Édition 2016 du lexique Socius

Chères et chers collègues,

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’édition 2016 du lexique Socius. Elle contient 16 notices qui viennent s’ajouter aux 52 déjà existantes.

En voici la liste :

– Michèle Bokobza Kahan, Image d’auteur

– Anna Boschetti, Transnational

– Paul Dirkx, Incorporation

– Jean-Pierre Esquenazi et A. Glinoer, Contexte

– Alex Gagnon, Représentation

– Pascal Genêt, Énonciation éditoriale

– Émilie Goin, Stéréotype

– Tanguy Habrand, Indépendance

– Louis Jacob, Scène

– Fanny Lorent, Discours littéraire

– David Martens, Identité

– François Provenzano, Norme

– Lucie Robert, Production

– Denis Saint-Amand, Groupe

– Chantal Savoie et Lilia Rizzuto, Hégémonie

– Guillaume Willem, Communication littéraire

 

Deux nouveautés marquent aussi cette troisième édition : une section « Pour citer cette notice » a été ajoutée au bas de chaque notice et des liens hypertextes ont été ajoutés entre les concepts qui font l’objet d’une notice dans le lexique Socius.

A l’avenir, le développement du lexique Socius, loin de s’arrêter, ira vers l’ouverture : une liste de concepts non encore traités et un appel à propositions de notices seront publiés dans le courant de l’automne. D’ici là, nous vous souhaitons une bonne lecture de cette troisième cuvée.

 

Anthony Glinoer

Denis Saint-Amand

Appel à communication – « Images et usages du peuple »

Bonjour,
Nous vous adressons l’appel à communications du colloque international:

IMAGES ET USAGES DU PEUPLE DANS LES LITTÉRATURES D’AFRIQUE ET DE LA DIASPORA (APELA, 2017).

Merci de bien vouloir diffuser cette annonce sur votre site.
Bien cordialement,
L’équipe organisatrice

 

Alcala_Apela2017.DEF

Appel à contribution – « Les réseaux du livre et leurs métamorphoses »

Appel à contribution séminaire d’enseignement et de recherche Master 2 « Livre : Création, Culture et Société »

Thématique 2016-2017 : « Les réseaux du livre et leurs métamorphoses »

Date limite : 22 juillet 2016

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre des Sciences en Littérature de langue Française (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), ouvert à des chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.

Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Cette année, son séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème annuel : « Les réseaux du livre et leurs métamorphoses ».

Champ de recherche :

Ce groupe de recherche entend privilégier une approche historique et pluridisciplinaire des pratiques culturelles et professionnelles, non limitée au XXIesiècle, refusant la coupure entre une réflexion sur l’art ou la littérature (ne s’attachant qu’aux producteurs et créateurs les plus consacrés) et une analyse des pratiques culturelles, et n’excluant pas les productions commerciales grand public ni les créations les moins légitimes (best-sellers, genres populaires dits mineurs). Dans cette optique, toutes les perspectives (esthétiques, historiques, économiques, littéraires, sociologiques, issues des sciences de l’information et de la communication) sont autorisées. De même, l’ouverture sur une réflexion transnationale offrant de confronter des aires géographiques différentes est particulièrement appréciée. Enfin, la question du genre peut être posée et l’on peut s’interroger notamment sur la spécificité d’une critique et/ou d’une prescription au féminin.

Ce séminaire donne lieu à publication.

Trois volumes d’actes du séminaire ont déjà été publiés, un quatrième est en préparation :

  • Paroles de livres. Les Acteurs du livre 3, Paris, éditions Nicolas Malais, 2015
  • Les Mondes du livre. Les Acteurs du livre 2, Paris, éditions Nicolas Malais, 2013
  • Les Acteurs du livre, Paris, éditions Nicolas Malais, 2012

Thème annuel (2016-2017) :

Après avoir abordé les questions des acteurs du livre, du lecteur, de l’auteur, du paratexte, de la prescription littéraire et culturelle, notre groupe de travail entend s’intéresser cette fois aux réseaux du livre et à leurs métamorphoses.

