Archives de l’auteur : mariannebg

Appel à contributions – « Les approches matérialistes du réalisme »

Le séminaire SLAC (Séminaire de Lettres des Armes de la Critique, ÉNS Ulm) organise, pour sa 5ème année d’existence, une journée d’études sur les approches matérialistes du réalisme, qui aura lieu le 5 juin à l’université de Paris 8, avec le soutien du laboratoire LHE (Littérature, Histoire, Esthétique), 217322.

La notion de réalisme, souvent convoquée dans les études littéraires, pose problème : d’une part, son pouvoir d’évidence tend à naturaliser certains traits thématiques et stylistiques au détriment d’une contextualisation historique fine ; d’autre part, son intérêt heuristique peut être fortement limité par l’élargissement de son domaine d’application. Si la plupart des critiques l’assimilent surtout à son apogée, au XIXe siècle, d’autres l’étendent jusqu’au XXe[1], voire jusqu’aux nouvelles formes de la littérature contemporaine[2]. Peut-on discerner des traits communs entre le « réalisme » tel qu’il est canoniquement conçu – à savoir un moment historiquement et géographiquement circonscrit, ce « réalisme français » défini par Lukács et incarné selon lui par Balzac, et ces courants qu’on a pu appeler « nouveau réalisme » ou « réalisme contemporain » ?

Nous souhaitons ainsi aborder à nouveau cette notion de réalisme et interroger la continuité et la cohérence de ces appellations selon un angle méthodologique spécifique, l’approche matérialiste. Nous entendons par là non seulement une attention portée au contexte de production et de réception et à l’inscription et au rôle des œuvres dans le mouvement de l’histoire, mais aussi aux théoriciens qui se revendiquent de l’approche matérialiste (notamment Lukács et ses successeurs, Goldmann, Barbéris, etc.) et se nourrissent des apports du marxisme et des sciences sociales en général. Pour plus de détails sur l’approche du séminaire, on pourra se rapporter aux séances mises en ligne sur le site du SLAC : https://adlc.hypotheses.org/seminaire-litteraire-des-armes-de-la-critique-4e-annee-2016-2017.

Les communications pourront s’inscrire dans les axes suivants :

  • La spécificité de la définition matérialiste du réalisme. On pourra revenir sur la définition du réalisme telle qu’elle a notamment été exposée par Lukács (dans Balzac et le réalisme français, La Découverte, [1934-1935/1935] 1999) et la comparer avec d’autres définitions. On essaiera ainsi de mettre en valeur la particularité de la définition matérialiste.
  • L’étude théorique et historique de la construction d’une approche matérialiste du réalisme. On pourra ainsi s’interroger sur le rôle de la critique littéraire russe (Biélinsky, Tchernychevski) dans l’appropriation matérialiste du réalisme ; sur le positionnement de Lukács vis-à-vis de cette critique ; sur les rapports historiques entre le réalisme socialiste de Lounatcharski et le réalisme tel qu’il est défini par Lukács.
  • En s’appuyant ou non sur cette contextualisation historique, on pourra s’interroger sur l’ambiguïté pragmatique de l’étiquette « réalisme », entre critique littéraire descriptive d’auteurs passés et ambition programmatique qui cherche à politiser la littérature. On pourra se demander si cette ambiguïté et/ou cette ambition politique est toujours présente dans les « nouveaux réalismes ».
  • La reprise et la critique des analyses matérialistes réalistes canoniques (Lukács, Goldmann, Ian Watt, Fredric Jameson). On pourra revenir aussi bien sur les auteurs étudiés par les textes matérialistes canoniques (par exemple l’opposition entre Balzac et Zola) que sur les outils méthodologiques fournis par ces mêmes textes (par exemple l’opposition entre tendances et moyennes). Ces études et ces outils peuvent-ils être affinés, critiqués ?
  • Le modèle de l’analyse matérialiste du réalisme est-il applicable à d’autres corpus ? On pourra tenter d’étendre ces mêmes analyses (conceptuelles, formelles) et ces mêmes outils à d’autres corpus, en ne se limitant ni à la littérature française, ni au xixe siècle.
  • Cette question du corpus pourra également être interrogée plus spécifiquement, d’un point de vue méthodologique. En effet, les approches matérialistes du réalisme ne s’appuient paradoxalement que sur quelques auteurs, ce qui relève plutôt d’une idéologie romantique du génie et d’une méthodologie individualiste légitimiste. On essaiera donc d’interroger le réalisme en prenant comme illustrations des genres dits mineurs, voire des productions littéraires collectives.

