Archives mensuelles : septembre 2005

Séminaire : « Arts et sociétés »

Un séminaire du centre d’histoire de Sciences Po (Paris) vise à analyser le processus actuel de redéfinition de l’art et de sa légitimité sociale, dans une perspective historique. Voici le texte de présentation :
 
Chaque société assigne à l’art des fonctions.

L’idée sera d’analyser le processus actuel de redéfinition de l’art et de sa légitimité sociale, dans une perspective historique suffisamment longue pour être probante. Sans nous interdire les incursions vers d’autres pays, nous étudierons les différents mouvements et événements qui ont conduit, en France, à la situation complexe et sans précédent que nous connaissons aujourd’hui. Il faudra nous intéresser aussi bien aux pensées politiques, économiques, sociales de l’art qu’aux programmes, projets et réalisations; aux politiques de l’Etat qu’aux politiques privées (associations de collectionneurs ou d’amis des musées, fondations); enfin, aux comportements des publics (connaisseurs, acheteurs ou simplement amateurs).

 
Il faudra discuter l’histoire de l’idée qui a prospéré depuis le XIXe siècle, selon laquelle l’art serait à l’avant-garde de la réforme de la société. L’idée fut reconduite mais selon des modalités qui ont évolué au cours du temps et dont il faudra trouver le sens. Ainsi, les avant-gardes ont-elles sans cesse pensé l’art comme forme même du politique capable de réenchanter le monde et d’en modifier le contrat social. Elles ont agi à leur façon sur les publics qui ont largement investi l’art comme un laboratoire de liberté humaine, individuelle sinon collective.

 
Notre séminaire devrait ouvrir un espace singulier en répondant à la demande de ceux qui travaillent aux liens entre les arts et les sociétés mais ne se fréquentent que ponctuellement. Nos rencontres sont envisagées sur le mode de séances de travail, sur un thème fédérateur et autour de recherches en cours ou récemment achevées.
 
Laurence Bertrand Dorléac
 
La lettre électronique « Arts et sociétés » met en ligne les contributions présentées lors des réunions du séminaire. Titre des précédentes contributions :
– Entre utopie et marketing, les nouveaux publics de l’art par Vincent Huguet et David Cascaro
– Le dandysme de Marcel Duchamp. La masculinité ambivalente du dandy et les débuts de la culture de masse à New York dans les années 1910. Autour de Giovanna Zapperi. Avec Françoise Coblence et et Julie Ramos.
–  La physiognomonie de Jean-Baptise Delestre (1800-1871). Beau idéal et autopsie du corps social.  Avec Martial Guédron et Pierre Wat.
 
Voir la page :
http://centre-histoire.sciences-po.fr/centre/groupes/arts_et_societes.html

Colloque – « Les discours en contexte »

Lausanne, le 20 septembre 2005

APPEL A CONTRIBUTIONS

ATELIER INTERDISCIPLINAIRE

POUR DOCTORANT(E)S ET POST-DOCTORANT(E)S

«LES DISCOURS EN CONTEXTE. THEORIES DES CHAMPS ET ANALYSE DE DISCOURS. RECHERCHES EUROPEENNES»

Rencontre organisée par l’Ecole doctorale interdisciplinaire IRIS 4-UNIL Et financée par le réseau européen ESSE

«Pour un espace des sciences sociales européennes»

vendredi 17 et samedi 18 mars 2006, UNIL

L’objectif de cette journée de l’Ecole doctorale interdisciplinaire (EDi) de la Faculté des Lettres est de réunir et confronter des chercheur-e-s de disciplines voisines (sciences politiques, sociologie), doctorant-e-s et post-doc, autour des notions de DISCOURS et de CHAMPS. Plusieurs conférenciers s’exprimeront à partir de leurs travaux sur le sujet : Ruth Amossy (Tel Aviv), Marc Angenot (Montréal), Dominique Maingueneau (Paris), Alain Viala (Oxford).


Tous les chercheurs en sciences humaines sont confrontés à des «textes» de types divers (document juridique, texte littéraire, harangue politique, publicité, etc.). Plutôt que d’isoler ces textes, comme s’il s’agissait d’unités closes et données une fois pour toutes, l’analyse de discours les envisage comme des textes incluant leur contexte, comme des actions socio-discursives, énonciativement et pragmatiquement situées dans la rumeur du monde également définie comme «interdiscours» ou comme «discours social» (Marc Angenot 1989). Les sciences du langage ont récemment reformulé la notion de discours, ainsi dans le Dictionnaire d’analyse du discours (Seuil, 2002) de P. Charaudeau et D. Maingueneau puis dans le collectif L’Analyse du discours dans les études littéraires (dir. R. Amossy, D. Maingueneau, Presses universitaires du Mirail, 2003) enfin dans Sciences du texte et analyse de discours. Enjeux d’une interdisciplinarité (dir. J.-M. Adam, U. Heidmann, Slatkine 2005).
Selon D. Maingueneau (2004 : 32-33), parler de «discours» plutôt que de «texte» a diverses implications, en ce que la notion de «discours» suppose au moins huit caractéristiques :
1) Elle suppose une organisation transphrastique.
2) Elle est une forme d’action (pragmatique).
3) Elle est interactive (coopératif, dialogique).
4) Elle est orientée (guidage, programme, visée).
5) Elle est contextualisée (contribue à créer et modifier son contexte).
6) Elle est prise en charge, suppose une opération d’énonciation, et un «centre déictique».
7) Elle est régie par des normes socio-discursives, car inscrite dans des genres de discours plus ou moins codés.
8 ) Elle est prise dans un «interdiscours» et ne prend donc sens que dans un univers de discours environnants.
Si l’on prend la mesure de cette transition conceptuelle, l’analyse interne des discours longtemps pratiquée par les poéticiens et stylisticiens, ou l’analyse des contenus à laquelle recourent tant les historiens que les sociologues gagnerait à prendre en compte la dimension sociale de la performance discursive, et son impact sur la signification. Ainsi l’approche des «textes» auxquels sont confrontés aussi bien les historiens, juristes, politistes que les littéraires pourrait s’appuyer sur deux instruments d’analyse qui seront au centre de nos rencontres : d’abord l’analyse de discours proprement dite, telle que l’ont développée les sciences du langage depuis M. Bakhtine et sa réception française (Todorov, Les Genres du discours, Seuil, 1978) ; ensuite, sur l’analyse des champs (littéraire, politique, juridique, etc.) où émerge un discours, sous forme d’une performance concrète, selon les propositions de Pierre Bourdieu (1992) et de ses collaborateurs.
Chaque «discours» étant mobilisé dans un état singulier d’un «champ» (champ politique, journalistique, juridique, littéraire, etc.), cette seconde notion mérite d’être inclue à l’analyse de discours : en effet, la logique du «champ» peut précontraindre aussi bien le genre, le style que le contenu informationnel d’un discours.

La problématique de cette rencontre englobe donc la question du statut discursif des corpus étudiés en sciences humaines. Comment les historiens considèrent-ils leurs sources ? Comment le poéticien rend-il compte de la forme d’une oeuvre littéraire ? Comment le linguiste envisage-t-il un discours concret ? Quelle sont les spécificités du discours poétique, philosophique, journalistique, publicitaire, etc. ?
Quels sont les gains heuristiques à substituer à la version textualiste une conception discursiviste, envisageant des «performances» en situation ? Ainsi Roger Chartier (1996) traite-t-il le(s) texte(s) et la mise en scène du Georges Dandin de Molière selon son insertion différenciée au protocole des fêtes de Cour ou au théâtre de la Ville.
Plusieurs modèles d’analyse de discours coexistent (ainsi les travaux de Jean-Michel Adam, Linguistique textuelle des discours, Armand Colin, 2005 ; Dominique Maingueneau, Le Discours littéraire, Armand Colin, 2004 ; mais aussi Alain Viala, Marc Angenot, Denis Saint-Jacques ou Paul Aron) et se situent de diverses manières à l’égard de leur prise en compte de la dimension sociale des pratiques discursives. Cette rencontre permettra de présenter ces modèles et de les confronter, notamment quant à leur prise en charge de ladite dimension sociale.

A partir de votre corpus de recherche, vous êtes invité-e à proposer une réflexion sur votre manière d’articuler le social et les discours (littéraire, politique, juridique, historique, etc.), en prenant position par rapport aux travaux susmentionnés et aux concepts de discours et/ou de champ. Les exposés ne devront en aucun cas dépasser 25 minutes. Ils seront suivis d’une discussion de 15 min. environ. Vos propositions peuvent être envoyées par mail sous la forme d’un descriptif de 2000 signes max., titré et complété de quelques références bibliographiques.

Nous attendons vos propositions jusqu’au 1er décembre 2005, à l’adresse suivante : info.cl-nss@unil.ch avec copie à : Jerome.Meizoz@unil.ch
Merci de nous indiquer également votre adresse postale !
Au plaisir de vous rencontrer, et avec nos meilleures salutations,

Jérôme Meizoz

Parution – « Leconte de Lisle, entre utopie et république »

Leconte de Lisle, entre utopie et république.

