Archives mensuelles : avril 2005

Vient de paraître: Les révélations humaines

Boucher, François-Emmanuël. Les révélations huamines. Mort, sexualité et salut au tournant des Lumières. Berne: Peter Lang, 2005, 281 pp.

Des Lumières aux romantiques, plusieurs écrivains ont transformé le christianisme en une religion du salut temporel. Qu’il s’agisse d’une volonté d’en détruire certaines parties (Voltaire, Helvétius, d’Holbach, etc.) ou de le dépasser (Leroux, Lamennais, Hugo, etc.), la plupart se réfèrent à ses dogmes comme paradigme argumentatif à partir duquel ils suggèrent une nouvelle explication du monde et proposent des transformations sociales inédites. Le but de ce livre est d’expliquer un paradoxe: avant 1789, les philosophes des Lumières n’ont jamais véritablement rompu avec le christianisme, tandis que les écrivains de la première moitié du XIXe siècle ne sont pas retournés aux fondements de la religion chrétienne. Loin de croire en une rupture radicale de l’argumentation avant et après la Révolution française, l’auteur s’interroge sur la persistance d’une même volonté d’améliorer les conditions de l’être humain qui se manifesteraient dans les différents discours de cette période.

Les pensées des philosophes des Lumières, des révolutionnaires, des romantiques, des réactionnaires et même des apologistes de la religion de l’humanité, sont-elles aussi incompatibles et disparates que le présente la critique depuis bientôt une quarantaine d’années? Serait-il possible de repenser ces courants philosophiques à partir d’une sacralisation de l’homme dont la finalité serait désormais temporelle?

Professeur au Département d’études françaises du Collège militaire royal du Canada, François-Emmanuël Boucher a effectué son doctorat (Université McGill) sur les origines des religions du salut temporel et sur la laïcisation du christianisme au tournant des Lumières. Il s’intéresse principalement au discours réactionnaire, à la transformation des phénomènes de belligérance dans l’Ancien Régime et à l’argumentation sur la paix perpétuelle en Europe.

L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980

L’Empreinte du social dans le roman depuis 1980, sous la direction de Michel Collomb, Publications de l’Université Montpellier III, 2005, 301 pages, 18 euros. Disponible au Service des Publications de l’Université Paul-Valéry, 34199 Montpellier Cedex 05 et en librairie.

 

Peut-on parler d’un « retour du social » dans le roman depuis 1980 ? Les communications réunies dans ce volume s’interrogent sur ce qui semble être une tendance de la nouvelle littérature : les romanciers contemporains manifestent un souci de la société plus marqué que leurs prédécesseurs et évoquent plus souvent et de façon plus précise les maux qui affectent les sociétés dans lesquelles ils vivent. Alors que le roman depuis Flaubert, Kafka et Joyce avait renoncé à se concevoir comme figuration et mode de connaissance de l’histoire sociale pour s’affirmer avant tout comme fait esthétique, il semblerait qu’il retrouve aujourd’hui sa vocation historico-sociale et que même des auteurs connus pour donner le primat à la forme et à l’expression littéraires, manifestent une curiosité sociologique plus aiguë, répondant à la complexification toujours plus grande des phénomènes sociaux. En se féminisant, en promouvant des écrivains venus de la périphérie, le roman contemporain donne accès à des expériences de vie beaucoup plus différenciées qu’auparavant. Son étude ne permettrait-elle pas de distinguer les linéaments d’une interprétation du social, spécifique au genre romanesque et fondée sur des repères, qui suivent désormais des clivages inédits et expriment un imaginaire social à nouveau très vivace ? Les études réunies dans ce volume traitent d’écrivains dont la notoriété s’est imposée depuis une vingtaine d’années : Jean Echenoz, Patrick Deville, Annie Ernaux, Pierre Bergounioux, François Bon, Hervé Guibert, Marie Redonnet, Sylvie Germain, Marie NDiaye, Michel Houellebecq, Antoine Volodine, Fred Vargas, Christian Oster, parmi les auteurs français, auxquels s’ajoutent des romanciers représentatifs des nouvelles tendances du roman à l’étranger comme Botho Strauß, Mounsi, Mehdi Charef, Kristien Hemmerechts, Russell Banks, Raymond Carver, Uwe Johnson, Bernhard Schlink, Hanif Kureishi, Renan Demirkan et Chang-rae Lee. Elles constituent les actes du colloque tenu à Montpellier, en février 2004, avec le soutien du Pôle universitaire européen de Montpellier, du Conseil général de l’Hérault et du Centre d’étude du xxe siècle de l’université Paul-Valéry.

