Archives mensuelles : août 2006

Parution – « A Cultural History of Causality »

A Cultural History of Causality
Science, Murder Novels, and Systems of Thought
Stephen Kern

To read the entire book description or the introduction, please visit: http://pup.princeton.edu/titles/7853.html

This pioneering work is the first to trace how our understanding of the causes of human behavior has changed radically over the course of European and American cultural history since 1830. Focusing on the act of murder, as documented vividly by more than a hundred novels including Crime and Punishment, An American Tragedy, The Trial, and Lolita, Stephen Kern devotes each chapter of A Cultural History of Causality to examining a specific causal factor or motive for murder–ancestry, childhood, language, sexuality, emotion, mind, society, and ideology.

« [An] ambitious book. . . . [Kern’s] focus on murder keeps things pleasantly lurid, and his erudition and passion shine through on every page. »–Publishers Weekly

Paper | $22.95 / £14.95 | ISBN: 0-691-12768-9
Cloth | 2004 | $29.95 / £18.95 | ISBN: 0-691-11523-0

Revue « Sociétés et représentations »

Revue Sociétés et représentations 

 

Quelques titres de dossiers :

Repenser le réalisme socialiste

Histoire et archives de soi

Le peuple en tous ses états

Football et sociétés

 

Présentation :

Cette entreprise éditoriale est née de la volonté de dégager des synergies dans un laboratoire, une UFR et, plus largement, une université pluridisciplinaire. Sociétés et Représentations, revue thématique transdisciplinaire, cherche à multiplier les éclairages sur des « questions de société » par des approches issues de disciplines scientifiques connexes : perspectives venues de savoirs qui s’ignorent ou parviennent rarement à communiquer. Elle a le souci d’inviter au dialogue chercheurs étrangers et acteurs parfois privés de parole, de livrer à la discussion des hypothèses sur des questions inédites ou peu explorées.

Les membres du CREDHESS se sont d’emblée fixé comme objectif de concevoir une revue se situant à l’interface du monde universitaire et du grand public. Ils ont fait le pari d’un sérieux sans académisme. Tout en préservant une certaine rigueur scientifique, ils ont essyé de rendre la publication accessible et attrayante, en veillant à la lisibilité des contributions, en jouant sur l’iconographie et la mise en page, en proposant en fin de volume une abondante bibliographie raisonnée.

Plurielle par ses objets et pluraliste au regard des approches fournies, Sociétés et Représentations souhaite être disponible aux questions rencontrées par la société contemporaine dans l’intimité de ses formes tout en participant à un renouvellement des manières de la penser.

 

Directeurs de publication : Remi Lenoir, Myriam Tsikounas.

Comité scientifique : Christian Baudelot, Philippe Braud, Dominique Chateau, Alain Corbin, Mireille Delmas-Marty, Bernard Gazier, Jacques Lenoble, Max Milner, Pascal Ory, Pierre Sorlin, Michel Vovelle, Loïc D. Wacquant, Yves Winkin.

Comité de rédaction : Anne-Elisabeth Andréassian, Christian-Marc Bosséno, René Bourreau, Frédéric Chauvaud, Annie Fourcaut, Jacqueline Freyssinet-Dominjon, Dominique Kalifa, Thierry Lefebvre, Remi Lenoir, Frédérique Matondi,Catherine Mills, Véronique Nahoum-Grappe, Danielle Tartakowsky, Myriam Tsikounas, Anne-Catherine Wagner, Jean-Jacques Yvorel.

Correspondants en province et à l’étranger : François Albera, Ivan Bajomi, Susanna Barrows, Patrick Baudry, Jean-Pierre Castelain, Alain Cerclé, Alphonse d’Houtaud, Marcel Druhle, Thierry Fillaut, André Gaudreault, Aloïs Hahn, Marie Heller, Hélène Le Bossé, Gilles Ménégaldo, Didier Nourrisson, Lygia Sigaut, Luc Van Campenhaudt, Mikhaïl Yampolsky.

Infographistes : Atout Graphic

Gestion et Promotion : Anne-Elisabeth Andréassian

Iconographie : Martine Andréoli, Myriam Tsikounas.

Rédaction : CREDHESS UNIVERSITE PARIS I
17, rue de la Sorbonne 75231 PARIS Cedex
Tél. : 01 40 46 28 36 – Fax : 01 40 46 31 62
Email : credhess@univ-paris1.fr

 

Sommaires disponibles à la page : http://histoire.univ-paris1.fr/credhess/index.html

Le sens du social dans le roman francophone

Appel à contribution
Date limite : 15 octobre 2006

Appel à communications

Le sens du social dans le roman francophone

Université Laval
Chaire de Recherches du Canada en Littératures Africaines et en Francophonie
Titulaire : Justin K. Bisanswa

La Chaire de recherche du Canada en Littératures africaines et en Francophonie organise un colloque international qui se tiendra à l’Université Laval, à Québec (Canada) les 3, 4 et 5 mai 2007.

Quelle qu’en soit la perspective, l’analyse du roman francophone dégage chez les écrivains un sens du social qui traduit, d’une part, leur sensibilité aux circonstances et aux contingences singulières de la vie des êtres. D’autre part, cette sensibilité va de pair avec une faculté particulière de figurer la réalité dans son urgence, sa complexité, et son chaos. L’art du roman quoi qu’en ait dit Stendhal, ne se veut nullement innocent miroir ; il infère les notions de vision et d’écran qui impliquent à la fois regard personnel de l’écrivain et représentation réfractée. Malgré ce qu’en pense une certaine tradition critique, l’intention véritable du romancier francophone n’est pas de copier le monde, à peine d’en imiter la vie, mais de procurer de l’un et de l’autre un équivalent en modèle réduit et d’ériger le roman en vaste duplicata métonymique de l’univers, d’un certain univers. Ce qui suppose la mise en oeuvre d’un artefact très dominé, doté d’une grande cohérence et d’une cohésion interne, et qui commence par la mise au point de dispositifs narratifs bien agencés. Le sens du social insiste donc sur le romanesque, l’imaginaire, l’écriture ou la poétique. Il présuppose un minimum de traitement ou de construction, une invention face au monde, une création de l’imaginaire.

L’objectif du colloque est de montrer que les biens dont on étudie les conditions de production sont aussi et surtout symbolique, d’examiner les translations entre le social et le littéraire. Aussi convient-il d’analyser et d’interpréter le rôle des composantes sémiotiques internes dans les mécanismes de socialisation du texte littéraire.

Les communications pourront décliner les modalités du social de bien des façons, autour des questions suivantes : Comment l’écrivain socialise-t-il tout le réel (contexte culturel et matériel qui entoure les êtres et les choses, groupes, classes, institutions, collectivité) ? Comment repère-t-il et inventorie-t-il ce social ? Comment en détermine-t-il les causes et les influences ? Comment analyse-t-il les interactions sociales enfouies dans le brouillage et le fouillis, afin de démêler, de dévoiler, de classer le social ? Quelles sont les différentes procédures d’organisation et d’objectivation à l’intérieur du représentable ? Comment la fiction traduit-elle les complexités sociales et la multiplicité du monde ? Comment le romancier construit-il et déconstruit-il l’Histoire au gré de fictions qui, généralement, ne l’abordent que de biais ? Comment le griot organise-t-il son histoire d’une descendance ou d’une généalogie ? Comment le jeu de passage d’une instance à l’autre se produit-il dans la tradition orale ? Comment, et pourquoi la fonction de témoignage de la littérature francophone passe-t-elle, bien souvent, par la relation d’une histoire personnelle (autobiographie ?) taillée sur mesure ? dans quelle mesure la parole du romancier est-elle tributaire de ses origines sociales, de son capital socio-culturel ? Sa trajectoire et son statut au sein de l’institution influent-il sur la structuration et la production de sa parole ?

Veuillez envoyer votre proposition de communication (15 lignes au maximum), accompagnée d’un bref CV (qui précise votre institution et votre statut), au plus tard le 15 octobre 2006, à l’adresse suivante : colloque.social@lit.ulaval.ca

Cet événement est organisé avec l’aide du CELAT, de la Faculté des Lettres du Département des Littératures de l’Université Laval, du Consulat général de France à Québec, de l’AUF, du CIDEF-AFI et de la CEFAN.

Responsable : Justin K. Bisanswa
Adresse : Chaire de Recherche du Canada en Litératures Africaines et en Francophonie, DKN 1403, Université Laval, Québec (Qc), G1K 7P4, CANADA .

