Archives mensuelles : avril 2008

Conférence de Bertrand Legendre

CONFÉRENCE DE BERTRAND LEGENDRE

Indépendance, diversité et développement : de la vie des petits éditeurs en temps de concentration

Le samedi 7 juin 2008, 14 heures

Campus de Longueuil, Université de Sherbrooke
(adjacent à la station de métro Longueuil-Université-de-Sherbrooke)
1111 rue Saint-Charles O., Tour Ouest, Local 102-1

ADMISSION LIBRE – BIENVENUE À TOUS

***

En revenant sur une enquête qu’il a menée avec Corinne Abensour, Bertrand Legendre fait le point sur les principaux aspects de la création de structures éditoriales en France entre 1988 et 2005. Naissances et disparitions, conditions de fonctionnement, niveau de production, professionnalisation, contribution à la diversité de la production éditoriale, prise d’appui sur des structures dominantes ou revendication d’une indépendance radicale, conditions d’accès au marché… Ce sont là quelques-uns des aspects qu’examine cette étude en cherchant à les considérer dans la longue durée.

Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris 13 – Villetaneuse, responsable du Master « Politiques éditoriales », Bertrand Legendre a dirigé l’ouvrage Les Métiers de l’édition (Électre-Éd. du Cercle de la Librairie, 2007). Bertrand Legendre travaille sur l’édition considérée en tant qu’industrie culturelle et sur les enjeux socio-économiques qu’elle comporte. Ses travaux récents portent sur les mutations des structures éditoriales et des marchés du livre, sur l’émergence des nouvelles structures d’édition et sur les perspectives qui s’offrent à elles en lien avec les problématiques de la concentration, de l’indépendance et de la diversité culturelle.

***

Renseignements : Frédéric Brisson

450-463-1835, poste 61872

Frederic.Brisson@USherbrooke.ca

Programmes de 2e cycle en édition et librairie : www.usherbrooke.ca/del

Appel à communication – « L’art surpris par le social »

Appel à communication

colloque

« L’art surpris par le social »

Après le langage ou la sémiologie hier, la préoccupation du social propose aujourd’hui un nouveau paradigme artistique. Participation, relationnel, collectif, autant d’aspects revendiqués par les pratiques – comme par ceux qui les commentent ou les administrent – propres à situer résolument l’action de l’art sur le terrain de l’échange. Cela peut se manifester comme une épreuve du social dans le contexte de l’art, ou encore comme une pensée du social élaborée au sein même des pratiques artistiques.

Une sociologie des champs culturels et de l’habitus sembla d’abord adéquate à la compréhension du champ artistique, tel qu’il s’était notamment constitué à partir de l’Art moderne. Son inluence se retrouve dans de nombreuses pratiques d’artistes depuis la période des années soixante. Pourtant, une orientation de la sociologie vers l’expertise des situations artistiques conlictuelles suscite aujourd’hui certaines insatisfactions vis-à-vis du discours sur l’art qu’elle formule.

Ce colloque se propose d’analyser les enjeux d’une discussion croisée de la sociologie avec les pratiques artistiques, l’esthétique ou la critique. Pour cela, trois perspectives d’approche peuvent être proposées.

1 – Si « le renoncement à l’angélisme de l’intérêt pur pour la forme pure est le prix qu’il faut payer »¹ pour introduire une « science des oeuvres », il est possible de s’interroger sur les perspectives théoriques de celle-ci lorsqu’il lui faut partager son objet avec d’autres disciplines.

2 – Lorsque prévalent les théories de l’institutionnalisation de l’art, quelles relations entretiennent les discours critiques avec la sociologie, dès lors qu’elle prend l’art pour objet ? N’y a-t-il pas là un champ spécifique apparemment irréductible à son point de vue ?

3 – L’inscription du fait social dans l’oeuvre constitue un trait caractéristique de nombreuses pratiques contemporaines de l’art. Le passage d’un art critique à une esthétique fondée sur la pratique de l’action partagée, de la négociation des représentations culturelles, ou encore de l’intervention sociale, traduirait-il les nouvelles perspectives de l’art aux prises avec la « communauté » ?

__________________________

1. Pierre Bourdieu, Les règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire, Paris, Éditions du Seuil, Collection Essais, 1998, Avant-propos, p. 16

___________________________

Proposition de communication

Titre et intentions, 300 mots maximum : avant le 21 mai 2008

Envoi par courrier électronique en fichier texte joint (Word, .txt, .rtf)

Adresse : colloque-surprispar@uhb.fr

Confirmation de participation

11 juin 2008

Url de référence :

http://www.uhb.fr/

Adresse : Denis Briand UFR ALC Université Rennes 2 Haute Bretagne Place du Recteur Henri

Le Moal CS 24307 35043 Rennes cedex