Archives mensuelles : septembre 2006

Parution – « Comment sont reçues les oeuvres ? Sociologie de la réception »

Charpentier (Isabelle) [dir.], Comment sont reçues les oeuvres ? Actualités des recherches en sociologie de la réception et des publics, Paris, Creaphis, 2006, 288 pp. (textes en anglais et en français), n° ISBN : 2913610730 (30 euros) – En vente en librairie

Cet ouvrage est issu d’un colloque international et pluridisciplinaire, tenu en 2003 à l’Université de Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines, pour tenter de rendre compte de la vitalité des recherches menées actuellement en France et à l’étranger dans un domaine encore mal (re)connu, du moins dans l’hexagone : l’étude des publics et la sociologie de la réception des biens symboliques, quels qu’ils soient : produits culturels et artistiques (littéraires, théâtraux, cinématographiques, télévisuels, radiophoniques, presse écrite…), mais aussi produits politiques dans une acception large (discours, journaux de partis, «événements», «causes» politiquement orientés…). Il s’agit, par une analyse des logiques d’appropriation différenciées de tels biens, de comprendre les processus sociaux de formation des oeuvres et de leur « valeur », les déterminants de leurs réceptions et les usages sociaux et/ou politiques qui en sont faits par les différents publics auxquels ils sont ou non destinés en propre.

Plusieurs questions sont été abordées : quelles évolutions ou inflexions ont connu les schèmes interprétatifs et les méthodes dans ce champ de recherche ? Quelles sont les conditions d’une transmission « efficace » d’un message quelconque ? Le producteur peut-il influer sur cette réception « conforme » ? Comment et en quoi le genre, les appartenances générationnelles, les caractéristiques sociales, les trajectoires socio-biographiques (familiales, scolaires, professionnelles…) influencent-ils les modes d’appropriation des messages et des produits ? Quels sont les ressorts sociaux et les modalités d’appropriation des différents messages, notamment concernant les réceptions « braconnes », dissonantes, décalées, éloignées du rapport cultivé à « l’art » et à la « culture » ? Comment connaître les publics des genres dits « mineurs », i.e. disqualifiés eu égard aux canons de la culture dominante, et saisir les usages qu’ils opèrent de ces produits apparemment « formatés » ? Comment une oeuvre circule-t-elle  transnationalement, comment est-elle reçue lorsqu’elle passe d’un univers culturel à un autre, dans des conditions différentes de celles qui ont procédé à sa production ?…

Cherchant à dépasser certaines oppositions traditionnelles (analyse « interne » / analyse « externe » des oeuvres) ou encore les analyses mécanistes, forcément réductrices (telle oeuvre exprimerait la vision du monde de telle catégorie sociale ou chercherait à transmettre son idéologie, tel « type » de produit formaterait et encadrerait tel type de consommation…), les études de sociologie de la réception tentent en effet de saisir l’indissociabilité du procès de communication, sans séparer ce que d’ordinaire on sépare : message, produit, texte… / émetteur, auteur, producteur… / récepteur, public lecteur, spectateur…, considérant notamment les activités de réception comme créatrices de sens.

Contributeurs :

Martin Barker, Sara Bragg, David Buckingham, Isabelle Charpentier, Christine Détrez, Boris Gobille, Vincent Guiader, Joseph Jurt, Brigitte Le Grignou, Frédérique Matonti, Jean-Matthieu Méon, David Morley, Delphine Naudier, Emmanuel Pierru, Rémy Ponton, Gisèle Sapiro, Lyn Thomas, Fabrice Thumerel.

