Archives mensuelles : octobre 2008

Annonce de parution – revue COnTEXTES, n. 4, L’étude des revues littéraires en Belgique / De studie van literaire tijdschriften in België

ANNONCE DE PARUTION

Le comité de rédaction de la revue COnTEXTES a le plaisir de vous annoncer la parution du Numéro 4 : L’étude des revues littéraires en Belgique / De studie van literaire tijdschriften in België

En voici le sommaire :

Francis Mus, Karen Vandemeulebroucke, Ben van Humbeeck et Laurence van Nuijs

Introduction [Texte intégral] Francis Mus, Karen Vandemeulebroucke, Ben van Humbeeck et Laurence van Nuijs

Inleiding [Texte intégral] Paul Aron

Les revues littéraires : histoire et problématique [Texte intégral] Marjet Brolsma

Cultuurtransfer en het tijdschriftenonderzoek [Texte intégral] Francis Mus

Comment interpréter une revue ? Quelques pistes de lecture [Texte intégral] Reine Meylaerts

« Ils sont comme nous » : Les revues francophones belges et la Flandre (1919-1939) Pour une approche macro- et microsociologique combinée [Texte intégral] Daphné de Marneffe

Le réseau des petites revues littéraires belges, modernistes et davant-garde, du début des années 1920 : construction d’un modèle et proposition de schématisation [Texte intégral] Lieven D’hulst

Comment « construire » une littérature nationale ? À propos des deux premières « Revue belge » (1830 et 1835-1843) [Texte intégral] Karen Vandemeulebroucke

La revue comme lieu d’inscription de la poésie en Belgique à la fin du XIXe siècle : apports de l’approche systémique [Texte intégral] Stijn Vanclooster

Van briefwisseling tot tijdschrift [Texte intégral] Bert Van Raemdonck

De digitale brieveneditie als basis voor de studie van het tijdschrift Van Nu en Straks [Texte intégral]

**

*L’intégralité de ce numéro est accessible en ligne à l’adresse

*(http://contextes.revues.org/sommaire2983.html).

*Nous en profitons pour vous signaler la publication récente par notre revue de quatre travaux « hors dossier » :

*Laurence Ellena

Compte rendu de Pierre Lassave, Sciences sociales et littérature. Concurrence, complémentarité, interférences <document3763.html> [Texte intégral] Paris, PUF, « Sociologie d’aujourd’hui », 2002, 243 p. 23 octobre 2008 http://contextes.revues.org/document3763.html Valérie Stiénon

Des « univers de consolation ». Note sur la sociologie des écrivains amateurs <document2933.html> [Texte intégral] 12 septembre 2008 http://contextes.revues.org/document2933.html Alexandre De Craim

Compte-rendu d’Esmein-Sarrazin (Camille), L’Essor du roman. Discours théorique et constitution d’un genre littéraire au XVIIe  siècle,  <document2913.html>[Texte intégral] Paris, Honoré Champion (Lumière classique), 2008, 587 p. 31 juillet 2008 http://contextes.revues.org/document2913.html Cécile Rabot

Compte rendu de Artiaga (Loïc), Des torrents de papier : catholicisme et lectures populaires au XIXe  siècle, <document2843.html>[Texte intégral] préface de Mollier (Jean-Yves), Limoges, PULIM (Médiatextes), 2007, 193 p. 30 juillet 2008 http://contextes.revues.org/document2843.html

Bonne lecture.

Le comité de rédaction de la revue COnTEXTES

http://contextes.revues.org

contextes@revues.org

Vient de paraitre — Joel Castonguay-Belanger

Castonguay-Bélanger, Joël, Les écarts de l’imagination. Pratiques et représentations de la science dans le roman au tournant des Lumières, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2008, 365 p. Ill. ISBN : 978-2-7606-2117-6. (34,95 $ / 31 euros)

En 1775, à Paris, paraît un roman intitulé Le Philosophe sans prétention. L’auteur de ce «roman chimique» est Louis-Guillaume de La Folie, membre de l’Académie de Rouen et interlocuteur de quelques-uns des principaux chimistes de son temps. Du roman au mémoire académique il n’y a qu’un pas : monsieur de La Folie invite ses lecteurs à consulter à la fois sa fiction et ses textes savants pour y trouver les démonstrations de ses théories.

Son attitude est exemplaire de celle de plusieurs romanciers et scientifiques de la fin de l’Ancien Régime. Pendant que certains se méfient des «écarts de l’imagination», d’autres, au contraire, croient que le roman a quelque chose de propre à dire sur les sciences et leur avancement. Ce sont les représentations proposées par les uns et par les autres que met en lumière Joël Castonguay-Bélanger.

Qui sont ces romanciers et ces scientifiques ? On croise dans Les écarts de l’imagination Buffon et Bernardin de Saint-Pierre, Lavoisier et le marquis de Sade, Condorcet et Rétif de La Bretonne, Lamarck et Casanova, sans oublier quelques savants fous et des charlatans comme Mesmer. Tous ces gens se sont passionnés pour le mouvement des marées, l’ascension des premiers ballons et les théories de la reproduction. Entre boudoirs et laboratoires, ils ont voulu comprendre l’attraction des corps, au sens newtonien comme au sens libertin. Les «pyrogues aérostatiques» les intéressaient autant que les voyages au centre de la terre. Pour eux, un «amusement» pouvait être «physique» et «géométrique».

