Archives mensuelles : mars 2006

Parution – La Circulation internationale des littératures

Publié sous la direction de JEROME MEIZOZ

La Circulation internationale des littératures

Etudes de lettres
316 pages
ISBN 2-940331-10-3
CHF 26
(prix étudiant CHF 22)

Commande auprès de: Anna.Splivallo@unil.ch

ou par courrier

Fruit d’un colloque international à l’Université de Lausanne en janvier 2005, organisé par le réseau ESSE et l’Ecole doctorale interdisciplinaire, «La circulation internationale des littératures» étudie la logique des échanges littéraires entre nations. Cet ouvrage collectif se propose d’élargir la vision trop cloisonnée que nous avons des traditions littéraires nationales constituées au XIXe siècle à partir d’historiographies patriotiques.

 
Dans une perspective interdisciplinaire, comparatistes, historiens, linguistes et sociologues se sont dotés d’instruments nouveaux pour penser ces échanges en termes de «transferts» non dépourvus de rapports de force symboliques, et pour décrire ce que Pierre Bourdieu nommait «les conditions sociales de la circulation internationale» des textes et des formes.

 
Etudes sur Diderot, Lenz, Jane Austen, Ramuz, Johnson, Brecht, Fortini, les foires littéraires, les agents littéraires, etc.

SOMMAIRE

Jérôme MEIZOZ

Avant-propos

Anne SAADA
Diderot dans la France et l’Allemagne des Lumières: logique des espaces et logique des échanges

Heribert TOMMEK
À sa place. Essai de comparaison: les trajectoires de J.-J. Rousseau et de J. M. R. Lenz

Paul DIRKX
Éléments pour une sociologie de l’immigration littéraire.  Les agents littéraires belges francophones en France

Jérôme DAVID
Agents littéraires et foires internationales du livre: premiers jalons d’une recherche en cours

Kristina SCHULZ
La volonté d’autonomie. Esquisse de l’état des champs littéraires en Suisse à l’époque nazie à travers les prises de position envers les écrivains exilés en Suisse

Ioana POPA
Politique et poésie au service de la traduction: les «poètes-traducteurs» communistes

Lucia DRAGOMIR
Les échanges culturels de l’Union des Ecrivains de Roumanie dans les années 1960

Valérie COSSY
Jane Austen en français: ou comment genre romanesque et rapports sociaux de sexe résistent ensemble à la traduction

Cyrille FRANÇOIS
Traduire une réécriture: quand Strändernas svall d’Eyvind Johnson devient Heureux Ulysse…

Anne-Laure PELLA
De l’arménien à l’espéranto: Ramuz au fil du temps et des langues

Bibiane FRECHE
La création des Biennales de poésie de Knokke en 1952 ou l’ascension tranquille du Journal des Poètes sur la scène littéraire internationale

Rosario GENNARO
Échanges internationaux et nationalisme littéraire.  Écrivains italiens entre Rome et Paris

Riccardo BONAVITA
Traduire pour créer une nouvelle position: la trajectoire de Franco Fortini d’Éluard à Brecht

Thibault LACHAT
Auguste Viatte et les échanges culturels francophones: un intellectuel à la croisée des champs culturels français et francophones

Journée d’étude – Littérature et don

Littérature et don

 

Journée d’étude du Collège de sociocritique de Montréal

Université de Montréal

Pavillon Lionel-Groulx

Local C-9141

 

7 avril 2006

 

Président de séance : Anthony Glinoer (Université Laval)

 

Matinée : Le don et ses avatars

 

9h00 Bruno Viard (Université de Provence) : « L’oeuvre littéraire comme don. Pour un contre-Contre-Sainte-Beuve »

 

9h40 Michel Lacroix (Université du Québec à Trois-Rivières) : « « La plus précieuse denrée de ce monde, l’amitié ». Don, échange, identité »

 

10h20 Pause

 

10h40 Djemaa Maazouzi (Université de Montréal) : « De l’hospitalité « acte poétique » au geste politique »

 

11h20 Bruno Tribout (National University of Ireland, Maynooth) : « Le pouvoir du don ? : réflexion sur le caractère autoritaire du don à travers la clémence du Prince à l’âge moderne »

 

 

Après-midi : Dire le don

 

14h00 Charles-Étienne Tremblay (Université de Montréal) : « Rimbaud, ou le don de l’impossible littéraire »

 

14h40 Hémery-Hervais Sima Eyi (Université Omar Bongo de Libreville, Gabon) : « La représentation symbolique du « don » et ses enjeux socio-textuels dans le roman gabonais de 1980 à 2005 »

 

15h20 Geneviève Lafrance (Université de Montréal) : « Pour une approche historique des représentations de dons ou comment lire après Mauss la bienfaisance romanesque au XVIIIe siècle »

 

16h00 Discussion finale

 

Colloque – 1857. Un état de l’imaginaire littéraire

Voici le programme d’un colloque qui pourrait vous intéresser.

