Archives mensuelles : mars 2005

Séminaire avec Denis Vaugeois

 Les séminaires de recherche du GRÉLQ – hiver 2005 prennent fin avec Denis Vaugeois,  fondateur et président des Éditions du Septentrion

Les politiques du livre et de la lecture au Québec

 

 

La conférence aura lieu

 

le vendredi 1er avril 2005

13 h 30

Université de Sherbrooke

Faculté des lettres et sciences humaines

Salle A6-3001

 

Nouvelle parution

Les Manuels scolaires dans la correspondance du Département de l’instruction publique, 1900-1920 : inventaire

Paul Aubin et Michel Simard, Sherbrooke, Ex Libris, coll. «Cahiers du GRÉLQ», no 9, 2005, 69 p. Comprend un disque compact.

 

La correspondance du Département de l’instruction publique (DIP) continue à se révéler une extraordinaire source de renseignements, tout au moins en ce qui regarde les manuels scolaires, et le dépouillement, amorcé depuis quelques années, justifie des efforts  investis dans ce travail ardu et fastidieux. On y trouve des échos des grands débats que suscitent la production et la consommation de ces imprimés destinés à l’enseignement de même que transparaissent les jeux de coulisses dont la connaissance est essentielle à la compréhension du contenu des livres et des politiques qui en encadraient la production et la consommation. Certains thèmes abondamment abordés dans la période précédente ne figurent plus à partir de 1900 et pour des raisons évidentes – pensons au dépôt du livre maintenant aboli, tout au moins pour le secteur catholique –, alors que d’autres témoignent de préoccupations récentes, comme la production d’un manuel destiné à remplacer tous les autres, Mon premier livre.

 

L’inventaire fait suite à l’ouvrage de Paul Aubin sur Les manuels scolaires dans la correspondance du Département de l’instruction publique 1842-1899. Il a pour objectif de signaler toutes les lettres dans lesquelles on mentionne les manuels scolaires. L’information est rendue accessible par deux index, des noms propres et thématique. L’essentiel de l’inventaire se trouve sur un disque compact, réalisé grâce aux ressources de la Chaire de recherche du Canada en histoire du livre et de l’édition de l’Université de Sherbrooke.

 

Commandez votre exemplaire en remplissant le formulaire ci-joint.

Colloque « Sociabilités imaginées »

Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux
Colloque organisé dans le cadre de l’ACFAS
Chicoutimi, 9 mai 2005

Responsables : Michel Lacroix (Université du Québec à Trois-Rivières) et Guillaume Pinson (Université McGill)

Problématique : Au cours des dernières années, un nombre croissant de travaux ont été consacrés à la sociabilité, tant du côté des historiens (Étienne, 1987, Racine et Trebitsch, 1992) que du côté des littéraires (Brunet, 1995, 2002; Rajotte, 2001, 2002; Tellier, 2003). Ces recherches ont permis de montrer l’importance des lieux de sociabilité dans la vie sociale et littéraire, ainsi que d’esquisser l’évolution de leurs formes au cours des XVIIIe, XIXe et XXe siècles. Intéressantes et fécondes, ces recherches sont toutefois encore partielles. Une lacune, surtout, limite leur portée et leurs fondements mêmes dans certains cas : elles sous-estiment ou ignorent l’importance des représentations dans le rapport à la sociabilité.

Pour examiner dans quelle mesure les bals, cafés, cénacles, revues, salons, séjours balnéaires et autres phénomènes de sociabilité ont partie liée à l’imaginaire social, nous inviterons plusieurs spécialistes à se pencher sur les « sociabilités imaginées ». Leur réflexion tournera autour des deux axes de l’imaginaire et de ses formes, d’une part, et des enjeux sociaux propres aux représentations des sociabilités, d’autre part. Il s’agira ainsi d’examiner la médiatisation de la sociabilité dans les textes, les journaux, les tableaux, les photographies ou les films en fonction de l’essor progressif d’une culture médiatique, du XVIIIe au XXe siècle. Comment évoluent les discours sur la sociabilité, selon les époques et les lieux? Quelles sont les formes de sociabilité les plus fréquemment convoquées ou les plus généralement ignorées? Quel rôle jouent les différents médias dans l’imaginaire des sociabilités? En même temps, ces interrogations seront animées par une perspective socio-historique attentive aux déterminations sociales, aux processus de civilisation (Élias), à la mise en scène de soi (Goffman), aux frontières mouvantes entre l’intime, le privé et le public.

