Archives mensuelles : mai 2008

Colloque – Appel à contribution

La littérature orale et les écritures post-coloniales

Appel à contribution

Date limite : 30 juin 2008

Le département de langue et de littérature françaises de la Faculté de Lettres et de langues de l’Université de Chlef organise, la tenue d’un colloque sur « La littérature orale et les écritures post-coloniales » pour les 24 et 25 novembre 2008. Durant cette rencontre internationale des enseignants-chercheurs francophones proposeront des communications.

A ces communications pourrait s’ajouter la venue de conférenciers reconnus dans le domaine.

Des activités connexes seraient également envisageables tels que la présentation du matériel pédagogique, un atelier de lecture de nouvelles ou poèmes d’auteurs francophones.

Le colloque aura pour ambition :

– d’ouvrir un nouveau domaine de recherche

– d’encourager la rencontre et l’échange de nos chercheurs avec d’autres chercheurs francophones

– de favoriser une dynamique de recherche par la collaboration avec des laboratoires et chercheurs francophones.

« LITTERATURE ORALE ET ECRITURES POST-COLONIALES »

L’ importance de l’oralité pour les littératures postcoloniales n’est plus à démontrer; il s’agit de contribuer à susciter un autre regard sur le phénomène littéraire et la littérarité saisis dans leurs dimensions transdisciplinaire (littérature, anthropologie, sémiologie) transculturelle maghreb, autres aires francophones) et surtout transgénérique (écriture-oralité) dans les littératures francophones.

S’il est évident que la littérature francophone a pour dénominateur commun la langue française, cette langue s’intègre cependant dans une dynamique propre à chaque région à laquelle elle appartient. De plus en plus les études postcoloniales examinent ces différentes littératures et surtout les différents contextes culturels. Les spécificités historiques, géographiques et culturelles étant nécessaires et importantes pour prendre en considération certaines préoccupations et sujets fondamentaux aux théories et à la critique postcoloniale, nous souhaitons donc étudier cette littérature francophone sous différents aspects : historique, sociolinguistique, linguistique et politique Amène-t-elle à une didactique particulière de la prise en charge de l’oralité par la littérature francophone ? Et dans l’affirmatif, sur quoi repose une telle didactique ? Pourquoi et comment aborder cette littérature dans les départements de français ?

Les communications seront donc centrées sur les axes suivants :

-Traces de la tradition orale dans le texte littéraire post-colonial maghrébin et francophone. Histoire, évolution, spécificités
– Le texte littéraire post-colonial maghrébin et francophone entre mythe et réalité
– Modalités d’inscription de l’oral dans le texte Littéraire maghrébin et francophone.
– Liens entre la langue de l’écrit et la source orale. (Approche linguistique, socio-linguistique, didactique)
– Déplacements linguistiques et déplacements idéologiques.

Les collègues désireux d’y participer par une intervention seront priés de nous envoyer le titre de la communication, un résumé d’une page environ (en français) avant le 30 juin 2008, et la communication avant le 5 octobre 2008 au comité de lecture dont les adresses Mails sont :

mohamed.guetarni@laposte.net

eldjamhouria@hotmail.com

hafida60@yahoo.fr

halima_rahmanibouzina@yahoo.fr

myafamo@yahoo.fr

Le Comité d’organisation

Responsable : Mohammed Guetarni mailto:mohammed.guetarni@laposte.net

Journée d’étude

Une dissidence interieure? la littérature soviétique en résistance

Vendredi 13 juin 2008 de 9h15 à 18h,

Université Paris X Nanterre, 200 av de la République, RER Nanterre Université.

Salle des conférences du bâtiment B.

Journée d’étude organisée dans le cadre du Centre de recherches « Littérature et Poétique comparées » dirigé par Camille Dumoulié, Equipe « Poétique du récit » dirigée par Karen Haddad-Wotling.

Contact : Frédérique Leichter-Flack, maître de conférence en littérature comparée, U. Paris X.

fleichter@yahoo.com  mailto:fleichter@yahoo.com

Dans son ouvrage Ecrivains de la liberté, Svirski s’élève contre le maximalisme injuste de la formule de Soljénitsyne déclarant, dans l’Archipel du Goulag : « Dans les années 30, 40, 50, nous n’avions pas de littérature. Car sans toute la vérité, il n’y a point de littérature ». Il y avait pourtant, en Union Soviétique, à travers toute la période stalinienne, malgré les persécutions du pouvoir et le harcèlement de l’idéologie dominante, une littérature véritable, même si celle-ci ne disait pas, telle quelle, toute la vérité. Dans un régime totalitaire, les lois de l’écriture et de la lecture sont différentes de celles qui régissent l’édition libre. Rien n’est tout noir ou tout blanc. Ce sont parfois les mêmes écrivains qui se compromettent par des œuvres de complaisance, et qui signent les œuvres les plus subversives.

