Archives de l’auteur : Rosie LD

Appel à contribution – « Ce que le musée fait à la littérature »

Ce que le musée fait à la littérature

Muséalisation et exposition du littéraire

s. dir. Marie-Clémence Régnier (Université Paris-Sorbonne)

n° 16 – juin 2015

            De par sa nature et ses modes de diffusion coutumiers, la littérature s’est traditionnellement développée en marge de l’espace muséal, dévolu historiquement et institutionnellement à d’autres pratiques, artistiques (peinture, photographie…) ou scientifiques (histoire, sciences naturelles…) en particulier. Pour autant, les deux univers ont fait l’objet de nombreuses formes d’interactions, qu’il s’agisse, pour la littérature, de représenter l’univers muséal, de contribuer à la vie artistique (par la critique, notamment) ou encore, pour le monde muséal, d’exposer la littérature.

Jusqu’à présent, la recherche consacrée aux enjeux des relations entre musée et littérature s’est essentiellement focalisée sur le versant littéraire. L’on peut notamment songer aux travaux consacrés à la critique d’art des écrivains, ou bien à la participation de ces derniers à des catalogues d’expositions, voire à des ouvrages consacrés à certains musées (voir le Musée du Louvre de Théophile Gautier ou la fiction de Brock Clarke An Arsonist’s Guide to Writers’ Homes in New England : A Novel). Mentionnons également les études portant sur l’appropriation du geste muséal de collection et d’exposition par l’écrivain (voir le numéro de la revue Littérature, « La littérature exposée », 2010), dans un contexte souvent semi-privé et domestique (Dominique Pety (2003), Bertrand Bourgeois (2009)).

Quelques rares travaux abordent la littérature comme objet de musée. Ils ne traitent cependant pas des modes d’appropriation de la littérature par l’environnement muséal. À cet égard, l’article intitulé « Le Musée et le texte » de Philippe Hamon, déjà ancien (1995), continue de faire référence mais davantage auprès de disciplines connexes (Depoux, 2006). Par ailleurs, les maisons-musées d’écrivains font l’objet de travaux (Hoover Biggers (2002) et Hendrix (2012) par exemple).

Ainsi, la muséalisation de la littérature prend plus d’un visage, qu’il s’agit d’identifier plus avant et de situer historiquement. Quelques exemples sont intéressants de ce point de vue : outre les maisons d’écrivains, pensons aux Archives et Musée de la littérature à Bruxelles, au Deutsches Literaturarchiv Marbach/Schiller-Nationalmuseum établi dans la ville natale de Friedrich Schiller, ou bien au Musée national de la littérature chinoise moderne à Pékin. Il convient également d’évoquer à ce titre les expositions temporaires telle que l’exposition « Victor Hugo. L’homme-océan » à la Bibliothèque nationale de France (2002) par exemple, ainsi que des expériences originales et inédites qui conduisent l’écrivain à devenir acteur du musée (Jean-Philippe Toussaint sollicité pour l’exposition « Livre/Louvre » en 2012 ; réalisation du « Musée de l’innocence » d’Orhan Pamuk, issu d’une fiction).

Dans ce contexte de recherche, le numéro de la revue Interférences littéraires/Literaire interferenties a pour ambition une interrogation sur le devenir de la littérature lorsqu’elle se fait objet de musée. Il s’agira de proposer une première cartographie des enjeux soulevés par la muséalisation de la littérature aux xixe, xxe et xxie siècles, tant en termes de discours que de pratiques. Il s’agira d’étudier les modalités d’un processus, entendu comme « l’opération tendant à extraire, physiquement et conceptuellement, une chose de son milieu naturel ou culturel d’origine et à lui donner un statut muséal, la transformer en musealium ou muséalie, objet de musée, soit à la faire entrer dans le champ du muséal » (Desvallées & Mairesse, 2011). Un tel phénomène ne va pas de soi. Il engage en effet la rencontre de deux domaines, ainsi que celle des agents de ces deux domaines, déterminés dans leurs interactions par des finalités propres, qui affectent le statut de la littérature et supposent la mise en forme de constructions spécifiques au sein de l’espace muséal.

Dans cette perspective, le dossier abordera la problématique dans une optique ouverte. Il ne s’agira donc pas de circonscrire le sujet ni à des institutions précises, pas plus qu’à une forme de muséalisation donnée (exposition temporaire /virtuelle, scénographie immersive, présentation traditionnelle sous vitrine…), mais bien plutôt de réfléchir au système des pratiques en vigueur pour intégrer et donner à voir la littérature au sein de l’espace muséal.