Le réseau apparaît  comme un concept à valeur heuristique pour qui s’intéresse aux écosystèmes du littéraire contemporain. Dépassant le « champ » théorisé par Bourdieu, le « réseau » en corrige les limites par l’intérêt porté à l’hétérogène, l’altérité et l’agir libre des membres qu’il connecte. Moins anarchique que le « rhizome » (Deleuze et Guattari) et plus proche du concept de « médiation » (Caune ; Hennion), il engage aussi bien l’idée d’un espace de circulation (des objets, des discours, des usages), que d’un espace de sociabilité où s’ancre toute appartenance collective, et d’un espace de représentations à la fois symboliques, personnelles ou collectives. Le réseau structure l’auteur et l’aide à construire son identité auctoriale dans la confrontation d’une pratique singulière (écrire) à la représentation collective d’une appartenance culturelle (le livre).

Or aujourd’hui, le Web 2.0, mais aussi la mondialisation des enjeux économiques et culturels de la chaîne du livre, l’essor d’une culture de masse et les mutations des pratiques culturelles, transforment les relations entre auteurs, institutions, professionnels du livre et publics, reconfigurent le statut réel et symbolique de l’auteur comme des autres professionnels du livre (éditeur, libraire, critique, bibliothécaires…), et invitent à interroger les nouveaux espaces de médiation et de création qui s’offrent à lui, dans une démarche qui se voudra nationale ou transnationale.

Réseaux institutionnels de sociabilité, réseaux professionnels du livre, réseaux médiatiques ou de prescription, réseaux du texte qui de l’auteur au lecteur tisse une relation par le récit, et réseaux numériques pourront être  tour à tour abordés dans leur rapport à l’auteur, à la croisée des disciplines de la littérature, de la sociologie littéraire et de l’histoire culturelle, et dans des aires géographiques et nationales diverses.

Nous entendrons par « auteur » toute personne ayant « autorité » sur une production publiée par un éditeur, l’écrivain étant entendu comme un auteur parmi d’autres, un auteur littéraire, en somme. De fait, la réflexion du séminaire est ouverte à toute autre figure auctoriale, dans des domaines éditoriaux non réductibles à la littérature : l’auteur scientifique, l’auteur de livres pratiques, l’auteur de beaux-livres, l’auteur de BD, etc pourront côtoyer l’auteur de littérature générale ou de littérature jeunesse. De même, le livre dont on analysera un ou des réseaux ne se limitera pas au domaine de la littérature mais pourra relever de tout secteur ou genre éditorial, et de tout format (édition courante, poche, semi-poche, numérique…).

Renseignements pratiques :

Responsables :

Sylvie Ducas, maître de conférences HDR en littérature française à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense, CSLF

Camille  Brachet, maître de conférences en SIC, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, DeVisu

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Calendrier des séances :

Entre mi septembre et mi-mars

Forme et date limite de remise des propositions :

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). Dans la mesure où le séminaire de recherche est aussi un séminaire d’enseignement, une attention particulière sera portée à la démarche épistémologique et aux partis pris méthodologiques adoptées.

Les propositions seront transmises par voie électronique avant le 22 juillet 2016aux adresses suivantes :  sylvie.ducas@wanadoo.fr et camille.brachet@free.fr

 

Offre de vacations

Bonjour,

Le département Info-com de l’IUT de Ville d’Avray/St Cloud (Université Paris Ouest Nanterre la Défense) propose les vacations suivantes pour l’année universitaire 2016-17:

Premier semestre (septembre-décembre) :

– cours magistral de sociologie de la culture (des pratiques culturelles, de l’édition, des bibliothèques, des librairies), DUT année spéciale Métiers du Livre (niveau L3) : 13 X 2h = 26 h CM

Ce  cours aurait lieu le mardi après-midi, à partir du 6 septembre.

