Archives mensuelles : mai 2004

Colloque : « Les vies de Pierre Naville »

Les vies de Pierre Naville

Colloque organisé par le Centre d’histoire sociale du XXème siècle, le Centre de sociologie européenne et le Musée social.

Au-delà de l’entreprise strictement biographique, nous espérons avec ce colloque, prendre Pierre Naville comme prisme de lecture d’un certain vingtième siècle, aux combats politiques et scientifiques duquel il a largement participé. En analysant son implication dans des champs différents mais non exclusifs, nous espérons contribuer à la compréhension des configurations spécifiques qui régissent les différents ordres du savoir et de l’action. En mettant en évidence comment Pierre Naville gère ses appartenances successives ou concomitantes, comment il capitalise les relations acquises pour les réutiliser dans d’autres domaines, il s’agit de mieux saisir l’articulation des champs politiques, intellectuels et scientifiques. En éclairant la position de Naville et en circonscrivant sa singularité à la lumière des relations qu’il entretient avec ses compagnons de lutte ou de science, il s’agit aussi d’apporter une contribution à une histoire intellectuelle et sociale des sciences sociales, dont Naville fut l’un des promoteurs et praticiens comme à une histoire intellectuelle et sociale des intellectuels et du politique.

Pierre Naville (1904-1993) a traversé le siècle en laissant son empreinte dans des cercles divers, construisant progressivement l’image qu’il lègue, avec ses archives, à la postérité : celle d’un intellectuel engagé, mais qui récuse l’engagement au sens sartrien du terme. On peut s’essayer sans trop de mal à périodiser sa vie. Ce fils d’un banquier de Genève, héritier d’une double tradition catholique et protestante, abandonne assez vite des études supérieures pour entrer en surréalisme, où, à côté des Breton, des Peret, des Eluard, il contribue largement à la politisation du mouvement, auquel il donne une brochure célèbre : « la révolution et les intellectuels ». Après un bref passage au Parti communiste, il se rallie à Trotsky, dont il sera désormais un des proches compagnons d’armes, pratiquement jusqu’à la mort de celui-ci en 1940. Si Trotsky a pu lui reprocher d’être et de rester un intellectuel, il n’en est pas moins vrai qu’il met largement la main à la pâte d’un militantisme quotidien, endossant tous les rôles du militant professionnel. La mort de Trotsky qu’il apprend pendant la drôle de guerre le laisse politiquement vide et c’est alors qu’il va reprendre des études, au double sens de réalisations intellectuelles et de cursus pré-professionnel. Il passe une licence de philosophie, devient conseiller d’orientation professionnelle en même temps qu’il écrit et publie ce qui seront déjà des oeuvres majeures. L’après-guerre le voit entrer au CNRS mais aussi participer à la fondation de la Revue internationale, militer à l’UGS puis au PSU. Parallèlement, il mène une carrière de sociologue du travail, tout en occupant au CNRS des postes de responsabilité. Il meurt en 1993, laissant une cinquantaine d’ouvrages et des milliers d’articles, à travers lesquels il a cherché une connaissance du monde, obéissant à sa volonté de savoir, marqué au sceau de ce qu’il a lui-même appelé le « pessimisme utile ».

Il y aurait là matière non pas seulement à une biographie, mais à des biographies de Pierre Naville, et les manifestations qui ont déjà pu avoir lieu à son propos se sont attachées à tel ou tel aspect, sociologie du travail, orientation professionnelle, …Mais, et sans dénier à ces analyses leur profond intérêt, il s’agit de rendre compte des diverses strates de la vie de Naville, de son implication successive dans différents champs du savoir et de l’action, sans casser les liens qui unissent les uns aux autres. Il s’agit de tirer les fils généalogiques de ses investissements, de comprendre son parcours, sans oublier certaines de ses spécificités : celle d’avoir été l’homme d’un savoir encyclopédique largement hérité d’une tradition familiale qu’il a passé sa vie à cultiver et enrichir ; celle aussi d’avoir été un homme de réseaux, réseaux militants, intellectuels, professionnels, mais qui ne sont jamais tout-à-fait étanches ; celle enfin d’avoir été l’homme des fidélités, des amitiés longues et durables, des influences réciproques.