 

Avec la participation de Bruno Blanckeman, Hélène Boisson, Elisa Bricco, Isabelle Charpentier, Stéphane Chaudier, Jeanne-Marie Clerc, Michel Collomb, Philippe Marty, Jochen Mecke, Marie-Élaine Mineau, Pascal Mougin, Annie Pibarot, Isabelle Rabadi, Anne Segura, Gérard Siary, Mirjam Tautz, Florence Thérond, Jean-Bernard Vray.

Colloque : « Figures de l’éditeur »

Figures de l’éditeur
Représentations, savoirs, compétences, territoires

Il s’agira d’abord d’étudier les représentations de l’éditeur, d’en saisir les modes de perception et leur diversité, d’éclairer ses évolutions au regard de l’histoire, des mutations économiques, sociologiques et techniques pour redéfinir aujourd’hui sa position dans l’espace public. Tout autant, la relation aux savoirs apparaît centrale dans une réflexion sur la figure de l’éditeur. La fonction médiatrice est-elle au coeur de la mission de l’éditeur ? Comment peut-on la définir, au croisement de facteurs intellectuels, politiques, économiques ou techniques, dans le jeu multiple des médiateurs en concurrence ? La question des compétences spécifiques et d’un « savoir éditer » porte avec elle l’idée de technicisation de la fonction dont il s’agira de mesurer le degré de réalité selon les secteurs de la production éditoriale. En ouvrant le champ de la réflexion, elle conduit aussi à examiner si l’évolution du travail de l’éditeur pourrait être précurseur de mutations du travail des personnels chargés de la conception et de la diffusion des nouveaux produits. Enfin, ces Figures de l’éditeur étant ancrées dans des espaces géographiques, linguistiques, sociaux, nous interrogerons le lien symbolique d’un pays, d’une région ou d’un bassin linguistique (comme celui de la francophonie) à leur secteur éditorial, au travers des politiques publiques, de l’identification de certaines maisons d’édition à un patrimoine socioculturel ou national, de la mondialisation des échanges.

Programme
Jeudi 19 mai

  • 8 h 30 Accueil
  • 9 h 15 Ouverture officielle du colloque
  • 9 h 30 Conférence introductive, Jean-Yves Mollier

 

9 h 45 Axe Représentations

  • Introduction, Bertrand Legendre
  • « Giangiacomo Feltrinelli éditeur militant: trajectoire individuelle et construction d’une figure mythique », Carmela Lettieri
  • « La Mort de l’éditeur ; le temps des auteurs. Envers d’une histoire de l’édition française », Jean-Louis Cornille
  • « De la culpabilité d’être marchand : duplicité de l’auteur-éditeur », Marie-Pier Luneau
  • « Figures d’éditeurs français après 1945 : habitus, habitus professionnel et transformation du champ éditorial », Hervé Serry
  • Débat (modérateur : Bertrand Legendre)

 

14 h 30 Axe Savoirs

  • Introduction, Roger Bautier
  • « De l’Atelier du Père Castor aux Yeux de la découverte : créativité éditoriale et médiation des savoirs dans l’édition du livre documentaire jeunesse », Julia Bonaccorsi, Daniel Jacobi
  • « L’éditeur de livres scientifiques de vulgarisation face aux ambiguïtés du projet vulgarisateur. Des médiations enchevêtrées », Dominique Cartellier
  • « La relation au savoir des éditeurs scolaires », Corinne Abensour
  • « L’éditeur encyclopédique, promoteur d’une politique de la connaissance ? L’Encyclopédie française et les enjeux de la vulgarisation », David Douyère
  • Débat (modérateur : Roger Bautier)

 

Vendredi 20 mai
9 h 30 Axe Compétences

  • Introduction : Christian Robin
  • « Du rêve d’éditer au métier d’éditeur », Paul-Henry Bizon
  • « Compétences de l’éditeur, entre tradition et innovation », Brigitte Juanals
  • « Lecture et interprétation ou le savoir-lire de l’éditeur », Brigitte Ouvry-Vial
  • « La machine éditrice, impacts de la composante technique dans la dissémination des pratiques éditoriales », Dominique Cotte.
  • Débat (modérateur : Christian Robin)

 

14 h 00 Axe Territoires

  • Introduction, Josée Vincent
  • « L’éditeur et les instructions ministérielles : l’histoire à l’école primaire, de Jean-Pierre Chevènement à Jack Lang», André Bendjebbar
  • « L’édition francophone dans les marges », Luc Pinhas
  • « Maçon Clément et Ulysse : l’éditeur comme figure mythique », András Kányádi
  • Débat (modérateur : Josée Vincent)

 

16 h 45 Conclusion

Informations complémentaires
Inscriptions et renseignements

Régine Cagnardi
Tél : 01 49 40 32 80
Fax : 01 49 40 20 43
E-mail : cagnardi@sic.univ-paris13.fr
Adresse postale :
UFR des Sciences de la communication
Université Paris Nord
Av Jean-Baptiste Clément
93430 Villetaneuse

Organisation
Bertrand Legendre, Christian Robin et le Groupe édition de l’université Paris 13

Comité scientifique

Roger Bautier (université Paris 13), Marie-Françoise Cachin (université Paris 7), Bertrand Legendre (université Paris 13), Pierre Moeglin (université Paris 13), Jean-Yves Mollier (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), Christian Robin (université Paris 13), François Rouet (ministère de la Culture), Emmanuël Souchier (ENST), Josée Vincent (Université de Sherbrooke).

Informations pratiques
Tarif

40 euros (repas compris) ; 20 euros (repas non compris)

Bulletin d’inscription en pièce jointe

Accès à l’université Paris XIII
Transport individuel : Autoroute A 1, depuis Porte de la Chapelle, sortie Saint-Denis – Enghien ; suivre le fléchage vers Villetaneuse, puis Université Paris XIII.
SNCF Gare du Nord, descendre à Epinay – Villetaneuse, puis bus jusqu’à Université Paris XIII.
Métro : ligne 13 jusqu’à Saint – Denis
Université, puis bus 356 vers Gare d’Enghien, arrêt Carnot (Université Paris XIII)

 
Date : jeudi 19 mai 2005 au vendredi 20 mai 2005
 
Contact : Régine Cagnardi (cagnardi@sic.univ-paris13.fr)
UFR des Sciences de la communication
Université Paris Nord
Av Jean-Baptiste Clément
93430 Villetaneuse

Colloque : « Formes et modèles de l’engagement littéraire »

Formes et modèles de l’engagement littéraire
Colloque international
Université de Lausanne
1, 2 et 3 juin 2005

Mercredi 1er juin 2005

9h00 – Ouverture du colloque

Session 1 – L’engagement aujourd’hui ?9h30 10h10
Dominique Viart « Fictions critiques »

 

10h10 10h50
Emmanuel Bouju « Le geste de l’engagement littéraire : actualités d’une éthique romanesque ? »

10h50 11h10
PAUSE

11h10 11h50
Sonya Florey « Littérature et engagement chez quelques écrivains contemporains »

11h50 12h30
Isabelle Pitteloud « L’écriture du fait divers comme forme d’engagement ? »

12h30 14h30
REPAS

14h30 15h10
Frédérique Leichter-Flack « Autour de Svetlana Alexievitch : le prix de l’engagement »

15h10 15h50

Jacques Dubois « Stendhal ou l’engagement dilettante »

15h50 16h10
PAUSE

16h10 16h50
Jacques Lecarme « Régime de responsabilité, régime d’irresponsabilité chez les écrivains »

Jeudi 2 juin 2005
Session 2

9h 9h40
Benoît Denis « Politiques de la littérature et imaginaires de l’engagement »

9h40 10h20
Gisèle Sapiro « Formes de politisation dans le champ littéraire »

10h20 -10h40
PAUSE

10h40 11h20
Marcel Burger « Les manifestes littéraires ou l’engagement scandaleux des avant-gardes : le cas des surréalistes »

11h20 12h
Hervé Serry « Formes de l’engagement des intellectuels catholiques »

12h 14h
REPAS

14h 14h40
Luc Rasson « Romain Gary ou l’engagement paradoxal »

14h40 15h20
Frank Schuerewegen « Penser les mots à fond : Proust »

15h20 16h
Laurent Adert « Engagement ? (Proust Sartre Proust) »

