformations of the media, as well as to changing perceptions of gender and personhood, _Authorship_ hopes to foster a more refined and precise theoretical and historical understanding of the complex ideological, technological and social processes that transform a writer into an author.

For general issues, we welcome articles on the cultural performance of authorship in any contemporary or historical literary milieu. Submissions are double-blind peer reviewed and if accepted receive careful editorial attention. We try to accommodate all languages, and can handle submissions in Dutch, English, French, German, modern Greek, Italian, Portuguese, Spanish, and Scandinavian languages. If you have a submission for us in another language, please do contact us, so we may evaluate our ability to process it. For more information, please visit http://www.authorship.ugent.be/.

ISSN: 2034-4643

Poste de chercheur doctorant (ou postdoctorant) – KU Leuven

Date 10 juillet 2014 |

Poste de chercheur doctorant (ou postdoctorant) – KU Leuven (Unité de recherche “Littérature et culture”)

 

A Comparative Study of American and French Handbooks for Creative Writing

(Ref. BAP-2014-325)

 

Occupation : Full-time

Period : Fixed-term contract

Place : Leuven

Apply no later than : August 01, 2014

 

More info: http://icts.kuleuven.be/apps/jobsite/vacatures/53001554?lang=en

 

For the research group literature and culture, KU Leuven, we are looking for a pre-doctoral (possibly also a post-doctoral) researcher for A Comparative Study of American and French Handbooks for Creative Writing

 

Researcher within the research unit literature and culture in collaboration with colleagues working within the interuniversity attraction pole Literature and Media Innovation (LMI)

 

Project

The core corpus that we intend to study focuses on French and Anglo-Saxon handbooks for writing narrative prose in the first decade of the 21st century.

  •  A first set of questions concerns the construction and legitimization of the writing practice. How is storytelling defined and constructed? Which strong constraints are formulated (and hierarchically ordered), and which options remain open for would-be writers? These constraints on literary texts can be regarded as a normative narratology or normative poetics. The project will examine how the proposed models implicitly and explicitly position themselves vis-à-vis narratological theories on the one hand and examples of good practice on the other hand.
  • The project will look at different conceptions of the author as well as the reader. Which (established)examples are presented and how are they analyzed? How is the activity of writing related to the practice of reading? How do different constructions of the author in the book – the canonical examples, the published and commercially successful author that is the goal of the handbook and finally the self-representation of the author to the handbook - interact and contradict each other? Conversely, how is the reader constructed through the use of for instance intertextual references and discursive elements like the use of imperatives, summaries and exercises? How do different reader-constructions, e.g. the analytic reader and the reader-aspiring author interact?
  • We will investigate the institutional forces and constraints in the broad sense of the term. Most handbooks not only focus on textual features, but also on getting published. They pay much attention, already in their title, to preparing and finishing an optimal manuscript, presenting it to a publisher or producer and turning it into a commercial success. This entails a specific conception of the literary system in which the text functions. We will look into the cultural and institutional contexts that are being constructed within the handbooks and at how these texts negotiate the relation between professional and amateur or aspiring writers

 

Profile

  • Requirement 1: Master in Language and literature, Western Literatures, Cultural Studies or equivalent degree with good study results
  • Requirement 2: Very good knowledge of narratology or (literary) sociology or semiotics
  • Requirement 3: Creative researcher who can work both independently or in group
  • Requirement 4: Very good knowledge of French and English

 

Offer

  • Offer 1: obtaining a PhD
  • Offer 2: dynamic research environment and realizing of scientific publications, both individually and with a team
  • Offer 3: international working environment

Interested?

More information can be obtained with prof. dr. Anneleen Masschelein, mail: anneleen.masschelein@arts.kuleuven.be (until 11/7/2014), prof. dr. Dirk De Geest, mail: dirk.degeest@arts.kuleuven.be or dr. Heidi Peeters, mail: anneleen.masschelein@arts.kuleuven.be (from 22/7/2014).
Candidates are strongly encouraged to get acquainted with at least one (preferably French) handbook for creative writing in preparation of the application.

 

You can apply for this job no later than August 01, 2014 via the online application tool. More info: http://icts.kuleuven.be/apps/jobsite/vacatures/53001554?lang=en

 

 

Appel à communications – “Image(s), imaginaire(s) et réalité(s) de la bibliothèque”

Date 7 juillet 2014 |

Voir la pièce jointe :

Appel à communication-Image(s), imaginaire(s) et réalité(s) de la bibliothèque


Carnets de recherche