 

Les propositions de communication (une demi-page) doivent être envoyées, accompagnées d’une brève notice bio-bliographique, à realisme2018@gmail.com avant le 28 février 2018. Il n’est pas nécessaire d’avoir un ancrage universitaire pour participer à cette journée d’études. En revanche, nous insistons sur la nécessité de ne postuler que si l’aspect matérialiste de la problématique est nettement pris en compte.

 

[1] Voir notamment Ph. Dufour, Le réalisme, PUF, 1998, qui parle d’un réalisme « de Balzac à Proust ».

[2] Voir L. Ruffel, « Un réalisme contemporain : les narrations documentaires », Littératures, n°166, 2012.

Parution – COnTEXTES, « Les lieux littéraires et artistiques »

Si la question des sociabilités littéraires s’est développée au cours des dernières années, l’objectif de ce 19e numéro de la revue COnTEXTES est d’explorer une facette de cette thématique qui a jusqu’ici été moins traitée : celle du lieu. L’enjeu du dossier est d’étudier les lieux littéraires et artistiques dans un sens restreint c’est-à-dire, de non seulement prendre en compte la ville et les quartiers où ils se trouvent, d’étudier leurs caractéristiques générales, mais aussi, à plus petite échelle, le type d’espace investi et sa configuration. Il s’agit de voir comment et pourquoi ces endroits sont élus par les écrivains et les artistes et en quoi ils influencent leurs échanges, leurs représentations et leurs pratiques. Les fonctions de ces lieux, le type d’activités qu’ils proposent sont aussi envisagés, de même que leur valeur symbolique et la façon dont ils sont quelquefois mis en fiction. Les treize contributions ici rassemblées partagent en cela une volonté de mener une réflexion sociologique sur les spécificités des lieux littéraires et artistiques qu’elles prennent pour objet et sur leurs représentations. L’ensemble du dossier est disponible en ligne à l’adresse : https://journals.openedition.org/contextes/6288.

COnTEXTESn° 19, « Les lieux littéraires et artistiques »

Clément Dessy, Julie Fäcker et Denis Saint-Amand – « Introduction. Des valeurs du lieu dans les sociabilités littéraires et artistiques. »

Creusets

Anthony Glinoer et Vincent Laisney – « La configuration des lieux de sociabilité cénaculaires »

Magdalena Raduta – « Faire de nécessité vertu : le cénacle des quatre-vingtistes roumains »

Benjamin Caraco – « L’influence des espaces de sociabilité sur la création en bande dessinée . Le cas des auteurs de L’Association »

Institutions bâtardes

Paul Aron – « La sociabilité des chaises longues. Les écrivains du sanatorium »

Laurent Bihl et Julien Schuh – « Les cabarets montmartrois dans l’espace urbain et dans l’imaginaire parisien, laboratoires des avant-gardes et de la culture de masse (1880-1920)»

Thomas Augais – « Paul Valéry, Henri Mondor, Ludo Van Bogaert : approche des lieux de sociabilité médico-littéraires (1918-1945) »

Espaces promotionnels

Shoshana-Rose Marzel – « Contexte mercantile, sociabilité et œuvre d’art. L’exemple de l’art dans les premiers grands magasins parisiens »

Mannaig Thomas – « Le Festival du livre en Bretagne ou comment un lieu de sociabilité sert à entretenir l’illusio »

Intimités

Alexia Kalantzis – « Le domicile de l’écrivain comme lieu de sociabilité à la fin du XIXe siècle »

Pauline Flepp – « Francis Ponge ou le “génie de la solitude” »

