Archives mensuelles : mai 2005

Autorité et légitimité du chercheur

Journées d’étude
« Autorité et légitimité du chercheur »
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris
3-4 février 2006

Appel à contribution

L’université et les institutions savantes corollaires ont fondé et confirmé au cours du temps la légitimité de leur activité entre autres en affirmant leur qualité de gardiens de la vérité, présentant l’accession à cette dernière comme nécessaire à l’humanité. En effet, la recherche scientifique mène dans le meilleur des cas à une connaissance exacte et approfondie à caractère universel et objectif de la chose étudiée, à laquelle, par principe, le chercheur tente de parvenir, quel que soit son domaine d’étude, dans l’idée de contribuer au progrès de l’humanité sur les plans moral et technique.

Si ce principe n’a pas changé, on rencontre en revanche aujourd’hui de moins en moins de lettrés humanistes, embrassant d’amples matières, et dont l’entreprise forme l’oeuvre d’une vie. La tendance générale est aux spécialistes examinant une infime portion du vaste terrain d’exploration des chercheurs ou formant des groupes de recherche autour de thèmes aux perspectives trop larges pour être abordé en solitaire. En effet, bien que depuis une vingtaine d’années, les intérêts se portent souvent sur des approches pluridisciplinaires, il semble que le temps et l’argent manquent pour considérer, seul, les aspects multiples avec lesquels un objet d’étude peut être approché. Il n’est pas rare de faire appel à d’autres spécialistes, lorsque certains aspects de notre propre terrain d’exploration nous échappent. Encore plus aujourd’hui qu’hier, le chercheur s’appuie sur des autorités confirmées pour poser les jalons autour de son cercle restreint d’investigation. La question qui se pose est comment évaluer les résultats des autres spécialistes ? quel discours persuade et comment ? de quelles stratégies discursives et politiques, de quelles méthodes d’approche et fondements épistémologiques le chercheur se sert-il pour convaincre son auditoire de la véracité de ses analyses et conclusions ?

L’hypothèse de départ consiste à penser que des mutations d’ordre social, politique et métaphysique au XXe siècle ont bouleversé le paysage scientifique au point de saper les fondements (généralement positivistes du XIXe siècle) sur lesquels le chercheur individuel s’appuyait, plus ou moins consciemment et rigoureusement, pour donner autorité à ses résultats et à ses développements analytiques. Au cours du siècle, les courants de pensée, les méthodes d’approche et les objets d’analyse se sont diversifiés au sein même des disciplines, qui se sont par ailleurs renouvelées, démultipliées, fractionnées ou éteintes. Les procédés de légitimation du travail de recherche ont-ils changé avec ce nouveau contexte ? L’apparition de nouvelles technologies est venue révolutionner les pratiques de la communauté scientifique, accompagnées de questions sur leur propension à atteindre des résultats objectifs. De ces événements, il ressort une conscience épistémologique accrue, pénétrant les textes des chercheurs, entourant les résultats de leur recherche d’un ensemble de circonvolutions discursives et méthodologiques, parfois au point où l’intérêt pour la méthode prend le pas sur celui de l’objet d’étude.

Ces journées de réflexion s’adressent aux chercheurs de toutes disciplines confondues et de toutes les institutions. Elles ont pour objectif premier de créer un espace de discussion autour d’une question qui nous concerne tous et sur laquelle il est difficile, et donc rare, d’échanger in vivo entre matières, horizons géographiques, filiations savantes et échelons hiérarchiques.

Il est question d’aborder la discussion sous trois angles de vues différents :

1. par le témoignage des chercheurs sur leurs pratiques de recherche et leurs manières d’ « autoriser » leur travail ;
2. par une mise en relation de ces témoignages avec l’histoire plus générale des processus de légitimation au sein des disciplines ;
3. par une présentation des interprétations de plusieurs chercheurs sur un même objet défini à l’avance, pour une comparaison en temps réel des formules discursives et méthodologiques dont ils se servent pour étayer leur analyse.

Dans un premier temps, cet appel à contributions s’adresse aux chercheurs qui exposeront le cheminement de leurs investigations scientifiques.

Appel à contribution. Les pratiques de recherche.

