Archives de catégorie : Non classé

Appel à communications – «Valeurs locales convertibles : enjeux internationaux de l’histoire littéraire nationale»

Valeurs locales convertibles : enjeux internationaux de l’histoire littéraire nationale

Congrès international d’histoire littéraire

11-12 mai 2018, Cluj-Napoca

Université « Babeș-Bolyai», Faculté des Lettres

En partenariat avec l’Académie Roumaine, Institut de Linguistique et d’Histoire Littéraire « Sextil Pușcariu »

L’histoire littéraire, « enterrée » plusieurs fois à travers le XIXe siècle, contestée à cause de son imprécision méthodologique, successivement ombragée par la théorie littéraire et par le comparatisme, revient dans l’actualité. Ce n’est pas par accident que l’essai de Franco Moretti, Graphs, Maps, Trees: Abstract Models for a Literary History, l’une des recherches littéraires contemporaines les plus influentes et les plus novatrices, la mentionne dès le titre. Si on ne peut pas parler d’un programme unitaire, comme c’était auparavant le cas pour le projet positiviste de l’histoire littéraire lansonienne, on peut quand même constater la riche déclinaison de la gamme d’« historicités » de la littérature. Il y a de diverses directions de réflexion, telles que l’analyse de l’éthos national (Jérôme Meizoz), la sociologie de la singularité créatrice (Nathalie Heinich) ou l’approche de l’imaginaire linguistique et stylistique de la langue littéraire (Gilles Philippe), qui sont investies dans la reconstitution de quelques régimes historiques des réalités littéraires et sociales.

Plusieurs tendances ont contribué à ce revirement de l’histoire littéraire : l’assimilation, dans presque tous les domaines de la réflexion littéraire, de la perspective historicisante de Michel Foucault sur les « archives » et les grammaires des discours ; la redéfinition sociologique de la recherche littéraire et l’orientation vers l’étude des phénomènes institutionnels, visible dans les histoires nationales (Alain Viala), mais aussi dans les histoires transnationales (M. Cornis Pope – J. Neubauer) ; l’intégration de la littérature dans des amples historicités économiques ou politiques et la réceptivité des études littéraires à l’interprétation des systèmes-monde (Immanuel Wallerstein) ou à l’histoire conceptuelle (Reinhart Koselleck) ; l’enregistrement temporel des valeurs affectives véhiculées par les œuvres littéraires par l’exploration, dans des cadres historiographiques (Ute Frevert), du domaine des émotions et des passions collectives. Mais, en essence, la réhabilitation de l’histoire littéraire est fortement liée au dépassement du complexe d’illusions et de mythes créés autour de la Littérature et de sa singularité : plus les pratiques et les institutions de la littérature sont restituées au cadre social et culturel dont elles font partie, plus la démarche historique devient non seulement plausible, mais inévitable. L’histoire littéraire redevient l’étude de ce que Boris Eichenbaum appelait « le fait littéraire », en tant qu’ancrage multiple dans les horizons de la vie sociale, dans l’articulation complexe de la littérature, de la culture, de la politique et de l’existence.

On revient maintenant à l’histoire littéraire pour sa capacité de rappeler, à partir de l’historicité des objets de la littérature, leur emplacement à l’intersection de plusieurs perspectives méthodologiques et disciplinaires. Plus qu’une définition d’un inventaire limité de préoccupations et de thèmes de recherche, l’histoire littéraire représente aujourd’hui un espace de rencontre, l’une des plus ouvertes intervalles de communication avec d’autres modalités de connaissance du domaine humaniste dont les études littéraires disposent. Ce qu’on se propose de constituer à Cluj, c’est une plateforme de débat de l’historicité de la littérature, à l’aide de laquelle on encourage le contact des études littéraires avec d’autres disciplines concernant la dimension historique des réalités sociales (histoire, anthropologie, sociologie, etc.), et, en même temps, on aborde la superposition régionale des « temporalités » impliquées par l’interférence de plusieurs cultures littéraires. En prolongeant la double tradition de la réflexion littéraire transylvanienne, définie par le caractère multiculturel et par l’orientation historisto-positiviste, on veut ouvrir, sous le signe de l’histoire littéraire, un espace de dialogue des cultures et des disciplines, dans lequel on réunit des chercheurs roumains et étrangers, appartenant à toutes les aires de la recherche humaniste.

***

La première édition de la manifestation est dédiée au projet de D. Popovici (1902-1952), professeur de la Faculté d’Histoire et de Philosophie de Cluj entre 1936 et 1952, d’écrire une histoire littéraire nationale en langues étrangères. Réalisées dans le contexte de la dislocation de l’Université de Sibiu pendant la Seconde Guerre mondiale, ses études étaient le résultat d’une série d’expériences intellectuelles de l’entre-deux-guerres, qui impliquaient la nouvelle histoire littéraire, mais aussi les premières formes disciplinaires du comparatisme européen. Etant en opposition avec le modèle de l’histoire littéraire nationale, en tant que vaste construction fermée autour d’une spécificité complète et non-communicable, les synthèses de D. Popovici offraient une représentation intégralement convertible en catégories et valeurs occidentales des faits historico-littéraires autochtones. A partir de la biographie intellectuelle de cette figure fondatrice des études littéraires dans l’Université de Cluj, on propose une réflexion sur l’échange de valeurs entre le national et le transnational dans le domaine de l’histoire littéraire.

 

1. Premièrement, on est intéressé par les contextes qui ont rendu possibles de tels projets intellectuels, les facteurs « favorisants » pour la redéfinition transnationale d’une histoire nationale. On parle ici des évolutions qui ont marqué – pendant l’entre-deux-guerres – le champ des études littéraires et de la possibilité épistémique d’un comparatisme « dans le national » ; mais aussi de la coïncidence établie entre la conjoncture historique dramatique, la Seconde Guerre mondiale, et l’abondance des projets historiographiques. Comme dans le cas du comparatisme, favorisé, par ricochet, par la nazification de la société allemande et par l’exil des philologues juifs en Turquie ou aux Etats-Unis, on peut se demander comment la guerre a stimulé et accéléré la cristallisation des synthèses historiographiques dans le champ de la littérature, mais aussi dans celui de l’histoire.

