Archives de l’auteur : mariannebg

Appel à contributions – « La Mort de l’auteur »

Appel à contributions pour un prochain numéro de Fabula-LhT intitulé La Mort de l’auteur

Comment lire À un ami qui ne m’a pas sauvé la vie sans penser à la maladie de Hervé Guibert ? La pièce 4.48 Psychose ne fait-elle pas avant tout écho au suicide de Sarah Kane ? La série OPALKA 1965/1-∞ note-t-elle autre chose que le temps vécu par Roman Opalka ? Et de quelle mort s’agit-il dans The Death of James Lee Byars, sinon de celle de James Lee Byars lui-même[1] ?
Cinquante ans après « La mort de l’auteur » de Roland Barthes qui proclamait une symétrique « naissance du lecteur », ce sont aux morts réelles et non métaphoriques des auteurs et autrices (tous arts confondus : bande dessinée, beaux-arts, chanson, cinéma, performance, télévision, théâtre, etc.), et à leurs conséquences sur l’écriture et la réception des œuvres qu’entend s’intéresser ce numéro de Fabula-LhT. Les propositions de contributions peuvent relever de toutes les approches critiques.
Est-il toujours aisé de savoir sur quel plan interpréter dans une œuvre la référence à la mort réelle de son auteur ? Dans le cas des genres relevant de l’écriture de soi et de ses marges, de l’histoire, ou encore du portrait, comment comprendre un tel événement qui se conjugue au futur, contrairement aux autres contenus, qui sont de l’ordre du passé et du présent ? Peut-on, outre celui de la « littérature SIDA »[2], isoler des corpus qui sont structurés autour de la question de la mort imminente, considérée non comme événement inéluctable à venir, mais comme s’avérant déjà actuelle ? Les dernières œuvres méritent-elles à cet égard un traitement particulier ? Et dans le cas d’une fiction, faut-il considérer la référence à la mort de l’auteur comme un motif, à ranger peut-être dans la catégorie des effets de réel particulièrement saisissants — à la coloration tragique, ironique, métaphysique, etc. —, ou comme une information brisant définitivement le pacte fictionnel, en tant qu’elle ancre dans une œuvre la vie de celle ou de celui qui l’aura perdue (sur le mode du document, du témoignage, du testament, etc.) ? Cette référence à la mort réelle dit-elle quelque chose des rapports que les artistes conçoivent entre leur art et leur vie ? Que penser, par exemple, de l’apparente surreprésentation des morts d’auteurs dans la littérature (au sens large) dès la seconde partie du XXe siècle ? La mort de l’auteur oriente-t-elle la création, ou est-elle intégrée à un projet artistique ? Enfin, quels effets cette référence a-t-elle sur la réception des œuvres ?

Par ailleurs, que se passe-t-il lorsque la référence est inférée a posteriori, la mort de l’auteur venant soudainement éclairer l’œuvre sous un jour nouveau, à l’image de The Show Must Go On du groupe Queen et d’Ève de Péguy ? Est-ce le fruit du hasard si l’on peut lire dans Tout casse une manière de mise en scène du suicide de Bernard Lamarche-Vadel survenu pourtant cinq ans plus tard[3] ? Y a-t-il des limites à cet exercice ? Irait-on jusqu’à rapprocher le rapace du Prométhée enchaîné de celui qui lâcha une tortue sur la tête d’Eschyle, les satires de Pierre l’Arétin du fou-rire qui l’acheva, voire deux faits apparemment sans rapport, comme Manon Lescaut et la vivisection intempestive à laquelle n’aurait pas survécu l’Abbé Prévost ? De fait, même des morts accidentelles, telle celle de Stanley Kubrick lors du tournage d’Eyes Wide Shut, ou celle encore de Molière, sont en mesure d’imprimer une lecture particulière de l’œuvre. Qu’est-ce que tout cela dit-il de notre rapport aux artistes et à leurs œuvres ? Dans quelle mesure cela nourrit-il un mythe (personnel, générationnel, etc.) ? Peut-on historiciser les imaginaires convoqués[4] ? Et que cela nous apprend-il de nos manières de lire — ou plus généralement du fonctionnement (cognitif, social, institutionnel, etc.) de l’herméneutique en sciences humaines (communicabilité, validité, etc.) ?