16h 16h30
PAUSE

16h30 17h30
Table ronde sur l’engagement avec Michel Contat

Vendredi 3 juin 2005
Session 3 Archéologie de l’engagement

9h 9h40
Jean-Claude Muehlethaler « La descente du poète dans le champ politique à l’aube des temps modernes : la découverte de « l’engagement » sous Charles VI »

9h40 10h20
Frédéric Tinguely « De l’engagement pré-moderne : polémique et polysémie chez Rabelais »

10h20 11h
François Rosset « Le groupe de Coppet et la fiction d’idées »

11h 11h30
PAUSE

11h30 12h10
Nelly Wolf « L’engagement dans la langue »

12h10 12h50
Etienne Barilier «Changer de monde, ou changer le monde ? »

13h
REPAS

Message de l’Atelier GIRAF : « Centre et périphérie »

« Tous les chemins mènent à »
Centre et périphérie en France et en Allemagne

Croisée des chemins et chemins de traverse, centre et périphérie : Ces oppositions conceptuelles sont généralement associées à des représentations spatiales, mais elles sont surtout des schémas fondamentaux de notre compréhension du monde. Utilisé comme outils méthodologiques ou comme modèles descriptifs, ces termes s’emploient dans les sciences culturelles, les sciences humaines, sociales, économiques, ou les sciences de la vie.

Au sein de ces contextes variés, ils ont cependant des acceptions différentes et soulèvent par là-même des questions : Quels sont les rapports entre exercice du pouvoir et centralisation ? Quelles sont les conceptions de l’espace qui intéressent les sciences dures modernes ? Comment les phénomènes de mode s’imposent-ils et comment naît le « bon goût » ? Quelles sont les forces à l’oeuvre dans la mise en place d’un canon esthétique (arts et littérature) ? L’avant-garde est-elle forcément à la marge ?

L’atelier se propose d’examiner les différents concepts et représentations liés à ces problématiques et de les mettre en perspective grâce à une approche interdisciplinaire.

Les participants (doctorants ou post-doctorants de tous les champs disciplinaires) auront l’occasion de confronter plusieurs conceptions de l’opposition centre / périphérie afin de voir dans quelle mesure elles peuvent varier entre la France et l’Allemagne, et, au-delà, ce qu’elles révèlent sur les schémas de pensée des deux pays.

Voici les thématiques autour desquelles s’articulera plus particulièrement la réflexion sur cette opposition :
– Champs d’action ;
– Théories de la connaissance ;
– Points de vue esthétiques ;
– Modèles des sciences dures ;
– Processus historiques.

L’atelier est organisé par le Groupe Interdisciplinaire de Recherche Allemagne France / Interdisziplinäre Forschungsgemeinschaft Frankreich Deutschland (GIRAF IFFD). Il aura lieu à Berlin les 17 et 19 novembre 2005.

Les intentions de communication (nom, adresse de l’auteur, titre de l’exposé, résumé d’une page maximum, document Word) peuvent être rédigées aussi bien en français qu’en allemand. Elles sont à envoyer (accompagnées d’un Curriculum Vitae) avant le 9.5.2005 à l’adresse suivante : Atelier_Giraf@yahoo.com.

Les contributions retenues seront mises en ligne avant le colloque. La durée des exposés sera limitée à 15 à 20 minutes, afin de privilégier la discussion. La participation au colloque requiert la maîtrise passive de l’allemand et du français, les communications et la discussion se faisant dans les deux langues.

Pour en savoir plus sur les activités de GIRAF-IFFD : www.giraf-iffd.org

Le comité d’organisation:

Myriam Geiser
J.-Gutenberg-Universität Mainz
Univ. de Provence – Aix-Marseille I

Gesa zur Nieden
EHESS Paris
Ruhr-Universität Bochum

Sindy Schmiegel
Universität Passau
Paris I

Sabine Seggelke
EPHE Paris
TU Dresden

Dominique Vogel
Paris III

Dietmar Wetzel
Friedrich-Schiller-Universität Jena
Guilhem Zumbaum-Tomasi
CMB Berlin/TU Berlin
Paris X

Responsable : GIRAF.-IFFD
Url de référence : http://www.giraf-iffd.org
Adresse : Sindy Schmiegel Wurzbacher Str. 37 a 07338
Leutenberg Allemagne.