L’approche strictement biographique gomme bien souvent l’épaisseur d’une vie, en ce qu’elle propose des morceaux de puzzle mais ne les assemble pas. Elle peut être d’autant plus illusoire dans le cas de Naville que l’on distingue trop clairement les différentes étapes alors même que ses intérêts mûrissent longuement pendant des années avant de devenir publiques, alors même que ses expériences passées font toujours partie de son présent, non seulement bien sûr, parce qu’elles l’ont construit mais aussi parce qu’il n’en fait jamais le deuil, les analysant, en rendant compte des années plus tard par l’écriture. On peut citer quelques exemples flagrants, comme le Temps du surréel, qu’il publie en 1978, après l’avoir proposé à Queneau chez Gallimard dès 1946( ?)., ou comme Trotsky vivant qu’il publie en 1968 et qui est le récit fortement documenté de son expérience auprès de Trotsky. Naville rend, d’une certaine manière, ses nostalgies productives. Pourrait-on également comprendre son roman inédit en faisant abstraction des frustrations que le surréalisme a pu provoquer à l’égard de l’écriture romanesque (on songe bien sûr à Aragon), et en particulier chez ce lettré admirateur de Stendhal.

Un autre risque, et non des moindres, de l’approche biographique, est de produire une sorte de digest de la pensée, dans la veine de la plus traditionnelle histoire des idées, de prétendre se substituer à la lecture de l’oeuvre en en produisant l’analyse, procédé illusoire de la connaissance qui jamais n’a dispensé de la lecture des textes eux-mêmes, mais a la prétention de mieux dire que lui-même ce qu’un auteur a écrit.

Pour éviter ces écueils, tout en rendant à Pierre Naville l’hommage qu’il mérite, il a semblé intéressant de suivre la voie qu’indiquent les archives que Naville a soigneusement rassemblées et léguées . Elles sont impressionnantes par le nombre, la richesse et la durée des correspondances. Bien souvent, ceux qui sont devenus ses amis à l’occasion surréaliste ou à l’occasion trotskyste restent ses compagnons de route bien après les désengagements. Francis Gérard, redevenu Gérard Rosenthal, ne le quitte plus, J.Van Heijenoort, après avoir été son compagnon auprès de Trotsky, l’aide dans sa démarche documentaire au moment de la rédaction du Trotsky vivant , puis lui sert de maître en logique. Certes, les actes de Naville, ses intérêts intellectuels et professionnels ont une cohérence en soi, mais l’articulation des divers champs dans lesquels il inscrit ses pratiques s’éclaire de son réseau de relations, à partir duquel on situe mieux sa position singulière. Restituons aux biographies de Naville un sens plus humain en en faisant aussi les biographies de ses amis, alliés, ennemis, relations et intérêts. Notre projet pourrait aussi s’intituler Naville et… Naville et Rosenthal, Naville et Breton, Naville et Trotsky, Naville et Pieron, mais aussi Naville et d’Holbach, Naville et Watson, si l’on considère que la rencontre avec une oeuvre représente aussi dans le cas d’un intellectuel lettré un événement fondateur de nouvelles réflexions, et de nouvelles pratiques.