Il s’agira d’entendre les intervenants sur la manière dont ils pratiquent concrètement leur recherche à l’heure actuelle et comment leurs résultats sont légitimés par des stratégies discursives et méthodologiques, des contextes de production et de réception, permettant d’« autoriser » leurs interprétations. L’objectif est de donner la parole à des chercheurs confirmés et débutants. Ils présenteront leur aisance ou difficulté à faire valider leurs analyses sur leur propre terrain d’étude, quel qu’il soit, en s’appuyant sur les questions suivantes :

– La méthodologie : en quoi les nouvelles technologies donnent-elles plus d’autorité aux résultats, comparées aux méthodologies plus anciennes ? Quelles méthodes sont validées, par qui et pourquoi ?

– Les modalités du travail en équipe : comment travaille-t-on ensemble sur un même sujet, par exemple, dans une étude pluridisciplinaire ? Qui se porte garant des résultats au sein d’une équipe et comment ?

– La recherche pluridisciplinaire : comment aborde-t-on une étude pluridisciplinaire seul ? quelle crédibilité le chercheur peut-il acquérir lorsqu’il effectue une recherche pluridisciplinaire dans des matières pour lesquelles il n’a pas suivi le cursus d’étude complet ? Quelles conditions faut-il remplir pour être un spécialiste dans une matière ?

– Les disciplines récentes et les sujets actuels ou inhabituels : par quels processus de justification autorise-t-on une étude dans une discipline récente, par exemple les études cinématographiques ou psychanalytiques ? Doit-on, et comment, justifier différemment un objet d’étude actuel ou inhabituel de son corollaire plus traditionnel ?

– Objectivité et subjectivité : par quels moyens le sociologue défend-il un discours général, par exemple sur un groupe sociologique, à partir de propos recueillis chez un échantillon de population ? Dans toutes les matières, en quoi certaines méthodes, plus que d’autres, portent le sceau de l’objectivité ?

– Les distinctions hiérarchiques : quelle importance requiert l’échelon hiérarchique et l’institution du chercheur dans le processus d’autorisation ?

– La transmission : les stratégies discursives d’autorisation changent-elles, et comment, selon le public auquel on destine son propos ?

Pour que la discussion sur le sujet puisse évoluer et s’approfondir, ces journées d’étude s’inscrivent dans l’ambition plus large de former, à la suite de cette première rencontre de février 2006, un réseau de chercheurs, délocalisé et pluridisciplinaire, soucieux de collaborer activement au développement de ces réflexions sur les modalités de travail du chercheur, sur son rôle social et sur l’autorité de ses propos. Une publication avec la contribution des intervenants est projetée, dont la forme et le contenu seront organisés à partir des pistes lancées durant le colloque.

Modalités d’inscription

Les propositions de communication ne doivent pas dépasser les 400 mots. Elles seront accompagnées d’une brève présentation du parcours de recherche effectué jusqu’ici (max. 200 mots), en spécifiant notamment les coordonnées complètes (incluant une adresse électronique), le domaine d’étude, l’université d’appartenance et le sujet de recherche actuel.

Veuillez envoyer vos candidatures à l’adresse suivante, au plus tard le 1er juillet 2005 :

ECOLE DES HAUTES ETUDES EN SCIENCES SOCIALES
A l’attention de Mme Anika Disse
G.A.H.O.M.
Bureau 807
54, Bd Raspail
75006 PARIS

ou à l’adresse électronique suivante (et pour toute question) : colloque_ehess2006@yahoo.fr

Les propositions de communications seront sélectionnées dans le courant de l’été.
Les réponses seront envoyées au plus tard le 1er septembre 2005.

Comité scientifique
Anika Disse, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.
Colin Lemoine, Université de la Sorbonne, Paris I.
Thomas Parisot, Université de la Sorbonne, Paris-IV.

Organisation
Anika Disse, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris.

The Reading Nation in the Romantic Period

William St Clair, The Reading Nation in the Romantic Period

 

University of Cambridge

Hardback

 

(ISBN-10: 052181006X | ISBN-13: 9780521810067)

 

Published August 2004 | 796 pages | 235 x 160 mm $150.00 (C)

 

Most people believed that reading significantly influenced minds, attitudes, and actions during the centuries when printed paper was the only means by which texts could travel across time and distance. William St. Clair offers a very different picture of the past from those presented by traditional approaches through quantified information he provides on book prices, print runs, intellectual property, and readerships gathered from over fifty publishing and printing archives.

