Archives mensuelles : février 2005

Séminaire « Écriture et Action »

Séminaire « Écriture et Action »

ÉCOLE DES HAUTES ÉTUDES EN SCIENCES SOCIALES
CENTRE DE RECHERCHES HISTORIQUES

Unité Mixte de Recherches E.H.E.S.S. & C.N.R.S.
G.R.I.H.L.
(Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire)

Second semestre 2004-2005
Mardis de 18 à 21 heures (sauf le 8 mars)

1er mars, CRH (105 boulevard Raspail), salle 8 :
La Solitaire des Rochers : littérature, politique, police à la fin du
XVIIe siècle
(Dinah Ribard)

8 mars, CRH, 54 Bd Raspail, salle 015, 17h-20h :
Atelier de lecture : Les jésuites mis sur l’échafaud de Pierre Jarrige
(en association avec le séminaire de P.-A. Fabre et A. Romano)

15 mars, CRH (105 boulevard Raspail), salle 8 :
« Une écriture carcérale en action : Campanella »
(Jean-Pierre Cavaillé)

22 mars, Centre Censier, 13 rue Santeuil, salle 145 A :
Ecriture et action : retour sur l’enquête témoignage
(Christian Jouhaud, Dinah Ribard et Nicolas Schapira)

29 mars, CRH (105 boulevard Raspail), Salle 8 :
Ecriture et action : lectures de Louis Marin

5 avril, CRH (105 boulevard Raspail), Salle 8 :
Diderot : de la poésie dramatique
(Alain Viala)

12 avril, Centre Censier, 13 rue Santeuil, salle 145 A :
 » Construire l’exemplarité  » : atelier autour d’un projet de colloque

19 avril, CRH (105 boulevard Raspail), Salle 8 :
Les femmes de Port-Royal en action
(Alain Cantillon)

10 mai, Centre Censier, 13 rue Santeuil, salle 145 A :
Auteur et librairie au XVIIe siècle : le refus de l’autorialité comme  » modernisation  » des pratiques littéraires
(Geoffrey Turnovsky)

17 mai, CRH (105 boulevard Raspail), Salle 8 :
Comment écrire la misère ? Les enquêtes sociales autour de 1840
(Judith Lyon-Caen)

24 mai, Centre Censier, 13 rue Santeuil, salle 145 A :
 » Tropicopolitans  » : écriture et  » agency « , l’autobiographie d’un ancien esclave
(Srinivas Aravamudan)

31 mai, Centre Censier, 13 rue Santeuil, salle 145 A :
Cervantes et Shakespeare : Cardenio perdu
(Roger Chartier)

7 juin, CRH (105 boulevard Raspail), Salle 8 :
Bilan et perspectives

Colloque : « La littérature à l’ère de la reproductibilité technique »

La littérature à l’ère de la reproductibilité technique.
Réponses littéraires au nouveau dispositif représentatif créé par les médias modernes
Colloque international, Université catholique de Louvain
(Louvain-la-Neuve, Belgique)
24 – 26 février 2005

L’invention de nouveaux médias (photographie, phonographie, cinéma, etc.), dans le courant du XIXe siècle, a eu pour effet de transformer les dispositifs de représentation et, par voie de conséquence, les logiques du discours et l’organisation du lien social. Comme Walter Benjamin l’a bien montré, ces médias reposent sur des procédés nouveaux qui les distinguent radicalement de leurs prédécesseurs : portant la reproductibilité technique à un point jamais atteint, ils opèrent une rupture précisément en ceci qu’ils dissocient les deux dimensions de l’expression et de la technique. Jusque-là, les modes de reproduction renvoyaient à l’intervention première d’un énonciateur, d’un créateur : la peinture, la sculpture, la gravure dépendent d’un acte manuel, c’est pourquoi l’intervention de la technique est occultée ou, plus précisément, fondue dans l’effet expressif, significatif, idéologique ou esthétique produit. La photographie, quant à elle, dépend, non d’un acte manuel, mais d’un acte technique : dans ce cas, l’opérativité du média semble s’affirmer au détriment de l’expression ; l’acte de reproduction semble devenir autonome, indépendant du sujet qui le commet. Les médias modernes instaurent ainsi un dispositif de représentation inédit, qui souligne l’illusion d’immédiateté produite par les médias traditionnels et distingue au contraire la fonction de l’Autre langagier, en tant qu’il médiatise la relation discursive. En cela, leur invention, qui confère un nouveau mode d’être à l’image, devait nécessairement se répercuter sur l’ensemble des discours et les transformer dans leur structure même.

