Archives mensuelles : décembre 2007

Parution – Georg Simmel, « Esthétique sociologique »

Georg Simmel, Esthétique sociologique, Presses de l’Université Laval, Collection : Pensée allemande et européenne
170 pages
2007

ISBN : 978-2-7637-8556-1

Prix :$ 30,00

Résumé :

Introduction par Philippe Marty

Traduit de l’allemand par Lambert Barthélémy, Michel Collomb, Philippe Marty et Florence Thérond

Le titre Esthétique sociologique – celui de l’essai de 1896 placé en tête de ce recueil – a valeur de programme : la pensée esthétique de Georg Simmel ne se cantonne pas dans le cadre traditionnel de la philosophie de l’art, elle est en même temps une esthétique au sens propre du terme et se révèle étroitement liée à sa sociologie.

Qu’il traite des sculptures de Rodin ou de la beauté des sommets alpins, de l’art de Rembrandt ou de celui de Léonard de Vinci, de la pensée esthétique de Kant ou de celle de Schopenhauer, les catégories auxquelles recourt possèdent une portée fondamentalement sociologique : ce sont, par exemple, les antagonismes de l’absolu et du contingent (le relatif), du distant (dans le symbolisme) et du proche (dans le naturalisme), de l’un et du multiple (le collectif).

Les textes réunis ici furent publiés entre 1895 et 1918 et sont traduits pour la première fois en français, à l’exception de « L’art de Rodin », dont une version légèrement différente avait été traduite à l’intention du sculpteur français du vivant de Simmel.

Table des matières :

Introduction par Philippe Marty

Esthétique sociologique

Les paysages de Böcklin

Sur les quantités esthétiques

La Cène de Léonard de Vinci

Kant et l’esthétique moderne

Esthétique du portrait

L’art de Rodin et la question du mouvement dans la sculpture

L’esthétique de Schopenhauer et la conception moderne de l’art

Sur l’esthétique des Alpes

Producteurs de formes et créateurs

Fragments d’une philosophie de l’art

Souvenir de Rodin

Style germanique et style de tradition classique et romane

Parution – « Les écrivains du Congo-Zaïre. Approches d’un champ littéraire africain »

Les écrivains du Congo-Zaïre

Littératures des mondes contemporains, série Afriques, n° 2, Metz, décembre 2007 – N° ISBN : 978-2-917403-01-3

Auteurs : Charles DJUNGU-SIMBA K.

Centre de recherche : Ecritures

329pages – Tarif : 19 €  TTC

PRESENTATION

Voici une étude sur la littérature du Congo-Zaïre qui a pour ambition de dessiner la configuration du champ dans lequel oeuvrent ses agents, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui, ceux qui résident au pays tout comme ceux qui se sont établis à l’étranger, de décoder le réseau de relations qu’ils entretiennent les uns avec les autres, d’évaluer les influences qu’ils subissent et/ou qu’ils bravent, et les implications de tout ceci sur les parcours et les pratiques scripturales d’un chacun.

Albert Gérard a eu raison d’affirmer que « dans le polysystème de la francophonie africaine et de sa littérature, le Zaïre occupe une place singulière, qu’il doit à l’action conjointe de la géographie et de l’histoire ». Il était temps d’illustrer cette vérité en étudiant l’organisation et le fonctionnement concrets de la littérature du Congo-Zaïre. Quand elles n’ont pas à souffrir a priori de l’image relativement négative que l’on se fait du pays, les visions globales qu’on a proposées de cette littérature, après Mukala Kadima-Nzuji, se sont trop souvent réduites à une succession de dates, à la mention de quelques écrivains considérés comme majeurs et au résumé de leurs oeuvres. Et toujours, comme pour se disculper d’avance, l’éternelle antienne : l’entrée tardive des Congolais dans la francophonie littéraire africaine.