 

Contents

 

Illustrations; Tables; Acknowledgments; Abbreviations; 1. Reading and its consequences; 2. Economic characteristics of the printed book industry; 3. Intellectual property; 4. Anthologies, abridgment, and the development of commercial vested interests in prolonging the obsolete; 5. The high monopoly period in England; 6. The explosion of reading; 7. The old canon; 8. Shakespeare; 9. Literary production in the romantic period; 10. Manufacturing; 11. Selling, prices, and access; 12. Romance; 13. Reading constituencies; 14. Horizons of expectations; 15. ‘Those vile French piracies’; 16. ‘Preparatory schools for the brothel and the gallows’; 17. At the boundaries of the reading nation; 18. Frankenstein; 19. North America; 20. Reading, reception, and dissemination; 21. The romantic poets in the Victorian age; 22. The political economy of reading.

Vient de paraitre

Benoît Melançon (édit.), le Savoir des livres, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2005, 126 p. 74 illustrations sur papier glacé. ISBN : 2-7606-1980-X. (34,95 $ CDN)

==========

Table des matières

«Avant-propos»
Nicole Cardinal, Jean-Pierre Côté et Antoine Del Busso
p. 5-6

«Qu’est-ce qu’un livre savant ?»
Benoît Melançon
p. 9-39

«Avatars et renaissances du livre savant»
Christian Vandendorpe
p. 43-67

«Revues savantes : quel avenir ?»
Michel Pierssens
p. 71-93

«Trames et caractères de la culture de l’imprimé au Québec et au Canada aux XVIIIe et XIXe siècles»
Yvan Lamonde
p. 95-118

«Notes»
p. 119-120

«Bibliographie»
p. 121-126

==========

Quatrième de couverture

Nous sommes entourés de livres savants. Les encyclopédies, les dictionnaires, les manuels sont en effet partout, des librairies aux bibliothèques, chez soi comme au travail. Internet aurait même accru leur nombre, s’il faut en croire les apôtres du tout-numérique. Les livres spécialisés ne seraient donc plus réservés aux seuls spécialistes.

Mais qu’est-ce qu’un livre savant ? Diderot et D’Alembert, avec leur Encyclopédie, avaient-ils conçu le livre savant par excellence ? En quoi se distinguait-elle des travaux de précurseurs comme Fontenelle ? Le savoir que vulgarise Louis Guillaume Figuier au XIXe siècle est-il le même que celui qui envahit les pages des Particules élémentaires de Michel Houellebecq, voire celles du Da Vinci Code de Dan Brown ? Plutôt qu’un seul livre savant, il en existe de multiples formes, toutes historiquement déterminées.

Les auteurs du Savoir des livres se sont interrogés sur cette histoire. Ils ont voulu comprendre quelle a été l’évolution de la publication scientifique, de l’imprimé à Internet. Ils ont rencontré sur leur chemin des revues et des bases de données, des imprimeurs et des hommes de lettres, des savants et des vulgarisateurs. Ils se sont intéressés au statut des images dans la diffusion des connaissances. Ils se sont même demandé ce qu’était l’avenir du livre savant.

Ils ont surtout voulu rendre hommage à ces formidables machines que sont les livres.

==========

Le Savoir des livres paraît dans le cadre des activités du Printemps du livre savant : http://www.pum.umontreal.ca/evenement_printemps.html.

Il est accompagné d’une exposition virtuelle visible à http://www.bib.umontreal.ca/CS/livre-savant/index.html.

La contribution de Benoît Melançon, «Qu’est-ce qu’un livre savant ?», peut y être téléchargée : http://www.bib.umontreal.ca/CS/livre-savant/livre-savant/benoit_melancon.pdf.

Site Web des Presses de l’Université de Montréal : http://www.pum.umontreal.ca/.

Page Web du livre : http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/savoir.html

Revue Marges linguistiques, 9, mai 2005

Revue internationale en Sciences du Langage Marges Linguistiques
Numéro 9 – Mai 2005 : http://www.marges-linguistiques.com

Cher(e)s collègues,

Le numéro 9 de la Revue électronique gratuite en Sciences du Langage Marges linguistiques est désormais disponible à : http://www.marges-linguistiques.com

Tous les articles sont librement téléchargeables à la rubrique « Sommaire du dernier numéro ».
_____________________________________________________
1- Thématique du numéro 9 de Marges Linguistiques
_____________________________________________________

Analyse du discours – État de l’art et perspectives
Sous la direction de Dominique Maingueneau, CEDITEC, Université Paris 12, France
Numéro accompagné par Daniel Véronique, Paris 3, France