Cette approche présente l’avantage de décloisonner. Elle ne peut se comprendre que comme une archéologie des savoirs, des pratiques et des affinités de Pierre Naville. Si elle considère les rencontres, elle ne peut tout à fait faire l’économie des non-rencontres, des curieuses absences dans la vie de Pierre Naville : non-rencontre avec Althusser, ou avec Aron pour ne citer que les évitements les plus évidents. Il s’agit au fond de situer ce riche héritier d’un capital social et culturel au coeur de différents réseaux, réseaux qui se recoupent, se croisent et s’alimentent les uns aux autres et d’analyser ainsi le lien personnel comme vecteur ou obstacle à l’investissement dans tel ou tel champ du savoir. Et en faisant cela, il s’agit aussi de contribuer à la compréhension de la construction, du fonctionnement et de l’imbrication de ces réseaux eux-mêmes : Réseaux familiaux, réseaux militants, réseaux intellectuels, réseaux professionnels : cette typologie est certes réductrice, mais elle permet de réintroduire par le biais du thématique une chronologie fine des centres d’intérêt explorés ou abandonnés. Naville fut d’abord un héritier (et certains le sont plus que d’autres), puis un militant, avant d’entamer la rédaction de ses oeuvres majeures, puis d’acquérir une légitimité professionnelle dans le champ de la sociologie. Mais il ne cessa jamais non plus d’être un militant, ni un écrivain. Il ne s’agit pas, en se livrant à la reconstitution des rencontres individuelles qui ont, tant au niveau affectif qu’intellectuel, jalonné la vie de Naville, structuré ses engagements de proposer une vision volontairement fragmentaire d’une trajectoire irréductible à un récit de vie cohérent. L’ambition est autre : après avoir dégagé et analysé une série de rencontres essentielles, on tentera de reconstituer la position de Naville dans tel ou tel champ du savoir (politique, littéraire et sociologique)

Le plan de colloque ici proposé interroge les diverses formes de ces engagements . Il faut espérer que cela sera aussi une façon de mettre mieux en valeur les passerelles de l’un à l’autre. Il s’agira aussi à l’occasion de ce colloque de donner la parole à de « grands témoins », qui non seulement ont connu Naville mais ont travaillé avec lui , l’ont édité ou furent ses compagnons de militantisme. Parmi eux on peut citer Maurice Nadeau, Gilles Martinet, Claude Lefort,, Alain Touraine, Pierre Rolle, Jean Risacher…

Le colloque se déroulerait sur deux jours et demi et comprendrait 6 tables-rondes : « Naville par lui-même », « Naville penseur marxiste du contemporain », « Figures de l’intellectuel militant », « Compagnonnages intellectuels », « Naville et les institutions ». La dernière table-ronde serait celle des « témoins ». Pour chaque table-ronde , une série de courtes communications, disponibles dès avant le colloque seraient conclues par un rapporteur-discutant qui en synthétiserait les apports.

CHS du XXe siècle
Contact : Françoise Blum, CHS, 9 rue Malher 75004; Tel.: 01-44-78-33-86 ;
Mel : fblum@univ-paris1.fr

PROGRAMME
Jeudi 18 novembre
Matinée : 9h30-12h30
Sous la Présidence d’Annie Fourcaut , Université Paris 1

Ouverture : André Kaspi, Président du Comité d’histoire du CNRS

Introduction: Pierre Rolle

I NAVILLE PAR LUI-MEME
Discutant : Bernard Pudal

1. Naville par lui-même : roman familial et présentation de soi (Françoise Blum, CNRS/Centre d’histoire sociale du XXe siècle)
2. De l’usage des correspondances (Michel Prat, CEDIAS-Musée social)
Pause
3. Les affinités intellectuelles, l’entourage intellectuel de Naville, les entourages de lecture (Rémy Ponton, Université Paris VIII)
4. Denise et Pierre Naville traducteurs (Isabelle Kalinowski, CNRS/Centre de sociologie européenne)
5. Entre la poésie et la politique : l’adhésion au surréalisme de Pierre Naville (Norbert Bandier, Université de Lyon II)

Projection du film : Naville par lui-même
Discussion

Après-midi : 14h-18h
Sous la Présidence de Pascal Ory, Université Paris 1

II LOGIQUES INTELLECTUELLES
Discutant : Gisèle Sapiro, CNRS/Centre de sociologie européenne

