Archives mensuelles : novembre 2005

Parution – revue Sociologie de l’art – Opus

Sociologie de l’art – Opus 7

 

Connaître avec la littérature, plutôt que connaître la littérature. Partant de cette posture, l’OPuS 7 – Littérature, fiction/réel fait suite à l’OPuS 6 – Littérature, arts, sciences, afin de tenter de réunir dans une même approche de l’objet d’art, la dimension esthétique et la dimension scientifique, pour essayer de montrer comment le texte littéraire, de par sa dimension esthétique, qui fait sa spécificité en tant qu’objet d’art créé par l’artiste puis réapproprié, réinvesti par un lecteur, peut s’exprimer en tant que tel, et induire des possibilités de discours dans une démarche de connaissance, en considérant que la lecture en tant qu’acte fictionnel est un acte productif.

 

Sommaire

Éditorial

Florent Gaudez

Littérature, Fiction/Réel
La bibliothèque des voix : un objet esthétique non identifié Fanny Mazzone
Le texte en son lieu La Galerie Bovary Corinne Iehl
Internet et la construction du goût littéraire :  le cas de critiqueslibres.com Mary Léontsini et Jean-Marc Leveratto
Des livres pour repenser le quotidien :  le cas des réceptions de l’oeuvre de Christian Bobin Stéphanie Tralongo

Varia
Monuments et films-monuments. À propos de la place des oeuvres d’art dans les représentations collectives de la guerre du Vietnam aux États-Unis Laurent Tessier
Dumas Père dans le procès de renouveau du théâtre catalan : Don Juan de Maraña ou la chute d’un ange Marta Giné Janer
L’art considéré comme système social. Observations sur la sociologie de Niklas Luhmann Matthew Rampley

Débats et controverses
La dimension inoffensive : une lecture critique de La imension esthétique d’Herbert Marcuse Samuel Ripault
Note critique : La sociologie des oeuvres d’Howard Becker Laurent Tessier

Fiches de lecture
– Alain Blanc, Jean-Marie Vincent (co-dir.) La postérité de l’École de Francfort Vincent Bullich
– Jean-Paul Brun Un sociologue sur les terres du Land Art. Journal de voyages et de recherche 1996-2002 Pierre-Louis Spadone
– Hyacinthe Ravet et Marie Buscatto Lecture croisée Séverine Molina-Cruz

Résumés de thèses
– Panagiotis Christias, Poésie et société. Genèse et réception socialesdu discours poétique néo-hellénique. Le cas de la « génération de 1930 » : Cavafy, Ritsos, Séféris, Elytis
– Elizabeth Cestor, La fabrication des musiques particularistes. Une sociologie de la différence, chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XX siècle
– Séverine Drevet, Voyage au coeur du polar français, enjeux, valeurs et construction d’un groupe
– Gaëlle Redon, Les troupes, les compagnies théâtrales et leurs organisations
– Laurent Tessier, Succès et représentations à vocation collective
dans les films de fiction américains traitant de la guerre du Vietnam

– Eve Brenel, Le Monde du flamenco  » entre pratiques amateurs et professionnelles, socio-anthropologie d’une culture artistique

Fiches nouveaux adhérents
Appels à contributions

Agenda

URL : http://sociologieart.free.fr/

Conférence Revue Liberté

Le Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec présente une conférence de François Hébert sur le parcours de la revue Liberté

 

le vendredi 25 novembre 2005

14 heures

Université de Sherbrooke

Faculté des lettres et sciences humaines

Salle A6-1010

 

L’Arbre de Liberté

François Hébert

 

À partir de certains textes significatifs de la revue Liberté, François Hébert  retracera le développement, durant un demi-siècle, de la revue culturelle et littéraire la plus importante du Québec, publiée depuis 1959. François Hébert a été membre du comité de direction de la revue Liberté de 1976 à 1993, et son directeur de 1985 à 1993.

 

 Les séminaires de recherche du GRÉLQ s’inscrivent dans une série de rencontres mensuelles à l’intention des chercheur(e)s, étudiant(e)s à la maîtrise et au doctorat et tout autre public intéressé par l’édition et le livre.

……………………………………..