Il semble que la littérature ait répondu de deux façons à cette mutation fondamentale. D’une part, on sait que, comme toutes les formes artistiques, elle a elle-même été prise dans le mouvement et s’est trouvée affectée, au plan rhétorique par exemple, par les procédés nouveaux, qu’elle a d’ailleurs largement empruntés. D’autre part, étant donnée la position analytique spécifique qui est la sienne, elle n’a cessé d’interroger cette mutation, d’en saisir les effets et les implications dans le lien social, enfin, d’y répondre par l’invention de formes discursives nouvelles, en opposant par exemple la force séparatrice du discours à la puissance fascinante mais aussi aliénante de l’image. Telle est du moins l’hypothèse que l’on voudrait mettre à l’épreuve au cours de ce colloque. L’objectif est de dégager les différents types de réponses qui ont été apportées à cette mutation à l’aube et au cours du XXe siècle, en essayant de baliser l’ensemble des possibles. Pour délimiter l’objet de recherche, on s’en tiendra pour l’essentiel aux littératures de langue française (France et Belgique et particulier), sans exclure cependant les ouvertures comparatistes.

Quatre axes de recherche principaux paraissent pouvoir organiser la réflexion, qui ont trait à des questions nouvelles, des apories, des contradictions nées en même temps que ce nouveau dispositif. Ils recouvrent quatre effets de structure majeurs de cette mutation des discours qui nous semblent avoir été traités, au sens médical du terme, par la littérature.
1) Exactitude et vérité
Le modèle photographique renforce évidemment la prétention à l’objectivité : le remplacement de l’humain par l’instrument dans le processus de la représentation confère à celle-ci un caractère d’exactitude jamais atteint. Dans le même temps, ce processus est aussi perçu comme aliénant, dans la mesure où il dépossède le sujet de lui-même, le soumettant à la technique médiatique, le réduisant au rang d’effet de langage. L’effet de vérité du discours semble ainsi aboli. Un nouveau paradigme, valorisé en sens parfois opposés, s’affirme ainsi, que la littérature n’a cessé d’interroger.
2) La perte d’origine
La dissociation de la technique et de l’expression conduit à dénier la valeur d’origine traditionnellement conférée à l’énonciation : l’origine du tableau (la main du peintre) y demeure impliquée, compliquée (elle le signe) ; il n’en va pas de même dans la photographie (quoique cette opposition n’ait cessé d’être déconstruite par les arts depuis plus d’un siècle : c’est une des réponses discursives évoquées). En découle l’impossibilité structurelle de toute authentification, dont témoigne exemplairement le processus de manipulation des images photographiques. Celles-ci se singularisent ainsi par la double perception, contradictoire, qu’elles produisent : d’un côté, elles semblent incontestables, dans la mesure où elles sont prises sur le vif (à la différence du témoignage, par exemple, qui est toujours rapporté) ; de l’autre, elles produisent des effets de déréalisation, de schizophrénie, mettent en cause la référentialité du discours, dans une épreuve nouvelle du gouffre pascalien dont témoignent les réactions néo-baroques qui caractérisent la littérature du XXe siècle.
3) La parole orpheline
Dans le même ordre d’idées, l’invention de ces nouveaux médias a contribué à déplacer considérablement le rapport entre sphère publique et sphère privée, en promouvant notamment l’avènement des médias de masse et, consécutivement, l’imposition de valeurs uniformes. La dimension de l’adresse, qui configure le discours (tout discours se construit comme réponse), s’est ainsi transformée dans la mesure où elle est devenue incontrôlable, ce qui peut expliquer des réactions littéraires comme l’hermétisme, l’ironie, les littératures de l’intime, etc.
4) La mise en série
Les médias modernes inaugurent aussi l’ère de la sérialisation et de la standardisation : avec eux, l’image unique ou renvoyant à un original unique devient une parmi d’autres, mettant en cause la dimension humaine essentielle de l’événement. Cet effet de structure a souvent été étudié dans le domaine des arts plastiques, mais il a également provoqué des réactions littéraires, qui mériteraient d’être analysées.