Programme :

9h00 : ouverture

9h15 : Anthony Glinoer (Université de Liège) et Vincent Laisney (CNRS), « De Daniel d’Arthez à Calixte Armel : le cénacle à l’épreuve du roman »

10h00 : Ollivier Hubert (Université de Montréal), « Les conventions d’anciens collégiens dans la seconde moitié du 19e siècle : occasions de représentations bourgeoises »

10h45 : Pause

11h00 : Björn-Olav Dozo (Université de Liège), « Enjeux des représentations de sociabilité véhiculées dans les discours sur la création d’une académie de langue française en Belgique »

11h45 : Dîner

13h30 : Marie-Eve Thérenty (Université Montpellier-III), « Représentations des sociabilités journalistiques sous le Second Empire ou la naissance d’une fiction médiatique »

14h15 : Guillaume Pinson (Université McGill), « Rumeurs, anecdotes, microrécits. Imaginer la mondanité dans la presse, vers 1900 »

15h00 : Pause

15h15 : Michel Lacroix (Université du Québec à Trois-Rivières), « Sociabilités, secrets et dévoilements : Jean Paulhan et le mythe de l’éminence grise »

16h00 : Chantal Savoie (Université Laval), « La communauté littéraire imaginaire des femmes de lettres au tournant du XXe siècle »

Résumés des communications :

Björn-Olav Dozo, « Enjeux des représentations de sociabilité véhiculées dans les discours sur la création d?une académie de langue française en Belgique »

Ma communication vise à montrer l’évolution du discours des littérateurs belges à propos de la constitution d’une académie de langue française en Belgique. Cette académie a donné lieu à de nombreuses réactions dans les revues littéraires belges, sous différents modes (articles, réponses à des enquêtes, dialogues?). Les débats ont lieu principalement durant 25 ans, et se prolongent même après la fondation, le 19 août 1920, de l’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique.

Je voudrais montrer quel imaginaire draine ce lieu de sociabilité propre à la Belgique littéraire, et en souligner les enjeux. Les questions identitaires sous-jacentes (quels sont les rapports de la littérature belge francophone avec la littérature française ?) trouvent dans ces débats institutionnels un écho particulier. La création d’une académie, en tant qu’institution littéraire proche du social, sert de prétexte à des prises de position dénotant des conceptions de la littérature radicalement différentes, qui s’affrontent. Il s’agit de mettre à jour les enjeux sociaux propres à ces représentations de la littérature et à leurs lieux de sociabilité. Ainsi, les agents expriment dans leurs discours un nombre important d’idées préconçues et de conceptions fantasmées au sujet de la sociabilité propre à une académie. Ce sont ces stéréotypes qu’il faut interroger pour mettre en évidence les tensions spécifiques à l’espace littéraire belge francophone.

***

Anthony Glinoer et Vincent Laisney, « De Daniel d’Arthez à Calixte Armel : le cénacle à l’épreuve du roman »

La communication confrontera deux oeuvres et deux modes de textualisation du cénacle, considéré comme la forme typique de sociabilité littéraire au XIXe siècle. On se penchera dans un premier temps sur le « Cénacle des Quatre-Vents » d’Un grand homme de province à Paris (1839), seconde partie d’Illusions perdues de Balzac. On étudiera le rôle archétypal que Balzac accorde à ce cénacle porté par les valeurs de Travail et de Patience, tant face à la littérature facile et au journalisme prostitué, représentés quant à eux dans le roman sous la forme du dîner orgiaque, que face aux cénacles romantiques fustigés sans cesse depuis 1829 par les journalistes, parmi lesquels Balzac lui-même. On comparera alors cette première représentation cénaculaire avec celle que Camille Mauclair donne dans Le Soleil des morts (1898), pour montrer qu’à l’inverse de ce qui se produit dans Illusions perdues, le cénacle est entraîné dans le mouvement d’altération générale du monde littéraire : le mythe
du « cénacle idéal » vole en éclat, les valeurs cénaculaires font faillite, remplacées par celles que revendiquent les anarchistes (Énergie, Vitesse, Destruction).