_____________________________________________________
2- Au sommaire du numéro 9 de Marges Linguistiques
_____________________________________________________

Les articles du numéro 9
********************

Pour télécharger ces textes, rendez-vous à
http://www.marges-linguistiques.com

01- L’analyse du discours et ses frontières
Par Dominique Maingueneau, CEDITEC, Université Paris 12, France

02- Critical discourse analysis [L’analyse critique du discours]
Par Norman Fairclough, Lancaster University, United Kingdom

03- Où va l’analyse du discours ? – Autour de la notion de formation discursive
Par Jacques Guilhaumou, École Normale Supérieure, Lettres et Sciences Humaines, Lyon, France

04- La part de l’énonciateur dans la construction interactionnelle des points de vue
Par Alain Rabatel, IUFM de Lyon, ICAR, UMR CNRS 5191, Université Lyon 2, France

05- Dis-moi avec qui tu dialogues, je te dirai qui tu es – De la pertinence de la notion de dialogisme pour l’analyse du discours
Par Jacques Brès et Aleksandra Nowakowska, Université Paul Valéry – Montpellier III, Praxiling, F.R.E. CNRS 2425, France

06- L’analyse de discours et ses corpus – À travers le prisme du discours rapporté
Par Laurence Rosier, Université Libre de Bruxelles, Belgique

07- Analyse conversationnelle, analyse de discours et interprétatition des discours sociaux : le cas de la radio de confrontation
Par Diane Vincent, Université Laval, Canada

08- L’organisation informationnelle du discours de vulgarisation scientifique
Par Cristina Alice Toma, Université de Genève, Suisse

09- Oui non, une pratique discursive sous influence
Par Virginie André, CRAPEL – Université de Nancy 2, France

10- Modes d’appropriation topiques et structuration d’un genre : la consultation psychologique radiophonique
Par Véronique Magaud – Auteure indépendante, Aix en Provence, France

11- La désignation des acteurs dans un discours de justification : Jacques Chirac et le conflit de l’Irak
Par Clara Ubaldina Lorda Mur, Université Pompeu Fabra, Barcelona, Espagne

12- O et Oh : une graphie entre langue et genres de discours
Par Yana Grinshpun, UPRES SYLED, EA 2290, Université de Paris 3, France

Pour télécharger ces textes, rendez-vous à
http://www.marges-linguistiques.com

Les comptes rendus d’ouvrages :
*************************
Pour télécharger ces textes, rendez-vous à
http://www.marges-linguistiques.com

13- L’expression gestuelle de la pensée d’un homme politique
Par Geneviève Calbris. Paris : CNRS Éditions, 2003
Compte rendu critique de lecture par Hugues de Chanay
Université Lumière, Lyon 2, France

14- Les modèles du discours face au concept d’action
Cahiers de Linguistique Française, N° 26, 2004
Compte rendu critique de lecture par Beatrice Fracchiolla
Université de Toulon, France

15- L’effacement énonciatif dans les discours rapportés
Langages, N° 156, décembre 2004 – Alain Rabatel (coord.).
Compte rendu critique de lecture par Michèle Monte
Université de Toulon, France

16- Les mots et leurs contextes
Par Fabienne Cusin-Berche. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2003
Compte rendu critique de lecture par Véronique Magaud
Auteure indépendante, France

17-Essais de Linguistique. La Langue est-elle une invention des linguistes ?
De Louis-Jean Calvet. Paris : Plon, 2004
Compte rendu critique de lecture par Méderic Gasquet Cyrus
Université de Provence, France

18- Droit de réponse de Jean Sibille
DGLFLF, Ministère de la Culture, France

19- En mémoire de Jacques Derrida
Par Francesca Manzari, Université de Provence, France

Pour télécharger ces textes, rendez-vous à
http://www.marges-linguistiques.com
_____________________________________________________
3- Diffusion
_____________________________________________________

Le site internet et La revue Marges Linguistiques, qui s’adressent prioritairement à l’ensemble des chercheurs, praticiens, étudiants, concernés par les questions s’inscrivant dans le champ des sciences du langage, peuvent également intéresser un public plus large ; c’est pourquoi nous vous serions extrêmement reconnaissants de bien vouloir retransmettre cette annonce électronique intégralement à un nombreimportant de personnes qui pourront par suite, faire de même.

Grâce à vos efforts de diffusion, nous pouvons espérer toucher rapidement un très large public et nous vous en remercions par avance.

