Archives mensuelles : février 2007

Journée d’étude COnTEXTES : La question biographique en littérature

Annonce : Journée d’étude de COnTEXTES, groupe de contact FNRS en sociologie de la littérature

La question biographique en littérature : histoire, méthodologies, fictions

27 mars 2007
Université Libre de Bruxelles (Salle Van Buuren, 48 av. Franklin Roosevelt, 1050 Bruxelles)

Malgré les critiques déjà nombreuses qui ont pu être adressées par certains historiens ou sociologues de la littérature à la pratique de la biographie, force est de constater la présence toujours abondante de biographies d’écrivains sur les étals des libraires et dans les rayons des bibliothèques. Le chercheur ou l’étudiant en littérature ne peut, le plus souvent, ignorer tout à fait ce pan toujours plus massif de la bibliographie sur son sujet, quel qu’il soit, et se voit, parfois malgré lui, confronté à un découpage individualisé de la matière historique qu’il étudie. En outre, si la biographie (d’écrivains) contraint l’histoire (littéraire) à passer avant tout par des noms de personnes, les lois du marché du livre accentuent encore cette réduction du point de vue en privilégiant parmi ces noms ceux qui seront les plus vendeurs auprès du public lecteur (ce mécanisme est particulièrement visible lors des années ou événements commémoratifs de la naissance ou de la mort de telle grande figure, qui s’accompagnent immanquablement d’une pléthore de biographies consacrées au personnage fêté et médiatisé). Enfin, en littérature particulièrement, le découpage biographique n’est pas sans incidence sur la façon de lire les textes : les éléments biographiques d’un auteur sont d’autant plus convoqués comme clés de lecture de son oeuvre qu’ils sont abondants et s’imposent comme évidents en présentant des effets de cohérence et de bouclage.

 

Ces différents constats nous poussent à interroger la biographie en littérature, à la fois comme pratique et comme discours : qui l’écrit ? dans quelles circonstances, et sur qui ? quels sont les procédés mobilisés pour l’écrire ? quels usages en sont faits, et par qui ? quelles représentations du littéraire sont-elles impliquées par ces procédés et ces usages ?

 

En somme, l’objectif poursuivi par cette journée est bien de produire une réflexion critique sur la (les) pratique(s) biographique(s), conçue(s) comme une problématique en soi. En voici le programme définitif.

 

09.00 Accueil

09.30 Paul ARON (FNRS – ULB)

Introduction

Séance 1
Président : Jean-Pierre BERTRAND (ULg)

10.00 Luc FRAISSE (U. Strasbourg)
Le pittoresque développement des biographies d’écrivains au XIXe s.

10.50 Vanessa GEMIS (ULB)
La biographie genrée : le genre au service du genre

11.40 David VRYDAGHS (FNRS – ULg)
Vivre ensemble. Usages du matériau biographique dans l’étude des groupes littéraires (le cas du surréalisme français)

12.30 Repas

 

Séance 2

Président : Benoît DENIS (ULg)

14.00 Alexandre GEFEN (U. Bordeaux-III)
Le savoir biographique

14.50 Jean-Louis JEANNELLE (U. Paris-IV)Le paradoxe de Proust

15.40 Buata B. MALELA (Docteur en Philosophie et lettres de l’ULB)
La biographie dans la littérature : Toussaint Louverture dans les lettres antillaises francophones

16.30 Pause

16.45 Björn-Olav DOZO (CIEL – ULg) et Fabrice PREYAT (FNRS –ULB)

Conclusions

 

Avec le soutien du FNRS, du Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire (CIEL) et du Centre de littérature belge de l’ULB.

Contact : Cécile Vanderpelen-Diagre

 

Persée

« Welcome to PERSEE, the website for scientific journals in social and human sciences, established by the Ministry of State Education, Higher Education and Research. Launched on the initiative of the research community, who are keen for their scientific output to have greater visibility, the PERSEE website has as its mission the digitisation and online distribution of back collections of a vast corpus of periodicals. Wider availability of this rich scientific heritage will benefit French research by making it freely and publicly accessible. »

« Bienvenue sur Persée, le portail de revues scientifiques en sciences humaines et sociales, créé par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Suscité par la « communauté des chercheurs, soucieux d’une meilleure visibilité de leur production scientifique, le portail PERSEE a pour vocation la numérisation et la mise en ligne des collections rétrospectives de ce vaste corpus. La diffusion élargie de ce riche patrimoine scientifique permettra une meilleure valorisation de la recherche française, dans une logique d’accès public et gratuit. »

On trouvera sur le site de Persée, http://www.persee.fr, la version électronique et gratuite (pdf) d’un grand nombre d’anciens numéros des revues suivantes :

Actes de la recherche en sciences sociales (1975 à 2003)
– Bibliothèque de l’Ecole des chartes
– L’Homme
– Politix
– Revue de l’Art
– Vingtième siècle. Revue d’histoire
– etc.

Colloque – « loi mémoire histoire »

Colloque international

La loi, la mémoire et l’histoire

Montréal

Campus de l’Université McGill

les 16 et 17 novembre 2007

Colloque organisé par Marc Angenot et Régine Robin

Dans plusieurs pays d’Europe, occidentale et orientale, mais aussi ailleurs dans le monde, en Amérique du Sud, en Afrique du Sud, depuis un quart de siècle, des législations sont intervenues qui proclament et établissent des faits historiques ou qui interdisent de les nier. Il s’agit d’un fait nouveau qui touche plusieurs pays et relève à coup sûr de motivations diverses. On parle en France de «lois mémorielles» car la France a la singularité d’avoir multiplié les lois de cette sorte. Les premières de ces lois en Europe ont été des réactions – ce, fort logiquement en Allemagne tout d’abord – à la propagande perverse d’une poignée de négationnistes qui alarmait l’opinion. Ce fut le cas de la Loi Gayssot (1992) en France , suivie de la Loi sur le génocide arménien, puis de l’article de loi, retiré ensuite sous la pression de lobbies adverses indignés, qui appréciait le caractère « positif » des entreprises coloniales, puis de la Loi Taubira sur le caractère de crime contre l’humanité de la traite négrière et de l’esclavage. Dès le départ, ces législations, acclamées par certains, ont suscité le malaise. S’il pouvait sembler légitime d’interdire la négation sophistique des chambres à gaz, il n’en restait pas moins que le principe de la liberté d’expression et d’opinion, fondateur de la démocratie, était remis en cause. Quant aux historiens, ils furent presque unanimes aussitôt à dire leur malaise devant un texte, suivi bientôt de plusieurs autres qui présupposaient qu’il existe une vérité historique qu’il devenait illégal de contester. Il a fallu que René Rémond, un historien qui a pourtant l’oreille du pouvoir, publie une critique vigoureuse de toutes ces législations, Quand l’État se mêle de l’histoire, 2006, et exige, au nom de la profession historienne, leur retrait en bloc.

Nous percevons cependant que le problème n’est «pas si simple», il s’en faut, et qu’il tient à des enjeux essentiels de notre état de société. D’autres historiens d’aujourd’hui réclament au contraire une législation européenne anti-négationniste (Historiker für europaweites Gesetz gegen Auschwitz-Leugnung) et d’autres groupes de pression se pressent à la porte des parlements nationaux et européen avec leurs propres projets de lois.

Nous invitons un groupe de chercheurs éminents, historiens, sociologues, philosophes, spécialistes de des terrains de recherche complémentaires, à communiquer leur analyse des divers aspects de ces législations et des conjonctures nationales où elles s’inscrivent et à en discuter en termes de problématique globale et comparée.

Les organisateurs sont bien conscients du fait que la problématique ici circonscrite est inséparable de questions plus vastes: celle des formes, nouvelles ou anciennes, de la falsification historique, de la suppression et de la censure de faits historiques, celle de la concurrence des mémoires identitaires (et celle des amnésies identitaires), inséparable de ce qu’on a appelé la «concurrence des victimes» <https://exchange.mcgill.ca/exchange/pascal.brissette/Drafts/TR%C2%A0:%20colloque%20loi%20m%C3%A9moire%20histoire.EML/1_text.htm#_ftn1> , celle de la réconciliation des peuples déchirés passant par des «commissions» visant à dire la vérité sur les atrocités commises et les responsabilités encourues – et celle de l’obsession commémorative qui caractérise les sociétés actuelles d’Occident. Sans vouloir aucunement empêcher les participants d’aborder de telles problématiques, ils souhaitent que l’objet précis de leur communication soit ciblé sur la question de la loi face au passé historique.

Le colloque se déroulera en français et en anglais.

________________________________

<https://exchange.mcgill.ca/exchange/pascal.brissette/Drafts/TR%C2%A0:%20colloque%20loi%20m%C3%A9moire%20histoire.EML/1_text.htm#_ftnref1>

J. M. Chaumont, La concurrence des victimes: génocide, identité, reconnaissance. La Découverte, 1997.

Parution – « L’idéologie en sociologie de la littérature »

L’IDEOLOGIE EN SOCIOLOGIE DE LA LITTERATURE
Parution février 2007

La revue COnTEXTES a le plaisir d’annoncer la parution de son nouveau dossier thématique, « L’idéologie en sociologie de la littérature ». Celui-ci est disponible gratuitement, sur le site de la revue : http://www.revue-contextes.net. Il n’y a pas de version papier.

Issu d’une journée d’étude tenue en mars 2006 à l’Université de Liège, ce dossier part du constat du délaissement de la notion d’idéologie par les spécialistes de la littérature et de la permanence des phénomènes qu’elle prenait en charge pour en proposer une réévaluation à l’aune d’applications et d’inventions méthodologiques contemporaines. Plus particulièrement, il s’agissait de confronter les démarches de plusieurs chercheurs en sociologie de la littérature pour tenter de faire apparaître les différentes valeurs opérantes de la notion d’idéologie, comme outil d’analyse des déterminations réciproques du littéraire et du social.

Le dossier rassemble des contributions de Paul Aron, Benoît Denis, Pascal Durand, Dominique Maingueneau, Gisèle Sapiro, Kristine Vanden Berghe et David Vrydaghs. Celles-ci touchent autant à l’histoire du concept et à son intégration dans l’appareil méthodologique de la sociologie littéraire ou de l’analyse du discours, qu’à des problématiques précises d’histoire littéraire travaillées par la question idéologique.

Table des matières

Groupe Contextes : « Présentation du dossier »
Jean-Pierre Bertrand : « Haro sur l’idéologie »
Paul Aron : « L’idéologie »
Gisèle Sapiro : « Pour une approche sociologique des relations entre littérature et idéologie »
Dominique Maingueneau : « L’idéologie : une notion bien embarrassante »
Pascal Durand : « L’occulte au fond de tous. Idéologie et sens littéraire commun »
Benoît Denis : « Ironie et idéologie. Réflexions sur la “responsabilité idéologique” du texte »
David Vrydaghs : « La variation idéologique des systèmes d’adhésion. L’exemple du Traité du style de Louis Aragon »
Kristine Vanden Berghe : « Idéologie et critique dans les récits zapatistes du Sous-commandant Marcos »

Parution – « Le monde du conte »

Soazig Hernandez, LE MONDE DU CONTE Contribution à une sociologie de l’Oralité

L’Harmattan Paris
Collection « La librairie des Humanités ».
27 euros
317 pages
ISBN : 2-296-01446-1

Présentation communiquée par l’auteur:

L’art du conte repose sur deux piliers : il renvoie à un genre littéraire particulièrement subtil et se fonde sur la pratique sociale d’une parole vivante. Ce livre examine ces deux aspects de manière approfondie. Il étudie l’évolution de la forme des contes, en la reliant rigoureu-sement à ses conditions d’énonciation, qu’elles soient traditionnelles ou modernes. S’il est ancestral, l’art du conte est tributaire d’un « savoir raconter » qui connaît aujourd’hui un spectaculaire renouveau. Dans la perspective d’une sociologie de la culture contemporaine, l’auteur examine les développements récents des pratiques de l’art du conte et met en valeur les potentialités originales recelées par cette parole, à la fois créatrice et collective. Tandis que, de nos jours, l’écrit occupe apparemment une place dominante, il existe un véritable « monde du conte » centré autour de la figure du conteur ? monde dont cet ouvrage explore les ressources à partir d’une étude du cas français, mis en relation avec d’autres espaces nationaux comme la Hollande et l’Espagne. Lorsqu’on le réfère à des sociétés européennes dont les traditions sont variées, que dit l’art du conte à propos de l’identité contemporaine ? et comment s’organisent ici et là les structures vouées à la mise en scène orale de l’objet littéraire ? Parce qu’il ne sépare jamais artificiellement les points de vue exprimé par les conteurs sur leur art de ceux du public, cet ouvrage représente enfin une contribution méthodologique originale à la connaissance de l’art vivant.

Soazig Hernandez, Docteur en Sociologie, est enseignante chercheuse au Centre de Sociologie des Représentations et des Pratiques Culturelles de l’université Pierre Mendès France de Grenoble, ainsi qu’à l’Observatoire des Politiques Culturelles de Grenoble. Elle poursuit actuellement ses recherches sur le conte et les conteurs.

Table des Matières

PREMIÈRE PARTIE
LE CONTE COMME OBJET LITTÉRAIRE

CHAPITRE 1 : LITTERATURE ET CONTE
CHAPITRE 2 : LES FOLKLORISTES EN EUROPE
CHAPITRE 3 : LES ADAPTATIONS
CHAPITRE 4 : ANALYSES DE L’OBJET CONTE

DEUXIÈME PARTIE
LE CONTE ET LA VALORISATION DU POPULAIRE

CHAPITRE 5 : DE L’ART POPULAIRE A L’ART TOUT COURT
CHAPITRE 6 : LES TRADITIONALISMES CONTEMPORAINS
CHAPITRE 7 : LES IDEOLOGIES DU MONDE DU CONTE

TROISIÈME PARTIE
ETHNOGRAPHIE CONTEMPORAINE DU « CONTAGE »

CHAPITRE 8 : LE RENOUVEAU DU CONTE DANS LA CITE
CHAPITRE 9 : TYPOLOGIE DES PRATIQUES
CHAPITRE 10 : RACONTER N’EST PAS JOUER
CHAPITRE 11 : L’OEUVRE CONTE ?

QUATRIÈME PARTIE
LE MONDE DU CONTE, UN « MONDE DE L’ART »

CHAPITRE 12 : LES NORMES ET JURIDICTIONS DU MONDE DU CONTE
CHAPITRE 13 : LES RESSOURCES
CHAPITRE 14 : LE CONTEUR ARTISTE

CONCLUSION

BIBLIOGRAPHIE

Parution – « Stendhal, une sociologie romanesque »

Jacques Dubois, Stendhal, une sociologie romanesque
Editions La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Lab. Sciences sociales », 252 p., 23 euros.