Au coeur de la ville

Ligia Tudurachi – « Communauté littéraire et espace ouvert : le Cercle littéraire de Sibiu  »

Laurence Brogniez et Tatiana Debroux – « Une exposition à l’échelle de la ville. Sociabilités des espaces complémentaires aux Salons des XX et de La Libre Esthétique »

Thomas Franck – « La “mode existentialiste” : lieux de vie et formes de pensée »

Varia

Denis Saint-Amand et Léa Tilkens – « Ce qu’Éric Chevillard fait à la critique académique »

Notes de lecture

Jean-François Vernay – Faut-il se fier à ses premières expressions ? Compte rendu de V. Laisney, En lisant en écoutant, Les Impressions nouvelles, 2017 »

Ninon Chavoz – « Compte rendu de Claire Ducournau, La fabrique des classiques africains, CNRS Éditions, 2017 »

Parution – « Littératures en langues africaines. Production et diffusion »

Ursula Baumgardt (dir.), Littératures en langues africaines. Production et diffusion

Paris : Karthala, 2017.

362 p.

EAN 9782811119461

29,00 EUR

Présentation de l’éditeur :

Les littératures en langues africaines sont encore mal connues, alors qu’elles sont riches et très diversifiées, réunissant aussi bien des productions orales que des productions écrites en plusieurs graphies.

Ce volume présente des études sur les littératures de treize pays : Algérie, Cameroun, Comores, Djibouti, Gabon, Madagascar, Mali, Niger, Nigéria, Rwanda, Sénégal, Tanzanie et Tchad. Les langues concernées sont le bulu, le hausa, l’igbo, le kabyle, le kinyarwanda, le malgache, le mandingue, l’orungo, le peul, le shikomori, le somali, le swahili, le tupuri et le wolof.

Les vingt-deux contributions s’organisent selon deux problématiques : la production d’abord et la diffusion ensuite des littératures en langues africaines, en distinguant pour chacune d’elles l’oralité et la scripturalité pour s’intéresser également à l’articulation entre les deux modalités de communication.

Dans son introduction, Ursula Baumgardt définit le cadre théorique et méthodologique du projet pilote ELLAF (Encyclopédie des littératures en langues africaines) qui est à la source de l’ouvrage. Elle contextualise ainsi la production de la littérature orale et de la néo-oralité, tout comme sa diffusion numérique et les manifestations de l’écriture littéraire dans toute sa richesse.

L’articulation étroite entre littératures orales et littératures écrites en langues africaines constitue la grande originalité de ces travaux. Elle permet une approche différenciée des textes et contribue à poser les bases d’une comparaison des littératures en fonction de la langue de production et du mode de communication utilisés.

En conclusion, il est proposé d’améliorer les structures d’édition et de diffusion de ces littératures, d’encourager leur transmission et leur enseignement.

Ursula Baumgardt est professeur de « Oralité et littératures africaines » à l’Institut National des langues et civilisations orientales (INALCO) à Paris et membre de l’équipe de recherche « Pluralité des Langues et des Identités » – Didactique – Acquisition (PLIDAM) – INALCO.

Ont également contribué à cet ouvrage : Marie-Rose Abomo-Maurin, Flavia Aiello, Amar Ameziane, Elara Bertho, Jean Derive, Abdoulaye Keïta Fatouma Mahamoud, Kelly Marlène Milebou Njave, Aliou Mohamadou, Louis Ndong, Solotiana Nirhy-Lanto Ramamonjisoa, Jean Chrysostome Nkejabhizi, Chaïbou Elhadji Oumarou Narivelo Rajaonarimana, Uta Reuster-Jahn, Moussa Sagna, Cheick Sakho, Amadou Sow, Mohand-Akli Salhi, Henry Tourneux, Françoise Ugochukwu, Ibrahim Yahaya, Théophile Yamo Kalbe, Souleymane Ali Yero.