1. Naville et d’Holbach (Anne Simonin, CNRS/Centre de recherche en histoire quantitative)
2. Pierre Naville et le béhaviorisme (Esteve Freixa i Baqué, Université d’Amiens)
3. Naville et la logique (Philippe de Rouilhan, CNRS/Institut d’histoire et de philosophie des sciences et des techniques)
4. Positivisme? Matérialisme? L’épistémologie de Pierre Naville (Jacques Michel, Institut d’études politiques de Lyon)
Discussion
Pause

III FIGURES DE L’INTELLECTUEL MILITANT
Discutant : Christophe Charle, Université Paris1
1. Naville créateur de revues (Gérard Roche, Institut d’Etudes politiques de Lyon)
2. Pierre Naville, chroniqueur politique : centres d’intérêt et lignes de force (Gilles Vergnon, Institut d’Etudes politiques de Lyon)
3. Naville et Sartre (Jacques Lecarme, Université Paris III)
4. Naville et la Nouvelle Gauche (Alain Cuenot, Université Paris XIII)

Vendredi 19 novembre
Matinée : 9h30-12h30
Sous la Présidence de Jean-Louis Robert

IV NAVILLE PENSEUR MARXISTE DU CONTEMPORAIN
Discutant : Michaël Lowy

1. Naville lecteur de Marx (Jean-Marie Vincent, Université Paris VIII)
2. Naville et Trotsky ( Jean-Jacques Marie, CERMTRI)
3. Naville et les intellectuels du PCF (Frédérique Matonti, Université de Nantes)
Pause
4. Réception du Nouveau Léviathan (Pierre Rolle)
5. Lectures internationales de l’oeuvre politique : Réception de Naville en Italie (Patrizia Dogliani, Université de Bologne, Italie)
Discussion

Après-midi : 14h-18h
Sous la Présidence d’Olivier Kourchid, CNRS/Centre d’histoire sociale du XXe siècle

V NAVILLE ET LES INSTITUTIONS
Discutant : Johan Heilbron, CNRS/Centre de sociologie européenne

1. Naville et le CNRS : la gestion du Centre d’études sociologiques (Philippe Masson, Université de Nantes)
2. Le Traité de sociologie du travail et les relations avec Georges Friedmann (Jean-René Tréanton)
3. Naville et ses éditeurs (Hervé Serry, CNRS/CSU)
4. Alliances intellectuelles (Odile Henry, CNRS/Centre de sociologie européenne)
5. Orientation professionnelle (Lucie Tanguy, Université Paris VIII)
Discussion
Conclusion : Alain Cuenot

Pause

VI TABLE-RONDE : Regards croisés sur Pierre Naville
avec : Véronique Nahoum-Grappe et Gilles Martinet, Edgar Morin, Jean Risacher, Alain Touraine, Maurice Nadeau, Viviane Isambert, Jean-René Chauvin, Paul Parisot?

Contact
Françoise Blum (fblum@univ-paris1.fr)

Journée d’étude : « Art et contestation sociale »

Journée d’étude : Art et contestation sociale
Vendredi 25 juin 2004 9h-18h30
Université Paris 10 Nanterre: Bâtiment F Amphi D
Organisée par le Laboratoire d’analyse des systèmes politiques,
Université Paris X

Présentation:
Si la figure de l’artiste engagé, qui met son art et sa légitimité au service de la défense de diverses causes, est un élément récurrent des mobilisations protestataires, le mouvement des intermittents a montré que les artistes pouvaient aussi s’engager autour d’enjeux propres à leur univers, tandis que les répertoires de l’action collective sont souvent dotés d’une dimension esthétique? Cette journée d’étude réunira plusieurs chercheurs qui, sur différents terrains (tant passés que contemporains, et tant français qu’étrangers), ont étudié les rapports entre art et contestation. Son objectif est d’explorer la diversité des liens qui unissent art et contestation : les passages, importations ou reconversions qui s’opèrent entre le champ artistique et les mobilisations sociales, les similitudes entre les mondes de l’art et les mouvements contestataires, etc. Il est attendu de la diversité des formes artistiques (musique, théâtre, littérature?), des phénomènes contestataires abordés (mouvements sociaux, luttes de résistance, processus révolutionnaires) et des perspectives théoriques mobilisées pour les étudier, qu’elle permette d’esquisser une appréhension davantage systématique des relations entre art et contestation.