Ce colloque a été conçu dans le cadre d’une réflexion plus large, portant sur la force critique et opératoire du discours littéraire, et sur la nécessité et les enjeux de son enseignement. Cette réflexion est menée en collaboration avec l’équipe de recherche « Lettres, langages et arts » de l’Université de Toulouse-Le Mirail. Ainsi, le colloque de Louvain constitue le premier volet d’un dyptique franco-belge, que viendra compléter le colloque Images, discours, dispositifs, qui aura lieu à Toulouse.

Programme
Jeudi 24 février
9h00 : accueil des participants
9h30 : allocution d’ouverture du colloque par le Professeur Roland KEUNINGS, Prorecteur à la recherche
9h45 : présentation scientifique du colloque par Pierre PIRET
10h30 : pause café
10h45 : Arnaud RYKNER (Université de Toulouse-Le Mirail) : La pantomime comme réponse théâtrale aux nouvelles images dans la seconde moitié du XIXe siècle
11h15 : Jean-Pierre BERTRAND (Université de Liège) : Un genre né par et pour la presse : le poème en prose
11h45 : discussion
12h30 : repas
14h00 : Pascal DURAND (Université de Liège) : L’aura et la chose littéraire : une mise au point
14h30 : Charles GRIVEL (Université de Mannheim) : Le Symptôme photographique
15h00 : discussion
15h45 : pause café
16h00 : Stéphane LOJKINE (Université de Toulouse-Le Mirail) : Dispositifs de récit dans l’Angélique de Robbe-Grillet : répétition, reproduction, perversion
16h30 : Christophe MEUREE (U.C.L.) : Simultanéité, répétition et effacement : de la narration proliférante à l’illisibilité dans quelques pages de Duras, Koltès, Lodge et Woolf
17h00 : discussion

 

Vendredi 25 février
8h45 : Bénédicte DE VILLERS (Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles) : La condition technologique de l’homme
9h15 : Nathalie FROGNEUX (U.C.L.) : La théorie esthétique de la « formativité » de Luigi Pareyson
9h45 : discussion
10h30 : pause café
10h45 : Evelyne GROSSMANN (Université de Paris VII) : « Le derme de la réalité » : écriture et cinéma chez Antonin Artaud
11h15 : Pierre PIRET (F.N.R.S.-U.C.L.) : Pouvoir et image, pouvoirs de l’image : Jean Genet
11h45 : discussion
12h30 : repas
14h00 : Ginette MICHAUX (U.C.L.) : Le regard proustien et la photographie
14h30 : Nathalie AUBERT (Oxford Brookes University) : Christian Dotremont et la photographie
15h00 : discussion
15h45 : pause café
16h00 : Philippe ORTEL (Université de Toulouse-Le Mirail) : Lyrisme et communication : réflexion sur le « transport » à l’époque romantique
16h30 : Daniel GROJNOWSKI (Université de Paris VII) : Photographie et croyance : du spiritisme à la métapsychique
17h00 : discussion

Samedi 26 février
8h45 : Laurent VAN EYNDE (Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles) : La tentation hermétique : résistance ou invention ? Notes philosophico-littéraires au départ d’Adorno
9h15 : Michel LISSE (F.N.R.S.-U.C.L.) : Secrète la visibilité. Jacques Derrida et la photo-skia-graphie
9h45 : discussion
10h30 : pause café
10h45 : Isabelle OST (F.N.R.S.-U.C.L.) : Le langage de l’image : réponse de Beckett au traitement médiatique du visuel, à la lumière d’une rencontre avec Gilles Deleuze
11h15 : Paule PLOUVIER (Université Paul Valéry, Montpellier) : Le sujet aphoristique. À propos de Quignard
11h45 : discussion et conclusions
13h00 : repas de clôture

Lieu
Le colloque se tiendra à la Salle du Conseil de la Faculté de philosophie et lettres de l’U.C.L.
Collège Erasme
Place Blaise Pascal 1
B-1348, Louvain-la-Neuve
Pour se rendre à Louvain-la-Neuve :
http://www.ucl.ac.be/LLN/acces-lln.html
Une fois sur place : http://www.dom.ucl.ac.be/info_plan.html (la Faculté de Philosophie et Lettres se trouve à deux pas de la Grand Place et à cinq minutes de la gare)

