Archives mensuelles : mars 2008

Journée d’études – « Cultures, publics, réceptions »

Cultures, publics, réceptions

Journée d’études, Lyon, ENS Lettres & Sciences Humaines, vendredi 5 avril 2008, 10h-18h

Le vendredi 5 avril 2008, de 10h à 18h, l’ENS Lettres & Sciences Humaines organiser une journée d’études et de formations intitulée « Cultures, publics, réceptions », avec la participation de Bernard Lahire, Jean-Claude Passeron, Isabelle Charpentier, Jean-Pierre Esquenazi et Dominique Pasquier.

Cette journée, organisée en partenariat avec l’APSES (Association des professeurs de sciences économiques et sociales), le GRS (Groupe de recherche sur la socialisation), SES-ENS (http://ses.ens-lsh.fr ) et liens socio, est d’abord destinée à la formation des professeurs de sciences économiques et sociales de l’enseignement secondaire, est ouverte également aux enseignants, chercheurs et étudiants qu’intéressent les débats contemporains en sociologie de la culture.

Programme

Matinée

10h00-10h15 : Accueil des participants

10h15-11h00 : Introduction, par Bernard Lahire, Professeur à l’ENS Lettres & Sciences Humaines

11h00-11h45 : A propos de la réception des oeuvres, par Jean-Claude Passeron, Directeur d’études à l’EHESS, SHADYC (CNRS, UMR 8562)

11h45-12h30 : Discussion avec la salle, introduite et animée par Pierre Mercklé, maître de conférences à l’ENS Lettres & Sciences Humaines

Après-midi

14h00-14h30 : Littérature : L’exemple des lecteurs « ordinaires » des oeuvres d’Annie Ernaux, par Isabelle Charpentier, Maître de conférences à l’Université de Versailles-St-Quentin-en-Yvelines

14h30-15h00 : Discussion avec la salle, introduite et animée par Pierre Mercklé, maître de conférences à l’ENS Lettres & Sciences Humaines

15h00-15h30 : Télévision : La familiarité des publics avec leurs séries, par Jean-Pierre Esquénazi, Professeur à l’Université de Lyon-III

15h30-16h00 : Discussion avec la salle, introduite et animée par Olivier Vanhée, moniteur à l’ENS Lettres & Sciences Humaines

16h00-16h15 : Pause

16h15-16h45 : Théâtre : Publics et hiérarchies culturelles, quelques questions sur les sociabilités silencieuses/, par Dominique Pasquier, Directrice de recherches au CNRS, CEMS

16h45-17h15 : Discussion avec la salle, introduite et animée par Christine Détrez, maître de conférences à l’ENS Lettres & Sciences Humaines

17h15-17h45 : Conclusion de la journée, par Bernard Lahire

Parution – « La querelle de la camaraderie littéraire »

Anthony Glinoer

La Querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains

Genève, Droz, Collection « Histoire des idées et critique littéraire »

2008

256 p.

ISBN 978-2-600-01210-2

ISSN 0073-2397

Depuis son apparition en 1829 dans un retentissant pamphlet de Henri de Latouche, la notion de « camaraderie littéraire » est devenue inséparable de l’histoire sociale du romantisme français. Les cénacles romantiques ont été soupçonnés l’un après l’autre d’élaborer collectivement des stratégies de solidarité pour fabriquer des gloires factices. La querelle de la camaraderie, loin d’être circonscrite aux préparatifs de la bataille d’Hernani, a agité toute l’époque romantique puis a été fréquemment relancée jusqu’à nos jours. Cet essai en expose les enjeux et en reconstitue les principales étapes.

