Archives de l’auteur : Virginie Mailhot

Appel à communications – « Mai 68 : 50 ans !, Mémoires, représentations, traces & (ré)interprétations »

Eso (Le Mans Université, France)

Cerhio (Universités Angers, Bretagne Sud, Le Mans, Rennes 2, France)

Vip&s (Universités Le Mans, Bretagne Occidentale, Rennes 1, Rennes 2, Ecole Normale Supérieure antenne Bretagne)

Crem (Université de Lorraine, France)

Urmis (Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Appel à communications

Colloque

Mai 68 : 50 ans !

Mémoires, représentations, traces & (ré)interprétations


24-25 mai 2018 

Le Mans Université

 

Mai 68 appel définitif

Pr Jacques Walter

Directeur du Centre de recherche sur les médiations

+33 (0)6 18 44 75 48

 

Crem : crem.univ-lorraine.fr

Revues : LiCarC, Pratiques, Questions de communication et Théâtres du Monde

Carnets de recherche :

– Carnet des jeunes chercheurs du Crem

– Cyberviolence et Cyberharcèlement

– Mundus Fabula

– Publics en questions

Dictionnaire en ligne : Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics

Appel à communication – « Expérience autobiographique et bande dessinée de genre »

Bonjour,
En novembre prochain, le Centre de recherche sur les médiations organisera un colloque international sur le thème « Expérience autobiographique et bande dessinée de genre ». Sauf erreur de ma part, l’appel n’a pas circulé sur la liste Socius. Il me semble qu’il pourrait intéresser une partie des abonnés de la liste. Si cela vous semble être le cas, je joins à ce message les versions française et anglaise de l’appel à communication pour validation de votre part pour une diffusion.
La date limite de réponse est désormais assez courte : le 30 juin.
En vous remerciant,
Cordialement,
Jean-Matthieu Méon Maître de conférences CREM (Centre de recherche sur les médiations) Université de Lorraine
Pièces jointes :

Séminaire – « La notion d’ »auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? », 23 juin 2017

Chèr.e.s collègues,

Nous sommes heureux de vous inviter à la prochaine séance du séminaire de recherche « La notion d’« auteur » au prisme des mutations socio-économiques de la filière du livre. Quelle remise en question dans le secteur des littératures de genre ? ».

Cette séance aura lieu le vendredi 23 juin de 14 h à 17 h en salle 401 de la Maison des Sciences de l’Homme (20, avenue Georges Sand, 92 210 Saint-Denis, Métro Front populaire, ligne 12).

Après la séance du 2 juin au cours de laquelle ont débattu des éditeurs à propos de la notion d’auteur et du contexte socio-économique qui caractérise le secteur des littératures de genre, il s’agit cette fois d’inviter les auteurs eux-mêmes à réfléchir sur leur statut, leur positionnement, leur pratique d’écriture.

« Quelle posture d’auteur dans le secteur des littératures de genre ? »

Interviendront dans cette séance :

– David Camus (Science-fiction, également agent littéraire et traducteur);

– Virginie Begaudeau (Erotique);

– Thierry Crouzet (Polar);

– Fleur Hana  (New romance érotique).

La séance conclusive de ce séminaire aura lieu le 7 juillet avec Sylvie Bosser et Bertrand Legendre.

Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles.

Nous vous remercions de votre participation éventuelle et nous nous tenons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

Au plaisir de vous retrouver et d’échanger le 23 juin 2017 à 14 h en salle 401.

Bien cordialement,

Sylvie Bosser (Université Paris 8, CEMTI) et Bertrand Legendre (Université Paris 13, LabSIC)

Colloque – « Littérature, livre et librairie », 47e congrès de la NASSCFL, Lyon (21-24 juin 2017)

J’ai le plaisir de vous annoncer la tenue prochaine du colloque:

Littérature, livre et librairie, 47e congrès de la NASSCFL, Lyon (21-24 juin 2017)

Le XVIIe siècle est marqué en France par une expansion sans précédent du marché du livre qui touche tous les principaux centres de production et de diffusion. Si certains auteurs s’inquiètent d’un développement qui multiplie les livres et élargit le lectorat en transformant en profondeur le fonctionnement du monde des lettres, la librairie gagne en légitimité en même temps que la littérature se constitue en espace social et symbolique dont la valeur et l’autonomie sont en débat.