Figure visible et emblématique de la vie littéraire, l’écrivain est bien évidemment au premier plan des interactions entre le musée et la littérature. En effet, il est à la fois l’objet et l’acteur de ces interactions. Sur le plan de la construction de la figure de l’écrivain, il s’agit de se demander dans quelle mesure, et selon quelles voies les expositions de type biographique et monographique opèrent. Dans ce domaine, le cas exemplaire de la maison d’écrivain témoigne de la large part de resacralisation de l’écrivain qui sous-tend les réappropriations muséales de ses représentations (valeur anthropologique du culte de ses reliques, biographisation de l’œuvre, mise en valeur d’un mode de travail singulier, interrogation sur le statut de « grand homme »). Dans le cas singulier des expositions portant sur un écrivain en vie, et éventuellement sollicité pour l’occasion, ainsi que des expositions dont le commissaire est un écrivain, il importe de s’interroger sur la place prise par ces expositions au sein de leurs œuvres. Comment les écrivains se positionnent-ils par rapport à elles, quels rôles y jouent-ils (ou leur fait-on jouer) ?

Les relations entre musée et littérature peuvent également revêtir la forme d’une reprise de modèles. À cet égard, l’on peut se demander dans quelle mesure, et selon quelles finalités, les expositions se livrent à l’imitation et à l’appropriation de certains modèles relevant du discours littéraire (par exemple un découpage narratif repris par la scénographie de l’exposition sous forme de chapitres et de sections, processus de présentation anthologique des œuvres…), en regard de l’adoption de certains codes muséaux par la littérature (recours au modèle de la galerie de portraits ou aux albums par des collections éditoriales par exemple). Ces emprunts ne tendent-ils pas à muséifier notre conception de la littérature, c’est-à-dire à consolider des représentations figées issues d’une construction historique entérinée par l’institution scolaire ? Dans quelle mesure et selon quelles modalités le musée affecte-t-il le littéraire selon un modèle autonome de construction de la littérature déterminé par des contraintes institutionnelles et médiatiques particulières ? Quelles traces en trouve-t-on dans les musées, les expositions, mais aussi, éventuellement, dans la promotion des expositions, que cette promotion soit le fait des instances muséales ou passe par d’autres modes de transmission (radio, télévision, internet…) ?

Dans cette perspective, le musée peut-il être considéré comme un médium ou un espace de médiation de la littérature dans l’espace social, tel que l’envisage Régis Debray dans un récent article (2013) ? Comment les interactions repérées s’opèrent-elles entre les domaines en question et que traduisent-elles de la façon dont la littérature est envisagée et construite ? À cet égard, qu’en est-il notamment des pratiques de lecture et d’interprétation traditionnellement attachées à la pratique littéraire : l’exposition déjoue-t-elle l’appréhension de la littérature par le texte et le livre ? Dans quelle mesure et selon quelles modalités ? Dans cette perspective, quels éléments distinguent le musée du cabinet de lecture et de la bibliothèque, que l’on peut concevoir comme un conservatoire de collections littéraires de type muséal ? Le geste d’exposition serait-il le seul critère de distinction entre les musées et les bibliothèques ? Mais qu’en est-il quand ces dernières mettent en œuvre leurs propres programmes d’expositions (Pierpont Morgan Library, Bibliothèque nationale de France…) ? Enfin, sur le plan du lectorat et des visiteurs, la muséalisation contribuerait-elle à rendre plus visible, plus accessible la littérature dans l’espace public et auprès d’une audience élargie ?

Ces interrogations posent en définitive la question de l’adaptation et de l’appropriation des codes littéraires, logocentrés dans une large mesure, par les codes muséographiques, davantage fondés sur une approche sensible et attentive à la dimension matérielle des objets étudiés. Quels sont alors les ressorts de la « muséogénie » a priori paradoxale de la littérature ? Quels sont les critères (patrimoniaux, visuels et spectaculaires…) qui décident du choix de tel objet, ou de telle thématique, et quelles sont les représentations du fait littéraire ainsi engagées ? Certaines pratiques et certains genres seraient-ils plus « muséogéniques » que d’autres (le conte de fée vs. la poésie) ? En fonction de quels paramètres ? S’agit-il de genres qui ont davantage fait l’objet d’illustrations, qui ont donné lieu à davantage d’adaptations dans d’autres domaines, plus facilement « exposables » (peinture, cinéma, représentations théâtrales…) ? Qu’en est-il des réseaux et des mouvements littéraires muséalisés (voir l’exposition « Bohèmes » au Grand Palais à Paris en 2013 ou bien la maison du peintre Ary Scheffer, transformée en « Musée de la vie romantique » à Paris). Le charisme médiatique de leurs représentants, la dimension plastique des réflexions théoriques et esthétiques mises en avant par le mouvement, la prégnance de représentations liées au mode de création ou au mode de vie des écrivains concernés dans notre imaginaire constituent-ils des éléments favorables à leur muséalisation ?

En définitive, l’ensemble des pistes envisagées invite à s’interroger sur les concepts, les objets, les enjeux et les moyens techniques de nature muséographique en fonction desquels s’opère la muséalisation de la littérature. Il s’agit ainsi de rendre compte de l’impact de ces opérations sur la représentation de ce que l’on pourrait être amené à appeler plus largement le « littéraire ».