Deuxième semestre (janvier-mars)

– cours magistral d’ « Etude des publics », DUT année spéciale Métiers du Livre : 14X2h = 28h CM – horaire encore non déterminé

Tous les cours se déroulent au Pôle Métiers du Livre de Paris Ouest, à St Cloud (25 min à partir de la gare St Lazare)

Heure CM = 60 euros (bruts)

Contact : Patricia Sorel,  directrice du département Info-com : psorel@u-paris10.fr

Cordialement,

Sébastien Lemerle

Appel à contributions – « Panoramas, mosaïques et séries – formes collectives ou sérielles du portrait de la société »

Appel à contributions : « Panoramas, mosaïques et séries – formes collectives ou sérielles du portrait de la société » (journée d’étude)

 

Comment peut-on représenter et analyser de manière adéquate la société ? Au XIXe siècle, cette question a déjà occupé les milieux scientifiques et littéraires pour aboutir, avec Balzac et Zola, à de grands cycles romanesques inspirés par la sociologie. Or, les innovations médiales ainsi que la mise en place des sciences sociales ne conduisirent pas seulement au développement du roman de société ou de mœurs, mais aussi à des projets innovateurs d’analyse sociale. Ces œuvres « panoramiques » (W. Benjamin) comme Les Français peints par eux-mêmes (1840-42) ou Paris, ou le livre des cent-et-un (1831-34), moins analysées par la critique littéraire que les grandes fresques romanesques et auxquels participèrent des écrivains comme Balzac, mais aussi des journalistes et des scientifiques, se présentaient comme des encyclopédies morales de leur temps : ainsi, un portrait étendu de la société française naquît dans l’interaction de différentes cultures du savoir (littérature, sociologie, arts plastiques, etc.), de différents médias (texte, images), écritures et genres (essai, reportage, etc.). L’émergence de procédés valorisant une multitude de perspectives correspond à la société basée sur la répartition du travail, en même temps que ces travaux collectifs, en tant que formes profondément hybrides situées dans l’intersection de la littérature et des sciences sociales, représentent, de manière symptomatique, la perte d’un ‘grand récit’.   Ces dernières années et décennies, il semble que ces projets d’une écriture alternative de l’histoire connaissent une renaissance insoupçonnée. Ainsi, les œuvres panoramiques du XIXe siècle, dans lesquelles la société s’est analysée elle-même, sont rééditées et adaptées de multiples manières. Ces tentatives de réanimation d’une tradition française témoignent d’une « fièvre d’autoanalyse » (P. Rosanvallon), fièvre qui, face aux signes de ‘décadence’ sociale, identitaire et politique, tient en mouvement la société française depuis les années 80. Comme l’a montré notamment La misère du monde (1993) de Bourdieu, on attribue de nouveau à la littérature un potentiel épistémologique et créateur de cohésion sociale. C’est justement en France, modèle de la culture de la mémoire et de la politique de l’identité au XIXe siècle et qui, à la fin du XXe siècle, a dû se battre avec l’affaiblissement de la force cohésive de la nation, qu’on a entrepris, depuis les années 80, de grandes tentatives d’analyse de l’image de soi collective, tentatives qui imitées parfois au-delà des frontières européennes (cf. P. Nora, Les lieux de mémoire). En 2013, l’historien Pierre Rosanvallon lança le projet littéraire Raconter la vie , un projet qui offre aux Français ‘moyens’ la possibilité de raconter leur vie quotidienne et de prendre connaissance de celle de leurs contemporains. A partir de nombreux récits et petits livres, une fresque sociale polyphone et inspirée tout aussi de la littérature comme des sciences sociales naît ici comme une mosaïque. Ce projet, en se référant aux projets littéraires panoramiques du XIXe siècle et comparable au Federal Writers’ Project états-unien des années 1930, prétend représenter le « roman vrai de la société d’aujourd’hui » (raconterlavie.fr).   