Archives mensuelles : octobre 2006

Parution – « L’écrivain et ses institutions »

L’écrivain et ses institutions, « Travaux de littérature », vol. XIX, publiés par l’ADIREL Droz, 2006, 504 p., ISBN: 2-9518403-4-9

SOMMAIRE :

Roger MARCHAL, Introduction

I- INSTITUTIONS ET PRIX LITTÉRAIRES AU FIL DES SIÈCLES

Michel STANESCO, La cour médiévale comme institution littéraire

Gérard GROS, Histoire littéraire et Puy poétique : la poésie mariale de concours au Moyen Âge

Jean-François COUROUAU, Une langue face à l’institution : le Collège de Rhétorique de Toulouse et l’occitan (1484-1694)

Jean BALSAMO, Une institution littéraire de la Renaissance : la « boutique de libraire »

Bruno PETEY-GIRARD, Rêve académique, goût du Prince et mécénat royal au XVIe siècle

Frank GREINER, Jean du Puget de La Serre et le roman de cour

Patrick LATOUR, « Donné et dédié ». Image et réalité du mécénat littéraire de Mazarin en 1643-1644

Jean-Pierre COLLINET, Une institution sous-estimée : les Conférences académiques de Richesource

Alain GÉNETIOT, Boileau et les institutions littéraires

Monique VINCENT, Le Mercure galant à l’écoute de ses « institutions »

Delphine DENIS, Les académies galantes, entre fiction et réalité

Carmen DEPASQUALE, Une littérature d’institution : la production française de l’Ordre de Malte au XVIIIe siècle

François MOUREAU, Sociabilité savante et autobiographie ‘à la dérobée’ : les éloges de Fontenelle pour l’Académie des sciences

Patricia MENISSIER, Le patriarche de Ferney et les salons féminins de Paris : l’écrivain et ses protectrices

Vincent LAISNEY, Le cénacle est-il une institution littéraire ?

Sven BJÖRKMAN, Le prix Nobel et Frédéric Mistral

Luc FRAISSE, L’esthétisation du prix Goncourt dans les écrits de Proust

Madeleine BERTAUD, Entretien avec Solange FASQUELLE : le prix Femina

Philippe CLAUDEL, L’affaire des autres

II. L’ACADÉMIE FRANÇAISE, DU XVIIIe SIÈCLE À NOS JOURS

Roger MARCHAL, L’institution littéraire des Lumières d’après les Éloges académiques de Fontenelle et de d’Alembert

Éric FRANCALANZA Suard, du journalisme à l’Académie française ou du mon usage des institutions littéraires au tournant des Lumières

France MARCHAL-NINOSQUE, Antoine-Marin Lemierre, apologiste des institutions littéraires de son temps

Lise SABOURIN, Le concours de poésie à l’Académie française (1805-1870)

Michel BRIX, Sainte-Beuve et l’Académie française

Martine REID, George Sand et l’institution littéraire

Jacques HOURIEZ, Claudel et l’Académie française, entre sédiction et répulsion réciproques

Marie-Hélène FERRANDINI et Alain LANAVERE, Entretien avec Michel DÉON

Marie-Hélène FERRANDINI, Entretien avec Jean-Marie ROUART

Paul SABOURIN, D’une double culture à l’unité académique, entretien avec François CHENG

Maurice DRUON, L’Académie française à l’aube du XXIe siècle

Index des noms d’auteurs

Parution – Paul Aron et Alain Viala, « Sociologie de la littérature »

Paul Aron, Alain Viala, Sociologie de la littérature, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 2006, 127 p., ISBN 2130544096, 8 euros.

Même si la création est un acte individuel et la lecture, un plaisir d’abord solitaire, la littérature est toujours imbriquée dans le social : il semble difficile pour ne pas dire absurde, d’étudier les « Lettres » sans s’interroger sur les pratiques de lecture, d’écriture, sur le monde des gens de lettres, sur ce que la littérature dit de son époque mais aussi et peut-être surtout sur les évolutions dont elle est porteuse… La littérature met en jeu les opinions, propose des valeurs que le lecteur peut suivre ou rejeter à sa guise. Cet ouvrage montre comment les outils de la sociologie permettent d’appréhender la complexité du fait littéraire et renouvellent aujourd’hui les approches de la critique littéraire.

Paul Aron est professeur à l’Université libre de Bruxelles. Alain Viala est professeur à l’Université de Paris III – Sorbonne Nouvelle et à l’Université d’Oxford. Ils sont notamment auteurs du « Que sais-je ? » sur l’enseignement littéraire et ont dirigé avec Denis Saint-Jacques, Le dictionnaire du littéraire (2e édition, coll. Quadrige, PUF, 2004).

Parution – Pierre Laforgue, « Balzac dans le texte »

PIERRE LAFORGUE, Balzac dans le texte, Christian Pirot, collection « Balzac », 2006, 196 pages, ISBN : 978-2-86808-243. 23 euros
 
« Balzac dans le texte » : ce titre volontairement très large invite à prendre à la lettre le texte balzacien à la fois dans sa poétique et dans son historicité. L’ouvrage s’ouvre sur une étude qui a valeur programmatique, « »De Balzac ». Identité, signature et fiction», où sont interrogées, à travers la question du pseudonymat, les relations que Balzac entretient à son propre texte. Il ne s’agit pas de traquer sa présence biographique dans l’imaginaire du texte, mais de comprendre comment la construction de l’identité de soi est de nature textuelle et comment, par retour, le texte a travaillé à inventer « Balzac », et comment, au bout du compte, cette invention, à travers diverses fictions, a contribué à l’élaboration de l’oeuvre balzacienne. Les autres études se répartissent en trois parties, d’ordre génétique, sociocritique et sociogénétique. Ces trois approches, complémentaires entre elles, visent à mettre au jour, en s’attachant au grain de l’écriture, les rapports qui se tissent entre la réalité et le texte. De quelles manières, par exemple, se constituent un personnage (de Marsay), un roman (Un début dans la vie, L’Envers de l’histoire contemporaine) ; quels enjeux idéologiques et philosophiques peuvent être impliqués dans une poétique, celle de l’ironie notamment (La Peau de chagrin, Ursule Mirouët); quelles représentations métaphoriques et symboliques de l’histoire animent la textualité balzacienne (La Femme abandonnée, Le Contrat de mariage).
 
Par-delà ces différentes monographies, c’est toute l’oeuvre de Balzac qui est soumise au même principe de lecture, qui confronte l’historicité de l’écriture et celle de la première moitié du XIXe siècle.

Parution – « La plume et le plomb »

François Moureau, La plume et le plomb. Espace de l’imprimé et du manuscrit au siècle des Lumières. Avec une préface de Robert Darnton

PU Paris-Sorbonne, 2006,  ISBN: 2840504669, 45 euros.

Présentation de l’éditeur:

L’invention de l’imprimé au XVe siècle – le plomb typographique – n’a pas totalement supprimé la diffusion manuscrite de certains textes – la plume du copiste. Le manuscrit de copie subsiste en France jusqu’à la Révolution comme un procédé de publication réservé, discret, parfois nécessaire, de toute manière échappant aux règles du marché du livre définies dans le règlement de 1723 compilé par le Code de la librairie (1744). Le livre parisien domine en apparence le marché français : il bénéficie de la plupart des privilèges, de solides appuis auprès de la direction du Livre et des censeurs, surtout parisiens, rattachés à la Chancellerie. Cette belle organisation, où le pouvoir politique et la Communauté des Libraires trouvent un intérêt commun, dissimule à peine des pratiques délictueuses aux yeux de la loi, mais explicables au nom de l’économie et d’une chalandise qui ne se satisfait pas des livres à privilèges. Contrefaçons provinciales ou étrangères de production parisienne,  » permissions tacites  » pour des livres vendus ouvertement mais qui n’existent pas en droit, fausses adresses typographiques, auteurs feints et vrais-faux anonymes : le livre échappe au carcan de la légalité, sinon de l’économie de marché. La censure a beaucoup à faire pour enrayer certains débordements, tout en sachant que le manuscrit interdit à Paris sera publié à Amsterdam ou à Genève pour entrer en fraude à Paris, au seul bénéfice de la librairie étrangère. Les ventes sur catalogue du XVIIIe siècle prouvent que le livre interdit prospère dans les bibliothèques les plus convenables au regard de la loi. Le manuscrit de copie, petite monnaie en apparence de la diffusion littéraire et philosophique, poursuit sa route sans trop se préoccuper de ces mouvements qui le concernent pourtant. Les nouvelles à la main et les correspondances littéraires secondent ou nourrissent les gazettes et les journaux savants imprimés ; les manuscrits philosophiques modernes se flattent d’une diffusion limitée qui les met à l’abri d’une censure d’ailleurs très peu active dans ce domaine tant que le texte ne passe pas au plomb. L’univers du livre imprimé ou manuscrit propose une galerie de portraits sans égale, où se rencontrent magistrats austères, libraires avisés, académiciens prudents, petits et grands délinquants du livre, bibliomanes et copistes à la feuille : un monde dont la Révolution signera la disparition.

Sommaire :

  • Publier à Paris à l’époque du Code de la librairie
  • Censurer l’écrit sous la monarchie française
  • Informer au siècle des Lumières
  • La main à la plume en France
  • Les Originaux du livre

Séminaire – « La légitimation en littérature »

http://www.fabula.org/actualites/article15510.php
La légitimation en littérature

Mercredi 11 octobre 2006

La première séance du séminaire de doctorants de l’équipe 20e siècle de l’université Paris 4, »La légitimation en littérature », se tiendra le mercredi 11 octobre en salle D 116, dans la Maison de la recherche (rue Serpente), de 16 à 18h. M. Laurent Jeanpierre, agrégé de sciences sociales et docteur en sociologie, proposera une réflexion sur “Légitimité et processus de légitimation : deux entrées sociologiques dans le fait littéraire.” L’objectif de cette séance est de présenter la sociologie du champ littéraire et des exemples d’application à des problèmes de légitimation, dont certains seront tirés du travail de M. Jeanpierre, mais également de discuter des travaux de doctorants participant au séminaire. Bibliographie de travail et de questions, proposée par Laurent Jeanpierre :

• Actes de la recherche en sciences sociales, “Edition, Editeurs”, 126-127, 1999.

• Norbert Bandier, Sociologie du surréalisme, Paris, La Dispute, 1999.
• Pierre Bourdieu, L’Ontologie politique de Martin Heidegger, Paris, Minuit, 1988.
• Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Le Seuil, 1992.
• Pascale Casanova, La République mondiale des Lettres, Paris, Le Seuil, 1999.
• Annie Collovald, Erik Neveu, Lire le noir : enquête sur les lecteurs des romans policiers, Paris, BPI, 2004.
• Wendy Griswold, « Recent Moves in the Sociology of Literature », Annual Review of Sociology, 19 (1993), pp. 455-467.
• Laurent Jeanpierre, « Revues modernistes et champs littéraires : problèmes de frontières », La revue des revues, à paraître en octobre 2006.
• Bernard Lahire, « Champ, hors-champ, contrechamp » ; Denis Saint-Jacques, Alain Viala, « À propos du champ littéraire : histoire, géographie, histoire littéraire » ; Jean-Louis Fabiani, « Les règles du champ » dans Bernard Lahire (dir.), Le travail sociologique de Pierre Bourdieu, dettes et critiques, Paris, La Découverte, 1999, pp. 23-91.
• Dinah Ribard, Raconter, vivre, penser, Histoire des philosophes, 1650-1766, Paris, EHESS/Vrin, 2003.
• Gisèle Sapiro, « The Literary Field Between the State and the Market », Poetics, 31, 2003, p. 441-464.
• Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature
à l’âge classique, Paris, Minuit, 1985.

 

Simon Bréan, pour « La légitimation en littérature ». silramil@hotmail.com