 

2. En second lieu, cette approche permet une problématisation de la « traduction »/ « de l’export » des histoires littéraires nationales. Cette sphère de réflexion intègre le rapport entre les valeurs « nationales » et les valeurs « universelles », essentiel pour la définition de l’éthos des historiens littéraires et pour la cristallisation de l’articulation entre l’éthique et l’esthétique dans les cultures périphériques. On place sous le même signe les nombreux projets d’histoire nationale qui ont été réalisés ou pensés à l’étranger : de la collection multinationale d’histoires littéraires conçue, pendant l’entre-deux-guerres, par Paul Valéry, jusqu’aux histoires réalisées par des écrivains exilés pendant le communisme et jusqu’aux synthèses contemporaines d’histoire nationale réalisées par les savants de la diaspora. Tous ces cas impliquent les stratégies d’égalisation – traductions, transpositions, analogies –, mais aussi une interrogation plus générale sur les catégories importées ou conçues afin d’être exportées. Quelles sont les histoires littéraires – occidentales, régionales – qui servent comme modèle pour les histoires nationales ? En quelle « langue » traduit-on les réalités locales ?

 

3. Finalement, le thème du congrès ouvre aussi une discussion sur les échanges contemporains entre les études littéraires transnationales et les histoires nationales. Quels effets la globalisation des études littéraires produit-elle sur l’histoire littéraire nationale ? Cette question concerne l’influence que le comparatisme a exercée et continue d’exercer sur la conception actuelle de l’histoire littéraire. Le dépassement de l’interprétation « holistique » des faits littéraires, en tant que partie d’un entier organique et complète, c’est uniquement l’une des acquisitions que l’histoire littéraire nationale doit à l’assimilation des perspectives globalisantes. Mais la question peut être également posée de manière inverse, de l’histoire littéraire nationale vers les modalités de connaissance transnationale des faits littéraires. L’histoire littéraire nationale n’est pas uniquement un réservoir de données brutes, utilisées dans les synthèses transnationales, mais aussi le terrain sur lequel la série des faits « littéraires » s’articule avec les séries multiples des faits d’histoire culturelle locale : l’espace des expériences de lecture et de vie, le lieu du débat des valeurs morales et affectives d’une communauté.

***

Puisque nous voudrons organiser, en plus des sections du congrès, des ateliers pour les doctorants, nous vous prions de communiquer cet appel à communication aux écoles doctorales et à vos doctorants. Les conditions d’inscription, les frais de participation et le type de proposition de communication restent les mêmes pour les doctorants.

On attend vos propositions de communications jusqu’au 1er décembre 2017 (données sur l’auteur, affiliation institutionnelle, coordonnées de contact, titre de la communication proposée et un résumé (max. 500 signes), tout cela dans un fichier au format doc, docx ou rtf), à l’adresse istorielit.ubbcluj@gmail.com. Les langues de communication du congrès seront l’anglais, le français et le roumain. La décision du comité scientifique sera communiquée individuellement à chacun, par e-mail, jusqu’au 8 janvier 2018. Les participants devront confirmer leur présence au congrès en remplissant un formulaire type qu’ils recevront et qui devra être envoyé aux organisateurs, par e-mail, jusqu’au 22 janvier 2018.

Les communications présentées feront l’objet de plusieurs publications, en 2018 : deux numéros de revues, Studia Universitatis Babes-Bolyai. Philologia (l’Université « Babeș-Bolyai ») et Dacoromania litteraria  (l’Académie Roumaine), ainsi qu’un volume collectif aux Presses Universitaires de Cluj. Les frais de participation au congrès seront de 200 lei (environ 45 euro).

 

Au nom du comité d’organisation,

Ioana Bican, Levente Szabo, Adrian Tudurachi

adresse

Université « Babeș-Bolyai», Faculté des Lettres

Évènement (Nuit blanche) – «Le procès de la fiction»

Le procès de la fiction

Un procès fictif de la frontière entre fait et fiction

 

Nuit Blanche 2017

Quand : le samedi 7 octobre de 19h (précises) à 2h du matin.
 :     Dans la salle du Conseil de Paris, Hôtel de Ville
Entrée par le 5, rue Lobau, 75004 Paris
Entrée libre et en streaming en direct sur Internet (cliquez ici)

Une proposition d’Aliocha Imhoff et Kantuta Quirós
Conseil scientifique et avocats 
: Françoise Lavocat, Alison James, Alexandre Gefen, Laurent de Sutter, Dorian Astor, Fabien Danesi.

Production Nuit Blanche 2017 (sous le commissariat général de Charlotte Laubard).

 

À l’heure des “faits alternatifs” prônés par l’administration Trump et de l’usage généralisé du storytelling par la classe politique, à l’heure de la mise en accusation et la judiciarisation de nombreux écrivains auxquels on reproche de trop mélanger réalité et fiction, à l’heure de l’émergence des “nouveaux réalistes” dans le champ philosophique, à l’heure d’un nécessaire retour au réel, sans cesse réaffirmé dans le débat public, un procès fictif, sous la forme librement inspirée d’un procès d’assises, propose de débattre et de délibérer sur la nécessité et la réalité d’une frontière entre fait et fiction.

