Archives mensuelles : septembre 2007

Parution – « Postures littéraires »

PARUTION

Jérôme Meizoz, Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève-Paris, Slatkine Erudition, 2007, 214 p. 33 €
Disponible en librairie dès octobre, ou commande par courriel: slatkine@slatkine.com

Dans la modernité émerge et s’individualise la figure de l’auteur, livré à la curiosité biographique d’un public croissant. Présent sur la scène littéraire, décrit et jugé par ses pairs comme par des anonymes, l’auteur assume désormais une présentation de soi qui constitue ce que nous nommons sa posture. Proposée par Alain Viala, systématisée dans les recherches de Jérôme Meizoz depuis plusieurs années, reprise et discutée depuis par divers spécialistes, cette notion s’avère stimulante pour comprendre non seulement le statut et les représentations de l’auteur moderne mais aussi les transformations de ceux-ci et leur impact sur l’ensemble de la pratique littéraire.

Qui rend publics ses écrits impose une image de soi qui s’écarte souvent de ses coordonnées civiles, comme en témoigne le recours au pseudonyme chez L.-F. Céline, Julien Gracq, Romain Gary ou San-Antonio. Le pseudonyme marque une nouvelle identité énonciative, dont la validité et l’efficace se jouent sur la scène littéraire.

En dix chapitres, cet ouvrage de sociologie littéraire propose une réflexion l’auteur et ses diverses postures. Diverses études de cas sont proposées, de Rousseau à Stendhal, de Péguy à Ramuz et Giono, de L.-F. Céline à Cingria et Aragon sans négliger plusieurs ouvertures vers des écrivains contemporains comme Pierre Michon ou Michel Houellebecq.

Jérôme Meizoz enseigne la littérature française à l’Université de Lausanne. Ecrivain et critique, ses recherches portent sur l’articulation entre sociologie et littérature. Il a notamment publié : Ramuz. Un passager clandestin des lettres françaises (1997), Le Droit de « mal écrire »(1998), L’Âge du roman parlant 1919-1939 (2001), Le Gueux philosophe. Jean-Jacques Rousseau (2003) et, dans la présente collection,  L’oeil sociologue et la littérature (2004).

Parution – « Les usages de la sociologie de l’art »

Girel S, Proust S (édit.), Les usages de la sociologie de l’art. Constructions théoriques, cas pratiques, Paris, L’Harmattant (« Logiques sociales »). Avec des articles de Nathalie Heinich, Antoine Hennion, Nicole Ramognino, Laurent Fleury, Pierre François.

La sociologie de l’art et de la culture se constitue, en France, au cours des années soixante. Depuis les travaux fondateurs de Pierre Bourdieu, elle connaît une réelle diversité théorique et empirique. Si les premières recherches portaient essentiellement sur la littérature et les arts plastiques, dans la période qui a suivi, elles se sont intéressées à des domaines aussi divers que la télévision, le cinéma, le théâtre, la danse, etc.

Cette croissance a conduit les sociologues à s’interroger sur la constitution du champ de la sociologie de l’art ainsi que sur les usages qui peuvent en être faits. Les textes présentés dans cet ouvrage considèrent, d’une part, les relations entre la sociologie de l’art et la sociologie générale : à quelles conditions la sociologie de l’art peut-elle être une sociologie à part entière et quels sont les apports de ce domaine à la construction de la discipline ? D’autre part, ils examinent les usages de la sociologie de l’art et de ses résultats, par les acteurs sociaux (principalement, dans les textes retenus, les professionnels de la décentralisation théâtrale et de l’action culturelle et les critiques d’art).

Les articles de cet ouvrage visent à rendre compte de certains des débats qui se sont déroulés, au sein du réseau spécialisé dans la sociologie de l’art et la culture, dans le cadre du second congrès de l’Association française de sociologie (AFS) qui s’est tenu, en septembre 2006, à Bordeaux.

Les éditeurs : Sylvia Girel, Serge Proust

Création et réception en ligne : quels déplacements dans la chaîne éditoriale ?

Séminaire du groupe « Acteurs et production numérique éditoriale » du GDR-TICS
5 octobre 2007

CNAM Amphi 1, Gaston Planté, accès 35, 1er étage – 2 rue de Conté, 75003 Paris

Création et réception en ligne : quels déplacements dans la chaîne éditoriale ?

L’objectif de ce deuxième séminaire est d’apporter un éclairage sur les déplacements à l’œuvre dans les fonctions création et réception de la chaîne éditoriale, entendue ici comme un ensemble de pratiques menant à l’élaboration de produits culturels et documentaires. Il s’agit donc pour cette journée de repérer les pratiques innovantes qui conduisent les acteurs à acquérir de nouvelles compétences, d’en estimer les conséquences d’un point de vue prospectif et organisationnel et de vérifier dans quelle mesure les stratégies d’entreprises en sont modifiées.

Matin (9h30 – 12h30)

Introduction de la journée, Pierre Barboza, Maître de Conférences en Information et Communication, Labsic, Paris13

« Les éditeurs face au numérique : un positionnement paradoxal » ; David Douyère, Maître de Conférences en Information et Communication, Labsic, Paris13

« Reconfigurations de la critique littéraire dans les blogs d’écrivains » ; Brigitte Chapelain, Maître de Conférences en Information et Communication, Cries/Series, Paris 10

« Netart et compétences documentaires » ; Pierre Barboza, Maître de Conférences en Information et Communication, Labsic, Paris13

Après-Midi (14h – 17h)

« Editer ou publier ? » ; Constance Krebs, éditrice, doctorante en Lettres modernes, Paris3

« Musique et numérique : la carte de l’innovation » ; Arnaud Klein, Coordination de l’Etude Musique – Fondation Internet Nouvelle Génération

« Droit d’auteur et licences d’usage » ; Mélanie Dulong de Rosnay, Doctorante en Droit, Paris2 ; Fellow, Berkman Center for Internet & Society, Harvard Law School

Conclusion de la journée : Evelyne Broudoux, Maître de Conférences en Information et Communication, CHCSC, IUT de Vélizy, UVSQ

Accès libre mais confirmer votre présence à Elodie Ozanne : elodie.ozanne@cnam.fr

Parution – « Le Statut littéraire de l’écrivain »

Travaux de Littérature édités par l’ADIREL
Vol. XX (septembre 2007) : Le Statut littéraire de l’écrivain
ISBN : 2-9518403-5-7
Dir. sc. : Lise SABOURIN, 34 contributions, 520 pages
Au siège de l’ADIREL : 55 €
Diffusion : Librairie DROZ, Genève (75 €)

À notre époque où tout lecteur est souvent appelé à se penser auteur potentiel, par la pratique répandue, par exemple, des ateliers d’écriture, la confusion peut naître dans notre perception des écrivains, futurs ou présents, et même passés. Qui, en effet, est véritablement créateur ? Le clivage générique des oeuvres littéraires nous semble-t-il encore clair ?

Trente-quatre chercheurs, français et étrangers, réunis dans ce volume XX des Travaux de Littérature, en se penchant sur Le Statut littéraire de l’écrivain, du Moyen Âge au domaine le plus contemporain, apportent leurs réponses à ces interrogations. Ils procèdent d’abord à une enquête lexicale et sémantique sur les dénominations en usage dans le monde des hommes de lettres. Mais ces appellations mettent aussi en jeu la condition et la situation sociale des écrivains. Ils en ont transcrit le vécu dans leur oeuvre, notamment par leur choix de genres littéraires, qui induisent une identification souvent révélatrice d’une hiérarchie pourtant fort fluctuante, dans leur réception immédiate, mais surtout selon leur fortune littéraire.

L’écrivain, qui laisse parler en son for intérieur la voix qui lui intime d’exprimer la puissance du Verbe, revendique sans cesse l’espace nécessaire à sa pensée : il refuse d’être classé par une désignation commode qui ferait échapper son lecteur à la nécessité de scruter ligne à ligne la sublimation du quotidien effectuée par sa création et d’en percevoir la force singulière.

Lise SABOURIN, Introduction

I – Dénomination de l’écrivain

Henriette WALTER, Les noms donnés aux écrivains

Philippe MÉNARD, Les dénominations de l’écrivain au Moyen Âge

Isabelle TURCAN, Le prosateur de Gilles Ménage à Jean-Paul Sartre : le mot et l’idée

II – L’écrivain face à sa condition

Alain CULLIÈRE, Être coauteur à la Renaissance

Florian PREISIG, Le poète de cour : condition sociale et représentation de soi chez Marot et Ronsard

Jean-Pierre CHAUVEAU, Une figure du poète au XVIIe siècle : Tristan L’Hermite (1601-1655)

Patrick DANDREY, Molière auto-portraitiste : du masque au visage

Françoise GEVREY, L’auteur colporteur : une représentation de l’écrivain au XVIIIe siècle

Béatrice DIDIER, Rétif de la Bretonne, écrivain-typographe

Laurence RICHER, L’Écrivain gentilhomme, ou le statut de l’écrivain selon Chateaubriand

Catherine BOTTEREL-MICHEL, Représentation de l’écrivain dans l’oeuvre de Maupassant : portrait d’un artiste fin de siècle

Ralph HEYNDELS, Beckett, Banier, Barthes : la photographie, l’écrivain, la légende et la mort

Luc FRAISSE, Le statut de l’écrivain dans Le Dit de Tianyi de François Cheng

III – Du choix d’un genre à la reconnaissance de l’écrivain

Véronique DUCHÉ-GAVET, « Et le surplus tu l’as bien inventé » : Réflexions sur le statut du traducteur (1526-1554)

Richard CRESCENZO, Louis Le Roy et le statut du traducteur des Anciens au XVIe siècle

Charles BRUCKER, Pour un statut d’auteur d’emblèmes au XVIe siècle : Simon Bouquet et la tradition alciatique

Bruno MÉNIEL, Écrire noblement au XVIe siècle : les choix formels d’Alexandre de Pontaymeri

Alain GÉNETIOT, Le Parnasse satirique de Sarasin ou l’invention de l’auteur-honnête homme

Olivier LEPLATRE, « Foy d’auteur » : ichnographie de l’écrivain comique (autour du Roman comique de Scarron)

Claude BOURQUI, La fable du fabuliste : Esope, du Grand Cyrus à La Fontaine

Michèle CROGIEZ-LABARTHE, « La fantaisie me prit… » : La Nouvelle Héloïse dans l’oeuvre de Rousseau

Daniel BREWER, Le désir de l’interprétation : en lisant Stendhal

Barbara T. COOPER, (Auto)portrait de Dumas au travail : Le Cocher de cabriolet

Françoise SUSINI-ANASTOPOULOS, Scriptor in fragmento : magistralité et déliaison de Joubert à Cioran

IV – Images et fortune littéraire de l’écrivain

Gilbert SCHRENCK, « Prenez les bons, laissez les mauvais » : le statut du « grand » poète dans le Journal de Pierre de l’Estoile

Wim J. A. BOTS, Montaigne, de l’écrivain

Ruth WHELAN, Le sourire du sage : représentations de l’écrivain dans la Critique générale de l’« Histoire du calvinisme » de Mr Maimbourg (1682) de Pierre Bayle

Philippe LEFEBVRE, La représentation de l’écrivain-philosophe chez les sermonnaires et les apologistes du XVIIIe siècle

Valentina PONZETTO, Poète ou dramaturge ? Visages et fortunes d’Alfred de Musset

Marie-Hélène GIRARD, Gautier : « Un poëte condamné à la corvée à perpétuité… »

Denis PERNOT, Barrès en guerre

Mariana PERISANU, La reconnaissance d’un écrivain : Ionesco, un iconoclaste en habit vert

Michel BRIX, Une littérature sans auteurs ?

Index des noms d’auteurs
Nos auteurs
Les membres de l’ADIREL publient
Table des matières