Sommaire :

« Avant-propos – Pour une sociologie de la réception et des publics » (Isabelle Charpentier)

Introduction
« On being ambitious for audience research » (Martin Barker)

I. Réceptions des produits littéraires : modalités, enjeux, usages

« Les Goncourt, observateurs et agents des réceptions de leurs écrits » (Rémy Ponton)

« Du sacre de L’Origine rouge (2000) à la consécration de Novarina (ou comment un avant-gardiste devient classique) » (Fabrice Thumerel)

« ‘Nous sommes tous des Roméo et des Juliette’… – La réception d’adaptations d’oeuvres littéraires » (Christine Détrez)

II. Du public aux publics : publics « populaires », genre, générations

« La construction et l’interprétation de l’appartenance de classe dans les études qualitatives de réception » (Lyn Thomas)

« ‘I think I am too young to understand’ : young people, the media, gender and sexuality” (Sara Bragg & David Buckingham)

« Lectrices et lecteurs de Passion simple d’Annie Ernaux : les enjeux sexués des réceptions d’une écriture de l’intime sexuel » (Isabelle Charpentier)

III. Réceptions présumées politiques

« Réceptions présumées politiques » (Brigitte Le Grignou)

« Nous les Garçons et les Filles – Un cas limite de réception présumée politique » (Frédérique Matonti)

« Le refus de vieillir – Mai 1968 dans la réception critique des romans d’Olivier Rolin en France » (Boris Gobille)

« L’extension du domaine de la réception – Les appropriations littéraires et politiques des Particules élémentaires de Michel Houellebecq » (Vincent Guiader)

« Analyses de la réception et contrôle des programmes télévisés : le recours paradoxal du CSA à la question des effets des médias » (Jean-Matthieu Méon)

IV. Réceptions transnationales

« Réceptions littéraires transnationales – L’accueil du naturalisme français en Allemagne » (Joseph Jurt)

« Les enjeux politiques de la réception de la littérature hébraïque en France » (Gisèle Sapiro)

« Les modes de traitement différencié des fatwas contre Salman Rushdie et Taslima Nasreen dans Le Monde » (Delphine Naudier)

« La réception et la circulation internationales d’un préjugé social et militant devenu une fiction rationnelle : l’autoritarisme d’extrême droite des chômeurs » (Emmanuel Pierru)

Synthèse
– “Unanswered Questions in Audience Research” (David Morley)

 

Parution – « Art et contestation »


Art et contestation

 

Collectif sous la direction de Justyne Balasinski et Lilian Mathieu

Presses universitaires de Rennes – Collection Res Publica – 2006 – 236p.

 

 

Si les liens qui unissent l’art et la contestation sont à la fois étroits et multiples, ils ont rarement attiré l’attention des analystes des mouvements sociaux, alors même que ce domaine de recherche s’est considérablement développé au cours de la dernière décennie.

L’objectif de cet ouvrage est d’explorer la diversité des liens qui unissent art et contestation, c’est-à-dire l’ensemble des similitudes, passages, importations ou reconversions qui s’opèrent entre le champ artistique et les mobilisations collectives. Il explore les engagements d’artistes autour d’enjeux propres au monde de l’art ou touchant les modes d’exercice des professions artistiques, mais aussi le rapport que l’activité contestataire entretient à l’art et aux artistes, ainsi que les usages de l’art à des fins militantes.

Du groupe Zebda au « rock identitaire français », du raggamuffin occitan au rap engagé italien, de la contestation par les comédiens polonais de l’état de guerre à la protestation des acteurs américains contre la guerre en Irak, de la « critique artiste » portée par Mai 68 à la contestation esthétique du néo-libéralisme en passant par le néopolar, des luttes autour du régime de l’intermittence aux mobilisations théâtralisées d’Act Up, l’ouvrage couvre un large spectre de mouvements sociaux comme de domaines esthétiques (musique, littérature, théâtre, arts plastiques, cinéma).

De même y rencontrera-t-on différentes perspectives théoriques, témoignage du foisonnement conceptuel de la sociologie des mobilisations contemporaine. Loin de se restreindre aux seules formes socialement légitimes, il intègre les artistes consacrés comme les avant-gardes ou les marges artistiques, voire des pratiques artistiques amateurs ou encore le public d’oeuvres à la réputation « contestataire ».