Entre ces deux romans-repères, publiés à soixante ans d’intervalle, le mythe platonicien de la Littérature, inaltérable et inviolable, réfugiée dans le « ciel des Idées » et symbolisée par le Cénacle, s’est effondré. Dans leur confrontation peut se lire, telle est du moins l’hypothèse que l’on tentera de vérifier, l’évolution des imaginaires d’écrivains en fonction de la reconfiguration du champ littéraire.

***

Ollivier Hubert, « Les conventions d’anciens collégiens dans la seconde moitié du 19e siècle : occasions de représentations bourgeoises »

L’institution d’éducation secondaire avec latin a été partout en Occident, à partir du second 19e siècle en particulier, un des dispositifs clefs du processus d’une construction d’une conscience élitiste et élitaire. Au Québec, les collèges classiques urbains et catholiques ont joué avec puissance ce rôle, crucial dans la mise en place d’une société hautement différenciée. D’abord parce qu’un réseau et un habitus bourgeois canadiens-français s’y sont formés, par l’élevage ségrégatif d’une masculinité adolescente de privilégiés. Mais aussi parce que l’âge adulte y a trouvé une source prolongée et rétrospective de légitimation. C’est ainsi que se sont construits un imaginaire de classe et une sublime mémoire collégiale, particulièrement à l’occasion des conventions d’anciens, qui apparaissent dans les dernières décennies du siècle. Ces rassemblements de vainqueurs sont moments d’intense sociabilité, mais plus encore, ils sont l’occasion de produire une représentation de ce que fut une sociabilité juvénile idéalisée. Ils laissent aussi, pour travailler à l’estime du groupe et à la reconnaissance publique de sa valeur, des traces qui fixent ce que la convention est supposée avoir été.

***

Michel Lacroix, « Sociabilités, secrets et dévoilements : Jean Paulhan et le mythe de l’éminence grise »

« Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres » : cet énoncé proustien convient parfaitement à la trajectoire de Jean Paulhan et à sa transformation, dans les discours, en une nouvelle version du mythe de « l’éminence grise ». Partant de l’hypothèse selon laquelle le noyau de ce mythe est lié à la représentation du capital social, nous aborderons le problème du secret et du dévoilement dans les représentations des sociabilités, en l’appliquant au cas de Jean Paulhan.

***

Guillaume Pinson, « Rumeurs, anecdotes, microrécits. Imaginer la mondanité dans la presse, vers 1900 »

Dans cette communication, on se propose d’étudier la poétique du microrécit mondain à travers deux genres caractéristiques de la presse de la Belle Époque : la rumeur et l’anecdote. Ces deux petits genres ont ceci de fascinant qu’ils suggèrent un en-dehors du discours social, un ensemble de références et de pratiques sur lequel s’est cristallisée une partie de la mémoire culturelle de la mondanité française. On en observera les modulations dans des périodiques tels que La Vie Parisienne, Le Gil Blas et Le Grand Monde.

La portée référentielle du microrécit ne doit pas empêcher de le saisir dans sa dimension poétique et rhétorique : il existe une contrainte de la mise en forme de la rumeur et de l’anecdote, que l’on explicitera. De plus, le microrécit se développe au coeur de l’univers médiatique. Dès l’origine, il porte donc une socialité bien particulière qu’il instaure et relaie, marquée par une double médiation : la mondanité telle qu’elle se donne effectivement à lire dans le microrécit, d’une part, et d’autre part l’horizon de la communauté plus large, distancée et anonyme, des lecteurs, qui imagine sa propre interdépendance par la connivence du « commérage » (Elias). Cette dynamique sociale est favorisée par le fait que le microrécit a un statut ambigu, entre référence et invention, qui permet à tous les jeux de l’imaginaire de se déployer. Le journal est ainsi un endroit où la communauté s’imagine (Anderson) au travers des petites fictions quotidiennes qu’elle s’invente et qu’elle s’écrit.

***

Chantal Savoie, « La communauté littéraire imaginaire des femmes de lettres au tournant du XXe siècle »

Dans la foulée des travaux récents sur les femmes de lettres canadiennes-françaises (Montreuil 2004; Roy 2003; Goulet 2001; Pilon 1999; Brosseau 1998; Turcotte 1996; Gosselin 1995; Robert 1992; Gerson 1992; Carrier 1988) et dans le prolongement des travaux que j’ai menés sur les carrières littéraires des femmes (Savoie, 2005), sur leurs réseaux et leurs associations (Savoie 2004 et Savoie 2002), sur leurs pratiques d’écriture (Savoie 2003) et sur l’émergence d’une expertise littéraire au féminin au tournant du XXe siècle, je souhaite m’intéresser aux sociabilités imaginées des femmes de lettre canadiennes-françaises telles qu’elles se donnent à apprécier dans les journaux et périodiques de l’époque.

