Archives de catégorie : Archive

Call for Papers : « Middlebrow Cultures »

Call for Papers: Middlebrow Cultures
University of Strathclyde, Glasgow
Tuesday 14th, Wednesday 15th July 2009
Plenary speakers: Professor Ann Ardis, University of Delaware and Professor Phyllis Lassner, Northwestern University

The Network was launched at the « Historicising the Middlebrow » conference at Sheffield University in July 2008, and we now invite papers for the second conference.

The study of middlebrow culture matters because it illuminates a set of tastes, institutions and social practices associated primarily with the aspirational middle class in the early to mid-twentieth century, and because it helps us understand the relationship between elite, popular and ‘intermediate’ cultural production. It matters especially now because the emergence of middlebrow cultural products in the decades following the First World War was, primarily, a result of technical innovations in printing, distribution, recording, and broadcasting. This relates directly to trends in our own time, since the internet has not only resulted in a vast renaissance of textual production, but has also generated new
internationalised audiences and interpretive communities which echo the
middlebrow cultural formations of the early twentieth century. Examples include electronic book clubs, new bohemian web magazines, and diaries and blogs which recall the Mass Observation project.

We invite proposals which focus on any aspect of middlebrow culture, and on any period from the later nineteenth century to the present. In particular, we welcome papers or panels on our two priority themes:

  • material cultures
  • postcolonial cultures

 

The « material cultures » theme encompasses technologies of the middlebrow, broadcasting, book history, reception studies, and related topics. The « postcolonial » theme invites consideration of geographies of the middlebrow, travel, and the cultural production of formerly colonised countries.

We also plan to include in the conference:

  • a special session on resources for researching the middlebrow
  • a Middlebrow Network meeting to plan future activities
  • dinner at the famous Glasgow art deco restaurant ‘Rogano’
  • a visit to the Britannia Panoptican Music Hall (not normally open to the public). To be confirmed.

 

Proposals of 400 words for 20-minute papers, or up to 1200 words for panels (three papers, or two papers and a respondent), should be sent to Erica and Faye at middlebrow@hotmail.co.uk by 31 January 2009 .

URL : http://research.shu.ac.uk/middlebrow-network/

Rencontre avec Victor Armony

Le Collège de sociocritique de Montréal aura le plaisir d’accueillir M. Victor Armony, professeur au département de sociologie de l’UQAM, afin de discuter de ses recherches actuelles dans le domaine de l’analyse lexicométrique du discours social. La rencontre s’articulera autour de deux textes: « L’analyse lexicométrique du discours politique: porte d’entrée pour étudier les signifiants sociaux » de Victor Armony (veuillez me contacter pour obtenir ce texte en version pdf) et « Théorie du discours social. Notions de topographie des discours et de coupures cognitives » de Marc Angenot (vous trouverez cet article à l’adresse suivante: http://www.revue-contextes.net/document.php?id=51).

Cette rencontre se tiendra le lundi 2 avril, à la salle C-9141 du pavillon Lionel-Groulx, à 12 h.

PhD fellowship in « Textual criticism and the sociology of texts »

PhD Fellowship : « Textual Criticism and the Sociology of Texts »

Applications are invited for a PhD fellowship in « Textual criticism and the sociology of texts ».

The fellowship is funded by the Danish Agency for Science, Technology and
Innovation and is offered jointly through the Georg Brandes School at the Department of Nordic Studies and Linguistics, Copenhagen University, and the Department of Literature, Institute for the Sociology of Literature, Uppsala University. The successful candidate will be expected to divide his or her time between Copenhagen and Uppsala, and will be allocated a supervisorfrom each institution, the principal supervisor however will be a professor or associate professor from the University of Copenhagen.

Funding is provided for a research project within the area known as « the
sociology of texts », meaning that texts are regarded not as abstract bearers of meaning but rather as historical phenomena which have physical manifestations and are the products of social interaction. This point of view necessitates an awareness of the factors and agents which are involved in the cultural processes of production, dissemination and reception, as texts are constantly recast, re-issued and reinterpreted by different people at different times.