Adaptation(s) : transferts et société / Adaptation(s): Transfers and Society

Adaptation(s) : transferts et société / Adaptation(s): Transfers and Society
Huitième colloque international du CRI
Travaux en cours

Une édition de : Colloques annuels du CRI : La nouvelle sphère intermédiatique.

Ville et date : Montréal, 15 au 17 novembre 2006

Adresse(s) Civique(s) :

Salle D-R200
UQÀM Pavillon Athanase-David
1430 rue Saint-Denis

Pour informations

Personne à contacter :  Anne Lardeux

Téléphone : (514) 343-6111 poste 1-5507

Courriel : anne.lardeux@umontreal.ca

 

Description

Conférenciers pléniers / Keynote Speakers :

Prof. George Elliott Clarke (University of Toronto), E.J. Pratt Professor of Canadian Literature, recipient of numerous awards, including the Governor General’s Award for Poetry, and author of many publications, including poetry, verse plays, an opera, a novel, and academic publications including Treason of the Black Intellectuals? and Odysseys Home: Mapping African-Canadian Literature.

Prof. Alain Gras (Sorbonne, Paris 1), directeur du Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques (CETCOPRA) et auteur, entre autres, de La fragilité de la puissance. Se libérer de l’emprise technologique.

[English version follows]

L’adaptation se dit de l’économie d’efforts permettant l’ajustement d’un état aux nouvelles formes d’un milieu social et culturel. Elle est rapport, projection, procès de « transfèrement » et pose en cela la question de l’invariance et de la nouveauté, de la concordance et de la déformation, bref de la différence : différence de discours mais aussi de formes, de matières et de techniques.

Personne(s) associée(s)

Danielle Aubry ( sous la direction de )
Michael Eberle-Sinatra ( sous la direction de )
Céline Lafontaine ( sous la direction de )
Gilles Visy ( sous la direction de )

avec le concours de : Université du Québec à Montréal.

Une édition de : Colloques annuels du CRI : La nouvelle sphère intermédiatique.

 

Présentation complète

[English version follows]

L’adaptation se dit de l’économie d’efforts permettant l’ajustement d’un état aux nouvelles formes d’un milieu social et culturel. Elle est rapport, projection, procès de « transfèrement » et pose en cela la question de l’invariance et de la nouveauté, de la concordance et de la déformation, bref de la différence : différence de discours mais aussi de formes, de matières et de techniques.

Ce concept agit comme repère et cadre et permet de réfléchir aux processus d’échanges et de transferts qui animent le monde contemporain en même temps tant qu’il prévaut comme modèle de production de pratiques culturelles et médiatiques, et peut conduire à la standardisation.

Ce concept traverse aussi bien les sciences humaines que sociales mais, étonnamment, il n’y a eu jusqu’ici que peu de tentatives de croiser les définitions de l’adaptation utilisées dans les sciences sociales, les sciences humaines et les arts et lettres. Pourtant, ce croisement aurait le mérite de mettre à jour les différents systèmes de références et de valeurs qui orientent les études sur l’adaptation.

Le colloque se propose :

1. d’examiner l’adaptation à la fois telle qu’elle se pratique (ou s’est pratiquée) dans le domaine de la production culturelle mais aussi telle qu’elle est conçue, programmée, prônée, voire imposée.

2. de revisiter la thématique de l’adaptation afin de prendre en compte les changements théoriques depuis les premières études intertextuelles, et en particulier toutes les études qui ont été faites dans le champ structuraliste, linguistique et sémiologique de 1970 à 1990, jusqu’au concept d’adaptation comme « ubiquitous and central to the human imagination » proposé par Linda Hutcheon.

3. de confronter les différents modèles théoriques de l’adaptation comme processus intermédiatique ou comme nouveau système de contraintes du milieu intermédial.

Nous espérons que ce colloque enrichira le débat en cours sur l’adaptation et contribuera à une meilleure approche d’un des concepts clefs des productions culturelles de ces deux derniers siècles. Ce concept connaît d’importantes mutations en raison du décloisonnement des arts, et en raison des relations et tranferts qui découlent de l’adaptation.

Afin de faciliter les échanges et d’aborder les divers aspects de la question, trois axes de recherche ont été dégagés, chacun comprenant différentes sous-thématiques possibles (ces dernières ne sont évidemment pas restrictives) :

I. Sociologie et adaptation

– De la biologie au sciences sociales : critique du modèle darwinien
– Le mythe de l’adaptation économique
– Code, cadre, programme de l’adaptation et organisations sociales
– La violence de l’adaptation/le refus de l’adaptation
– Le contrôle de l’adaptation : migrations et sociétés
– Cyborg, posthumain et transhumain : nouvelles figures de l’adaptation ?

II. L’adaptation comme processus créatif

– Fiction et adaptation : allers et retours du …/au … roman, film, théâtre et bande dessinée
– L’intertextualité comme précurseur d’une lecture intermédiale des séries cultes
– Adaptations opératiques

III. Anthropologie de l’adaptation

– L’adaptation normative : psychologie et psychiatrie clinique
– L’adaptation sélective : nouvelles formes d’exclusion/d’inclusion
– L’adaptation de la sexualité
– Technique et adaptation
– Nature/culture : les frontières de l’adaptation
– Les théories de l’adaptation de Darwin et la Science-Fiction

ENGLISH VERSION
Adaptation stands for the labor-saving adjustment of an object to the shape of a new social and cultural setting. Adaptation stands for scale, projection, transfer process, and thus begs the question of the unchangeable and the new, of agreement and distortion — in sum, of difference: difference in discourse, as well as in aesthetic and artistic shape, material and technique.

This concept acts as a frame that allows us to consider the processes of exchange and transfer which animate our contemporary world, while it also serves as a model for the production of cultural and media practices, as well as one which encourages standardization.

This notion permeates the humanities as well as social sciences but, surprisingly, few attempts have been made so far to compare the varying definitions of adaptation across the disciplines of the social sciences, humanities, fine arts and literature. Yet these comparisons would shed a welcome light on the different reference and value systems which shape studies of adaptation.

This conference aims:

1. to look at adaptation as both a practice in the field of cultural production, as well as a concept that is defined, programmed, proposed and, sometimes, imposed;

2. to revisit the theme of adaptation in order to track the theoretical changes from the early studies on intertextuality, and particularly all the studies done in the structuralist, linguistic, and semiotic fields from 1970 to 1990, to the concept of adaptation as ‘ubiquitous and central to the human imagination’ put forward by Linda Hutcheon;

3. to confront the different theoretical models of adaptation, understood as an intermedia process, or as a new set of rules for intermedia space.

We hope that this conference will fruitfully contribute to the ongoing debate on adaptation, and will foster a better understanding of one of the key concepts of the last two centuries’ cultural production. This concept will also constantly evolve thanks to the broadening of the notion of art and the relationships and transfers which in turn result from it; in fact, adaptation is already engaged with multiple systems simultaneously.

In order to facilitate the consideration of various aspects of the question, and to foster fruitful exchange, we have identified three research themes, each one encompassing a number of sub-topics (obviously, these are not intended as being restrictive):

I. Sociology and adaptation

– From biology to social science: a critique of the Darwinian model
– The myth of economic adaptation
– Frames, codes, and programs of adaptation for social institutions
– Violence of adaptation/ refusal of adaptation
– Controlling adaptation: migration and society
– Cyborg, posthuman, and transhuman: new faces of adaptation?

II. Adaptation as creation

– Fiction and adaptation: travelling across novel, film, theatre, and comics
– Are new media a special case?
– « Seriality »: vectors of formal and technical hybridity
– Intertextuality as a forerunner of an intermedia reading of cult series
– Opera adaptations

III. The anthropology of adaptation

– Normative adaptation: psychology and clinical psychiatry
– Selective adaptation: the new shapes of exclusion and inclusion
– Adapting sexuality
– Adaptation and technique
– Nature/culture: frontiers of adaptation
– Darwinian theories of adaptation and science fiction

 

Beyond the Book: call for papers

Beyond the Book: Contemporary Cultures of Reading
A conference at the University of Birmingham, UK

1 & 2 September 2007

Keynote Speakers: Janice Radway (Duke University) & Elizabeth Long (Rice University)

Book groups, Lit Blogs, on-line bookstores, book festivals, reader magazines, One Book, One Community,’ Reader’s Guides, ‘Richard & Judy’s Book Club, Book TV, ‘Canada Reads,’ the ‘Nancy Pearl Action Figure,’ ‘Tuesday Night Book Club,’… reading is hot!

This conference will explore the diverse formations, mediations, practices and representations of reading and readers in the contemporary moment. Cultures of reading are dynamic and complex: they involve not only readers reading, but also multiple agencies including publishers, booksellers, broadcast networks, national, regional and municipal governments, and educational institutions.

The aim of the conference is to interrogate the relations among these agents and their investment in the meanings of reading. The study of readers and reading encourages, maybe demands, multi- and interdisciplinary analysis. We therefore invite scholars from across the humanities and social sciences to consider the contemporary meanings and experiences of reading in any culture or location. Selected papers will be included in an edited collection on contemporary cultures of reading/book cultures.

Possible topics for consideration:
• Reading as a form of popular culture
• Books & reading as cultural events
• Investigating reading and reader response: methodological problems & strategies
• The production of readers and/or reading
• Books/Reading and/in/through the mass media
• Reading spaces
• Reading together: shared reading
• Reading as a medium of/for social change
• Reading practices
• Reading and the state

Please send proposals (in English or French) for 20-minute papers (abstracts of 200-300 words) or complete three-person panel sessions (including abstracts for each paper) by 15 January 2007 to: burrealz@adf.bham.ac.uk, using « BTB proposal » as the subject line in your email. Proposals may also be sent to:

Beyond the Book Conference
Department of American & Canadian Studies
University of Birmingham
Edgbaston, Birmingham
B15 2TT
UK

Beyond the Book is a three-year collaborative interdisciplinary AHRC-funded research project investigating contemporary cultures of reading. The transatlantic BTB team are: DeNel Rehberg Sedo (Mount Saint Vincent University, Canada), Danielle Fuller, Anouk Lang & Anna Burrells (University of Birmingham, UK).

Find out more about our research at: www.beyondthebookproject.org

DeNel Rehberg Sedo, PhD
Assistant Professor
Director, Atlantic Canada Comm. Issues Research Lab
Co-director, Beyond the Book research project
MSVU
Halifax, NS b3m 2j6 Canada

(www.msvu.ca)
(www.beyondthebookproject.org)
902.457.6478

Source de l’information:

Isabelle Gagnon
Secrétaire adjointe
Association québécoise pour l’étude de l’imprimé
igagnon_aqei@yahoo.ca

L’art pour objet

André Ducret, L’art pour objet. Travaux de sociologie, Bruxelles, La Lettre volée, 2006, 192 pp., 19 EUR

ISBN 2-87317-286-X

Comprendre, pour le sociologue, c’est remonter de l’oeuvre à l’acte, du produit au procès, de l’art « déjà fait » à l’art « en train de se faire » en replaçant l’activité artistique dans son contexte de production, de diffusion et de réception. Issus d’enquêtes empiriques comme de recherches en bibliothèque, les textes que réunit ce recueil sont autant de tentatives de remplir ce vaste programme sans cesse amendé et disputé par la tradition sociologique. De la question de l’écriture pour Piet Mondrian au rôle de l’artiste dans l’espace public, de la problématique de l’industrie culturelle selon Theodor W. Adorno à celle du polythéisme des valeurs, d’une querelle savante autour de l’objet et de la méthode en sociologie de la musique à une polémique publique suscitée par un concours d’embellissement controversé, ces travaux s’inscrivent depuis une décennie au coeur du débat qui anime aujourd’hui la sociologie des arts sur ses frontières, ses méthodes et ses résultats.

Diffusion France et Suisse :

Les Belles Lettres

tél. 01 45 15 19 90

fax. 01 45 15 19 99

email : courrier@lesbelleslettres.com

ou : www.lettrevolee.com

Parution – « Comment sont reçues les oeuvres »

Comment sont reçues les oeuvres. Un ouvrage sous la direction d’Isabelle Charpentier (Creaphis, 2006, 288 p., 35 euros)

 
Cet ouvrage, issu d’un colloque international, tente une analyse des logiques d’appropriation différenciées des biens culturels ou artistiques. Quels sont les processus sociaux de formation des « messages » et de leur « valeur » ? Comment sont-ils transmis et reçus et quels usages sociaux en font les différents publics ? L’un des articles s’interroge, par exemple, sur les lecteurs et lectrices de Passion simple d’Annie Ernaux, un autre sur la réception des Particules élémentaires de Michel Houellebecq. La sociologie de la réception des biens symboliques reste encore un domaine mal connu, malgré la vitalité des recherches menées en France et à l’étranger.