Plus spécifiquement, j’entends exploiter la communauté littéraire imaginaire que construisent les femmes de lettres en analysant la liste des auteurs les plus souvent recommandés par Joséphine Marchand, Françoise (pseud. de Robertine Barry), Gaétane de Montreuil (pseud. de Georgina Bélanger) et Madeleine (pseud. d’Anne-Marie Gleason) dans les différents périodiques et journaux dans lesquels elles signent leurs chroniques. Ce palmarès offre une perspective inédite sur la culture commune de l’époque. Outre qu’il permet de constater d’importantes distorsions entre les auteurs-vedettes et notre perception des auteurs qui comptent pour l’époque, des résultats préliminaires permettent de poser l’hypothèse que sous l’apparent conformisme moral et social des suggestions de lecture, les femmes de lettres construisent une communauté littéraire au féminin susceptible de faire admettre certaines pratiques littéraires des femmes sans heurter de plein fouet l’idéologie dominante.

***

Marie-Eve Thérenty, « Représentations des sociabilités journalistiques sous le Second Empire ou la naissance d’une fiction médiatique »

Des années 1830 au Second Empire, il n’est pas sûr que la sociabilité journalistique fondée sur la fréquentation de certains lieux publics (théâtres, café), la pratique de la blague, du canular et de l’esprit-Paris et une certaine connivence professionnelle évolue essentiellement. Il est certain en revanche que la représentation de cette sociabilité se métamorphose fondamentalement. Le tableau narratif (littérature panoramique, physiologie), lieu stratégique de la représentation du publiciste, laisse place à l’exhibition de la parole vive du journaliste sensible aussi bien dans les échos journalistiques (Le Figaro), dans les nouvelles à la main ou dans l’apparition d’une littérature de souvenirs tout entière dévouée à la promotion par l’anecdote des journalistes (Philibert Audebrand, Firmin Maillard). Par la médiatisation de la sociabilité journalistique, s’opère donc une reconstruction de l’écriture journalistique fondée sur la mécanisation du bon mot, sur une diffusion large et une circulation développée de l’anecdote de boulevard, une transmédialité et une sérialité de la communication journalistique. Cette sociabilité reconstruite par ceux qui en sont à la fois les médiateurs et les sujets (Aurélien Scholl), cet univers largement fantasmé et imaginé rendent manifestes le transfert d’un idéal de l’éloquence à une poétique de la conversation, le début de la construction d’une identité sociale de journaliste, la participation au recentrement du rire dans une société désormais ouverte sur le loisir et le divertissement.

Livres en ligne

Voici quelques classiques de la sociologie de la littérature en ligne :
 
Adorno :  « The Culture Industry: Enlightenment as Mass Deception »
http://www.marxists.org/reference/subject/philosophy/works/ge/adorno.htm
 
Lukàcs : « The Theory of the Novel »
http://www.marxists.org/archive/lukacs/works/theory-novel/index.htm
 
Walter Benjamin :  » L’oeuvre d’art à l’époque de sa reproduction mécanisée »
http://hypermedia.univ-paris8.fr/Groupe/documents/Benjamin/Ben3.html#ref
 
Léon Trotsky : « Littérature et révolution »
http://www.marxists.org/francais/trotsky/livres/litterature/tabmat.htm
 
Leo Lowenthal : « On Sociology of Literature »
http://www.marxists.org/reference/archive/lowenthal/1948/literature.htm
 
Marc Angenot et Janusz Przychodzen : « Bibliographie de la sociocritique et de la sociologie de la littérature »
http://www.sociocritique.mcgill.ca/Pdf/Angenot1.pdf
 
Et sur le même site : des textes de Michel Biron, Claude Duchet, Pierre V. Zima, Marc Angenot, etc.
http://www.sociocritique.mcgill.ca/main.php
 
Enfin l’indispensable collection des « Classiques des sciences sociales »
http://www.uqac.uquebec.ca/zone30/Classiques_des_sciences_sociales/
 
Anthony Glinoer.