Ces dernières années ont été, en effet, une nouvelle fois le théâtre de nombreux débats et polémiques sur la porosité de la frontière entre fait et fiction. Que l’on se rappelle par exemple les vives controverses autour des livres de Yannick Haenel, Jan Karski et de Jonathan Littell, Les Bienveillantes, qui réouvraient le spectre des débats épistémologiques sur l’écriture de l’histoire autant que sur les savoirs de la littérature et ravivaient de plus belle la querelle du narrativisme historiographique menée par l’historien Carlo Ginzburg à l’encontre d’Hayden White, notamment. Que l’on prenne acte, également, des procès en fact-checkingd’écrivains de fictions tels qu’Edouard Louis – qui ne cesse d’affirmer que « tout est vrai », en dépit du prédicat fictionnel « roman » apposé sur ses ouvrages -, ceux de l’autofiction et la passionnante affaire Camille Laurens/Marie Darrieussecq – la première accusant la seconde de « plagiat psychique » – ou encore ceux du droit des personnages (procès de Christine Angot, Marcella Iacub, Régis Jauffret, parmi tant d’autres), comme autant de témoins d’une inquiétante fragilisation de la frontière entre fait et fiction pour les uns, d’une agentivité accrue de la littérature et de son action sur le réel pour les autres. Que l’on prenne acte, dans le champ du journalisme, face à la multiplication des fake-news, du recours, sans doute nécessaire, aux fact-checkers – Decodex pour le Monde, Desintox pour Libération, ou bien encore dès 2009, PolitiFact alors lauréat du Prix Pulitzer – mais qui place, désormais, comme aura pu le dénoncer Frédéric Lordon, le Fait, comme l’horizon du journalisme et non plus comme ce qui le précède – signant la confirmation d’un journalisme post-politique. Que l’on prenne acte, dans le champ philosophique, du grand retour du réalisme, du « réalisme spéculatif » initié en France par Quentin Meillassoux et ses émules anglo-saxons, du réalisme « des choses » de Tristan Garcia, du réalisme « contextuel » de Jocelyn Benoist, et d’autres encore (Markus Gabriel, Maurizio Ferraris, Jane Bennett, etc.) et qui, comme le diagnostiquerait un autre réaliste contemporain, Pascal Engel, se sont formés à la fois contre la peur d’avoir « perdu le monde » et en réaction aux supposées dérives panfictionalistes pour qui toute la réalité ne serait que construction sociale et, in fine, fiction – de Baudrillard (« Le guerre du Golfe n’a pas eu lieu ») à Nietzsche (« Il n’y a pas de faits, il n’y a que des interprétations ») en passant par Derrida ou Lacan (« La vérité a structure de fiction »).

 

En 2016, la théoricienne de la littérature Françoise Lavocat publiait « Fait et Fiction. Pour une frontière » (Seuil), ouvrage dans lequel celle-ci affirmait la nécessité de défendre cette frontière dont la réputation est d’être définitivement brouillée au coeur des pratiques contemporaines, que l’on pense aux cosplays et autres jeux de rôle grandeur nature, au cinéma documentaire, à la littérature factualiste, aux formes de simulation contemporaine, au théâtre sans théâtre, etc.

Dans ce contexte, quels sont les héritages de la Déconstruction, du panfictionnalisme et du constructivisme radical, que reste-t-il, plus encore, de la performativité des récits et des contre-fictions, de la valeur cognitive de la fictionalité ou encore de l’héritage des épistémologies postcoloniales qui ont réévalué la valeur des mythes et de la fabulation, que reste-t-il des historiographies narrativiste, fictionnaliste et expérimentale et de toutes ces méthodologies faisant la belle part à une histoire des possibles ? Nous faudrait-il désormais affirmer, collectivement, la nécessité de régime cognitifs distincts, nous faudrait-il sauver la frontière entre fait et fiction ?

L’Accusation sera portée par Françoise Lavocat, Alison James et Alexandre Gefen(théoriciens de la littérature) contre ceux qui, depuis plusieurs décennies, travaillent à ce grand brouillage entre fait et fiction. La Défense sera représentée par Laurent de Sutter, Dorian Astor et Fabien Danesi (philosophes et essayistes).

Le procès opposera ainsi les « différentialistes » (que la défense appellerait plutôt, moins gentiment, les « ségrégationnistes ») aux ​ « intégrationnistes » (que l’accusation appellerait plutôt, plus méchamment, les « confusionnistes »).

Avocats de la défense et de l’accusation s’adjoignent de nombreux témoins et experts appelés à la barre comme autant de voix qui s’élèvent pour penser cette question qui dépasse les controverses actuelles. Parmi eux, Claudine Tiercelin(philosophe), Laurent Binet (écrivain)​, Maylis de Kerangal(écrivaine), Yannick Haenel (écrivain), Romain Bertrand (historien), Jacques Rancière (philosophe, sous réserve),  Eric Chauvier (écrivain et anthropologue), Pascal Engel(philosophe), Pacôme Thiellement(écrivain), Mathieu Simonet (avocat et écrivain), Nancy Murzili (théoricienne de littérature), Quentin Deluermoz (historien), Thomas Mondémé (théoricien de littérature), Camille de Toledo (écrivain), Nadia Yala Kisukidi(philosophe), Dominique Viart (théoricien de littérature), Anna Arzoumanov (théoricienne de littérature), Dominique Cardon(sociologue), Olivier Caïra(sociologue). Avec la participation de Jason Karaïndros & Jakob Gautel (artistes) et Alexis Constantin (cinéaste).

La cour sera présidée par Caroline Broué (productrice à France Culture) et Mathieu Potte-Bonneville (philosophe), Aliocha Imhoff et Kantuta Quirósseront assesseurs des juges, Ella Bellone incarnera l’huissière de justice. Le jurysera composé de participants à la Nuit Blanche.