Workshop ‘Event – Dispositif, « Agency in the Arts and Literature (1750-1980) »

Chères collègues, chers collègues,
Je tiens à vous signaler une manifestations qui aura lieu à Berlin. Cette journée sera dédiée à la reconstitution historiques des dispositifs artistiques dans une perspective résolument comparatiste : à travers les arts, aires culturelles et périodes historiques. Vous y êtes cordialement invité.e.s.

Il suffit de me signaler votre intérêt pour recevoir la brochure avec les résumés des communications et avec la présentation des intervenants et des répondants de cette journée.

 

Si vous ne prévoyez pas de voyages à Berlin en ce mois de janvier, nous vous saurions gré de transmettre cette annonce aux collègues, étudiant.e.s et ami.e.s berlinois.e.s.

 

Pour participer de loin, suivez-nous sur la page Facebook de la manifestation : https://www.facebook.com/events/1024867800989791/

 

En vous remerciant de votre attention, bien cordialement,

Alexeï Evstratov

POINT Fellow

Dahlem Humanities Center

Freie Universität Berlin

Habelschwerdter Allee 45

14195 Berlin Germany

http://www.fu-berlin.de/sites/dhc/nachwuchs/Evstratov/index.html

evstratov@zedat.fu-berlin.de

 

 

Chercheur associé

Centre de Recherches sur les Arts et le Langage

Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales

96, bd Raspail — 75006 Paris — France

http://cral.ehess.fr/index.php?1952

alexei.evstratov@ehess.fr

 

Prolongation appel à communications – « Du pragmatisme en sciences humaines. Bilan et perspectives »

Chers collègues,

Compte tenu des nombreuses demandes formulées en cette période de fin d’année, la date limite pour envoyer les articles en réponse à l’appel sur le pragmatisme de la revue Interrogations est repoussée d’un mois.

Nouvelle date limite : 31 janvier 2018.

Bien cordialement,
Pour le comité de rédaction
Mireille Diestchy et Julien Péquignot

 

AAC N° 27 – Du pragmatisme en sciences humaines

Parution – « Didactiques et médiations des arts et de la littérature »

 Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


Pratiques 175-176, 2017

Didactiques et médiations des arts et de la littérature

Consulter en ligne :

https://journals.openedition.org/pratiques/3530

PRÉSENTATION

Si l’interdisciplinarité a connu son heure de gloire dans le monde anglo-saxon des années 70, en France, il aura surtout fallu attendre les années 2000-2010 pour voir les textes officiels modifier l’organisation de la scolarité obligatoire, créer et mettre en œuvre un enseignement de l’histoire des arts et préconiser un enseignement interdisciplinaire comprenant la mise en dialogue de la littérature et des arts. Ce numéro apporte des éléments de réponse aux problèmes épistémologiques et pratiques posés par l’introduction de l’enseignement de l’histoire des arts sur les plan de la formation des maitres, des textes officiels et des manuels et des pratiques en classe et poursuit la réflexion sur les modalités de médiation des objets d’arts qui ont lieu dans les musées en situation scolaire.

Le numéro se referme avec un dossier coordonné par Alain Rabatel et Caroline Masseron consacré à « la question du prédicat ». Les contributions retracent l’historique d’une polémique alimentée par les médias et discutent, sur le plan épistémologique et didactique, du bien-fondé de cette notion de prédicat introduite dans les instructions de 2015. La discussion didactique s’appuie sur les expériences francophones (France, Québec, Suisse romande et Wallonie) et examine les enjeux de formation des maitres et des élèves.

 

 

SOMMAIRE

Anne Leclaire-Halté et André Petitjean – Pour un dialogue interdidactique français/arts

Sylvie Octobre – L’enfant et les techno-cultures : mutations culturelles et transformations sociales

Pour une interdidactique de la littérature et des arts

Sylviane Ahr – L’enseignement de la littérature en dialogue avec les arts : des discours institutionnels à harmoniser

Marie-Sylvie Claude – Peinture et littérature face aux pratiques, gouts et savoirs culturels des élèves du second degré

Nicole Biagioli – Écrire à partir d’une image et fabriquer un objet à partir d’un texte : historique et caractéristiques actuelles des pratiques scolaires