ISBN : 978-2-7071-5089-9

« Cet auteur ne cesse pas d’offenser », disait de Stendhal le philosophe Alain. De fait, Stendhal offense, heurtant les opinions convenues et bousculant les modèles reçus de la représentation. Il y va d’une forme d’engagement qui naît à même l’écriture, engagement d’abord littéraire, qui met en jeu le roman dans sa forme et ne craint pas de transgresser les règles implicites qui le gouvernent. Jacques Dubois montre dans ce livre que ce grand écrivain des enchantements amoureux est aussi le romancier le plus authentiquement politique que la France ait connu au XIXe siècle, décrivant sans pitié la glaciation que connut la société française durant la Restauration et la monarchie de Juillet. Tout le problème de Stendhal est en réalité de conjuguer deux mondes apparemment incompatibles, celui de la politique et celui de l’amour. Sa solution : faire de la passion amoureuse le lieu même de l’opposition politique. Or, dans ce jeu complexe, ce sont les femmes qui entraînent des héros moins résolus, tels que Fabrice Del Dongo et Julien Sorel, dans des actes éclatants de profanation symbolique. Plus généralement, la sociologie romanesque de Stendhal décrit chez ses personnages une lutte individuelle et collective pour la reconnaissance, qui met en cause tant le déterminisme des appartenances que les tyrannies du quotidien. Des personnages qui en disent long sur les rapports de société et sur ce que l’évidence de ces rapports dissimule. Au gré de ces épisodes, une science du social se fait jour, une science vagabonde, qui ne se réclame pas d’un programme explicite. Mais la lecture de Jacques Dubois montre aussi à travers quels biais l’auteur du Rouge et le Noir, au-delà de ses ambitions esthétiques, a ouvert la voie aux sciences sociales et les a accompagnées dans leurs développements.

Jacques Dubois est professeur émérite de l’université de Liège, tourné vers les rapports entre littérature et sociologie. Il est l’auteur de Pour Albertine. Proust et le sens du social (Seuil, 1997) et des Romanciers du réel (Seuil, 2000). Il a assuré avec B. Denis l’édition des Romans de Simenon dans la Bibliothèque de la Pléiade (2 vol., 2003).

Table des matières

Avant-proposProblèmes et méthodes1. Le roman politique – La société bloquée – Le coup de pistolet dans le concert – 2.  Le romancier sociologue – Le cercle des primitifs – Dispositions et lutte pour la reconnaissance – 3. La montée des femmes – Contre la domination : l’amour – Contre le déterminisme : l’humour – 4. Armance sans voix – Une classe pétrifiée – L’amour barré – Rêver Armance – 5. Des noirs et des rouges – Tout est social – Un analyseur turbulent – La scène politique – La scène érotique – Un champion du coup de tête – 6. Intense Louise, impétueuse Mathilde – Portraits croisés – Féminités – Moments charnels – Résister, profaner 1 – 7. Un héros du juste milieu – Une écriture de la contingence – Règne de l’argent, temps des fripons – Le coeur à gauche – Tout est politique – Dilettante ou imposteur ? – 8. Entre Bathilde et Augustine – Bathilde n’est pas Mathilde – Augustine maîtresse femme – Partie nulle – 9. Des primitifs et des poudrés – Un héros italien – La scène politique – La lutte des clans – L’emprise des signes – La scène érotique – 10. Insolente gina, intransigeante Clélia – Dispositions et tâtonnements – L’hystérie productive – La patience souveraine – Résister, profaner 2 –11. Lamiel sans fin – La politique au village – Un crescendo terroriste – Aimer Lamiel – Conclusion – Une sociologie romanesque – Bibliographie sélective d’ouvrages et articles sur Stendhal.

Parution – « Les discours du journal »

VIENT DE PARAÎTRE:

Corinne Saminadayar-Perrin

Les discours du journal: rhétorique et médias au XIXe siècle (1836-1885)

Collection « Le XIXe siècle en représentations »

Format: 160 x 240 – 276 pages
Prix de vente : 25 euros

Publications de l’Université de Saint-Étienne
35, rue du Onze Novembre – 42023 Saint-Étienne

Plan de l’ouvrage:

Introduction

PREMIÈRE PARTIE – Scénographie du discours

Chapitre I. Le journal et la tribune : relais, complémentarité, médiation La presse comme porte-voix

Le journaliste et l’orateur : des « frères ennemis » ?

