Archives mensuelles : octobre 2004

Nouvelle parution – « Pierre Bourdieu sociologue »

L’actualité est décidément brûante autour de l’oeuvre de Pierre Bourdieu.
 
 

Louis Pinto, Gisèle Sapiro, Patrick Champagne (dir.), avec la collaboration de Marie-Christine Rivière

Pierre Bourdieu, sociologue
Paris, Fayard, 2004, 470p., 23 euros.

Pierre Bourdieu est sans doute le sociologue français le plus lu depuis un demi-siècle, tant en France qu’à l’étranger. Emanant de spécialistes de son ouvre, les contributions réunies dans ce volume en évoquent la genèse, depuis le Béarn natal, la rue d’Ulm et le premier poste d’enseignant en Algérie, puis l’évolution, avec le passage de la philosophie à l’ethnologie et à la sociologie. Comment ont été forgés les grands concepts, comme habitus ou champ ? De quelle manière s’inscrivent-ils dans la tradition intellectuelle et dans les problématiques de l’époque qui les a vu naître ? Comment ont-ils contribué à renouveler les connaissances dans le domaine de l’éducation, des études littéraires, du droit, de la science, des rapports entre les sexes, et quel a été l’impact de l’entreprise de dévoilement des mécanismes, des rapports de forces, des déterminations qui les constituent ? Quelle relation l’ouvre de Bourdieu entretient-elle avec sa discipline de formation, la philosophie ? L’entreprise scientifique de Pierre Bourdieu a eu un impact politique. Ses engagements, qu’il concevait dans la continuité de son travail de sociologue, font de lui un intellectuel critique à part. Témoin l’écho public de ses combats et la réaction médiatique qu’ils ont suscitée. De cela aussi, ce volume rend compte.

***

Pierre Bourdieu is without doubt the most widely read French sociologist worldwide since Emile Durkheim. Written by the most renowned specialists of his work, the contributions united in this volume evoke the genesis of his work, from his native province the Béarn, the years at the Ecole normale supérieure and his first teaching position in Algeria , to the passage from philosophy to ethnography and sociology. How did he construct basic concepts like habitus and field ? In which way do they relate to the intellectual traditions and the problematics from which they emerged at the time? How have they contributed to the renewal of various domains of study – education, literary studies, law, the sciences, gender -, and what has been the impact of unveiling the power relations and mechanisms of domination which underpin them? What is the relationship of Bourdieu’s oeuvre to the discipline of philosophy in which he was originally trained? The scientific enterprise of Pierre Bourdieu has also had a political impact. His successive engagements, which he considered to be in line with his sociological work, make him a critical intellectual of exceptional standing. This is reflected in the public reception of his struggles as well as in the reactions to his work in the media that are also discussed in this volume.

Sommaire

Louis PINTO, Gisèle SAPIRO. Introduction.

I Genèses

Louis PINTO. Volontés de savoir. Bourdieu, Derrida, Foucault.
Gisèle SAPIRO. Une liberté contrainte. La formation de la théorie de l’habitus.
Annexe.
Entretien de Pierre BOURDIEU avec Gisèle Sapiro.
Tassadit YACINE. Genèse de La Domination masculine.
Frédéric LEBARON. Les modèles économiques face à l’économisme.
Remi LENOIR. Espace social et classes sociales.
Anna BOSCHETTI. Réflexion sur le langage et réflexivité.

II Champs

Christian BAUDELOT et Roger ESTABLET. École, la lutte de classes retrouvée.
Loïc WACQUANT. Lire  » Le Capital  » de Pierre Bourdieu.
Remi LENOIR. Du droit au champ juridique.
Joseph JURT. L’apport de la théorie du champ aux études littéraires.
Sergio MICELI. Effet de réel et réalité de l’illusion. Le Flaubert de Bourdieu.
Pierre ENCREVE. Langue et domination.
Louis PINTO. Pierre Bourdieu et la philosophie. À propos des Méditations
pascaliennes
.
Yves GINGRAS. Réflexivité et sociologie de la connaissance scientifique.

III Confrontations

Frédérique MATONTI. Intellectuels  » responsables  » et intellectuels  » libres  » . La réception de la sociologie de Pierre Bourdieu par le PCF.
Gérard MAUGER. Résistances à la sociologie de Pierre Bourdieu.
David L. SWARTZ. Le sociologue critique et l’intellectuel public.
Pascale CASANOVA. La revue Liber. Réflexions sur quelques usages pratiques de la notion d’autonomie relative.
Patrick CHAMPAGNE. Sur la  » médiatisation  » du champ intellectuel. A propos de Sur la télévision de Pierre Bourdieu.

Repères bio-bibliographiques.