Programme

9h-11h Critique artiste et critique sociale
Christophe Broqua (Centre d’Ethnologie Française – MNATP)
Sida et stratégies de représentation : dialogues entre l’art et l’activisme.

Sonja Kellenberger (IPRAUS, Université Paris X)
Art et contestation : de la mobilisation d’artistes-activistes contre la mondialisation néo-libérale.

Boris Gobille (LSS, ENS/EHESS)
La créativité comme arme révolutionnaire? La reproblématisation artiste du révolutionnaire en mai 68.

11h-13h Art et politisation
Lilian Mathieu (LASP, Université Paris X)
Une musique groupusculaire : le rock identitaire français.

Isabelle Sommier (CRPS, Université Paris I)
Le rap engagé en Italie : un fil rouge entre les années 68 et les années 90?

Annie Collovald (LASP, Université Paris X) et Erik Neveu (CRAPE, Université Rennes 1)
Le ‘néopolar’ : Littérature de critique sociale ou thérapie identitaire ?

14h-16h Revendications identitaires
Jean-Philippe Uzel (Le Soi et l’Autre, Université du Québec à Montréal)
L’art contemporain autochtone québécois et la crise d’Oka.

Julien Chassereau (CRPS, Université Paris I)
Le hip hop en France, un mouvement social ?

Christophe Traïni (CSPC, IEP Aix-en-Provence)
Personnalisations en appui mutuel. Appropriations, traductions, et transformations de la cause Occitane.

16h-18h Engagements d’artistes
Violaine Roussel (LASP et Université Paris VIII)
Les mobilisations d’artistes contre la guerre en Irak.

Justyne Balasinski (LASP, Université Paris X)
Boycott: les comédiens face à l’état de guerre de 1981 en Pologne.

Serge Proust (GRIS, Université de Rouen)
Les mobilisations d’intermittents et leur radicalisation depuis le printemps 2003.

18h- 18h30 Conclusion

Olivier Filleule (CRPS et Université de Lausanne)

Contact :
Lilian MATHIEU (lmathieu@u-paris10.fr)
LASP Université Paris 10 Nanterre
Justyne BALASINSKI (jaba@tiscali.fr)
LASP Université Paris 10 Nanterre

Annonce de Parution

Katherine ASHLEY (éd.), Prix Goncourt, 1903-2003 : essais critiques, Oxford/Bern : Peter Lang, Modern French Identities ; 23, 2004, 205 p.

Quatrième de couverture :

En 2003, le prix Goncourt fête son centenaire, véritable événement dans l’histoire des lettres françaises. Les textes réunis dans ce volume proviennent d’un colloque qui a eu lieu à l’Université de Glasgow en mars 2003 et analysent les succès, les scandales et les débats littéraires que le prix a suscités et qui ont marqué le XXe siècle. Le phénomène Goncourt est abordé de plusieurs points de vue critiques, aussi bien littéraires que sociologiques et historiques. Tout en considérant des sujets aussi divers que l’Académie Goncourt, la politique et l’identité nationale, le colonialisme et la valeur des prix littéraires, le volume se veut une ouverture sur l’avenir des lettres. Le tout est enrichi d’un entretien avec Edmonde Charles-Roux, Présidente de l’Académie Goncourt.