La NASSCFL, société nord‑américaine réunissant les spécialistes du XVIIe siècle français anglophones et francophones du monde entier, tient à Lyon du 21 au 24 juin son 47e Colloque international pour interroger les liens qui se nouent à cette période entre littérature, livre et librairie. Il s’agira d’observer leurs interactions politiques, économiques et culturelles et d’interroger les représentations qui s’y attachent. Une telle problématique prend tout son sens à Lyon qui fut, sous l’Ancien Régime, le deuxième centre éditorial après Paris.

 

Programme détaillé : https://nasscfl-2017.sciencesconf.org/program

 

Renseignements : NASSCFL2017@ish-lyon.cnrs.fr

Comité d’organisation : Mathilde Bombart, Sylvain Cornic, Edwige Keller-Rahbé, Michèle Rosellini

Journée d’étude – « Savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif » – Vendredi 23 juin 2017, 9h15-18h00 ; EHESS, Salle 2, 105 bd Raspail, 75006 Paris

Chères collègues, chers collègues,

 

C’est avec un très grand plaisir que j’aimerais vous inviter à la journée

d’études « Savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif » qui aura lieu à

l’Ecole des hautes études en sciences sociales (Paris) le 23 juin

prochain.

 

Dans le cadre de ce workshop, nous avons décidé, avec Frédérique

Aït-Touati, d’inviter les collègues venant des disciplines différentes,

des lettres à la criminologie, de réfléchir sur un sujet théorique, avec

l’appui sur les enquêtes empiriques qui leur sont propres. La chronologie

de cet ensemble va du 17e siècle à nos jours et il nous serait précieux

d’avoir les spécialistes de toutes ces époques dans la salle, afin

d’enrichir la discussion. Celle-ci aura, en effet, la priorité lors de

cette journée : les communications ont été envoyées aux répondant.e.s à

l’avance et les présentations seront relativement courtes, 15 minutes

maximum, pour favoriser le débat.

 

Vous trouverez les détails pratiques, ainsi que le programme et

l’argumentaire ici : http://cral.ehess.fr/index.php?2357

A toute fin tuile, je joins le dépliant à ce message.

 

Nous vous saurions gré de transférer cette annonce à toute personne

susceptible d’être intéressée et nous vous attendons nombreux le 23 juin.

 

Bien cordialement votre,

Alexeï Evstratov

 

****

 

Journée d’étude

« Savoirs du théâtre. Histoire d’un dispositif »

Vendredi 23 juin 2017 – de 9h15 à 18h00

EHESS (Salle 2) – 105 bd Raspail, 75006 Paris

Journée organisée par Frédérique Aït-Touati (CRAL, EHESS/CNRS) et Alexeï Evstratov (Dahlem Humanities Center, Freie Universität Berlin)

 

Le théâtre s’affirme depuis longtemps comme un lieu privilégié d’observation et d’étude de la vie : vie sociale avant tout, lorsqu’il s’agit des spectacles dramatiques et de la métaphore théâtrale qu’on a convoqués pour expliquer le monde social, mais aussi vie sensible. Nous aborderons les types de savoirs (sociaux, anatomiques, politiques) produits par le théâtre, afin de penser celui-ci comme laboratoire. Le but de cette journée d’études sera de nous interroger sur les capacités exploratoires et heuristiques du dispositif théâtral. Quel observatoire particulier la scène et la salle constituent-elles ? La journée accueillera des interventions dans toutes les disciplines qui étudient la production des savoirs dans et par le théâtre dans l’histoire, des performance studies à l’histoire de l’architecture, de l’histoire du théâtre à la philosophie. Il s’agira de faire apparaître les problématiques communes s’articulant autour et à partir de la notion d’expérience, de test, ou bien d’épreuve, proposée ici comme point de départ à la réflexion théorique et à la reconstitution historique.