Pourquoi le phénomène de la camaraderie a-t-il suscité une telle effervescence critique et mobilisé, pour en défendre ou en fustiger les principes et les effets, les plumes de Stendhal, de Balzac, de Hugo, d’Eugène Scribe ou de Sainte-Beuve ? Afin de répondre à cette question, Anthony Glinoer a intégré à son analyse de fond un grand nombre de pamphlets, préfaces, satires et romans qui en nourrissent le débat. Ces textes témoignent de l’intensité et de la diversité de la controverse entourant l’avènement du mouvement romantique. Ils font également valoir, sur le plan des discours, que le « sacre de l’écrivain » a coïncidé avec une collectivisation accrue de la vie littéraire : s’il se représente volontiers seul face à la foule, l’écrivain dépend désormais étroitement, dans sa quête de reconnaissance, de ses pairs réunis en cénacles, en académies ou en réseaux. La querelle de la camaraderie accompagne ainsi l’émergence du romantisme tout en interrogeant la structuration même du champ littéraire au XIXe siècle.

Colloque – « Les revues d’art »

Les revues d’art : formes, stratégies et réseaux au XXe siècle

Annonce

* CEMERRA
Centre méditerranéen de recherche des relations entre les arts
Université de Provence – Aix-Marseille I
* IMEC
Institut Mémoires de l’édition contemporaine
* Abbaye d’Ardenne, Saint-Germain-la-Blanche-Herbe

Avec la collaboration de l’association Ent’revues

Cité du livre d’Aix-en-Provence

1er, 2 et 3 avril 2008

**

Les revues d’art : formes, stratégies et réseaux au XXe siècle

Sous la direction d’Yves Chevrefils Desbiolles (responsable des fonds artistiques, IMEC), Rossella Froissart (maître de conférences, Université de Provence), Romain Mathieu (doctorant et moniteur, Université de Provence) et Pierre Wat (professeur, Université de Provence)

Au tournant du XIXe siècle des modes nouveaux de sociabilité réunissent les artistes. Des groupements, officiellement constitués en « sociétés » ou tout à fait informels, trouvent l’écho de leurs esthétiques audacieuses ou de leurs procédés inédits dans les pages de périodiques littéraires ou artistiques grâce à la plume d’une critique attentive, engagée à leurs côtés ou, au contraire, résolument hostile.

Peu loquaces avant l’explosion des premières avant-gardes, les artistes laissent la critique attitrée construire une identité de groupe qui, souvent, n’existe que dans de vagues déclarations d’intention. Mais le début du xxe siècle voit ces identités collectives consciemment façonnées et revendiquées par les artistes eux-mêmes, qui n’hésitent pas à publier des textes et même à créer des revues. Celles-ci seront désormais le support, le relais et la preuve d’une dynamique qui se veut commune.

Les relations entre ces nouveaux organes et le groupe sont parfois ambiguës : la recherche, par la revue, d’une autonomie par rapport à une esthétique déterminée ou, dans l’autre sens, la volonté d’indépendance du groupe et de ses membres face à des écrivains et critiques qui s’approprient une démarche ou entendent y imprimer leur marque, sont à l’origine d’une tension qui explique, entres autres, la vie difficile et très éphémère de ces feuilles à la périodicité aléatoire. L’interdisciplinarité de la plupart des revues au xxe siècle, tiraillées et en même temps bénéficiant de l’apport théorique d’artistes, écrivains, poètes, philosophes, critiques ou historiens, multiplie des directions que les groupes ont plutôt tendance à vouloir unifier en une seule trajectoire cohérente.

C’est l’analyse conjointe des stratégies mises en œuvre par les groupes d’artistes et par les revues qui les soutiennent qui nous intéresse ici. L’examen des textes théoriques ou critiques confrontés aux œuvres reproduites peut se révéler particulièrement pertinent, car c’est alors l’articulation du discours et de l’image qui nous aide à mieux cerner les tensions et les enjeux sous-tendus par l’approche des uns et des autres.

Que l’angle d’attaque soit la revue, avec sa ligne éditoriale et ses collaborateurs, ou le groupe, dans sa manière de se définir et de propager ses propres finalités et réalisations par le biais d’un ou de plusieurs périodiques, nous voudrions serrer de plus près l’apport respectif à la notion même de groupe telle qu’elle est donnée à lire et à voir au public.

**

PROGRAMME

**

1er avril – Les revues, laboratoires de création

15h Accueil

15h15-15h30

* Olivier Corpet (IMEC), président de séance.
* Introduction : La fabrique de revue.

15h30-16h

* Fabrice Flahutez (Université Paris X-Nanterre)
Lecture labyrinthe et espaces spiralés : la revue Instead.

16h-16h30

* Marianne Jakobi (CNRS).
La lettre comme élément fédérateur : les revues lettristes.

16h30-17h

* Jérôme Duwa (Docteur)
José Pierre et les nouveaux afflux du surréalisme à travers La Brèche et L’Archibras.

17h-17h30

* Barbara Satre (Université de Provence)
L’Arte Povera : un ouvrage de papier ? Le rôle des revues dans la genèse du mouvement.

17h30-18h

* Romain Mathieu (Université de Provence)
Peinture et littérature en France au début des années 70. Les revues comme lieu d’un échange constitutif de l’avant-garde picturale.

18h-18h30 Discussion et questions

**

2 avril – Les revues aux frontières

9h-9h15

* Didier Schulmann (Bibliothèque Kandinsky), président de séance.
* Introduction : Les collections de revues à la Bibliothèque Kandinsky, l’acquisition récente de la collection Destribats et son importance pour la recherche.

9h15-9h45

* Claire Leblanc (musée d’Ixelles)
L’Art Moderne, organe de l’avant-garde belge de la fin de siècle.

9h45-10h15

* Barbara Musetti (Université Paris IV-Sorbonne)
Emporium et Vittorio Pica : un pont entre Italie et France.

10h15-10h45

* Charlotte Huguet (Université Paris IV-Sorbonne)
Revues et groupements artistiques de l’entre-deux-guerres : les réseaux France-Allemagne à travers la figure d’Otto Freundlich.

10h45-11h15

* Rossella Froissart (Université de Provence)
Le Bulletin de la Vie artistique (1919-1926) et Guillaume Janneau au service d’un art décoratif moderne et français.

11h15- 11h45

* François-René Martin (ENSBA Paris)
La France éternelle dans l’Esprit nouveau.

11h45-1215h Discussion et questions

12h15-13h30 : Pause déjeuner

13h30-13h45

* Yves Chevrefils Desbiolles (IMEC), président de séance.
* Introduction : L’usage des revues.

13h45-14h15

* Laura Iamurri (Università degli Studi Roma Tre)
Peinture française pour lecteurs italiens : la modernité dans L’Arte, 1930-1935

14h15-14h45

* Natalie Adamson (University of St Andrews)
Polémiques, sectes et conciles : la nouvelle École de Paris et les revues, 1944-1964.

14h45-15h15

* Antje Kramer (Université de Provence)
« ZERO est commencement ». La dynamique artistique entre Düsseldorf et Paris 1957-1963.

15h15-15h45

* Design et revues en Grande-Bretagne durant les sixties. Mutation des normes de goût.

15h45-16h15 Discussion et questions

Pause et rafraîchissements

18h-19h30

* Table ronde à l’initiative de l’association Ent’revues
Les revues d’art à l’ère d’internet

André Chabin (La Revue des Revues) modérateur.

Mouvement (Bruno Tackels), Panoplie (Elisabeth Klimoff), Parade (Gilles Froger), Synesthésie (Anne-Amrie Morice).

**

3 avril – Les revues, lieux de sociabilités militantes

9h-9h15

* Françoise Levaillant (CNRS, Université Paris I-Sorbonne), présidente de séance.
* Introduction : Historiographie des revues d’art depuis les années 1980.

9h15-9h45

* Laurent Houssais (Université Bordeaux III)
Le groupe des XIII au Mercure de France.

9h45-10h15

* Catherine Meneux (Université Paris IV-Sorbonne)
Les Arts de la Vie ou l’illusion féconde d’un art moderne et social.

10h15-10h45

* Camille Morando (Centre Pompidou / Ecole du Louvre).
La revue Inquisitions, tentative communautaire de Louis Aragon, Roger Caillois, Jules Monnerot et Tristan Tzara en 1936.

10h45-11h15

* Corine Girieud (Université Paris IV-Sorbonne)
Art d’aujourd’hui et Cimaise : convergences inattendues.

11h15-11h45

* Jean-Roch Bouiller (DRAC PACA)
Plusieurs cordes à son arc : André Lhote et les revues (1914-1962).

11h45-12h15 Discussion et questions

12h15-13h15 : Pause déjeuner

13h30-14h

* Pierre Wat (Université de Provence), président de séance.
* Introduction : (à préciser)

14h-14h30

* Julie Verlaine (Université Paris I / Université de Caen Basse-Normandie)
Engagement esthétique, discours publicitaire, critique d’art ? Les ambiguïtés des bulletins de galeries.

14h30-15h

* Nolwenn Denizot (Université Rennes II)
La théorie des ensembles ou les relations artistes-critiques au sein de trois revues des années 1990 : Blocnotes, Documents sur l’art contemporain et Purple Prose.

15h-15h30

* Sylvie Moktari (Archives de la critique d’art)
ArTitudes et l’art corporel en France ou « Comment débarrasse[r] la peinture de ses anciennes servitudes pour la transformer en instrument d’action sociale » (François Pluchart).

15h30-16h Discussion et questions

* Conclusion du colloque
Annie Claustres (Université Lumière-Lyon II)

Contact : romain-mathieu@club-internet.fr  mailto:romain-mathieu@club-internet.fr

Parution – « Littérature et sociologie »

Littérature et sociologie, un collectif dirigé par Ph. Baudorre, D. Rabaté et D. Viart, aux Presses universitaires de Bordeaux.

Titre : Littérature et sociologie
Edité par : Dominique Rabaté, Philippe Baudorre, Dominique Viart
Collection : Sémaphores
Langue : français
Editeur : Presses universitaires de Bordeaux
Format : Livre broché
ISBN : 2867814561
ISBN13 : 978-2-86781-456-3
Nb pages : 234
Date de publication : 2007
Prix recommandé : 19,00 €

Description

Ce livre collectif, issu d’un colloque organisé par la Société d’Étude de la Littérature Française du 20e siècle, le premier sur ce sujet, fait le point sur une des interactions les plus fécondes entre sciences humaines et littérature en étudiant les relations (de complémentarité, de concurrence, d’échanges ou d’allers-retours) entre la sociologie et le champ littéraire. Il s’agit de voir en quoi certaines approches sociologiques du texte littéraire tiennent compte de sa spécificité esthétique et enrichissent sa compréhension, mais aussi en quoi la littérature se nourrit depuis un siècle des réflexions sociologiques (que l’on songe à Jean Paulhan, Paul Nizan, au Collègue de Sociologie, à Perec, ou, plus récemment, à Annie Ernaux, François Bon… parmi bien d’autres). Les domaines de convergence sont nombreux, notamment dans des travaux sur la mémoire, sur le récit, sur les modalités d’acquisition et de transmission des connaissances, qui empruntent aussi bien à la littérature qu’à l’anthropologie sociale. Le temps était venu de faire un bilan, ouvert sur l’avenir. Car ces questions recoupent des enjeux particulièrement sensibles au moment où nos universités restructurent leurs cursus : il y va en effet du statut de la littérature comme discipline à part entière, susceptible d’interroger le monde au même titre que les autres sciences humaines, selon une épistémologie propre, irréductible aux autres.

Sommaire
Avant-propos (Philippe Baudorre et Dominique Rabaté)
Dominique Viart, Littérature et sociologie, les champs du dialogue

*Questions de méthode

*Jacques Dubois, Socialité de la fiction
Nathalie Heinich, La fiction comme document : régimes d’énonciation, régimes d’interprétation
Gisèle Sapiro, L’apport du concept de champ à la sociologie de la littérature
Nelly Wolf, Pour une sociologie des styles littéraires
Roger Navarri, Textes des « imites », limites de la sociocritique ?

*Intersections

*Claude-Pierre Pérez, Quelques réflexions à partir de Roger Caillois
Laurent Mattiussi, L’anthropologie négative des écrivains
Stéphane Bikialo, Bernard Noël : la langue contre la sensure
Jacques Poirier, Marc Augé, ethnosociologue de lui-même

*Ouvertures

*Anne Roche, Sources orales, écritures ordinaires et littérature
Pascal Mougin, Pour une sociologie des collections littéraires. L’exemple de « Minimales » des éditions Verticales
Florence Bouchy, Réalisme et roman contemporain : le cas des objets quotidiens
Bruno Blanckeman, Lettres ouvertes

Colloque de jeunes chercheurs sur l’engagement

Colloque « Engagement. Imaginaires et pratiques »
Le vendredi 14 mars 2008 À l’usine Grover, 2025 rue Parthenais (Métro Frontenac)

9h00 Accueil

9h15 Mot de présentation

9h30 Séance 1 : « NOUVEAUX VISAGES » Président de séance : Alain Farah (UQAM)

Nicolina Katinakis (Université McGill) « Engagement et dégagement dans l’oeuvre non fictionnelle de Marguerite Duras »

Sonya Florey (Université de Lausanne) « Redéfinitions de l’engagement littéraire contemporain »

10h30 Pause

10h45 Séance 2 : « POÉSIE » Président de séance : Alain Farah (UQAM)

Laurance Ouellet Tremblay (UQAM) « Contre le corps-image, le corps-scandale »

Christine Lalumière (UQAM) « Regard du poème »

11h45 Repas

13h00 Séance 3 : « PERFORMANCE » Président de séance : Jacques Pelletier (UQAM)

Jonathan Lamy (UQAM) « Foutre un joyeux bordel. L’artiste amérindien Jimmie Durham »

Simon Leduc (UQAM) « Que fer de Lénine »

Francis Ducharme (UQAM) « Théâtre d’intervention et théâtre engagé »

14h30 Pause

14h45 Séance 4 : « MUSIQUE » Président de séance : Jacques Pelletier (UQAM)

Jade Préfontaine (Université Concordia) « L’engagement alter mondialiste de Tomàs Jensen »

Marie-Claude Tremblay (Université de Sherbrooke) « Un groupe « engageant », Loco Locass? »

15h45 Pause

16h00 Table ronde : Possibilités et limites de l’engagement

Animatrice : Louise Dupré

Participants : José Acquelin, Denise Desautels et Jacques Lanctôt

17h30 Cocktail

Premier numéro de la revue Conceptualités : la valeur

La valeur : un concept transdisciplinaire ?
Date limite : 1er octobre

Cet appel à contribution vise à la constitution d’un dossier scientifique consacré à l’étude de la valeur. Nous proposons d’aborder cette question, déjà mainte fois débattue, selon une double approche consistant à croiser une exigence de conceptualité (qui ferait l’examen du concept même de valeur) et une visée transdisciplinaire (qui situerait ce concept dans la transversalité des discours). Sans préjuger de la viabilité ou de l’unité du concept de valeur dans une telle extension, nous pensons qu’une mise en perspective critique de la notion pourrait mettre au jour de nouveaux enjeux. Il serait bon de s’intéresser à la possibilité (ou à l’impossibilité) d’un concept unitaire, sorte d’archi-concept qui subsumerait la variété des emplois du mot « valeur ». Y a-t-il transversalité, pluralité ou plasticité du concept de valeur ? La problématique du déplacement métaphorique, qui pose la question plus générale des transferts conceptuels est également à considérer : ce phénomène pourra être traité d’un point de vue diachronique, en analysant par exemple le passage (sans doute inauguré par Nietzsche) des théories économiques du dix-neuvième siècle à la philosophie, et son débouché dans la pensée moderne, post-moderne et actuelle. Une autre manière d’historiciser le concept serait de mettre en évidence le rôle qu’ont joué la sociologie (avec Weber et Durkheim) et la linguistique (avec Saussure) dans la promotion récente de la notion, ce qui permettra corrélativement de questionner la valeur dans son rapport à la modernité. D’autre part, il serait également profitable d’étudier, d’un point de vue synchronique, les transpositions, réemplois, jeux d’interaction et d’articulation du concept d’une discipline à l’autre.

Il est possible et même souhaitable de s’interroger sur la méthode à suivre dans notre investigation : un tel questionnement pourra faire l’objet d’articles situant le concept de valeur dans le cadre d’une réflexion épistémologique, sans nécessairement limiter cette réflexion au champ d’une discipline spécifique, et pouvant même étendre la recherche à tout l’horizon des sciences humaines, ainsi qu’à l’étude de la littérature et des arts. Ce détour méthodologique invite à réfléchir sur l’implication du chercheur dans son discours : est-il souhaitable de prendre parti sur le terrain, souvent conflictuel, des valeurs, ou au contraire de faire figure d’arbitre ou de médiateur, retiré du champ de bataille ? Tout en requérant un rapport privilégié aux valeurs, la sociologie (depuis Max Weber et sa Wertfreiheit jusqu’à Nathalie Heinich, en passant par Bourdieu) a pu placer les conditions de sa scientificité dans le respect d’une « neutralité axiologique », c’est-à-dire d’une suspension du jugement de valeur. Cet impératif d’une épochè méthodologique n’en est pas moins sujet à caution ; il soulève des objections ou des limitations que nous encourageons à explorer. Il paraît en effet légitime de contester cette neutralité au nom d’un engagement éthique, de même qu’il est loisible de mettre en doute la possibilité même d’une recherche exempte de valeurs. C’est que toute méthode, fût-elle déclarativement neutre, est déjà une valeur, en ce qu’elle emporte un choix épistémologique, mais aussi éthique – une conception de la science et du monde. Nathalie Heinich, dans un récent ouvrage d’épistémologie (Ce que l’art fait à la sociologie), prolonge et infléchit la pensée weberienne en définissant le sociologue par sa « capacité de déplacement » entre des « postures de discours » différentes, qu’il assume tour à tour ou simultanément : à la fois « chercheur », « expert », « penseur » et « citoyen », le sociologue incarnerait une forme de « neutralité engagée ».

Cette mobilité de point de vue peut s’exercer dans d’autres domaines de recherche ; il appartiendra aux contributeurs d’en préciser les modalités spécifiques. Quant à l’historien, son rapport aux valeurs est ambigu : il se présente comme un risque à éviter (que l’on pense au livre de Carlo Ginzburg, Le Juge et l’historien – Considérations en marge du procès Sofri, où la comparaison ne se fait pas nécessairement à l’avantage du juge), risque pourtant inévitable et même, peut-être, risque à courir, car c’est l’ancrage socio-culturel des problématiques historiennes qui permet le renouveau constant des discours historiques, la réécriture périodique et nécessaire de l’histoire, comme en témoigne l’histoire politique la plus récente qui a fait surgir de nouvelles questions, après les grandes histoires politiques positivistes. Dans une autre perspective, on peut évoquer la pensée du Prix Nobel Amartya Sen, qui a énoncé avec force la solidarité de l’économie et de l’éthique (dans Ethics and Economics). La méthodologie scientifique et l’éthique auraient donc partie liée. On peut prétendre nier la seconde au profit de la première : mais pourquoi faire de ce postulat de neutralité un choix an-éthique plutôt qu’un choix à part entière – s’il est vrai que tout discours de la méthode affirme une valeur ? Les chercheurs seront libres d’interroger la complexité de leur propre rapport aux valeurs, ou si l’on veut, de l’éthique qui préside à leur recherche. Les contributions pourront suivre un deuxième axe de recherche qui, loin d’être indépendant du premier, lui apportera un éclairage précieux. Il s’agirait de faire le procès de la valeur, au sens judiciaire, procédural, mais aussi de défaire ce procès, au sens processuel, afin d’en mettre au jour les mécanismes.

