Archives mensuelles : juillet 2005

Parution en poche – « L’invention de l’illettrisme »

L’invention de l’illettrisme

L’ouvrage de Bernard Lahire est disponible en poche (La Découverte, coll. « Poche Sciences humaines et sociales », avril 2005, 12,50 €)

L' » illettrisme  » fait désormais partie des grands problèmes sociaux publiquement reconnus en France, considéré comme une priorité nationale par les plus hautes instances de l’État. Depuis l’invention du néologisme, à la fin des années 1970, on a assisté à la fantastique  » promotion  » de ce problème. Mais entre la réalité des inégalités d’accès à l’écrit, qu’il ne s’agit pas de nier, et les discours qui sont censés en parier, le rapport n’a rien d’évident. C’est ce qu’entend démontrer Bernard Lahire, en analysant les grandes phases de la construction publique du problème, mais aussi et surtout, la rhétorique des discours sur l’illettrisme. S’appuyant sur un corpus très étendu, il retrace l’histoire de l' » invention  » collective de ‘illettrisme, cette extraordinaire machinerie qui a créé, par la magie d’un intense travail symbolique, un  » problème social « . Pour Bernard Lahire, la sociologie historique de l' » illettrisme « , est un moyen de prendre distance par rapport aux présupposés et aux pièges des discours ordinaires. Son travail est une manière d’interroger toute une période de notre histoire politico-idéologique, et notamment le  » tournant culturel « , pris en France à partir des années 1960. Il permet ainsi de saisir le poids et la nature des représentations de l’écrit dans notre pays, ainsi que des processus de stigmatisation qu’induit la valorisation sociale de la culture lettrée.

 

 

  

L’auteur
Bernard Lahire est professeur de sociologie à l’École normale supérieure lettres et sciences humaines et directeur du Groupe de recherche sur la socialisation. Il est notamment l’auteur de La Culture des individus (La Découverte, 2004) et de L’Esprit sociologique (La Découverte, 2005).

Colloque : « Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie »

Édition, diffusion et réception des romans de chevalerie (1750-1950)

Colloque international

 

Médiathèque de l’aglomération troyenne, 7 rue des Filles Dieu 10088 Troyes

1er – 2 décembre 2005

Entrée libre

 

Avec le troubadour, la figure dominante du Moyen Âge tel que le XIXe siècle le réinvente à travers oeuvres littéraires et artistiques. À l’origine de cette figure héroïque, se trouve un ensemble de textes médiévaux appelés « romans de chevalerie » jusqu’à ce que les philologues de la seconde moitié du XIXe siècle imposent une typologie des textes médiévaux fondée prioritairement sur l’opposition entre chanson de geste et roman courtois. Le colloque se propose d’étudier, de façon interdisciplinaire, la fortune de ces romans de chevalerie entre 1750 et 1950. On s’intéressera tout particulièrement aux intermédiaires qui ont permis l’accès aux textes, qu’ils soient bibliothécaires, collectionneurs ou éditeurs. Seront aussi abordées la production éditoriale et ses formes, dans un monde marqué par le déclin brutal du colportage, le développement des éditeurs industriels et la structuration de l’édition savante. Selon les publics visés (monde savant, grand public, enfants…), les réécritures, mises en page et illustrations seront à leur tour, examinées. Enfin, on étendra la réflexion aux autres formes de diffusion que les romans de chevalerie ont connues grâce au théâtre, à l’opéra, au cinéma…
 
Comité scientifique :
Henri-Jean Martin, Anita Guerreau-Jalabert (École nationale des chartes), Keith Busby (University of Wisconsin), Philippe Ménard (Paris-IV), Michel Pastoureau (École pratique des hautes études).
 
Comité d’organisation :
Annie Charon (École nationale des chartes), Thierry Delcourt (Médiathèque de Troyes), Isabelle Diu (École nationale des chartes), Élisabeth Parinet (École nationale des chartes), Danièle Queruel (Université de Reims), Françoise Vieillard (École nationale des chartes).
 
***
 
Jeudi 1er décembre, matinée
9 h 00 Accueil
9 h 30 Ouverture du colloque par François Baroin, président de la Communauté de l’Agglomération Troyenne ou son représentant, et Anita Guerreau-Jalabert, directrice de l’École nationale des chartes
10 h 00 Michel Pastoureau (Paris, EPHE)
Ivanhoé et les romans de la table ronde : un héritage détourné
10 h 45 Françoise Vielliard (Paris, École nationale des chartes)
Le roman de chevalerie : histoire et évolution d’un concept
11 h 15 Jean-Marc Chatelain (Paris, BNF, Réserve des livres rares)
L’errance devenue hantise : la survivance des chevaliers. XVIIe-XVIIIe s.
12 h 00 Débat. Déjeuner
***
Jeudi 1er décembre, après-midi
14 h 00 Françoise Gevrey (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Florian et le Moyen Age : du périodique au « novelliere »
14 h 30 Pascale Bolognini (Université de Reims Champagne-Ardenne)
Mme de Riccoboni et la transmission du roman de chevalerie au XVIIIe s.
15 h 00 Hélène Biu (Université Paris-IV Sorbonne)
Paulin Paris et la redécouverte de la littérature médiévale
15 h 30 Débat et pause
16 h 00 Ursula Bähler (Université de Zürich)
Problèmes de typologie de la littérature médiévale chez Gaston Paris
16 h 30 Nathalie Clot (Université Paris-VII)
L’édition de manuscrits littéraires médiévaux avant 1850 : la collection « les Anciens monuments de l’histoire et de la langue française » chez G. A. Crapelet
17 h 00 Débat
18 h 00 Visite du fonds ancien de la Médiathèque de l’Agglomération Troyenne Apéritif offert par la Communauté de l’Agglomération Troyenne
***
Vendredi 2 décembre, matinée
 
9 h 00 Michel Stanesco (Strasbourg, Université Marc Bloch)
Moyen Age vivant et conscience historique chez Louis de Marchengy
9 h 30 Thierry Delcourt (Médiathèque de l’Agglomération troyenne)
Du Tristan de Tressan à la Nouvelle Bibliothèque Bleue d’Alfred Delvau, les avatars du Tristan en prose
10 h 00 Philippe Ménard (Université Paris-IV Sorbonne)
L’écriture de Delvau
10 h 45 Débat et pause
11 h 30 Cécile Boulaire (Tours, Université François Rabelais), Annie Renonciat (Université Paris-VII)
Tribulations de la chevalerie dans le livre et l’image pour la jeunesse :
1. Splendeurs et misères (fin XIXe -début XXe s.)
2. Disparitions, survies, trahisons (seconde moitié du XXe s.)

12 h 30 Débat. Déjeuner.
***
Vendredi 2 décembre, après-midi
 
14 h 30 Alain Corbellari (Université de Lausanne)
Éditer et adapter les romans de chevalerie en France dans l’entre-deux guerres ; entre érudition et vulgarisation : à la recherche d’un compromis
15 h 00 Jelle Koopmans (Université d’Amsterdam)
Quand les chevaliers se mettent à chanter : l’opéra devant le roman chevaleresque
15 h 30 Débat et pause.
16 h 00 Conclusions du colloque : Keith Busby (Université du Wisconsin)