Dans quelle mesure, enfin, la référence à la mort réelle (dont on peut distinguer les modes [annonce, évocation, œuvre à clé, etc.] selon qu’elles sont planifiées [suicide] ou anticipées [maladie, extrême vieillesse]) se laisse-t-elle décrire en termes de « scénographie auctoriale » (D. Maigueneau, J. L. Diaz) et de « posture » (J. Meizoz) ? En fonction des corpus considérés, affaiblit-elle ou renforce-t-elle au contraire les distinctions désormais classiques entre « l’auteur » et « le narrateur », voire entre l’auteur et « l’écrivain », c’est-à-dire entre le créateur et l’individu ? Comment répondraient à ces questions les représentants des différentes traditions critiques et des différentes disciplines en jeu (littérature, histoire de l’art, études théâtrales, cinéma, etc.), et que penser des relations assez différentes qu’ils entretiennent aujourd’hui avec le biographique ?
Modalités de participation

Les propositions de contributions, qui consistent en une ébauche de l’article projeté (de 4 à 5 pages rédigées, accompagnées d’une bibliographie indicative) sont à envoyer à Romain Bionda et Jean Louis Jeannelle (romain.bionda@fabula.org et jeannelle@fabula.orgavant le 15 septembre 2018. Elles seront évaluées anonymement par le comité de rédaction de la revue.
Les auteurs et autrices seront informés des résultats le 1er octobre 2018 et auront jusqu’au 15 janvier 2019 pour envoyer une première version complète, qui pourra éventuellement faire l’objet d’une discussion lors d’une journée d’étude organisée à Paris en février 2019. La version définitive de l’article devra être rendue au mois d’avril 2019.

Notes

[1] Quand on demande à James Lee Byars ce qu’est The Death of James Lee Byars, performance censée l’« exercer à la mort », il répond qu’il s’agit d’une « exposition d’art ». Voir Deadline (Paris, Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 2009), catalogue de l’exposition éponyme (2009-2010).
[2] Traité notamment par Ross Chambers dans Facing It: AIDS Diaries and the Death of the Author, Ann Arbor, University of Michigan Press, 1998.
[3] « Dans Tout casse, il met en scène, avec force précision, son suicide : “Ne pas être en contact immédiat avec la boîte crânienne, se réserver l’épaisseur de la langue, que le fracas osseux soit à terme, octroient une fraction de seconde supplémentaire entre la gâchette pressée et le déménagement infernal du crâne.” » (Marie Gobin, « Bernard Lamarche‑Vadel mettait fin à ses jours le 2 mai », dans L’Expressen ligne, 01.11.2000.)
[4] Voir p. ex. le chapitre sur les « poètes mourants » de la partie sur les « imaginaires de l’écrivain à l’époque romantique » dans José‑Luis Diaz, L’Écrivain imaginaire : scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, 2007.

Journée d’étude – « La Littérature en médiations/ Mediating Literature »

1ère JE du projet AHRC Literature under Constraint (LUC)

« La Littérature en médiations/ Mediating Literature » 

 

23 mars 2018

Court room, Senate House, université de Londres

 

L’objectif de cette première journée est de cerner les principales évolutions ayant touché le monde des lettres en France depuis les années 1980, d’abord dans sa production, mais également dans ses modes de fonctionnement ainsi que dans ses relations avec d’autres espaces sociaux. Dans ce but, la journée s’appuiera sur l’un des principaux apports de la recherche récente en sciences sociales concernant la littérature : l’étude des conditions sociales, économiques et idéologiques de l’activité littéraire (Sapiro, 2014), qui englobe tant ce que font les écrivains que l’organisation de la vie littéraire (revues, académies, prix), l’environnement éditorial, intellectuel, médiatique, etc. Dans cette perspective, notre attention se portera sur les métamorphoses de la « condition littéraire » elle-même (Lahire, 2006 ; Sapiro et Rabot, 2017), que cela soit au plan du recrutement social des écrivains, que de leurs conditions de travail, de leurs sources d’influence, dont il s’agira notamment de mesurer les traductions en matière thématique et/ou stylistique. Notre questionnement se tournera également vers la médiation exercée par les éditeurs, anciennement installés ou créés durant la période (POL, Verdier…). Dans le contexte des bouleversements ayant affecté le champ éditorial depuis les années 1980 (Bouvaist et Boin, 1989 ; Raynaud, 1999 ; Schifrin, 2005 ; Mollier, 2015), il s’agira de d’évaluer l’action de ces gate-keepersessentiels dans l’émergence ou l’importation de nouveaux styles, auteurs ou courants, dans l’invention de nouvelles « traditions » littéraires, par exemple en Afrique francophone (Forsdick, 2010, Ducourneau, 2017). Une attention particulière sera accordée aux répercussions de l’émergence des environnements numériques et en ligne. Pareille réflexion intéresse non seulement les études sur la création, la publicisation et la diffusion des œuvres (Bon, 1997 ; Jouhaud et Viala, 2002), mais aussi celles sur l’action des multiples intermédiaires (agents littéraires, critiques, etc.) engagés dans la production, la promotion, la hiérarchisation, et plus globalement la définition de la littérature et de la place sociale des écrivains.