Bonne visite du site de Marges Linguistiques :
http://www.marges-linguistiques.com

Merci d’avance pour vos commentaires et suggestions ainsi que pour la diffusion de la présente annonce.

Directeur : Michel Santacroce
Université de Provence, chercheur associé Cnrs, UMR 6057, France
dirpubl@marges-linguistiques.com

Mai 2005

Pour vous abonner à ce groupe, envoyez un email vide à inscriptions.ML@wanadoo.fr

Pour vous désabonner de ce groupe, envoyez un email vide à abonnements4_ML-unsubscribe@yahoogroupes.fr

Liens Yahoo! Groupes

Pour consulter votre groupe en ligne, accédez à : http://fr.groups.yahoo.com/group/abonnements4_ML/

Pour vous désincrire de ce groupe, envoyez un mail à : abonnements4_ML-desabonnement@yahoogroupes.fr

L’utilisation de Yahoo! Groupes est soumise à l’acceptation des : http://fr.docs.yahoo.com/info/utos.html

Colloque sur l’Inde

Sarga Moussa (CNRS), Christian Petr et moi-même organisons un colloque sur la représentation de l’Inde dans la littérature française et les littératures européennes (XVIIIe-XXe siècles) à l’Ecole Normales Supérieure Lettres & Sciences Humaines de Lyon les 2, 3 et 4 juin prochains. Le colloque se tiendra dans la salle F 08. L’entrée est gratuite. Vous êtes tous cordialement invités. Je fais suivre la note d’intention et le programme du colloque.

Adresse :
Ecole Normale Supérieure Lettres & Sciences Humaines
15, Parvis René Descartes
69 366 Lyon Cedex 07

Guillaume Bridet
Tél : 01 42 33 39 12
E-mail : g.bridet@free.fr

NOTE D’INTENTION

Ce colloque, qui vise un public essentiellement constitué de chercheurs, d’enseignants chercheurs et d’étudiants, s’inscrit d’abord dans le cadre institutionnel d’un renforcement des liens entre l’Ecole Normale Supérieure Lettres & Sciences Humaines, la Société internationale d’étude des littératures coloniales (SIELEC), le Centre de recherches Littérature, idéologies, représentations (LIRE) et le Centre d’études en rhétorique, philosophie et histoire des idées, de l’Humanisme aux Lumières (CERPHI). Il présente en outre l’intérêt d’être ouvert à plusieurs disciplines et favorise, à ce titre, l’interdisciplinarité, en même temps qu’il contribue à rassembler des enseignants chercheurs oeuvrant habituellement dans des domaines séparés : Littérature française, Littérature anglaise ou Linguistique.

Ce colloque s’inscrit enfin dans le cadre des célébrations du cinquantième anniversaire de la rétrocession des comptoirs français à l’Inde à la suite de la signature des accords du 11 octobre 1954 à Delhi. Il est de ce point de vue l’occasion de reconnaître l’importance ancienne mais aussi nouvelle de l’Inde sur la scène politique internationale et dans le monde économique d’aujourd’hui, en même temps que de souligner les liens puissants d’amitié et de culture qui unissent l’Inde, la France et l’Europe.

