Appel à contribution – « Le pouvoir des liens faibles »

APPEL A CONTRIBUTION

Colloque de Cerisy jeudi 28 septembre (19h) – lundi 2 octobre 2017 (18h)

« Le pouvoir des liens faibles », Alexandre Gefen et Sandra Laugier

La thèse centrale de l’article désormais classique de Mark Granovetter, « La force des liens faibles » (1973) tient à l’opposition entre des « liens forts » (amitié, famille, mariage) et des liens sociaux, à faible charge affective ou officielle, quoique essentiels dans le fonctionnement des structures relationnelles.

Écartés de la théorie de l’art, de l’éthique comme des philosophies traditionnelles du sujet, ces liens faibles sont pourtant au cœur des formes contemporaines d’attachement et d’attention : dans l’espace démocratique du commun réouvert par le champ numérique des réseaux sociaux, dans la sphère de la vie culturelle, dans les formes de présence à l’autre (visages, objets, musiques, personnages, improvisations « d’un soir »). Lieux et situations ordinaires mais irremplaçables dans leurs singularités, ils déterminent notre relation aux autres, nos engagements quotidiens comme le flux de nos identités et les inflexions de nos vies – et ce tout autant que les passions de l’âme, les attachements de longue durée, les identifications directes et les affects massifs.

Le concept est opératoire du côté de l’anthropologie (Victor W. Turner suggérait de repenser ce qu’il nommait le « pouvoir des faibles ») comme de la politique (lorsqu’elle s’intéresse aux liens sociaux dans l’espace public ou au souci des autres lointains), du côté de l’écologie (si l’on essaie de penser notre lien à l’environnement ou aux animaux), du côté des arts et de la fiction (si l’on pense à l’attachement aux objets et personnages). Il offre des outils nouveaux pour analyser notre relation de projection ou d’affection envers des modèles originaux, et convient à merveille pour décrire bien des aspects et rapports de la vie numérique contemporaine.

Les propositions de contributions (30 lignes accompagnées d’une bio-bibliographie de 5 lignes) sont à faire parvenir à Alexandre Gefen (alexandre.gefen@paris-sorbonne.fr) et Sandra Laugier (sandra.laugier@gmail.com) d’ici le 30 décembre 2016 impérativement.

Parution – « Genres et enjeux de légitimation »

Parution

À l’épreuve, n°3, 2016
http://alepreuve.com/

Genres et enjeux de légitimation

Comité de rédaction : Audrey Garcia et Filippos Katsanos

Produits culturels, modèles génériques : fusion ou friction ?

David Laporte (Université du Québec à Trois-Rivières), Du genre à la généricité. Prolégomènes à une poétique du roman de la route québécois

Isabelle-Rachel Casta (T&C, Université d’Artois), « Sale comme une image » : couvertures, généricité et sexuation par les choix iconiques ?

Martin Côme (Université Paris-Sorbonne), Contre ou au-delà du roman graphique ? La bande dessinée contemporaine face à ses délimitations

Florent Christol (RIRRA 21, Université Paul-Valéry), Her Body, Himself de Carol Clover et la figure de la Final Girl : une généalogie contestable

Sylvie Lorenzo (Université de Limoges), Obsolescence de genres classiques et émergence de nouveaux genres populaires en contexte de participatory culture ?

De l’usage des genres : auteurs, critiques, éditeurs et bibliothèques

Justine Pédeflous (CRIMIC, Université Paris-Sorbonne), Le paratexte dans les contes fantastiques espagnols du XIXe siècle : autojustification et mises à distance d’un genre décrié

Marion Brun (CELLF 19e-20e, Paris IV), Marcel Pagnol et la légitimation du genre scénaristique : vers une nouvelle forme de pièce de théâtre

Violaine Beyron, Introduction et enjeux de la littérature pour jeunes adultes dans le paysage éditorial français

Fabienne Soldini (Aix Marseille Univ, CNRS, LAMES, Aix-en-Provence), Du genre comme principe légitimant : romans policiers et critiques littéraires

Cécile Rabot (CESSP, Université Paris Nanterre), Le roman policier en bibliothèque : institutionnalisation et légitimation d’un genre littéraire

Évolutions des genres dans l’Histoire de l’Art

Élodie Cayuela (CRISES, Université Paul Valéry), Le portrait dans la France des Lumières : entre dénonciation et légitimation d’un genre pictural

Loreline Pelletier (IRHiS, Lille 3), Genres et sous-genres picturaux en France du temps de l’Académie royale de Peinture : le cas de la peinture animalière

Perrine Vigroux (CRISES, Université Paul-Valéry), Réinventer la peinture d’histoire au XVIIIe siècle et la stratégie des femmes pour légitimer leur place dans l’Art

Actes de la journée doctorale  « Work in Progress »