 

09h15    Ouverture de la première JE par Dominic Glynn (IMLR) et Sébastien Lemerle (Paris-Nanterre)

 

Matinée

09.30    Gisèle Sapiro (CNRS), « The writing profession in France in the globalization era: changes and continuities »

10.45    Alexandre Gefen (CNRS) : « L’idée de littérature au XXIe siècle »

11.30    Erika Fülöp (Lancaster) « Caught in the Web: Authors facing the social media »

 

12.45 -13.30 pause déjeuner

 

Après-midi

13.30    Claire Ducournau (Montpellier), « Des négociations invisibles aux écrivain-e-s visibles. Édition, production et forme de la littérature africaine de langue française depuis les années 1980 »

14.45    Subha Xavier (Emory) « Translation as Mediation: Sino-French Literature between France and China »

16.00    Alain Farah (McGill) « C’est POL qui m’a fait ça »

 

17.15 Table ronde : Alexandru Matei (Constanta) + Simon Kemp (Oxford)

Vin d’honneur à 18h

Modérateurs : Jean-Michel Gouvard (Bordeaux), Stephanie Obermeier (Kent), Claire Squires (Stirling), Pierre-Philippe Fraiture (Warwick), Anna-Louise Milne (ULIP), Jeff Barda (Cambridge)

Inscription en ligne : https://modernlanguages.sas.ac.uk/events/event/14815

Parution – « Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle »

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle, aux Presses universitaires de Limoges dans la collection « Médiatextes ».

Veuillez trouver ci-joint et au lien suivant la présentation de l’éditeur: http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=901

Les voix du lecteur dans la presse française au XIXe siècle

Call for submissions – « Documenting ‘shock experiences’ of migration »

Bonjour,

Je vous prie de trouver ci-joint, en français et en anglais, l’appel à communications pour le colloque « Documenter les ‘expériences du choc’ de la migration : pour une transformations des représentations sociales ? » qui se tiendra à la MSHS de Poitiers du 7 au 9 novembre 2018.

Ce colloque international clôture le programme de rencontres scientifiques « Représenter l’expérience de la migration » (2016-2018). Il fait suite à trois Journées d’étude qui ont abordé la question des représentations sous l’angle des récits (mars 2016) et des images (novembre 2016) que produisent les exilés, puis sous celui des discours, des récits et des images qui, depuis un siècle, ont représenté de manière dissensuelle la figure du « réfugié » (avril 2017). Le colloque a pour ambition à la fois d’approfondir et d’étendre les réflexions engagées au cours de ces différentes étapes, en gardant le cap établi à partir de la notion d’expérience : en ouvrant la parole aux premier.ère.s acteur.rice.s de la migration que sont les personnes migrantes, en l’ouvrant également aux chercheur.euse.s, aux journalistes, aux artistes et aux activistes, il se situera du côté de ces personnes en situation de migration qui, le plus souvent exilées et « illégalisées », ont vécu des expériences « où le choc est devenu la norme » (Walter Benjamin).

Call for papers – « Female intellectual authority »

Portraits and Poses
Representations of female intellectual authority, agency and authorship in early modern and Enlightenment Europe

KU Leuven (Belgium), 21 – 22 March 2019

Call for Papers

Annual Conference of the Dutch-Belgian Society for Eighteenth-Century Studies

This conference seeks to address the various modes and strategies through which female intellectuals (authors, scientists, educators, and others) sought to negotiate and legitimize their authority in Early Modern and Enlightenment Europe (1600-1800).