Colloque organisé par le Centre de recherche Joseph Hanse. Littératures de langue française : théorie littéraire et littérature comparée (CJH)
Université catholique de Louvain
Faculté de philosophie et lettres –
Département d’études romanes
Collège Érasme
Place Blaise Pascal, 1
B-1348, Louvain-la-Neuve

Renseignements pratiques et inscriptions
Pierre Piret
Tél. +32 (0) 10 47 20 51 ou 65 89 21
Fax +32 (0) 10 47 25 79
Courriel : piret@rom.ucl.ac.be
Site web : http://cjh.fltr.ucl.ac.be (actualités)

Avec le soutien
du Département d’Études romanes de l’U.C.L.
de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’U.C.L.
du Fonds National de la Recherche Scientifique
du Commissariat Général aux Relations Internationales
du Ministère de la Communauté Française (Administration générale de l’Enseignement et de la Recherche scientifique)

Responsable : Centre de recherche Joseph Hanse
Url de référence : http://cjh.fltr.ucl.ac.be
Adresse : Centre de recherche Joseph Hanse – Place Blaise Pascal – B-1348, Louvain-la-Neuve (Belgique).

Annonce de parution : « Les Valeurs dans/de la littérature »

Karl Canvat (dir.), Les Valeurs dans/de la littérature, Presses Universitaires de Namur, 2004, coll. « Diptyque ».

Mise en scène de l’homme et du monde, de leurs rapports heureux, conflictuels ou absurdes, mais aussi travail sur les possibilités et les limites du langage, la littérature, plus sans doute qu’aucun autre art, est constamment traversée par les questions de valeurs, dans ses formes comme dans ses contenus.

Les écrivains sont les premiers à en faire l’expérience, qui, tantôt, veulent décrire les problèmes moraux, sociaux, politiques de leur temps (dans l’Avant-propos de La Comédie humaine, Balzac prétend se faire « l’enregistreur du bien et du mal »), tantôt entreprennent de contester, de subvertir ou de réformer des valeurs dominantes (que l’on songe à la littérature engagée de Sartre), tantôt mettent en question la notion même de valeur (Dada et les Surréalistes), tantôt encore subissent les foudres d’une société qui se sent outragée, voire menacée (Sade, Flaubert, Baudelaire, Céline, Rushdie).

Mais les lecteurs le savent tout autant, qui, en général, cherchent d’abord dans les textes littéraires des représentations intelligibles de tranches de vie qui les éclairent sur eux-mêmes et sur ceux qu’ils côtoient, les aident à comprendre et à évaluer situations et comportements, les enrichissent d’expériences imaginaires et contribuent ainsi à leur formation personnelle grâce à ce que certains sociologues de la lecture appellent joliment « un prêt-à-porter identitaire ».

Et l’Ecole n’a pas tardé à le comprendre, qui, depuis longtemps, a fait de la littérature une matière d’enseignement obligatoire dans un souci d’éducation plus que d’instruction, et de morale plus que d’esthétique.

Mais la littérature n’est pas qu’un discours idéologique sur le monde extérieur. Elle constitue elle-même un univers qui connaît ses propres problèmes et conflits de valeurs. Ainsi, par exemple, du débat bien connu sur la hiérarchie des auteurs et des oeuvres : y a-t-il des « incontournables », un « panthéon », et, si oui, selon quels critères ? Mais aussi de celui sur le sens et l’opportunité des innovations formelles : on se souvient, entre autres, de la condamnation des esthétiques jugées « décadentes » par certains régimes totalitaires du XXe siècle, épris de « réalisme constructif », ou, en moins violent, des polémiques sur « la mort de l’homme » qui ont entouré, en France, le développement du Nouveau Roman.

Ces questions étaient au coeur du cycle de conférences adressées aux étudiants, aux enseignants de français et au grand public organisé par la Faculté des Lettres de l’Université de Namur durant l’année 2001 2002. Des spécialistes français et belges se sont interrogés sur le statut de la littérature et sa possible dévaluation actuelle (Alain Viala, Université de Paris 3 et Université d’Oxford ; Antoine Compagnon, Université de Paris 4 et Université Columbia de New York), sur le sens des études littéraires aujourd’hui (Paul Aron, Université Libre de Bruxelles), sur les rapports entre valeurs littéraires et valeurs scolaires (Emmanuel Fraisse, Université de Cergy-Pontoise), ainsi que sur les mécanismes par lesquels, dans un texte, une voix valide certains jugements (Vincent Jouve, Université de Reims) ou, dans la lecture, chacun de nous évalue une oeuvre (Jean-Louis Dufays, Université Catholique de Louvain).