1857. Un état de l’imaginaire littéraire

24 et 25 mars 2006, Université Concordia, Montréal
1400, boul. de Maisonneuve Ouest, 6e étage, local LB 628

Vendredi 24 mars, 9h-12h15
Première séance : Autour du roman
Président de séance, Benoît Melançon (Université de Montréal)

9h-9h45
Stéphane Vachon (Université de Montréal)
Balzac entre 1856 et 1858

9h45-10h30
Isabelle Daunais (Université McGill)
Champfleury et le nouveau théâtre du monde

10h45-11h30
Isabelle Tournier (Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis)
Sue posthume

11h30-12h15
Nicolas Gauthier (Université de Montréal)
Les « mystères de Paris » au coeur des Drames de Paris de Ponson du Terrail : clichés et imaginaire littéraire

Vendredi 24 mars, 14h-16h30
Deuxième séance : Passages et formes
Président de séance, Michel Biron (Université McGill)

14h-14h45
Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège)
La poétique du fil : Odes funambulesques de Théodore de Banville

14h45-15h30
Geneviève Sicotte (Université Concordia)
Flaubert et la question des genres

15h45-16h30
Benoit Léger (Université Concordia)
Gulliver au mitan du siècle

Samedi 25 mars, 9h-12h15
Troisième séance : Gnoséologie et sociabilités
Président de séance, Sylvain David (Université Concordia)

9h-9h45
Marc Angenot (Université McGill)
Tombeau d’Auguste Comte : 5 septembre 1857

9h45-10h30
Pierre Popovic (Université de Montréal)
La Femme-Messie, 1857 et Paulin Gagne

10h45-11h30
Micheline Cambron (Université de Montréal)
Pédagogie et mondanité

11h30-12h15
Anthony Glinoer (Université Laval)
Le triomphe des « hommes sans lettres »

Samedi 25 mars, 14h-17h
Quatrième séance : Rire en 1857
Président de séance, Benoit Léger (Université Concordia)

14h-15h30
Présentations de trois oeuvres où transparaît une forme du rire littéraire :
Le roman, par Émilie Brière (maîtrise, Université de Montréal)
Le journal, par Judith Proulx (maîtrise, Université de Montréal)
Le théâtre, par Julie Racine (maîtrise, Université de Montréal)

15h45-16h45
Discussion collégiale
Chaque conférencier dispose de cinq minutes pour raconter une blague ou décrire un trait d’humour typiques de 1857 et pour fournir une courte analyse de la socialité du rire au temps de Baudelaire.

Samedi 25 mars, 17h
Vin d’honneur

L’atelier de recherche « 1857. Un état de l’imaginaire littéraire » a pu être mis sur pied grâce à l’aide du département d’Études françaises de l’Université Concordia, du département d’Études françaises de l’Université de Montréal, du Vice-décanat à la recherche de la Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal ainsi que du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH).

Renseignements : Geneviève Sicotte, Université Concordia
(514) 848-2424 # 5598 ou gsicotte@alcor.concordia.ca

Sur la notion de champ : Contributions des doctorants de l’école d’été 05 (réseau ESSE)

Ouvrage autour de la notion de champ

Abstract: Les actes de l’école d’été ESSE viennent d’être publiées.

Autour de la notion de Champ. Actes de l’école d’été ESSE 4-9 Juillet 2005, Présentation Nikos PANAYOTOPOULOS Service de Presse de l’Université de Crète, 2006

Table des matières

Prologue : Nikos Panayotopoulos

I Partie : La notion de champ: Acquis et perspectives

Franz Schultheis, Μελετώντας τον Βέμπερ και πηγαίνοντας πέρα από αυτόν: Η θεωρία του Πιέρ Μπουρντιέ περί θρησκευτικού πεδίου

Patrick Champagne, La notion de « champ » chez Bourdieu et son application à l’analyse des médias.

Anna Boschetti, Les travaux sur le champ litteraire. Enjeux, acquis, perspectives

Yves Winkin, De l’habitus au champ : A propos d’une biographie de Goffman

Nikos Panayotopoulos, Η εννοια του πεδιου: μια μήτρα νέων εμπειρικών αντικειμένων

Ingrid Gilcher-Holtey, Position and position-taking: Bertolt Brecht in the literary field of the Weimar Republic

ΙΙ Partie : La notion de champ et constructions d’objets

Andrea Rapini, Genesi di un’idea: lo scooter Vespa

Marta Roca i Escoda, La notion de champ dans l’étude de la confection de la loi sur les couples homosexuels dans le canton de Genève

Buata Bundu Malela, Les écrivains afro-francophones de l’ère coloniale (1920-1960)

Stefan Herold, Le champ scolaire face à la longue transition encore inachevée de l’Allemagne de l’Est

Anna Baldini, Sketch of a study on Italian literary field after the Second World War

Jean-Pierre Selic, Le commerce déclassé.Réflexions sur la structure du champ professionnel du petit commerce

Michele Nani, Il campo socialista. Per una storia sociale del socialismo internazionale, 1880-1900

Gwenaëlle Bauvois, Albert Edelfelt. Trajectoire d’un peintre finlandais dans le champ artistique français

Δέσποινα Βαλάση, Το πεδίο της ελίτ ιδιωτικής εκπαίδευσης στην Ελλάδα

http://www.espacesse.org/fr/art-178.html

Parution – Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, « La Modernité romantique »

Jean-Pierre Bertrand et Pascal Durand, La Modernité romantique. De Lamartine à Nerval, Paris-Bruxelles, Les Impressions nouvelles, collection « Réflexions faites », 240 pages, 16 x 24 cm, broché, 22 euros, ISBN 2-87449-008-3, EAN 9782874490088, Parution 31 mars 2006 http://www.lesimpressionsnouvelles.com/la_modernite_romantique.htm
 

Lit-on encore les poètes romantiques ? Naufragés de la modernité commençante, ils ont tenté de reprendre souffle dans un monde désenchanté et les voilà engloutis dans les anthologies et les explications de texte convenues. Lamartine ? On ne se souvient guère que du « Lac ». Sainte-Beuve ? Le critique dont Proust a basculé la redondante statue a tué le poète. Vigny ? Trop sévère et trop sensuel à la fois pour nos hédonismes obligatoires. Hugo ? Il n’est plus question que du romancier. Musset ? On le joue encore au théâtre, sa poésie est dévaluée. Nerval ? Trop grandi, il est la victime de l’hermétisme qu’on lui suppose. Les « petits romantiques » ? Nous ne les connaissons plus guère que par Baudelaire interposé.

La poésie moderne est incompréhensible coupée du moment romantique qui la propulse en premier et avec lequel elle rompra les amarres. Baudelaire, Lautréamont, Rimbaud, Mallarmé, Apollinaire même seront tous comptables de l’effraction que le romantisme a produite au sein du champ littéraire de la première moitié du siècle.

Un sujet, un monde, un langage. Et entre ces instances, une circulation, des médiations, mais aussi des tensions et des blocages. C’est de ce romantisme-là, loin des mythes et des routines, qu’il s’agit ici de retrouver l’énergie et la force d’invention. Au plus près des textes et de leur mise en dialogue, et dans le rapport si complexe qu’ils entretiennent avec l’histoire. Histoire d’un sujet lyrique, qui se dit et qui se pense. Histoire d’un monde qui se transforme et que la poésie tente de sonder. Il faut prendre la poésie au sérieux : voilà ce que les romantiques, les premiers à l’âge moderne, ont fait savoir. Voilà pourquoi il faut aussi les prendre au mot.

 

Les auteurs

Pascal Durand enseigne à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège dans les deux domaines de la sociologie des institutions culturelles et des théories critiques de l’information. Spécialiste de Mallarmé, auquel il a réservé plusieurs ouvrages et de nombreux articles, il a publié récemment Médias et Censure (Éditions de l’Université de Liège, 2004), Naissance de l’Éditeur (avec A. Glinoer, Les Impressions Nouvelles, 2005) et, aux éditions Actes Sud, L’Art d’être Hugo, lecture d’une poésie siècle (collection « Un endroit où aller », 2005). Il a codirigé en juillet 2001 le colloque international de Cerisy-la-Salle sur Pierre Bourdieu, dont les actes viennent de paraître. La Modernité romantique, de Lamartine à Nerval , qu’il signe avec Jean-Pierre Bertrand aux Impressions Nouvelles constitue le premier volet d’un diptyque consacré à l’histoire sociale des formes poétiques au XIX e siècle, dont le second volet paraît simultanément aux éditions du Seuil ( Les Poètes de la Modernité, de Baudelaire à Apollinaire , collection « Points Lettres », 2006).

Jean-Pierre Bertrand est professeur à l’Université de Liège où il préside le Département de Langues et Littératures romanes. Il s’est occupé de l’édition de plusieurs volumes de la collection « GF » : Les Complaintes de Jules Laforgue, Les Lauriers sont coupés d’Édouard Dujardin, Vies imaginaires de Marcel Schwob ainsi que Paludes d’André Gide, chez Gallimard, dans la « Foliothèque ». Il est notamment l’auteur de Histoire de la littérature française du XIX e siècle (avec A. Vaillant et Ph. Régnier), Paris, Nathan-Université, 1999. Avec Pascal Durand, il va publier Les poètes de la modernité, de Baudelaire à Apollinaire au Seuil, dans la collection « Points-Lettres ».

Pascal Durand a également fait paraître aux Impressions Nouvelles :
Naissance de l’éditeur, l’édition à l’âge romantique (en collaboration avec Anthony Glinoer, préface de Hubert Nyssen).

         

Sommaire de l’ouvrage   

Révolutions

Chapitre premier – Lamartine, Sainte-Beuve : la révolution prudente

Lamartine : sortir de l’impasse
Une trajectoire romantique : ascension et chute
Je/ici/maintenant
Le néant, le possible
Une écriture du sensible
La poésie avec la prose
Le Poète et l’Histoire
Sainte-Beuve : le goût de l’échec
L’originalité équivoque d’un projet
Tracer une description fidèle de cette vie
Une poésie de l’héritage
Feuilles volantes et petits carrés de papier
Une modernité en demi-teinte

 

Chapitre 2 – Vigny : tout un monde fatal

Le genre du Poème
Le Texte sans la Foi
Discrétion de la métaphore
La Fable moderne
Une poétique du silence
Finir en beauté
Poète antique ou moderne ?

 

Chapitre 3 – Hugo : une forme qui va

Orphée au service
Devenir Hugo
Profondeurs de l’intime
La voix extérieure
Guerre à la rhétorique
Je suis toi
L’Histoire en morceaux
Le vers personnellement

 

Chapitre 4 – Musset : la poésie mise à distance

Le siècle mandarin
L’enfant terrible
L’année terrible
Un prototype romantique
Don Juan et Faust, Alfred et George

 

Chapitre 5 – De Bertrand à Dupont : grandeur des petits

Les inventions de Baudelaire
Devenir-petit-romantique
Du daguerréotype en littérature : Aloysius Bertrand
Voix de femme : Marceline Desbordes-Valmore
Voix du peuple : Béranger, Dupont

 

Chapitre 6 – Nerval : le romantisme à la limite

Modernité de la vision et musicalisation du discours
Le mérite de l’expression
La preuve par la signification
Extension du domaine de la poésie
La poésie sous tension
 

Bibliographie

 

Parution – « Figures de l’éditeur »

Bertrand Legendre et Christian Robin (dir.), Figures de l’éditeur. Représentations, savoirs, compétences, territoires, Nouveau monde éditions, 2005.  Isbn : 2-84736-151-0 / Ean 13 : 9782847361513. Prix : 25 euros.
 

Ce volume rassemble les communications du colloque Figures de l’éditeur qui s’est tenu à l’université Paris 13 en mai 2005. Mutations du paysage éditorial, évolution de la place du livre, rôle de ses concepteurs, producteurs et médiateurs dans la formation des idées et dans la circulation de l’information : comment évoluent aujourd’hui les Figures de l’éditeur dans ce jeu de tensions où se rencontrent des facteurs intellectuels et esthétiques, économiques et politiques, technologiques encore, eux-mêmes renouvelés par des logiques transnationales ? A partir de cette question centrale, la réflexion proposée ici s’applique à saisir, de manière interdisciplinaire, les modes de perception de l’éditeur, son rôle de médiation dans l’espace public, la fonction éditoriale en prise aux tensions économiques et à la technicisation, la dimension territoriale, enfin, par laquelle le travail de l’éditeur s’inscrit dans un champ géographique, linguistique et social. 
 
 
Sommaire:
 

  • AXE REPRESENTATION
  • Giangiacomo Feltrinelli éditeur militant : trajectoire individuelle et construction d’une figure mythique
  • La mort de l’éditeur
  • De la culpabilité d’être marchand : duplicité de l’auteur-éditeur
  • Figures d’éditeurs français après 1945 : habitus, habitus professionnel et transformation du champ éditorial
  • AXE SAVOIRS
  • De l’Atelier du Père Castor aux Yeux de la découverte : créativité éditoriale et médiation des savoirs dans l’édition du livre documentaire jeunesse
  • L’éditeur de livres scientifiques de vulgarisation face aux ambiguïtés du projet vulgarisateur ; Des négociations enchevêtrées
  • La relation au savoir des éditeurs scolaires
  • L’éditeur encyclopédiste, promoteur d’une politique de la connaissance ? L’Encyclopédie française et les enjeux de la vulgarisation
  • AXES COMPETENCES
  • Du rêve d’éditer au métier d’éditeur
  • Compétences et pratiques de l’éditeur, entre tradition et innovation
  • Le savoir-lire de l’éditeur ? Présupposés et modalités
  • la machine éditrice ; Impacts de la composante technique dans la dissémination des pratiques éditoriales
  • AXES TERRITOIRES
  • L’éditeur et les instruction ministérielles ; L’histoire à l’école élémentaire de Jean-Pierre Chevènement à Jack Lang
  • L’édition francophone dans les marges
  • L’éditeur comme figure mythique : Maçon Clément et Ulysse  
  • Journée d’étude du groupe de contact COnTEXTES

    Groupe de contact F.N.R.S. en sociologie de la littérature

     

    Journée d’étude du 28 mars 2006

    L’idéologie en sociologie de la littérature : questions de méthodes

    Programme

    09.00  Accueil

    Jean-Pierre Bertrand (ULg), allocution d’ouverture

    Séance
    1, président :
    Jean-Pierre
    Bertrand (ULg)

    09.30   Paul Aron (F.N.R.S. – ULB)

    Idéologie, pas morte !

    09.50   Gisèle Sapiro (E.H.E.S.S – C.N.R.S.)

    Pour une approche sociologique des relations entre littérature et idéologie

    10.10  Discussion

    10.30   Pause

    Séance
    2, président :
    Jean-Pierre
    Bertrand (ULg)

    11.00   Benoît Denis (ULg)

    Ironie et idéologie. Réflexions sur la ‘responsabilité idéologique’ du texte

    11.20   Pascal Durand (ULg)

    L’occulte au fond de tous’ : idéologie et sens littéraire commun

    12.00  Discussion

    12.20   Repas commun


    Séance
    3, président :
    Jean-Marie
    Klinkenberg (ULg)

    14.00   Dominique Maingueneau (Paris XII)

    Une notion bien embarrassante pour les analystes du discours

    14.20   David Vrydaghs (F.N.R.S. – ULg)

           
    Idéologie et adhésion : de faux amis ?

    14.40  Discussion

    15.00   Pause

    Séance
    4, président :
    Jean-Marie
    Klinkenberg (ULg)

    15.30   Christine Poirier (U. Ottawa – Collège de Sociocritique)

    Le yiddish au service de la révolution dans le Montréal de l’entre-deux-guerres

    15.50   Kristine Vanden Berghe (ULg)

           
    Critique et idéologie dans les récits du Sous-commandant Marcos.

    16.10  Discussion

    16.30   Laurent Demoulin (ULg) et François Provenzano (F.N.R.S. – ULg)

           
    Conclusions

     

    Informations pratiques

     

    La première journée d’étude du groupe CoNTEXTES se tiendra à l’Université de Liège, place du xx août, à 4000 Liège (Belgique). La matinée se déroulera dans la salle A4/R100, l’après-midi au local A2/5/16. Un flèchage guidera les visiteurs depuis l’entrée principale, située place du xx août.