Où et quand commence la dissidence ? La littérature oppose au pouvoir d’autres formes de résistance, de subversion, de critique, que celles du combat activiste politique. Et le degré de « dissidence intérieure » de cette littérature ne se mesure pas uniquement à la réaction rencontrée, ni même au risque assumé, au danger couru, ou au châtiment subi, éminemment variables selon les périodes du régime soviétique. Car en fonction des périodes, les destins diffèrent : certains sont réprouvés, diffamés, mais restent libres d’écrire, sinon de publier, tels Boulgakov, ou Pasternak ; d’autres sont bâillonnés, mis au ban de la vie littéraire, transformés en parias, mais échappent à l’arrestation, comme Platonov ou Grossman ; d’autres encore sont envoyés en Sibérie, ou exécutés, comme en témoignent l’anéantissement de la plupart des écrivains soviétiques de langue yiddish, ou le sort d’un Pilniak ou d’un Babel, victime d’un procès politico-littéraire exemplaire.

Différentes attitudes s’observent face au durcissement idéologique du carcan que la littérature post-révolutionnaire se voit imposer : écriture pour le tiroir, en attendant le samizdat et la diffusion clandestine, mais aussi tentatives de compromis, autocensure, voire même, comme pour Platonov ou Grossman, dialogue avec la censure, obstiné, de la part de tous ceux qui, formés par les catégories de pensée soviétiques, ne se reconnaissaient pas comme des ennemis de la révolution, et qui, pour des raisons diverses, étaient entrés dans la dissidence presque malgré eux… Différents parcours d’écrivains, différentes évolutions personnelles aussi, complexes, en particulier chez ceux qui, fascinés, ou tout au moins attirés au départ par la révolution bolchevique, ont dû prendre leurs distances avec l’idéologie dominante en découvrant les crimes de masse du régime stalinien.

C’est à toute la gamme des formes de résistance opposées au pouvoir par la littérature que la réflexion sera consacrée : résistance politique – critique, dénonciation, subversion de l’idéologie dominante -, mais aussi résistance morale et résistance esthétique. Comment la littérature ouvre-t-elle ainsi, parfois sans même y songer, des espaces de dissonance, de subversion, d’émancipation, de liberté ? Quel rôle a-t-elle pu jouer ? Qu’est-ce qu’une poétique de la dissidence intérieure ? Peut-on en tenter une approche comparatiste ? Peut-on retracer, au long de ces œuvres qui se confrontent à la double terreur du nazisme et du stalinisme, la généalogie d’une prise de conscience, voire d’une pensée antitotalitaire ?

Programme prévisionnel :

Vendredi 13 juin, U. Paris X Nanterre, RER Nanterre Université.

salle des conférences du bât. B.

Matinée : 9h15 – 12h30 :

Introduction (F. Leichter-Flack)

Deborah Levy-Bertherat (MdC Ecole Normale Supérieure) : « /Cavalerie rouge /de Babel. Le régiment de Boudionny dans la littérature et la culture populaire »

Alice Pintiaux (Paris III Sorbonne nouvelle) : « Utopie et Violence : la représentation de la Révolution chez Platonov et Zazoubrine »

Pause

Jean-Pierre Morel (Pr. émérite, Paris III Sorbonne nouvelle) : Titre à préciser

Tatiana Victoroff (MdC U. Marc Bloch Strasbourg) : « Métamorphoses croisées « homme / animal » chez Zamiatine, Pilniak et Boulgakov »

Déjeuner

Après-midi : 14h30-18h

Annie Epelboin (MdC Paris VIII St Denis) : « L’année 33 : Platonov et Mandelstam témoins de la catastrophe »

Luba Jurgenson (MdC Paris IV Sorbonne / EHESS) : « L’analogie Buchenwald/Goulag chez Grossman et Chalamov »

Pause

Carole Matheron (MdC Paris III Sorbonne nouvelle) : « Les écrivains yiddish et le pouvoir soviétique : Kulbak, Bergelson et Der Nister »