Christine Boutevin – Les livres de poèmes illustrés : production littéraire et lecture de quelques maitres en formation

Anne Leclaire-Halté et Luc Maisonneuve – Les albums documentaires sur les peintres : un exemple d’interdisciplinarité au cycle 3 de l’école primaire

Armelle Hesse-Weber – Du théâtre à la bande dessinée

André Petitjean – Candide de Jean Tardieu : étude d’une adaptation de l’œuvre de Voltaire

Isabelle De Peretti – Pour une recherche interdidactique autour du théâtre

 

L’expérience esthétique entre classe et musée

Christine Deronne – Ce qu’ils voient, ce qu’ils disent quand ils rencontrent une œuvre

Françoise Arbouet, Danielle Bertrand, Marie-Do Bidard, Jean-Charles Chabanne, Manon Gaquerel, Philippe Mesmin, Mary-Ève Penancier, Stéphanie Rieu et Cécile Salvador – Autour de la sculpture et du tactile : jeux de langage(s), conduites d’élèves et arts de faire professionnels en cycle 1

Elisa Ravazzolo – Stratégies verbales et multimodales dans la médiation d’objets d’art et de culture pour les jeunes publics : le cas de la visite guidée au musée d’art et d’histoire de Saint-Denis

Françoise Rigat – Les livrets pour enfants dans les musées d’art : vers une médiation culturelle et récréative

Cora Cohen-Azria et Ana Dias-Chiaruttini – De La petite taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête : Quand un album de jeunesse devient scénario d’exposition

 

La question du prédicat

Sous la direction de Alain Rabatel et Caroline Masseron

Alain Rabatel – Le prédicat : une question, et une « affaire »

Sylvie Plane – Le prédicat est-il subversif ?

Marie-Laure Elalouf – Utiliser le terme de prédicat : quel cout pour les enseignants ? quels gains pour les élèves ?

Martine Panchout-Dubois, Roxane Gagnon et Ecaterina Bulea Bronckart – Les péripéties du prédicat en Suisse romande : hier, aujourd’hui et demain…

Carole Fisher et Marie Nadeau – Survivre au prédicat : le cas du Québec

Dan Van Raemdonck – « Le prédicat m’a tuer », signé P(articipe) P(assé)

Bernard Combettes – Le prédicat en question : objectifs d’enseignement, conception de la langue et choix d’une terminologie

Bernard Colombat – Faut-il réutiliser les concepts linguistiques du passé ? Un regard rétrospectif sur le prédicat

Note de lecture

Jacques-Philippe Saint-Gerand – Robert Martin, Linguistique de l’universel. Réflexions sur les universaux du langage, les concepts universels, la notion de langue universelle. Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2016, 114 p.

 

Parution – « Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire »

Parution

Mélodie Simard-Houde, Le reporter et ses fictions. Poétique historique d’un imaginaire

Limoges, Presses universitaires de Limoges, coll. « Médiatextes », 2017

589 pages

32 euros

EAN : 9782842877675

url : http://www.pulim.unilim.fr/index.php/notre-catalogue/fiche-detaillee?task=view&id=892

Présentation

D’un bout à l’autre de la Troisième République, la presse française connaît une profonde mutation qui correspond à l’avènement d’un nouvel acteur journalistique, le reporter, et d’un nouveau genre, le reportage.  Peu à peu, le reporter, petit ou grand, l’interviewer, puis l’«envoyé spécial» se fraient un chemin au sein des rédactions, bouleversent la hiérarchie traditionnelle auparavant dominée par le chroniqueur, s’imposent à la «une» des quotidiens. Un nouveau protocole d’écriture et de nouvelles pratiques journalistiques s’inventent, plaçant en leur cœur l’enquête et la mise en scène du journaliste, ému et exposé dans son corps.

À ces mutations répondent des scénarios, des récits, des fictions de grande diffusion qui font du reporter un héros de premier plan au sein de la culture médiatique. Des personnages de Jules Verne aux enquêtes de Joseph Kessel, en passant par les photographies, les interviews et les souvenirs de reporters, cet ouvrage retrace l’histoire et les poétiques d’un imaginaire de l’enquête journalistique, interroge les lieux de son émergence et les conditions de son triomphe dans l’entre-deux-guerres.