Le théâtre se présente comme un laboratoire où la séparation entre la nature et la société à la fois se cristallise et se gomme au sein de l’illusion soutenue par le dispositif artistique. L’histoire de ce dispositif, entendu dans le sens de Foucault, est en effet indissolublement liée à l’histoire de l’observation, scientifique et morale, du vivant, les théâtres anatomiques témoignant de cette fonction particulière, et première, du bâtiment théâtral. Le spectacle dramatique, dès ses premières théorisations chez Aristote, se structure autour de l’imitation du vivant dans sa version socialement située. Du côté de la salle, les spectacles offrent une possibilité d’observation d’une société ou d’autres groupes imaginés (dont le « peuple » ou la « nation »), exposées devant l’œil du monarque ou du public souverain.

La journée d’étude a pour objectif d’explorer les aspects du théâtre qui ont été désignés dans la théorie et mobilisés dans les pratiques ordinaires et savantes pour la production de connaissance. Il s’agit de croiser deux programmes de recherche et deux grandes problématiques : d’une part, nous explorerons la portée cognitive du dispositif théâtral, y compris en dehors de la salle de spectacle, d’autre part, nous proposons d’envisager les effets de l’expérience théâtrale historiquement et socialement située sur la fabrication du savoir, notamment du savoir social, mais aussi technique et scientifique.

 

PROGRAMME

 

9h15                           Accueil  

9h30                           Introduction de la matinée

Théâtre et laboratoire : remarques sur quelques dispositifs heuristiques

(Frédérique Aït-Touati)

9h45-11h00               Session 1 : le théâtre comme dispositif des subjectivités

Répondant : Rafael Mandressi

La scène classique comme dispositif heuristique d’une subjectivité politique

(Marius Muller)

Des effets du dispositif bifrontal et de ses spectateurs sur la représentation

(Emmanuel Cohen)

 

11h15-12h30             Session 2 : la pensée du théâtre

Répondante : Aline Wiame

Idéologie, symptôme, théâtre

(Diane Scott)

La « pensée-théâtre » comme lieu de production d’une pensée propre au théâtre. La dramaturgie de l’épreuve

(Flore Garcin-Marrou)

 

 

14h00                         Introduction de l’après-midi 

Spectateur en état de paralysie : une théorie de l’inaction

(Alexeï Evstratov)

 

14h15-16h00             Session 3 : publics et politiques

Répondant : Logan Connors

Les publics de théâtre à Paris au XVIIIe siècle : des amateurs aux voleurs de spectacles

(Léa Renucci)

Surveiller et interpréter le théâtre en l’an II de la République

(Guillaume Cot)

 

16h15-17h30             Session 4 : le théâtre en prison

Répondante : Chloé Branders

Quels publics pour les théâtres du Goulag ? Comment vivaient-ils les spectacles ?

(Judith Depaule)

« Le théâtre carcéral » : le dispositif théâtral comme instrument heuristique dans l’analyse de l’expérience interactionnelle en prison

(Alexia Stathopoulos)

 

17h30-18h                  Table ronde

avec Chloé Branders, Logan Connors, Rafael Madressi, Aline Wiame et Aurélie Mouton Rezzouk

 

Dr Alexei Evstratov

 

POINT Fellow

Dahlem Humanities Center

Freie Universität Berlin

Habelschwerdter Allee 45

14195 Berlin Germany

http://www.fu-berlin.de/sites/dhc/nachwuchs/fellowships/Evstratov/index.html

evstratov@zedat.fu-berlin.de

 

Pièce jointe :

programme_savoirs_theatre_230617

Appel à articles – « Écrire et publier en langues « minorées » : création et circulation des textes en contexte mondialisé »

Écrire et publier en langues « minorées » : création et circulation des textes en contexte mondialisé

Numéro de la revue Bibliodiversity coordonné par Nathalie Carré (Institut National des Langues et Civilisations Orientales, INALCO/PLIDAM) et Raphaël Thierry (Université de Mannheim, Allemagne)