Emission sur « France-Culture » : L’édition sans éditeurs

La suite dans les idées
 
L’édition sans éditeurs
Emission du 16 Mars 2005

Vendredi s’ouvrira le 25ème Salon du Livre, c’est l’occasion de faire le point sur le secteur de l’édition en France qui est particulièrement mouvementé.

En 1999, André Schiffrin, notre invité, éditeur américain, publiait un livre aux éditions La Fabrique, L’édition sans éditeurs; il décrivait dans ce livre, une situation de profonde mutation de l’édition aux Etats Unis, de concentration industrielle, de rachats des maisons d’édition par des grands groupes. En France, on pensait être à l’abri de cette évolution.

Aujourd’hui, André Schiffrin publie Le contrôle de la parole, livre dans lequel il revient sur la situation américaine et britannique, mais surtout, il parle de ce qui s’est passé en France depuis la fusion entre Hachette et Vivendi. Dans ce livre, il ne se limite pas à porter un regard sur l’édition, mais s’intéresse également à la presse.

 Invités:

 – André Schiffrin éditeur New-Yorkais

 – François Gèze directeur des éditions de La Découverte

 – Jacques Bonnet coordinateur de la revue Esprit sur l’édition

Journée d’étude – « Doxa et paradoxes »

DOXA ET PARADOXES
Journée d’étude du Collège de sociocritique de Montréal Université Concordia, Département d’études françaises Pavillon McConnell (1400, boul. de Maisonneuve Ouest), LB-628 – le vendredi 1er avril 2005

L’objet de cette journée d’étude est de réfléchir tant à la doxa qu’aux prises de parole paradoxales, ou qui se veulent telles. Qu’est-ce que la doxa? Si la doxa est, par essence, de nature hégémonique, comment expliquer qu’elle soit historiquement variable? Plus spécifiquement, on pourra se demander par quelles voies et par quelles voix le paradoxe parvient à infléchir la doxa. Les écrivains, les cinéastes, les publicitaires ont-ils (ou ont-ils déjà eu) le pouvoir d’agir sur la doxa? Les écrivains ont-ils toujours le pouvoir d’être «ceux par qui le scandale arrive»? Le discours publicitaire est-il aujourd’hui hégémonique? Voici quelques questions qui pourront alimenter les discussions.

I. Présentations théoriques et discussions ponctuelles

13h : Anthony GLINOER (Université de Liège) : «Le Romantisme has been : notes sur un déclassement critique»

13h30 : Maxime PRÉVOST (Université Concordia) : «L’Orchestration romanesque de l’histoire culturelle»

14h : Sylvain DAVID (UQAM) : «L’Espace paradoxal de Cioran»

14h30: Yan HAMEL (Université de Montréal) : «La Peste d’Albert Camus, Le Flagellant de Séville de Paul Morand et Le Pont de la rivière Kwaï de Pierre Boulle : trois exemples de déplacement romanesque»

15h : François-Emmanuel BOUCHER (Collège militaire royal, Kingston): «La Droite au Québec: ses impasses et son avenir»

II. Discussion collégiale

16h: réflexions inspirées par l’article d’Alain VAILLANT, «Pour une histoire de la communication littéraire», Revue d’histoire littéraire de la France, 2003, p. 549-562 (précédées d’une présentation de l’article par Guillaume PINSON, Université McGill).

Annonce de parution – « The Empty Cage. Inquiry into the Mysterious Disappearance of the Author »

À paraître en avril:

BENEDETTI, Carla, The Empty Cage. Inquiry into the Mysterious Disappearance of the Author, Cornell University Press, 2005, 264 p.  Translated by William J. Hartley. ISBN: 0-8014-4145-5

« Authorialism is like a chronic and progressive disease of modernity. It leads art to the impasse of a totally reflected and ‘rationalized’ practice. The author as project-maker assumed to be at the origin of the work has now replaced the genius; the author as strategist squanders every margin of nonreflective activity conceded to artistic practice; the writer, reduced to an eye that observes itself, is caught in the cage of her own self-observation. » -from Chapter 1

In The Empty Cage, the highly regarded Italian literary critic Carla Benedetti explores the question: What is an author? Expanding Foucault’s arguments beyond literary discourse into art, film, performance, and industrial design, Benedetti maintains that the author carries out a historical function, integrally connected to the modern system of artistic production and of esthetic evaluation. In the modern period, she says, any object can be considered a work of art, on the supposition that it has been produced by an author. Her book, far from being an attempt to reclaim authorial intention as essential, proposes an original theory that shows how the author, in the form of author-images and even logos, has become an important link in the modern system of artistic communication.