Chapitre II. L’éloquence en spectacle

« Aux marches du Palais »

Chronique des événements oratoires

Chapitre III. Mises en perspective journalistiques des pratiques oratoires Critique de l’éloquence

Pour une lecture sociopolitique des pratiques oratoires

DEUXIÈME PARTIE – Portraits du journaliste en orateur

Chapitre IV. Le journaliste, un professionnel de l’éloquence Le journalisme des « forts en thème » Le journaliste, un « classique » de l’éloquence ?

Chapitre V. L’éloquence de la presse Le journaliste, un avatar de l’orateur Espaces du discours

Chapitre VI. Déclarations foraines L’éloquence des marges

Parodie et subversion

TROISIÈME PARTIE – L’invention d’une éloquence démocratique

Chapitre VII. Circulation et dégradation des discours Discours à la dérive

Le prêt-à-parler de la bourgeoisie

Chapitre VIII. Un nouvel espace de parole

Le journal, une alternative aux violences du débat politique Légitimer de nouveaux modes de parole Une autre approche du politique

Chapitre IX. L’invention d’un forum moderne Une mutation dans l’espace de la parole publique « Rédacteur en chef, la foule »

Conclusion Bibliographie sélective

POUR COMMANDER:
Je soussigné: NOM, Prénom …………………………………………………………………………………………………

Adresse: ………………………………………………………………………………………………………. ………………………………………………………………………..

Commande ……………… exemplaire(s) de l’ouvrage Les discours du journal : rhétorique et médias au XIXe siècle (1836-1885) au prix de 25 euros. (frais de port: 6 euros, uniquement pour la France et l’Europe. Autre pays, nous consulter: publications@univ-st-etienne.fr).

E Je règle par chèque libellé à l’ordre de M. L’Agent Comptable de l’Université de Saint-Étienne E Je règle par carte bancaire, voici mon numéro…………………………………………………………… Date d’expiration

El je règle par virement: domiciliation TPST-ETIENNE

Compte n° 10071-42000-00001002885 clé 67

À retourner:

Publications de l’Université de Saint-Étienne 35, rue du Onze Novembre 42023 Saint-Étienne CEDEX 2

À ………………………………………………………….. le……………………………………

Parution – « La force de la doxa »

Loïc NICOLAS, La force de la doxa – Rhétorique de la décision et de la délibération, coll. « Ouverture philosophique », L’Harmattan, 2007, 224 p., 20 euros.


ISBN : 978-2-296-02613-1

À partir d’une étude du genre délibératif, tant générique qu’historique, l’auteur se propose de restituer à la doxa – cet uni­vers de croyances et de représentations supposées – sa validité dans l’émergence de décisions politiques qui puissent valoir pour tous et pour chacun. Prenant acte de l’urgence à réhabiliter l’usage rhétorique de la langue, cet essai ambitionne de redonner à la doxa ses lettres de noblesse en repensant les conditions de persuasion d’une parole socialement négociée. Il entend restaurer la pertinence et l’actualité d’une pratique discursive, opinative, que sa nature même destine à évoluer dans l’incertitude et le doute, en mar­quant sa rupture avec l’idéal technocratique d’une modernité déshumanisante.

Comment arrêter son choix parmi la multiplicité des possibles ? Comment orienter son action dans le monde contingent des choses humaines, prendre position sur la « carte » de la praxis pour donner du sens en créant l’événement ? Comment ordonner les moyens et les fins sans pour autant sombrer, soit dans un pur relativisme, soit dans la dictature d’une vérité tyrannique ? Telles sont les ques­tions auxquelles tente de répondre cet ouvrage.

Mots clés : Rhétorique, argumentation, persuasion, doxa, délibératif, preuve éthique, discussion.

