Archives mensuelles : juin 2005

Annonce de parution

Antisémythes : l’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), actes du colloque international organisé par le Centre d’Histoire Contemporaine de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, l’Ecole française de Rome et l’Université de Trieste, 21-22-23 novembre 2002, sous la direction de Marie-Anne Matard-Bonucci, Préface de Pierre Birnbaum, Paris, nouveau monde éditions, collection Culture/Médias, mai 2005, 463 p. ill. (34 euros) ISBN 2-84736-104-9

L’antisémitisme n’est pas seulement une idéologie véhiculée par des partis politiques ou des militants fanatiques : il s’insinue dans les discours, les constructions scientifiques, la littérature, les images, les revues humoristiques pour atteindre un large public aux XIXe et XXe siècle. Les antisémythes s’enracinent, dès le milieu du XIXe siècle, sur le socle des stéréotypes issus du christianisme pour se perpétuer, moyennant d’étonnantes continuités, jusqu’à nos jours.

Cet ouvrage collectif d’histoire politique et culturelle analyse permanences, évolutions et transformations du discours antisémite. Il offre la matière d’une réflexion sur les mécanismes de circulation des stéréotypes et des images antisémites au-delà de la diversité des contextes socioculturels.

TABLE DES MATIÈRES

Remerciements (p.7)

Préface, Pierre BIRNBAUM (p.9)

Introduction

L’image et la représentation des juifs entre culture et politique (1848-1939), Marie-Anne MATARD-BONUCCI (p.13)

L’IMAGE DE L’AUTRE EN CONSTRUCTION

CONSTRUCTIONS RELIGIEUSES

– Racines chrétiennes et contribution catholique à l’essor de l’antisémitisme politique, Giovanni MICCOU (p.43)

– La représentation des juifs dans la première éducation religieuse (1848-1939), Isabelle SAINT-MARTIN (p.53)

– Pèlerins belges et français en Terre sainte (1850-1940) : témoignages de la montée de l’antisémitisme racial, Pierre SAUVAGE (p.69)

CONSTRUCTIONS SCIENTIFIQUES

– Pathologisation du juif et antisémitisme à la Salpétrière à la fin du XIXe siècle, Nicole EDELMAN (p.81)

– Entre fascination et répulsion: la place du discours sur les juifs dans les débats autour de l’anthropologie criminelle italienne (1880-1900), Jean-Yves FRÉTIGNÉ (p.95)

– Démographes français et italiens: la construction du concept de « race juive» des années vingt aux années quarante, Sandrine BERTAUX (p.107)

CONSTRUCTIONS SOCIALES ET POLITIQUES

– L’image des juifs et du judaïsme dans le discours antimaçonnique au XIXe siècle, Jean-Philippe SCHREIBER (p.131)

– Du philosémitisme d’Union sacrée à l’antisémitisme ordinaire : l’effet de la Grande Guerre, Annette BECKER (p.149)

– Ruralisme, paysannerie et antisémitisme en France (1890-1940), Edouard LYNCH (p.163)

– L’image du Juif et du Bourgeois dans la presse de gauche des années trente, Laurent MARTIN (p.177)

ENTRE FIGURE ET CARICATURE

PERSONNAGES

– Philosémitisme et préjugés dans l’oeuvre de Zola et de Balzac, Adeline WRONA (p.319)

– L’image des juifs dans les romans contemporains de l’affaire, Philippe ORIOL (p.333)

– La fille et le cupide : stéréotypes antisémites dans l’oeuvre de Maupassant, Noëlle BENHAMOU (p.343)

– Evolution de la figure du juif dans l’oeuvre littéraire de Barrès, Nadine GIRAUD (p.355)

– L’image des juifs dans la littérature italienne du romantisme au fascisme, Riccardo BONAVITA (p.363)

– L’image du juif dans l’oeuvre comique de Jean Drault, Jean-François TANGUY (p.373)

IMAGES

– La caricature comme élément du discours européen en Algérie (1830-1939), Geneviève DERMENJIAN (p.395)

– Les images des juifs dans la presse satirique illustrée et les cartes postales allemandes (1848-1914), Ursula E. KOCH (p.411)

– Une internationale antisémite des images? Je suis partout et le cas des caricatures, Valeria GALIMI (p.427)

– La caricature témoin et vecteur d’internationalisation de l’antisémitisme : la figure du« juif-monde», Marie-Anne MATARD-BONUCCI (p.439)

Liste des auteurs (p.459)

contact : http://www.nouveau-monde.net

Parution – « Production(s) du populaire »

Jacques Migozzi & Philippe Le Guern

PRODUCTION(S) DU POPULAIRE

Limoges, Presses de l’Université de Limoges, (Médiatextes), 2005, 448 pages

 

Migozzi, Jacques et Philippe Le Guern : Productions du populaire : repères et suggestions pour prolonger l’enquête

 

Produire pour le grand public

 

Jean-François Botrel « L’auteur populaire en Espagne au XIXe siècle »

Marie-Josée Des Rivières & Denis Saint-Jacques « Le magazine en France, aux États-Unis et au Québec »

Jerusa Pires Ferreira « La maison Joao do Rio de Savério Fittipaldi »

Jean-Pierre Bacot « Le moment 1864: la naissance du Journal illustré ou la rencontre tardive de l’actualité, de la gravure et du peuple »

Martin Barnier « Des films populaires français made in Hollywood »

 

Statut et  identité des producteurs populaires

 

Judith Lyon-Caen « Les Mystères de Paris et la production du peuple, 1842-1844 »

Ellen Constans «  »Ouvrières des lettres ». Les romancières populaires sous la IIIe République »

Claude Pollack « Écritures et écrivains populaires »

Sylvette Giet « Auteurs/producteurs, légitimité/illégitimité: deux dialectiques à l’oeuvre dans la création fictionnelle de Nous Deux »

Muriel Hanot « Entre contraintes médiatiques et exigences scientifiques: les figures d’auteurs des séries historiques belges »

Élodie Perreau « La fabrication des telenovelas au Brésil ou l’invention d’un genre brésilien »

Sonja De Leeuw « Pluralisme dans les productions populaires à la télévision néerlandaise »

Philippe Le Guern « Auteur populaire, une activité dévalorisante? Image de soi et rhétorique identitaire chez les scénaristes de séries télévisées »

 

Des supports…

 

Loïc Artiaga « Les catholiques et la littérature « industrielle » au XIXe siècle »

Annie Renonciat « Production du « populaire » dans l’édition pour la jeunesse (1910-1939). Types et contenus des publications, conception et fabrication des produits »

Sébastien Rouquette « Du débat populaire. Logiques de production télévisée »

Charles Grivel « De la couverture illustrée des romans populaires »

 

… et des genres

 

Diana Cooper-Richet « Du choix du sujet et de sa standardisation dans la production de romans populaires à la fin du XIXe siècle: le thème de la mine et des mineurs avant Germinal »

Myriam Boucharenc « Production(s) du reportage »

Paul Bleton « L’industrie de la guerre de papier »

Annik Dubied « S’inspirer des faits divers: comment et pourquoi? »

Natacha Levet « Le polar marseillais: de l’identité textuelle au phénomène éditorial »

 

Production(s) du populaire et regard(s) savant(s): quelles méthodologies? Quels enjeux théoriques?

 

Daniel Couégnas « Edgar Morin et l’industrie culturelle: pour revenir sur quelques problèmes des études paralittéraires »

Jean-Pierre Esquenazi « La production du populaire: écueils, principes, propositions »

 

Guido Baldi, « Eroi intellettuali e classi popolari nella letteratura italiana del Novecento »

Guido Baldi, Eroi intellettuali e classi popolari nella letteratura italiana del Novecento, Liguori Editore, 2005, 384 p., ISBN: 88-207-3780-9

Le indagini contenute nel volume, dedicate ad alcune delle opere più significative degli scrittori del Novecento italiano, si concentrano intorno a diversi nodi tematici: il personaggio dell’intellettuale dinanzi ai problemi proposti dall’affacciarsi della modernità in Italia tra fine Ottocento e primi del secolo successivo; il rapporto dell’intellettuale con la donna del popolo, che nella sua irriducibile alterità è il reagente che porta alla luce le sue contraddizioni, le sue impotenze, le sue mistificazioni; l’ipotesi problematica di una «funzione Verga» nella letteratura novecentesca, verificata su alcuni testi narrativi caratterizzati dalla presenza del mondo contadino e dall’impiego di un narratore di livello «basso»; l’esplorazione gaddiana del «barocco» nel Pasticciaccio come genesi di quell? «antiromanzo» che si sovrappone al romanzo di impostazione realistica, attraverso il deflagrare delle infinite spinte centrifughe e della pirotecnia linguistica.

 

Premessa
 

I. Eroi intellettuali e problemi della modernità

1. La Gioconda: arte, «dionisiaco dei barbari» e normalità borghese

1. L’artista tra normalità quotidiana e «dionisiaco dei barbari»; 2. Il dramma dell’artista nella modernità; 3. La moglie borghese: il dono e il possesso, la colpa e la punizione; 4. La dimensione spaziale.

2. Una vita: l’intellettuale fra «lotta» e «rinuncia » filosofica
 
1. La diversità del letterato e i «sogni da megalomane»; 2. Le frustrazioni sociali; 3. L’ingresso nella «lotta» e la conquista della donna; 4. La fuga dalla donna; 5. La fuga dalla città; 6. La «rinuncia» filosofica; 7. Il fallimento della «rinuncia».

3. Suo marito: «romanzo dell’artista» e rapporti col mercato

1. «Ognuno a suo modo»: la contrapposizione dei punti di vista; 2. Il percorso di Silvia: il distacco dal ruolo femminile tradizionale; 3. La scoperta della vocazione artistica; 4. La scoperta della comunicazione letteraria; 5. Una nuova forma di creazione; 6. La conquista dell’utonomia; 7. L’indagine umoristica sul «contrario».

4. Rubè: l’intellettuale declassato fra società industriale e conflitti del dopoguerra

1. Il narratore onnisciente e la parallissi; 2. Il caso e l’inconscio; 3. Il naufragio nella folla; 4. Il «senzanome».

II. L’intellettuale e la donna del popolo

1. Senilità: «malattia» e «salute»

1. Miti e maschere dell »inetto’; 2. La funzione straniante della donna del popolo.

2. Con gli occhi chiusi: i «misteriosi atti nostri»

1. Angelismo e moralismo dell’intellettuale; 2. La donna del popolo e il suo punto di vista; 3. L’impostazione del racconto.

3. La meccanica: vita «vera» e vita «finta»

1. La donna del popolo: opulenza carnale e natura irriflessa; 2. L’intellettuale: un?inversione dei ruoli; 3. La problematicità del romanzo.

4. La casa in collina: regressione infantile e azione nella storia

1. La fuga dalla guerra e dalla donna; 2. La collina e la regressione all’infanzia; 3. La donna, la socialità, la storia; 4. Il populismo; 5. Il nostos e le colline profanate.

5. La romana: alienazione e naturalità innocente

1. Accettazione e rifiuto dell’esistente; 2. Alienazione e ‘indifferenza’ dell’intellettuale; 3. L’impianto del ‘discorso’ e la problematicità del romanzo; 4. La saggezza della narratrice.

6. La ciociara: l’intellettuale pedagogo e l’educazione della popolana

1. La funzione straniante dell’ottica dal basso; 2. La maturazione della popolana e l’intellettuale come eroe positivo.

7. La noia: possesso borghese e donna cosificata

1. L’intellettuale tra «noia» e sofferenza; 2. Privilegio e maledizione dell’intellettuale; 3. La donna, allegoria e realtà.

III. Il mondo contadino: una ‘funzione Verga’ nel Novecento?

1. San Pantaleone: ottica dall’alto, barbarie contadina ed energia eroica

1. Guerra di santi: il narratore popolare; 2. Commedia e tragedia; 3. San Pantaleone: le «métaphores obsédantes»; 4. L?impostazione narrativa: ‘discorso’ e ‘storia’; 5. Pessimismo verghiano e celebrazione dannunziana della barbarie.

2. Fontamara: ottica dal basso, straniamento e comico antifrastico
 
1. Delega narrativa e intervento diretto dell’autore; 2. Ottica dal basso e comico antifrastico; 3. Lo straniamento; 4. Infrazioni al codice e sovrapposizioni dell’autore.

3. Paesi tuoi: viaggio di scoperta e focalizzazione sull’io-personaggio

1. La focalizzazione interna all’io-personaggio; 2. Il prologo; 3. Esplorazione e scoperta; 4. Viaggio alle origini e uomo storico; 5. L’epilogo.

4. La malora: immobilità del mondo contadino e male metafisico

1. Fenoglio e le soluzioni narrative verghiane; 2. L’ottica del narratore e i suoi effetti; 3. Assenza di intreccio e senso di immobilità.

IV. «Barocco», borghesia e popolo latino nel Pasticciaccio

1. Il «romanzo romanzesco»

1. Gadda e il romanzo; 2. Il Pasticciaccio: romanzo poliziesco, di costume, psicologico; 3. La dimensione storica: il fascismo; 4. Il popolo; 5. Il «fabbricante di madonne».

2. Il romanzo di secondo grado

1. Il «barocco»; 2. Oggetti «barocchi» e spinte centrifughe; 3. «Barocco» e mescolanza linguistica; 4. Il gioco metaforico; 5. Il «barocco» e la »grama sostanza»; 6. Il Pasticciaccio, la Cognizione del dolore e il «mare dell’oggettività».

Indice dei nomi

 

Sociologie de l’art, Opus 6 nouvelle série

« Littérature, arts et sciences »

(sous la direction de Florent Gaudez)

 

Sociologie de l’art, Opus 6 nouvelle série,

Paris, L’Harmattan, avril 2005.

 

Sommaire

 

Éditorial    
Florent Gaudez
 

Littérature, Arts, Sciences                                                  

À la recherche du sens caché :

l’art et les oeuvres dans la littérature policière

Sylvia Girel et Fabienne Soldini

 

Sciences, arts et lettres dans les manuels de sociologie

Pierre Lassave

 

Le roman scientifique : un genre paralittéraire

Arnaud Saint-Martin

 

Varia

 

Esquisse d’analyse socio-historique d’un groupe poétique brésilien :

« La boulangerie spirituelle »

Norbert Bandier

 

L’institutionnalisation des musiques amplifiées : de linteraction à l’institution

Emmanuel Brandl

 

La technique s’« efface ». Questions techniques et valeur des oeuvres graphiques dans les ateliers de « nu »

Pascal Vallet

 

Fiches de Lecture

 

Pierre V. Zima

Critique littéraire et esthétique. Les fondements esthétiques des théories de la littérature

Marie Doga

 

Pascal Nicolas-Le Strat et Pierre Lassave

Lecture croisée : Des interférences discrètes ou secrètes ?

Sociologies, arts et littératures

Gérard Fabre

 

Serge Chaumier

Des musées en quête d’identité

Ève Vidal

 

Anne Sauvageot

L’épreuve des sens. De l’action sociale à la réalité virtuelle

Céline Viguier

 

Alain Pessin

Un sociologue en liberté. Lecture de Howard S. Becker

Bruno Péquignot

 

 

Résumés de thèses

 

Maria de Fatima Borges Burgos

Communautés visuelles et nouvelles formes de sociabilité : panoramas possibles de la société en réseaux

 

Luiz Guilherme Veiga de Almeida

Rituel, risque et arts du cirque

 

Alice Fátima
Martins

La nostalgie du futur

 

Jean-Paul Fourmentraux

L’oeuvre en actes – Sociologie du Net art

 

Christine Plasse Bouteyre

Champ universitaire, champ littéraire : les écritures autobiographiques des professeurs de la Sorbonne. 1880-1939

 

Pierre-Emmanuel Sorignet

Le métier de danseur contemporain

 

Appels à contributions

 

Les mondes du jazz aujourd’hui (OPuS 8 )

Culture, Collective Memory, and Public Discourse (ESA)

 

Agenda

 

ABONNEMENTS À LA REVUE

 

Particuliers : L’abonnement comprend 2 numéros de la revue OPuSSociologie de l’Art par an et est fixé à : ·        50 € (+ 10 € hors Europe) pour 2 ans, ·      100 € (+ 10 € hors Europe) pour 4 ans.

 

Veuillez adressez votre paiement à :

OPuS-Sociologie de l’Art

c/o Florent Gaudez

Mas des Mai – Les Cassanis

F-81600 Gaillac, gaudez@univ-tlse2.fr

 

Libellez vos chèques bancaires en euros à l’ordre de : « Revue Sociologie de l’art » ou versez le montant au Crédit Mutuel :

 

Identifiant national de compte bancaire

(Relevé d’Identité Bancaire)

RIB : 15999 – 02240 – 00081644745 – 88

Domiciliation : CCM Gaillac

 

Identifiant international de compte bancaire

(International Bank Account Number)

IBAN : FR76 – 1599 – 9022 – 4000 – 0816 – 4474 – 588

BIC (Bank Identifier Code) : CMCIFR2A

Institutions :

Pour tout paiement par bon de facturation et/ou par groupeur :

la demande d’abonnement sera adressée à l’éditeur qui vous en communiquera les modalités en fonction de votre pays de résidence :

 

La revue est éditée par les Éditions L’Harmattan

7, rue de l’École-Polytechnique – F-75005 PARIS

Tél : +33 1 40 46 79 20

 

© Éditions L’Harmattan

Réalisation : Gisèle Peuchlestrade

Journée d’étude : « Objets d’Art, objets spécifiques ? »

Journée d’étude : « Objets d’Art, objets spécifiques ? »

Pour l’inauguration du programme Economie de l’Art et de la Culture de l’Institut International Erasme, cette journée d’étude aborde un thème transversal où tous les projets du programme peuvent également se  retrouver. Qu’y a-t-il dans l’objet d’art qui permette à l’historien d’art, à l’économiste, au sociologue ou à l’archéologue de revendiquer un objet à la fois commun et spécifique. Comment des questions similaires, provenant chacune d’horizons disciplinaires différents, peuvent-elles se croiser et faire se nouer un dialogue scientifique ? Economistes de la culture et institutionnels ont souvent pu expérimenter que, lorsqu’on parle d’art ou de culture, les chercheurs de toutes les disciplines ressentent une forme de familiarité autour des données qui leur donne l’impression de « parler de la même chose ». Cette impression est bien sûr très vite nuancée par l’appartenance disciplinaire et l’on s’aperçoit, en tout cas, qu’on « n’en parle  pas tous de la même manière ». Qu’y a-t-il à mettre en commun ? Qu’y a-t-il à partager ? Qu’y a-t-il de spécifique ?? C’est ce qui devrait se dégager des différentes interventions au cours de cette journée.

 

PROGRAMME

9h30 : Accueil-inscription-café

9h45 : Ouverture

Allocution inaugurale en présence de Laurence Broze, Vice-Présidente chargée de la Recherche de l’Université de Lille 3.

Présentation des cinq volets du programme MSH.

10h15 : Conférence inaugurale

Victor Ginsburgh (ECARES, ULB) Quelques réflexions sur l’évaluation de la qualité dans l’Art.

11h00 : Pause

11h30 : Françoise Benhamou (MATISSE, Université de Paris I) L’exception culturelle, exploration d’une impasse.

12h15 : Déjeuner

14h00 : Christian Barrère (OMI, Université de Reims Champagne-Ardenne) La spécificité économique des biens créatifs.

14h45 : Philippe Coulangeon (CNRS) & Luc Champarnaud (GREMARS et Université d’Artois)  » No free brunch  » : pratiques culturelles et dynamique des inégalités.

15h30 : Pause

16h00 : Xavier Deru (HALMA, Université de Lille 3) Poursuivre l’interprétation des bases de données archéologiques de l’époque gallo-romaine à partir d’un axiome de datation.