The 17th and 18th centuries have often been described as a decisive period in terms of professionalization as well as disciplinary formation and/or consolidation in the arts and sciences. In the course of this period, learned women increasingly articulated an awareness of their public image and were actively involved in modelling these representations. There is a growing body of scholarship on such individual women’s (self)representation as intellectuals, that invites us to draw out its implications for early-modern cultural history more broadly.
Multiple questions arise when examining representations of female intellectual authority during the Early Modern period and the Enlightenment: which visual and/or textual strategies (e.g. portraits, paratexts and ego-documents) did women (and their critics) use to construct their persona in the emerging intellectual, scientific and literary fields; to what extent were these homogeneous, complementary or rather conflictual? And how did representations of personal and collective authority interact? For instance, when and why did women resort to their (private/public) contact with other (female) authorities, or rather shy away from gendered association and/or collaboration? And to what extent were these legitimizing strategies determined by historical context, geographical boundaries and social position?
The primary objective of this conference is to examine these modes and strategies of female self-representation from an interdisciplinary and cross-cultural perspective. Papers should therefore move beyond individual case studies and address the conceptual and historiographic issues involved in studying processes of female intellectual legitimation.
We welcome submissions in the form of complete sessions (3 papers + response) or individual papers (20 minutes), preferably in English, on the following topics:
– Text and Image: Textual and visual representations of women as intellectual authorities
– Networks of Authority: uses of gendered associations (through paratexts, dedications, ego-documents) as strategies to gain authority;
– Disciplines: inclusion/exclusion strategies of and by women in emerging disciplines
– Markets and publication strategies: commercial strategies; branding female authority in the “public market”; discourse on fame/reputation and gender;
– Labels: conceptualizing/classifying female intellectuals and authors in early historiography and accounts of the cultural field.
Potential speakers are invited to submit a title and abstract of 300 words by May 15, 2018. These, accompanied by a short CV, can be sent to PortraitsandPoses@18e-eeuw.nl.
Notification of acceptance will be given by July 1st 2018. Selected papers will be published in a peer-reviewed edited volume after the conference; authors will be asked to submit revised versions of their conference paper by July 1st, 2019.
For more information see: www.18e-eeuw.nl.
Organising committee: Dr. Beatrijs Vanacker | Prof. Dr. Alicia C. Montoya | Dr. Lieke van Deinsen

Prof. dr. Alicia C. Montoya | Professor of French literature | Radboud University | Department of Romance Languages | P.O. Box 9103 | Nijmegen | The Netherlands | Tel. +31 24 3612152 | office: Erasmus building, 5.11

Principal Investigator, MEDIATE: Middlebrow Enlightenment – Disseminating Ideas, Authors, and Texts in Europe, 1665 – 1830: http://mediate18.nl/index.php

Colloque – « Les discours de l’éditeur »

« Les discours de l’éditeur »

Colloque : 9-10 mars 2018

Centre culturel de l’Université de Sherbrooke

Colloque coorganisé par la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire (Édisoc) et le Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) dans le cadre du projet de recherche « Sur les traces de l’éditeur ».

Vous trouverez l’affiche officielle de l’événement en pièce jointe et la version définitive du programme ci-dessous.

Programme :

9 mars

10h-12h – Des discours et des actes

Présidence de séance : Anthony Glinoer

Anthony Glinoer (Université de Sherbrooke), Introduction du colloque

Marie-Andrée Bergeron (University of Calgary), « Éditrices dans la Cité. L’engagement des éditions du remue-ménage dans la lutte des féministes québécoises »

Julien Lefort-Favreau (Université de Sherbrooke), « André Schiffrin : l’emblème de l’indépendance »

13h30-14h30 – Présentations de recherches doctorales en cours

Valentina Blaga, Joanie Grenier et Philippe Rioux (Université de Sherbrooke)

15h00-16h30 – Types de discours

Présidence de séance : Julien Lefort-Favreau

François Vallotton (Université de Lausanne), « Les éditeurs comme personnages médiatiques : les cas de Bertil Galland et Vladimir Dimitrijevic »

Marie-Pier Luneau et Virginie Mailhot (Université de Sherbrooke),  « “La conviction d’avoir travaillé utilement à cette petite révolution ne nous laisse pas indifférent, vous le pensez bien”. Un type particulier de discours éditorial : l’allocution de lancement »

10 mars

9h-11h30 – Discours d’éditeurs et champ éditorial

Présidence de séance : Jacques Michon (Université de Sherbrooke)

Lucie Hotte (Université d’Ottawa), « Lutte pour le capital symbolique en Ontario français : la fondation des Éditions du Nordir »

Hervé Serry (CNRS), « Des outsiders doté.e.s de prétentions : le(s) discours officiel(s) des éditions du Seuil au fil de sa croissance (1950-2018). Concurrences éditoriales et logiques d’entreprise »

Raphaël Thierry (Universität Mannheim),  « Les éditeurs africains sur l’échiquier du “glocal” : entre stratégies de négociation et positions de résistance »

12h ‒ Table-ronde d’éditeurs animée par Josée Vincent (Université de Sherbrooke) avec Élodie Comtois (Écosociété), Nicole Saint-Jean (Guy Saint-Jean) et Denise Truax (Prise de parole).

