Parution – « À l’œuvre, l’œuvrier »

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


À l’œuvre, l’œuvrier

sous la direction de
Sophie Ménard et Jean-Marie Privat

Éditions universitaires de Lorraine, 2017, 262 pages

(16 euros)

Commander :

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100014840


PRÉSENTATION

À l’œuvre, l’œuvrier est le fruit de la rencontre d’une quinzaine de spécialistes de sociocritique et d’ethnocritique, à Metz, au printemps 2014. L’originalité de cet ouvrage est de composer un triptyque autour de trois grandes questions: un retour critique sur Bakhtine et le dialogisme culturel, l’analyse d’un corpus d’œuvres variées selon des modes opératoires exemplaires, enfin, l’ouverture inédite (et féconde) de la sociocritique et de l’ethnocritique aux œuvres d’art, à la peinture contemporaine en particulier.

Les principaux concepts de Bakhtine (carnavalisation, chronotopie, polyphonie, échange verbal) sont mis en question et retravaillés dans une perspective heuristique (corps ouvert, corps fermé; chronotopie/chronotypie; dialogique/dialogal; polyphonie/hétérophonie). C’est un Bakhtine resitué dans son époque politique et intellectuelle et, surtout, dans ses immenses potentialités critiques et herméneutiques qui se redessine avec vigueur.

Le second volet explore des univers langagiers très diversifiés (poésie moderne, album jeunesse, roman sonore, essai polémique, littérature scientifique de l’époque classique, autobiographie du travail de recherche). Le jeu des oralités (et de leurs violences symboliques) et les belligérances culturelles (et de leurs imaginaires littéraires) sont ici au cœur de questionnements toujours très attentifs aux œuvres, ces micro-mondes.

Le triptyque se clôt (s’ouvre!) enfin sur l’exploration fascinante et innovante d’œuvres de notre modernité artistique. Ethnocriticiens et sociocriticiens nous donnent à voir et à revoir au fond la geste et les gestes d’artistes plasticiens comme Raphaëlle de Groot, Simon Hantaï, Juan Miró, Pierre Soulages, Frank Stella ou encore Wanksy, road artist.

Une nouvelle avancée donc dans le questionnement théorique d’une figure majeure des études littéraires, dans l’exploration des imaginaires culturels qui structurent les œuvres, dans les défis interprétatifs posés par l’œuvrier d’art en ses images.

 

 

SOMMAIRE

I – Bakhtine à l’œuvre

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – En dialogue(s) avec Bakhtine ;
Pierre Popovic – Du chronotope et du chronotype ;
Marie Scarpa – La carnavalisation littéraire : de Bakhtine à l’ethnocritique ;
Émilie Brière – « Comment dire ça ? » ou le dialogue dialogique de Danièle Sallenave ;
Jean-Marie Privat – « Le chapeau de l’arpenteur ». Polylogie, dialogie, hétérophonie.

II – Œuvriers et œuvrières au fil du texte

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – Au(x) fil(s) des textes ;
Judith Sribnai – Pierre Gassendi et la conversion du savant au XVIIe siècle ;
Marie-France Amara – La poésie charivarique dans Les Amours jaunes de Tristan Corbière ;
Bernabé Wesley – « Roudoudou » et « blablabla » : dans le monde sonore du roman moderne ;
Eugénie Fouchet – La Petite fille incomplète, une poétique de la liminarité ;
Mélanie Lamarre – La commémoration selon Philippe Muray. Essai de lecture sociocritique ;
Alice Delmotte-Halter – Les deux terrains de l’ethnocriticien.

III – À l’épreuve de l’œuvre d’art

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – Le faire artistique et l’imaginaire ;
Anne-Marie David – Sur Polombe de Frank Stella ;
Sophie Ménard – La pesée sauvage. Le Poids des objets de Raphaëlle de Groot ;
Pierre Popovic – Grigner le noir. 29 juin 1979 de Pierre Soulages dans l’imaginaire social des années gaulliennes ;
Marie-Christine Vinson – Une dialogie peinte. Simon Hantaï – Tabula, 1974 ;
Véronique Cnockaert – Analyse ethnopicturale de Personnages et oiseaux dans la nuit (Miró) ;
Judith Sribnai – Boucher les trous, ou le monde à l’envers selon Wanksy.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *