Archives mensuelles : juin 2006

Journée d’étude : « Théorie de la réception. Problèmes et études »

Vème journée annuelle d’étude organisée par la Société chauvinoise de philosophie

 
Samedi 24 juin
C.A.P. Michel-Foucault – route de Châtellerault, Chauvigny
 

Pour faire suite à une séance tenue en 2003 à l’EHESS sous le titre : « Histoire de la philosophie – histoire des idées : approches problématiques », la SCP organise le 24 juin une journée d’étude consacrée à la théorie de la réception. Cette théorie, développée en particulier par l’Ecole de Constance (Jauss, Iser, etc.) portait, à l’origine, exclusivement sur la littérature. Depuis plusieurs années, les études philosophiques se sont intéressées aux phénomènes de réception, et en particulier à propos des auteurs dit « mineurs », mais aussi en lien avec des études portant sur les transferts culturels. De plus en plus, les auteurs canoniques du panthéon philosophique ont fait l’objet de travaux et d’études (Spinoza est, en ce sens, un exemple remarquable).
 
A partir de 10 heures

Eric Puisais, Théorie de la réception : approche problématique.

Isabelle Moreau, Le cas libertin : quelle réception ?

Iris Boiziau, Traduction, vision du monde et philosophie.

Emmanuel Chubilleau, historiographie matérialiste des idées et théorie de la réception

Paolo Quintili, La réception du matérialisme de Diderot en Italie et en France: un parallèle historique.

Nicole Gengoux, Le Theophrastus et Spinoza.

 

Date : samedi 24 juin 2006

Contact

Url de référence : Société Chauvinoise de Philosophie

Deux publications récentes

Ehsan Ahmed, Clément Marot: The Mirror of the Prince, EMF Critiques. Charlottesville: Rookwood Press, 2005. 100 pages.
Broché.

ISBN 1-886365-57-1 / 978188636555.

US$19.95.

Ce livre étudie le rapport entre le poète et le roi François Ier, tel qu’il se présente dans l’oeuvre de Marot. Le miroir poétique du prince offre non seulement un portrait du monarque mais aussi du poète énigmatique. Les différents critiques ont considéré Marot comme catholique, évangélique, luthérien, et calviniste. Ses oeuvres reflètent divers sentiments religieux sans aucune alliance définitive. Comme Pierre Caroli, Martial Mazurier, Erasme et Marguerite de Navarre, Marot écrit d’une manière qui ne peut pas être fixée. C’est un poète en mouvement. Ce travail donne une nouvelle perspective sur l’identité complexe du Quercinois. A travers le symbolisme de la royauté s’expriment les croyances religieuses et politiques de Marot, mais plutôt que les figer, les portraits de François Ier facilitent l’articulation des voix multiples du poète. Du Temple de Cupidon aux traductions des psaumes, le roi sert comme médiateur des différents intérêts de Marot. Défenseur idéalisé des amants fidèles, des humanistes, et de la France Très Chrétienne, François Ier mène les charges du poète. Or, d’une manière cohérente, Marot dépeint le roi dans son role sacral, le comparant au Christ, Pan, et David. Marot intègre, dès le début, l’identité théopolitique du prince dans sa poésie, et il la refaçonne continuellement pour avancer ses idées. Cette conjonction du sacré et du séculier, toujours liée à l’image de François Ier, nous impose revoir la question de l’identité religieuse de Clément Marot.
 
Michel Guérin, La grande dispute. Essai sur l’ambition, Stendhal et le XIXe siècle, Actes Sud, 2006, 23,90 euros

La « grande dispute », selon Stendhal, est celle qui tourne autour du « mérite », question psychologique et collective qui marque le roman romantique français. Julien Sorel, le héros du Rouge et le Noir, accomplit le type de l’ambitieux, non sans paradoxe puisqu’il cultive sa singularité inimitable. La dispute est un combat pour exister, mais aussi un débat avec soi-même : Julien Sorel ne veut pas avoir, il veut être. Cet essai est à la fois un livre sur Stendhal, une réflexion sur le roman et une méditation sur le XIXe siècle. La figure de l’ambition livre sans doute, dans la fiction comme dans la réalité politique, une des clés pour comprendre ce siècle, apparemment loin de nous et cependant si proche par certains côtés.

Colloque « Document numérique et société »

Conférence « Document numérique et Société » (DocSoc)

20 et 21 septembre 2006, à Fribourg, Suisse

La Semaine du Document Numérique est une manifestation biennale francophone initiée par le Réseau Thématique Pluridisciplinaire Document (http://rtp-doc.enssib.fr). Elle réunit diverses conférences scientifiques autour du document numérique, faisant converger des communautés des sciences et technologies de l’information (STIC) et des sciences humaines et sociales (SHS).

A cette occasion, la première édition de la conférence « Document numérique et Société » (DocSoc) est lancée. Son objectif est d’apporter des éclairages sur les dimensions économiques et sociétales de la production éditoriale des documents numériques, en étudiant les nouvelles formes médiées d’écriture et de lecture orchestrées par les TIC. Cette conférence sera organisée autour des thématiques suivantes : Enjeux économiques et stratégies d’acteurs, navigation sociale et utils, nouveaux genres éditoriaux, pratiques sociales innovantes.