It is assumed that the research project will combine a theoretical perspective with a specific body of texts. The research undertaken by the PhD candidate might focus on one – or combine several – of the following areas:

1. An historical investigation into the various agents involved in textual production – paper- makers, printers, publishers etc. – and the working methods and conventions developed in these areas, such as page layout, font design, orthography and punctuation, marketing strategies and so on.

2. A study of the transmission of an individual work (e.g. a chapbook) or group of works (e.g. those of a particular author).

3. Scholarly editing, including a discussion of the principles for the establishment of the text and the provision of commentary.

4. A study of reception, including reviews and criticism in particular periods and places, reading circles, the history of book collections and libraries and patterns of readers’ behaviour.

5. A consideration, from a text-sociological point of view, of traditional literary-critical concepts such as the author, authorial intention, authorisation, textual errors, the model and empirical reader, copyright, censorship, literary genre and interpretation.

Applicants must possess a Master’s Degree or the equivalent or expect to possess one by May 1, 2007. All applicants must have submitted a thesis and enclose an assessment of it along with the application.

Appointment as a PhD fellow is subject to the rules of the Faculty of Humanities. Appointment is conditional upon enrolment as a PhD student at the Faculty.

Appointment as a PhD fellow is subject to the agreement between the Ministry of Finance and the Danish Confederation of Professional Associations (AC).

In accordance with this agreement, PhD fellows are obliged – without extra payment – to accept work corresponding to 840 hours over a three-year period.

The application must contain:

A project proposal with a full description of the proposed research project and a realistic plan to meet the requirements concerning participation in courses, seminars and study trips to other institutions. The project proposal should not be longer than 12,000 characters (including spaces, but excluding the bibliography); the total number of characters must be indicated at the end of the project proposal.

A CV of no more than one page.

A list of publications.

A degree certificate or a complete transcript.

The recipient of the PhD fellowship will be employed in accordance with the current agreement between the Ministry of Finance and the Danish Confederation of Professional Associations (AC). The Dean of the Faculty of Humanities will appoint an assessment committee. Upon receipt of the report of the committee each applicant will receive the specific portion of the committee’s assessment pertinent to him/her. The applicants will only be assessed in relation to the announced position.

Applications are invited from qualified candidates regardless of age, sex, race, religion or ethnic origin.

Six copies of the application and all enclosures (6 copies of each) must be sent to: The Rector of the University of Copenhagen, The Faculty of Humanities, Njalsgade 80, DK-2300 Copenhagen S, with reference to J.nr. 211-0085/07-4550

The application deadline is May 2, 2007 at 12:00 (Noon). No enclosures will be accepted after the deadline.

Information regarding the Danish PhD ministerial order and employment as a PhD fellow can be obtained by contacting Birgit H=FCttmann, tel.: +45 35 32 80 54 or e-mail: bhu@hum.ku.dk

For further information about the Fellowship and the Georg Brandes School please contact Pil Dahlerup phone +45 35 32 83 34 or e-mail: pil@hum.ku.dk

Parution – « Abécédaire de Pierre Bourdieu »

Les Éditions Sils Maria

Collection ABéCédaire n°2 :

Abécédaire de Pierre Bourdieu
Sous la direction de Jean-Philippe Cazier

Parution le 12 février 2007

Ce numéro de notre collection Abécédaire poursuit deux buts : offrir à l’étudiant comme à tout intéressé une première connaissance de la pensée de Pierre Bourdieu, et aussi permettre aux chercheurs la continuation de leurs travaux sur ou à partir de cette oeuvre.