Anne Ducrey (MdC Paris IV Sorbonne) : « les œuvres de commande de Boulgakov : une poétique de la dissidence ? »

Responsable : Frederique Leichter-Flack mailto:fleichter@yahoo.com

Url de référence :

http://www.litterature-poetique.com/colloques/detailmanif.php?id=19

Adresse : UFR LL Phi. bat. L Université Paris X Nanterre 200 av de la République 92001 Nanterre

Parution – « Monstres et monstrueux littéraires »

VIENT DE PARAÎTRE

Monstres et monstrueux littéraires, PUL, 2008

Sous la direction de Marie-Hélène Larochelle

www.pulaval.com

Les monstres existent.

C’est le pari qu’ont fait les valeureux auteurs de cet ouvrage dont la tâche consiste à traquer la bête effrayante sur un terrain de chasse particulier : celui du littéraire. La quête ici participe à la multiplication des monstres qui apparaissent désormais un peu partout entre les lignes. Que ce soit en tant que procédé ou en tant que métaphore de l’écriture, le monstrueux anime tout un pan de la littérature. On comprend que ce système d’excès fait du monstre la manifestation d’infinis possibles, ce que la littérature voit comme une force et une contrainte à l’origine de l’inspiration. Les études réunies dans ce volume déterminent la spécificité des œuvres qui naissent de cette influence. Car définir le monstre, c’est aussi définir la communauté de normes dans laquelle il s’insère. Si l’anomalie est le premier degré de l’écart, celui de l’altération de la norme, l’énormité, en est le second, puisqu’il suppose l’émergence d’une autre norme engendrée par la naissance d’une entité é-norme. En effet, parce qu’il se présente comme un écart, le monstre réfléchit la norme, étant entendu qu’il la projette et la pense. Métaphoriquement, le monstre (monstrum) c’est l’écriture qui montre et se montre, qui attire l’attention. Cette représentation, cette (démon)stration, trouve en la littérature un terrain d’accueil unique dans la mesure où l’œuvre permet au monstre de laisser une marque, de rendre ostentatoire son passage ou son existence.

ÉTUDES

Le tératogène comme idéal de l’autoengendrement
Marie-Hélène Larochelle

 

Fables du monstre. Pour nourrir l’imaginaire de l’autre
Vincent Bruyère

 

Bruce Chatwin. Les terræ incognitæ de la monstruosité
Simon Harel

 

Il y a des monstres parmi nous. Énonciation de la monstruosité dans Génocidé de Révérien Rurangwa
Catalina Sagarra

 

Paradoxes du monstre en régime zolien. Le criminel, le magistrat et l’écrivain
Sophie Ménard

 

Ce monstre sureuropéen, l’Amérique du Nord. Jean-Paul Sartre, les États-Unis et la Guerre froide
Yan Hamel

 

Noé de Jean Giono. Une poétique du monstrueux
Denis Labouret

 

Proximité temporelle et évocation de l’horreur. Tendances actuelles dans le roman policier français
Pierre Verdaguer

 

Petite sémiotique du monstre. Avec notamment des monstres d’Hergé, de Magritte et de Matthieu Ricard
Louis Hébert

 

« Monstres en soutane » et autres figures du monstre moral en France avant 1914
Marc Angenot

 

Le bestiaire des Mystères de Paris. Bêtes féroces, terreur littéraire, romantisme social
Paul Choinière

 

L’esthétique du monstrueux dans Le Libraire (1960) de Gérard Bessette
Steven Urquhart

 

La Merteuil et ses doubles. L’hiver de beauté, la prolifération d’un monstre
Sandrina Joseph

 

Le monolithe noir de 2001 : A Space Odyssey de Stanley Kubrick (1968). Une figure de l’irreprésentable
Jean-Pierre Sirois-Trahan

 

Dé-monstration formelle. Tératologie, post-historicité et esthétique de l’a-normal
Sylvain David

ISBN : 978-2-7637-8490-8

262 pages • 30 $ • 24 €

Vient de paraitre – Collection «Socius»

Popovic, Pierre, Imaginaire social et folie littéraire. Le second Empire de Paulin Gagne, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2008, 377 p. Ill. ISBN : 978-2-7606-2037-7. (34,95 $ / 31 euros)

Table des matières détaillée à

http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html#popovic

 

L’histoire de la littérature ne se souvient plus guère de Paulin Gagne (1808-1876). Contrairement à Gustave Flaubert, à Louise Colet et à Tristan Corbière, elle ne sait plus rien de l’auteur du Suicide, de La philanthropophagie, de L’Unitéide et d’Omégar, pour épingler quelques titres d’une production surabondante. Tout au plus, elle le considère comme un «fou littéraire», catégorie floue et par là inopérante.