MULDER, Caroline De
Ropopi, Amsterdam/New York, NY, 2005, 466 pp.
Pb: 90-420-1657-4 EUR 90 / US$ 113

Series: Faux Titre 267

Qu’il puise dans les modèles antiques ou illustre ironiquement la tradition gothique, qu’il défende l’utopie fouriériste ou une république imaginaire, Leconte de Lisle s’est engagé dans les combats politiques de son siècle. Ses convictions commandent d’ailleurs ses partis pris littéraires ; il dénoncera toujours les implications monarchiques et catholiques du romantisme.
Son engagement, qui n’est pas exempt de fanatisme, s’accentue au fil des recueils, pour atteindre un paroxysme dans les Poèmes tragiques. Leconte de Lisle s’inspire en outre des sciences idéologiquement chargées que sont à l’époque l’histoire des religions et la cosmologie. La manière dont la science et la mythologie se côtoient et se confondent dans ses poèmes est un des aspects originaux d’une oeuvre dont le passéisme déclaré fonde les aspirations les plus farouchement républicaines.
Introduction générale
Chapitre 1 : L’antiquité de Leconte de Lisle, sur les cendres de l’utopie
Chapitre 2 : La république de Leconte de Lisle
Chapitre 3 : Le Moyen Âge de Leconte de Lisle
Chapitre 4 : Une république anticléricale
Chapitre 5 : Les sciences de combat
Conclusion générale
Bibliographie
Index : poèmes et principaux auteurs

Collection Socius — Vient de paraitre

Segura, Mauricio, la Faucille et le condor. Le discours français sur l’Amérique latine (1950-1985), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2005, 247 p. ISBN : 2-7606-1947-8. (29,95 $ / 27 euros)

==========

Quatrième de couverture :

Qu’est-ce que le tiers-mondisme ? Pour les tenants de ce courant politique, il s’agissait de faire la révolution dans les pays en voie de développement; pour nombre d’auteurs français, il a été, de 1950 à 1985, un discours phare. Désormais raillé, quand il n’est pas oublié, le tiers-mondisme reste pourtant d’actualité, car il annonçait la crise contemporaine des figures de l’intellectuel et du militant. Quarante ans après son apogée, le temps est venu d’analyser, en historien des idées, la rencontre inattendue entre la «faucille» et le «condor», entre une gauche radicale et le cône Sud de l’Amérique latine.

Examinant le tiers-mondisme latino-américain, Mauricio Segura retrace son émergence, son apogée et sa décomposition, et il démonte ses logiques argumentative et narrative. Né de la conjoncture de la Guerre froide, ce complexe idéologique est non seulement le signe du rejet de la politique par les intellectuels sous la Ve République, mais aussi un transfert utopique, la manifestation d’un désir d’exotisme et une réaction contre le féminisme.

Le tiers-mondisme est ici replongé dans le vacarme des discours de la deuxième moitié du XXe siècle. En se penchant sur des essais ou des romans de Sartre, Fanon, Debray, Detrez, Bruckner, mais aussi de Camus, Lévi-Strauss, Aron et Revel, sans oublier les romans de Gérard de Villiers, Mauricio Segura rappelle que si le héros tiers-mondiste court le monde, c’est autant pour saisir l’Autre que pour se comprendre lui-même.

Né en 1969, Mauricio Segura est docteur de l’Université McGill (Montréal). Il a publié plusieurs articles sur les rapports entre les idées politiques et la littérature de la deuxième moitié du XXe siècle. Il est également l’auteur de deux romans, Côte-des-Nègres et Bouche-à-bouche. La Faucille et le condor est son premier essai.

==========

Table des matières :

Remerciements

Liste des sigles

Introduction

Méthode et contexte

La théorie du discours social

L’imagologie dans la théorie du discours social

Le corpus

L’Amérique latine et les écrivains français

Le tiers-mondisme et les intellectuels français

Chapitre I
Émergence (1950-1961)

Du «Nouveau Monde» au «tiers-monde»

L’Amérique latine comme enfer

Retour identitaire

Transfert d’idéaux

Chapitre II
Apogée (1962-1974)

A. Le système du tiers-mondisme

L’argumentation tiers-mondiste et ses emprunts au christianisme

La perte de légitimité du sujet européen

Espaces et figures du tiers-mondisme

La figure de «Che» Guevara

Circulation et légitimité du tiers-mondisme

B. Le féminisme à l’épreuve

Machisme et tiers-mondisme

Portraits du Latino-américain en guérillero séducteur

Révolutionnaires et féministes : de la combattante à la prostituée

C. Synthèse générique et discursive

Le roman tiers-mondiste

L’essai tiers-mondiste

Les emprunts au discours latino-américain

Chapitre III
Décomposition (1975-1985)

Un contexte paradoxal

La contestation du tiers-mondisme

Espaces et représentations

La «débâcle» du tiers-mondisme

Les discours de substitution

Le «Sud»

Conclusion

Bibliographie

Index

Site de la collection :

Site des Presses de l’Université de Montréal :

Cet ouvrage :

Colloque – « Littérature orale et mondialisation »

Colloque : Littérature orale et mondialisation

Les rencontres de septembre proposent cette année de questionner le rôle de la littérature orale dans un contexte d’acculturation de plus en plus important. Cet ensemble de récits particulier est-il garant de la conservation des fondements culturels d’un peuple ? Peut-il se positionner comme l’un des témoins du syncrétisme culturel en train de se réaliser ? Que peut-il nous apprendre sur les nouvelles cohérences symboliques en train de se construire ? Quel peut-être le rôle du conteur contemporain dans cette inexorable mondialisation ? Le conteur peut-il, dans ses créations contemporaines, être à la fois novateur, passeur des fondements de sa culture et porteur des grandes valeurs de l’humanité ?

 
Pour faciliter le déroulement de cette vaste interrogation, après avoir présenté quelques points généraux sur la mondialisation et sur les rencontres des cultures, nous vous proposons de vous répartir en trois ateliers thématiques qui aborderont le questionnement à partir de trois entrées différentes.

Le 1er atelier, animé par Catherine Zarcate, tentera de structurer une réflexion autour des croisements culturels dans le monde artistique et leurs résultantes.

 
Le 2ème atelier, animé par Hamed Bouzzine, nous proposera de réfléchir sur le poids et la dynamique des langues dans les rencontres culturelles.

 
Quant au 3ème atelier, animé par Marc Aubaret, il nous proposera de questionner l’évolution des représentations humaines sur les cultures et leurs conséquences sur le travail des nouveaux conteurs et de leur public.

Atelier 1 :
Transformations des processus artistiques des conteurs en relation avec l’accroissement des acculturations

Aujourd’hui, de nombreuses cultures se rencontrent transportant avec elles les récits traditionnels et les valeurs contenues dans celles-ci. Chaque artiste, fondé dans une tradition, tend à remettre en question cette dernière chaque fois qu’il rencontre une culture différente.

 
Lors de cet atelier, nous aurons pour objectif de témoigner et de nous interroger sur les conséquences de ces interactions de plus en plus nombreuses qui influencent nos processus artistiques et les adaptations de chacun de nous à de ce phénomène.

Atelier 2 :
L’importance de la langue pour le conteur impliqué dans une acculturation intensive

« Traduire c’est toujours un peu trahir ». La langue est le témoin privilégié d’une cohérence et d’une richesse culturelle. Où sont les limites de sa traduction ? Comment une autre langue que la sienne peut-elle témoigner de faits, de paysages, d’actes, d’états émotif et psychique… que les utilisateurs de cette langue ne connaissent pas ?

 
Dans cet atelier, nous vous invitons à réfléchir sur ces limites mais aussi sur l’importance du maintien de certaines langues pour l’inter-compréhension entre les hommes et pour la mémoire de certaines cultures.

Atelier 3 :
La littérature orale comme témoin d’une évolution des représentations culturelles internationales

L’acculturation des différentes sociétés a souvent pour effet une déculturation partielle et la composition d’une nouvelle représentation du monde.

 
Lors de cet atelier, nous tenterons de comprendre comment les conteurs de cultures différentes, qui aujourd’hui se rencontrent de plus en plus souvent, contribuent à cette acculturation mais aussi peuvent être les porteurs des fondements singuliers de leur culture. Au travers de cette réflexion, nous interrogerons les fonctions des nouveaux conteurs dans les processus de mondialisation.

Programme des rencontres : « Littérature orale et mondialisation »

Samedi 17 septembre

9h30 : Accueil des participants

10h00 : Mot de la Présidente

10h30 : Introduction des journées, centrage du sujet, bases de réflexion et résumé des journées préparatoires

11h30 : Présentation des trois ateliers
o Atelier 1 : Les transformations des processus artistiques des conteurs en relation avec l’accroissement des acculturations
o Atelier 2 : L’importance de la langue pour le conteur impliqué dans une acculturation intensive
o Atelier 3 : La littérature orale comme témoin d’une évolution des représentations culturelles internationales

12h00 ? 14h30 : Pause repas

14h30 : Début des ateliers

18h00 : Fin des ateliers

20h30 : Scène ouverte

Dimanche 18 septembre

9h30 : Reprise des ateliers

11h00 : Synthèse au sein de chaque atelier

12h00 – 14h30 : Pause repas

14h30 : Séance plénière : synthèse des ateliers et débat

16h30 : Synthèse générale et perspectives 2006

18h00 : Fin des rencontres

 

Date : samedi 17 septembre 2005 au dimanche 18 septembre 2005
 
Contact : CMLO (cmlo@wanadoo.fr)

4 Bd Gambetta
30100 Alès