Journée d’études – « (Dé)construire la légitimité »

Journée d’études « (Dé)construire la légitimité »

Vendredi 16 mars 2018

MESHS Lille-Nord de France, Salle  2

Organisation : Anne Besson, Matthieu Letourneux et Laura Muller-Thoma

***

PROGRAMME

Matin

9h : accueil

9h15 : Introduction de la journée par Matthieu Letourneux

9h30-10h30 : Séance 1, Légitimités en crise

Hervé Glévarec (CNRS/Dauphine) : « Légitimité, reconnaissance et désirabilité des biens artistiques : fondements contemporains des rapports à la culture artistique »

Eric Maigret (Paris III-Sorbonne nouvelle) : « Les enjeux de la postlégitimité culturelle : l’exemple de la culture BD »

11h-12h : Séance 2, Publics et marchés

Diana Holmes (Leeds) : « Une littérature illégitime : le “middlebrow” »

Sylvie Ducas (Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Légitimité soluble dans le marché ? L’exemple des prix littéraires »

12h-13h30 Déjeuner

Après-midi

13h30-15h : Séance 3, Interroger les critères

Benjamin Campion (Le Havre), « “Quality TV” : de la légitimation à la destitution ? Quand la qualité devient un contre-argument »

Florian Moine (Paris-I Panthéon Sorbonne) : « Construire la légitimité culturelle du Neuvième Art. Le Musée de la Bande Dessinée d’Angoulême »

Sylvain Lesage (Lille) : « Une bande dessinée « adulte » ? Usages et mésusages de la légitimation »

15h30-17h : Séance 4, Légitimations problématiques

Nicolas Lahaye (Versailles Saint-Quentin) : « Le goût du nanar : une cinéphilie du ‘mauvais film sympathique’ »

Thomas Mercier-Bellevue (Paris-Sorbonne) : « L’idée de ‘paradigme herméneutique’ face aux arts de masse : la critique d’art comme opérateur de légitimation »

Denis Mellier (Université de Poitiers), « De la relégitimation : le mythe de la citadelle assiégée »

Rencontre – « Profession ? Écrivain. Discussion autour du métier d’écrivain »

Bonjour,
Pour info. ​
Présentation par Cécile Rabot et Gisèle Sapiro, jeudi 8 février 19h, aux Mots (école de littérature), 5 rue Dante, Paris 5e.

Profession ? Écrivain. Discussion autour du métier d’écrivain

Écrire, est-ce un métier ? Est-ce un don ou un ensemble de compétences qui s’acquièrent ? Peut-on vivre de sa plume ? Quelles sont les différentes facettes de l’activité d’un écrivain ? Telles sont quelques unes des questions qu’aborderont Cécile Rabot et Gisèle Sapiro à partir du livre qu’elles ont codirigé : Profession ? Écrivain, et qui a paru en août dernier chez CNRS Editions. Les enjeux de la reconnaissance symbolique et économique du métier d’écrivain seront analysés notamment à travers les activités connexes (lecture en public, débats autour de l’oeuvre, adaptations, ateliers de lecture) et les dispositifs (programmes d’interventions dans des espaces publics, festivals, résidences, etc.) favorisant leur professionnalisation, ainsi que les soutiens institutionnels dont ils ou elles peuvent bénéficier, des collectivités aux associations professionnelles.

Cette rencontre sera l’occasion de poser toutes vos questions sur la profession d’écrivain, même les plus directes. L’idée est simple : recevoir au 4, rue Dante, dans un climat convivial et sans tabous, une personnalité du monde littéraire. Tous viendront partager leur expérience et vous éclairer sur l’un des aspects qui entoure la création littéraire.

Conférence – « La circulation internationale des oeuvres littéraires: conditions et obstacles »

Mme Gisèle SAPIRO donnera une conférence le 16 février 2018 à l’INALCO, dans le cadre du séminaire doctoral « Langue étrangère et langue étrangéisée. Comment aborder,traduire et enseigner les nouvelles littératures ».
Son intervention portera sur: »LA CIRCULATION INTERNATIONALE DES ŒUVRES LITTÉRAIRES: CONDITIONS ET OBSTACLES« , vendredi 16 février 2018 à 17h jusqu’à 19h Rue des Grands Moulins Paris 13, salle 3.15.
Le séminaire est ouvert.

Parution – « Les journaux québécois d’une guerre à l’autre. Deux états de la vie culturelle au Québec au XXe siècle »