 

Langues « minoritaires » ; « locales » ; « modimes » ; « minorées » ; « mineures » ; « petites langues » : les dénominations et les définitions ne manquent pas pour désigner des langues qui, dans les frontières des États où elles sont parlées et à l’échelle globale, apparaissent en situation d’inégalité face à d’autres bien plus fortes et dont le statut de « langues d’imprimerie » (Anderson, 1983) n’est plus à défendre1. Bien que les États et les institutions les prennent en considération de manière variable2, les difficultés demeurent, notamment lorsque la circulation écrite et les questions d’économie du livre entrent en compte.

Les querelles concernant les graphies et les divergences de transcription entravent largement l’accès à l’écrit mais des langues standardisées peinent également à voir leurs textes publiés et, surtout, diffusés. La nécessaire mise en place d’habitus de lecture et le faible lectorat sont souvent évoqués. On constate pourtant la mise en place d’un certain nombre d’initiatives (souvent sous l’impulsion des auteurs eux-mêmes, la plupart du temps en marge des institutions, mais pas toujours) : des maisons d’édition ou des collections se créent, des ouvrages sont écrits ou traduits dans des langues aussi variées que le breton, le wolof, le same, le kirgiz, etc. Par ailleurs, les TIC offrent des opportunités que certains n’hésitent plus à saisir en s’appuyant par exemple sur des plateformes telles que StoryTruck, Bookbox, Mango Reader ou l’African Story Book Project3.

On assiste ainsi à une insertion progressive de langues jusque récemment peu visibles sur un marché du livre de plus en plus « globalisé ». Pour ce faire, ces dernières répondent à des standards internationaux et non plus seulement à des logiques de « niches » intéressant surtout les linguistes et autres spécialistes. À l’heure où le nom de Ngugi wa Thiong’o, dont les romans sont désormais rédigés en Gikuyu, circule régulièrement comme lauréat potentiel du prix Nobel de littérature, et où Le Clezio (Prix Nobel de littérature 2008) est traduit vers le wolof4, on peut aisément penser que de nouvelles géographies s’ouvrent désormais aux littératures en langues « minorées ». Ce faisant, ces littératures ne proposent-elles pas également des alternatives de diversité éditoriale dans un contexte de globalisation laissant souvent craindre une uniformisation du marché international du livre ?

Ce numéro de Bibliodiversity souhaite s’attacher à des expériences de publication et de diffusion des langues minorées aussi variées que possibles sans pour autant imposer un cadre géographique préalable.

Les contributions gagneront ainsi à proposer des regards transversaux, confrontant des considérations linguistiques à des problématiques socio-économiques, littéraires ou encore historiques. Les questions liées aux traductions ; les problématiques et difficultés propres à l’édition dans ces langues (et les solutions éventuelles apportées par les nouvelles technologies) ; la diffusion, ou encore le référencement (nous pensons ici au cas de l’Index Translationum de l’Unesco) sont autant de thématiques qui seront explorées dans ce numéro.

Dans une perspective transversale, les éditeurs du numéro feront également bon accueil aux contributions portant sur les questions de géographies/panoramas des éditions en langues minorées à travers le monde.

 

Calendrier de publication

· Retour des propositions de contributions (300 mots), accompagnées d’une courte biographie : 1er août 2017

· Envoi des réponses aux contributeurs : mi-septembre 2017

· Retour des contributions : début décembre 2017

· Premières remarques de lecture formulées par les coordinateurs du numéro (et éventuellement la Rédaction) et envoyées aux auteurs : mi-décembre 2017

· Envoi des articles pour lecture en double aveugle : mars 2018

· Retour des avis de lecture ou non-acceptation de la contribution : mai 2018

· Envoi des contributions, après corrections, juillet 2018, ainsi que le chapitre introductif rédigé par les coordinateurs

· Publication du numéro : octobre-novembre 2018

Colloque – « De la démocratisation des lettres »

Fondation des Treilles
De la démocratisation des lettres 
Sous la direction d’Olivier Bessard-Banquy (du 12 au 17 juin 2017)