Si les ouvrages sur la présence de l’Inde dans la littérature française ne manquent pas en France, on peut cependant faire trois remarques : la première est qu’ils n’atteignent pas le nombre extrêmement important des études qui sont consacrées de l’autre côté de la Manche à la présence de l’Inde dans la littérature anglaise ; la seconde est qu’ils sont également largement moins nombreux que les études consacrées en France même à la présence d’autres espaces orientaux comme l’Indochine, l’Afrique du Nord ou même le Japon et la Chine ; la troisième et dernière est qu’ils sont rarement le fait de chercheurs en littérature. Si l’on excepte L’inde des romans de Christian Petr et Quand la France découvrit l’Inde : les écrivains-voyageurs français en Inde (1757-1818) de Florence D’Souza, parus tous deux en 1995, les publications marquantes des vingt dernières années sont le fait d’indianistes dont la formation est celle d’historien, de sociologue ou d’anthropologue. C’est aux Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales que paraissent ainsi en 1988, sous la direction de Catherine Weinberger-Thomas, L’Inde et l’imaginaire, et en 1993, sous la direction de Denys Lombard, Rêver l’Asie. Exotisme et littérature coloniale aux Indes, en Indochine et en Insulinde ; c’est encore un indianiste de la même institution, Jackie Assayag, qui publie en 1999 L’Inde fabuleuse. Le Charme discret de l’exotisme français (XVIIe-XXe siècles) ; et Martine van Woerkens, qui publie en 1995 Le Voyageur étranglé. L’Inde des Thugs, le colonialisme et l’imaginaire, est elle aussi indianiste, cette fois à l’Ecole pratique des hautes études. On pourrait trouver toutes sortes de raisons, essentiellement historiques, à ces trois constats qui ont partie liée les uns avec les autres. Les écrivains français se sont certes intéressés à l’Inde, mais la France n’a pas colonisé durablement le pays et l’imaginaire de ses écrivains comme l’intérêt de ses chercheurs, contrairement à ce qui s’est passé en Angleterre, se sont tournés préférentiellement vers des espaces orientaux, sur le continent africain ou en Extrême Orient, que la colonisation ou l’histoire politique plus récente avaient rendu plus familiers. Un travail important reste donc à accomplir si nous nous tournons principalement vers l’Inde dans le cadre privilégié des études littéraires. Et d’autant plus que ce pays reste un territoire imaginaire mal singularisé par rapport aux autres territoires orientaux et que se pose également la question de la différence éventuelle de sa représentation dans les imaginaires nationaux européens. Notre projet est ici de partir d’une suggestion de Denys Lombard qui, notant dans son introduction à Rêver l’Asie l’importance des « articles-catalogues » dressant une liste de romans et des « articles monographiques » consacré à un seul auteur, formulait cependant un regret et ouvrait une nouvelle perspective d’étude : « Les articles « thématiques » sont beaucoup plus rares qui cherchent à suivre, au travers des différentes littératures, et en mettant en évidence les synchronismes, les avatars d’un même topos. Le champ qui s’ouvre au comparatisme est immense » .

C’est avec la perte de l’Inde par la France marquée par le rappel de Dupleix en 1754 et le traité de Paris de 1763 que l’espace indien prend véritablement son essor dans l’imaginaire français. La rivalité franco-anglaise qui gagne en importance à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle pousse en effet les Français à porter un vif intérêt à l’Inde et à l’envisager au moins autant pour elle-même que par rapport aux rapports de force en Europe. L’usage de l’Inde, de part et d’autre de la Manche, se singularise d’emblée en fonction d’intérêts politiques et idéologiques différents – ce qui n’interdit pas non plus le partage des préjugés communs propres aux pays européens en passe de se lancer dans l’entreprise coloniale : l’Inde pays de vieille civilisation et de sagesse ou l’Inde pays en déclin et du coup arriéré.

Si l’on considère la littérature française des XIXe et XXe siècles, la représentation de l’ailleurs géographique, historique, social et culturel que constitue l’Inde obéit majoritairement à ces deux lieux communs apparus au siècle précédent et promis à un bel avenir. Selon le premier, qui reproduit peu ou prou l’idéologie colonialiste, l’Inde participe de cet Orient décadent auquel s’oppose une civilisation occidentale devenue maîtresse du monde ; selon le second, qu’on pourrait qualifier de vision idéaliste, l’Inde constitue au contraire l’incarnation la plus aboutie de la spiritualité orientale et s’oppose alors à un Occident bassement matérialiste. Comment la littérature française investit-elle chacun de ces deux imaginaires, dans quel contexte et pourquoi ? On peut penser au premier abord qu’ils correspondent à deux usages de l’Inde bien différents : d’un côté, justifier l’entreprise de colonisation par la nécessité d’apporter le progrès à un pays arriéré ; de l’autre et au contraire, opérer la critique d’un Occident dont les valeurs auraient été dévoyées. Si l’Inde semble disparaître dans des imaginaires qui concernent finalement davantage la France qu’elle-même, on essayera moins de rétablir aux dépens des auteurs ce qui pourrait être la réalité indienne – sans doute insaisissable du fait même de sa grande diversité – que de déchiffrer la fonctionnalité spécifique à la fois idéologique et fantasmatique, sociale et individuelle, des différentes représentations auxquelles ce pays donne lieu.