 

*

*     *

 

Les contributions qui se proposeront d’approcher la thématique sous un angle pluri- et interdisciplinaire en combinant sociologie, histoire littéraire, histoire culturelle, histoire de l’art et/ou muséologie seront privilégiées, au même titre que les approches comparatives impliquant des espaces nationaux et/ou linguistiques différents. La longueur des articles devrait idéalement être de 30.000 à 50.000 signes (espaces et notes compris). Veuillez envoyer vos propositions avant la date du 21 juin 2014 à Marie-Clémence Régnier (marieclemenceregnier@hotmail.com) et à David Martens (david.martens@arts.kuleuven.be). Veillez également à joindre un résumé de plus ou moins 300 mots, ainsi qu’une courte biographie précisant votre appartenance institutionnelle et vos domaines de recherche. La sélection des textes sera opérée pour le 30 juin 2014 et les articles seront soumis par voie électronique avant le 1er novembre 2014.

 

Site de la revue, versions téléchargeables en français, en anglais et en allemand, suivre le lien : http://interferenceslitteraires.be/node/313

 

Bibliographie sélective :

Bourgeois Bertrand, Poétique de la maison-musée dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle (1847-1898), Paris, L’Harmattan, 2009.

Braun Peter, Dichterhaüser, Münich, Deutscher Taschenbuch Verlag, 2003.

Butor, Michel, Mériel Olivier & Molinari Danielle, Dans l’intimité de Victor Hugo à Hauteville House, Paris, Paris-Musées, 1998.

Clarke Brock, An Arsonist’s Guide to Writers’ Homes in New England : A Novel, New-York, Algonquin Books, 2007.

Davallon Jean, L’exposition à l’œuvre. Stratégies de communication et médiation symbolique, Paris, L’Harmattan, «  Communication et civilisation », 1999.

De Bary Marie-Odile, « Les différentes formes de muséographie : de l’exposition traditionnelle au centre d’interprétation », Manuel de Muséographie, s. dir. Marie-Odile De Bary & Jean-Michel Tobelem, Paris, Seguier, 1998, pp. 195-203

Depoux Anneliese, « De l’espace littéraire à l’espace muséal : la muséographisation de Joachim du Bellay », dans Communication et langages, n° 150, 2006, pp. 93-103.

Desvallées André & Mairesse François, « Muséalisation », dans Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Armand Colin, 2011, p. 251

Emery Elizabeth, Photojournalism and the Origins of the French Writer House Museum (1881-1914). Privacy, Publicity, and Personality, Farnham, Ashgate, 2012.

Fabre Daniel, « L’auteur et ses lieux », dans Le Débat, n° 115, 2001, pp. 172-177.

Hamon Philippe, Expositions, littérature et architecture au xixe siècle, Paris, José Corti, 1989.

Id., « Le Musée et le texte », dans Revue d’histoire littéraire de la France, no 95, 1995, pp. 3-12.

Hendrix Harald (s. dir.), Writers’ Houses and the Making of Memory, Abingdon, Routledge, 2012

Jeanneret Yves, Penser la trivialité. La vie triviale des êtres culturels, Paris, Hermès-Lavoisier, 2008.

Hoover Biggers, Shirley, British Author House Museums and Other Memorials : A Guide to Sites in England, Ireland, Scotland and Wales, Jefferson, Mcfarland & Co Inc Pub, 2002

Kahl Paul & Breuer Constanze, « … ein Tempel der Erinnerung an Deutschlands großen Dichter », dans Das Weimarer Schillerhaus 1847–2007. Gründung und Geschichte des ersten deutschen Literaturmuseums, Iéna,Verlag Vopelius, 2011.

Mairesse François, Le Musée, temple du spectaculaire : pour une histoire du projet muséal, Lyon, Presses universitaires de Lyon, « Muséologies », 2002.

Marsh Kate, Writers and Their Houses : A Guide to the Writers’ Houses of England, Scotland, Ireland, Londres, Hamish Hamilton, 1993.

Martin-Payen Catherine, « Muséographe, quel métier ? », dans Muséologue, muséographe, expographe, scénographe. Un seul métier à plusieurs ? La Lettre de l’OCIM, n° 88, 2003.

Pety Dominique, Les Goncourt et la collection. De l’objet d’art à l’art d’écrire, Genève, Droz, « Histoire des idées et critique littéraire », 2003.

Rosenthal Olivia & Ruffel Lionel (s. dir.), « La littérature exposée », dans Littérature, n° 160, 2010.

Riel Marie-Ève, « La fabrication et la conservation posthumes des figures d’auteurs : le cas des lieux littéraires et des maisons à visiter » dans « Fictions du champ littéraire », s. dir. GREMLIN, Discours social, vol. XXXIV, 2010, pp. 55-59.

Trubek Anne, A Skeptic’s Guide to Writers’ Houses, Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2010.