Lundi 12 juin 

Dîner avec tous les participants à 19 h 30 

Mardi 13 juin 

Modérateur : Anthony GLINOER

9 h 30 OLIVIER BESSARD-BANQUY 

En guise d’introduction

10 h 15 Pause-café 

10 h 45 JEAN-YVES MOLLIER 

Le livre et la littérature au début du XIXe siècle

11 h 45 PASCAL DURAND 

La révolution du roman-feuilleton

13 h 00 Déjeuner 

Modérateur : Jean-Yves MOLLIER

16 h ANTHONY GLINOER 

Les batailles pour le livre à bas prix

17 h 00 Pause-café 

17 h 30 NELLY WOLF 

La démocratisation de l’écriture

18 h 30 SYLVIE DUCAS 

Best-sellers d’hier et d’aujourd’hui

19 h 30 Dîner 

Mercredi 14 juin 

Modérateur : William MARX

9 h 30 LAURENT DEMANZE 

Mythes et réalités du grand écrivain

10 h 30 Pause-café 

11 h 00 DAVID MARTENS 

Du snobisme dans les lettres

12 h 00 BRUNO CURATOLO 

De la critique journalistique

13 h 00 Déjeuner 

Modérateur : Sylvie DUCAS

16 h 00 ALBAN CERISIER 

La Pléiade, bibliothèque idéale

17 h Pause-café 

17 h 30 BERTRAND LEGENDRE 

Le poche, un outil démocratique ?

19 h 30 Dîner 

Jeudi 15 juin 

Modérateur : Laurent DEMANZE

9 h 30 WILLIAM MARX 

Démocratie contre littérature

10 h 30 Pause-café 

11 h 00 FRANÇOIS CHAUBET 

La génération de 1968 et les lettres

12 00 CHRISTINE DETREZ 

De la légitimisation des sous-productions

13 h 00 Déjeuner 

Après-midi libre 

19 h 30 Dîner 

Vendredi 16 juin 

Modérateur : Pascal DURAND

9 h 30 GISELE SAPIRO 

L’essor des traductions

10 h 30 Pause-café 

11 h 00 PIERRE JOURDE 

De la culture populaire classique à la culture mainstream mondialisée

12 h 00 LAURENT MARTIN 

Quelle politique culturelle possible aujourd’hui ?

13 h Déjeuner 

Modérateur : Laurent MARTIN

16 h 00 ALEXANDRE GEFEN 

La littérature à l’heure numérique

17 h Pause-café 

17 h 30 OLIVIER BESSARD-BANQUY 

En guise de conclusion

19 h 30 Dîner 

Samedi 17 Départ dans la matinée 

Parution – « À l’œuvre, l’œuvrier »

Centre de recherche sur les médiations
Communication, langue, art, culture
(EA 3476, Université de Lorraine, France)


À l’œuvre, l’œuvrier

sous la direction de
Sophie Ménard et Jean-Marie Privat

Éditions universitaires de Lorraine, 2017, 262 pages

(16 euros)

Commander :

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100014840


PRÉSENTATION

À l’œuvre, l’œuvrier est le fruit de la rencontre d’une quinzaine de spécialistes de sociocritique et d’ethnocritique, à Metz, au printemps 2014. L’originalité de cet ouvrage est de composer un triptyque autour de trois grandes questions: un retour critique sur Bakhtine et le dialogisme culturel, l’analyse d’un corpus d’œuvres variées selon des modes opératoires exemplaires, enfin, l’ouverture inédite (et féconde) de la sociocritique et de l’ethnocritique aux œuvres d’art, à la peinture contemporaine en particulier.

Les principaux concepts de Bakhtine (carnavalisation, chronotopie, polyphonie, échange verbal) sont mis en question et retravaillés dans une perspective heuristique (corps ouvert, corps fermé; chronotopie/chronotypie; dialogique/dialogal; polyphonie/hétérophonie). C’est un Bakhtine resitué dans son époque politique et intellectuelle et, surtout, dans ses immenses potentialités critiques et herméneutiques qui se redessine avec vigueur.