Le désir d’offrir à l’individu une image parlante de la réalité sociale et une possibilité de s’identifier à une histoire collective se perçoit également derrière les nombreuses séries télévisées produites actuellement à l’échelle internationale. Un exemple de productions qui ne servent pas seulement la fièvre d’autoanalyse mais qui en plus la représentent, est avant tout la série états-unienne In Treatment (2008-2010), une série sur la vie professionnelle d’un psychothérapeute. Le spectateur, qui peut se glisser dans les séances thérapeutiques de ce dernier, devient témoin d’un panorama étendu de souffrances propres à la société actuelle. Celles-ci se présentent comme les publications partielles de Raconter la vie dans une série au cours de laquelle le spectateur peut faire sa propre thérapie avec et à travers les personnages.   L’objectif de la journée d’étude est d’inventorier et d’analyser des projets et des phénomènes actuels du portrait de la société. Nous proposons de rendre compte des stratégies médiales, narratives et épistémologiques de projets actuels ainsi que de leurs références historiques. Les comparaisons entre les projets littéraires et d’autres médias et formats d’une autoréflexion sociale (film, séries télévisées, radio) sont les bienvenues. Nous proposons de réfléchir aux conditions spécifiques de production et de réception des tableaux collectifs de la société : comment et dans quelles conditions peut-on écrire le « roman vrai de la société » dans l’ère des réseaux sociaux ? Comment la sérialité ou la multimédialité influencent-elles la production d’un discours sur la réalité sociale ? Qui décide de ce qu’est le ‘roman vrai’ de la société et quelles mécanismes de régulation et d’exclusion influent sur sa production ? Alors que, sur des canaux comme youtube, ce roman s’écrit quasiment lui-même, les projets littéraires et filmiques tendent à la cohérence, ne serait-ce que par le rassemblement de récits et d’observations. Ils contribuent dès lors, à côté de leur composante analytique, à produire du sens. Il faudra pour cela demander quelle est la force effective de ces projets : quelles fonctions symboliques et concrètes ont-ils dans l’autoanalyse et l’organisation sociales ? Quel rôle occupent-ils dans les divers champs du discours public (politique, science etc.) ?   Nous aimerions analyser un débat social actuel en proposant les pistes suivantes : – mises en scènes narratives de la société/de la vie quotidienne – formes collectives, hybrides et sérielles de la représentation de la société dans la littérature, la télévision ou la radio – le recours à la littérature pour renforcer la cohésion sociale – science, littérature et identité collective – le rôle de la littérature et d’autres médias face aux crises de la représentation politique – littérature et discours démocratique / participation sociale   Pauline Peretz (univ. de Nantes, EHESS, Paris), rédactrice en chef du projet Raconter la vie, dont elle est responsable avec Pierre Rosanvallon, présentera ce projet littéraire collectif.   La journée d’étude aura lieu le 11 novembre 2016 à l’université de la Sarre, Sarrebruck. S’il vous plaît, envoyez vos propositions (résumé d’une contribution de 20 min. et courte référence biobibliographique, 1 page max.) par mail, avant le 4 juillet 2016, aux adresses suivantes :   Robert Lukenda (lukenda@uni-mainz.de)