Colloque – « L’écrit aux mains du pouvoir. Fabrication, diffusion et conservation de l’écrit politique, XVe-XXIe siècles »

Colloque – L’écrit aux mains du pouvoir. Fabrication, diffusion et conservation de l’écrit politique, XVe-XXIe siècles

La production de documents écrits, qu’ils soient manuscrits ou imprimés, s’inscrit au cœur de la pratique du pouvoir. Elle permet, à ceux qui représentent ou exercent l’autorité, de garder trace de leurs décisions et de leurs projets, de conférer à ces écrits une valeur légalement reconnue, et de les faire connaître au plus grand nombre. L’écrit constitue ainsi la trace d’une activité politique quotidienne. Il est aussi, pour le pouvoir, le moyen de se mettre en scène, afin de modeler son image, de justifier une prise de position ou de susciter l’adhésion d’un public particulier. Contrôlé, distillé, manipulé, l’écrit est au centre de l’action politique.

L’intérêt pour les sources du politique et leur conservation est l’une des thématiques prédominantes du Centre Jean-Mabillon. La configuration des axes développés par les enseignants-chercheurs et les conservateurs associés nous incitent, doctorants du Centre, à donner l’écho le plus large possible à ce pôle historiographique en renouvellement par le biais de cette journée d’études.

Son objectif sera de mettre en évidence les rapports entretenus par le pouvoir politique avec l’écrit. Il s’agira de comprendre comment l’écrit est mis au service d’une action et quels moyens sont utilisés pour en faire un allié du pouvoir. Pour ce faire, un intérêt tout particulier sera porté aux stratégies mises en place pour contrôler des dispositifs documentaires qui ne lui sont pas toujours favorables ainsi qu’aux processus de production, d’encadrement et de mise à disposition de l’écrit par l’autorité politique, notamment par le biais d’institutions de conservation.

Programme : ici

https://1.bp.blogspot.com/-sEGqcxoyuy4/U2VYNWcjfwI/AAAAAAAAF7E/o27QGkf73xo/s1600/EA-benedictin.jpg

Informations pratiques :

15 mai 2014

La journée se déroulera de 9 h à 18 h en grande salle de cours de l’École nationale des chartes, au 19, rue de la Sorbonne, Paris Ve.

L’accès est libre et gratuit sur inscription : doctorantscjm@gmail.com

Source de l’information : École nationale des chartes

Appel à communications – Colloque « Fiction et sciences sociales: bonnes et mauvaises fréquentations »

FICTION ET SCIENCES SOCIALES : BONNES ET MAUVAISES FRÉQUENTATIONS.

Appel à communication

Colloque annuel des doctorants du Centre Européen de Sociologie et de Science Politique.

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 25-26 septembre 2014.

Les propositions de communication doivent être envoyées avant le lundi 30 juin 2013 à fictionsciencessociales@gmail.com. Elles comprennent 4000 à 6000 caractères (tout inclus). Elles doivent s’appuyer sur un travail empirique et/ou des expériences de terrain. Merci de préciser vos nom, téléphone, courriel et laboratoire de rattachement.

La « fiction artistique » est un type de discours dont les conditions de félicité exigent qu’il soit reconnu comme fiction, c’est-à-dire comme autonome du « réel » (Schaeffer, 2005). Cela l’oppose aux sciences sociales mais aussi au discours journalistique et au documentaire. De fait il est aujourd’hui largement admis qu’un discours de fiction – que l’on considère la fiction romanesque, cinématographique ou télévisuelle, la bande dessinée ou même le jeu vidéo – ne peut pas faire office d’analyse sociologique, ne serait-ce que parce que les sciences sociales se sont précisément construites par rupture épistémologique avec la fiction littéraire et le roman naturaliste à la fin du 19ème siècle (Lepenies, 1990, Sapiro, 2011), mais aussi en raison de l’ensemble des contraintes et intentions spécifiques qui orientent les écrits de l’écrivain ou du scénariste (Champy, 2000, Passeron, 1991).

Les sciences sociales ont donc le plus souvent traité la fiction comme un objet de recherche, en cherchant à déconstruire et analyser les logiques sociales de sa production (à l’instar de Pierre Bourdieu sur Flaubert, Pascale Casanova ou Bernard Lahire sur Kafka, Erik Neveu et Annie Collovald sur les auteurs de polars). Ce travail peut s’accompagner d’un désenchantement de l’image du créateur incréé par où se constitue l’illusio du champ artistique (Bourdieu, 1984), expliquant qu’il puisse faire l’objet d’un rejet par les auteurs de fiction, comme l’a montré récemment la protestation de l’écrivain Victoria Thérame après la publication d’un article de Delphine Naudier où sa trajectoire était objectivée (Desrosières, 2008).

Pourtant les différentes formes de discours fictionnel ont pu aussi être présentées comme une forme de discours sociologique, y compris par les praticiens des sciences sociales : que l’on pense aux « lectures sociologiques de Proust » (Champy, 2000), au travail d’Eric Fassin sur Christine Angot et Michel Houellebecq (Fassin, 2000, 2001) ou à celui de Lilian Mathieu sur la série Columbo (Mathieu, 2013), ou plus récemment, à l’important succès de la série The Wire dans les milieux académiques européen et nord-américain (Laurent, 2010, Bacqué et alii, 2014).