Lynda Giroux

Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec

Faculté des lettres et sciences humaines

Université de Sherbrooke

819.821-7696

 

Jérôme Meizoz, Confrontations (1994-2004), Éditions Antipodes

http://www.antipodes.ch/page_nouveautes.htm

Confrontations (1994-2004) Jérôme Meizoz

Dix ans de critiques littéraires. Dix ans de découvertes heureuses et de débats passionnés…

Un choix parmi des articles parus dans la presse ou en revues, en Suisse et en Europe. Leur point commun : l’expérience d’une «confrontation» – faire front, affronter ou monter au front.

Partis pris, interventions vives pour certaines, écrites le plus souvent hors demande académique. Confrontations pour se situer dans le différend suscité par toute prise de parole.

Dans notre pays mutique, la polémique littéraire se fait décidément trop rare !

 

Jérôme Meizoz, critique et écrivain, enseigne à l’Université de Lausanne. Auteur de nombreux ouvrages, il a publié chez Antipodes Le Gueux philosophe. Jean-Jacques Rousseau (2003).

2005, 306 pages, 34 francs suisses, 22.50 euros, ISBN 2-940146-68-3

Centre de Sociologie européenne, Projet de recherches 2006-2009 : II- Internationalisation des biens symboliques, Responsable : G. Sapiro

II- Internationalisation des biens symboliques Les recherches menées dans le cadre du dernier contrat quadriennal sur les échanges culturels internationaux et l’internationalisation des biens symboliques seront poursuivies et élargies. Les domaines étudiés seront plus particulièrement, outre les sciences humaines et sociales, la littérature et les systèmes d’enseignement. Ces recherches seront également menées dans le cadre du réseau d’excellence « Pour un espace des sciences sociales européennes » et d’une action concertée incitative (ACI) sur la traduction des ouvrages de littérature et de sciences sociales.

Responsable : G. Sapiro

 

 

II-1 Circulation internationale des productions nationales : traduire les sciences socialesResponsable : G. Sapiro.
Equipe : A. Bokobza, N. Guilhot, J. Heilbron, I. Kalinowski, I. Popa.

 

Le thème des échanges culturels internationaux sera développé dans le cadre d’une action concertée incitative (ACI) du ministère de la recherche (programme « Techniques, terrains, théories »), réunissant, sous la responsabilité de Gisèle Sapiro, plusieurs chercheurs, de post-doctorants et d’ITA du CSE: Johan Heilbron et Ioana Popa (comité de coordination), Isabelle Kalinowski, Nicolas Guilhot, Anaïs Bokobza. L’ACI se fera en partenariat avec des chercheurs du CSU, du CRIA et de l’IHMC.

Mettant en oeuvre une approche pluridisciplinaire (sociologique, historique, littéraire, politiste, économique), ce projet vise à porter au jour les enjeux politiques, économiques, sociaux et culturels de la globalisation éditoriale, et à étudier plus particulièrement la place de la France sur le marché international du livre. Grâce à une analyse des flux de traductions de livres de littérature et de sciences humaines et sociales entre la France et différents pays et une étude socio-historique des conditions de la circulation internationale de ce type d’ouvrages ainsi que des pratiques de traduction, ce projet entend contribuer à développer le domaine naissant des études de traduction en sciences sociales et fédérer leur démarche avec celles qui existent déjà en sciences humaines (traductologie, « translation studies », étude des « transferts culturels »).

Depuis le milieu des années 1980, le marché du livre constitue aujourd’hui un vecteur majeur des échanges culturels internationaux, dont on enregistre une forte intensification notamment à partir du milieu des années 1980. Ce projet se propose d’analyser les facteurs qui ont favorisé cette intensification dans le domaine du marché du livre et d’étudier leurs conséquences sur l’équilibre des rapports de force entre langues et cultures et sur la sélection des ouvrages traduits. Il a pour objectif technique d’établir une base de données des livres de littérature et de sciences humaines et sociales traduits en français et du français. Outre l’analyse statistique des flux de traduction, seront étudiés les instances et les acteurs de cet espace international : foires internationales du livre, politiques publiques en matière d’aide à la traduction, instituts culturels, éditeurs, directeurs de collection, traducteurs, auteurs, critiques et spécialistes. Enfin, les pratiques de traduction et les choix textuels opérés par les traducteurs seront abordés à travers quelques cas exemplaires.