Les notions :
Agent ? Algérie ? Anthropologie ? Art ? Bachelard (Pierre Bourdieu et Gaston Bachelard) ? Biens ? Canguilhem (Pierre Bourdieu et Georges Canguilhem) ? Capital ? Champ ? Chômeurs ? Classes sociales ? Corps ? Critique ? Culture ? Destin ? Détermination ? Distinction ? Domination ? Doxa ? Droit ? Durkheim (Pierre Bourdieu et Emile Durkheim) ? École ? Économie ? Espace social ? État ? Ethnologie ? Ethos ? Foucault (Pierre Bourdieu et Michel Foucault) ? Goût ? Habitus ? Heidegger (Pierre Bourdieu et Martin Heidegger) ? Héritier ? Histoire ? Homologie ? Hysteresis ? Idéologie ? Illusio et libido ? Inconscient ? Individu ? Institutions ? Intellectuel ? Journalisme ? Langage ? Lévis-Strauss (Pierre Bourdieu et Claude Lévi-Strauss) ? Liberté ? Littérature ? Marx (Pierre Bourdieu et Karl Marx) ? Masculin/féminin ? Mauss (Pierre Bourdieu et Marcel Mauss) ?
Merleau-Ponty (Pierre Bourdieu et Maurice Merleau-Ponty) ? Misère ? Néolibéralisme ? Objectivation participante ? Parler ? Phénoménologie ?
Philosophie ? Photographie ? Politique ? Pouvoir ? Pratique ? Praxeologie ?
Raison ? Rapport de force ? Réflexivité ? Relations ? Reproduction sociale ?
Résistance ? Sartre (Pierre Bourdieu et Jean-Paul Sartre) ? Science ? Sciences sociales ? Sexualité ? Société ? Sociologie ? Stratégie ? Structuralisme ? Style de vie ? Sujet ? Symbolique ? Télévision ? Théorie ? Travail ? Vérité ? Violence ? Weber (Pierre Bourdieu et Max Weber) ? Wittgenstein (Pierre Bourdieu et Ludwig Wittgenstein).

Les auteurs :
Marlène Benquet ? Louis Carré ? Hervé Couchot ? Michel Daccache ? Lydie Daguerre ? Christine Détrez ? Vincent Dubois ? Fabienne Federini ? Fabrice Fernandez ? Viviana Fridman ? Mathieu Hilgers ? François Lecointe ? Samuel Lézé ? Gérard Mauger ? Fanny Mazzone ? Yves Patte ? José Luis Moreno Pestaña ? Louis Pinto ? Sébastien Roux ? Arnaud Saint-Martin ? Lionel Thelen.

D/8109/2006/057
ISBN : 2-930242-55-8

DIFFUSION LIBRAIRIE

PHILOSOPHIQUE

J.VRIN

6, place de la Sorbonne

75005 Paris

222 pages – 22 euros

Journée d’étude COnTEXTES : La question biographique en littérature

Annonce : Journée d’étude de COnTEXTES, groupe de contact FNRS en sociologie de la littérature

La question biographique en littérature : histoire, méthodologies, fictions

27 mars 2007
Université Libre de Bruxelles (Salle Van Buuren, 48 av. Franklin Roosevelt, 1050 Bruxelles)

Malgré les critiques déjà nombreuses qui ont pu être adressées par certains historiens ou sociologues de la littérature à la pratique de la biographie, force est de constater la présence toujours abondante de biographies d’écrivains sur les étals des libraires et dans les rayons des bibliothèques. Le chercheur ou l’étudiant en littérature ne peut, le plus souvent, ignorer tout à fait ce pan toujours plus massif de la bibliographie sur son sujet, quel qu’il soit, et se voit, parfois malgré lui, confronté à un découpage individualisé de la matière historique qu’il étudie. En outre, si la biographie (d’écrivains) contraint l’histoire (littéraire) à passer avant tout par des noms de personnes, les lois du marché du livre accentuent encore cette réduction du point de vue en privilégiant parmi ces noms ceux qui seront les plus vendeurs auprès du public lecteur (ce mécanisme est particulièrement visible lors des années ou événements commémoratifs de la naissance ou de la mort de telle grande figure, qui s’accompagnent immanquablement d’une pléthore de biographies consacrées au personnage fêté et médiatisé). Enfin, en littérature particulièrement, le découpage biographique n’est pas sans incidence sur la façon de lire les textes : les éléments biographiques d’un auteur sont d’autant plus convoqués comme clés de lecture de son oeuvre qu’ils sont abondants et s’imposent comme évidents en présentant des effets de cohérence et de bouclage.

 

Ces différents constats nous poussent à interroger la biographie en littérature, à la fois comme pratique et comme discours : qui l’écrit ? dans quelles circonstances, et sur qui ? quels sont les procédés mobilisés pour l’écrire ? quels usages en sont faits, et par qui ? quelles représentations du littéraire sont-elles impliquées par ces procédés et ces usages ?