Cette distinction entre fiction comme objet de recherche, et fiction comme discours sociologique, n’épuise cependant pas la totalité des rapports entre fiction et sciences sociales. Notre journée d’étude propose donc trois nouvelles pistes de réflexion sur ces rapports entre fiction et sciences sociales, dans une perspective délibérément empirique:

 

Axe 1 : Les œuvres de fiction et les travaux de sciences sociales se trouvent parfois en situation de concurrence quand elles traitent du même objet, a fortiori lorsque les premières occultent les seconds par leur succès. On peut penser aux films L’esquive  (2004) ou Entre les murs (2008) pour la sociologie de l’éducation, ou aux débats virulents entre sociologues à propos de la vision des classes populaires présentées par Edouard Louis dans son autofiction En finir avec Eddy Bellegueule (2014). Dans quels cas une œuvre de fiction peut concurrencer ses propres recherches et quelle posture alors adopter ?

 

Axe 2 : Toutefois, fiction et sciences sociales se trouvent aussi dans des rapports de collaboration. Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon sont ainsi « auteurs », avec Marion Montaigne, de la bande-dessinée Riche, pourquoi pas toi ? (2013) dont ils sont en même temps les protagonistes. Il arrive aussi que des sociologues ou des politistes soient sollicités pour participer à l’élaboration de scenarii de télévision ou de cinéma.  Quelles sont les conditions de ces collaborations ?

 

Axe 3 : A l’instar de la philosophie morale qui voit dans la fiction la possibilité de s’exercer à observer des comportements et à formulerune éthique en acte (Laugier, 2006), on peut penser, comme l’a d’ailleurs bien noté Howard Becker, que les sciences sociales peuvent s’appuyer sur la fiction pour appréhender le monde social (Becker, 2010). Par exemple, Judith Butler mobilise les écrits littéraires et philosophiques de Monique Wittig pour dénaturaliser la notion de sexe (2006), Carol Gilligan s’appuie sur la mise en scène que le roman victorien opère de la division sexuée du travail social pour proposer la formulation d’une éthique du care (2008), Luc Boltanski analyse l’enquête sociologique au prisme du roman policier et du roman d’espionnage (2012). Le recours à d’autres formes de fiction et à des œuvres moins consacrées peut être envisagé. A la suite de The Wire, les séries Borgen, une femme au pouvoir, The West Wing, Veep, Boss, Secret State ou encore House of Cards peuvent éclairer les mécanismes des prises de décision politique. Les bande-dessinées d’Etienne Davodeau se veulent une vision réaliste du  monde ouvrier. Réciproquement, la fiction peut recourir aux sciences sociales. Le réalisateur de L’Exercice de l’Etat, Pierre Schoeller, reconnaît par exemple sa dette à l’égard de la thèse d’Aude Harlé sur les cabinets ministériels. L’autobiographie présente un cas limite intéressant, comme dans les œuvres d’Annie Ernaux, ayant évoqué l’importance de sa lecture de Bourdieu, ou du sociologue Richard Hoggart, auteur de 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises. Fiction et sciences sociales sont donc dans une relation de complémentarité. Quels usages croisés de la fiction et des sciences sociales peut-on ainsi distinguer et analyser ?

La journée s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire. Elle s’adresse à la fois à des doctorants et à des chercheurs.

Organisateurs :

Jean-Michel Chahsiche (CRPS-CESSP), Lucile Dumont (CSE-CESSP), Romain Lecler (CRPS-CESSP), Matthieu Marcinkowski (CRPS-CESSP), Jérôme Pacouret (CSE-CESSP).

Comité scientifique :

Frédérique Matonti (CRPS-CESSP), Gisèle Sapiro (CSE-CESSP), Johanna Siméant (CRPS-CESSP).

 

Bibliographie indicative :

BACQUÉ Marie-Hélène, FLAMAND Amélie, PAQUET-DEYRIS Anne-Marie, TALPIN Julien, The Wire. L’Amérique sur écoute, Paris, La Découverte, 2014.

BECKER Howard, Comment parler de la société ? Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte, 2010.

BOLTANSKI, Luc. Énigmes et complots : une enquête à propos d’enquêtes. Paris, Gallimard, 2012.

BOURDIEU Pierre, « Mais qui a créé les créateurs ? », in Pierre Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Editions de Minuit, 1984.

BOURDIEU, Pierre. Les Règles de l’art. Paris, Seuil, 1992.

BOURDIEU Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n°62-63, p. 69-72, 1986.

BUTLER, Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, La Découverte, 2006.

CASANOVA Pascale, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011.

CHAMPY Florent, « Littérature, sociologie et sociologie de la littérature. Sur quelques lectures sociologiques de À la recherche du temps perdu. », Revue française de sociologie, Vol.41 n°2, 2000.

COLLOVALD Annie et NEVEU Erik, « Le ‘Néo-polar’. Du Gauchisme Politique Au Gauchisme Littéraire. », Sociétés et Représentations, n°11, pp.77–93, 2001.

DESROSIERES Alain, « Quand une enquêtée se rebiffe : de la diversité des effets libérateurs, ou les arguments des trois chatons », Genèses, n°71, pp.148-159, 2008.