Lisa Zeller (lizeller@uni-mainz.de)








Bien cordialement

Robert Lukenda



Dr. phil. 
Dipl.-Übersetzer
Institut für Romanistik
Abteilung Französische und Italienische Sprache und Kultur
Fachbereich für Translations-, Sprach- und Kulturwissenschaft
Johannes Gutenberg Universität Mainz
An der Hochschule 2
76726 Germersheim

Parution – « Exercices de rhétorique » – « Les rhétoriques du peuple »

ANNONCE DE PARUTION
Dossier de revue
« Les rhétoriques du peuple »
Dans : Exercices de rhétorique [en ligne], 7 / 2016 : http://rhetorique.revues.org/
Table des matières ci-dessous.
—————————————

7 | 2016
Les rhétoriques du peuple

·         DOSSIER. Politique, esthétique et savoir : les usages rhétoriques du peuple

Sous la direction d’Émilie Goin et François Provenzano

Émilie Goin et François ProvenzanoIntroduction : exercer les rhétoriques du peuple [Texte intégral]

Alain RabatelDe la difficulté de catégoriser le peuple (des invisibles) en échappant aux jugements de valeur [Texte intégral]

Dominique MaingueneauLe monologue du laboureur [Texte intégral]

Jean-Pierre BertrandLe peuple Rimbaud [Texte intégral]

David Rico-GarciaLe pathos dans L’Insurgé de Jules Vallès, construction et humanisation du peuple communard [Texte intégral]

Marc BonhommeFigures et construction d’une écriture argotico-populaire dans les romans d’Alphonse Boudard [Texte intégral]

Nelly WolfLe peuple en toutes lettres [Texte intégral]

Marianne DouryLa place faite au peuple / la place prise par le peuple dans un dispositif de démocratie participative [Texte intégral]

Eithan OrkibiPeuple et ethos collectif dans la rhétorique de l’action collective : l’exemple du mouvement de l’été 2011 en Israël [Texte intégral]

·         ANALYSE D’UN DISCOURS. Deux rhétoriques socialistes pour un peuple

Présentation et édition par Émilie Goin et François Provenzano

Émilie Goin et François ProvenzanoLes Deux Méthodes : entre interdiscours et interlocution [Texte intégral]

Jean Jaurès et Jules GuesdeLes Deux Méthodes. Conférence par Jean Jaurès et Jules Guesde à l’Hippodrome Lillois [Texte intégral]

·         RHÉTORIQUE ET LECTURE LITTÉRAIRE

Françoise CollinetEn quarantaine : dissertation et auditoire [pseudo] universel [Texte intégral]

Parution – « Penser les catégories de pensée. Arts, cultures et médiations »

Chères et chers collègues,

Un an après le colloque pluridisciplinaire qui s’est tenu à Paris, nous avons le grand plaisir de vous annoncer la parution cette semaine de l’ouvrage collectif qui en est issu : Penser les catégories de pensée. Arts, cultures et médiations (collection « Ouverture Philosophique », L’Harmattan), sous la direction de Chloé Delaporte, Léonor Graser et Julien Péquignot.

« L’étude des arts, des cultures et de leurs médiations, vaste programme qui recouvre une pluralité de disciplines (de la sociologie aux sciences de l’information et de la communication, en passant par l’histoire, la philosophie, l’anthropologie, les études littéraires, etc.), construit des catégories pour penser ses objets. Typologies des publics, labellisations des œuvres, qualifications des auteurs, classifications des modes d’_expression_ artistiques, caractérisations des dispositifs et indexations documentaires sont en effet autant de catégorisations opérées a priori ou a posteriori pour saisir tant les objets que les individus et leurs pratiques, usages et discours. Cet ouvrage rassemble une diversité d’approches réflexives autour de ces processus de catégorisation, dans la diversité de leurs emplois et théorisations. Avec les contributions de Pierre Barbagelata, Sarah Burnautzki, Laurent Di Filippo, Laurent Fleury, Hervé Glevarec, Eszter Horváth, Aude Inaudi, Chloé Langeard, Mahalia Lassibille, Tomas Legon, Serge Proust, Lisa Renard et Florence Salanouve. »

Vous trouverez toutes les informations utiles sur le site de présentation de l’ouvrage (qui rassemble également les différentes archives du colloque), notamment la table des matières ainsi que les résumés des textes : https://penserlescategoriesdepensee.wordpress.com/

Vous pouvez d’ores et déjà vous procurer l’ouvrage (en version papier et numérique) sur le site de l’éditeur : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=50946

Les articles devraient prochainement être proposés individuellement à la vente en version numérique par L’Harmattan.

N’hésitez pas à relayer l’information dans vos réseaux et/ou à faire une suggestion d’achat auprès de votre bibliothèque universitaire.