Vient de paraître – Collection «Socius»

Brissette, Pascal, la Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2005, 410 p. Ill. ISBN : 2-7606-1978-8. (34,95 $ / 31 euros)

À quelle époque le malheur est-il devenu une des clés de la réussite pour les gens de lettres ? Quand les écrivains ont-ils commencé à comptabiliser leurs souffrances, puis à les étaler aux yeux du public et de la postérité ? Pourquoi s’est-on mis un jour à croire qu’un écrivain malheureux pouvait être plus vrai, plus authentique, en un mot plus génial, qu’un écrivain tout bêtement heureux ?

Cet ouvrage retrace les origines d’un mythe singulier, celui du poète maudit, que la plupart des critiques ont associé à la seule deuxième moitié du XIXe siècle. Pourtant, bien avant Verlaine ou Baudelaire, des hommes de lettres se sont constitué un «capital malheur» afin d’obtenir la sympathie d’un public sensible aux infortunes des grands hommes. Tout comme Jean-Jacques Rousseau, lui qui aimait dire qu’il avait la «célébrité des malheurs», des écrivains d’origine sociale diverse ont cru, avant le XIXe siècle, que leur persécution, leur pauvreté ou leurs maladies pouvaient s’avérer un excellent atout dans leur lutte pour accéder à la légitimité littéraire. C’est vrai d’inconnus comme Nicolas Gilbert et Victor Escousse, mais également de stars comme Chateaubriand et Hugo.

En analysant leurs stratégies, Pascal Brissette veut montrer que l’association des termes «valeur» et «malheur» n’est pas toujours allée de soi dans le monde des lettres. Il fut un temps où l’écrivain le plus riche, le mieux protégé, le plus adulé, était aussi, et tout naturellement, le plus grand et le plus génial. À une époque, la nôtre, qui croit encore trop souvent qu’un grand écrivain ne saurait être heureux, il faut dire que le mythe de la malédiction littéraire est historique, et qu’il aura une fin.

Tables des matières à http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html#brissette

Journée d’étude : « Sociocritique et sciences du langage »

Journée d’étude organisée autour du numéro de Littérature

Sociocritique et sciences du langage

Vendredi 13 mai 2005 à l’ENS
(24 rue Lhomond, Département de physique, 3e étage, salle T14)
 
9.30-10.00 : Ruth Amossy et Jacques Neefs : Introduction

Présidente de séance : Isabelle Tournier
10.00-10.30 : Henri Mitterand : Narrativité, démonstrativité, ambiguïté idéologique. A propos d’une nouvelle de Maupassant
10.30-11.00: Laurence Rosier : Articuler pratiques discursives et sociales : sociocritique ou analyse du discours ?

11.00-11.30 : Pause

11.30-12.00 : Dominique Maingueneau : Déplacer quelques frontières – A propos des lettres de Pascal aux Roannez
12.00-12.30 : Ruth Amossy : De la sociocritique à l’argumentation dans le discours

12.30-14.00 : Pause

Président de séance : Alain Viala
14.00-14.30 : Jacques Migozzi : Sociocritique, rhétorique, pragmatique : le cas Vallès
14.30-15.00 : Jérome Meizoz : Bouffon des Lettres ? La «posture» de Charles-Albert Cingria
15.00-15.30 : Delphine Denis : Logiques de la distinction : onomastique littéraire, régimes de lecture et sélection des publics au XVIIe siècle
15.30-16.00 : Eric Bordas : Stylistique et sociocritique

16.00-16.15 : Pause

Président de séance : Jacques Neefs
16.15-16.45 : Réponse de Claude Duchet
16.45-17.30 : Discussion générale

Colloque – « Victorian Periodicals and Politics « 

The Research Society for Victorian Periodicals will host its annual conference on the theme of « Victorian Periodicals and Politics » at George Washington University, Washington DC, September 15-18, 2005. Leslie Howsam, University of Windsor, will deliver the Michael Wolff Lecture on « Narratives and Editors: History and Historians in Victorian Periodical Research. » Sally Mitchell, Temple University, will deliver the Plenary Lecture on « Freedom to Write: Negotiating Editorial Politics. » Panel topics include art journals and criticism; fin-de-siecle journals; poetry, periodicals, and the imperial; religion and religious periodicals; women and their magazines; periodical authorship and audience; periodicals and political reform; national identities, imperial identities; feminist politics; dance, dining, music.