Le second volet explore des univers langagiers très diversifiés (poésie moderne, album jeunesse, roman sonore, essai polémique, littérature scientifique de l’époque classique, autobiographie du travail de recherche). Le jeu des oralités (et de leurs violences symboliques) et les belligérances culturelles (et de leurs imaginaires littéraires) sont ici au cœur de questionnements toujours très attentifs aux œuvres, ces micro-mondes.

Le triptyque se clôt (s’ouvre!) enfin sur l’exploration fascinante et innovante d’œuvres de notre modernité artistique. Ethnocriticiens et sociocriticiens nous donnent à voir et à revoir au fond la geste et les gestes d’artistes plasticiens comme Raphaëlle de Groot, Simon Hantaï, Juan Miró, Pierre Soulages, Frank Stella ou encore Wanksy, road artist.

Une nouvelle avancée donc dans le questionnement théorique d’une figure majeure des études littéraires, dans l’exploration des imaginaires culturels qui structurent les œuvres, dans les défis interprétatifs posés par l’œuvrier d’art en ses images.

 

 

SOMMAIRE

I – Bakhtine à l’œuvre

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – En dialogue(s) avec Bakhtine ;
Pierre Popovic – Du chronotope et du chronotype ;
Marie Scarpa – La carnavalisation littéraire : de Bakhtine à l’ethnocritique ;
Émilie Brière – « Comment dire ça ? » ou le dialogue dialogique de Danièle Sallenave ;
Jean-Marie Privat – « Le chapeau de l’arpenteur ». Polylogie, dialogie, hétérophonie.

II – Œuvriers et œuvrières au fil du texte

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – Au(x) fil(s) des textes ;
Judith Sribnai – Pierre Gassendi et la conversion du savant au XVIIe siècle ;
Marie-France Amara – La poésie charivarique dans Les Amours jaunes de Tristan Corbière ;
Bernabé Wesley – « Roudoudou » et « blablabla » : dans le monde sonore du roman moderne ;
Eugénie Fouchet – La Petite fille incomplète, une poétique de la liminarité ;
Mélanie Lamarre – La commémoration selon Philippe Muray. Essai de lecture sociocritique ;
Alice Delmotte-Halter – Les deux terrains de l’ethnocriticien.

III – À l’épreuve de l’œuvre d’art

Sophie Ménard, Jean-Marie Privat – Le faire artistique et l’imaginaire ;
Anne-Marie David – Sur Polombe de Frank Stella ;
Sophie Ménard – La pesée sauvage. Le Poids des objets de Raphaëlle de Groot ;
Pierre Popovic – Grigner le noir. 29 juin 1979 de Pierre Soulages dans l’imaginaire social des années gaulliennes ;
Marie-Christine Vinson – Une dialogie peinte. Simon Hantaï – Tabula, 1974 ;
Véronique Cnockaert – Analyse ethnopicturale de Personnages et oiseaux dans la nuit (Miró) ;
Judith Sribnai – Boucher les trous, ou le monde à l’envers selon Wanksy.

Parution – Mémoires du livre / Studies in Book Culture vol. 8 no 2

Chers Collègues,

Auriez-vous l’amabilité de diffuser l’annonce de la parution du 16ème numéro de Mémoires du livre : « LE LIVRE ET LE JOURNAL : CROISEMENTS, PROLONGEMENTS ET TRANSFORMATIONS / THE BOOK AND THE PERIODICAL: INTERSECTIONS, EXTENSIONS AND TRANSFORMATIONS », dirigé par Adrien Rannaud (Université de Sherbrooke)?

http://retro.erudit.org/revue/memoires/2017/v8/n2/index.html

Grand merci à vous,

-- 
Cécile Delbecchi
Assistante à la direction / Executive Assistant
Mémoires du livre / Studies in Book Culture
Directrice: Marie-Pier Luneau
Codirecteurs / Co-Directors : Josée Vincent, Marc André Fortin
Département des lettres et communications
Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke, Québec, Canada
J1K 2R1