Entre sensationnalisme et engagement, quête d’exotisme et dénonciation des maux sociaux, rigueur et invention, comment le reporter en vient-il à incarner, pendant près de soixante-dix années, une forme d’idéal démocratique? Explorer ce questionnement met en lumière la manière dont la société, la culture médiatique et les acteurs journalistiques ont pensé, à ses origines, le rôle du journalisme d’information.

Sommaire

Première partie : Le reporter, témoin et médiateur. Scénographies du reportage et variations poétiques

Prologue : la genèse de l’enquête journalistique (1860-1890)

Chapitre 1. Modes d’immersion

– Immersion corporelle

– Immersion identitaire

Chapitre 2. Modes axiologiques

– L’altérité : figures de l’exotisme

– L’identité : figures médiatiques de la modernité

– La pitié et l’indignation : engagement dans le reportage social

Chapitre 3. Modes narratifs et éditoriaux

– Scénographies de l’écriture – la production du reportage comme texte

– Variations génériques, contraintes et temporalités éditoriales

Deuxième partie : Le héros reporter. Scénarios fictionnels et postures médiatiques

Chapitre 4. Scénarios fictionnels : premiers types

– Un héros malheureux du roman de mœurs journalistiques

– Du tragique au comique. Le reporter, type et personnage de microfictions

– Un personnage secondaire du roman populaire

Chapitre 5. Scénarios fictionnels : héros, du roman à l’écran

– Un héros du roman populaire

– Autour du reporter : figurations journalistiques, axiologies et intertextes

– Le reporter au cinéma

Chapitre 6. Postures médiatiques allographes

– Le reporter interviewé

– L’iconographie du reporter

– L’énonciation éditoriale : l’invention d’une poétique du sensationnel

– Le reportage-événement, entre allographie et autographie

Chapitre 7. Postures autographes : le reporter, témoin parmi les hommes

Séminaire – « Patrick Modiano: la fabrique d’un Nobel »

Bonjour à tou(te)s,
 
J’ai le plaisir de vous transmettre (en pièce jointe et ci-dessous) le programme du séminaire denseignement et de recherche « Patrick Modiano: la fabrique d’un Nobel », qui reprend ses activités au prochain semestre à lInstitut dÉtudes Européennes, Université Paris 8, salle A 243 (dates précisées ci-dessous).

 

Très bonnes fêtes à tou(te)s; bien cordialement,

 

Clara Lévy.

 

 
 
Séminaire
Patrick Modiano: la fabrique d’un Nobel
Programme 2017-2018
 
 
 
 
Responsable :
            Clara Lévy, Professeur de sociologie, Institut d’Etudes Européennes (Université Paris 8)/LabToP-Cresppa (clara.levy05@univ-paris8.fr)
 
Statut :
Séminaire d’enseignement et de recherche.
 
Objectifs du séminaire
Le 9 octobre 2014, le prix Nobel de Littérature a été attribué à l’écrivain Patrick Modiano. Suite à l’atelier de l’année dernière, nous restent à explorer, dans une perspective pluri-disciplinaire, plusieurs pistes : d’abord les thématiques de l’œuvre de Modiano à portée socio-historique (par exemple, la judéité ou le rapport mémoire/histoire), ensuite, ses procédés d’écriture et son rapport à la fiction et à l’autobiographie et, enfin, la réception de son œuvre dans La Quinzaine littéraire.
 
 
Calendrier & programme : (jeudi de 12 à 15h)
 
Séance 1: séance introductive (18/01)
            Clara Lévy (Professeur de sociologie, Université Paris 8) : Présentation du projet Modiano.
 
Séance 2 : Du côté de la production et de la réception (25/01)
            Phoebe Weston-Evans (Traductrice et doctorante en littérature, Université de Melbourne/Université Paris 4) : « Le silence des sources chez P. Modiano ».
            Maria Patricio Mulero (Docteure en sociologie, ATER à l’Université Paris 8) : « La réception de P. Modiano en Espagne ».
 