Table des matières :

– Katherine ASHLEY, Avant-propos (p.11-19)

– Edmonde CHARLES-ROUX et Katherine ASHLEY, Entretien (p.21-37)

– Stéphanie SMADJA, Rôle et image de l’Académie Goncourt dans l’histoire de la prose au début du XXe siècle : « une arme à double tranchant » ? (p.39-58)

– Norbert DODILLE, Goncourt colonial : Marius-Ary Leblond pour En France (1909) (p.59-75)

– Luc FRAISSE, L’Attribution du prix Goncourt à Proust en 1919 (p.77-93)

– Pierre-Philippe FRAITURE, De l’influence du Goncourt sur le corpus colonial : le cas Batouala (p.95-108)

– Noëlle BENHAMOU, Deux lauréats oubliés : Alphonse de Châteaubriant et Henri Béraud, mis à l’index pour Collaboration (p.109-123)

– Jane CAVANI, Elsa Triolet et le prix Goncourt 1944 : consécration littéraire ou expédient politique ? (p.125-138)

– Claudia ALMEIDA, L’Affaire Ajar ou le pseudonyme écrivain (p.139-153)

– Geoff WOLLEN, Prix Goncourt : faut-il en « randomiser » la sélection ? (p.155-167)

– Sylvie DUCAS, Faut-il brûler le prix Goncourt ? (p.169-184)

– Annexe I : Les Prix Goncourt 1903-2003 (p.185-187)

– Annexe II : Les Académiciens (p.189-192)

– Bibliographie (p.193-194)

– Les Auteurs (p.195-198)

– Index (p.199-205)

Pour tout renseignement : www.peterlang.com

Colloque : « Corps, pouvoir, société dans la littérature du XIXe siècle »

Colloque

Corps, pouvoir, société dans la littérature du XIXe siècle

PROGRAMME

Jeudi 13 mai 2004 – Salle FU 2

Présidence : Corinne SAMINADAYAR-PERRIN

14 h 45 : Philippe REGNIER (CNRS) : Corps du Roi, corps du Christ : la personne symbolique et les théories charnelles du Père Enfantin, chef suprême de l’Eglise saint-simonienne.

15 h 15: Stéphane CHAUDIER (Université Jean Monnet) : Les corps baudelairiens ou l’allégorie déconstruite.

16h30 : Lucienne FRAPPIER-MAZUR (Université de Pennsylvanie) : L’art du comédien comme métaphore du politique (George Sand, Pierre qui roule et le Beau Laurence).

17h : Christine PLANTE (Université de Lyon II) : Le statut du corps autobiographique dans Histoire de ma vie (G. SAND).

Vendredi 14 mai 2004 – Salle FU 1

Présidence : Lucienne FRAPPIER-MAZUR

9h30 : Stefano LAZZARIN (Université Jean Monnet) : Balzac et le corps des nobles : à propos du Cabinet des Antiques. Une dramaturgie du corps.

10h : Pierre LAFORGUE (Université de Franche-Comté) : Le corps de Vautrin : érotique et politique.

11h15 : Philippe BERTHIER (Université de Paris III) : Les deux corps de la femme (Balzac , Mémoires de deux jeunes mariées).

Présidence : Philippe BERTHIER

14h30 : Xavier BOURDENET (Université de Franche-Comté) : Le Chevalier des Touches de Barbey d’Aurevilly : l’Histoire incarnée

15h : Philippe DUFOUR (Université de Tours) : L’Histoire à fleur de peau.

16h15 : Agnès VERLET (Université d’Aix en Provence) : les amants de la mort : physionomie du corps révolutionnaire dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand.

Contact
Jean-Marie ROULIN (Jean.Marie.Roulin@univ-st-etienne.fr)
Maison de l’Université
34 Rue Francis Baulier
42023 Saint-Etienne cedex 2

Colloque : « Sexe et discours social de la Belle Époque à nos jours / Collège de sociocritique de Montréal »

APPEL DE COMMUNICATIONS

Sexe et discours social de la Belle Époque à nos jours

Colloque organisé par le Collège de sociocritique de Montréal

Université McGill
29 octobre 2004

La Belle Époque est un moment charnière dans le développement des mécanismes d’une culture médiatique du sexe. Si les journaux et les revues d’alors font la part belle au discours fessiculaire, l’apparition de la télévision comme phénomène de masse à l’orée des années 1950, et, plus près de nous, l’avènement d’internet, lui offrent non seulement un nouveau régime de représentation, mais promulguent le sexe roi de la sphère publique.