Au rebours de cette histoire obsédée par les classements et les palmarès, Pierre Popovic montre que Gagne est un «absorbeur sémiotique», qu’il a entendu, et bien entendu, ce que disait l’«imaginaire social» du second Empire et qu’il est donc un excellent révélateur de la culture dix-neuviémiste et de ses fantasmatiques. Pour reconnaître cela, il faut prendre au sérieux les discours de celui qu’on a longtemps décrit comme le poète qui faisait rire de lui.

Lire Paulin Gagne aujourd’hui, c’est dépouiller des journaux, interroger les aliénistes, étudier les chroniqueurs de la vie littéraire, replonger son œuvre dans la masse des discours contemporains. C’est montrer par l’exemple quelle peut être la valeur d’un saut dans l’étrangeté, d’un travail sur le plus déclassé des poètes. C’est le faire dialoguer avec Chateaubriand, avec George Sand, avec Auguste Comte, voire avec les deux Napoléon. C’est accepter d’entendre la douleur du plus isolé des littérateurs. C’est aussi rendre au XIXe français une partie de son épaisseur perdue.

Pierre Popovic est professeur à l’Université de Montréal. Il a notamment publié La contradiction du poème : poésie et discours social au Québec de 1948 à 1953 (1992), Entretiens avec Gilles Marcotte. De la littérature avant toute chose (1996), Un livre dont vous êtes l’intellectuel (avec Michel Biron, 1998) et Le village québécois d’aujourd’hui. Glossaire (avec Benoît Melançon, 2001).

Parution – Dossier «Esthétiques de l’invective»

VIENT DE PARAÎTRE

Études littéraires, vol. 39, n°2 (Hiver 2008)

Dossier « Esthétiques de l’invective »

Sous la direction de Marie-Hélène Larochelle

Le titre du présent dossier a de quoi intriguer. Il fait résonner deux forces qui, dans leur nature, paraissent s’opposer, celle de l’harmonie et celle de la discorde. Effet de provocation ou effet de sens, postulat ou prise de position, cette association envisage la violence comme une dynamique fertile dont les rebondissements animent l’écriture et dont les affects – l’éthos et le pathos – passent aisément dans le discours littéraire.

La littérature, mue par l’invective, s’emballe jusqu’à atteindre une vitesse qui offre un nouveau point de vue sur la réalité. Ainsi emportée (comme on l’est par un transport et par une humeur), l’écriture véhicule des images dont les contours ne correspondent plus aux attentes de la représentation. La violence verbale est postulée comme une composante sociale essentielle qu’il importe d’interroger au même titre que les autres unités jugées plus justes (comme le folklore ou les cérémonies, par exemple). La transitivité de l’invective repose sur un fantasme de rapprochement, aussi cette violence est-elle pensée comme une forme de communication, qui participe à la définition et à l’affirmation d’un « moi social », oblique, transgressif et, de ce fait, fascinant.

Sommaire

Présentation, 7

Études

Catherine Rouayrenc

L’injure dans la représentation de la vie militaire : rythme d’un monde, rythme d’une écriture, 15

Marie-Hélène Larochelle

La chasse au monstre, 31

Sylvain David

Cioran et le « pamphlet sans objet« . Paradoxes d’une poétique de l’invective, 47

Simon Harel

Fatalité de la parole : invective et irritation dans l’œuvre de Thomas Bernhard, 59

Christine Sautermeister

« Avec les mots on ne se méfie jamais suffisamment » ou la dynamique de l’invective chez Louis -Ferdinand Céline, 83

Yan Hamel

Scènes de la vie (anti)américaine. Autour de La putain respectueuse de Jean-Paul Sartre, 99

David Vrydaghs

« Cela ne s’imposait pas. Cela, je l’impose » l’immixtion de l’invective dans les pratiques du groupe surréaliste français, 113

Analyses

Gabriel Laverdière

Écriture de l’expérience génocidaire dans Aurélia Steiner de Marguerite Duras : survoler l’« infigurable » par une défiguration filmique, 127