 

Alexandre Gefen

UMR THALIM, « Théorie et histoire des arts et des littératures de la modernité »
Université Paris 3 – Sorbonne nouvelle

Parution – Paul Aron, «(Re)faire de l’histoire littéraire»

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous annoncer la parution du dernier livre de la collection Liziba:

Paul ARON

8.00

(Re) faire de l’histoire littéraire

Mais qu’est-ce qu’une discipline scientifique ? La réponse à cette question n’est pas simple, surtout en sciences humaines […]. Dans la vision positiviste du XIXe siècle, les disciplines scientifiques étaient présentées dans une sorte de grand ta-bleau général des connaissances humaines, chacune pour sa part étant censée de se développer à l’infini. […] On sait au-jourd’hui que les choses sont moins simples. D’une part, parce que de nouvelles approches sont apparues, qui ont obtenu leur place dans le paysage […], et parce que l’interdisciplinarité ou le dialogue entre disciplines est devenu une nécessité. D’autre part, et c’est le plus important, parce que la définition de la science elle-même a évolué. Qu’en est-il alors de l’histoire littéraire ? Nous constatons qu’il y a des « littéraires », qu’ils exercent une fonction sociale repérable et dicible, et qu’ils s’intéressent à un objet spécifique. Ce petit livre, qui espère contribuer à former des historiens de la littérature, explore la discipline en la questionnant dans sa diversité.

Paul Aron est professeur à l’Université libre de Bruxelles. Il s’intéresse à l’histoire de la vie littéraire, aux relations entre les arts, la presse et la littérature. Il a dirigé et publié plusieurs ouvrages scientifiques, dont, avec Denis Saint-Jacques et Alain Viala (dir.), Le Dictionnaire du littéraire (rééd. PUF, « Quadrige dicos poche », 2010) ; avec Alain Viala, Sociologie de la littérature (PUF, « Que sais-je ? », 2006) ; avec Cécile Vanderpelen-Diagre, Edmond Picard (1836-1924) Un bourgeois socialiste belge à la fin du XIXe siècle (Bruxelles, Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique, 2013); avec Jean-Pierre Bertrand, Les 100 mots du surréalisme (PUF, 2014).

Paul Aron, (Re)faire de l’histoire littéraire, Paris, Aniwbe, coll. Liziba, 2017

http://www.anibwe.com/produit/paul-aron/

Appel à communications – «APFUCC, Atelier érotisme»

Atelier conjoint entre l’APFUCC et l’Association des études françaises du 19e siècle (l’ACÉF 19)

 

On lit souvent que notre époque est sursaturée d’imagerie, de scénarios, de topoï, même d’idéologies de caractère érotique, voire pornographique. À la pudeur d’autrefois qui servait de norme à la représentation courante autant de la femme que de l’homme et, par là, esquissait les paramètres acceptables de leur comportement social, s’oppose l’exhibitionnisme banal et quotidien des représentations publicitaires, livresques, cinématographiques, télévisuelles modernes, de celle ou de celui qui n’a plus froid aux yeux, et dont l’expression première sert à manifester l’inassouvissable soif du désir dans des termes et des représentations ingénieuses qui désignent sémantiquement et symboliquement le chemin qui a été parcouru dans l’ordre de la permissivité.

 

C’est que, depuis Freud et la psychanalyse ou – dans une perspective plus historico-positiviste – depuis la libéralisation des lois relatives à la censure sous la Troisième République (1881), l’imaginaire social a effectivement été caractérisé par une irrépressible extension de domaine du représentable, tant dans les domaines déconsidérés (presse érotique, pornographie) que légitimes (naturalisme, intellectualisation de la sexualité, de Bataille à Arcan). Quelques textes servent de jalons à cette avancée du représentable et du dicible : La Vénus à la fourrure de Leopold von Sacher-Masoch (traduit par Raphaël Ledos de Beaufort en 1902), la redécouverte et surtout la publication des Œuvres complètes du marquis de Sade (indissociable du procès intenté contre Jean-Jacques Pauvert le 15 décembre 1956), Histoire d’O de Pauline Réage (1954), Emmanuelle d’Emmanuelle Arsan (1959 à 1968), les séries SAS et Brigade Mondaine à partir des années 1970,  La Vie sexuelle de Catherine M. de Catherine Millet (2001), pour ne nommer que les plus évidents.

 

De plus – et cet angle original serait à travailler plus particulièrement dans le cadre de cet atelier – on peut observer qu’un certain nombre de pratiques et de représentations, à caractère sexuel, certes (le sadisme, le masochisme, la domination sous toutes ses formes), mais pas seulement (divers systèmes de pratiques et de représentations trash, comme le punk, le néo-gothique, l’hyper-violence du cinéma d’exploitation, la culture geek, le tatouage, l’investissement adulte de scénarios associés à l’enfance, comme les contes de fées, notamment via le cosplay) sont passés de la marginalité à la représentation courante, voire légitime, en devenant chargées d’érotisme. Tout se passe en somme comme si l’érotisme était l’une des grandes voies par lesquelles ce qui, à l’origine, demeurait dans les marges, parvenait à pénétrer le collectif anonyme et donc s’instituer en imaginaire social. L’érotisation de comportements autrefois scandaleux, honnis ou déviants servirait ainsi à reconfigurer le vaste et combien complexe territoire de l’acceptable en raison de processus divers, qui varient en raison de cultures et d’époque spécifiques, et dont la mécanique de légitimation est au cœur de cet atelier. 

 

Cet atelier multidisciplinaire cherchera donc à interroger tant ce pouvoir de légitimation souterrainement associé à l’érotisme que les voies de l’extension du représentable qui y sont attachées, dans la pluralité historique de leurs manifestations, qu’elles relèvent autant du religieux transgressif, du déviant, du trash, que de créations artistiques déconsidérées ou bien, à l’autre l’extrême du spectre, des avant-gardes et du pôle étroit de la production la plus restreinte, dans les cultures francophones (littérature, cinéma, peinture, photographie, théâtre et performances) d’hier et d’aujourd’hui.