 

2005 Conference & Annual Meeting

 

Victorian Periodicals and Politics

September 16-18, 2005

The Morris & Gwendolyn Cafritz Foundation Conference Center

George Washington University

800 21st Street, NW

Washington, DC 20052

http://cafritz.gwu.edu/

(directions & parking info on their web site)

Printable Conference Flier

Help spread the word about RSVP! Download the printable conference flier in PDF format (89 kb), and share with your colleagues.

Registration

Conference registration information is coming soon! Kindly direct questions about local arrangements to Maria Frawley at MFrawley@gwu.edu.

Recommended Lodging

We have blocks of 40 rooms at two hotels: the George Washington University Inn and One Washington Circle. Both hotels are close to the Cafritz Conference Center, where most sessions will be held, and to the Foggy Bottom Metro station. The GWU Inn is closer to the Kennedy Center, while the Circle Hotel has better walking access to Dupont Circle. To ensure conference rates, bookings should be made by August 15.

George Washington University Inn

http://www.gwuinn.com/

Conference Rate: $139 per night

824 New Hampshire Avenue, NW

Washington, DC 20037

(800) 426-4455 booking line

(202) 337-6620

(202) 298-7499 fax

One Washington Circle Hotel

http://www.thecirclehotel.com/

Conference Rate: $149 per night

One Washington Circle, NW

Washington, DC 20037

(800) 424-9671 booking line

(202) 872-1680

(202) 785-6642 fax

Rooms arranged by David Thomas

557 Rome Hall

George Washington University

dwthomas@gwu.edu

(202) 994-2328

 

Tentative Conference Program

 

Friday, September 16:
9:00-10:30

I. Domesticity Commercialized and Professionalized

Alexis Easley, « The Politics of Domesticity: Periodicals, Tourism, and the Reconstruction of Carlyle’s House. »

Janet Tanke, « The Politics of Cooking: The Professionalization of the Culinary Art(s) in the Englishwoman’s Domestic Magazine and the Pall Mall Gazette. »

Tara Stern Moore, « Punch and the Construction of the Victorian Christmas. »

II. Art Journals and Criticism

Katherine Haskins, « The Politics of Praise: The Art Union, the Probe, and Early Victorian Art Journalism in Britain. »

Patricia de Montfort, « The Politics of the Art Review, 1860-1880: F. G. Stephens and Tom Taylor. »

Thomas J. Tobin, « The Politics of Small Victorian Art Periodicals. »
 

 
10:45-12:15

I. Socialism and Anarchism in Fin-de-Siècle Periodicals

Kabi Hartman. « ‘A Sort of Meeting Place’: Women’s Columns and the Making of Socialism in the Clarion and the Labour Leader. »

Morna O’Neill, « ‘Good Propaganda’: Walter Crane, the Periodical Press, and the Visual Culture of English Socialism. »

Elizabeth C. Miller, « Steal this Pen: Anarchist Women Writers and the Fin-de-Siècle Radical Press. »

II. Periodical Authorship and Audience

Ellen Jordan, « Using the ‘Burrows Method’ to Identify Authorship in Nineteenth-century Periodicals. »

Katherine Malone, « ‘The Byways of Literature’: Margaret Oliphant’s Periodical Reviews and the Politics of Audience. »

Meghan Mercier, « Uneasy in Household Words: Dickens’ Child’s History of England. »

12:30-1:45

Brown Bag Lunch Discussion: New Digitization Projects (Leader: Patrick Leary)

2:00-3:45

I. Periodicals and Political Reform

Michael Michie, « Tait’s Edinburgh Magazine and Political Reform in the 1830s. »

David Morphet, « ‘Keeping our Friends in the Right Course’: The Political Mission of the Quarterly Review, 1809-59. »

Sally Ledger, « That ‘Savage Little Robespierre!’: Douglas Jerrold and Popular Radical Journalism in the 1840s and 1850s. »

Janice Carlisle, « Punch and the Working Man. »

II. Fin-de-Siècle Journals

Anne Humpherys, « The Journals that Did: Writing about Sex in the 1890s. »

Lana Dalley, « Feminist Politics and the Radical Press: A Reading of Domesticity and Economics in The Malthusian, 1879-1885. »

Margaret D. Stetz, « ‘The Suspense Was Awful’: Gothic Horror and British Imperial Politics in the Wide Wide World Magazine. »

Laurel Brake, « Daily Politics and Monthly Fiction: ‘Journalism Fiction’ in the Review of Reviews. »

4:00-5:30

Plenary Lecture: Sally Mitchell, Temple University: « Freedom to Write: Negotiating Editorial Politics. »