Destiné à dresser un état des lieux de la recherche, ce livre rend compte du potentiel heuristique, tant pour la sociologie de l’art que pour l’analyse de la politique contestataire, de l’étude sociologique des liens qu’entretiennent ces deux univers distincts que sont le monde de l’art et celui du militantisme. 

Introduction :
La contestation dans l’art, l’art dans la contestation
Justyne Balasinski & Lilian Mathieu 

Les Zebda : la réinvention des pratiques musicales en mode d’engagement politique critique
Baptiste Giraud

L’anticentralisme multiculturel de la Ligne Imaginot. Art occitan et échange d’estime réciproque
Christophe Traïni

Les artistes américains contre la guerre en Irak
Violaine Roussel

Boycott: les comédiens face à l’état de guerre de 1981 en Pologne
Justyne Balasinski

Les luttes autour du régime de l’intermittence et leur radicalisation en 2003
Serge Proust

Une musique groupusculaire : le rock identitaire français
Lilian Mathieu

Le rap engagé en Italie : un fil rouge entre les années 68 et les années 90 ?
Isabelle Sommier

La créativité comme arme révolutionnaire ? L’émergence d’un cadrage artiste de la révolution en mai 68
Boris Gobille

Sida et stratégies de représentation : dialogues entre l’art et l’activisme
Christophe Broqua

La mobilisation des artistes-activistes contre le néo-libéralisme
Sonja Kellenberger

La lecture de polars : une contestation sans engagement ?
Annie Collovald

Justyne Balasinski et Lilian Mathieu (dir.); Art et contestation; Rennes; Presses universitaires de Rennes, Coll. Res Publica; 2006; 236p.; ISBN: 2753502978.

Lien: http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=1242

Parution – « Le Pauvre Diable : Destins de l’homme de lettres au XVIIIe siècle »

Le Pauvre Diable : Destins de l’homme de lettres au XVIIIe siècle. Colloque international Saint-Etienne les 15, 16 et 17 septembre 2005, 

Presses universitaires de Saint-Etienne,  ISBN: 2862724041, 23,75 euros.  
 

  • Le point de vue de l’historien
  • Le point de vue du  » littéraire « 
  • Voltaire au pays des folliculaires, une carrière littéraire entre deux siècles
  • L’auteur dans l’ombre, réflexions sur l’anonymat
  • De quelques pauvres diables
  • Le journaliste famélique
  • Voltaire (1720-1740) : la construction d’une carrière
  • Le peintre-écrivain, complexe naissance d’un statut mineur de l’homme de Lettres
  • Vie privée, vie publique : Hommes et femmes de lettres à travers la correspondance de Françoise de Graffigny
  • Réflexions sur le cas de Robert Challe : d’écrivain du roi à homme de lettres
  • De  » pauvre diable  » à homme de lettres : l’apprentissage du jeune Pierre Bayle
  • T.-G
  • Taconnet : la personnalité de l’auteur à l’épreuve du personnage
  • Madame Bourrette, la Muse Limonadière
  • Jean-Baptiste Robinet, un libraire-philosophe
  • Les auteurs à la Comédie-Française (1680-1715) : écrivains-dramaturges ou fournisseurs dramatiques ? La résistible ascension de l’auteur dramatique dans le théâtre français (fin XVIIe-XVIIIe siècles)
  • L’Etat et l’écrivain sous la Régence : le cas de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres
  • Lesage ou la reconnaissance de l’écrivain
  • Statut du sujet et construction de l’image de soi dans l’oeuvre de Dulaurens
  • La figure de l’homme de lettres au miroir du roman-mémoires
  • Etre ou ne pas être écrivain : la figure du  » bel esprit  » entre XVIIe et XVIIIe siècles
  • Baculard d’Arnaud ou le témoignage d’un auteur sur sa condition
  • Le nouvel homme de lettres selon Diderot
  • Vauvenargues, Marivaux, Rousseau : regards de moralistes sur les gens de lettres
  • D’Alembert et ses éloges des académiciens disparus
  • La promotion de l’homme de lettres chez Duclos et d’Alembert : Rapports de force et stratégies discursives
  • Portrait de l’homme de lettres en académicien, de la réception de La Motte (1710) à la mort de Fontenelle (1757)
  • Sociabilités imaginées

    Vient de paraître: Tangence, n° 80

    Sociabilités imaginées : représentations et enjeux sociaux
    Numéro préparé sous la direction de Michel Lacroix et Guillaume Pinson

    Liminaire
    Michel Lacroix et Guillaume Pinson

    Le cénacle à l’épreuve du roman
    Anthony Glinoer et Vincent Laisney

    De la nouvelle à la main à l’histoire drôle : héritages des sociabilités journalistiques du XIXe siècle
    Marie-Ève Thérenty

    À propos de la création d’un lieu de sociabilité littéraire institué. Analyse des débats et des enjeux qui ont précédé la création de l’Académie royale de langue et littérature françaises de Belgique
    Björn-Olav Dozo

    Rumeurs et anecdotes : imaginer la mondanité dans la presse, vers 1900
    Guillaume Pinson

    Une éclatante discrétion : Jean Paulhan et le pouvoir dans les lettres
    Michel Lacroix

    La page féminine des grands quotidiens montréalais comme lieu de sociabilité littéraire au tournant du XXe siècle
    Chantal Savoie

    Lancement de COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature

    Lancement de la publication électronique COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature. Premier dossier thématique : « Discours en contexte », sous la direction de Jérôme Meizoz et avec la collaboration de Jean-Michel Adam et Panayota Badinou.

    Émanant de centres de recherches universitaires et publiée sur support électronique, COnTEXTES. Revue de sociologie de la littérature est la première publication scientifique entièrement consacrée à ce domaine. Elle rassemble des chercheurs adoptant une approche sociale du littéraire, toutes époques et toutes littératures confondues. Bien plus qu’un découpage d’objets communs, c’est donc davantage une convergence de regards qui fonde la cohérence de COnTEXTES, dont la démarche consiste à reconnaître l’inscription sociale des pratiques littéraires, par opposition à une conception sacralisée de la littérature et à une lecture immanentiste des textes. Dans cette optique, COnTEXTES n’entend pas s’inféoder à un modèle, mais proposer toute une gamme d’études, allant de l’analyse sociocritique des oeuvres à l’étude des formes de visibilité sociale de la littérature (histoire des représentations, études de réception, etc.). Accueillant volontiers les études de cas, la revue se veut également le lieu d’une réflexion théorique sur les outils conceptuels propres à de telles approches, en refusant tout dogmatisme et en favorisant les questionnements épistémologiques. Sans pour autant défendre une interdisciplinarité forcenée, COnTEXTES privilégiera le traitement de problématiques qui permettent de coupler de manière pertinente et féconde les outils sociologiques à des méthodes d’analyse issues d’autres sciences humaines, sans oublier les outils proprement littéraires. Plusieurs sections se partagent le sommaire de COnTEXTES. Les « Dossiers » rassemblent des actes de colloque ou des ensembles d’articles centrés sur une problématique spécifique. « Varia » accueille des articles substantiels sur des sujets autres que ceux traités dans les dossiers thématiques. « Notes de lecture » vise à rendre compte, de manière étoffée et problématisée, de l’actualité des parutions ou de travaux plus anciens relatifs aux dossiers thématiques. « Prises de position » se veut un espace de débat, nourri de réflexions contingentes, audacieuses, voire incisives, sur des aspects discutés ou encore à construire de la sociologie de la littérature. Enfin, « Entretiens » donne à voir et à entendre des rencontres avec les auteurs de travaux remarqués dans la discipline. Le site http://www.revue-contextes.net fournit toutes les informations nécessaires à quiconque souhaite participer à la revue par ses travaux ou prises de position.