La nécessité d’un tel démontage conceptuel a été avancée par Nietzsche, qui fut le premier à entreprendre une critique des schèmes axiologiques et à s’engager, par un mouvement récursif, dans une « généalogie de la valeur » nous reconduisant à la « valeur des valeurs », qui est à la fois « la valeur de l’origine » et « l’origine des valeurs » (voir Deleuze, Nietzsche et la philosophie). Cette conception différentialiste de la valeur et le renversement critique qu’elle implique nourrit en profondeur tout un courant de la pensée moderne – Deleuze bien sûr, mais aussi Foucault et Derrida – lié par ce que Jean-Clet Martin nomme, dans Constellation de la philosophie, une « passion de la différence ». Le dialogue ou la confrontation des théories de la valeur (le nihilisme, le relativisme, le rationalisme, l’essentialisme, le différentialisme, le conventionnalisme, etc.) est d’ailleurs l’un des terrains que nous voulons privilégier dans ce numéro de Conceptualités ; c’est pourquoi nous lirons avec intérêt les contributions qui se proposeront de clarifier les termes et les enjeux du débat. Par ailleurs, il convient d’accorder une attention spécifique aux effets de rétroaction ou de feed-back qui gouvernent nos opérations axiologiques : nous fondons les valeurs, mais elles nous fondent en retour. Genette a bien montré que certaines oeuvres ne reçoivent leur valeur qu’après coup, par la médiation du lecteur (de l’auditeur, du spectateur) qui en serait en quelque sorte le donateur : c’est le propre du régime attentionnel, qui diffère du régime intentionnel en ce que la valeur artistique d’un artefact y est tributaire d’une « attention esthétique » (voir à ce sujet L’oeuvre de l’art, tome II, La relation esthétique). À l’inverse, notre rapport à un objet, à un être ou à une conduite, et plus particulièrement dans les actes judicatifs (art, morale, justice…), peut être réglé par des valeurs (au pluriel) agissant en amont, et qui fonctionnent comme les présupposés de ces jugements (ou comme nos préjugés). Hors du domaine de l’art, Ricoeur a bien analysé les valeurs comme le pivot d’une double structuration, éthique et morale : dans un article publié en 1985 (« Avant la loi morale : l’éthique », in Encyclopædia Universalis. Les enjeux, Supplément II), il expose, dans son « projet » et son « dynamisme », le « trajet d’effectuation de l’intention éthique » qui précède la « morale » (entendue comme ensemble de lois, de normes, d’impératifs). Les valeurs y sont appelées à jouer un double rôle dans la mesure où elles s’inscrivent dans « un ordre institué du valable », mais sont aussi les éléments agissants d’une histoire qui leur confère un pouvoir « instituant » : ainsi la justice se présente-t-elle comme un « instituant-institué », une « médiation en vue de la coexistence des libertés ».

Les propositions d’article, de libre longueur, sont à envoyer en format Word à l’adresse Email du site de la revue : revue@conceptualites.org . Pour prendre connaissance de notre ligne éditoriale, veuillez consulter notre site (rubrique « Projet ») à l’adresse suivante : http://conceptualites.org . Les normes de publication ainsi que la procédure de sélection adoptées y sont également mises en ligne.