Vous souhaitant une bonne lecture, et une bonne fin de semaine,

Bien cordialement,

Chloé Delaporte, Léonor Graser et Julien Péquignot

Chloé Delaporte
Maître de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles, responsable de l’axe Économie et Sociologie en Licence
Département Cinéma & Théâtre (filière Cinéma), Université Paul Valéry – Montpellier 3
chloedelaporte.wordpress.com

 

Appel à articles – « Le best-seller »

FIXXION n°15 : « LE BEST-SELLER »

Michel Murat, Marie-Eve Thérenty, Adeline Wrona

 

Le best-seller est un objet faussement évident. Il semble facile de le définir comme « le livre qui fait les meilleures ventes », mais l’établissement de cette donnée empirique, ses usages et ses conséquences soulèvent de nombreux problèmes. Le best-seller ne se confond pas avec un livre largement diffusé. Ranger la Bible, ou L’Etranger de Camus sous cette étiquette serait hors de propos ; identifier best-seller et roman populaire est une erreur d’appréciation non dépourvue d’intentions idéologiques. Le best-seller est indissociable du lieu où il se produit, c’est-à-dire d’un palmarès des ventes présenté sous forme de liste classée, du lieu de publication de cette liste, des opérations de marketing qui l’accompagnent, et des effets de promotion auto-réalisatrice qu’il induit. Cette pratique existe aux Etats-Unis depuis la fin du XIXe siècle ; elle a été importée en France dans les années 1950, L’Express faisant office de pionnier. Elle a modifié les pratiques d’achat, non sans conséquences sur le goût littéraire, sur la production d’ouvrages et sur l’idée même de littérature. Ces conséquences sont difficiles à apprécier ; l’une d’elles est la constitution du mot best-seller en catégorie générique.

Le best-seller désigne en effet un certain type d’ouvrage, mais la définition de ce type ne fait pas consensus, parce qu’il résulte de la combinaison de critères hétérogènes et équivoques. Même la définition stricte du livre « fait pour se vendre » ne va pas de soi, parce qu’elle confond le best-seller, qui est un ouvrage individualisé, ou l’ouvrage d’un auteur individualisé qui fait fonction de marque, avec la masse de la production sérielle. Dès qu’on essaie d’établir un corpus, on se rend compte de la prégnance et du caractère oblique des jugements de valeur. Le best-seller pourtant se situe bien « quelque part » entre la littérature légitime et la production de masse. Ces frontières sont mouvantes, mais il n’en reste pas moins qu’il correspond à une pratique moyenne de la lecture – au sens où Bourdieu qualifiait la photographie d’art moyen. Ce mot dit clairement son importance.

 

Le corpus à envisager prioritairement est celui de la fiction de langue française depuis les années 1980 ; cependant la réflexion pourra s’étendre à d’autres langues (l’anglais principalement) et d’autres genres comme le document ou l’essai.

Notre appel à communications souhaite attirer l’attention sur les points suivants :

1. Le corpus est à constituer en partant des listes disponibles. Les plus fiables sont fournies par les acteurs institutionnels (Direction du Livre du Ministère de la culture) et professionnels (Edistat, GFK). Mais le jeu des listes, leur support, leur mode d’affichage, leur périodicité, mérite d’être examiné, car il est la source d’une événementialité spécifique – narrativisée par les médias comme un feuilleton à suspense (Delacourt remonte, Musso s’effrite, Pancol se maintient, etc.).

2. Nationalité : il est nécessaire de prendre en compte la dimension transculturelle – de fait surtout bi-culturelle. Les best-sellers américains traduits interfèrent avec les ouvrages français ; ils ont les mêmes lecteurs ; ils inspirent les auteurs et fournissent une topique et des modèles narratifs (La Vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker, roman américain d’un auteur suisse publié par un éditeur français, en est un exemple probant). Quels sont, dans ce genre de production, les effets propres à l’espace francophone ? Comment entrent-ils en rapport avec la mondialisation en cours, dont les effets, moins visibles, seraient à évaluer ?