Loïc NICOLAS
(né en 1982), diplômé en Lettres modernes, en Science politique et en Sciences sociales, conduit actuellement une Thèse de doctorat (EHESS/GSPM – ULB) sur la théorie et l’histoire de la Rhéto­rique. Il publie ici, dans une version remaniée, son D.E.A. de Langue française soutenu en 2005 à l’Université de Paris-Sorbonne.

TABLE DES MATIERES

Préface du Pr. Delphine DENIS (Paris IV)

INTRODUCTION
AVANT-PROPOS

PREMIÈRE PARTIE
LA DÉLIBÉRATION : ORIGINES ET USAGES

1. Retour aux sources et historicité d’une pratique discursive
2. Définition matricielle, décalages et évolutions
3. Un discours dans la Polis ou l’intégration de la parole de l’autre

DEUXIÈME PARTIE
L’INSCRIPTION ENDOXALE DU DISCOURS ET LA QUESTION DE LA VÉRITÉ

1. La Persuasion et la topique ou la recherche du recevable
2. Aristote vs Platon
3. Parole qualifiée ou disqualifiée : la place du « consensus social »

TROISIÈME PARTIE
DISCUSSION ET DÉLIBÉRATION : VERS UNE FORMATION INTER-SUBJECTIVEMENT VALIDE DE LA VOLONTÉ POLITIQUE

1. Pour un dépassement du scientisme et du relativisme
2. Fondation des décisions et des normes d’action : vers l’émergence d’une « majorité »
3. Vers la communion des corps et des consciences

CONCLUSION
BIBLIOGRAPHIE

Responsable : L’Harmattan

Url de référence : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=22832
Adresse : L’HARMATTAN Édition-Diffusion
Service de presse 5-7, rue de l’École Polytechnique 75005 Paris.

Parution – « Profession : créatrice »

Profession: créatrice. La place des femmes dans le champ artistique

Sous la direction d’Agnese Fidecaro et Stéphanie Lachat

220 p. / 32 fr. / 21 euros / ISBN: 978-2-940146-78-9

Profession créatrice: la juxtaposition de ces deux termes n’est pas toujours allée de soi. Les femmes ont par le passé été exclues de la pratique professionnelle d’un certain nombre d’arts ou ont été reléguées aux échelons inférieurs des hiérarchies qui les organisaient. Leur oeuvre a été dévalorisée, leur accès aux filières d’apprentissage obstrué. Quels facteurs ont-ils favorisé ou freiné l’accès des femmes à la création ? Quelles stratégies ont-elles développées pour s’affirmer comme artistes? Quel rôle des représentations genrées ont-elles pu jouer ?

Confrontant passé et présent, cet ouvrage illustre la recherche et les débats sur le genre dans des arts aussi différents que la peinture et la sculpture, la photographie, le théâtre, la littérature, le cinéma, la danse ou le jazz.

Table des matières :

– La création comme profession: perspectives historiques et enjeux contemporains de la recherche sur les femmes artistes

(Agnese Fidecaro et Stéphanie Lachat)

– «Elles deviendront des peintres»: femmes artistes et champ social de l’art (Maria Antonietta Trasforini)

– Femmes et création littéraire au XIXe siècle: ou comment réconcilier des contraires (Valérie Cossy)

– La femme invisible: les paradoxes de la révélation surréaliste (Dominique Kunz Westerhoff)

– «À la mémoire de l’héroïne inconnue?»: éthique et esthétique de l’exception chez Claude Cahun (François Leperlier)

– Jacqueline Audry, cinéaste pionnière (Brigitte Rollet)

– Conquêtes et enjeux pour les femmes dans un territoire de paradoxes, la danse (Hélène Marquié)

– Chanteuses de jazz: femmes sans «qualités»? (Marie Buscatto)

– Écrire pour le théâtre au féminin: l’héritage/ l’écart (Sylviane Dupuis)

– Praxis et plastique, ou la double fiction (Françoise Collin)