Ils ont vécu à une époque, la fin du XVIIIe siècle, traversée de révolutions. Celles-ci ont été politiques, scientifiques, littéraires. Le moment était venu de les embrasser d’un seul regard.

Joël Castonguay-Bélanger est chercheur postdoctoral à Stanford University. Il a publié des articles dans Eighteenth-Century Fiction, Études françaises et PFSCL. Les écarts de l’imagination est son premier livre.

En 2008, la thèse dont est tiré ce livre a reçu le prix de la meilleure thèse de la Faculté des études supérieures et postdoctorales de l’Université de Montréal dans le domaine des sciences humaines, arts et lettres, ainsi que le prix de la meilleure thèse en cotutelle France-Québec décerné par le ministère des Relations internationales du Québec et par le Consulat général de France à Québec.

Internet : http://www.pum.umontreal.ca/

Internet : http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html

Vient de paraitre — Genevieve Lafrance

Lafrance, Geneviève, Qui perd gagne. Imaginaire du don et Révolution française, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2008, 357 p. ISBN : 978-2-7606-2131-2. (34,95 $ / 31 euros)

Culture, politique, société, famille : la Révolution française marque un tournant sur tous les plans. C’est aussi vrai du don, puisqu’au lendemain de 1789 une question inédite se fait entendre. Qu’arrive-t- il quand ceux qui ont l’habitude de donner (les nobles) se retrouvent obligés, pour survivre, de recevoir les largesses d’autrui ?

Pour répondre à cette question, Geneviève Lafrance a analysé la représentation des dons dans cinq romans parus à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Elle a aussi voulu savoir ce que pensaient les pouvoirs révolutionnaires de la bienfaisance, de la charité, de la dot, du legs. C’est du croisement de ces réflexions — les romanesques comme les juridiques — que naît l’étonnant portrait d’une époque où les dons sont souvent impuissants à rendre heureux ceux qui les reçoivent comme ceux qui les font.

Chacun à sa manière, Gabriel Sénac de Meilhan, Isabelle de Charrière, Joseph Fiévée et Germaine de Staël mettent en cause l’idéal bienfaisant qui caractérisait le siècle des Lumières. Ils nous obligent par là à réfléchir à ce que donner veut dire, hier comme aujourd’hui.

Geneviève Lafrance est chercheuse postdoctorale à Columbia University à New York. Elle a édité deux ouvrages collectifs et elle a publié des articles dans Voix et images, Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, Annales Benjamin-Constant, Contextes et Cahiers staëliens. Qui perd gagne est son premier livre.

En 2008, la thèse dont est tiré ce livre a reçu le Prix d’excellence de l’Académie des grands Montréalais dans la catégorie Sciences humaines et sociales, arts et lettres.

Internet : http://www.pum.umontreal.ca/

Internet : http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html

Parution – « La Production de l’immatériel »

La Production de l’immatériel – Théories, représentations et pratiques de la culture au XIXe siècle

Sous la direction de Jean-Yves Mollier, Philippe Régnier, Alain Vaillant

Presses universitaires de Saint-Etienne, 2008

Isbn (ean13) : 9782862724836

Présentation de l’éditeur:

Siècle du passage à l’économie libérale et à la société industrielle, le XIXe siècle voit en France la création littéraire et artistique prendre tous les caractères d’une  » production  » – pensée avant même notre entrée, au XXIe siècle, dans l’ère de l’immatérialité numérique -, comme celle de  » produits immatériels « .

Les belles-lettres et les beaux-arts doivent alors et sans retour s’adapter à ce nouveau système d’échanges et de valeurs, viser un public de masse, trouver leur place dans le premier des médias modernes qu’est la presse périodique (journaux et revues). En même temps, l’Etat postrévolutionnaire invente et instaure la pratique spécifiquement française de la politique culturelle à des fins d’autolégitimation, d’identité nationale et d’instruction publique.

Il définit juridiquement la propriété intellectuelle. C’est ainsi que s’organise un marché contrôlé et régulé de l’immatériel, dont les principes et les effets ne manquent pas de susciter réflexion et critiques chez les contemporains. Quant aux poètes, romanciers, dramaturges, compositeurs d’opéra, peintres, etc. , tous, de créateurs devenus  » producteurs « , et contraints de se redéployer par rapport au nouveau cadre, ils l’acceptent, le contournent ou le combattent selon des stratégies très diverses.

Ainsi, d’une manière ou d’une autre, cette situation finit-elle par s’inscrire dans l’énonciation, dans la poétique et dans la thématique de ce qu’ils persistent à vouloir nommer leurs oeuvres. Bon gré, mal gré, elle les stimule à un renouvellement des formes et des genres. A travers les contributions d’une trentaine de spécialistes du XIXe siècle, l’histoire culturelle et l’histoire de l’art joignent leurs approches à celles de l’histoire littéraire pour proposer des études de cas et construire une vision d’ensemble.

L’ouvrage se focalise plus spécialement sur un certain nombre de témoins et d’acteurs centraux, tels Balzac, George Sand, Baudelaire, Vallès, Mallarmé, Courbet, qui permettent de dégager des phénomènes transversaux non dépourvus d’analogies avec la période de mutations actuelle.