Cet ouvrage rassemble les textes de ces conférences. Il aidera les enseignants de lettres à approfondir, en toute liberté intellectuelle et maîtrise ultime de leurs pratiques, la nécessaire réflexion sur les défis divers, voire contradictoires, de leur métier aujourd’hui.

Marc Angenot, Rhétorique de l’anti-socialisme

VIENT DE PARAÎTRE AUX PRESSES DE L’UNIVERSITÉ LAVAL:

MARC ANGENOT

RHÉTORIQUE DE L’ANTISOCIALISME.

ESSAI D’HISTOIRE DISCURSIVE.

La polémique contre le socialisme a été, dans la modernité politique, parmi les plus soutenues, les plus âpres, les plus opiniâtres. De 1830 à 1917 et de 1917 jusqu’à nous, elle a mobilisé continûment une coalition de réfutateurs de divers bords. Cependant, dans la longue durée historique, ce qui apparaît, c’est l’éternel retour d’un nombre fini de tactiques, de thèses, d’arguments formant une sorte d’arsenal où puisèrent les générations successives de polémistes. On peut aujourd’hui encore relever les ultimes avatars de cette argumentation dans les essais d’adversaires d’un socialisme qui, du moins sous sa forme doctrinaire, appartient au passé. Dès qu’apparurent les premières écoles qu’un néologisme (daté de 1832) allait désigner comme « socialistes » — et si contradictoires que pouvaient être les systèmes de Fourier, d’Owen, de Saint-Simon et autres « prophètes » romantiques — une partie de l’opinion s’est dressée contre des doctrines et des programmes qui promettaient de mettre un terme aux maux dont souffre la société, mais qu’elle a jugés absurdes, chimériques aussi bien qu’impies, dangereux, scélérats, et dont des hordes d’essayistes se sont employé à démontrer au public la fausseté et la nocivité. L’auteur analyse dans cet ouvrage près d’un siècle de polémiques et d’attaques contre le socialisme, de réfutation de ses doctrines et de dénonciation de ses actions. Ses analyses débouchent sur une réflexion sur certains conflits cognitifs propres à la modernité.

MARC ANGENOT est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages d’histoire des idées politiques, d’analyse du discours et de théorie de la littérature. Il occupe la chaire James McGill d’étude du discours social à l’Université McGill et il est vice-président de l’Académie des lettres et des sciences humaines (Société Royale du Canada).

PRIX DE VENTE AU CANADA = $ 30.00

Annonce de parution : « Tisser le lien social »

SUPIOT Alain (dir.) – Tisser le lien social. Florilège de dix années de conférences à la Maison des sciences de l’homme Ange Guépin.
Paris, Editions de la Maison des sciences de l’homme, 2004

Quelle qu’ait pu être son importance dans l’oeuvre des pères de la sociologie, l’idée que tout homme se trouve pris dans un réseau de liens, qui tout à la fois le retiennent et le soutiennent, le brident et le font tenir debout, n’est nullement l’apanage des sciences sociales. Des dieux lieurs de la mythologie à l’empire exercé par internet sur les individus  » branchés « , de l’image du tisserand employé par Platon pour penser la langue ou la Cité aux liens de l’amour ou du pouvoir mis en scène par le théâtre classique, du vinculum iuris du droit romain jusqu’à notre notion de réseau, la métaphore du lien semble s’imposer à tous ceux qui cherchent à se représenter la vie en société. Le lien social ne désigne pas un concept qu’il serait possible de référer à un domaine particulier du savoir, mais bien plutôt une image où les civilisations les plus diverses ont pu reconnaître un trait de la condition humaine.

LES AUTEURS : Márcio ALVES DA FONSECA, Perry ANDERSON, Luc ARRONDEL, Mireille CORBIER, Roger CHARTIER, Benoît DE CORNULIER, Jean-Pierre DUPUY, Muriel FABRE-MAGNAN, Altan GOKALP, Cornelia ISLER-KERENYI, André LAKS, Yannick LEMARCHAND, André MASSON, Jacques-Henri MICHEL, Osamu NISHITANI, François OST, Clemens PORNSCHLEGEL, Philippe VAN PARIJS, Luca PARISOLI, Alain SUPIOT, Robert TARTARIN, Françoise WAQUET, Alain WIJFFELS

Presse et plumes

Nouvelle parution

Presse et plumes, Marie-Eve Thérenty et Alain Vaillant (dir), éditions du
nouveau monde, Paris, 584 pages, 38 euros.