Vingt communications composent la journée et demi de conférences, le programme complet est en ligne : http://diuf.unifr.ch/event/sdn06/programme/DOCSOC/programme.html

Pour les modalités d’inscription : http://diuf.unifr.ch/event/sdn06/inscription.html. L’inscription à la Semaine du Document Numérique permet d’assister à un ensemble de manifestations dont la conférence DocSoc.

Organisation Ghislaine Chartron, Professeur en Information-Communication, INRP et Ursidoc/Lyon.
Evelyne Broudoux, Maître de conférences en Information-Communication, IUT Vélizy – UVSQ.

Comité scientifique
Claire Bélisle (LIRE-CNRS, ISH Lyon)
Olivier Bomsel (CERNA, Ecole des Mines de Paris)
Evelyne Broudoux (IUT Vélizy, UVSQ)
Dominique Cartellier (GRESEC, Univ. Grenoble 3)
Philippe Chantepie (Ministère de la Culture)
Ghislaine Chartron (INRP Lyon)
Olivier Delteil (Les Echos)
Yolande Estermann Wiskott (HEG-Documentation, Genève)
Brigitte Guyot (INTD-CNAM)
Josiane Jouët (IFP, Univ. Paris 2)
Hervé Le Crosnier (GREYC, Univ. de Caen)
Bertrand Legendre (LABSIC, Paris 13)
Marc Minon (CAIRN)
Franck Rebillard (ICOM, Univ. Lyon 2)
Jean-Michel Salaün (EBSI, Montréal)
Mathieu Stoll (Ministère de l’Education nationale, ES&R)

Programme prévisionnel

Mercredi 20 septembre matin :

Enjeux économiques et stratégies d’acteurs

Peut-on envisager les systèmes DRM comme des outils de régulation fiables ?
Grazia Cecere et Michèle Francine Mbo’o Ida, Université Paris Sud XI

Quelle architecture informatique pour une approche économique des documents numériques ?
Hervé Lecrosnier, Université de Caen

L’infomédiation de l’information en ligne. Les cas des filiales françaises de Google et de Yahoo
Robert Boure, Nikos Smyrnaios, Université Toulouse 3

Google, la recherche a un modèle économique
Guillaume Roussel, INRP

L’analyse d’un éditeur non-marchand de ressources numérisées éducatives :
l’UMVF (Université Médicale Virtuelle Francophone)
François Horn et Thomas Lamarche, Université Lille 3

Une relecture du champ théorique de la bibliothèque de recherche à la lumière de ses potentialités éditoriales
Chérifa Boukacem, Université Lille 3

Jeudi 21 septembre:

Navigation sociale et Outils

MAWA, dispositif de “ navigation sociale ”
Christophe Alcantara, Jean-Thierry Julia, Jean-Marie Pecatte, Nicolas Singer, Sylvie Trouilhet, Université Toulouse 3

La diffusion de l’information documentaire et des actualités en format
RSS : un exemple de mise en place au Centre de Documentation en Santé Publique (CDSP) de Lausanne.
Pablo Iriarte, CHUV – Lausanne

*Nouveaux genres éditoriaux

*Wiki: un modèle de publication auto-formant sur la relation aux médias et facilitant la production de contenus collectifs, Vincent Mabillot, Université Lyon 2

Les sites participatifs et le journalisme citoyen : un nouveau modèle éditorial qui fait ses preuves.
Lionel Barbe, Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

L’édition de référence libre et collaborative : le cas de Wikipedia
Laure Endrizzi, INRP

Les Blogs sur Internet : nouveau genre éditorial numérique, nouvelle forme sociale?
Nolwenn Hénaff, IUT de Vannes

Journalisme et Internet : entre diffusion mass-médiatique et circulation réticulaire de l’information.
Franck Rebillard, Université Lyon 2

La mise en oeuvre de dispositifs éditoriaux dans les projets internationaux de R&D en SHS : une approche pragmatique de la communication scientifique sur les réseaux
Anne Piponnier, Université de Bordeaux3

Améliorer les pratiques textuelles dans les environnements de travail électroniques par la prise en compte du genre : le cas du gouvernement fédéral canadien Inge Alberts, Suzanne Bertrand-Gastaldy, École de bibliothéconomie et des sciences de l’information, Université de Montréal et Stéphanie Pouchot Université Claude Bernard – Lyon 1
Pratiques sociales innovantes

Encyclopédies en ligne : quels enjeux pour le lecteur ?
Claire Bélisle, Eliana Rosado, Alexandra Saemmer, Bruno Scoccimarro, Nicolas Lecointe ISH-Lyon

Gestion de l’interactivité par la presse en ligne : exploitation et relégation de la parole profane
Annelise Touboul, Université Lyon 2

Etude exploratoire des pratiques d’indexation sociale comme une renégociation des espaces documentaires. Vers un nouveau big bang documentaire ?
Olivier Ertzscheid, Université de Nantes. IUT de la Roche sur Yon, Gabriel Gallezot, URFIST PACA / Université de Nice.

Le bookcrossing : nouveau genre éditorial et nouvelle pratique sociale numérique
Philippe Molines, Lille 3

Sites Internet, Forums de discussions, Blogs : la démocratie africaine à l’épreuve des nouveaux dispositifs de communication
Taleb Ould Sid’Ahmed, université Stendhal, Grenoble 3.