On aura recours, pour préciser cette polarisation de l’imaginaire indien, à une démarche essentiellement comparatiste – et dans trois directions : comparaison dans le temps, entre les représentations de l’Inde dans les différents pays européens, entre les représentations de l’Inde et celles des autres pays orientaux. Y a-t-il une spécificité française de l’imaginaire suscité par l’Inde par rapport à celui suscité par d’autres pays d’Orient ou par rapport à celui qu’ont développé à son endroit d’autres pays européens et, en particulier, l’Angleterre ? Plus précisément encore, en quoi la représentation de l’Inde diffère-t-elle, selon qu’on a affaire à un écrivain français ou à un écrivain anglais, de celle de tel ou tel parmi les autres pays orientaux ayant ou pas subi la colonisation ? Tout en étant sensible à la circulation des représentations de l’Inde d’un pays d’Europe à l’autre par lectures interposées et en considérant donc avec prudence l’hypothèse d’une nationalisation des imaginaires, on sera particulièrement sensible à la chronologie et à une évolution possible entre la période de colonisation et un après Deuxième Guerre mondiale qui voit se multiplier les accès à l’indépendance, mais aussi au fait que le pays soit rapidement tombé aux mains de l’Angleterre et n’ait donné lieu à une entreprise coloniale française – et a fortiori hollandaise ou italienne – que de manière résiduelle. Il est probable que ce retrait français libéra la littérature nationale des débats suscités par les contraintes de l’administration coloniale et de la répression politique et contribua à faire de l’Inde le lieu d’une dérive imaginaire plus puissante que celles qui se développèrent en Angleterre ou qui furent occasionnées en France par d’autres territoires. On s’efforcera donc de mettre en oeuvre des comparaisons, d’un côté, entre l’Inde dans les littératures française et anglaise (mais aussi italienne, portugaise, etc.), de l’autre, entre l’Inde et d’autres espaces orientaux. Cela devrait permettre de dégager l’usage spécifique de l’Inde dans les imaginaires européens de l’Orient et, plus largement, de l’exotisme. Ces comparaisons, qui pourront être mises en oeuvre dans une même oeuvre, dans l’oeuvre d’un même auteur, entre différents auteurs de nationalités différentes ou de même nationalité, dans une revue, etc. constitueront autant de contributions à l’ébauche d’une cartographie et d’une histoire d’un imaginaire européen des peuples et des espaces.

PROGRAMME DU COLLOQUE

JEUDI 2 JUIN

13h30-14h00 : Accueil des participants dans la salle F 08

14h00-14h15 : Ouverture du colloque par le directeur de l’Ecole

14h15-14h30 : Introduction par les organisateurs du colloque

L’Inde au miroir des Lumières

Président de séance : François Moureau (Paris IV)

14h30-14h55 : Catherine Volpilhac (ENS Lettres & Sciences humaines) : Ex oriente lux ? L’Inde des Lumières

14h55-15h20 : Anthony Strugnell (Hull) : Textes et prétextes : réception et réécriture françaises des textes anglais sur l’Inde au XVIIIe siècle

15h20-15h40 : Discussion

15h40-15h55 : Pause

15h55-16h20 : Esther Kovács (ENS Lettres & Sciences humaines) : Les brames, dépositaires du savoir ? Une question au coeur des Philosophes

16h20-16h45 : Madeleine Pinault Sorensen (Musée du Louvre): La connaissance de l?Inde à travers les arts et la science au XVIIIe siècle

16h45-17h10 : Florence D’Souza (Lilles III) : Les représentations de l?Ouest de l?Inde selon James Tod (1782-1835)

17h10-17h35 : Discussion

VENDREDI 3 JUIN

Colonialisme et post-colonialisme

9h00-9h25 : Emilienne Baneth-Nouailhetas (Rennes 2) : De la mutinerie à la Révolte : quelques parcours de Cipayes entre anglais et français

9h25-9h50 : Alain Quella-Villéger (Poitiers) : D’un usage politique de l’Inde : le cas de Lucien Saigne (1847-1909)

9h50-10h15 : Guillaume Bridet (ENS Lettres & Sciences humaines) : D’une colonisation avortée à une colonisation rêvée : l’utopie coloniale de la France en Inde

10h15-10h45 : Discussion

10h45-11h00 : Pause

11h00-11h25 : Chinmay Guha (Calcutta) : Le dialogue de Romain Rolland et de Sylvain Lévi avec l’Inde

11h25-11h50 : Sarga Moussa (CNRS) : L’Inde de Nicolas Bouvier. Une expérience totale

11h50-12h10 : Discussion

L’Inde comme espace spirituel

Président de séance : Jean-François Durand (Montpellier III)

14h00-14h25 : Edgard Pich (Lyon II) : Leconte de Lisle et l’énigme « Bhagavat »