Discussing authors who include Borges, John Cage, Calvino, Duchamp, Proust, and Cindy Sherman, Benedetti addresses the principal aesthetic problems of modernity, showing how late modernity approached and refashioned them. She suggests that the author has become metaphorically a diagnostic expression of all of modernity’s maladies, that part of a sick organism into which all symptoms of the illness converge. Thus she sees the author’s death (and with it postmodernity as a whole) as a great ‘work of mourning’ produced by a tired Western modernity; a mourning for what it no longer believes to be possible: that is, to grow and to generate.

About the author:

Carla Benedetti is Professor of Italian and Theory of Literature at the University of Pisa and Recurrent Visiting Professor, New York University. She is the author of Il tradimento dei critici and Pasolini contro Calvino. William J. Hartley has published and translated various texts related to the work of Antonio Gramsci and Italian culture. He teaches ESL to adult immigrants in Chicago.

Url de référence : http://www.cornellpress.cornell.edu/

Rencontres internationales : « Idéologie et stratégies argumentatives dans les récits imprimés de grande consommation »

Rencontres internationales 2006-2007 : « Idéologie et stratégies argumentatives dans les récits imprimés de grande consommation. XIXème XXIème siècles »

Depuis la querelle fondatrice du roman-feuilleton dans les années 1840 et tout au long de l’expansion de la culture médiatique, la gratuité insane des récits dédiés au divertissement du grand public a constamment été dénoncée par les élites de tous bords. Stigmatisés comme « poison pour les âmes » ou « opium du peuple », détournant tour à tour du salut, de la conscience civique ou de la conscience de classe, les romans populaires, les publications sérielles « de hall de gare », les périodiques jouant du sensationnel, les romans-photos, les digestes, les comics , ont été durablement suspectés d’imposer subrepticement un prêt à penser / prêt à rêver. Les récit imprimés de grande consommation, qu’ils soient explicitement fictionnels ou s’inscrivent dans un entre-deux problématique entre fabulation et référentialité documentaire comme le fait divers, le reportage, ou le discours d’information scénarisé ont pu dès lors être désignés, et parfois étudiés, comme un instrument de dressage culturel, au service d’une domination idéologique dont les « industries culturelles » constitueraient des vecteurs aussi efficaces qu’aimables. Puisqu’ils recyclent le « discours social » et ipso facto le confortent et l’enrichissent, les récits de grande diffusion ont pu donc être crédités d’une indéniable dimension argumentative, qui imprégnerait les imaginaires individuels et modèlerait l’imaginaire collectif en enserrant le lecteur dans les rets de la sérialité doxique et des stéréotypes. Des travaux divers permettent d’étayer cette analyse, sur le récit sentimental (Michèle Coquillat, Anne-Marie Dardigna), sur le roman d’espionnage (Erik Neveu, Paul Bleton), sur les comics (Umberto Eco sur Superman), sur les récits de crime à la Belle Epoque (Dominique Kalifa), ou encore sur les grands récits médiatiques contemporains tels que les analyse l’Observatoire du Récit Médiatique de Louvain.

Prenant acte de ce potentiel argumentatif, divers réseaux militants ont par ailleurs de longue date tenté de mobiliser le pouvoir captateur et la force persuasive du récit pour les mettre au service de leurs entreprise d’éducation populaire et/ou de leurs stratégies d’édification : dès le coeur du XIXème siècle, les catholiques ont ainsi engagé une contre-offensive résolue contre la « littérature industrielle » en lui opposant des fictions bien-pensantes visant un large public fraîchement alphabétisé, tandis que Hetzel diffusait la bonne nouvelle progressiste et scientiste dans son Magasin d’éducation et de récréation. Comme l’a montré Jean-Claude Vareille, l’école de la Troisième République, pour construire l’unité nationale et former le citoyen, a également eu recours dans ses manuels que l’on songe au Tour de la France par deux enfants , à des ressorts romanesques et à des dispositifs rhétoriques comparables à ceux du roman populaire de l’époque. Si l’on peut porter aujourd’hui sur ces textes prescriptifs et normatifs un regard critique et/ou ironique, leur floraison n’en témoigne pas moins des homologies entre l’idéal-type du récit exemplaire tel qu’a pu le théoriser Susan Suleiman et le modèle poétique paralittéraire proposé naguère par Daniel Couégnas : redondance, pansémie, primat accordé aux fonctions phatique et conative, axiologie dualiste et univoque, propension à la stylisation des personnages et à la stéréotypie.

