Journée d’études – “L’ethos”

Date 6 décembre 2011

Ethos: journée d’études pour jeunes chercheurs (juin 2012 – Louvain – Courtrai)

Séminaires de discussion et journées d’études consacrés à l’ethos

Au sein de l’unité de recherche « Relations littéraires et identités post-/nationales » de la K.U.Leuven est née l’idée d’organiser une série de séminaires de lectures et de discussion sur la question de l’ethos et des concepts qui lui sont liés. Ces séminaires, qui sont organisés par et qui s’adressent à de jeunes chercheurs, débuteront en février 2012 à Louvain (Leuven) et seront suivis par un atelier pratique à la K.U.Leuven Kulak à Courtrai (Kortrijk) les 28 et 29 juin 2012. Tant les séminaires que l’atelier sont ouverts à tous ceux qui sont prêts à réfléchir sur la pertinence et sur l’applicabilité du concept en question.

Le concept d’ethos connaît une longue histoire remontant à la tripartition aristotélicienne ethos-pathos-logos. Dans son sens originel, l’ethos peut être défini comme l’image que l’auteur développe de lui-même à travers le discours. Précisément parce que le concept a (re)gagné en importance au cours ces dernières années, au sein des sciences littéraires ainsi que dans d’autres disciplines (e.a. la linguistique, la sociologie, etc.), le besoin d’entrer dans le débat pour confronter les différentes perspectives et traditions nationales est manifeste.

Ainsi, l’approche discursive et analytique de Ruth Amossy et de Dominique Maingueneau semble, sous plus d’un angle, complémentaire avec l’étude de la posture telle que proposée par Jérôme Meizoz. En particulier, nous nous demanderons si ces différents usages, chacun avec sa propre interprétation et portée, peuvent être rapprochés l’un de l’autre. Les différentes approches peuvent-elles, en outre, être approfondies davantage ? Ou bien le concept doit-il être redéfini à partir de chaque discipline ? Pourquoi l’ethos s’utilise-t-il aujourd’hui surtout au sein des études littéraires francophones ? Existe-t-il des concepts alternatifs ou similaires dans les études littéraires anglophones ou hispanophones ? Et pour quels genres et pratiques ce terme paraît-il le plus adéquat (traductions, discours politiques, chansons, interviews, essais, littérature de témoignage, etc.) ?

Nous ne voulons pas uniquement aller à la recherche d’une interprétation transparente du concept d’ethos: nous voudrions dépasser les approches trop souvent monoculturelles et unilingues de la notion, afin d’accorder davantage d’attention à des perspectives interculturelles (représentation de l’autre, bivocalité, plurilinguisme), à des perspectives comparatistes et traductionnelles (l’ethos du traducteur, l’ethos de l’écrivain plurilingue), ainsi qu’au contexte historique. Comment l’ethos se manifeste-t-il dans des discours interculturels et traductionnels divers ? Jusqu’à quel point la définition contemporaine du concept d’ethos s’avère-t-il utile pour aborder des discours non-contemporains ? S’y ajoute la question de la spécificité générique du concept, tout comme celle de savoir si l’ethos se manifeste par exemple différemment dans les textes fictionnels en comparaison avec les textes non-fictionnels.

Les séminaires de discussion à Leuven se présentent comme des sessions de lecture où nous commenterons à la fois des approches théoriques ainsi que plutôt pratiques. Les textes seront mis à la disposition des participants avant chaque séminaire. Si l’atelier consécutif à Courtrai se dirige tout d’abord à de jeunes chercheurs prêts à donner une présentation et à entrer en discussion lors d’une table ronde avec deux conférenciers (Dominique Maingueneau et José-Luis Diaz), il s’ouvre aussi à un public plus large. D’un côté, cet atelier sera le fruit des séminaires de discussion préalables ; d’un autre côté, il offrira la possibilité aux (jeunes) chercheurs de contribuer activement à la discussion à partir d’études de cas concrètes.

La réflexion peut privilégier les axes suivants :

Ethos et langue (traduction, plurilinguisme et variation de langue), où  le participant peut accorder de l’attention au contexte (inter)culturel au sein duquel le concept est utilisé : comment l’ethos du traducteur se définit-il, par exemple, par rapport à celui de l’auteur du texte-source ? Dans quelle mesure les facteurs institutionnels ou les facteurs culturels plus larges jouent-ils un rôle lors de la construction de l’ethos ? Comment l’ethos se manifeste-t-il dans le discours d’auteurs familiarisés avec différentes langues et/ou différentes variantes d’une même langue, ou d’auteurs actifs à la croisée de différents systèmes culturels ? Ethos et genre, où la question de la spécificité générique se trouve centrale : nous pensons e.a. à la relation (et aux échanges) entre la fiction et la non-fiction, à l’interprétation du concept d’ethos dans des textes (auto)biographiques ou à la construction de l’ethos dans de jeunes systèmes littéraires et/ou genres, comme lors de l’émergence du roman au XVIIIe siècle ; Ethos et dynamique (historique), où le participant peut creuser davantage l’évolution du concept d’ethos à travers l’histoire ou la contribution du contexte historique (politique, sociale, idéologique) lors de la construction de l’ethos.Les chercheurs intéressés devront faire parvenir avant le 18 décembre 2011 un bref CV et un abstract d’environ 300 mots à ethos@arts.kuleuven.be, où ils présenteront brièvement le sujet et leur(s) question(s) de recherche concrète(s). Les propositions, ainsi que les communications, peuvent être soumises en français ou en anglais. Le temps de parole sera de 20 minutes, suivi d’une discussion. Bien que fortement recommandée, la participation aux séminaires de lecture est facultative.

Elien Declercq – Reindert Dhondt – Katrien Horemans – Emmy Poppe – Beatrijs Vanacker – Karen Vandemeulebroucke

Bibliographie sélective

Amossy, Ruth (éd.). Images de soi dans le discours. La construction de l’ethos. Lausanne/Paris: Delachaux et Niestlé. 1999.

Amossy, Ruth. La présentation de soi. Ethos et identité verbale. Paris: PUF. 2010.

Baumlin, James S. & French, Tita (eds). Ethos. New Essays in Rhetorical and Critical Theory. Dallas: Southern Methodist University Press. 1994.

Diaz, José-Luiz. L’écrivain imaginaire. Paris: Champion. 2007.

Escola, Marc. Brèves questions d’herméneutique, Champion, 2001.

Hyde, Michael J. (ed.). The Ethos of Rhetoric. Columbia: University of South Carolina Press. 2004.

Maingueneau, Dominique. “Problèmes d’ethos.” Pratiques 113/114. 2002. 55-68.

Maingueneau, Dominique. Le discours littéraire. Paratopie et scène d’énonciation. Paris: Armand Colin. 2004.

Meizoz, Jérôme. Postures littéraires. Mises en scène de l’auteur. Genève: Slatkine. 2007.

 

Responsable : Unité de recherches “Relations littéraires et identités post-/nationales ” (K.U.Leuven)

 

Url de référence :
http://www2.arts.kuleuven.be/literatuurwetenschap/

 

Adresse : Blijde Inkomststraat 21 – b 3311 3000 Leuven Belgique

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche