Archives mensuelles : janvier 2005

Colloque : « Lire les Intellectuels à travers la mondialisation »

COLLOQUE INTERNATIONAL

17, 18 et 19 mars 2005

Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA)
Amphithéâtre de la Présidence et Salle Chadefaud, IRSAM
Centre de Recherche et d’Etude sur les Pays d’Afrique Orientale, PAU
Laboratoire « Identités et Territoires des Elites Méridionales », Pau
Réseau « Acteurs émergents », Maison des Sciences de l’Homme, Paris

Lire les Intellectuels à travers la mondialisation.
Trajectoires, réseaux, modes d’action, productions

Le Colloque se propose  d’appréhender dans les communications, le parcours et la mobilité des intellectuels, leurs interrogations sur leurs propres conditions sociales et leur marge d’action; les modes variés de constructions sociales internes et externes des figures de l’intellectuel; les conditions de spécialisation des fonctions des intellectuels, leur précarisation, leurs différentes reconversions scientifiques, sociales et économiques; leurs relations avec les activités lettrées (stratégies d’écriture inédites, tensions et indéterminations statutaires …) ou avec des lieux de pouvoir (étatique – religieux – civil – militaire, etc.), et avec les collectivités territoriales.   

Programme
Jeudi 17 Mars 2005, Amphithéâtre Présidence de l’UPPA

Matinée : 9 h 15 – 12 h 30
9 h 15 – 9 h 30 : Ouverture du colloque

Accueil : Abel KOUVOUAMA et Hervé MAUPEU, UPPA

Ouverture du Colloque : Jean-Michel Uhaldeborde, Président de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Présentation du réseau «Acteurs émergents» et du colloque : Boubacar NIANE, Université C.A. Diop, Dakar et Monique de SAINT MARTIN, EHESS, Paris

9 h 30-12 h 30 : Travaux

Thème 1 : Constructions et déconstructions des figures et des notions de l’intellectuel

Président de séance : Daniel BOURMAUD, UPPA

Discutant : Boubacar NIANE, Université C.A. Diop, Dakar

– Anne PIRIOU, EHESS-CEA, Paris
Pour une histoire comparée des intellectuels : le cas des intellectuels africains

– Penda MBOW, Université C.A. Diop, Dakar,
Être intellectuel a-t-il encore un sens « chez nous » ?

– Janvier ONANA, Université de Douala,
Investissements savants de l’espace médiatique, mises en scène des titres universitaires et construction sociale de la figure de « l’intellectuel » au Cameroun.

11 h : pause

11 h 15 – 12 h 30 : Suite des Travaux
Présidente de séance : Anne PIRIOU, EHESS-CEA, Paris

Discutant : Jean-Godefroy BIDIMA, Tulane University, New Orleans

– Evelyne TOUSSAINT, UPPA
Peter Sloterdjik : de l’ambiguïté

– Sara TAGLIACOZZO, Università degli Studi di Siena
Prophétisme artistique et création féminine : les « paroles-actes » de Werewere Liking

– Jean COPANS, Université Paris 5
Du champ social au champ intellectuel : le parcours incertain du démineur. Exemples africains et sénégalais : contrepoints français

Après-midi : 14 h 15 – 19 h

Thème 2 : Trajectoires, modes d’action et discours des intellectuels

14 h 15 : travaux

Président de séance : Jean COPANS, Université Paris V

Discutant : François CONSTANTIN, UPPA

– Boubacar NIANE, Université C.A. Diop, Dakar
Dénoncer ou déconstruire : de la mise à mort symbolique dans l’espace politico- intellectuel sénégalais

– Christiane ALBERT, UPPA
L’africanité en question chez quelques écrivains africains francophones

– Pascal BIANCHINI, CEAN-IEP, Bordeaux
Norbert Zongo ou le journaliste africain comme « intellectuel total »

– Abdoulaye GUEYE, Université d’Ottawa
Face au Coran. Quand les intellectuels africains interrogent l’islam

– Mustapha HADDAB, Université d’Alger
Cadres et intellectuels religieux en Algérie : rôles sociaux et rapports au pouvoir

16 h 15 : pause

16 h 30 : Suite des travaux
Président de séance : Mustapha HADDAB, Université d’Alger

Discutante : Dominique COCHART, Université de Picardie Jules Verne, Amiens

– Hervé MAUPEU, UPPA
Le chanteur de Benga comme intellectuel populaire

– Christian THIBON, UPPA
Débats historiques et construction de la nation. Histoire et historiens dans la région des grands lacs (Rwanda, Burundi, Tanzanie)

– Tassadit YACINE, EHESS-LAS, Paris
Amrouche, un intellectuel engagé

– Emmanuel YENSHU VUBO, University of Buea
From Radical and Soft Nationalism to Sectionalism in the Cameroonian intellectual community: The fortunes of a failed nationalist project.

VENDREDI 18 MARS, Amphithéâtre Présidence de l’UPPA

Matinée : 9 h – 12 h 30

Thème 3 : Intellectuels et lieux de pouvoir

9 h 00 : travaux

Président de séance : Christian THIBON, UPPA

Discutant : Yann LEBEAU, Open University, Londres

– Mihai Dinu GHEORGHIU, CSE – MSH, Paris
Les intellectuels roumains après 1989 : bilan des métamorphoses d’un groupe social et effets de la mondialisation

– Luc NGWE, Université de Douala
Les universitaires dans la dynamique étatique au Cameroun : Trajectoires d’inscription et de réinscription dans l’espace public

– Chris MUSAMBAYI KATUMANGA, University of Nairobi,
Universitaires et classe politique au Kenya

11 h : pause

11 h 15 : suite des travaux

Présidente de séance : Evelyne TOUSSAINT, UPPA

Discutant : Rémy BAZENGUISSA-GANGA, Université de Lille I

– Patrick MBATARU, IFRA, Nairobi
Le journaliste kenyan travaillant en province

– Michèle LECLERC-OLIVE, CNRS-CEMS, Paris
Intellectuels maliens et décentralisation : quelques réflexions à partir de l’expérience des cercles de Diéma et Nioro du Sahel

– Ebrima SALL, Codesria, Dakar
La liberté intellectuelle à l’ère de la mondialisation

après-midi : 14 h 15 – 19 h

midi

Thème 4 : Intellectuels, mondialisations, démocratie

14 h 15 : travaux

Président de séance : Yann LEBEAU, Open University, Londres

Discutant : Afrânio GARCIA, EHESS-CRBC, Paris

– Donald BROADY, SEC, Université d’Uppsala,
Les intellectuels en Suède : les usages du système d’éducation et les transformations des champs culturels

– Tassé ABYE, Université d’Addis-Abeba
Les intellectuels éthiopiens de la diaspora : modes de participation dans la vie politique de l’Ethiopie

– Cédric MAYRARGUE, CEAN-IEP, Bordeaux

L’émergence des intellectuels évangéliques et pentecôtistes dans l’espace public au Bénin et la question démocratique.

16 h 15 : pause

16 h 30 : suite des travaux

Président de séance : Boubacar NIANE, Université C.A. Diop, Dakar

Discutant : Jonathan FRIEDMAN, EHESS-GTMS, Paris

– Rafaël de CONCEICAO, Université E. Mondlane, et Mikael PALME, Institut de l’Education, Stockholm

Entre pensée politique et pensée du marché – les sciences sociales au Mozambique dans la période post-coloniale

– Bertrand VAYSSIERE, UPPA
La Fondation Saint-Simon et la « complexification du monde » : les mutations de l’expertise intellectuelle

– ZHANG LUN, Paris
Modernité, identité et intellectuels chinois au tournant du siècle à travers deux événements du printemps 2003.

Samedi 19 mars 2005, Salle chadefaud – Bât. de l’irsam

matinée : 9 h 30 – 12 h 30

Table ronde et conclusions

Pluralité des figures, des trajectoires et des modes d’action des intellectuels. Échanges et perspectives

avec Maurice AYMARD, MSH Paris, Daniel BOURMAUD, UPPA, François CONSTANTIN, UPPA, Jean COPANS, Université Paris V, Dominique DARBON, CEAN-IEP, Mustapha HADDAB, Université d’Alger, José KAGABO, EHESS-CEA, Paris, Abel KOUVOUAMA, UPPA, Jérôme LAFARGUE, UPPA, Elikia M’BOKOLO, EHESS-CEA, Paris, Boubacar NIANE, Université C.A. Diop, Dakar, Anne PIRIOU, EHESS-CEA, Paris, Christian THIBON, UPPA, Monique de SAINT MARTIN, EHESS-CEMS, Paris, Anne-Catherine WAGNER, Université Paris I.

Renseignements pratiques :

Adresse du Colloque : Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), Avenue de l’Université, B.P. 576, 64012 PAU Cedex Tél. : 33 (0) 5 59 40 70 00

Organisation du Colloque : CREPAO, UFR Droit, Économie et Gestion, BP 1633, 64016 PAU CEDEX Tél. : 33 (0)5 59 40 80 49 Fax : 33 (0)5 59 40 80 50

Date
jeudi 17 mars 2005 au samedi 19 mars 2005
 
Contact
Abel Kouvouama (abel.kouvouama@univ-pau.fr)

Annonce de Parution : « Crime et culture au XIXe siècle »

Dominique Kalifa, Crime et culture au XIXe Siècle, éditions Perrin, 336 p., 23 euros.

 

Le XIXe siècle fut littéralement obsédé par la question du crime. Tandis que le pays se passionnait pour un nombre considérable d' »affaires » ou de « causes célèbres », on inventa tour à tour la police judiciaire, la statistique criminelle, la médecine, la science, le reportage ou la littérature du crime. Or les clefs de ce phénomène sont d’abord culturelles : perceptions du tolérable et de l’intolérable, foisonnement de l’imaginaire, multiples représentations qu’engendre la transgression criminelle, à commencer par l’enquête judiciaire elle-même. Ce livre offre plusieurs pistes pour éclairer ces aspects, des « figures » principales (Paris, le jeune rôdeur, le « limier », les « classes dangereuses », etc.), aux représentations du crime (faits divers, feuilletons, romans populaires) ou aux débats, vite politisés, sur la délinquance et l’insécurité. Il se clôt sur la mise en perspective, depuis près de deux siècles, des questions de crime et de sécurité.

 

Table

Introduction………………………………………………………………………………… 9

PREMIÈRE PARTIE
FIGURE DU CRIME AU XIXE SIECLE

1. Les lieux du crime : topographie du crime : topographie et imaginaire social à Paris… 17
2. Archéologie de l’ « apachisme » : barbares et Peaux-Rouges au XIXe siècle… 44
3. Les mémoires de policiers : l’émergence d’un genre ?… 67
4. Javert, enquêteur… 104
5. La fin des « classes dangereuses » ? Ouvriers et délinquants dans la série
des Fantômas (1911-1913)… 116

DEUXIÈME PARTIE
AU COEUR DE LA CULTURE DE MASSE

6. Faits divers et romans criminels au XIXe… 131
7. Scènes de prison… 157
8.  » Zigomar « , grand roman sériel (1909-1913)…  176
9. Faits divers en guerre (1870-1914)… 189
10. 14-18 : la fin du feuilleton ?… 209

TROISIÈME PARTIE
DÉLINQUANCE ET SÉCURITÉ

11. L’attaque nocturne, une frayeur…. 235
12.  » Dangerosité  » et  » défense sociale  » au début du XXe…. 257
13. Crises de la répression…………… 271
14. L' » insécurité  » vue d’ailleurs. Courriers de l’Oise… 298
15. Délinquance et insécurité aux XIXe et XXe siècles : une perspective… 315

 

Dominique Kalifa, professeur à l’Université Paris-1, est spécialiste de l’histoire du crime et de ses représentations. Il est notamment l’auteur de L’Encre et le sang (Fayard, 1995), Naissance de la police privée (Plon, 2000), Vidal, le tueur de femmes (avec P. Artières, Perrin, 2001), La Culture de masse en France (La Découverte, 2001)

 

Message de Gérard Fabre : « Echanges intellectuels entre la France et le Québec »

Stéphanie Angers et Gérard Fabre,

Echanges intellectuels entre la France et le Québec, 1930-2000.
Les réseaux de la revue Esprit avec La Relève, Cité libre, Parti pris et Possibles,

Québec, Presses de l’Université Laval (coll. «Sociologie contemporaine»)/ Paris, L’Harmattan (coll. «Logiques sociales»), 2004.

Résumé de l’ouvrage :

S’il fallait qualifier les relations intellectuelles entre la France et le
Québec au XXe siècle, l’adjectif « catholique » reviendrait sans doute fréquemment. Mais de quel « catholicisme » s’agit-il ? Ne serait-il pas bienvenu d’utiliser le pluriel à son sujet ? En dégageant le rôle joué en ce domaine par Esprit (revue française d’inspiration catholique mais située à « gauche »), cet ouvrage ouvre de nouvelles perspectives de recherche. Parce qu’il montre comment se constituent les réseaux et sur quel terreau commun prospèrent les affinités, il donne à connaître plus précisément la forme et la densité des échanges effectués. Il en décline d’autant mieux les variations qu’Esprit fait office de repère dans le temps, de « fil rouge » entre quatre revues québécoises : La Relève (1934-1948), Cité libre (1950-1965), Parti pris (1963-1968) et Possibles (1976). Le plus novateur, dans cette analyse de dynamiques d’appropriations réciproques, c’est de ne pas oblitérer tout ce qu’elles doivent, curieusement, aux malentendus.

Stéphanie Angers, sociologue, diplômée de l’Université Laval de Québec (maîtrise) et de l’Université de Provence (doctorat de 3e cycle), travaille actuellement à Paris dans le domaine des relations internationales.

Gérard Fabre, sociologue, titulaire d’un doctorat d’État (Université de
Provence), est chercheur au Centre national de la recherche scientifique à Paris (Centre d’étude des mouvements sociaux/École des hautes études en sciences sociales). Il a enseigné comme professeur invité à l’Université Laval de Québec en 1994-1995 et publié des ouvrages dans le champ des épidémies et de la théorie littéraire.

Parution – « Carnets de bord – la réception des biens culturels »

VIENT DE PARAÎTRE : Le No 8/2005 de CARNETS DE BORD  Revue de jeunes chercheurs en sciences humaines présente un dossier coordonné par André Ducret et Pierre Verdrager sur le thème «Les goûts et les couleurs. La réception des biens culturels», avec des articles de Laurent Fleury et Isabelle Vazereau  (L’attente du spectateur de théâtre. Pour une compréhension des formes de la réception esthétique), Laurent Tessier (Les vétérans du Vietnam au cinéma: rationalités multiples des réception), Catherine Aventin (La réception des spectacles de rue: pratiques et perceptions de l’espace) et Aurélien Djakouane (De l’espace incertain des pratiques culturelles à l’espace négocié des carrières de spectateur: une épreuve pour la notion de milieu social) ainsi que les recensions critiques des ouvrages récemment publiés par Bernard Lahire, Emmanuel Pedler et Emmanuel Ethis en sociologie de la culture.

Comment lit-on un roman ? Comment voit-on un film ? Comment appréhende-t-on une oeuvre d’art plastique ou musicale ? Et qui ? C’est à ces quelques questions, et à beaucoup d’autres, que tente de répondre la sociologie de la réception des biens culturels – au sens large. Mais, peut-être faudrait-il mieux parler des sociologies de la réception, tant sont divers les terrains, les objets et les méthodes. C’est à cette diversité que Carnets de bord souhaiterait donner sa place, en ouvrant très largement l’éventail des possibles. Chantiers en cours, interrogations réflexives, questionnements méthodologiques, obstacles rencontrés, premiers résultats d’enquête, trouveront naturellement leur place dans ce numéro consacré à une discipline en pleine effervescence qui a connu, dans la période récente, d’importantes transformations.

Pour toute commande ou abonnement, contacter la revue:
carnets-de-bord@socio.unige.ch  
www.carnets-de-bord.ch  
fax: (41 22) 705 83 25.

Annonce de Jérôme Meizoz : « Les échanges littéraires internationaux »

Du 27 janvier 2005 au 29 janvier 2005, Université de Lausanne, Suisse

Colloque « Les Echanges littéraires internationaux »

LES ECHANGES LITTERAIRES INTERNATIONAUX – LAUSANNE- SUISSE

Colloque du réseau europeéen ESSE, « Pour un espace européen des sciences sociales », lancé à l’initiative de Pierre Bourdieu. coorganisé avec le soutien de l’Ecole doctorale des Lettres (UNIL), de la Section de français et du Centre de traduction littéraire (CTL)

Université de Lausanne-Suisse

Problématique de la rencontre

Quelles sont les logiques d’échange littéraire entre champs nationaux constitués ? Pour aborder cette question, nous examinerons les motivations de ces échanges, leurs canaux institutionnels, les modalités de leur réception et de leur consécration. Plus particulièrement, nous examinerons des phénomènes comme :

– La traduction comme transfert de textes, mais aussi comme «échange inégal» (Casanova).
– La diffusion et la circulation des textes, formes et idées. Ainsi de l’importation/exportation de modèles littéraires (genres, thèmes, styles) et de la réappropriation de ceux-ci dans la logique des champs nationaux.
– La circulation des agents du champ littéraire (écrivains, éditeurs, etc.) et le rôle des «passeurs» divers.
– Les différences de valeur littéraire reconnue entre divers champs.
– Les définitions du couple centre-périphérie, celle de «zones frontières», et leur pertinence dans une géographie/géopolitique des échanges littéraires.

Programme complet en PDF et toutes informations sur le site du réseau ESSE: http://www.www.espacesse.org
ou sur
http://www.unil.ch/nss-iris4

Responsable : Jérôme Meizoz, UNIL
Url de référence : http://www.unil.ch/nss-iris4
Document joint : http://www.unil.ch/nss-iris4
Adresse postale  : Ecole doctorale IRIS 4, UNIL, 4, Av. de Provence 4, CH- 1015 Lausanne, ++ 41 21 692 38 36

Colloque : « Pratiques d’écritures »

Programme « Pouvoir et sociétés en Europe méridionale du Moyen Age à nos jours »

Groupe « Acteurs, institutions et formes du pouvoir, XIe-XVIIe siècles » Groupe Aix 16

 

Pratiques d’écritures : entre identités personnelles et configurations sociales (XVe – XVIIIe siècles)

 

Vendredi 28 janvier 2005
9h – 17h30

 

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme – Salle Georges Duby

 

9h – 12h30

 

Nécessités narratives : l’individu et le groupe

 

Sous la Présidence de Jacques GUILHAUMOU, CNRS

 

Lucien FAGGION, TELEMME et Isabelle LUCIANI, TELEMME, Présentation

Jean-Noël PELEN, TELEMME, L’assemblement narratif du sujet

Bruno BOURJAC, Université Aix-Marseille I, Les fantômes de l’imaginaires politique arlésien : des maux de la ville à la ville des mots (XVIe-XVIIe siècles)

Isabelle LUCIANI, TELEMME, Identités et filiation : les vers funèbres en langue française dans la première moitié du XVIIe siècle

Pascal GANDOULPHE, Université Aix-Marseille I, Écriture et représentation du service : les officiers royaux dans la couronne d’Aragon (Valence, XVIe-XVIIe siècles)

Discussion

 

14h – 17h30

 

Normes et écarts : histoire, historiens, récit de soi

 

Sous la Présidence de Régis BERTRAND, TELEMME

 

Danièle IANCU, CNRS, Culture et prosopographie des familles juives et néophytes de Provence, 1430-1530

Marie BARRAL-BARON, Université de Paris IV, La correspondance d’Erasme, un espace ‘d’autoreprésentation’ pour mieux vivre le réel

Véronique GARRIGUES, Université de Toulouse-Le Mirail, Scipion Dupleix, une plume vénale

Valérie PIETRI, Université de Nice, La généalogie et l’histoire : appropriations et écarts

Discussion

 

Date

vendredi 28 janvier 2005

Contact

Isabelle Luciani (isluciani@wanadoo.fr)

MMSH-UMR TELEMME
5, rue du chateau de l’horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence cedex 02

Lucien Faggion (lcn.faggion@wanadoo.fr)

MMSH-UMR TELEMME
5, rue du chateau de l’horloge
BP 647
13094 Aix-en-Provence cedex 02

 

Annonce de parution : « De l’Institution scolaire de la littérature française »

Jean-François Massol, De l’Institution scolaire de la littérature française (1870-1925)

ELLUG, 2004. 312p. 14,5 x 21cm. ISBN 2 84310 039 9. Prix 24 €.

Pris dans une succession de réformes, les trois ordres d’enseignement dont hérite la Troisième République sont affermis et restructurés en leurs finalités, leurs disciplines, leurs exercices et leurs pratiques. Revenant sur les intuitions fondatrices de Renée Balibar qui mettait le français d’école primaire au centre de ses analyses, ce recueil d’articles envisage certaines évolutions majeures du français-lettres et les influences qu’elles ont pu avoir sur ces agents très particuliers de l’institution littéraire que sont les écrivains. À travers l’étude de textes d’Arthur Rimbaud, Jules Vallès, André Gide, Marcel Proust ou Roger Martin du Gard, il est ainsi question du mouvement permanent qui relie également les oeuvres à leur origine et à leur destin scolaires.

Table des matières

INTRODUCTION

I. Évolution des pratiques d’enseignement du français-lettres 1870-1920
– Transformations des pratiques scolaires de poésie, en France, à la fin du XIXe siècle

– De la lecture des auteurs anciens à l’explication française
– « La mort de saint Louis devant Tunis ». Tradition et innovations dans la composition française au début du xxe siècle

II. Exercices
– Exercices scolaires, visée littéraire : à propos des  » Étrennes des orphelins  » de Jean-Arthur Rimbaud

III. Genres
– L’éloquence du roman : L’Insurgé de Jules Vallès, Jean Barois de Roger Martin du Gard

IV. Représentations
– Le journaliste et le ministre de l’Instruction publique dans L’Insurgé de Jules Vallès
– Composition française et dissertation romanesques, quand deux  » grands écrivains  » représentent l’institution scolaire

V. Circulations
– Le roman comme manuel de lecture courante : du Tour de la France par deux enfants de G. Bruno à Jacques Thibault de Roger Martin du Gard par Marcel Lallemand

BILAN ET PERSPECTIVES
ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Revue « Études littéraires » : Réseaux littéraires France-Québec

Études littéraires, numéro d’automne 2004:

Réseaux littéraires France-Québec (1900-1940) – Sous la direction de Denis Saint-Jacques

SOMMAIRE:

Études:

L’Exposition universelle de Paris (1900) et son influence sur les réseaux des femmes de lettres canadiennes  : Chantal Savoie

Stratégies d’écrivains québécois de l’entre-deux-guerres : séjours et rencontres en France  : Pierre Rajotte

Lien social, idéologie et cercles d’appartenance : le réseau « latin » des Québécois en France (1923-1939) : Michel Lacroix

Des réseaux locaux au réseau global : le projet de Marie Le Franc (1906-1964)  : Gwénaëlle Lucas

Analyses:

Équivoque d’une agression. Relecture du Nez qui voque de Réjean Ducharme  : Marie-Hélène Larochelle

Du structuralisme au post-structuralisme  : Frank Wagner

Débat:

La rhétorique épistolaire de Rabelais  : Martin Robitaille – Claude La Charité

Pour saluer Eva Le Grand

Séminaire « Esthétique et économie politique »

Dans le cadre des conférences du Collège international de philosophie (CIPh), vous êtes conviés à participer au séminaire « Esthétique et économie politique » donné par Éric Méchoulan à l’Université de Montréal. Professeur et directeur du département d’Études françaises, Éric Méchoulan est également directeur de programme au Collège international de Philosophie. Deux invités Christian Trottmann (U. de Tours et directeur au CIPh) et Éric Lecerf (U. Paris VIII) animeront, à leur tour, deux séances.

Ouvert à des gens d’horizons divers, le séminaire se veut le lieu d’une réflexion pluridisciplinaire sur les enjeux communs de l’esthétique et de l’économie du XVIIIe siècle à aujourd’hui. La notion de travail sera d’ailleurs l’enjeu de cette année.

L’objectif du Collège international de philosophie est de rendre accessible ce type de réflexion à toute personne intéressée, quelle que soit sa formation. Aucun frais ni inscription ne sont exigés. Lieu d’échange, le séminaire se veut donc un espace de discussion où chacun pourra apporter l’éclairage de sa discipline et de son expérience.

Séminaire « Esthétique et économie politique »:

Les développements contemporains de l’économie « postfordiste » posent toute une série de problèmes liés à l’esthétique. Si, pour Adam Smith, le travail productif stocke du temps dans la marchandise et fait alors la valeur des biens , tandis que le travail « improductif » dépense du temps dans des performances et fait la valeur des « services » (dont l’exemple éminent est l’artiste), on voit aujourd’hui que c’est cette relation de service qui domine. Le développement technique des nouvelles formes de communication et l’insistance sur la circulation de l’information comme capital accroissent encore la valeur du travail immatériel dont l’« improductivité » apparaît de plus en plus rentable. Là où l’ouvrier vendait sa force de travail comme quelque chose qu’il possédait et dont il se trouvait, du coup, aliéné en devenant machine, l’homme de services échange, avant tout, ce qu’il est et qu’il doit constamment renouveler à la manière d’un surhomme, par la valeur de ses goûts personnels et par la virtuosité de son style propre. De nouvelles formes d’aliénation se sont ainsi glissées sous une esthétisation de l’économie, au nom même de l’autonomie et de la singularité des individus.

C’est cette esthétisation de l’économie qu’il s’agit, pour moi, de penser. En quoi les modèles de l’oeuvre d’art et la temporalité esthétique qu’ils proposent peuvent-ils permettre de penser travail immatériel et valeur-travail ? Quels sont les rapports que l’on peut envisager entre l’immatériel, la dépense et le temps ? Pour faire cela, je me propose d’effectuer des allers-retours entre l’Ancien Régime où le dispositif culturel de la modernité trouve ses assises (à commencer par l’invention de l’esthétique comme discipline) et les modalités contemporaines de nos sociétés démocratiques.

Pour cette première année, le séminaire portera sur la notion même de travail. Il aura lieu en alternance à l’Université de Montréal et au Collège international de philosophie à Paris.

 

Vous trouverez ci-dessous l’intitulé du séminaire de même que le calendrier des séances (elles se donnent en alternance à Montréal et à Paris). La première rencontre se tiendra le 24 janvier 2005 à l’Université de Montréal.

Dates:

Séances à l’Université de Montréal, salle C-9141, 9e étage, pavillon Lionel Groulx (3150, rue Jean-Brillant):
– Lundi 24 janvier, 19h30-21h30 : « Le travail immatériel » par Éric Méchoulan (U. Montréal)
– Lundi 21 février, 18h-20h : Titre à venir, par Christian Trottmann (U. de Tours et CIPh)
– Lundi 14 mars, 19h-21h : « Nizan : Le travail comme modèle de l’être-nulle-part » par Éric Lecerf (U. Paris VIII).
– Lundi 11 avril, 19h-21h : « Inesthétique et immatériel », par Éric Méchoulan (U. Montréal)

Séances au Collège international de philosophie
(1, rue Descartes, 75005 Paris):
– Lundi 7 mars, 18h-20h
– Lundi 30 mai, 18h-20h
– Lundi 6 juin, 18h-20h

 

Parution – « De la Grande Rhétorique à la poésie galante »

De la Grande Rhétorique à la poésie galante : l’exemple des poètes caennais aux XVIe et XVIIe siècles, Ouvrage publié sous la direction de Marie-Gabrielle Lallemand et Chantal Liaroutzos, PU Caen, 2004, 18,50 euros.

La fondation de l’académie de Caen, en 1652, rend compte de l’importance de l’activité intellectuelle dans cette ville que l’on a surnommée l’Athènes normande, notamment en raison de son activité poétique, à la fois riche et représentative des thèmes et des formes aux XVIe et XVIIe siècles. 

Ce colloque a été l’occasion d’étudier le corpus des poètes caennais ayant écrit au cours de ces deux siècles, corpus composé tant des auteurs considérés comme majeurs, Malherbe en tête, que de ceux qui sont moins connus et rarement étudiés, Vauquelin de la Fresnaye, Bertaut, Sarazin notamment.  Les intervenants ont été invités à travailler dans deux directions. D’une part, celle de la sociologie littéraire : quel est le cursus des poètes caennais en ces siècles ? Quel est le rôle de l’université et de l’académie ? Quelles sont les productions poétiques dominantes ? Quelle est leur spécificité au regard de celle des autres grands foyers d’activité poétique de l’époque ? D’autre part, celle de la poétique, qui engage des études particulières des oeuvres de ces poètes, prenant en compte les résultats des recherches littéraires récentes.