Le présent colloque se donne pour objectif de réfléchir à la production massive de discours et de représentations qui, de la Belle Époque à aujourd’hui, disent, thématisent ou donnent à voir le sexe, que ces discours soient issus des sphères journalistique, littéraire, scientifique ou cybernétique, qu’ils appartiennent au registre vulgaire ou qu’ils affichent leur distinction, qu’ils s’adressent au tout-venant ou au spécialiste. Est-ce que la fiction (littéraire, cinématographique, télévisuelle, etc.), lorsqu’elle emprunte au discours social certains thèmes, motifs et clichés liés au sexe, ne fait que relayer la doxa et reconduire le « déjà-vu », ou rebrasse-t-elle au contraire toutes ces composantes pour en offrir de nouveaux agencements et configurations ?

Nous invitons les sociologues, les historiens, les littéraires, (etc.), à nous soumettre une proposition de communication qui devra contenir :

1. vos nom et prénom, votre niveau d’études, les noms de votre université et de votre département d’attache;
2. un résumé (environ 250 mots) de la communication proposée et de sa problématique; 3. vos coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, adresse électronique s’il y a lieu).

Les communications ne devront pas excéder 20 minutes (12 pages à double interligne); elles seront inédites et rédigées en langue française. Les propositions devront être envoyées avant le 1er juillet à l’adresse électronique suivante :

olivierparenteau@yahoo.ca

ou à l’adresse postale suivante :

Olivier Parenteau
CRILCQ
Université de Montréal
C.P. 6128, succ. Centre-Ville
Montréal (Québec)
H3C 3J7

Pour obtenir des précisions ou des informations supplémentaires, veuillez contacter
Olivier Parenteau : olivierparenteau@yahoo.ca
ou
Guillaume Pinson : guillaume.pinson@elf.mcgill.ca

VIIe Colloque interuniversitaire des jeunes chercheurs en sociocritique et en analyse du discours / Collège de sociocritique de Montréal

APPEL DE COMMUNICATIONS

VIIe Colloque interuniversitaire des jeunes chercheurs en sociocritique et en analyse du discours

Colloque organisé par le Collège de Sociocritique de Montréal

Université McGill
28 octobre 2004

Chaque année, le Colloque des jeunes chercheurs en sociocritique et en analyse du discours permet de jeter un regard sur les travaux actuels d’étudiants de 2e et 3e cycle qui s’intéressent à la littérature, mais aussi à diverses disciplines des sciences humaines.

Interrogation des médiations entre textes et contextes, lecture de l’inscription du discours social dans le texte, analyse des phénomènes d’intertextualité et d’interdiscursivité, examen de la paralittérature et de l’institution littéraire, la sociocritique est tout cela et plus encore. Loin de se pencher exclusivement sur le littéraire, la sociocritique accueille volontiers des concepts et des méthodes de nature et d’horizons multiples. L’ouverture multidisciplinaire du colloque, qui permet la confrontation entre diverses approches et disciplines, en fait un lieu propice aux échanges et aux débats.

Nous vous invitons donc, pour une septième année consécutive, à soumettre une proposition de communication qui devra contenir :
1. votre nom et prénom, votre niveau d’étude, le nom de votre université et de votre département d’attache;
2. un résumé (environ 250 mots) de la communication proposée et de sa problématique;
3. vos coordonnées (adresse postale, numéro de téléphone, adresse électronique).
Les communications ne devront pas excéder 20 minutes et seront suivies d’un commentaire de la part d’un chercheur aguérri; elles seront inédites et rédigées en langue française. Les propositions devront être envoyées avant le 1er juillet à l’adresse courriel suivante : olivierparenteau@yahoo.ca  

Il est aussi possible de les envoyer à cette adresse postale :

Olivier Parenteau
CRILCQ
Université de Montréal
C.P. 6128, succ. Centre-ville
Montréal (Québec) H3C 3J7
Canada

Pour obtenir des précisions ou des informations supplémentaires, veuillez contacter Olivier Parenteau : olivierparenteau@yahoo.ca