 

Quelques axes de réflexions possibles :

 

Définir l’érotisme ou les discours sur les pratiques sexuelles non reproductives.

Les discours normatifs et les pratiques déviantes : l’évolution des frontières historiques et culturelles de l’acceptable, du scandaleux, de l’immoral, du criminogène et de l’érotisme.

Usure et obsolescence de l’érotisme.

La question des tabous sexuels et de l’érotisme : circonscrire le territoire chancelant de l’obscénité.

La culture pornographique : comprendre la désacralisation, la représentation et la commercialisation des pratiques sexuelles modernes

Le(s) refus des diverses légitimations possibles: la question du réactionnaire en matière de pratiques sexuelles.

La culture sexuelle trash et l’extension du domaine l’érotisme: sa naissance, sa nature et ses significations.

La transgression sexuelle et la liberté de conscience, la liberté d’expression et la liberté civique.

La libération sexuelle et le combat politique.

L’affirmation et la lutte pour l’acceptation des pratiques et des identités LGBT.

Le rôle de la lutte contre la censure dans les débats sur l’émancipation sexuelle.

L’art et la représentation du corps, de la chair et de l’érotisme.

Discours et représentation de la normalité sexuelle.

Responsables de l’atelier :

François-Emmanuël Boucher – Francois-Emmanuel.Boucher@rmc.ca (Collège militaire royal, Kingston)

 

Maxime Prévost – Maxime.Prevost@uOttawa.ca (Université d’Ottawa)

Date limite pour l’envoi des propositions (250-300 mots) :   le 15 décembre 2017

Les personnes ayant soumis une proposition de communication recevront un message de l’organisateur/de l’organisatrice de l’atelier avant le 15 janvier 2018 les informant de sa décision.

L’adhésion à l’APFUCC ou à l’ACEF 19 est requise pour participer au colloque. Il est également d’usage de régler les frais de participation au Congrès des Sciences humaines ainsi que les frais de conférence de l’APFUCC ou de l’ACEF 19. Ils doivent être réglés avant le 31 mars 2018 pour bénéficier des tarifs préférentiels. La date limite pour régler les frais de conférence et l’adhésion est le 15 avril 2018 au-delà de quoi le titre de votre communication sera retiré du programme.

Vous ne pouvez soumettre qu’une seule proposition de communication pour le colloque de 2018. Toutefois, il est possible de soumettre une communication dans un atelier conjoint et une autre dans un atelier de votre choix. Toutes les communications doivent être présentées en français (la langue officielle de l’APFUCC) en personne, même dans le cas d’une collaboration.

Maxime Prévost

Professeur agrégé

Département de français

Université d’Ottawa

Prolongation de l’appel à contribution – « Best-sellers et réseaux du livre »

Bonjour à tous,
Prolongation de l’appel à contribution : « Best-sellers et réseaux du livre » dans le cadre du séminaire d’enseignement et de recherche Master 2 « Livre : Création, Culture et Société » du CSLF (Université Paris Nanterre).

 

Cette année, ce séminaire de recherche, ouvert à tous les étudiants et enseignants chercheurs, aura pour thème : « Best-sellers et réseaux du livre ».

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé de 350 mots, accompagné d’une courte présentation de leur auteur (appartenance disciplinaire et laboratoire de rattachement, coordonnées téléphoniques et électroniques). 

Les propositions seront transmises par voie électronique avant le 15 novembre 2017 aux adresses suivantes :  sylvie.ducas@wanadoo.fr et camille.brachet@free.fr

Appel à communication en pièce jointe.

Le groupe de travail « Livre : Création, Culture et Société » du Centre des Sciences en Littérature de langue Française (université Paris Ouest Nanterre La Défense), ouvert à des chercheurs d’origines diverses (histoire, littérature, sociologie, anglais, sciences de l’information et de la communication, esthétique), aborde la question du livre, des métiers et des pratiques qui en dépendent.


Ses activités se déroulent au pôle des Métiers du Livre de Saint-Cloud (Université Paris Ouest-Nanterre La Défense, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud).

Renseignements pratiques :
Responsables :
Sylvie Ducas, maître de conférences HDR en littérature française à l’université Paris Ouest-Nanterre La Défense, CSLF
Camille  Brachet, maître de conférences en SIC, université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, DeVisu


Horaire du séminaire de recherche :
Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance

Lieu :
Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

Calendrier des séances :
Entre fin septembre et fin mars
Cordialement.
Sylvie Ducas et Camille Brachet

Parution – «Du genre dans la critique d’art / Gender in Art Criticism»

Chères et chers collègues,

Nous avons le plaisir d’annoncer la sortie de notre ouvrage collectif Du genre dans la critique d’art / Gender in Art Criticism.
Vous pouvez retrouver un rapide descriptif de l’ouvrage ainsi que son sommaire en consultant l’annonce ci-jointe ou en suivant le lien : http://pub.lucidpress.com/GenreCritiqueArt/
En vous souhaitant une bonne lecture !
Bien cordialement.
Marie Buscatto, Mary Leontsini, Delphine Naudier

Appel à communications – «SHARP 2018»

Bonjour,

Veuillez prendre connaissance de l’appel à communication pour le Congrès de SHARP, qui aura lieu à Sydney, en Australie, en juillet 2018.

——————————————————————————————————————–

On behalf of the SHARP 2018 Organising Committee, it is our distinct pleasure to announce that the abstract submission system for next year’s conference is now live. Further details can be found on the SHARP 2018 conference home page at:

http://sharp2018.sydney/

 

We have an exciting line-up of speakers:

Associate Professor Katherine Bode: Literary and Textual Studies, College of Arts & Social Sciences, Australian National University. Books: Reading by Numbers: Recalibrating the Literary FieldA World of Fiction: Digital Archives and the Future of Literary History.