    Le premier dossier thématique est d’ores et déjà disponible. « Discours en contexte », publié sous la direction de Jérôme Meizoz avec la collaboration de Jean-Michel Adam et Panayota Badinou, est le fruit d’un colloque organisé par l’École doctorale interdisciplinaire IRIS 4 et le réseau ESSE (Pour un Espace des Sciences Sociales Européen), qui eut lieu à l’Université de Lausanne (Suisse) les 17 et 18 mars 2006. Ce numéro a pour ambition de prolonger le dialogue entre deux domaines d’études qui se sont croisés à de multiples reprises ces dernières années – notamment dans les travaux de Dominique Maingueneau, Jérôme Meizoz et Alain Viala : l’analyse du discours et la sociologie des champs. Le débat implique aussi d’autres approches à la frontière du littéraire et du social : la théorie du discours social développée par Marc Angenot et la rhétorique argumentative, représentée par Ruth Amossy, tous présents au colloque. Souvent fructueux, l’échange n’en a pas moins fait apparaître certaines lignes de partage, notamment entre historiens du littéraire et théoriciens du discours. À ce titre, le dossier ne manque pas de relancer le débat théorique autour de notions telles que la posture, l’ethos, la scène énonciative, le positionnement, le genre, l’efficace discursive, la contextualisation, l’adhésion, etc. Quant aux terrains investis par ces propositions théoriques, ils débordent largement les frontières du littéraire. Les travaux portant sur les polémiques religieuses du XVIe siècle (Luce Marchal-Albert) ou les traités d’art du XVIIe (Jan Blanc) manifestent en effet d’importantes convergences méthodologiques avec les études consacrées à la littérature française classique (Alain Viala), moderne (Paul Aron, David Vrydaghs) et contemporaine (Isabelle Charpentier) ou aux littératures francophones périphériques (François Provenzano, Claire Ducourneau).

    David Vrydaghs, pour COnTEXTES

    Discours social

    Vient de paraître:

    Marc Angenot, Dialogues de sourds: doxa, idéologies, coupures argumentatives. Traité de rhétorique antilogique, Discours social, vol. XXIII et XXIIIbis, 2006.

    Prix de vente du vol. XXIII (493 p.):

    Canada: 45$ can. (frais de port inclus)
    Europe: 30 euros (plus les frais d’expédition)

    Pour commander ces numéros, envoyez un courriel à Marc Angenot (marc.angenot@mcgill.ca).

    Bernard Lahire, La condition littéraire

    La condition littéraire
    Un ouvrage de Bernard Lahire (La Découverte, coll. « Textes à l’appui / laboratoire des sciences sociales », 2006, 620 p., 25 euros)

    Bien que les écrivains soient l’objet d’une grande attention publique, force est de constater qu’on les connaît en réalité très mal. Faute d’enquêtes sérieuses, on se contente bien souvent de la vision désincarnée d’un écrivain entièrement dédié à son art. Et l’on peut passer alors tranquillement à l’étude des textes littéraires en faisant abstraction de ceux qui les ont écrits. Ce livre fait apparaître la singularité de la situation des écrivains. Acteurs centraux de l’univers littéraire, ils sont pourtant les maillons économiquement les plus faibles de la chaîne que forment les différents « professionnels du livre ». À la différence des ouvriers, des médecins, des chercheurs ou des patrons, qui passent tout leur temps de travail dans un seul univers professionnel et tirent l’essentiel de leurs revenus de ce travail, la grande majorité des écrivains vivent une situation de double vie : contraints de cumuler activité littéraire et « second métier », ils alternent en permanence temps de l’écriture et temps des activités extra-littéraires rémunératrices. Pour cette raison, Bernard Lahire préfère parler de « jeu » plutôt que de « champ » (Pierre Bourdieu) ou de « monde » littéraire (Howard S. Becker) pour qualifier un univers aussi faiblement institutionnalisé et professionnalisé. Une telle situation de double vie – dont témoignait douloureusement Franz Kafka et que mettait en scène le poète allemand Gottfried Benn – n’est ni nouvelle, ni occasionnelle. Elle est pluriséculaire et structurelle. Et c’est à en préciser les formes, à en comprendre les raisons et à en révéler les effets sur les écrivains et leurs oeuvres que cet ouvrage est consacré. Il permet de construire une sociologie des conditions pratiques d’exercice de la littérature. En « matérialisant » les écrivains, c’est-à-dire en mettant au jour leurs conditions d’existence sociales et économiques, et notamment leur rapport au temps, il apparaît que ni les représentations que se font les écrivains de leur activité ni leurs oeuvres ne sont détachables de ces différents aspects de la condition littéraire.