ERNAUX Annie, La Place, Paris, Gallimard, 1983.

FASSIN Eric, « Le roman noir de la sexualité française », Critique, 2000, n°637-638, pp. 604 – 616.

FASSIN, Eric. « Le double « je » de Christine Angot : sociologie du pacte littéraire », Sociétés & Représentations, n° 11, pp. 143-166, 2001.

HOGGART Richard, 33 Newport Street. Autobiographie d’un intellectuel issu des classes populaires anglaises, Paris, Gallimard, 1991.

LAHIRE Bernard, Franz Kafka. Eléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, 2010, La Découverte.

LAUGIER Sandra (dir.), Ethique, littérature, vie humaine, Paris, PUF, 2006.

LAURENT Sylvie, « Les ghettos américains Sur écoute. Et si la fiction était plus juste que les sciences sociales ? », Esprit, 2010.

LEPENIES Wolf, Les trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, Paris, Édition de la maison des sciences de l’homme, 1990.

LOUIS Edouard, En Finir Avec Eddy Bellegueule, Paris, Seuil, 2014.

MATHIEU Lilian, Columbo, la lutte des classes ce soir à la télé, Paris, Textuel, 2013.

MAUGER, Gérard, « Les autobiographies littéraires, objets et outils de recherche sur les milieux populaires », Politix, n°27, 1994.

MAUGER Gérard, POLIAK Claude, PUDAL Bernard, Histoires de lecteurs, Paris, Nathan, 1999.

MONTAIGNE Marion, PINCON Michel, PINCON-CHARLOT Monique, Riche, Pourquoi pas toi ?, Paris, Dargaud, 2013.

PASSERON Jean-Claude, « L’illusion romanesque », in Jean-Claude Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non popperien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

PASSERON, Jean-Claude, « Portrait de Richard Hoggart en sociologue », Enquête, n°8, 1993.

PEYRIERE, Monique. « Maya Deren et les sciences sociales : quand le cinéma expérimental prend l’avantage sur le documentaire pour affronter la réalité du monde. », Sociétés, n°96, 2007.

PUDAL Bernard, « Du Biographique Entre ‘Science’ et ‘Fiction’. Quelques Remarques Programmatiques. » Politix, n°27, pp.5–24, 1994.

SAPIRO Gisèle, La Responsabilité de l’écrivain, Paris, Seuil, 2011.

SAPIRO, Gisèle. « Droits et devoirs de la fiction littéraire en régime démocratique : du réalisme à l’autofiction », Fixxion, 2012, n°6.

SCHAEFFER Jean-Marie, Pourquoi La Fiction?, Paris, Seuil, 1999.

SCHAEFFER Jean-Marie, « Quelles vérités pour quelles fictions ? », L’Homme, n°175-176, 2005.

WITT Michael, Jean-Luc Godard, Cinema Historian, Bloomington, Indiana University Press, 2013.

 

Appel à communications – Journée d’étude : « Territoires et réseaux de création au féminin »

Territoires et réseaux de création au féminin : visibilité et reconnaissance des réseaux  de femmes

28 novembre 2014, Université de Bourgogne, Dijon

 

Dans le cadre d’un projet initié par les centres Textes, Images, Langages et Georges Chevrier, et suite à une première journée consacrée à la définition du réseau d’artistes, nous proposons d’étudier le rôle joué par des femmes œuvrant à la reconnaissance d’artistes hommes ou femmes. Si notre travail préliminaire a confirmé que le réseau d’artistes, à la différence du salon, de l’école, ou de l’atelier, se caractérise par sa nature souple et informelle, il n’a pas porté sur la réception et la diffusion des œuvres par des professionnelles.

Cette seconde journée d’étude sera consacrée à la critique au féminin, menant hypothétiquement vers d’autres modèles théoriques et de nouvelles traditions, y compris celle d’une avant-garde au féminin. Elle se veut interdisciplinaire et n’est pas limitée au XXe siècle. Il s’agira d’étudier la manière dont des journalistes, des critiques, des éditrices, des galeristes ou autres actrices du système artistique dans son ensemble et sa diversité travaillent en réseau, initient et consolident des convergences théoriques ou font émerger et évoluer des réseaux artistiques féminins ou mixtes. Cette journée ambitionne de comprendre l’émergence et les orientations d’un discours critique élaboré par les femmes ainsi que la manière dont il se développe et s’étend  à travers des réseaux informels ou institutionnels. Elle vise également à mettre en avant le rôle des femmes exerçant le métier de galeriste, commissaire d’expositions, conservatrice, directrice de théâtre, éditrice, initiatrice de festivals ou de rencontres artistiques (arts visuels, spectacle vivant, musique, cinéma, littérature) ou encore mécène. Cette journée vise à explorer non pas l’impact de la critique et de la diffusion sur la création mais l’existence, même informelle, d’un réseau réunissant des professionnelles.

 

Les propositions, d’environ 300 mots, sont à envoyer avant le 30 mai 2014 aux organisatrices (Marianne Camus, Valérie Dupont et Valérie Morisson) à l’adresse suivante : marianne.camus@free.fr.

