Archives mensuelles : novembre 2007

Parution – « La mise en scène du corps social »

Jérôme Dubois, La mise en scène du corps social, contribution aux marges complémentaires des sociologies du théâtre et du corps.

Collection : « Logiques Sociales »

Editeur : L’Harmattan, 2007.

354 pages.

Prix éditeur : 29 euros.

ISBN : 978-2-296-04318-3

Présentation : Malgré le diagnostic qui, dans les années 1980, constata la désaffection envers les institutions de la modernité, la vitalité du corps social est envisageable via les formes de socialisation. Or il est une activité symptomatique de ce rapport labile à l’institution : le théâtre allie loisir et travail, fait appel à la présence du corps, s’interdit toute division aliénante du travail. Il semble paradigmatique de cette tendance à rebours des institutions établies. Dans cette perspective, nous abordons diverses théâtralisations à travers des études de cas qui présentent des ruptures avec le théâtre institué tout en sollicitant les catégories et principes qui gouvernent le cadre théâtral, afin de dégager les éléments de mise en scène du corps social.

TABLE DES MATIERES

Préface de Michel Maffesoli

Prologue

1. Epistémologie du cadre théâtral

l. l. Poétique du social : Portrait du sociologue en poète

1.2. Généalogie du théâtre à travers la sociologie

1.3. Généalogie du corps social à travers la sociologie et le théâtre

1.4. Catégories affectives : Tragique. Parabolique. Ludique. Onirique. Mystique.

2. Formes du devenir théâtral

2.1. Une philosophie topomorphique de l’Histoire

2.2. Cadre ancien : Idéal-type du théâtre Grec attique

2.3 Cadre classique : Idéal-type du théâtre de cour

2.4. Cadre moderne : Idéal-type du théâtre bourgeois

2.5. Cadre post-moderne : Idéal-type du happening, de la performance

3. Plateaux d’une corporéité théâtrale

3.1. Théâtre dans les murs

3.1.1. Le poète Bernard-Marie Koltès : Envers et contre les murs

3.l .2. Expérience du théâtre amateur en tant que comédien, metteur en scène et animateur

3.2. Théâtre hors les murs

3.2.1. L’enjeu poético-politique de la rencontre : Installations de Nadine Norman

3.2.2. Théâtre historico-religieux : Balade-spectacle sur le sentier huguenot

3.3. Théâtre en réseaux

3.3.1. Le cas d’école de la Clis de Gutenberg : Constitution d’un conte numérique

3.3.2. Mondial 1998 : Modalités spectaculaires du jeu international

3.4. Théâtre d’images

3.4.1. Bureau d’études Scopes : Complexe corporel des images publicitaires

3.4.2. L’image du corps mise en doute: Anamorphoses de Cléa Brunschwig

4. Epilogue

4.1. Typologie des formes théâtrales à partir du cadre théâtral

4.2. Deux apories à propos du corps

4.3. Pour une éthique poétique

Parution – « Sociologie des oeuvres »

Quatrième de couverture, Sociologie des oeuvres

de Jean-Pierre Esquenazi

Les oeuvres d’art ne sont reconnues comme telles qu’en fonction d’un processus complexe, incertain et marqué par la variation des statuts et des interprétations. Émancipées de leur contexte d’apparition, La Ronde de nuit ou Psychose, La Flûte enchantée ou Lucy in a sky with diamonds offrent chacune une succession de profils parfois peu « raccords » conciliables les uns avec les autres.

Inutile donc d’affronter les questions redoutables (« qu’est-ce qu’une oeuvre ? », « la nature de l’oeuvre est-elle fondamentalement sociale ou non ? ») si l’on ne se livre pas, au préalable, à une identification sociologique des différentes phases de la vie des oeuvres et à une réflexion d’ensemble sur ce parcours où l’identité « artistique » ne s’affirme qu’à travers une suite de transformations.

C’est à cette tâche aussi nécessaire qu’originale que se consacre le présent ouvrage. Il analyse le fonctionnement d’institutions productrices qui conçoivent les oeuvres, les exécutent selon des modèles appropriés et décident de leur présentation aux publics. Il examine le rôle crucial joué par ces derniers qui attribuent aux oeuvres sens et significations, se les approprient, communiquent à travers elles et parfois changent avec elles.

L’auteur mobilise la sociologie de l’art et de la culture, l’histoire de l’art, de la littérature, du cinéma, mais aussi les Cultural et Genders Studies. La présentation et la discussion des définitions esthétiques et des apports sociologiques récents servent de socle à la mise en avant d’une approche compréhensive inédite de la production et de la fabrication des oeuvres.

Jean-Pierre Esquenazi est Professeur des Universités (département d’information communication de l’université Lyon 3). Enseignant-chercheur en sociologie de l’art et en sociologie des médias, il encadre divers masters à Lyon, Grenoble et Genève.

Introduction générale

Première Partie: Qu’est-ce qu’une oeuvre ?

Chapitre I : Les définitions classiques de l’oeuvre de l’art

1. L’oeuvre comme un isolat formel : la socio-logique de Roland Barthes

2. L’oeuvre comme défi à la société : Adorno et les connaisseurs

3. L’oeuvre comme objet de valeur : Gombrich, les schémas et le canon

4. Première conclusion : l’oeuvre comme processus social

Chapitre II : L’oeuvre et la sociologie

1. L’économie symbolique des oeuvres

2. Valeurs de l’oeuvre

3. L’oeuvre en acte

4. Oeuvres et médiations

Chapitre III : L’oeuvre et ses différents états

1. Le symbolique comme processus

2. La production : institutions, directives, modèles, énonciations, paraphrases

3. L’interprétation : déclarations, communautés et processus d’interprétation, sens de l’oeuvre, l’oeuvre paraphrase de son public, l’oeuvre et son histoire

Seconde Partie : la sociologie des oeuvres

Introduction

Chapitre IV : Logique des institutions

1. Institutions du Gothique et de la Renaissance

2. Le savant et le carnaval : un cas d’institution populaire

3. Le champ littéraire moderne

4. Hétéronomie des institutions cinématographiques

Chapitre V : Descriptions de l’énonciation

1. L’énonciation à l’ère des institutions hétéronomes

2. Sociologies du chef d’oeuvre

3. Enonciation et incarnation

4. L’énonciation en mode industriel

Chapitre VI : L’oeuvre paraphrase de l’institution

1. Peintures du Quattrocento

2. La vision tragique et sa combinatoire

3. Paraphrases dix-neuvièmistes

4. Paraphrases industrielles

Chapitre VII : La Déclaration des oeuvres

1. Conditions sociales de la déclaration

2. L’invention des peintres

3. Les univers de la critique

4. Déclarations de la production industrielle

Chapitre VIII : Interprétations et significations des oeuvres

1. Interprétations institutionnelles

2. Constructions sociales des interprétations

3. Publics féminins modernes

4. Interprétations et idéologies

Chapitre IX : Appropriations

1. Interprétation et aveuglement

2. Vertigo, ses publics et ses interprétations

3. Brève histoire des Gender Studies

4. La querelle du roman feuilleton, ad vitam aeternam

Conclusion

Références

Parution – « Ecrivains hors champ »

« Ecrivains hors champ : sociologie d’un atelier d’écriture »

Chateigner, Frédéric

Editions Ed. du Croquant
Champ social (320 p.)
Paru le 26/10/2007
22.00 euros

Présentation: L’enquête porte sur le fonctionnement des ateliers d’écriture, la logique des trajectoires des animateurs et des participants, ainsi que les effets exercés sur les individus et les textes produits dans ce cadre.

Publication – « Social Constructionist Identity Politics and Literary

SOCIAL CONSTRUCTIONIST IDENTITY POLITICS AND LITERARY STUDIES
Suman Gupta
From Palgrave Macmillan
Pub date: May 2007
256 pages
Size 5 1/2 x 8 1/4
$65.00 – Hardcover (0-230-50047-1)

Description
This fascinating interdisciplinary study presents a critique of social constructionist identity politics, which is distinguished from specific identity-based political positions, from within and with social constructionist commitments. The first half of the book focuses on the conceptual aspect of such politics with regard to the humanities generally. In particular, the logic of embodiment, the nuances of institutionalization, and recent developments in this area are discussed. Gupta also examines the institutionalization of social constructionist identity politics in literary studies, considering the role of self-announcements in critical writing, theory textbooks, and notions of canonicity.

Author Bio
SUMAN GUPTA is Senior Lecturer in Literature and Joint Director of the Ferguson Centre for African and Asian Studies, The Open University, UK. He is also Principal Co-ordinator of the Globalization, Identity Politics and Social Conflict (GIPSC) project and Honorary Senior Research Fellow at Roehampton University, UK. He has published seven single-authored and five co-edited books.

Table of contents
Introduction: Prelude to Definitive Elaborations * PART 1: SOCIAL CONSTRUCTIONIST IDENTITY POLITICS * Identity-Based Political Positions * Embodying Identity-Based Political Positions * Analogues and Equivalences * Identity Politics at Work * PART 2: LITERARY STUDIES * Theory, Institutional Matters, Identity Politics * Self-Announcements and Institutional Realignments * Theory Textbooks and Canons * Conclusion: Questions and Prospects * Bibliography * Index *