    L’auteur

    Bernard Lahire est professeur de sociologie à l’Ecole normale supérieure Lettres & Sciences Humaines et directeur du Groupe de recherche sur la socialisation (CNRS). Il est notamment l’auteur de Tableaux de famille (Gallimard/Seuil, 1995), L’Homme pluriel (Nathan, 1998), L’invention de « l’illettrisme » (La Découverte, 1999, 2005), La Culture des individus (La Découverte, 2004, 2005) et de L’esprit sociologique (La Découverte, 2005).

    Colloque annuel du Collège de sociocritique de Montréal

    Bonjour,

    Voici les programmes détaillés des deux prochains colloques du Collège de sociocritique de Montréal :

    – Colloque des jeunes chercheurs en sociocritique et en analyse du discours Colloque annuel du Collège de sociocritique de Montréal
    Université de Montréal
    26 octobre 2006

    – DE LA PIOCHE À LA PLUME. TRAVAIL, LITTÉRATURE ET DISCOURS SOCIAL

    Colloque annuel du Collège de sociocritique de Montréal
    Université de Montréal
    27 et 28 octobre 2006

    Bien à vous,

    Organisateurs:

    Luc Breton
    Émilie Brière
    Marie-Josée Charest

    Parution – « Idéologie et stratégies argumentatives dans les récits de grande consommation »

    Idéologie et stratégies argumentatives dans les récits de grande consommation
     
    Ce numéro spécial de la revue Belphégor réunit les textes des interventions du premier volet de la rencontre internationale 2006-2007, « Idéologie et stratégies argumentatives dans les récits de grande consommation XIXème-XXIème siècles », qui s’est tenue le 2 février 2006 à l’Université de Limoges. On pourra y lire également les discussions qui ont suivi chaque intervention, qui sont disponibles sous forme de transcription ainsi que d’enregistrement. Cette diffusion vise à stimuler les échanges en vue de la suite des rencontres. Tout commentaire adressé à la revue sera mis en ligne et nous souhaitons que s’établisse ainsi un dialogue constructif parmi les membres de la LPCM, ainsi qu’avec tout chercheur oeuvrant dans le domaine.

    Cette édition de la revue n’est pas numérotée et a fonction de prépublication. Un numéro de la série normale sera consacré aux rencontres de Limoges fin 2007, dans lequel figureront les textes définitifs des articles.

    Portail principal de la revue : http://etc.dal.ca/belphegor/

    Sommaire :

    • Texte de cadrage
    • Introduction et bibliographie
    • Avant-Programme
    • Introduction par Jacques Migozzi
    • Interventions :
    • Ruth Amossy : « Les récits médiatiques de grande diffusion au prisme de l’argumentation dans le discours : le cas du roman feuilleton »
    • Paul Bleton : « Laisser parler les armes : Lire la fiction de guerre qui narre, enseigne et vise à convaincre »
    • Vittorio Frigerio : « La Vérité par la fiction : anarchisme et narration populaire »
    • Eric Neveu : « Des stratégies argumentatives aux pratiques de lecture : Un itinéraire de recherche de l’espionnage aux policiers »
    • Discussions
    • Enregistrement de la session

     Url de référence : http://etc.dal.ca/belphegor/