Professor David Carter: Professor of Australian Literature & Cultural History, School of Communication & Arts, University of Queensland. Books: Always Almost Modern: Australian Print Cultures and ModernityDispossession, Dreams and DiversityIssues in Australian Studies.

Professor Richard Nile: Professor of Australian History and Head of Humanities, James Cook University, Cairns, Australia. Books: The Making of the Australian literary ImaginationThe Australian Legend and its Discontents.

Professor Zhiqiang Zhang: Author of The Publishing Research History of China in 20th Century (2004) and A Chronicle of Jiangsu Publishing Events from 77 B.C. to 1948 (1996), Professor Zhiqiang Zhang is based at Nanjing University.

 

Please also find attached our Conference flyer and our English, Chinese and French translations of the Call for Papers, with more to follow. Special thanks to Dr Xiang Ren, Dr Laure Philip and Dr Katie McDonough for translating.

We hope to see you in Parramatta and Sydney next year!

All best wishes

Jason

 

Jason Ensor BA, PGDip, MA, PhD

Manager, Library Digital Infrastructure

University Library

University of Western Sydney

P: (+61) 02 9852 5029

M: (+61) 0419 674 770

E: j.ensor@westernsydney.edu.au

W: http://library.westernsydney.edu.au/main/

W: http://www.jasonensor.com

Kingswood Campus T.5.40

SHARP-2018-Flyer

SHARP-2018-CFP-French

SHARP-2018-CFP-English

SHARP-2018-CFP-Chinese

Appel de textes – «Mémoires du livre / Studies in Book Culture»

Chers Collègues,

Voici l’appel de textes en vue du 19ème numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture, intitulé : « Voyager dans la modernité : des moyens techniques aux supports imprimés de l’aventure / Adventure, from Technical Means to Print Media », et dirigé par Mélodie Simard-Houde (docteure de l’Université Laval et de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3).

 

Vous le trouverez, dans sa version bilingue, au bout de ce lien:

https://www.usherbrooke.ca/grelq/accueil/actualite-du-grelq/nouvelles-details/article/35517/

 

Merci de bien vouloir diffuser l’information,

Appel à contribution – «Ecrire le pays natal. La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980)»

Chères collègues, chers collègues,

 

Vous trouverez ci-dessous et en pièce-jointe l’appel à contribution pour le colloque

« Écrire le pays natal
La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980) »

organisé par le Centre de recherche bretonne et celtique (université de Brest).

 
Qu’elles soient qualifiées de littérature du « pays natal », de littérature du proche ou de littérature du local, comment définir, nommer et mieux comprendre les pratiques littéraires présentant une inscription spatiale et/ou une proximité sociale entre un auteur et ses contemporains ?
 
Pour tout renseignement : Mannaig Thomas, maître de conférences en littérature bretonne (mannaig.thomas@univ-brest.fr) et Jean-Pierre Dupouy, maître de conférences en littérature française (jeanpierre.dupouy@yahoo.fr).
 
Bien cordialement,
Mannaig Thomas et Jean-Pierre Dupouy
 
Écrire le pays natal
La littérature du proche dans l’espace francophone européen (1880-1980)
 
Brest, les 17 et 18 mai 2018
 
Centre de recherche bretonne et celtique (EA 4451)
Université de Bretagne occidentale (Brest)
 
 
La littérature à l’épreuve du proche
 
Qu’elles soient qualifiées de littérature du « pays natal », selon l’expression utilisée par Michèle Gorenc (2014), de littérature du proche ou de littérature du local, comment définir, nommer et mieux comprendre les pratiques littéraires présentant une inscription spatiale et/ou une proximité sociale entre un auteur et ses contemporains ? Ces pratiques littéraires ont pu faire l’objet de qualifications diverses : littérature « de terroir », « de province », « rustique », « régionale », « régionaliste », « d’expression française », etc. Ces qualifications ont souvent varié au gré de leur usage dans l’histoire littéraire française. Il nous semble que c’est principalement à partir du moment où les frontières du champ littéraire français (Bourdieu, 1991) sont établies – et les « grands écrivains » identifiés – que certaines pratiques littéraires sont reléguées à la marge du champ et que certains auteurs sont périphérisés par l’ajout d’un qualificatif les distinguant de ceux qui n’en portent pas. Or, toute littérature du proche n’implique pas le positionnement de son auteur à la périphérie du champ : pour quelles raisons certains écrivains restent-ils estampillés écrivains « régionaux », « régionalistes » ou encore « bretons », « occitans », « belges »… alors que d’autres, délestés de leur appartenance territoriale, peuvent acquérir une forme de légitimité littéraire au centre (Casanova, 2008) et y occuper parfois des positions dominantes ? Il s’agira de chercher à comprendre les raisons de la présence, comme de l’absence, de ces qualificatifs, mais aussi de se demander qui et ce qui labélise les écrivains, de l’apparition d’une littérature « régionaliste » et son apogée dans l’entre-deux-guerres – quand certains de ces écrivains acquièrent une reconnaissance nationale par l’obtention de prix littéraires (Thiesse, 1991) –  jusqu’au milieu des années 1970, période notamment marquée par la publication du Cheval d’orgueil de Pierre-Jakez Hélias.
 
On pourra se demander comment des qualifications territoriales (« régional », « régionaliste », « breton » ou « occitan »…) ou sociales (« paysan », « prolétarien »…) peuvent être acceptées (voire revendiquées) ou refusées par les auteurs participant au jeu littéraire (Lahire, 2006), si ces termes sont employés du vivant des auteurs, éventuellement par eux-mêmes ou si on peut constater des processus de labellisation ultérieurs, certains devenant ainsi, peut-être à leur insu, les porte-parole d’un territoire. Les instances de légitimation (prix littéraires nationaux ou régionaux, académies, anthologies, manuels scolaires, etc.) jouent sans doute un rôle prépondérant : leur étude devrait permettre de comprendre le positionnement d’un auteur dans le jeu et son évolution au fil d’une trajectoire littéraire, ainsi que de son éventuelle postérité.
 