 

En somme, l’objectif poursuivi par cette journée est bien de produire une réflexion critique sur la (les) pratique(s) biographique(s), conçue(s) comme une problématique en soi. En voici le programme définitif.

 

09.00 Accueil

09.30 Paul ARON (FNRS – ULB)

Introduction

Séance 1
Président : Jean-Pierre BERTRAND (ULg)

10.00 Luc FRAISSE (U. Strasbourg)
Le pittoresque développement des biographies d’écrivains au XIXe s.

10.50 Vanessa GEMIS (ULB)
La biographie genrée : le genre au service du genre

11.40 David VRYDAGHS (FNRS – ULg)
Vivre ensemble. Usages du matériau biographique dans l’étude des groupes littéraires (le cas du surréalisme français)

12.30 Repas

 

Séance 2

Président : Benoît DENIS (ULg)

14.00 Alexandre GEFEN (U. Bordeaux-III)
Le savoir biographique

14.50 Jean-Louis JEANNELLE (U. Paris-IV)Le paradoxe de Proust

15.40 Buata B. MALELA (Docteur en Philosophie et lettres de l’ULB)
La biographie dans la littérature : Toussaint Louverture dans les lettres antillaises francophones

16.30 Pause

16.45 Björn-Olav DOZO (CIEL – ULg) et Fabrice PREYAT (FNRS –ULB)

Conclusions

 

Avec le soutien du FNRS, du Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire (CIEL) et du Centre de littérature belge de l’ULB.

Contact : Cécile Vanderpelen-Diagre

 

Persée

« Welcome to PERSEE, the website for scientific journals in social and human sciences, established by the Ministry of State Education, Higher Education and Research. Launched on the initiative of the research community, who are keen for their scientific output to have greater visibility, the PERSEE website has as its mission the digitisation and online distribution of back collections of a vast corpus of periodicals. Wider availability of this rich scientific heritage will benefit French research by making it freely and publicly accessible. »

« Bienvenue sur Persée, le portail de revues scientifiques en sciences humaines et sociales, créé par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Suscité par la « communauté des chercheurs, soucieux d’une meilleure visibilité de leur production scientifique, le portail PERSEE a pour vocation la numérisation et la mise en ligne des collections rétrospectives de ce vaste corpus. La diffusion élargie de ce riche patrimoine scientifique permettra une meilleure valorisation de la recherche française, dans une logique d’accès public et gratuit. »

On trouvera sur le site de Persée, http://www.persee.fr, la version électronique et gratuite (pdf) d’un grand nombre d’anciens numéros des revues suivantes :

Actes de la recherche en sciences sociales (1975 à 2003)
– Bibliothèque de l’Ecole des chartes
– L’Homme
– Politix
– Revue de l’Art
– Vingtième siècle. Revue d’histoire
– etc.

Colloque – « loi mémoire histoire »

Colloque international

La loi, la mémoire et l’histoire

Montréal

Campus de l’Université McGill

les 16 et 17 novembre 2007

Colloque organisé par Marc Angenot et Régine Robin

Dans plusieurs pays d’Europe, occidentale et orientale, mais aussi ailleurs dans le monde, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, depuis un quart de siècle, des législations sont intervenues qui proclament et établissent des faits historiques ou qui interdisent de les nier. Il s’agit d’un fait nouveau qui touche plusieurs pays et relève à coup sûr de motivations diverses. On parle en France de «lois mémorielles» car la France a la singularité d’avoir multiplié les lois de cette sorte. Les premières de ces lois en Europe ont été des réactions – ce, fort logiquement en Allemagne tout d’abord – à la propagande perverse d’une poignée de négationnistes qui alarmait l’opinion. Ce fut le cas de la Loi Gayssot (1992) en France , suivie de la Loi sur le génocide arménien, puis de l’article de loi, retiré ensuite sous la pression de lobbies adverses indignés, qui appréciait le caractère « positif » des entreprises coloniales, puis de la Loi Taubira sur le caractère de crime contre l’humanité de la traite négrière et de l’esclavage. Dès le départ, ces législations, acclamées par certains, ont suscité le malaise. S’il pouvait sembler légitime d’interdire la négation sophistique des chambres à gaz, il n’en restait pas moins que le principe de la liberté d’expression et d’opinion, fondateur de la démocratie, était remis en cause. Quant aux historiens, ils furent presque unanimes aussitôt à dire leur malaise devant un texte, suivi bientôt de plusieurs autres qui présupposaient qu’il existe une vérité historique qu’il devenait illégal de contester. Il a fallu que René Rémond, un historien qui a pourtant l’oreille du pouvoir, publie une critique vigoureuse de toutes ces législations, Quand l’État se mêle de l’histoire, 2006, et exige, au nom de la profession historienne, leur retrait en bloc.

