Archives mensuelles : janvier 2006

Parution – « Situations de banlieues »

ÉDUCATION, POLITIQUES, SOCIÉTÉS

Situations de banlieues.
Enseignement, langues, cultures

Sous la direction de Marie-Madeleine Bertucci et Violaine Houdart-Merot

292 p. Prix 25 euros

 

Les banlieues constituent aujourd’hui un espace hétérogène, souvent mal connu, servant de prétexte pour parler d’une crise plus générale, crise de la culture et crise de l’école. Depuis le début des années quatre-vingt, les difficultés de certaines banlieues se sont en effet accrues.

Les conditions d’enseignement, notamment, ont fait l’objet de multiples publications, qui s’accordent pour pointer les difficultés sans pour autant parvenir à offrir une image globale de la situation, prenant en compte l’ensemble des paramètres culturels, sociaux, éducatifs, linguistiques et géographiques.

Les banlieues ne sont-elles pas aussi un ferment de changement, un lieu où peuvent s’élaborer de nouveaux modèles de citoyenneté, de nouvelles formes de culture, de nouvelles manières d’enseigner ? Le présent ouvrage, issu du Centre de recherche texte/histoire (CRTH, université de Cergy-Pontoise) part du postulat que l’on ne peut poser avec pertinence la question de l’enseignement en banlieue si on ne la resitue pas dans une perspective large et interdisciplinaire, prenant en considération les éclairages indispensables et complémentaires apportés par différentes sciences humaines, géographie, sociologie, sociolinguistique, psychanalyse et littérature, mais aussi par les acteurs de terrain. Sont donc ici rassemblées des analyses, réflexions ou propositions issues à la fois de la recherche universitaire et des expériences de terrain, qui s’essaient à parler différemment des banlieues.

 

Marie-Madeleine Bertucci et Violaine Houdart-MerotMarie-Madeleine Bertucci enseigne la linguistique à l’IUFM de Versailles et à l’université de Cergy-Pontoise. Elle mène des recherches sur les politiques linguistiques, notamment sur le plurilinguisme et les variations du français. Elle a publié avec Daniel Delas, Français des banlieues, Français populaire ? (Encrage, 2004) et avec Colette Corblin, Quel français à l’école ? Les programmes de français face à la diversité linguistique (L’Harmattan, 2004).

 

Violaine Houdart-Merot enseigne la littérature à l’université de Cergy-Pontoise. Ses recherches concernent en particulier les relations entre littérature et enseignement et les questions d’intertextualité et de réécriture. Elle a publié notamment La Culture littéraire au lycée depuis 1880 (Presses universitaires de Rennes, 1998), Réécriture et écriture d’invention au lycée (Hachette, 2004) et coordonné avec Emmanuel Fraisse un ouvrage collectif, Les enseignants et la littérature : la transmission en question (CRDP de Créteil/ CRTH, université de Cergy-Pontoise, 2004).

Institut national de recherche pédagogique www.inrp.fr

Conférence Robert Soulières

Dans le cadre d’un séminaire de recherche, le GRÉLQ (Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec) présente une conférence de Robert Soulières, auteur et éditeur pour la jeunesse.

 

La rencontre aura lieu le vendredi 27 janvier 2006

14 heures

Université de Sherbrooke

Faculté des lettres et sciences humaines

Salle A3-113

 

Écrire et Éditer pour la jeunesse

Robert Soulières

Robert Soulières racontera comment, au cours des 25 dernières années, il a réussi à transformer l’écriture et l’édition pour la jeunesse en bouleversant les conventions. Reconnu pour son dynamisme, il présentera son parcours d’écrivain et d’éditeur, aux Éditions Pierre Tisseyre et chez Soulières éditeur principalement.

Les séminaires de recherche du GRÉLQ s’inscrivent dans une série de rencontres mensuelles à l’intention des chercheur(e)s, étudiant(e)s à la maîtrise et au doctorat et tout autre public intéressé par l’édition et le livre.

   

…………………………………..

Lynda Giroux

Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec

Faculté des lettres et sciences humaines

Université de Sherbrooke

819.821-7696

 

Réédition de l’Institution de la littérature

Dubois Jacques, L’institution de la littérature, Labor, 2005
(présentation de Jean-Pierre Bertrand).

En 1978, paraissait un essai qui changeait la perception commune de la littérature : L’Institution de la littérature, devenu depuis un classique de la sociologie littéraire.

Son auteur analysait la littérature comme un lieu de pouvoir d’autant plus puissant qu’il ne s’avoue jamais comme tel. En tant qu’institution, la littérature n’obéit à aucune charte, n’est dotée que d’une faible visibilité, mais ses mécanismes et ses effets peuvent se mesurer.

Décrivant la littérature des XIXe et XXe siècles en ces termes, Jacques Dubois démontait, pièce par pièce, la littérature dans ses croyances, ses mythes et ses rituels.

Les esprits les plus romantiques ont crié au parjure et à l’iconoclastie car plus aucune place n’était faite au sacre de la littérature puisque ce sacre lui-même était examiné dans son processus de construction, comme faisant partie intégrante de l’édifice.

* Vers une théorie de l’institution littéraire
* Les deux sphères de production
* Fonctions de la littérature
* Instances de production, instances de légitimation
* Statut de l’écrivain
* Lecture et conditions de lisibilité
* Littératures minoritaires
* Statut du texte

Jacques Dubois, professeur émérite de l’université de Liège, a enseigné la littérature française des XIXe et XXe siècles et la sociologie des institutions culturelles. Il a publié de nombreux ouvrages : Les Romanciers du réel, Pour Albertine (Seuil) et Simenon, Romans (Bibliothèque de la Pléiade).

Recherche chargé de cours à Evry

L’université d’Evry Val d’Essonne recherche, pour le second semestre , des chargés de TD pour des cours de sociologie des pratiques culturelles en première année de licence AES. Pour tout renseignement, vous pouvez envoyer un mail avec CV très rapidement à Réjane Vallée, responsable de la licence AES, merci par avance !
(mail : rejane.stephane@wanadoo.fr)

Colloque – « Littérature et don »

Appel à communication : « Littérature et don »

Pour sa journée d’étude du printemps, qui aura lieu le 7 avril 2006 à l’Université de Montréal, le Collège de sociocritique de Montréal propose une réflexion sur le thème : « Littérature et don ».

 
Élaboré par Marcel Mauss dans son célèbre Essai sur le don (1923-24), le concept de don a exercé une influence certaine sur les sciences sociales, non seulement dans l’étude des systèmes de relations dans les sociétés archaïques, mais aussi dans la socio-anthropologie des sociétés capitalistes modernes. Postuler l’existence de dons, c’est-à-dire de prestations de bien ou de service sans garantie de retour, c’était aller à l’encontre des utilitarismes de toutes obédiences ; parler du don comme d’un fondement de certains rapports et de certaines actions humaines, c’est refuser l’universel cynisme sans pour autant céder à l’illusion de la pure interaction : derrière son apparente gratuité, le don fait toujours en effet du donataire « l’obligé » du donateur qui exerce alors sur lui une sorte de violence symbolique. Replacé dans la triple obligation de donner, de recevoir et de rendre, le don peut infléchir et compléter la compréhension « stratégique » du fait social.

 
Le champ littéraire, lieu par excellence du désintéressement et du raisonnement anti-économique (Bourdieu), semble être l’espace idéal pour le développement d’une chaîne infinie de dons et de contre-dons : une préface, une place dans le comité de rédaction d’une revue, un vote de cooptation, ou encore une dédicace se donnent-ils, et impliquent-ils par là même l’obligation de « renvoyer l’ascenseur » ? Peut-on ramener au don la formation de réseaux, de groupes et de sociabilités littéraires ? Et, plus largement, où situer la frontière entre la gratuité et l’intérêt dans le cadre d’un champ de forces et de concurrences ? Comment s’entrechoquent et s’entremêlent, en milieu littéraire, les actes relevant du don, de l’amitié, de la dette, de la gratitude, voire de l’hospitalité ? Telles seront quelques-unes des interrogations qu’ouvrira cette journée d’étude du Collège de sociocritique de Montréal.

 
On se demandera en outre, dans une seconde dimension, comment la littérature exprime le don. Dans quelle circonstance y a-t-elle recours ? Quelle place occupe le don quand la littérature parle d’économie ? Quelles formes les représentations du don sont-elles susceptibles de prendre ? Tant sur le plan de la théorie que sur celui des représentations, cette journée d’étude se donne pour ambition de traiter le don, dans les études littéraires, comme un nouveau paradigme, ou à tout le moins comme un concept à forte valeur opératoire.

 
Les propositions de communication (une dizaine de lignes maximum) sont attendues pour le 15 février 2006 et doivent être envoyées à Anthony Glinoer (Anthony.Glinoer@crilcq.ulaval.ca). Les études de cas sont acceptées mais elles doivent impérativement mener à des questionnements d’ordre théorique ou méthodologique.

 
Les frais de transport et de séjour seront à la charge des participants

COnTEXTES: groupe de contact sur la sociologie de la littérature

Le groupe de contacts FNRS COnTEXTES, qui rassemble des personnes intéressées par la sociologie de la littérature, dispose d’un site internet: http://www.contextes.net. Il comprend notamment la liste des publications des chercheurs du groupe en rapport avec la sociologie de la littérature, et sert de plate-forme de diffusion de l’actualité et des activités du groupe.

 
Dans ce sens, l’espace de publication du site reprend les comptes rendus critiques d’ouvrages discutés lors des réunions et les conférences-débats, sous forme audio et/ou video, organisées par le groupe. Sont disponibles comme conférences:
– la conférence de Jacques Dubois (auteur de L’Institution de la littérature, Paris – Bruxelles, Nathan – Labor, 1978, réédité chez Labor, collection Espace Nord Références, en 2005), en vidéo à l’adresse http://139.165.7.240/spip/article.php3?id_article=6.
– un compte rendu écrit par François Provenzano de la conférence de Michel Biron (auteur de La Modernité belge, Bruxelles, Labor, 1994 et de L’Absence du maître, Montréal, Presses Universitaires de Montréal, 2000), à l’adresse http://139.165.7.240/spip/article.php3?id_article=5.
– la conférence de Jérôme Meizoz (auteur de L’Oeil sociologue et la Littérature, Essai, Slatkine Érudition, 2004), en audio à l’adresse http://139.165.7.240/spip/article.php3?id_article=11.

 
Ces fichiers sont disponibles en libre téléchargement.