François Harvey

Coupures enchaînées. La dynamique générique dans Neige noire d’Hubert Aquin, 141

Parution – « Mallarmé : du sens des formes au sens des formalités »

En librairie à partir du 7 mai 2008 :

Pascal Durand, Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités, Paris, Editions du Seuil, coll. « Liber », 2008, 298 pages. ISBN 978.2.02.065431.9

Mallarmé : son nom n’en finit pas d’irradier la conscience littéraire. Une oeuvre à la fois mince et d’une profondeur inquiétante. Des poésies dont la radicalité formelle reste sans égale. Des proses qui fascinent autant qu’elles déroutent. Un chef-d’oeuvre, le Coup de dés, dans lequel mots et espacements s’ordonnent aux grands rythmes cosmiques. Et pourtant cet adepte déclaré de l’action restreinte fut aussi poète de circonstance, journaliste de mode, chroniqueur culturel, critique d’art engagé dans la cause de l’impressionnisme. D’un côté, un poète métaphysicien. De l’autre, un observateur des rituels de la vie culturelle et sociale.

Ces deux Mallarmé n’en font qu’un et le pari est ici de montrer que le sens des formes s’est doublé, chez lui, d’un sens des formalités, c’est-à-dire d’une conscience aiguë des ressorts sociaux qui régissent la littérature. L’oeuvre se voit ainsi placée sous le signe d’une étonnante réflexivité critique, en ce qu’elle porte à son comble la logique d’autonomisation du champ littéraire moderne tout en problématisant le principe de fiction dont dépend l’enchantement esthétique. Au miroir du texte mallarméen, c’est tout l’univers symbolique l’ayant rendu possible qui se donne à voir, dans un rapport fait de distance et de participation aux cérémonies de la littérature.

Retracer la genèse de l’esthétique mallarméenne, lire de très près les textes dans lesquels celle-ci s’est accomplie, faire valoir à la lumière d’une expérience exemplaire que dans la forme la plus fermée au social c’est encore un principe social de fermeture qui se manifeste, tels sont les enjeux du présent ouvrage, indiquant aussi la voie d’une sociologie de la littérature avec les écrivains.

Spécialiste de Mallarmé et de la sociologie des institutions culturelles, Pascal Durand est professeur à l’Université de Liège.

Table des matières

Préambule

1. L’exception et la règle

Hérésie et conformité

La spirale d’Igitur

Un déclassement par le haut ?
Hérodiade ou l’ascèse
Le langage en apnée
Igitur : le sursaut généalogique

La folie Mallarmé

2. Mode et modernité

Le Poëte à l’Exposition

Un discours et ses codes
Le déclin de l’authentique

La Dernière Mode

Mimétisme formel et mimétique sociale
La mode comme être au monde

Poétique des objets quelconques

3. Manet et son double

Vers un cénacle invisible

L’édition à la marge
Réseaux

Tout un théâtre

Le modèle impressionniste

L’art moderne et son escorte
« Voir tout ce qu’il y a »
Mallarmé/Manet : réciproquement
« Voir de ses propres yeux »

« Autobiographie »

« L’ère de publicité »

Les Poètes Maudits
A rebours

Don pour don
La construction de soi
Le Livre et l’album

4. L’isolement de la parole

Morphologie sociale de la pureté

La disparition du Mètre
De l’autonomie à l’anomie
La forme appelée vers
Le vers appelé rapport
« L’oeuvre pure » : une classe instituée en genre

Presse et littérature : les deux fictions

Lire, cette pratique

Contre Proust
Sens et signification
De la cécité à la transparence : catégories de la lecture

5. Le sens des formalités

Un repli ostentatoire

Le rituel des mardis
L’intendance épistolaire
L’intrusion journalistique

Économie poétique du don

Rétraction des formes et réduction des sujets
Le poème carte de visite

L’existence littéraire

L’illusion scolastique
Illusio et réflexivité
La preuve par le poème

6. Le messager du Livre

Le Maître et son secret

Le résumé d’une poétique
« La Poésie – unique source »
Esthétique du livre journal

La grande machine

Un poème populaire moderne ?
La fabrication de la valeur

« Comme si »

Sens des formes et sens des formalités
Position singulière et morphologie générale
D’une hystérésis à l’autre
Le retour de la croyance

Épilogue rétrospectif

Index des noms

Index des notions

Table des oeuvres de Mallarmé