En bref, beaucoup d’indices concordent pour attester que les récits imprimés de grande consommation, qu’ils relèvent apparemment du seul paradigme de la lecture de loisir et de détente/évasion ou qu’ils affichent plus ou moins ouvertement leur visée didactique, intègrent à leur économie narrative une forte dimension argumentative, qui mérite d’être étudiée de manière approfondie.

Le centre de recherches sur les Littératures populaires et les Cultures Médiatiques de Limoges, partie prenante de l’EA 1087 « Espaces humains et interactions culturelles », se propose en conséquence d’organiser autour de ce chantier un cycle de rencontres internationales en 2006-2007.

L’objectif de ces trois temps de travail collectif, qui se tiendront en f évrier (2 et 3 février 2006) et novembre 2006 (17-18 ou 24-25 novembre) puis octobre 2007, est d’étudier de manière pluridisciplinaire la visée idéologique et la dimension argumentative des récits imprimés de grande consommation caractéristiques de la culture médiatique moderne et contemporaine.

Sans exclure d’autres perspectives, on pourra en particulier explorer – les modalités énonciatives, rhétoriques et pragmatiques et les « paliers » (Ruth Amossy) de ce dire narratif-argumentatif.
– la propension de certains genres ou sous-genres à porter l’accent sur cette dimension argumentative
– l’activation de cette même dimension par certains contextes socio-historiques (Construction conflictuelle de la démocratie moderne au XIXe ; expansion coloniale et désillusions post-coloniales ; Guerre froide ; processus de mondialisation)
– la façon dont ces manipulations idéologiques de l’écrit ont pu donner lieu, aux différentes périodes évoquées, à critique et polémique.
– la déclinaison différente de cette composante argumentative du récit selon la médiativité du support (fascicule, périodique, livre ), textuel ou icono-textuel.
– les modulations de l’argumentation, directe ou « oblique » , induites par la circulation transmédiatique des récits ( même si par nécessité pragmatique, pour ne pas trop embrasser, l’investigation restera centrée sur les récits imprimés).
– les phénomènes de captation, détournement, « récupération », à d’autres fins idéologiques ou esthétiques (et donc argumentatives) des productions populaires et médiatiques.
– les grandes scansions du processus culturel de longue haleine qui semble pousser la littérature moderne à occulter progressivement la part délibérative et persuasive de son discours au profit d’une narration généralisée du monde.
– La manière dont les lecteurs-récepteurs appréhendent cette dimension argumentative et s’y ajustent, entre consentement et sécession. On pourra qui plus est s’interroger sur la manière dont les cadres culturels et les présupposés de la réception actuelle (donc moins facilement discernables) interfèrent avec le déchiffrement des stratégies d’une époque plus lointaine.

Littéraires, historiens, linguistes, politistes, sociologues, spécialistes des médias et de la communication tous les chercheurs sans exclusives sont conviés à participer à ce projet.

Ayant mesuré les limites de la « forme-colloque », l’équipe du CRLPCM souhaite en effet expérimenter une autre formule de travail. Chaque rencontre se déroulera à Limoges sur trois demi-journées, qui seront organisées autour de quelques interventions de chercheurs invités pour leur compétence reconnue. Ces contributions, qui donneront lieu à des discussions collectives approfondies, seront délibérément peu nombreuses ( entre 6 et 8 à chaque rencontre du cycle).

Chaque rencontre fera l’objet d’un compte-rendu récapitulatif et prospectif, qui sera acheminé par liste de diffusion à tous les chercheurs, présents ou non à Limoges, qui se déclareront intéressés par l’entreprise. Par le même moyen d’une liste de diffusion gérée par le CRLPCM, des textes pourront aussi circuler tout au long du cycle, préparant ainsi les futurs débats de visu ou prolongeant les échanges précédents.

Un volume de la collection Médiatextes des Pulim a vocation à recueillir certaines de ces contributions, en privilégiant la concision et la cohésion de l’ouvrage. Tous les autres textes produits (exposés, comptes-rendus, éléments de discussion ) sont susceptibles d’être publiés par la revue électronique à arbitrage scientifique Belphégor, soutenue par la Coordination internationale des chercheurs en littératures populaires et culture médiatique.