3. Evénementialité : s’agissant d’un livre particulier, dans quelles conditions le succès fait-il événement ? Selon quelle temporalité, et pour quelle durée ? Avec quelle prédictibilité ? Selon quelle rationalité accessible après coup ?

4. Auctorialité : qu’est-ce qu’un auteur à succès ? comment sa carrière se construit-elle ? comment sa promotion est-elle organisée ? peut-on construire et gérer l’auctorialité comme une marque ? peut-on établir une typologie des auteurs, et dans quelle mesure celle-ci est-elle « genrée » (différenciant par exemple Guillaume Musso de Tatiana de Rosnay ou Françoise Bourdin) ?

5. Politique éditoriale : certains éditeurs, comme Fixot, se sont en quelque sorte spécialisés dans le best-seller, ont constitué une écurie d’auteurs et occupent un créneau spécifique dans le paysage éditorial. Leurs pratiques sont-elles différentes de celles d’éditeurs « classiques », comme Grasset, pionnier de la promotion des ouvrages, ou Robert Laffont ?

6. Généricité : quel rapport entre best-seller et littérature de genre ? Certains livres ressortissent par exemple au policier (Stig Larsson, Fred Vargas), à la fantasy, mais il n’existe pas en France de genre identifié pour les livres de Musso ou Lévy (la typologie du romance n’y étant ni consistante ni stable comme elle l’est aux USA). Quelles sont les conséquences de ce rapport au genre et du processus de générisation (que l’on observe actuellement pour la fiction érotique) ?

7. Sérialité : la question est liée à celle du genre sans se confondre avec elle. Faut-il différencier les œuvres conçues comme des cycles (comme Twilight) des suites destinées à prolonger un succès ? Peut-on considérer un auteur à succès identifié comme tel (Musso) comme un « auteur sériel » ?

8. Transmédialité : le succès d’une œuvre et son profit se mesure aujourd’hui à sa capacité de réinvestissement dans d’autres médias et supports. La transmédialité est-elle une norme, une condition, une conséquence du succès ? Met-elle en question la notion d’œuvre « première » et la position centrale du texte écrit ? Permet-elle de rattacher la question du best-seller au fonctionnement contemporain des industries culturelles ?

9. Poétique du best-seller : il paraît nécessaire de faire l’analyse de certaines œuvres caractéristiques, du point de vue de la structure énonciative, de la tension narrative, de la topique, des ressorts émotionnels, de l’éthos auctorial. Peut-on observer des traits récurrents, ou s’agit-il plutôt d’un mode « moyen » d’agencement et de thématisation ? Quels rapports ces textes entretiennent-ils avec la tradition romanesque ? Peut-on constater une évolution des formes dans le temps ?

10. Légitimité : certains best-sellers se situent à la marge de la littérature légitime, plutôt à l’extérieur (Delphine de Vigan), plutôt à l’intérieur (Amélie Nothomb), ou sur la limite (Eric-Emmanuel Schmitt) ; d’autres sont considérés comme des œuvres importantes (Houellebecq) mais ne font pas l’objet de consensus. La tradition en France ne tend-elle pas à réduire l’espace médian (largement occupé aux USA par des auteurs comme Stephen King, Ken Follett ou Harlan Coben) en imposant comme une alternative binaire le rapport production de masse vs littérature légitime, et en légitimant rapidement certains auteurs à succès (les prix décernés à Joël Dicker ou David Foenkinos) – de manière que la littérature reste une culture d’élite et ne soit pas ravalée au rang d’un « art moyen » ?

 

Les propositions de contributions, environ 300 mots, en français ou en anglais, sont à envoyer d’ici le 1er décembre 2016 à Michel Murat, Marie-Eve Thérenty ou Adeline Wrona. Les articles définitifs seront à remettre avant le 1er juin 2017 sur le site  de la revue (rubrique Soumissions) pour évaluation par le comité de la Revue critique de fixxion française contemporaine.