Cette réflexion sur les écrivains du proche met également à l’épreuve des concepts de sociologie de la littérature :
– Quelle pertinence pour les notions de « champ » ou de « jeu » dans l’analyse des trajectoires de certains de ces écrivains ?
– Pourquoi la « double vie » (Lahire 2006) de certains auteurs – souvent polygraphes, à la fois écrivains, journalistes, mais aussi membres de diverses associations ou partis politiques, entrepreneurs touristiques, militants régionalistes et/ou nationalistes, etc. – semble-t-elle être particulièrement mise en avant dans leurs biographies alors que, pour d’autres, seul le littéraire est mentionné, éludant, de ce fait, toute activité extra-littéraire ?
– Comment se jouent les relations de domination littéraire dans un sous-champ lui-même dominé ? Les rapports de force, la conscience des hiérarchies et de leur poids y sont-ils comparables ?
– Quels enjeux artistiques, culturels, sociaux, politiques, idéologiques… ces pratiques littéraires revêtent-elles ?
 
Les organisateurs souhaitent privilégier les problématiques et les dynamiques du rapport au centre sans se limiter à l’étude de genres précis (roman, théâtre, poésie, presse…), ceci afin de chercher à comprendre les enjeux littéraires et sociaux que ces pratiques littéraires du proche impliquent.
 
 
Axes envisagés :
 
1- La genèse de l’écrivain du proche
Comment sont nées les figures de « l’écrivain régionaliste/du proche/du pays natal » et comment se reconfigurent-t-elles entre 1880 et 1980 ? La valeur littéraire du proche ou du local n’est pas la même selon les périodes et se définir ou être défini comme écrivain régionaliste sous la IIIe République, dans l’entre-deux-guerres, sous le régime de Vichy ou après Mai 68 ne recouvre pas les mêmes enjeux : quels facteurs littéraires, culturels, politiques ou sociaux permettent d’expliquer ces configurations/reconfigurations ?
 
2- La république locale des lettres
Qui sont les écrivains du proche ? L’inscription sociale et les conditions d’existence matérielle des auteurs pourront être analysées dans leur rapport au territoire. L’étude de leurs milieux d’origine, de leurs trajectoires sociales, mais également des réseaux littéraires dont ils font partie, de leurs éditeurs, des revues auxquelles ils collaborent, des lieux de sociabilité (Glinoer et Laisney, 2013) qu’ils fréquentent ou des institutions/organisations auxquelles ils appartiennent (académies, partis politiques, jurys de prix littéraires, etc.) devrait permettre de mieux comprendre l’inscription des auteurs dans le jeu. La question de la postérité  des écrivains pourra également être considérée dans cette perspective en analysant les différentes formes de reconnaissance posthume : les statues, les plaques, les noms de rue, les associations en hommage aux écrivains locaux, etc.
Dans quelle mesure l’analyse de ces trajectoires socio-littéraires selon la définition de la posture (Meizoz, 2007) pourrait-elle permettre de mieux comprendre des démarches singulières (la posture locale est-elle à interpréter comme la conséquence d’une déconvenue parisienne ou comme une forme, parfois temporaire, de distinction permettant de modifier son positionnement dans le jeu ?), mais également leur donner une interprétation plus collective révélant des formes de socialisation littéraire inscrites dans l’imaginaire social comme dans la mémoire du champ ?
 
3- Les règles du jeu littéraire
La notion de posture permet non seulement de prendre en compte la dimension externe de la présentation de soi, mais également la dimension interne des textes produits. En tant qu’observateur du monde qui lui est proche, que dit l’auteur de lui-même et du lieu qu’il décrit ? Le « petit pays » peut être présenté de multiples manières : un objet de curiosité, le conservatoire de certaines traditions, une manière de mieux comprendre la société dans son ensemble, une dénonciation de la modernité… La valorisation littéraire de l’autochtonie (Detienne, 2003) peut, par ailleurs, jouer chez certains le rôle de facteur d’identification, devenir un gage d’authenticité ou de légitimité… Cette recherche de l’authenticité peut également revêtir des formes linguistiques particulières en français (formes dialectales, patois [Bernardet, 2009], termes ou structures syntaxiques issus de langues régionales…). D’un point de vue stylistique, quels auteurs jouent, comme le suggère Thierry Glon (Blanchard et Thomas, 2014), sur l’effet de « disparate » en mélangeant les registres littéraires ? Comment s’expliquent, chez certains auteurs, cette variété linguistique et/ou cette diversité de registres ? Sont-elles des ressources mobilisées à certains moments de leurs trajectoires littéraires et moins à d’autres ? Dans quelle mesure permettent-elles à certains groupes d’affirmer leur existence littéraire et leur présence sociale (Serry, 2002) ?
 
 
Corpus concerné :
Est concerné par ce colloque, tout auteur de la période qui, par sa trajectoire, pourrait éclairer la question du rapport entre des pratiques littéraires et un territoire donné (natal au sens strict de l’état-civil ou prenant d’autres formes d’attachement), qu’il soit considéré comme une ressource littéraire ou, au contraire, qu’il fasse l’objet d’un effacement – définitif ou transitoire – dans la posture d’un auteur.
 
 
Comité scientifique : 
Jean-Pierre Dupouy, maître de conférences, CRBC-UBO
Yves Le Berre, professeur des universités, CRBC-UBO
Laurent Le Gall, professeur des universités, CRBC-UBO
Anne-Marie Thiesse, directrice de recherche, CNRS
Mannaig Thomas, maître de conférences, CRBC-UBO
 
 
Renseignements pratiques :
La durée de chaque communication ne devra pas excéder 25 minutes.
Les propositions de contribution (environ une page indiquant un titre et l’orientation générale du propos accompagnée d’une présentation succincte de l’auteur) sont à adresser avant le 15 novembre 2017 à Mannaig Thomas (mannaig.thomas@univ-brest.fr) et Jean-Pierre Dupouy (jeanpierre.dupouy@yahoo.fr). Les réponses aux propositions de contribution seront adressées courant décembre 2017. Une publication est prévue par les organisateurs.
 