14h25-14h50 : Gérard Chalaye (Rennes I) : La quête spirituelle de Pierre Loti dans L’Inde (sans les Anglais) et Jérusalem

14h50-15h15 : Jean-Louis Meunier (Montpellier III) : Maurice Maindron : « Choses vues dans l’Inde du Sud »

15h15-15h45 : Discussion

15h45-16h00 : Pause

16h00-16h25 : Marion Duvauchel (Rouen) : Art, culture et sagesse : l’Inde et la « topique des sagesses » dans la philosophie de l’histoire de l’art de Jacques Maritain

16h25-16h50 : Olivier Penot-Lacassagne (Paris III) : Artaud, Daumal et les théâtres de l’Orient

16h50-17h10 : Discussion

SAMEDI 4 JUIN

L’Inde vue d’ailleurs

9h00-9h25 : Christian Petr (Avignon) : Nous avons fait un beau voyage : l’Inde de Francis de Croisset

9h25-9h50 : Agota Tekla Bù (Avignon) : Hermann Hesse et l’Orient

9h50-10h15 : Matteo Meschiari (Avignon) : L’Inde dans la littérature italienne du XXe siècle

10h15-10h45 : Discussion

10h45-11h00 : Pause

11h00-11h25 : Jean Sévry (Montpellier III) : « L’usage de la communauté indienne en Afrique du Sud : entre politique et littérature »

11h25-11h50 : Cécile Van den Avenne (ENS Lettres & Sciences humaines) : L’élément indien de la « créolité » : une construction identitaire fantasmée

11h50-12h15 : Dhana Underwood (Liverpool) : La Représentation de la femme indienne, « figure de l’Inde », dans l’opéra d’Albert Roussel, Padmâvatî (1923) et dans le roman d’Ananda Devi, Le Voile de Draupadi (1993)

12h15-12h40 : Françoise Genevray (Lyon III) : Bombay dans la fiction contemporaine

12h40-13h20 : Discussion

L’Inde et les autres espaces orientaux

Président de séance : Chinmay Guha (Calcutta)

15h00-15h25 : Frédéric Regard (ENS Lettres & Sciences humaines) : Ethnologie et autobiographie : l’Inde et l’Arabie de Sir Richard Burton

15h25-15h50 : Claude Rétat (CNRS) : L’Inde nourricière de Jules Michelet

15h50-16h15 : Jean-François Durand (Montpellier III) : André Chevrillon : le choc de l’Inde

16h15-16h45 : Discussion

16h45-17h00 : Pause

17h00-17h25 : Yves Clavaron (Saint-Etienne) : « Les Indes » et leur colonisation autobiographique : Multatuli (Max Havelaar, 1860), E. M. Forster (A Passage to India, 1924) et M. Duras (Le Vice-consul, 1965)

17h25-17h50 : Myriam Sunnen (Paris III) : « L’Ancien Orient de notre âme » : l’Inde de Malraux

17h50-18h10 : Myriam Sunnen (Paris III) : « L’Ancien Orient de notre âme » : l’Inde de Malraux

18h10-18h20 : Discussion et conclusion du colloque

Conférences de Howard S. Becker

« ECRIRE LES SCIENCES SOCIALES : 20 ANS  APRES »

Conférence par Howard S.BECKER

 

Vendredi 13 Mai 2005 à 10H

Amphithéâtre Séminaire du LAMES

Laboratoire Méditerranéen de Sociologie

Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme

5, Rue du château de l’horloge
–  BP.647 – 13094 Aix en Provence  Cedex 2

Téléphone : 04 42 V52 41 29   –  Fax : 04 42 52 43 70

 

Organisation :

Alain Guillemin

Bureau  130

TEL : 04 42 52 41 29

Courriel : guillemin@mmsh.univ-aix.fr

 

 

« DIALOGUE SUR LES NOTIONS DE MONDE ET DE CHAMP »

par Howard S.BECKER et Alain PESSIN

 

Lundi 16 mai 2005 à 16H. 

Amphi ARSH 1

 

Organisé par le Centre de Sociologie des Représentations et des Pratiques Culturelles de l’UPMF, Grenoble 2

 

La conférence sera suivie d’un concert dans ce même amphi: piano: Howard S. Becker ; Basse: Benoît Cancoin

 

 

Howard S. Becker est notamment l’auteur de : Les mondes de l’art et de Propos sur l’art.