16h45 : Table ronde institutionnelle

 

Institutions pressenties : DRAC, Mairie de Lens, MAC, Culture Commune.

Lieu : Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, Maison de la recherche, Salle des colloques.

Plan : http://gremars.univ-lille3.fr/plan/plan.html ou http://www.msh-npdc.org/accueil.html 

Contact : Luc Champarnaud, GREMARS, EA 2459, luc.champarnaud@univ-lille3.fr 

Lieu : Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, Maison de la recherche, Salle des colloques

Date : mercredi 29 juin 2005 au mercredi 29 juin 2005

Contact : Caroline Simon (caroline.simon@univ-lille3.fr)
Chebrek Djazia (djazia.chebrek@univ-lille3.fr)

Parution – « Genèse, censure, autocensure »

Genèse, censure, autocensure

Coordinateurs : Claire Bustarret, Catherine Viollet

CNRS Editions, coll. Textes et manuscrits

ISBN : 2-271-06320-5

Prix : 30 Euros, 41 $US (prix indicatif)

2005 – 15,5 x 24 – 288 p – 18 repro in texte

Longtemps restée  » angle mort  » des études littéraires, la censure n’est en général étudiée que du côté de la réception de l’oeuvre, du point de vue du public. Or quels que soient sa forme, ses objets, ses modalités – du caviardage à la destruction, voire à la  » fatwa  » -, elle se situe à la croisée de la création et du contrôle qu’exerce la société. C’est pourquoi, de manière novatrice, les auteurs s’interrogent ici sur les faits de censure en les intégrant au processus de genèse et de création de l’oeuvre, au parcours global de son élaboration. Ces faits recouvrent en effet des interventions d’ordre et d’ampleur fort variables, exerçant souvent une influence déterminante tant sur la forme du texte finalement publié que sur la production à venir de tel écrivain  » censuré  » : ils s’inscrivent donc au coeur du processus de création. L’étude des brouillons, des manuscrits, des documents inédits, des variantes éditoriales ou de textes environnants (correspondance, entretiens…) est alors riche d’enseignements si l’on veut en comprendre et en mesurer l’impact. La censure et son corollaire l’autocensure n’épargnent aucun genre littéraire : fiction, essais, poésie, correspondance, autobiographies et journaux personnels; elles concernent la littérature et son histoire dans sa généralité. Face à l’aspect strictement juridique du problème, les études ici réunies – de Rousseau à Guyotat, d’Emily Dickinson à Violette Leduc – posent les jalons d’une synthèse comparative quant à la portée, aux acteurs, aux modalités, à l’ampleur, au fonctionnement et aux conséquences des faits de censure.

Biographie
Catherine Viollet est chercheur à l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS-ENS), spécialiste des études de genèse d’auteurs du XXe siècle, responsable de l’équipe  » Genèse & Autobiographie « . Claire Bustarret est ingénieur de recherche à l’Institut des textes et manuscrits modernes (CNRS-ENS), responsable du programme « Techniques et pratiques de l’écrit « .

Sommaire

  • Effets de censure : la littérature à ses limites par Catherine Viollet, en collaboration avec Claire Bustarret.
  • Contraintes et limites juridiques : un panorama par Emmanuel Pierrat.
  • Rousseau coupé par Philippe Lejeune.
  • Jules Verne sous la tutelle d’Hetzel ; La question de la censure dans le manuscrit d’Une ville flottante par Philippe Scheinhardt.
  • Genèse et censure psychique ; L’exemple de Maupassant par Antonia Fonyi.
  • Marie Bashkirtseff : les complexités d’une censure par Marie Eléonore Chartier.
  • Entre autocensure et contre-écriture : Emily Dickinson ; Traversée et traces de rature par Marta Werner.
  • Censure familiale et éditoriale : Emily Dickinson ; Les omissions ne sont pas des accidents par Martha Nell Smith.
  • André Gide et la Russie soviétique, ou de l’usage de la retouche par Martine Sagaert.
  • De la censure éditoriale à l’autocensure : Violette Leduc par Catherine Viollet.
  • Des effets paradoxaux de la censure : Pierre Guyotat par Catherine Brun