Séance 2: Mémoire, fiction et récit de soi (01/02) 
            Thierry Laurent (Dr HDR en littérature française, Professeur de FLE/CCFS-Sorbonne) : « L’autofiction dans l’œuvre de P. Modiano ».
            Laura Campos (Professeur de littérature francophone, Université d’État de Rio de Janeiro) : « Post-mémoire et récit de filiation chez P. Modiano ».
 
Séance 4 : Écriture et identité (15/02) 
            Clara Lévy (Professeur de sociologie, Université Paris 8) : « Littérature et judéité. Les écrivains juifs de langue française entre 1945 et le début des années 80 ».
Francesca Dainese (doctorante en co-tutelle Université de Vérone/Université Paris 3) : « Portraits « en jeune » : Modiano e les hologrammes  d’une judéité inassumable ».
 
Séance 5 : Écriture littéraire et écriture de l’histoire (08/03, de 15 à 18h)
            Maxime Decout (Maître de conférences en langue et littérature françaises, Université Lille 3 Charles de Gaulle) : « Analyse comparative de Voyage de noces et de Dora Bruder ».
            Gérard Noiriel (directeur d’études à l’EHESS) : « S’inspirer de Modiano pour produire de la connaissance historique ».
 
Séance 6 : Conclusion (15/03)
Étudiants de master: « La réception de Modiano dans le magazine La Quinzaine littéraire ».
            Clara Lévy: Synthèse des apports des séances précédentes
 
Lieu :
 
Institut d’Études Européennes :
 
Quand on entre dans le bâtiment de l’université, il faut prendre à gauche : bâtiment A. On emprunte un escalator qui monte puis on poursuit tout droit en restant alors sur la droite et en ne prenant pas l’escalator qui descend (qui apparaît sur la gauche). Après les portes battantes, il faut tourner à droite et poursuivre tout droit, jusqu’à un genre de fontaine orientale sur la gauche. Prendre alors l’escalier A5 sur la droite, monter d’un étage. Arrivé(e) à l’étage du dessus, l’entrée de l’IEE se trouve juste à droite de l’escalier; il suffit de prendre le couloir, puis de tourner à gauche : la salle A 243 est au bout, à droite.
 

Parution – Abigail Williams, « The Social Life of Books. Reading Together in the Eighteenth-Century Home »

Parution

Abigail Williams

The Social Life of Books.Reading Together in the Eighteenth-Century Home

Yale University Press

June 27, 2017
352 pages, 6 1/8 x 9 1/4
57 b/w illus.
ISBN: 9780300228106

A vivid exploration of the evolution of reading as an essential social and domestic activity during the eighteenth century

Two centuries before the advent of radio, television, and motion pictures, books were a cherished form of popular entertainment and an integral component of domestic social life. In this fascinating and vivid history, Abigail Williams explores the ways in which shared reading shaped the lives and literary culture of the time, offering new perspectives on how books have been used by their readers, and the part they have played in middle-class homes and families.

Drawing on marginalia, letters and diaries, library catalogues, elocution manuals, subscription lists, and more, Williams offers fresh and fascinating insights into reading, performance, and the history of middle-class home life.

Abigail Williams is Lord White Fellow and Professor of Eighteenth-Century Studies at St. Peter’s College, University of Oxford. She is author of Poetry and the Creation of a Whig Literary Culture: 1680–1714 and the editor of Jonathan Swift’s Journal to Stella.

https://yalebooks.yale.edu/book/9780300228106/social-life-books

Appel à communications – « Ce que la traduction fait au roman : le rôle des textes traduits dans l’évolution du genre romanesque francophone (XIX-XXI siècles) »

Le colloque, Ce que la traduction fait au roman : le rôle des textes traduits dans l’évolution du genre romanesque francophone (XIX-XXI siècles), aura lieu le 25 et 26 octobre 2018 à l’Université McGill.

Date limite pour l’envoi des propositions: 30 mars 2018.

projet_traduction_et_roman