Nous percevons cependant que le problème n’est «pas si simple», il s’en faut, et qu’il tient à des enjeux essentiels de notre état de société. D’autres historiens d’aujourd’hui réclament au contraire une législation européenne anti-négationniste (Historiker für europaweites Gesetz gegen Auschwitz-Leugnung) et d’autres groupes de pression se pressent à la porte des parlements nationaux et européen avec leurs propres projets de lois.

Nous invitons un groupe de chercheurs éminents, historiens, sociologues, philosophes, spécialistes de des terrains de recherche complémentaires, à communiquer leur analyse des divers aspects de ces législations et des conjonctures nationales où elles s’inscrivent et à en discuter en termes de problématique globale et comparée.

Les organisateurs sont bien conscients du fait que la problématique ici circonscrite est inséparable de questions plus vastes: celle des formes, nouvelles ou anciennes, de la falsification historique, de la suppression et de la censure de faits historiques, celle de la concurrence des mémoires identitaires (et celle des amnésies identitaires), inséparable de ce qu’on a appelé la «concurrence des victimes» <https://exchange.mcgill.ca/exchange/pascal.brissette/Drafts/TR%C2%A0:%20colloque%20loi%20m%C3%A9moire%20histoire.EML/1_text.htm#_ftn1> , celle de la réconciliation des peuples déchirés passant par des «commissions» visant à dire la vérité sur les atrocités commises et les responsabilités encourues – et celle de l’obsession commémorative qui caractérise les sociétés actuelles d’Occident. Sans vouloir aucunement empêcher les participants d’aborder de telles problématiques, ils souhaitent que l’objet précis de leur communication soit ciblé sur la question de la loi face au passé historique.

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

________________________________

<https://exchange.mcgill.ca/exchange/pascal.brissette/Drafts/TR%C2%A0:%20colloque%20loi%20m%C3%A9moire%20histoire.EML/1_text.htm#_ftnref1>

J. M. Chaumont, La concurrence des victimes: génocide, identité, reconnaissance. La Découverte, 1997.

Parution – « L’idéologie en sociologie de la littérature »

L’IDEOLOGIE EN SOCIOLOGIE DE LA LITTERATURE
Parution février 2007

La revue COnTEXTES a le plaisir d’annoncer la parution de son nouveau dossier thématique, « L’idéologie en sociologie de la littérature ». Celui-ci est disponible gratuitement, sur le site de la revue : http://www.revue-contextes.net. Il n’y a pas de version papier.

Issu d’une journée d’étude tenue en mars 2006 à l’Université de Liège, ce dossier part du constat du délaissement de la notion d’idéologie par les spécialistes de la littérature et de la permanence des phénomènes qu’elle prenait en charge pour en proposer une réévaluation à l’aune d’applications et d’inventions méthodologiques contemporaines. Plus particulièrement, il s’agissait de confronter les démarches de plusieurs chercheurs en sociologie de la littérature pour tenter de faire apparaître les différentes valeurs opérantes de la notion d’idéologie, comme outil d’analyse des déterminations réciproques du littéraire et du social.

Le dossier rassemble des contributions de Paul Aron, Benoît Denis, Pascal Durand, Dominique Maingueneau, Gisèle Sapiro, Kristine Vanden Berghe et David Vrydaghs. Celles-ci touchent autant à l’histoire du concept et à son intégration dans l’appareil méthodologique de la sociologie littéraire ou de l’analyse du discours, qu’à des problématiques précises d’histoire littéraire travaillées par la question idéologique.