Karin Wackers-Espinoza (Rirra21, Université Paul-Valéry), L’espace exalté dans le théâtre urbain d’Ernest Pignon-Ernest

Mathilde Marcel (Rirra21, Université Paul-Valéry), Écrire pour la rue

Fabien Meynier (Rirra21, Université Paul-Valéry), Pratiques et représentations du lieu dans La Prisonnière du désert de John Ford

Parution – « De l’émergence à la canonisation »

Parution
COnTEXTES, n° 17, 2016.
http://contextes.revues.org/6189

De l’émergence à la canonisation

Sous la direction de Björn-Olav Dozo et Laurence Ellena

Parution – « Démocratie et littérature »

Communications, n° 99. Démocratie et littérature
Expériences quotidiennes, espaces publics, régimes politiques

Depuis quelques années, les réflexions en cours sur la démocratie permettent de poser autrement la question du rapport entre littérature et politique, dans un contexte qui n’est plus celui de la dichotomie engagement-autonomie. Il s’agit plutôt d’analyser le rôle de la littérature dans la construction sociale de l’expérience quotidienne, de l’institutionnalisation d’un ou de multiples espaces publics et du partage de normes disputées dans le cadre de régimes politiques eux-mêmes divers.

Ce numéro de Communications explore la question à partir des relations entre littérature, démocratie et espaces publics aujourd’hui. Il regroupe un ensemble de contributions qui s’attachent à autant de cas différents – France, Afrique du Sud (J. M. Coetzee), Algérie, Chine (Yan Lianke, Mo Yan), Égypte (les slogans de la révolution égyptienne), Espagne, Irlande (Joyce), Italie (groupe Wu Ming) – permettant ainsi de comparer et de traiter des littératures de pays où la démocratie est soit une réalité ancienne ou récente soit une idée incertaine.

Numéro dirigé par Philippe Roussin et Sebastian Veg

Date de parution 03/11/2016
16.00 € TTC
224 pages
EAN 9782021295665

Appel à contribution – « Que nous disent les best-sellers ? »

Appel à contribution

Que nous disent les best-sellers ?

Colloque de Cerisy — du 21 au 28 juillet 2018

Sous la direction d’Olivier Bessard-Banquy, Sylvie Ducas et Alexandre Gefen

Rien n’est plus mystérieux qu’un best-seller. Car si certains semblent fabriqués à partir de recettes qui ne peuvent mener qu’au succès, combien d’autres livres issus du même moule passent complètement inaperçus tandis que des ouvrages parfois difficiles reçoivent un succès inattendus ? Quel point commun peut-on trouver au Capital, à Charles Dickens ou Harry Potter en passant par Le Petit Prince, Belle du seigneur, sans oublier Pigault-Lebrun ou Maurice Dekobra ? Y a-t-il des raisons objectives permettant de comprendre que ces livres aient rencontré le succès ? Et comment passer d’un succès modeste au livre qui met le feu en librairie ? Y a-t-il eu des artisans qui ont su être des faiseurs de rois des têtes de gondoles ? Quelle part revient à l’auteur dans cette réussite ? Et à l’éditeur ? Et à l’air du temps ?

Au-delà d’une simple recension des livres qui se sont très bien vendus depuis le XIXe siècle, que nous disent les best-sellers sur la littérature, sa définition, ses valeurs ? Est-ce une catégorie historique dont on peut relater l’invention ? Peut-on, comme le propose un ouvrage récent de Jodie Archer et Matthew L. Jockers, en décrypter les règles ? Nous racontent-ils une histoire d’un horizon de réception, celui du « grand public », voire une histoire de la lecture ? Peut-on de Walter Scott ou Balzac aux Fifty Shades of Grey bâtir une histoire des lectures, une histoire de la culture commune au plus grand nombre, bâtie, assise sur les best-sellers ? Sont-ils forcément mauvais ?

 

Autour de ces questions, et dans la prolongement du numéro spécial de la revue Fixxion sur les mêmes sujets, pour intervenir et en discuter, se retrouveront à l’été 2018 gens du livre, analystes littéraires, historiens, sociologues, etc. Quelques questions importantes sont à traiter en priorité :

1. Qu’est-ce qu’un best-seller ? Au-delà de combien d’exemplaires un succès devient-il un best-seller ? D’où vient le terme ? Quand la chose a-t-elle été inventée ? Peut-on dire de La Bible et d’Amadis de Gaule qu’ils ont été des best-sellers ? La courbe des ventes des best-sellers n’a-t-elle fait que croître depuis les débuts de l’édition industrielle ?

2. Après la Seconde Guerre, est-ce le temps des impérialismes ? Le best-seller, comme son nom l’indique, est-il de plus en plus d’origine anglo-saxonne ? Dernière période de grand triomphe du livre avant que l’audiovisuel ne devienne dominant, les Trente Glorieuses sont-elles le moment de règne des francs succès comme Papillon ? Les méthodes de lancement des livres ont-elles changé ? Ou bien les best-sellers sont-ils eux-mêmes dépassés par leurs propres succès imprévisibles ?