 

CALL FOR PAPERS

Territories and Networks in Women’s Creation: Visibility and Recognition of Women’s Networks

November 28, 2014. Université de Bourgogne, Dijon

 

This is part of a project supported by two research laboratories, Textes, Images, Langages and Georges Chevrier. It follows a first seminar which attempted to define the notion of the artistic network and confirmed the fact that, unlike the ‘salon’, the school or the studio, it is caracterised  by its flexible and informal dimensions.

This second seminar will concentrate on the question of professional reception and diffusion by women of art productions. It will look at critical writing by women and what it potentially brings as far as new theoretical models, new traditions or the concept of a female avant-garde are concerned. The approach will be interdisciplinary and will not be limited to the XXth century.
We are calling for papers analysing the way in which female journalists, critics, editors, gallery owners, etc., involved in the world of creation generally speaking, work within networks, initiate and consolidate the convergence of theories, and help with the emergence and evolution of artists’ networks, female only or mixed.
One aim is the understanding of the emergence of and the trends in a critical discourse constructed by women as well as the way in which this discourse grows and spreads through networks, informal or institutional. Another aim is to bring to light the role played by women  (gallery owners, museum or exhibition curators, artistic directors, editors, initiators of festivals and other artistic events, patrons) in all forms of creation (visual arts, performing arts, music, cinema, literature).
The seminar will not deal with the impact of criticism and diffusion on creation but with the existence, even informal, of networks of professional women in the art world.

Abstracts of papers (300 words) are to be sent by May 30. 2014 to marianne.camus@u-bourgogne.fr.

Marianne Camus, Valérie Dupont, Valérie Morisson

Journée d’étude – Points de vue sur le livre : « Les archives, le livre et la vie littéraire »

Journée d’étude – Points de vue sur le livre – Les archives, le livre et la vie littéraire

Le vendredi 16 mai 2014

Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke
150, place Charles-Le Moyne, salle 3625
Longueuil (Québec)  J4K 0A8

(Édifice adjacent à la station de métro Longueuil–Université de Sherbrooke
La série Points de vue sur le livre a pour objectif de réunir une fois l’an des universitaires, des bibliothécaires, des employés de l’État et des professionnels du livre (éditeurs, libraires, distributeurs) autour de sujets liés au milieu du livre et de l’édition au Québec. Comment se redéfinit l’édition à l’heure du livre numérique? Quelles sont les nouvelles pratiques de lecture? Quelles stratégies développent les auteurs et les maisons d’édition pour toucher les nouveaux publics? À quoi ressemblera un livre en 2020? Comment les politiques publiques s’adapteront-elles à ces changements? Autant de questions débattues lors de ces journées, autant d’enjeux qui méritent un temps de réflexion où la recherche des uns et l’expérience des autres s’éclairent mutuellement.

La quatrième rencontre annuelle de la série Points de vue sur le livre réunira des universitaires, des archivistes, des écrivains, des bibliothécaires et des professionnels du milieu de l’édition autour des rapports entre le livre, la vie littéraire et les archives. Si la conservation des archives des écrivains est depuis longtemps une priorité des bibliothèques nationales et universitaires, qu’en est-il des archives des éditeurs et des autres acteurs de la vie littéraire? Quels usages les écrivains font-ils des archives? Quel avenir pour les archives d’éditeurs? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles répondront les conférenciers et les participants aux tables rondes.

 

8 h 45

Accueil des participants

 

9 h

Allocutions de bienvenue

Guy Berthiaume, président-directeur général de BAnQ

André Gareau, président de l’Association des archivistes du Québec

Anthony Glinoer, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire de l’Université de Sherbrooke

 

9 h 15 – 10 h 15

Conférence d’ouverture

Claire Paulhan, éditrice, chargée de mission à l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine

« Du secret au dévoilement : éditer les archives »

 

10 h 15 – 10 h 30 : Pause

 

10 h 30 – 12 h

Archives de la vie littéraire

Président de séance : Anthony Glinoer, professeur, Université de Sherbrooke

Participants :

Michel Lacroix, professeur, UQAM – « Vues des archives : histoire et sociologie de la littérature »

Marie-Pier Luneau, professeure, Université de Sherbrooke – « Entre l’auteur et l’éditeur : l’archive »

Micheline Cambron, professeure, Université de Montréal – « Archives et littérature – Pour une lecture de la contiguïté »

 

12 h – 13 h 30 : Pause repas

 

13 h 30 – 14 h 45

Table ronde : Les archives en roman

Animateur : Yvon Lemay, professeur, Université de Montréal

Participants :

Bernard Andrès, romancier et professeur émerite, UQAM

Mylène Gilbert-Dumas, romancière

Louis Hamelin, romancier

 

14 h 45 – 15  : Pause

 

15 h – 16 h 45

Table ronde : Les archives d’éditeurs – État des lieux et perspectives

Animateur : Frédéric Brisson, responsable des programmes en édition, Université de Sherbrooke