Table des matières

Groupe Contextes : « Présentation du dossier »
Jean-Pierre Bertrand : « Haro sur l’idéologie »
Paul Aron : « L’idéologie »
Gisèle Sapiro : « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et idéologie »
Dominique Maingueneau : « L’idéologie : une notion bien embarrassante »
Pascal Durand : « L’occulte au fond de tous. Idéologie et sens littéraire commun »
Benoît Denis : « Ironie et idéologie. Réflexions sur la “responsabilité idéologique” du texte »
David Vrydaghs : « La variation idéologique des systèmes d’adhésion. L’exemple du Traité du style de Louis Aragon »
Kristine Vanden Berghe : « Idéologie et critique dans les récits zapatistes du Sous-commandant Marcos »

Parution – « Le monde du conte »

Soazig Hernandez, LE MONDE DU CONTE Contribution à une sociologie de l’Oralité

L’Harmattan Paris
Collection « La librairie des Humanités ».
27 euros
317 pages
ISBN : 2-296-01446-1

Présentation communiquée par l’auteur:

L’art du conte repose sur deux piliers : il renvoie à un genre littéraire particulièrement subtil et se fonde sur la pratique sociale d’une parole vivante. Ce livre examine ces deux aspects de manière approfondie. Il étudie l’évolution de la forme des contes, en la reliant rigoureu-sement à ses conditions d’énonciation, qu’elles soient traditionnelles ou modernes. S’il est ancestral, l’art du conte est tributaire d’un « savoir raconter » qui connaît aujourd’hui un spectaculaire renouveau. Dans la perspective d’une sociologie de la culture contemporaine, l’auteur examine les développements récents des pratiques de l’art du conte et met en valeur les potentialités originales recelées par cette parole, à la fois créatrice et collective. Tandis que, de nos jours, l’écrit occupe apparemment une place dominante, il existe un véritable « monde du conte » centré autour de la figure du conteur ? monde dont cet ouvrage explore les ressources à partir d’une étude du cas français, mis en relation avec d’autres espaces nationaux comme la Hollande et l’Espagne. Lorsqu’on le réfère à des sociétés européennes dont les traditions sont variées, que dit l’art du conte à propos de l’identité contemporaine ? et comment s’organisent ici et là les structures vouées à la mise en scène orale de l’objet littéraire ? Parce qu’il ne sépare jamais artificiellement les points de vue exprimé par les conteurs sur leur art de ceux du public, cet ouvrage représente enfin une contribution méthodologique originale à la connaissance de l’art vivant.

Soazig Hernandez, Docteur en Sociologie, est enseignante chercheuse au Centre de Sociologie des Représentations et des Pratiques Culturelles de l’université Pierre Mendès France de Grenoble, ainsi qu’à l’Observatoire des Politiques Culturelles de Grenoble. Elle poursuit actuellement ses recherches sur le conte et les conteurs.

Table des Matières

PREMIÈRE PARTIE
LE CONTE COMME OBJET LITTÉRAIRE

CHAPITRE 1 : LITTERATURE ET CONTE
CHAPITRE 2 : LES FOLKLORISTES EN EUROPE
CHAPITRE 3 : LES ADAPTATIONS
CHAPITRE 4 : ANALYSES DE L’OBJET CONTE

DEUXIÈME PARTIE
LE CONTE ET LA VALORISATION DU POPULAIRE

CHAPITRE 5 : DE L’ART POPULAIRE A L’ART TOUT COURT
CHAPITRE 6 : LES TRADITIONALISMES CONTEMPORAINS
CHAPITRE 7 : LES IDEOLOGIES DU MONDE DU CONTE

TROISIÈME PARTIE
ETHNOGRAPHIE CONTEMPORAINE DU « CONTAGE »

CHAPITRE 8 : LE RENOUVEAU DU CONTE DANS LA CITE
CHAPITRE 9 : TYPOLOGIE DES PRATIQUES
CHAPITRE 10 : RACONTER N’EST PAS JOUER
CHAPITRE 11 : L’OEUVRE CONTE ?

