Archives mensuelles : avril 2007

Journées d’étude – « On ne peut pas tout réduireà des stratégies »

Journées d’étude organisées par le Grihl-CRH (Groupe de Recherches Interdisciplinaires sur l’Histoire du Littéraire) et l’EA 3350, Analyse Comparée des Pouvoirs (Univ. Marne-la-Vallée),

« On ne peut pas tout réduire à des stratégies » :
stratégies sociales et gestes d’écriture, un débat, des manières de faire

vendredi 11 mai 2007
à l’Université de Marne-la-Vallée
Cité Descartes
5, Bd Descartes, Champs-sur-Marne
77454 Marne-La-Vallée
(RER A, arrêt: Noisy-Champs)
Salle A 212, Bât. Bois de l’Etang

et samedi 12 mai après-midi, à l’EHESS
105 Bd Raspail
75006 Paris
Salle 7

Vendredi 11 mai
(9h15-17h)

Université Marne-la-vallée, Cité Descartes 5, bd Descartes, Champs sur Marne, 77454 Marne-la-Vallée (RER A, arrêt : Noisy-Champs)

Salle A 212, bât Bois de l’étang

9h15 Introduction – Dinah Ribard, Nicolas Schapira

Les règles du jeu
9h30 : Anthony Glinoer (Université de Toronto) – Stratégies collectives d’écrivains au XIXe siècle
10h : Philippe Olivera (Brest) – Le terrain des grandes manoeuvres : à propos des stratégies éditoriales
10h45-11h : Pause
11h : Gisèle Sapiro (CNRS – Centre de Sociologie Européenne) – Stratégies d’écriture et responsabilité auctoriale
11h30 : Nicolas Schapira (Université de Marne-la-Vallée, Grihl) – Groupes sans statut. Stratégies de secrétaires ?
12h : Bérengère Parmentier (Université de Provence) – écritures illégitimes au XVIIe siècle : des stratégies sans règle du jeu ?
12h30 : Discussion

13h-14h – Déjeuner

Trop de stratégie tue la stratégie
14h : Jean-Luc Chappey (Université Paris I) – Nouveaux regards sur les « girouettes »… écritures et stratégies intellectuelles en Révolution
14h30 : Pascale Girard (Université de Marne-la-Vallée) – Le candidat insistant : peut-on lire des stratégies dans les Indipetae du XVIIe siècle ?
15h15-15h30 : Pause
15h30 : Héloïse Hermant (EHESS et Casa de Velázquez) – Campagnes épistolaires et négociation politique : l’imparable « stratégie » d’ascension politico-sociale de don Juan José de Austria ?
16h : Dinah Ribard (EHESS, Grihl) – La création des chaires de droit français (1679) : les stratégies à l’épreuve de l’événement
16h30 : Discussion

*

Samedi 12 mai
(14h-17h)

*

EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris
Salle 7

Récits et témoignages
14h : Alban Bensa (EHESS – Genèse et transformation des mondes sociaux) Stratégies narratives et analyses de récits
14h30 : Nicolas Offenstadt (Université Paris I) – L’écriture et la publication des « carnets secrets » d’Abel Ferry : une « stratégie » familiale ?
15h15-15h30 : Pause
15h30 : Maya Szymanowska (EHESS) – Jean-André Morstin : destin brisé ou stratégie de la gloire? Deux lectures historiographiques.
16h : Christian Jouhaud (EHESS, Grihl) – L’action rendue visible comme stratégie par son écriture. Marie Du Bois et la maison du Poirier
16h30 : Discussion générale

Contact : Dinah Ribard (Dinah.Ribard@wanadoo.fr) et Nicolas Schapira (nicolas.schapira@univ-mlv.fr)

La plaquette du programme et le texte de présentation sont également disponibles en format PDF sur le site du GRIHL aux adresses URL suivantes :
http://www.ehess.fr/centres/grihl/Infos_diverses/Strategie_programme.pdf

http://www.ehess.fr/centres/grihl/Infos_diverses/Journees_strategie.pdf

Parution – « Pratique sociale de la traduction »

Jean-Marc Gouanvic

Pratique sociale de la traduction. Le roman réaliste américain dans le champ littéraire français (1920-1960)

ARTOIS PRESSES UNIVERSITE
Coll: « traductologie »
01/03/2007
Isbn: 978-2-84832-054-0
200p
20 €

Présentation de l’éditeur:

Cet essai analyse, à partir de la théorie sociologique de Pierre Bourdieu et notamment à partir des notions de champ, d’habitus et d’illusio, la traduction française du roman réaliste américain de 1920 à 1960. Une sélection d’oeuvres d’Ernest Hemingway, de John Dos Passos, John Steinbeck, Henry Miller et Henry James fait l’objet d’une analyse contrastive détaillée. Sont posées à propos des oeuvres traduites des questions qui paraissent centrales aujourd’hui en traductologie : Quel est l’enjeu d’une théorie sociologique de la traduction ? En quoi consiste l’éthique sociale de la pratique traductive ? De quoi est fait l’habitus d’un traducteur, question examinée à l’aide de deux cas, celui de Maurice-Edgar Coindreau et celui de Marcel Duhamel ? Cet ouvrage est l’occasion d’une évaluation d’aspects de la théorie sociale de Pierre Bourdieu sur un objet d’étude, la traduction, pour lequel elle n’avait pas été pensée.

Sommaire:

* L’enjeu d’une théorie sociologique de la traduction – la signifiance et l’illusio
* Ethos, éthique et traduction : vers une communauté de destins dans les cultures
* Les traductions des auteurs américains dans le champ littéraire français : les traducteurs, préfaciers et éditeurs aux XIXe et XXe siècles
* La traduction comme recherche d’homologies – Ernest Hemingway : ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre
* John Dos Passos et ses nombreux traducteurs français : des versions contradictoires
* Le champ de production restreinte de la littérature anglophone à Paris (1922-1939) et sa traduction : le cas de Henry Miller
* Les avatars de John Steinbeck en traduction française pendant la Seconde Guerre mondiale : Polemos, censure et traduction
* Marguerite Yourcenar, traductrice, et l’éthique de la signifiance – Ce que savait Maisie de Henry James
* L’habitus des agents Maurice-Edgar Coindreau (traducteur) et Marcel Duhamel (traducteur et directeur de collection)

Url de référence : http://www.univ-artois.fr/francais/apu/publi/traduct/index.htm