Annonce de séminaire – séminaire « Dominants et marginaux dans le champ intellectuel allemand exilé (1933-1945) » – EHESS

 

Séminaire
de recherche (EHESS)
Dominants et marginaux dans le champ intellectuel allemand exilé
(1933-1945)
animé par Nathalie Raoux & Valérie Robert

Faisant l’hypothèse (qui sera bien sûr à discuter!) qu’il exista un champ, un espace au sein duquel les intellectuels (entendus, au sens large, comme « professionnels de la manipulation des biens symboliques ») allemands en exil, continuèrent à dialoguer, se mesurer, s’affronter entre eux et avec leurs confrères restés en Allemagne, ce séminaire se propose d’en interroger, au rythme d’une séance par mois, la topographie symbolique. Plus précisément, il s’agira ici de tenter de mettre à jour les principes de vision et de division, de marquage et de cadrage exilés (i.e. le nomos exilé et les « règles du jeu » en fonction desquelles se distribuèrent les frontières internes et externes) et leur éventuelle évolution au fil de l’exil. Pour ce faire, nous nous proposons de marier analyses de discours normatifs (textes journalistiques, lettres ouvertes, critique littéraire, discours radiophoniques… fonctionnant comme autant de textes « constitutionnels »), études de cas embrassant intellectuels consacrés et Aussenseiter (que ces marginaux se soient aventurés dans les « faubourgs de la littérature » ou à la pointe de l’avant-garde, ou encore qu’ils se soient comportés, dans le domaine politique, en francs-tireurs ou aient versé dans le dit « Eskapismus »), mais aussi examen des processus de canonisation historiographiques. Ce séminaire qui se veut un lieu de discussion interdisciplinaire, permettant un regard “extérieur” sur l’exil, donnera l’occasion d’entendre et de discuter les travaux de divers intervenants. Il est donc ouvert, par-delà le seul objet « exil allemand » sur lequel nous centrerons nos réflexions, à tous ceux qui s’intéressent aux processus dynamiques de centralité et marginalité dans le champ intellectuel.

 
Les séances auront lieu le 3e vendredi du mois de 14 h à 16 h (salle 10, 105 bd Raspail), à partir du 19 novembre.
Merci de faire suivre cette information à tous les étudiants et doctorants concernés ! Les personnes intéressées peuvent d’ores et déjà nous le faire savoir, afin que nous puissions le cas échéant leur faire parvenir des informations plus précises.

Programme prévisionnel :

19 novembre – Nathalie Raoux (CRIA-EHESS) & Valérie Robert (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle) : Champ littéraire exilé, essai de définition et de problématique 17 décembre – Dominants & marginaux, changements et continuités (intervenant à préciser)

21 janvier – Edwige Brender (Université Paris III – Sorbonne Nouvelle), sur Franz Werfel

18 février – Michaela Enderle-Ristori (Université de Tours), thème à préciser

18 mars – Olivier Agard (Université Paris IV – Sorbonne), sur Siegfried Kracauer

15 avril – Thème & intervenant à préciser

21 mai – Daniel Azuelos (Université d’Amiens), sur Lion Feuchtwanger (sous réserve)

17 juin – Bilan & perspectives

Contact :
Nathalie Raoux, ingénieur de recherche, CRIA/EHESS,
nathalie.raoux@sciences-po.fr
Valérie Robert, maître de conférences, Université Paris III – Sorbonne Nouvelle, valerie.robert@web.de

Nouvel ouvrage de Gisèle Sapiro (et al.)

Johan Heilbron, Remi Lenoir, Gisèle Sapiro (dir.), avec la collaboration de Pascale Pargamin,

Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, Paris, Fayard, 2004, 397 p., 24 euros.

Comte rendu de G. Quelennec (liste CHAMPS):

Ce volume donne corps au projet qui a toujours animé Pierre Bourdieu, et qui traverse ses derniers travaux, celui de mettre en chantier une vaste histoire des sciences sociales. Un an après sa mort, un colloque international s’est tenu à Paris, en 2003, réunissant les spécialistes de cette question afin de lui rendre hommage et de faire le point sur l’état des recherches qu’il avait initiées autour de ce thème lors de son séminaire de 1997.

Nées à la fin du XIXème siècle, les sciences sociales ont dû lutter contre les pouvoirs temporels et spirituels pour acquérir leur autonomie, pour se voir reconnaître le droit de proposer un discours scientifique sur la morale, la famille, la société. Elles se sont ainsi définies par rapport aux grandes institutions traditionnelles que sont l’Église, l’État ou le monde académique. Enjeux particuliers de pouvoir, elles ne peuvent faire l’économie de leur propre histoire.

Cet ambitieux et vaste programme de recherches est ici exposé et déployé à travers des cas exemplaires situés tant en France qu’au-delà de nos frontières, au XIXème et au XXème

Séminaires – « La littérature et son dehors »

La littérature et son dehors : les genres non-fictionnels au XXe siècle

Séminaire organisé par l’équipe « Littératures françaises du XXe siècle » (Paris IV), en collaboration avec le groupe Fabula

Le XXe siècle est souvent pensé comme un moment de dissolution de la littérature dans l’espace idéologique des discours, ou, symétriquement, de triomphe de l’écriture dans le savoir – le siècle du tout discursif ou du tout fictionnel. Nous nous proposons à l’inverse de réfléchir à la situation de concurrence dans laquelle s’est trouvée la littérature moderne, aux « contre-feux » qu’elle a allumés devant l’émergence de sciences tenues pour seuls discours valides de connaissance bref, de nous demander quels rapports cette littérature entretient avec son « dehors ».

Nous nous intéresserons à ce que les catégories littéraires retiennent du contact avec les discours de savoir et aux modèles que la littérature leur offre en retour. En privilégiant les genres non fictionnels, mais sans négliger des lieux moins visibles d’échange, il s’agira d’identifier des points de contact, de décrire des interférences de moyens, de formes, d’effets, dont les cas extrêmes seraient d’un côté la littérarisation d’un genre non littéraire, de l’autre l’importation d’un modèle littéraire dans la science ; il s’agira aussi de repérer des « moments » de transfert, des changements d’échelle ou d’interlocuteurs, de les mettre en relation avec l’évolution interne des disciplines.

Après avoir accueilli en 2003-2004 Jean-Marie Schaeffer, Jean Jamin, Alain Corbin, Jean-Charles Darmon, Frédéric Worms et l’écrivain Gérard Macé, cette seconde année du séminaire poursuivra son enquête du côté d’autres discours de savoir : psychanalyse, philosophie, histoire, droit, politique… Chaque séance du séminaire est organisée autour de la rencontre d’un « littéraire » et d’un intervenant apportant un point de vue extérieur.

Organisation: Alexandre Gefen et Marielle Macé, sous la responsabilité scientifique de Michel Murat.

Les séances ont le lieu le mardi de 17h15 à 19h15 en Sorbonne, Bibliothèque Georges Ascoli (entrée 17 rue de la Sorbonne, esc. C, 2e étage).

Invités de l’année 2004-2005 :

9 novembre 2004 : François Cusset

14 décembre 2004 : Anne Simonin

25 janvier 2005 : Fernand Hallyn

22 février 2005 : à préciser

22 mars 2005 : Frédéric Cossuta

12 avril 2005 : Gilles Philippe

Séminaire – « L’Art et la question de la valeur »

SEMINAIRE : L’Art et la question de la valeur

Université Bordeaux-3
les séances ont lieu en salle B 08, le vendredi de 14h30 à 16h30

5 novembre 2004 – Dominique Rabaté: Présentation : Une morale de la forme ?

12 novembre – Dominique Vaugeois: L’économie littéraire de la valeur : jalons pour une enquête

(19 novembre: pas de séance)
(26 novembre : Colloque Littérature & sociologie)

3 décembre – Isabelle Poulin: Usage et usure de la valeur : les enjeux de la traduction

10 décembre – Sophie Duval: Une farce poétique : l’humour et l’essence précieuse de l’oeuvre proustienne

17 décembre – Jean-Pierre Saïdah: Valeur et marginalité : le cas des Petits Romantiques.

7 janvier 2005 – Valéry Hugotte: Les bas fonds de l’esprit. Surréalisme et situationnisme

14 janvier – Ronald Shusterman: Statistiques, idéologies ou événement

21 janvier – Brigitte Louichon : Valeurs et littérature à l’école primaire
-Lise Chapuis : Le bon, le beau et le marchand (sur la littérature de jeunesse)

28 janvier – Jérôme Roger: Péguy : un auteur dévalué ?

4 février – Bernard Vouilloux : Valeur et style

11 février – Chantal Lapeyre: Rhétorique et paralittérature (sur Anne Rice)

18 février – Renaud Pasquier : Peut-on encore lire Jules Verne ? Valeur littéraire et survie de l’oeuvre

11 mars – Jean-Pierre Moussaron: King Kong 1933 ou la migration des signes (séance avec projection du film et commentaire de 14h à 17h)

La sociocritique sur internet

Voici quelques sites dédiés à la sociocritique et disponibles sur l’internet :
 
http://www.sociocritique.com/fr/ par  In-Kyoung Kim.
 
http://alor.univ-montp3.fr/CERS/IREC004.html#iis:art3 site de l’Institut International de Sociocritique.
 
http://www.sociocritique.mcgill.ca/ par Janusz Przychodzen.
 
http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/college.html par Benoît Melançon, site du Collège de Sociocritique de Montréal.
 
 
Et, en dessert, deux thèses de sociologie de la littérature africaine :
 
http://critaoi.org/bib/archive/00000126/01/Saonou_HDR.pdf (Salaka Sanou, L’institution littéraire au Burkina Faso)
http://www.collectionscanada.ca/obj/s4/f2/dsk3/ftp04/nq25458.pdf (Hémery-Hervais Sima Eyi, Lecture sociocritique du roman gabonais)

Un entretien entre Chartier et Bourdieu

A découvrir : l’entretien entre Roger Chartier et Pierre Bourdieu diffusé en 1988 dans Les Chemins de la connaissance (France-Culture) et retranscrit sur www.sociotoile.net On se référera particulièrement à la cinquième partie qui porte sur la notion d’institutionnalisation de l’anomie à partir des cas de Manet et de Flaubert (suite à l’article publié en juin 1987 dans les Cahiers du Musée National d’Art Moderne).
 
L’entretien peut également être écouté en intégralité sur http://lbsjs.free.fr/Bourdieu/bourdieu-docs.htm