QUATRIÈME PARTIE
LE MONDE DU CONTE, UN « MONDE DE L’ART »

CHAPITRE 12 : LES NORMES ET JURIDICTIONS DU MONDE DU CONTE
CHAPITRE 13 : LES RESSOURCES
CHAPITRE 14 : LE CONTEUR ARTISTE

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Parution – « Stendhal, une sociologie romanesque »

Jacques Dubois, Stendhal, une sociologie romanesque
Editions La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Lab. Sciences sociales », 252 p., 23 euros.

ISBN : 978-2-7071-5089-9

« Cet auteur ne cesse pas d’offenser », disait de Stendhal le philosophe Alain. De fait, Stendhal offense, heurtant les opinions convenues et bousculant les modèles reçus de la représentation. Il y va d’une forme d’engagement qui naît à même l’écriture, engagement d’abord littéraire, qui met en jeu le roman dans sa forme et ne craint pas de transgresser les règles implicites qui le gouvernent. Jacques Dubois montre dans ce livre que ce grand écrivain des enchantements amoureux est aussi le romancier le plus authentiquement politique que la France ait connu au XIXe siècle, décrivant sans pitié la glaciation que connut la société française durant la Restauration et la monarchie de Juillet. Tout le problème de Stendhal est en réalité de conjuguer deux mondes apparemment incompatibles, celui de la politique et celui de l’amour. Sa solution : faire de la passion amoureuse le lieu même de l’opposition politique. Or, dans ce jeu complexe, ce sont les femmes qui entraînent des héros moins résolus, tels que Fabrice Del Dongo et Julien Sorel, dans des actes éclatants de profanation symbolique. Plus généralement, la sociologie romanesque de Stendhal décrit chez ses personnages une lutte individuelle et collective pour la reconnaissance, qui met en cause tant le déterminisme des appartenances que les tyrannies du quotidien. Des personnages qui en disent long sur les rapports de société et sur ce que l’évidence de ces rapports dissimule. Au gré de ces épisodes, une science du social se fait jour, une science vagabonde, qui ne se réclame pas d’un programme explicite. Mais la lecture de Jacques Dubois montre aussi à travers quels biais l’auteur du Rouge et le Noir, au-delà de ses ambitions esthétiques, a ouvert la voie aux sciences sociales et les a accompagnées dans leurs développements.

Jacques Dubois est professeur émérite de l’université de Liège, tourné vers les rapports entre littérature et sociologie. Il est l’auteur de Pour Albertine. Proust et le sens du social (Seuil, 1997) et des Romanciers du réel (Seuil, 2000). Il a assuré avec B. Denis l’édition des Romans de Simenon dans la Bibliothèque de la Pléiade (2 vol., 2003).

Table des matières

Avant-proposProblèmes et méthodes1. Le roman politique – La société bloquée – Le coup de pistolet dans le concert – 2.  Le romancier sociologue – Le cercle des primitifs – Dispositions et lutte pour la reconnaissance – 3. La montée des femmes – Contre la domination : l’amour – Contre le déterminisme : l’humour – 4. Armance sans voix – Une classe pétrifiée – L’amour barré – Rêver Armance – 5. Des noirs et des rouges – Tout est social – Un analyseur turbulent – La scène politique – La scène érotique – Un champion du coup de tête – 6. Intense Louise, impétueuse Mathilde – Portraits croisés – Féminités – Moments charnels – Résister, profaner 1 – 7. Un héros du juste milieu – Une écriture de la contingence – Règne de l’argent, temps des fripons – Le coeur à gauche – Tout est politique – Dilettante ou imposteur ? – 8. Entre Bathilde et Augustine – Bathilde n’est pas Mathilde – Augustine maîtresse femme – Partie nulle – 9. Des primitifs et des poudrés – Un héros italien – La scène politique – La lutte des clans – L’emprise des signes – La scène érotique – 10. Insolente gina, intransigeante Clélia – Dispositions et tâtonnements – L’hystérie productive – La patience souveraine – Résister, profaner 2 –11. Lamiel sans fin – La politique au village – Un crescendo terroriste – Aimer Lamiel – Conclusion – Une sociologie romanesque – Bibliographie sélective d’ouvrages et articles sur Stendhal.