Presse et plumes
Journalisme et littérature au XIXe siècle

Bien avant le règne d’internet, c’est au XIXe siècle qu’éclate la première grande révolution médiatique avec la multiplication des quotidiens, des revues et des magazines et la diffusion d’une culture de presse qui irrigue tout le territoire national et toutes les couches sociales. Ce livre collectif fait l’hypothèse d’une mutation radicale au XIXe siècle des modes de pensée et des écritures littéraires sous l’emprise du périodique.

L’invention de la presse moderne modifie le quotidien des Français, impose de nouveaux rythmes de lecture, d’écriture, une nouvelle scansion et un nouveau rapport à la vie intellectuelle : la politique, la vie sociale, les philosophies, les sciences et les savoirs, les arts et les spectacles connaissent une profonde métamorphose dont cet ouvrage propose un large aperçu.

Les écrivains du XIXe siècle qui sont quasiment tous investis dans le journal rendent compte abondamment de cette entrée dans une nouvelle ère intellectuelle, le plus souvent d’ailleurs pour la déplorer. Témoins privilégiés, ils sont aussi les premiers mutants médiatiques tant la littérature aussi bien dans ses rituels, ses sociabilités que dans ses poétiques sort transformée de sa mise en tension permanente avec le périodique.

C’est par le prisme du journal que ce livre propose de relire les écrivains du panthéon littéraire du XIXe siècle (Stendhal, Théophile Gautier, Honoré de Balzac, Victor Hugo, Alfred de Musset, George Sand, Charles Baudelaire, Barbey d’Aurevilly, Stéphane Mallarmé, Jules Vallès, Villiers de l’Isle-Adam, Emile Zola, Marcel Schwob, Anatole France) faisant le pari que cet éclairage inhabituel renouvellera considérablement notre vision de la Littérature.

Table des matières

I. La presse au miroir de la littérature

Brigitte Diaz, « Stendhal face à la presse de son temps »

José Luis Diaz, « L’esprit sous presse. Le journal et le journaliste selon la « littérature panoramique»

Jacques Migozzi, « Postures d’écrivains. Deux jeunes chroniqueurs littéraires de la presse lyonnaise : Jules Vallès et Emile Zola »

Claude-Pierre Perez, Villiers de l’Isle-Adam « actualiste »

Michèle Fontana,, « La satire du journalisme selon Marcel Schwob »

II. Le journal entre provinces et nations

Vincent Laisney ; « Victor Pavie et Les Affiches d’Angers »

Jacques-Remi Dahan, « Les correspondants parisiens du Provincial de Dijon : collaboration ou instrumentalisation ? »

Barbel Plötner, « Du Lycée armoricain à la Mosaïque de l’Ouest : Émile Souvestre, journaliste breton ».

Anne-Marie Thiesse, « Les revues provinciales, de la décentralisation au régionalisme »

Philippe Martel, « De l’occitan dans la presse, de la presse en occitan »

Diana Cooper-Richet, « Presse en anglais et littérature, à Paris, dans la première moitié du XIXe siècle »

Marie-Laure Aurenche, « Du Magasin pittoresque (1833) à L’Illustration (1843) : L’invention du nouvellisme illustré »

Jean-Pierre Bacot, « 1848 et L’Illustration. La double naissance du reportage illustré et de la post-réception des gravures »

Michael Palmer, « Le récit de l’actualité : entre journalisme et littérature, les dépêches d’agence »

Karine Taveaux-Grandpierre, « La presse au XIXe siècle : les modes de diffusion d’une industrie culturelle »

III. La création intellectuelle et littéraire au rythme du périodique

Philippe Régnier, « Pratique et théorie saint-simoniennes de la presse »

Jean-Claude Fizaine, « Journalisme et polémique religieuse : L’Evénement et L’Univers »

Michèle Fizaine, « Procès de presse en 1850-1851 : la défense de la littérature par Victor Hugo »

Annie Petit, « La presse positiviste du XIXe siècle »

Laurent Fedi, « Les pratiques de pensée à l’oeuvre dans les revues philosophiques et généralistes, 1870-1900 »

Silvia Disegni, « Presse et lexicographie, l’exemple du Grand dictionnaire universel du XIXe siècle de Pierre Larousse ».