 

Saturday, September 17:
9:00-10:30

I. National Identities, Imperial Identities

Francesca Benatti, « Editor in Action: Charles Gavan Duffy and The Nation, 1842-1848. »

Megan Ferguson, « Anima Celtica: What is The Evergreen in Scottish Nationalism? »

Michael de Nie, « Imperial Identities, the Press, and Victorian Politics. »
 

 

II. New Topics in Periodical Studies: Dance, Dining, & Music

Cheryl Wilson, « Politicizing Dance in Victorian Periodicals. »

Laura Vorachek, « Music and the Politics of Space in Punch. »

Andrea Broomfield, « The Politics of Dining Out: Negotiating the 1890s Restaurant Scene with Nathaniel Newnham-David and the Pall Mall Gazette. »

10:45-12:15

I. Poetry, Periodicals, and Imperial Politics

Kitty Ledbetter, « War Scares and Patriot-Soldiers: Tennyson’s Political Poetry in Victorian Periodicals. »

Sheshalatha Reddy, « ‘Queen of the Seas, Enlarge Thyself!’: Poetry and Politics, Empire and Expansion during the Jubilee. »

Chaudrika Kaul, « Victorian Periodicals and the Political Culture of Empire: A Case Study of the Indian Empire. »

II. Feminist Politics

Tracy Rosenberg, « The ‘Wicked Westminster‘ versus the Daily Telegraph: What ‘Marriage’ Meant to Victorian Society. »

Fran Baker, « Shrieking Sisters: Frances Power Cobbe, Eliza Lynn Linton, and Separate Spheres in Victorian Periodicals. »

Molly Youngkin, « ‘Independent in Thought and expression, Kindly and Tolerant in Tone’: Henrietta Stannard, Golden Gates, and Gender Issues in Fin-de-Siècle Periodicals. »

12:30-2:00

Lunch and Business Meeting

2:15-3:45

I. Religion and Religious Periodicals

Kathleen Vejvoda, « Catholic Emancipation and The Lady’s Magazine. »

Frank Wallis, « Anti-Catholicism in The Bulwark, or Reformation Journal. »

Jill Rappoport, « Salvation Army Periodicals: ‘Slum Sisters’ and the Colonization of ‘Darkest England.' »

II. Women and their Magazines

Kimberly J. Stern, « The Salonnière of the Westminster Review: George Eliot and the New Woman of Letters. »

Alberta Gabriele, « The Re-definition of the Public Sphere in Mary Elizabeth Braddon’s Belgravia, 1867-1876. »

Cheryl Cassidy, « Creating a Visual Record: Photographs of Women in Nineteenth-century Missionary Magazines. »

4:00-5:30

Wolff Lecture: Leslie Howsam, University of Windsor: « Narratives and Editors: History and Historians in Victorian Periodical Research. »

 

Sunday, September 19: 9:00-10:30

Teaching Roundtable
(Moderators: Teresa Mangum & Michelle Allen)

Rechelle Christie, « An Undergraduate American Literature and Identity Course Looks East to Great Britain. »

Jennifer Phegley and Lyndsey Magrone, « Politics, Periodicals, and Technology: Digitizing Charles Dickens’s Hard Times and Household Words for Classroom Use. »

Elizabeth Miller, « The Anarchic Archive: Teaching Radical Victorian Print Culture. »

Mark Turner, « Queering the Magazines. »
 

 

Presse, identités nationales et transferts culturels au XIXe siècle

PRESSE, IDENTITÉS NATIONALES ET TRANSFERTS CULTURELS AU XIXE SIÈCLE

COLLOQUE INTERNATIONAL, 17-19 MAI 2006, MONTPELLIER

Le XIXe siècle vit s’opérer, aussi bien en Europe que sur le continent américain, une transformation politique et culturelle profonde, qui bouleversa les histoires nationales considérées individuellement ainsi que les modes de relation entre les nations et entre les États. Jusqu’alors, les peuples paraissaient spectateurs d’un théâtre de l’Histoire dont les familles dynastiques ou les aristocraties étaient les protagonistes et où le dialogue entre les cultures se limitait au cosmopolitisme des élites ou aux arcanes de la diplomatie officielle. Désormais, le mouvement vient de la conscience que le « public » – notion désignant significativement aussi bien le peuple des citoyens que l’ensemble indifférencié des récepteurs-consommateurs de la production culturelle – prend de sa propre identité ainsi que des autres cultures nationales.