Equipe organisatrice du Centre de recherches sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques : Jacques Migozzi, Myriam Boucharenc, Ellen Constans, Loïc Artiaga, Natacha Levet, Marc Guillaumie.

Pour tous renseignements et inscriptions sur la liste de diffusion :
jacques.migozzi@unilim.fr
loic.artiaga@unilim.fr
ou
Jacques Migozzi, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 39 E Rue Camille Guérin , 87 036 Limoges Cedex

Responsable : Centre de recherches sur les Littératures Populaires et les Cultures Médiatiques

Adresse : Jacques Migozzi, Faculté des Lettres et Sciences humaines, 39 E Rue Camille Guérin , 87 036 Limoges Cedex.

Séminaire : « Les mondes de l’écriture »

Le réseau des jeunes chercheurs en sociologie de l’art est heureux de vous présenter son deuxième séminaire:

« Les mondes de l’écriture »

Mercredi 16 mars 2005 Amphi MSH-Alpes
 
Domaine Universitaire de Grenoble, Avenue Centrale, 38040 Grenoble Cedex 09.

10h-12h
Sous la présidence de Soazig Hernandez

Hélène Hamon
Cancer et écriture de soi

Julien Grange
Le lu et l’écrit
Sociologie de l’esthétique et esthétique de la sociologie



14h-16h
Sous la présidence de Olivier Gratacap

Elodie Gauquelin
Les artisans du lisible
Regards sur les libraires grenoblois et leurs rapports au livre

Séverine Drevet
Le roman noir
Ecriture et engagement littéraire
 

Rens: Elodie Gauquelin, Secrétariat de la recherche en sociologie, Co Responsable grenobloise du réseau jeunes chercheurs en socioloigie de l’art.

elodie.gauquelin@upmf-grenoble.fr
04 76 82 56 48

Nouvelles parutions en littératures de masse

Ken Gelder, Popular Fiction. The Logics and Practices of a Literary Field, London & New York, Routledge, 2005, 192 pages.

 

 

A travers les oeuvres d’auteurs aussi divers que Walter Scott, Marie Corelli, Ian Fleming, J.K. Rowling, Stephen King, John Grisham, Michael Crichton, Anne Rice, Jackie Collins, J.R.R. Tolkien, Ken Gelder (Reading the Vampire)  présente la littérature populaire comme un champ littéraire et culturel spécifique en lien direct avec la logique et les pratiques de l’industrie du divertissement.

 

 

Collovald (A.), Neveu (E.), Lire le noir. Enquête sur les lecteurs de récits policiers, Paris, Bibliothèque publique d’information/Centre Pompidou, Coll. « Etudes et recherche », 2004.

Un livre sur cinq vendu en France est un policier. De Simenon à Cornwell, de Daeninckx, Jonquet ou Vargas à Mankell, Pears ou Camillieri, rares sont les lecteurs qui n’ont jamais fréquenté ces récits. À partir d’une quarantaine d’entretiens approfondis avec des lecteurs assidus, Annie Collovald et Erik Neveu tentent de comprendre les raisons d’un tel engouement. Quelle est aujourd’hui l’offre de récits policiers ? Comment se familiarise t-on à ce genre littéraire ? Quelles justifications, quels plaisirs les lecteurs invoquent-ils ? Quelle évasion peut bien offrir une littérature qui évoque le sang, la menace, souvent les frontières noires du monde social ? Et comment rendre compte des troublantes coïncidences entre les ruptures biographiques (mobilité sociale, drames personnels) vécues par bien des lecteurs et leur prédilection pour le polar ? Ni état des lieux du policier, ni carte d’Etat-major de ses publics, ce livre questionne une expérience singulière de lecture. Il met à jour, derrière l’apparente banalité de livres de détente, la diversité des investissements qui s’y réalisent, la manière dont le lire s’entrecroise à l’être, au vivre et au mal-vivre. Les histoires de crime, d’enquête ou de poursuites apparaissent alors comme des outils de gestion de son identité, des récits qui donnent sens et harmonie à un monde réel vacillant. En rendant visible cette capacité des genres policiers à cumuler les attraits des littératures de distraction, de savoir et de salut, cette recherche, qui accompagne au plus près la biographie et les pratiques des lecteurs, aide aussi à comprendre les raisons d’un succès et les cohérences d’un public pourtant bigarré.