Parution – « Avant-garde et théorie du champ »

Bogusz, Tanja, Avantgarde und Feldtheorie André Breton und die surrealistische Bewegung im literarischen Feld nach Bourdieu.

Peter Lang,  Collection :  Europäische Hochschulschriften
Reihe 13: Französische Sprache und Literatur  Vol. 278
Année de publication: 2005 Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien, 2005. 122 S., 2 Abb., 2 Tab.

ISBN 3-631-54149-X  br.  
 
Trotz der relativ breiten Rezeption der Feldtheorie Pierre Bourdieus stellt ihre Anwendung auf konkrete soziale oder kulturelle Bewegungen immer noch ein Desiderat dar. Die Arbeit orientiert sich an Bourdieus kultursoziologischen Analysen zur Herausbildung der Intellektuellen in Frankreich und überprüft die Kategorien von Feld, Kapital und Habitus am Beispiel der surrealistischen Avantgarde zwischen 1919 und 1930. Der Schwerpunkt der Untersuchung liegt in der Zuspitzung der Paradigmen Bourdieus auf die zentrale Leitfigur der surrealistischen Bewegung, André Breton. Bretons Werdegang und Interventionen werden mit der politischen Situation und mit der Beschaffenheit des literarischen Feldes nach dem Ersten Weltkrieg konfrontiert. Die Textgattung des Manifestes wird als Positionierung im literarischen Meinungskampf beispielhaft illustriert. In der kritischen Reflexion Bourdieus Theorie erfolgt so eine Präzisierung feldtypischer Kriterien, dank derer der Surrealismus zur Orientierungsinstanz nachfolgender Avantgarde-Bewegungen werden konnte.

Bogusz, Tanja, Avant-garde et théorie de champ. André Breton et le mouvement surréaliste dans le champ littéraire d’après Bourdieu

Peter Lang. Europäische Hochschulschriften.
Frankfurt am Main, Berlin, Bern, Bruxelles, New York, Oxford, Wien 2005

Bien que la théorie de champ établie par Pierre Bourdieu semble être largement connue, son application concrète aux mouvements sociaux et culturels a toujours ses desiderata. Le travail présenté s’oriente aux analyses socio-culturels de Bourdieu traitant de l’émergence des intellectuels en France. L’auteur révise les catégories de champ, de capital et d’habitus par rapport à l’avantgarde surréaliste entre 1919 et 1930. L’étude se concentre à la transposition des paradigmes bourdieusiens à la porte-parole du mouvement surréaliste, André Breton. L’itinéraire de Breton et ses interventions sur le champ littéraire sont confrontés avec la situation politique et la dynamique du champ après la Première Guerre mondiale. Le manifeste en tant que moyen littéraire d’expression est abordé dans sa fonction de positionnement au sein des conflits littéraires. A travers une réflexion critique de la théorie de Bourdieu, l’étude se livre à une précision des critères typique de champ, grâce auxquels le surréalisme a pu devenir l’instance d’orientation par excellence pour les mouvements avantgardistes qui ont succédé les surréalistes.

Die Autorin: Tanja Bogusz, Jahrgang 1970. Studium der Germanistik, französischen Philologie, Journalismus und Soziologie in Hamburg, Paris und Berlin. 2004 Magister Artium im Hauptfach Französisch. Seit Ende 2004 Doktorandin der Soziologie an der Freien Universität Berlin. Nebentätigkeiten am Theater und als freie Autorin. 

 

Parution – « Labors of Imagination »

MIESZKOWSKI, Jan, Labors of Imagination. Aesthetics and Political Economy from Kant to Althusser, Fordham University
Press, 2006, 236 p., ISBN : 0823225879, $55.00.

Challenging prevailing assumptions about the relationship between language and politics, this book offers a compelling new account of aesthetic and economic thought since the eighteenth century. Mieszkowski explores the doctrines of productivity and interest in Romanticism and classical political economy, arguing that the critical force of any historical model of literature depends on its understanding of the distinction between intellectual and material labor. This provocative contribution to contemporary debates about culture and ideology will be important for scholars of literature, history, and political theory.

Jan Mieszkowski is Associate Professor of German at Reed College. His most recent publications include essays on Derrida and Hegel, Benjamin, Kleist, and Joseph Beuys.