Participants :

Julie Fecteau, archiviste, Université de Sherbrooke

Hervé Foulon, président, Éditions Hurtubise

Jacques Michon, professeur associé, Université de Sherbrooke

Richard Prieur, directeur général, Association nationale des éditeurs de livres

Caroline Sauvageau, archiviste, BAnQ

 

16 h 45

Mot de clôture

Hélène Charbonneau, directrice de l’ouest du Québec, responsable des archives privées, judiciaires et civiles, BAnQ

 

Comité scientifique et organisateur

  • Anthony Glinoer, Université de Sherbrooke
  • Marthe Léger, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
  • Éric Leroux, Université de Montréal
  • Sophie Montreuil, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
  • Mariloue Sainte-Marie, Bibliothèque et Archives nationales du Québec
  • Josée Vincent, Université de Sherbrooke

Partenaires

L’organisation de cette journée d’étude est rendue possible grâce à l’appui de la Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire, du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec de l’Université de Sherbrooke, de l’École de bibliothéconomie et des sciences de l’information de l’Université de Montréal et de Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Les organisateurs tiennent en outre à remercier l’Association des archivistes du Québec ainsi que la Faculté des Lettres et sciences humaines de l’Université de Sherbrooke pour leur contribution financière.

Inscription

La participation à la journée d’étude est gratuite, mais l’inscription est obligatoire. Pour s’inscrire, il suffit d’envoyer un courriel à colloques@banq.qc.ca et de mentionner le titre de la journée d’étude, le nom du participant ainsi que son affiliation, s’il y a lieu.

 

Appel à communications – Colloque: « La sociologie des arts et de la culture et ses frontières »

Tou-te-s les spécialistes de la production et de la diffusion des biens symboliques sont encouragés à répondre à l’appel à communication ci-joint pour le colloque « La sociologie des arts et de la culture et ses frontières. Esquisse pour une auto-analyse. » Ce colloque est organisé par le RT14 de l’AFS en association avec le RT27 et en partenariat avec l’ADHC.

AAC_La SAC et ses frontières_JE RT14 AFS_nov 14(1)

 

Colloque international – « Corps,parlant, corps vivant. Réponses littéraires et théâtrales aux mutations contemporaines du corps »

Du 15 au 17 mai 2014 aura lieu à l’UCL le colloque international « Corps parlant, corps vivant. Réponses littéraires et théâtrales aux mutations contemporaines du corps ». Vous trouverez l’argumentaire et le programme du colloque en annexe. Résolument interdisciplinaire, ce colloque verra dialoguer des universitaires, des écrivains et des artistes.

Vous trouverez à l’adresse http://www.uclouvain.be/467415.html  toutes les informations sur le colloque, ainsi que le formulaire d’inscription.

Dépliant

CFP – Workshop : « The Materiality of Writing »

University of Liverpool: Eighteenth-Century Worlds Research Centre

The Materiality of Writing, Postgraduate and Early Career Researcher Workshop

Liverpool Athenaeum, 5–6 June 2014

This workshop will be hosted in the Library of the Liverpool Athenaeum, which was founded in 1797 to provide ‘the conveniences and accommodation for the acquisition of knowledge…in a town of such commercial and national importance as Liverpool’. It will be introduced by a public lecture delivered by Professor Dena Goodman (Michigan) entitled ‘Thinking of You: Objects, Memory and Epistolary Inspiration’.  The second keynote speaker for the workshop will be Dr Annie Mattsson (Uppsala).

Recent research in a range of fields – ‘literatory life’, ‘the little tools of knowledge’, practices of state-making and bureaucracy, the documentation of personal identity, the uses of the pen in private and domestic contexts such as letter-writing, the shapings of domestic space and material culture, to name a few – have sparked interest in the act (or labour) of writing as an everyday practice that involves very particular interactions between mind, body, place and technology. We aim to bring together new research that allows us to reflect on how a ‘material’ approach to the uses of the pen might help us to understand the processes through which meaning and modernity were constructed in the long 18th century.

Themes might include:

  • technologies of writing – pens, ink, paper, furniture
  • personal and informal manuscript forms in everyday life – Stammbücher, commonplace books, marginalia, letters, diaries, account books
  • penmanship, handwriting, graphology – the aesthetics and politics of legibility and indexicality
  • signatures as ways of establishing identity, expressing individuality and witnessing
  • occupational diseases of writers, clerical workers and scribes
  • public manuscript genres and the persistence of manuscript reproduction in an age of print
  • learning and teaching writing skills
  • moving writing: the aesthetic and emotional significance of the postal service
  • Who may and may not write? – the literate slave and other issues of power

Case studies are invited from all disciplines and covering any period within the long 18th century (ca 1650 to 1850). Contributions from all national contexts and those that explore global contexts for written communication are welcome. Refreshments and lunch will be provided. For further information, or to submit a proposal, please contact Helga Müllneritsch (helgamue@liv.ac.uk<mailto:helgamue@liv.ac.uk>). Proposals should be submitted by 10 May 2014.