La traduction des sciences sociales occupe une place particulière dans le cadre de cette recherche. Malgré l’enfermement national constitutif des sciences sociales, il faut prendre en considération le fait que la recherche en général, et les sciences sociales en particulier, ont également une dimension internationale qui les distingue d’autres univers sociaux. Celle-ci est redevable d’une longue tradition de circulation transfrontalière des biens culturels et scientifiques, remontant au siècle des Lumières et qui s’est accompagnée du développement de formes d’échanges et de communication (conférences, congrès, expositions…), mais aussi d’institutions (revues, associations…) ayant leur logique propre. Cependant, le rôle que jouent les références à l’international et à des instances de recherche qui revendiquent cette dimension, n’a pas nécessairement le caractère d’universalité qu’elles affichent. On peut évoquer différents modes d’une telle internationalisation superficielle dont la fonction est, pour l’essentiel, « stratégique », utilisation de la référence internationale comme arme dans la concurrence à l’intérieur d’un champ scientifique national, dissimulation, sous couvert d’internationalisation, du cloisonnement de la recherche en spécialités (au nom de la division du travail scientifique), imposition d’une approche ou d’objets de recherche constitués selon des particularités nationales mais présentés comme universels.

Pour déjouer la vision trompeuse du monde scientifique que peuvent induire ces formes d’internationalisation superficielle, une série de travaux se proposent de construire des indicateurs précis permettant d’évaluer le degré réel d’internationalisation des sciences humaines et sociales. Il s’agira ainsi d’analyser les échanges scientifiques à travers la traduction des ouvrages de sciences sociales faites en français et du français pendant les vingt dernières années. Prendre pour unité d’analyse les livres traduits permet en effet de construire des indicateurs standardisés et de faire des comparaisons sur cette base. On pourra ainsi mesurer les différents flux nationaux de traduction, apprécier la représentation des différentes disciplines selon les espaces nationaux d’origine et repérer les éventuelles fluctuations historiques de cette représentation. Il conviendra également de retracer l’évolution des politiques éditoriales dans le domaine des sciences humaines et sociales à partir des catalogues des maisons d’édition, ce qui permettra par ailleurs d’envisager une comparaison avec les politiques éditoriales en matière cette fois de traduction littéraire et de mieux dégager ainsi les spécificités de chacun de ces deux secteurs du marché éditorial. Enfin, prendre pour unité d’analyse les livres traduits permettra aussi de circonscrire la population des auteurs traduits et de s’interroger sur leurs caractéristiques sociales, ainsi que sur d’éventuels traits spécifiques liés à leur appartenance disciplinaire ou nationale.

Sortant de la problématique purement intertextuelle, portant sur le rapport entre un original et sa traduction, cette approche soulève des questions proprement sociologiques, qui portent sur les enjeux et les fonctions des traductions scientifiques, leurs agencements et leurs agents, l’espace international dans lequel elles se situent. Cet espace est régi par trois logiques principales, dont il s’agira à chaque fois d’évaluer le poids relatif : la logique des échanges scientifiques, celle du marché international du livre et celle des relations politiques entre les pays.

Si les échanges scientifiques peuvent jouir d’une relative autonomie, leur logique spécifique peut néanmoins être « brouillée » dans certaines conjonctures particulières. Par exemple, dans le cas des pays où le champ scientifique est soumis à la contrainte et au contrôle politiques, et où les instances de production ainsi que l’organisation des professions sont étatiques (comme cela a été le cas dans les pays d’Europe de l’Est sous les régimes communistes), les échanges et la circulation internationale des productions scientifiques apparaissent d’emblée sur-politisés. Inversement, on peut se demander si, dans le contexte de la globalisation du marché éditorial, certains transferts de productions scientifiques nationales ne sont pas désormais principalement régis par la logique de la rentabilité économique. Entre ces deux extrêmes, se noue une série d’agencements possibles dans lesquels le poids relatif de ces deux logiques varie. Censée être un instrument de médiation et d’échange scientifiques ou de circulation des idées, la traduction peut donc également avoir des fonctions diverses, politiques ou économiques, et devenir un mode de légitimation dont les auteurs et les médiateurs peuvent être les bénéficiaires.

Outre l’analyse des facteurs socio-économiques et culturels qui pèsent sur la sélection des ouvrages traduits, ce projet se donne pour objectif de mener une étude systématique des instances et des acteurs de la médiation, des conditions de leur spécialisation et de leur professionnalisation. La circulation internationale des ouvrages scientifiques s’organise autour de dispositifs et de politiques spécialisées qui seront étudiés en tant que tels ainsi qu’autour d’un ensemble d’agents spécifiques du monde scientifique, universitaires, spécialistes, traducteurs, dont les propriétés sociales et culturelles (socialisation, diplômes, positions institutionnelles, compétences linguistiques, parcours migratoires) seront mises en lumière. Dans ce cadre, prendre pour objet la traduction des ouvrages en sciences sociales est une contribution spécifique à l’histoire sociale des sciences humaines et sociales dans une perspective réflexive : il s’agit, en effet, de comprendre les enjeux, les logiques et les contraintes qui pèsent non seulement sur la circulation internationale des idées en sciences humaines et sociales, mais aussi sur les conditions d’accès au marché du livre, c’est-à-dire sur la diffusion des résultats des recherches accomplies dans ces disciplines auprès d’un public de non spécialistes. Cette enquête permettra à la fois de rendre transparentes les conditions sociales de possibilité d’un dépassement des cloisonnements nationaux à travers la circulation des productions scientifiques, et de mieux saisir les passerelles qui permettent l’articulation de l’univers scientifique avec d’autres univers intellectuels, ou non.

Les conditions sociales de cette forme particulière de réception qu’est la traduction seront également analysées à partir des traductions des oeuvres de Max Weber et de Hölderlin en France. A ce propos, il s’agira d’étudier les « choix » d’objets intellectuels, la manière de les aborder et de se les approprier. En poursuivant la traduction d’ouvrages de Max Weber inédits en français, on se propose d’approfondir l’analyse déjà engagée des présupposés méthodologiques des traductions actuellement disponibles. S’appuyant sur l’histoire de la philologie classique allemande et française qui refusait la séparation de ces deux opérations intellectuelles que sont la traduction et l’interprétation, on étudiera les fondements sociaux des différentes représentations des opérations de traductions de l’oeuvre du grand sociologue allemand. Car le traducteur ne peut se contenter de proposer un glossaire de ses choix de traduction de tel ou tel concept et faire comme si le texte n’était composé que d’une liste de syntagmes. Le texte est aussi et surtout la syntaxe d’un sens qui demande à être restitué avec toute la clarté possible. Ce qui suppose deux types de travaux : l’analyse des conditions sociales et intellectuelles de l’oeuvre en l’occurrence celle de Weber, travail en cours avec des chercheurs allemands, et celles des conditions sociales, éditoriales et intellectuelles des interprétations de ce dernier, une traduction, aussi consciencieuse soit-elle, ne pouvant s’opérer en postulant que des textes écrits « parleraient d’eux-mêmes ». Ce travail sociologique est le complément nécessaire du travail sur l’oeuvre que représente la traduction.

Autre terrain, mais même objet de recherche, les enjeux intellectuels de l’oeuvre de Hölderlin en France (1925-1967) qui donne particulièrement à voir le poids du volume et de la composition du capital scolaire et académique sur les « choix » intellectuels. Partant du constat de la disparité des lectures d’un même poète et de leur structuration entre le pôle des positions universitaires à fort volume de capital savant, et, d’autre part, le pôle « artiste » des écrivains à capital scolaire moindre, seront étudiées les positions intermédiaires, celles qui portent les plus fortes contradictions (objectives et subjectivement vécues). Ainsi, les cas d’universitaires adoptant des points de vue anti-scientifiques (cercle de Stefan George en Allemagne, réception de Heidegger en France, cas de Lévy-Bruhl) et, inversement, d’écrivains en porte-à-faux par rapport à un monde savant qui leur est en partie familier tout spécialement retenu l’attention.

A cet égard, les figures de Jean Wahl, de Lévy-Bruhl et de Groethuysen illustrent chacune à leur manière l’attrait exercé sur des universitaires par des modèles « prophétiques » initialement défendus par des écrivains. A l’inverse, seront analysés l’emprise qu’exerçaient sur des écrivains situés du côté du pôle « prophétique », des modèles savants auxquels ils déniaient pourtant toute pertinence. Le rejet documenté du « positivisme » et de la « psychologie » chez André Breton, le texte d’Aragon sur « La philosophie des paratonnerres », ou encore des textes critiques, la liste de lectures de Raymond Queneau sont autant de terrains de recherche qui seront approfondis.

Pour y parvenir la sociologie de la religion de Max Weber fournira un outil très opératoire pour développer la problématique des relations entre intellectuels savants et non savants : les études de sociologie des religions de Weber, notamment Hindouisme et bouddhisme , ont la particularité de reformuler entièrement l’opposition entre science et religion, profane et sacré, pour repérer au sein de chacun de ces domaines une tension constitutive entre intellectualisme et magie.

 

II-2 Internationalisation des systèmes d’enseignement
Responsable : F. Poupeau  : S. Garcia, B. Geay, C. Soulié

Equipe

La mise en relation des systèmes d’enseignement et des systèmes sociaux constitue la base d’une comparaison des systèmes nationaux et de leurs propriétés respectives afin de définir les obstacles à la construction d’un système éducatif européen. Ce qui est en jeu dans l’internationalisation est, en effet, moins l’internationalisation elle-même que ses effets sur l’État et les stratégies de reproduction de la structure des positions sociales.

L’internationalisation des systèmes éducatifs est ainsi devenue, depuis un certain nombre d’années, un problème social et politique de premier ordre qui touche aux conditions de possibilité d’une harmonisation européenne en matière d’éducation, notamment depuis la Déclaration de Bologne en 1999. Ces transformations restent d’autant plus mal analysées qu’elle sont prises entre deux discours contradictoires, opposant le volontarisme institutionnel des instances de la Commission, relayé par un nombre croissant de ministères nationaux, et la dénonciation militante de ce qui est considéré comme une « destruction marchande » de l’enseignement public. Au-delà de ces controverses, il s’agit de déterminer les enjeux de cette convergence des structures éducatives et ses effets sur les attitudes à l’égard de l’école. La place des États nationaux reste déterminante, que ce soit pour la mise en place de programmes d’échange d’étudiants, la coopération entre institutions (EURYDICE, COMET, ERASMUS, SOCRATES, LINGUA, PETRA), les équivalences des diplômes et les qualifications professionnelles destinées à favoriser la mobilité des personnes, ou encore l’harmonisation globale de la structure des systèmes éducatifs. Le contenu des enseignements et la formation des enseignants restent en effet très différents d’un pays à l’autre.

Car les pays continuent d’osciller entre d’une part des logiques nationales qui relèvent du principe de transmission de la culture nationale, et d’autre part des logiques plurinationales d’adaptation à une culture commune. Les initiatives de la Commission européenne concernant l’élaboration des conditions de création d’une sorte d’« Eurodiplôme », en particulier sous la forme d’ECTS (European Credit Transfer System), doivent faire face aux réactions parfois hostiles des représentants des systèmes éducatifs des États membres. L’enquête portant sur l’Allemagne, la France, la Grèce, l’Espagne, le Royaume Uni et la Suède aura donc une double orientation : elle visera à comparer les principes, historiquement constitués, de définition des politiques éducatives des différents États européens considérés ; elle aura aussi pour objet d’analyser les formes selon lesquelles ces principes se réalisent et s’ajustent de façon à rendre compatibles les demandes externes et les structures des espaces sociaux concernés.

La prise en compte de la capacité des États et des structures nationales à continuer de produire leur propre définition de l’excellence sociale et scolaire permettra de tester l’hypothèse selon laquelle c’est par rapport à des enjeux nationaux et des choix possibles définis au sein des structures nationales que l’on peut comprendre la signification des investissements ou des désinvestissements nationaux. On étudiera ainsi la place des ressources internationales dans chacune des traditions nationales, les rapports de force entre les groupes sociaux qui promeuvent ou contestent les valeurs internationales, et les différentes définitions nationales de l’international qui en résultent.

Parallèlement, dans le prolongement des travaux menés sur les mouvements de contestation scolaire et les stratégies éducatives, plusieurs enquêtes porteront sur la dévalorisation relative du capital scolaire. Celle-ci résulte de l’extension massive de la scolarisation et de la crise de l’institution scolaire, prise entre promesses de « démocratisation » et exigences de formation des élites et de compétitivité économique dont les logiques apparaissent peu compatibles. Les mouvements de contestation dans le système d’enseignement peuvent être considérés comme des indicateurs de la crise d’un mode de reproduction à composante scolaire : la généralisation de l’accès à des niveaux plus élevés de certification modifie le rapport à l’institution scolaire en créant des aspirations en décalage avec les possibilités d’accès au marché du travail. Les grèves étudiantes menées entre 1999 et 2003 dans de nombreuses universités, notamment au sujet des licences professionnelles ou de la réforme LMD, retiendront plus particulièrement l’attention. Cette enquête sera la base d’un travail comparatif avec les mobilisations étudiantes dans d’autres pays (notamment France, Grèce, Espagne, Royaume Uni, Allemagne et Suède) avec pour objectif de cerner les conditions sociales d’un mouvement social dans des systèmes éducatifs différents.