La lecture institutionnelle qui sous-tend ce travail devrait pouvoir corriger cette perception fort parcellaire. Notre préoccupation principale a consisté à démontrer une continuité diachronique dans les pratiques des différents littérateurs qui ont, progressivement, développé des comportements relevant de la logique de champ. Cette continuité est aussi synchronique. On pourrait penser que la dispersion dans ce qu’il est convenu d’appeler la « diaspora congolaise » et à l’intérieur du pays lui-même, a diminué la lisibilité du champ littéraire congolais. Il n’en est rien. Les lieux d’énonciation se sont certes multipliés et diversifiés mais, entre autres indicateurs, la solidarité dans les énoncés, notamment par la voie de l’intertextualité, reste une réalité.

SOMMAIRE

Avertissement

Préface

Avant-propos.

Première partie
Aux sources du champ culturel congolais

Du terminus a quo
Pour une relecture de la littérature coloniale
À propos de la « littérature de tutelle »
La poésie
La fiction

Spécificités des lettres congolaises
Aux sources de l’enracinement culturel congolais
L’entre-deux-guerres et l’émergence d’une culture autochtone
Le cas de la Bibliothèque de l’Étoile (BDE) et la notion d’évolué

Un essai de scénographie des lettres congolaises
Du « chaînon manquant »

Deuxième partie
Morphologie du champ littéraire congolais : passeurs, réseaux, parcours insignes

Passeur, intercesseur, réseau
Une évolution bien particulière
Les acteurs du champ local
Mécènes et intercesseurs coloniaux
Acteurs post-coloniaux du champ local
Lovanium
L’UEZA
Buaba ya Kayembe
L’espace missionnaire
Le réseau Médiaspaul
Le cas Zamenga

Le Réseau « dièse » ou la littérature de la diaspora
Considérations historiques et culturelles
Écrivains en exil et champs littéraires d’accueil
L’Afrique
L’Europe
La France
La Belgique et le Luxembourg
Quelques parcours insignes
L’Amérique du Nord
À propos de la représentation littéraire de l’exil africain
Le récit d’exil congolais….

Troisième partie
Les écrivains du Congo-Zaïre

Champ littéraire et littératures émergentes
Les anthologies
L’anthologie de Masegabio
L’anthologie de Tshitungu
Des écrivains nationaux au profil plutôt régional
Une population qui se renouvelle peu ou prou ?
Parcours scolaire et professionnel

Deux questionnaires

Analyse des données
La dénomination
La profession
Littérature et vie associative
Comment naissent les vocations littéraires
À propos des propriétés des écrivains du Congo-Zaïre
Populaire ou universitaire ?
La promotion et comment l’assurer ?
De l’appellation « roman/romancier congolais »
De la citoyenneté littéraire congolaise
Première oeuvre
Lieu de résidence
Lieu d’édition
Au four et au moulin
Les droits d’auteur en question
Censure ! Censure !
À quoi servent les critiques ?

Retours sur trois questions récurrentes
Le faux problème des langues
Identité régionale
La paralittérature congolaise : le syndrome Bofuky
Un exemple de marginalité : Basunga Banzaba
Autopsie d’un cas : Passou Ludula

Conclusion………………………………………………………………………………………………… 305

Orientation bibliographique……………………………………………………………………… 311

Index…………………………………………………………………………………………………………… 317

Séminaire – « Le metteur en scène de théâtre »

Le metteur en scène de théâtre

Résumé

La sociologie du théâtre s’est développée depuis plusieurs années en France, principalement dans le cadre de la sociologie du travail et des professions, en étudiant notamment la crise récurrente du régime de l’intermittence et des systèmes de production et de diffusion. La figure centrale de ces recherches est celle du comédien comme expression générique de l’activité théâtrale. Pourtant, depuis la fin du XIXe siècle, avec la constitution de la mise en scène comme oeuvre d’art, dotée de propriétés spécifiques, le metteur en scène constitue une figure centrale dans les champs de production théâtrale. Ainsi, dans le cas français, on peut opposer le théâtre public au théâtre privé au sein duquel priment l’auteur dramatique et la star, le mode de régulation économique constituant une des dimensions centrales de cette opposition.

Annonce

* *

Sociologie d’une nouvelle figure du travail artistique

Séminaire ENS Cachan

L’inscription du metteur en scène dans la division du travail artistique, technique, administratif. La production théâtrale est une activité immédiatement collective. La position du metteur en scène est donc indissociable d’un état de la division du travail et donc de ses rapports, parfois difficiles, avec d’autres agents. On peut aussi considérer la manière dont s’articulent les différentes activités du metteur en scène qui peut endosser le rôle de chef d’entreprise, d’intellectuel, de notable local.

Si on considère le théâtre public et le poids des collectivités publiques, la carrière du metteur en scène (considérée ici d’un point de vue interactionniste, en considérant les différentes positions occupées et le parcours dans différents espaces sociaux) est indissociable de la capacité de ces dernières à peser sur leur activité, à organiser une carrière (au sens, ici, plus administratif, comme le montrent les parcours de certains d’entre eux commençant par une petite compagnie indépendante de région pour finir à la direction d’un théâtre national parisien). On peut alors analyser les compétences, les dispositions sociales qui permettent (ou qui interdisent, empêchent) ces carrières. On peut aussi questionner le point de vue de ces collectivités publiques, les procédures et les catégories de jugement qu’elles utilisent pour organiser ces carrières.

Une des caractéristiques centrales de la position de metteur en scène est sa dimension immédiatement européenne puisque, de manière quasi simultanée, apparaissent les figures de Craig, Appia, Copeau, Stanislavski dont les débats, conflits et désaccords constituent un des éléments décisifs dans la constitution d’un champ spécifique. Ce séminaire s’efforcera de diversifier les points de vue en ne se limitant pas à la situation française. Cette perspective doit permettre de préciser la spécificité des configurations nationales (voir par exemple, pour le cas allemand, de Verdalle, 2006) qui mettent en jeu la part respective du marché et de l’Etat dans la régulation de la production théâtrale et dans le déroulement des carrières, ainsi que les relations que les metteurs en scène entretiennent avec les différentes catégories de professionnels (on pense par exemple au couple metteur en scène / dramaturge qui caractérise, en partie, le théâtre allemand ou à la place de l’intendant, dans ce même théâtre, à la direction des institutions).

Si la perspective sociologique reste dominante, elle ne sera pas exclusive. Le séminaire, au cours de cette première année, fera appel à des chercheurs relevant d’autres disciplines ainsi qu’à des professionnels engagés dans l’activité théâtrale, soit en tant que metteur en scène ou collaborateur artistique, soit en tant que responsable de l’administration du ministère de la culture.

* *

20 décembre 2007. Denis Declerck : Le metteur en scène, le ministre et le fonctionnaire : l’impossible trio.

24 janvier 2008. Didier Plassard : Le metteur en scène : homme-mémoire, interprète ou démiurge.

14 février 2008. Jean-Claude Bérutti : Le metteur en scène et le directeur.

10 avril 2008. Frédéric Martel : Le metteur en scène aux Etats-Unis versus le metteur en scène en France.

22 mai 2008. Célia Bensa Ferreira. Le metteur en scène directeur de théâtre dans la division du travail théâtral : de la prestation au bénéfice de service.

19 juin 2008. Pascal Goestschel : Les enjeux intellectuels dans la définition du metteur en scène.

Le séminaire a lieu un jeudi par mois, de 16h à 18h, à l’ENS de Cachan, bâtiment Laplace, salle 210 (accès RER B, station Bagneux).

Contacts :

Laure de Verdalle, courriel : deverdalle@yahoo.fr

Serge Proust, courriel : serge.proust@univ-st-etienne.fr