3. L’époque postmoderne est-elle celle des méga-best-sellers mondiaux comme les Fifty Shades of Grey ? L’évolution inéluctable du livre donne-t-elle de plus en plus de titres confidentiels noyés sous le triomphe d’un ou deux gros vendeurs de livres ? Le rythme effréné des livres en boutiques, l’offre pléthorique qui terrifie les lecteurs incapables de se décider ou de choisir favorisent-ils le succès annoncé des livres dont tout le monde parle ?

4. Le succès est-il forcément public ? Le livre pour tous repose-t-il mécaniquement sur le moins disant culturel ? En d’autres termes, le livre pointu qui rencontre les faveurs du public ne le peut-il qu’à la faveur d’un malentendu, voire d’une erreur ? Le best-seller est-il l’envers ou le contraire de la grande littérature ?

5. Quid justement des best-sellers de la grande littérature ? Des chefs-d’œuvre du panthéon mondial quels sont ceux qui ont connu d’entrée de jeu de francs succès et qui ont combiné réussite sur le plan de l’écriture et de la vente ?

6. Quid des blockbusters d’aujourd’hui ? Que doivent-ils aux logiques transmédiatiques au cœur des industries culturelles ?

7. Le rôle de la prescription et de la médiation (et ses nouveaux espaces numériques) dans la mise sur orbite des best-sellers.

8. Le best-seller est-il toujours une fable narrative, un roman, et dans quel(s) genre(s) prospère-t-il (sentimental, policier…) ?

 

D’autres propositions peuvent être formulées pour autant qu’elles rejoignent l’ensemble des grandes questions soulevées et ne soient pas équivalentes à des propositions d’analyse de détail de peu de portée ni à des approches monographiques. Les propositions, d’environ 500 mots, doivent être adressées aux organisateurs avant le 28 février 2017, assorties d’une présentation du contributeur potentiel. Les réponses seront adressées le 31 mars 2017.

 

Olivier Bessard-Banquy, olivier.bessard-banquy@u-bordeaux-montaigne.fr

Sylvie Ducas, sylvie.ducas@u-paris10.fr

Alexandre Gefen, gefen@fabula.org

Appel à contribution colloque Identity Studies

Voici un appel à contribution (en anglais uniquement).

3rd International Conference on Identity Studies

by Martina Topic

Your network editor has reposted this from H-Announce. The byline reflects the original authorship.

Type:
Call for Papers
Date:
July 22, 2017 to July 23, 2017
Location:
United Kingdom
Subject Fields:
Nationalism History / Studies, Political Science, Sexuality Studies, Sociology

Venue: Queens Hotel, City Square, LS1 1PJ, Leeds, United Kingdom

RATIONALE

Identities are various: personal, national, religious, regional, racial, gender etc., and it is very difficult to determine which identity is affecting us most. For example, during the presidential race for a nomination in the Democratic party in the United States between Barack Obama and Hillary Clinton (2007), black women wondered which of the two identities represented them most: their racial or their gender identity only to opt for the ratial identity. In the presidential race between Donald Trump and Hillary Clinton in 2015 and 2016, gender again had a prominent role and while many women opted for their gender identity and voted for Clinton, other women disregarded their identity and voted for Trump despite the fact he has expressed negative views of women and their equal rights.

On the other hand, national identity bears huge relevance and people are willing to die for their nations. Religious identity is as important as ever, and people are willing to sacrifice their own comforts and sometimes even to discriminate against others because of their religious identities. European identity had been an issue of debate since the foundation of the EU when founders envisaged European unification based on a particular set of values shared among founders and prospective future members. These values have recently been challenged with British referendum on the EU where 52% of those who voted, opted to leave the EU. While many voted against membership in the EU due to immigration, many also voted for leaving the EU because of their British identity perceived as endangered by announcements for stronger European unification.

The notion of identity is often ending up with stereotyping and othering of those who have different identities, and irrespective of the approach we take in identity studies we always end up with the same dilemma: why are identities and identifications so important? These and other issues will be a subject of discussion at our conference.

Papers are invited (but not limited to) for the following panels:

  • Identity and Identifications: theory and methodology
  • Identity and Nationalism
  • Gender identity
  • Literature and Identity
  • Music and Identity
  • Art and Identity
  • Religion and Identity
  • Ethnicity and Identity
  • Media and Identity
  • European identity
  • Identity and Memory
  • Identity and Critical theory
  • Marxist views of Identity

Prospective participants are also welcome to submit proposals for their own panels.