Ce mouvement, aux multiples implications politiques, économiques et culturelles, amorce la civilisation mondialisée qui est désormais la nôtre. Il a des causes profondes qui sont bien connues : d’une part la Révolution française et ses conséquences européennes, d’autre part et surtout la révolution industrielle qui, faisant partout émerger de nouvelles classes moyennes liées à la nouvelle prospérité économique, est un très puissant vecteur d’homogénéisation. Hors des limites européennes, l’émancipation politique et sociale des colonies a accéléré et généralisé cette transformation. On a beaucoup moins mesuré, en revanche, le rôle central joué par les médias – en l’occurrence, par la presse – dans cette révolution culturelle tranquille et continue : selon des rythmes et une chronologie qu’il reste à comparer d’un pays à l’autre ou d’un monde à l’autre – l’ancien et le nouveau -, le journal évolue et, en s’adaptant et en se modernisant, s’installe au coeur des espaces publics nationaux et d’un espace public international en cours de constitution. Une nouvelle hypothèse se fait ainsi jour. Ce serait dès le XIXe siècle que, à la sortie des crises et des révolutions politiques qui scandent le premier tiers du siècle, en Europe et en Amérique, s’édifierait ce pouvoir médiatique dont on parle aujourd’hui – mais un pouvoir qu’il ne faut pas tant penser comme moyen d’influence et d’action politique immédiat, suivant le modèle traditionnel de l’histoire politique, que comme instrument culturel de construction identitaire et d’échange intellectuel, artistique et littéraire.

Cette perspective, réunissant les questions de l’identité nationale et des transferts culturels, invite à aborder l’étude de la presse du double point de vue de l’histoire culturelle et de l’histoire littéraire. Elle doit conduire à étudier, par exemple, l’émergence ou le transfert grâce au périodique de formes et de genres littéraires nouveaux, le développement de pratiques culturelles originales, la constitution des identités culturelles ou leur diffusion, à l’intérieur ou à l’extérieur des espaces nationaux, les journaux apparaissant comme des passeurs privilégiés de culture, de littérature ou de savoir. Il sera parfois utile, surtout pour l’espace latino-américain, de pendre en compte la concurrence persistante de l’imprimé non périodique (brochures, libelles?), ainsi que les interférences, presque constantes au cours du XIXe siècle, entre la culture de l’imprimé et une actualité politique toujours brûlante et mouvementée.
*

C’est sur cette problématique, résolument internationale, que portera le Colloque international qui se tiendra à Montpellier, les 17-20 mai 2006, à la suite d’un premier colloque consacré au domaine français, dont les Actes viennent d’être publiés (Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde éditions, 2005). Trois ères géographiques seront en particulier privilégiées (l’Europe et le monde méditerranéen ; les États-Unis et le Canada ; l’Amérique latine), et le colloque sera donc organisé sous la responsabilité scientifique conjointe d’institutions représentant chacune de ces trois ères : le Centre d’études romantiques et dix-neuviémistes de Montpellier pour l’Europe et le monde méditerranéen ; les universités de Sherbrooke et de Montréal pour les États-Unis et le Canada ; l’institut Mora de Mexico pour l’Amérique latine. Les chercheurs intéressés sont donc invités à adresser leurs propositions (un titre et un bref texte programmatique) à l’une des adresses électroniques mentionnées ci-dessous en fonction de leur spécialité, ainsi qu’une copie au CERD de Montpellier, chargé de l’organisation matérielle du colloque.

AMÉRIQUE DU NORD (Canada et États-Unis)
CRILCQ-Montréal, université de Montréal : Micheline CAMBRON (cambronm@etfra.umontreal.ca).
GRELQ, université de Sherbrooke : Jacques MICHON (Jacques.Michon@Usherbrooke.ca).

AMÉRIQUE LATINE
Institut Mora, université de Mexico : Laura Suarez de la Torre (lsuarezt@hotmail.com).

EUROPE ET MONDE MÉDITERRANÉEN
CERD, université Paul-Valéry (Montpellier II) : Marie-Ève Thérenty (met@club-internet.fr) et Alain Vaillant (alain.vaillant@univ-montp3.fr).

Secrétariat du colloque : CERD, université Paul-Valéry (Montpellier III), route de Mende, 34199 Montpellier cedex 5, cerd@univ-montp3.fr.