 
Organisation :
Mannaig Thomas (MCF de littérature bretonne), Jean-Pierre Dupouy (MCF de littérature française), Université de Bretagne occidentale, Brest, CRBC (Centre de recherche bretonne et celtique).
 
 
Bibliographie :
Agulhon Maurice, « Le centre et la périphérie », dans Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 1992, tome III.
Ambroise Jean-Charles, « Écrivain prolétarien : une identité paradoxale », Sociétés contemporaines, 2001/4, n° 44, p. 41-55.
Andrieux Jean-Yves et Harismendy Patrick (dir.), Initiateurs et entrepreneurs culturels du tourisme (1850-1950). Actes du colloque de Saint-Brieuc (2-4 juin 2010) « Penser le développement touristique au xxe siècle », Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011.
Bernadet Arnaud, « L’oralité des dialectes : de la science à la littérature. La « langue patoise »  de Verlaine », Romantisme, 2009/4, n° 146, p. 87-99.
Bisenius-Penin Carole (dir.), La Lorraine des écrivains : création littéraire et territoire, Actes numériques des journées d’étude internationales des 1er et 2 décembre 2016 à Metzhttp://lalorrainedesecrivains.univ-lorraine.fr/actes-numeriques-des-journees-detude-internationales-la-lorraine-des-ecrivains-creation-litteraire-et-territoire-1-2-dec-2016-metz/ (consulté le 31 août 2017).
Blanchard Nelly et Thomas Mannaig (dir.), Des littératures périphériques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.
Bois Géraldine, « Le consentement à la domination littéraire. Degrés et diversité de ses formes chez les écrivains « les moins reconnus » de l’univers littéraire », Tracés, n° 14, ENS Éditions, 2008, p. 55-76.
Boivin Aurélien, Lüsebrink Hans-Jürgen, Walter Jacques (dir.), Régionalismes littéraires et artistiques comparés. Québec/Canada – EuropeQuestions de communication, série actes n° 22, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2014.
Bourdieu Pierre, « Le champ littéraire », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 89, 1991, p. 3-46.
Bourdieu Pierre, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1998 [1992].
Casanova Pascale (dir.), Des littératures combatives. L’internationale des nationalismes littéraires, Paris, Raisons d’agir, 2011.
Casanova Pascale, La république mondiale des lettres, Paris, Le Seuil, 2008 [1999].
Chevé Joëlle et Lacoste Francis (dir.), Le roman et la régionActes du colloque de Périgueux (19-21 janvier 2007), Périgueux, La Lauze, 2009. 
Denis Benoît et Klinkenberg Jean-Marie, La littérature belge. Précis d’histoire sociale, Bruxelles, Editions Labor, 2005.
Detienne Marcel, Comment être autochtone. Du pur Athénien au Français raciné, Paris, Le Seuil, 2003.
Dozo Björn-Olav et Provenzano François, « Comment les écrivains sont consacrés en Belgique », COnTEXTES, n° 7, 2010, http://contextes.revues.org/4637 consulté le 31 août 2017.
Dozo Björn-Olav, Mesures de l’écrivain. Profil socio-littéraire et capital relationnel dans l’entre-deux-guerres en Belgique francophone, Liège, Presses universitaires de Liège – Sciences humaines, 2011.
Fournier Laurent-Sébastien et Privat Jean-Marie (dir.), Ethnologie(s) du littéraire, numéro d’Ethnologie française, tome 44, n° 4, 2014.
Glinoer Anthony et Laisney Vincent, L’âge des cénacles. Confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.
Gorenc Michèle, Les poètes du pays natal (1870-1890). L’exemple de Jean Aicard et de François Fabié, Paris, Honoré Champion, 2014.
Heinich Nathalie, Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte, 2000.
Lagrave Rose-Marie, Le village romanesque, Le Paradou, Actes Sud, 1980.
Lahire Bernard, La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.
Meizoz Jérôme, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine érudition, 2007.
Meizoz Jérôme, Ramuz, Un passager clandestin des lettres françaises, Carouge, Éditions Zoé, 1997.
Ponton Rémy, « Les images de la paysannerie dans le roman rural à la fin du dix-neuvième siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 17-18, novembre 1977,  p. 62-71.
Roche Agnès, Emile Guillaumin, un paysan en littérature, Paris, CNRS éditions, 2006.
Sagnes Sylvie (dir.), Littérature régionaliste et ethnologie, Arles, Museon Arlaten, Actes Sud, Carcassonne, Ethnopôle Garae, 2015.
Serry Hervé, « La littérature pour faire et défaire les groupes », Sociétés contemporaines, vol. 44, n° 4, 2001, p. 5-14.
Thiesse Anne-Marie, Écrire la France : le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Époque et la Libération, Paris, Presses universitaires de France, 1991.

Appel à contributions – «Numéro revue Parallèles»

Dans le numéro 32(1) de Parallèles, à paraître en avril 2020, nous nous intéresserons à la diffusion des lettres francophones de Belgique par le biais de la traduction.

Voir le fichier joint.

CFP Parallèles-Littérature francophone belge en traduction

Katrien Lievois

UAntwerpen

Departement Vertalers & Tolken

TricS – Translation, interpreting and intercultural Studies

Hoofdredacteur  Linguistica Antverpiensia NS – Themes in Translation Studies

https://www.uantwerpen.be/nl/personeel/katrien-lievois/site-personnel/

T +32 4 87 29 09 91

mailto:katrien.lievois@uantwerpen.be