Submissions of abstracts (up to 500 words) with an email contact should be sent to Dr Martina Topić

(martina@socialsciencesandhumanities.com) by 15 May 2017.

The Centre established a peer review journal, and a working paper series. Conference papers will be considered. We welcome paper proposals from scholars, NGO activists, Master and PhD students, and independent researchers. Earlier decisions will be available when we collect enough papers for each panel.

Conference fee GBP180, and it includes

  • The registration fee
  • Conference bag and folder with materials
  • Access to the newsletter, and electronic editions of the Centre
  • Opportunity for participating in future activities of the Centre (research & co-editing volumes)
  • Discount towards participation fee for future conferences
  • Meals and drinks
  • WLAN during the conference
  • Certificate of attendance
  • Optional sightseeing for the second day

Centre for Research in Humanities and Social Sciences is a private institution originally founded in December 2013 in Croatia (EU). Since July 2016 the Centre is registered in Leeds, UK.

Participants are responsible for finding funding to cover transportation and accommodation costs during the whole period of the conference. This applies to both presenting and non-presenting participants. The Centre will not discriminate based on the origin and/or methodological/paradigmatic approach of prospective conference participants.

Information for non-EU participants: 

The Centre will issue Visa letter to participants with UK entry clearance requirement. The British Home Office has a very straightforward procedure, which is not excessively lengthy and the Centre will also issue early decisions to participants with Visa requirements.

Contact Info:

Dr Martina Topic

Parution – « Concurrence(s) dans le monde des arts et des lettres »

CONCURRENCE(S) DANS LE MONDE DES ARTS ET DES LETTRES

Sous la direction de Florence Bonifay, Marjorie Broussin, Stéphane Caruana et Mélanie Guérimand
Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales »
Histoires de vie et choix théoriques

La concurrence, notion centrale dans le domaine de l’économie, est ici envisagée dans le monde de la création littéraire et artistique. Est-il pertinent de la placer au cœur du processus de création ? La concurrence est-elle un moteur de la créativité ou un frein ? Ce volume croise les regards de plusieurs disciplines (sociologie, histoire, études littéraires, arts du spectacle…). Une quinzaine de chercheurs analysent ainsi les œuvres et les discours comme insérés dans un ensemble de productions qui les précèdent, les accompagnent et les modèlent.

Broché
ISBN : 978-2-343-10094-4 • novembre 2016 • 300 pages
EAN PDF : 9782140022586
http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&isbn=978-2-343-10094-4

Parution – « Sociologies pratiques » – « Quand l’art saisit le travail : cinéma, théâtre, BD, séries »

Cher.e.s collègues,

Cela ne vous aura certainement pas échappé : le dernier numéro de Sociologies Pratiques vient de paraître <https://www.cairn.info/revue-sociologies-pratiques-2016-3.htm> .

Le dossier Quand l’art saisit le travail : cinéma, théâtre, BD, séries… coordonné par Emmanuelle Savignac et Frédéric Rey, s’ouvre avec trois entretiens consacrés aux représentations du travail au théâtre (entretiens avec la compagnie Naje, et Christophe Dejours) et dans la bande dessinée (collection Sociorama).

Quatre articles prolongent la réflexion au travers d’une relecture originale des Temps modernes, de l’étude et de l’analyse de la mise en scène théâtrale d’une lutte sociale (Lejaby), de celles des représentations du travail dans la série culte The wire, et de la réception du film Violence des échanges en milieu tempéré.

Comme toujours, le numéro comprend aussi ses rubriques ouvertes aux sociologies d’ailleurs (la valeur travail en Amérique du Nord), aux évènements marquants de la profession avec l’écho des colloques (sur les XVe JIST), aux travaux des élèves des masters professionnels avec les bonnes feuilles des masters et aux recensions d’ouvrages avec la rubrique Lectures.

att00001

Bonnes lectures,

Frédéric Rey <http://lise-cnrs.cnam.fr/les-membres-du-lise/frederic-rey-615527.kjsp> | Maître de conférences
Département DISST <http://presentation.cnam.fr/organisation/organisation-du-departement-droit-travail-sante-intervention-sociale-disst–388292.kjsp>

| Equipe métiers du social
Laboratoire LISE <http://lise-cnrs.cnam.fr>

| UMR CNRS 3320
Conservatoire National des Arts et Métiers <http://www.cnam.fr> | 2, rue Conté (case 1LAB40) | 75003 PARIS

Parution – Alex Gagnon, « La communauté du dehors »

Parution

La communauté du dehors

Imaginaire social et crimes célèbres au Québec (XIXe – XXe siècle)

Alex Gagnon

Presses de l’Université de Montréal, coll. « Socius »

ISBN 978-2-7606-3687-3

39,95 $ • 498 pages

www.pum.umontreal.ca

Voir le document joint pour plus de détails.

En librairie le 29 novembre 2016

communique-socius