Alain Vaillant, « Le journal, creuset de l’invention poétique »

Jean-Pierre Bertrand, « Une lecture médiatique du Spleen de Paris »

Pascal Durand, «De « l’universel reportage » au poème univers : l’hybridation mallarméenne du livre et du journal »

Patrick Suter, « Presse et invention littéraire. Mallarmé et ses « héritiers » futuristes, Dada et surréalistes »

IV. Poétiques de l’écriture journalistique

Corinne Pelta, « La presse libérale sous la Restauration, émergence d’une écriture collective »

Laurence Guellec, « Un « journal-monstre ». Repères pour une histoire du Moniteur universel (1789-1868) »

Corinne Saminadayar-Perrin, « Presse, rhétorique, éloquence : configurations et reconfigurations ».

Marie-Eve Thérenty, « L’invention de la fiction d’actualité »

Patrick Berthier : « Théophile Gautier journaliste. L’invention de quelques pratiques d’écriture »

Francis Marcoin, « La presse enfantine de la Restauration à la Monarchie de juillet ».

Véronique Bui, « Comment l’huile céphalique vint à Balzac. Poétique de la publicité dans le quotidien »

Christine Planté : « Consuelo dans La Revue indépendante »

Marie-Françoise Melmoux-Montaubin, « Contes de lettres et écriture de soi : la critique littéraire dans le journal au XIXe siècle »

Hélène Millot, « Discours critique et posture manifestaire dans les petites revues de la fin du siècle »

Myriam Boucharenc, « Pierre Giffard, Le Sieur de Va-partout, un premier manifeste de la littérature de reportage »

Denis Pernot, « Les Propos d’Alain ou le refus du livre »

Annonce de parution : Art et argent

Art et argent en France au temps des Premiers Modernes (XVIIe-XVIIIe siècles)
Ed. MARTIAL POIRSON

Collectif et interdisciplinaire, ce volume vise à établir des ponts entre différents champs de recherche (histoire, littérature, économie, sociologie, droit, politique), afin de mettre en évidence, à partir d’objets, de méthodes et d’approches autant alternatives que complémentaires, les multiples interactions, encore trop timidement prises en considération, entre art et argent, et en particulier entre littérature et économie, dans la société d’Ancien Régime.

Tout à la fois réserve de valeur, instrument de mesure, moyen d’échange, convention sociale et représentation symbolique, l’argent investit réellement l’art dans le dernier tiers du dix-septième siècle, tendance qui se poursuit et s’accentue tout au long du dix-huitième siècle. Au point non seulement de devenir un motif récurrent, susceptible de supplanter l’ensemble des topoï traditionnels, mais encore de fournir un modèle privilégié de représentation de l’activité culturelle dans son ensemble.

S’affranchissant progressivement de la philosophie morale au profit de l’économie politique alors émergeante; oscillant entre évocation tantôt fascinée, tantôt critique de la civilisation matérielle naissante (contrat, monnaie, finance, échange, capital); exploitant les imaginaires sociaux et les représentations symboliques de la richesse, l’art ne cesse en effet de se référer à l’argent pour y puiser un ensemble de formes et de concepts nouveaux ou, pour le moins, rénovés: intérêt, valeur, individu, gloire, honneur, luxe, vertu

Trois axes essentiels structurent ce travail: d’abord, l’argent de l’art, à travers l’évocation des conditions matérielles de production et de diffusion des oeuvres; ensuite, l’argent dans l’art, à travers l’ensemble de personnages, fictions, intrigues, mythes, imaginaires, et représentations esthétiques générés par la prise en compte de l’économie; enfin, l’argent comme art, à travers l’analogie non pas arbitraire mais intentionnelle entre l’économie et l’art. Le but est, par conséquent, en articulant l’histoire sociale et culturelle à l’interprétation des textes, via les procédures économiques et sociales qu’ils mobilisent, de motiver une métaphore souvent galvaudée par abus de langage: celle d’économie des textes’.

SVEC 2004:10
STUDIES ON VOLTAIRE AND THE EIGHTEENTH CENTURY
ISBN 0 7294 0849 3, ISSN 0435-2866, xii.341 pages, £69 / 110 / $135