De son côté, la comparaison des systèmes de représentations et des rapports différentiels à la scolarité trouvera son prolongement dans l’étude des modes nationaux d’intégration aux différents segments du marché du travail. En effet, la hausse des qualifications des nouveaux entrants et les exigences nouvelles en matière de mobilité et d’adaptation affectent les conditions traditionnelles d’insertion dans les milieux professionnels, en générant notamment un processus de « précarisation différentielle » qui permet la reproduction des inégalités scolaires dans l’enseignement supérieur et, par là, sur les marchés du travail. L’analyse des conditions de formation des stratégies d’insertion sera élargie aux trajectoires qui s’initient aux marges des instances traditionnelles de socialisation, ce qui correspond non seulement au développement actuel de modes de diffusion non institutionnels de savoirs ou de pratiques culturelles, mais aussi à la valorisation, sur le marché du travail, des dispositions et compétences acquises en dehors des dispositifs proprement scolaires.

L’hypothèse de la crise d’un mode de reproduction à composante scolaire implique aussi d’orienter les recherches sur les processus de formation des élites qui se caractérisent tendanciellement par le cumul de toutes formes de capitaux (économique, culturel, social), accentuant la dévalorisation du capital scolaire. Ce n’est, en effet, qu’en faisant appel à d’autres types de ressources que les titres scolaires atteignent leur meilleure rentabilité, comme le confirme, en France, les pré-enquêtes menées à l’occasion des forums « Grandes Écoles – Entreprises », qui sont autant d’occasion d’observer les formes de présentation de soi, de valorisation des trajectoires (pour les étudiants) et de l’offre éducative (pour les entreprises présentes : direction des ressources humaines, cabinets de conseil) nécessaires au bon fonctionnement de ce marché de la formation. Les notes ethnographiques déjà prises sur ce travail d’inculcation de « savoir-être » seront complétées par une analyse plus globale des ressources investies dans la course à la rentabilisation du capital scolaire sur le marché du travail, en particulier avec une dimension internationale qui apparaît essentielle dans les transformations des stratégies de reproduction des couches dominantes. Ces observations seront étendues aux autres pays dont les classes dominantes ont des structures d’espèces de capital différentes et qui recourent tendanciellement à d’autres modes de transmission entre générations.

Sera également poursuivie l’étude de la construction sociale du marché de la formation à distance dans l’enseignement supérieur. A travers cet objet particulier, il s’agira d’analyser le travail proprement politique entrepris par l’ état pour organiser l’enseignement supérieur selon une logique qui consiste à confier au marché le soin de résoudre des problèmes pédagogiques. Ce transfert implique de reformuler en termes pédagogiques des enjeux économiques liés à « l’internationalisation des échanges de services  éducatifs ». Outre la description concrète de ce mode d’enseignement sera étudié tout particulièrement le travail politique de construction de ce marché (qui suppose, en particulier, la production de règles juridiques nouvelles).

Dans la même logique, sera engagé une recherche sur la constitution d’un champ de l’expertise en éducation, réunissant à la fois des sociologues de l’éducation et des « chercheurs en éducation » (qui relèvent des sciences de l’éducation) qui vont, selon leur position dans ce champ, produire du conseil en éducation auprès du ministère ou/et des syndicats. Dans une logique d’ajustement à la demande politique, ces experts orientent leur production scientifique de manière à inciter les enseignants à infléchir leurs pratiques pédagogiques pour les conformer aux directives officielles. Ils gagnent ainsi leur légitimité par la contribution scientifique qu’ils apportent à la politique visant à « réduire l’écart entre travail prescrit et travail réel » dans le métier d’enseignant. Cette politique argue, en effet, de l’existence de « nouveaux publics » pour introduire dans l’organisation du travail des transformations qui sont à l’oeuvre dans l’ensemble du monde du travail et qui tiennent entre autres à l’importation de logiques managériales et d’efficience économique dans le service public.

 http://www.ehess.fr/centres/cse/projet2001.html