Archives mensuelles : novembre 2008

Colloque – « Bohème sans frontière / Bohemia Without Borders »

Bohème sans frontière / Bohemia Without Borders

Colloque international / International Conference

Lieu du colloque / Location of Conference :

University of Toronto

Alumni Hall 400 (121, Saint-Joseph Street, Toronto)

Comité organisateur / Organizing Committee :

Pascal Brissette (McGill University) et/and Anthony Glinoer (University of Toronto)

Grâce aux Scènes de la vie de bohème de Murger, à l’opéra de Puccini ou encore à la chanson de Charles Aznavour, nous avons tous une idée, plus ou moins confuse, de ce qu’a été la bohème littéraire et artistique dans les deux derniers siècles. Ce mot appelle toujours, chez le lecteur contemporain, une multitude d’images, de scènes et de personnages types. Marx, Benjamin, Bourdieu et bien d’autres ont eu recours à sa force d’évocation. Et pourtant rares ont été les tentatives pour envisager la bohème dans ses diverses dimensions. Le colloque international Bohème sans frontière / Bohemia Without Borders explorera cette question cruciale de l’histoire de la littérature et de la culture tant française qu’espagnole, britannique, canadienne et sud-américaine. Il s’agira d’interroger les modes de constitution, de perpétuation, de représentation, de légitimation de la bohème, ainsi que la diffusion de son imaginaire au-delà des frontières géographiques et culturelles de la France. Une trentaine de conférenciers, émanant du Canada, de France, de Belgique et des États-Unis, se rencontreront pour la première fois à l’Université de Toronto pour discuter, au cours de ce colloque bilingue et multidisciplinaire, des mécanismes par lesquels la « vie de bohème » a été adoptée, représentée et transférée d’une culture à l’autre depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours.

Thanks to Murger’s Scènes de la vie de bohème, to Puccini’s opera, as well as to Charles Aznavour’s song, we all have some idea, more or less confused, of what literary and artistic bohemia has been in the last two centuries. The word « Bohemia » always recalls various images, scenes and typical characters in the contemporary reader’s mind. Marx, Benjamin and Bourdieu, among others, have exploited in different ways its power of evocation. However, there have been few to consider Bohemia in its diverse dimensions. The international conference Bohème sans frontière / Bohemia Without Borders will explore the phenomenon of literary and artistic Bohemia, which is a critical issue involving history, literature and culture from French, Spanish, Canadian and South American perspectives. More than thirty lecturers, hailing from Canada, France, Belgium and the United States, will meet together for the first time at the University of Toronto to discuss, during this bilingual and multidisciplinary colloquium, the mechanisms through which the « Bohemian life » was adopted, represented and transferred from one culture to another, from the start of the 19th century until now.

Programme

Jeudi 11 décembre 2008 / Thursday, December 11, 2008

8h15 Accueil des participants / Welcoming of participants

8h45 Ouverture du colloque, mot de bienvenue / Opening, greetings

Parth Bhatt, Directeur/Chair, Département d’Études françaises, University of Toronto

9h Introduction

Anthony Glinoer (University of Toronto) et/and Pascal Brissette (McGill University)

9h15 Séance inaugurale / Inaugural Session

Putting Bohemia on the Map

Jerrold Seigel (New York University)

10h15 Pause / Break

10h30 La vie de bohème : charmes et désenchantement / The « vie de bohème »: Charm and Disenchantment

Présidence de séance / Session chair : Michel Biron (McGill University)

La Bohème vue par Vallès et Rochefort

Lise Dumasy-Queffelec (Université Stendhal-Grenoble 3)

Poètes, assassins et clochards : la rue et ses personnages chez Carco, Mac Orlan et Dorgelès Michel Lacroix (Université du Québec à Trois-Rivières)

Le ratage sans grandeur : de Cladel à Mallarmé

Pascal Durand (Université de Liège)

12h00 Repas / Lunch

14h00 Héros et détracteurs / Heroes and Ditractors

Présidence de séance / Session Chair : Yves Thomas (Trent Univerity)

Tristan Corbière et la bohème

Jean-Luc Steinmetz (Université de Nantes)

Devenir un « bohème intégral » : la vie exemplaire d’Albert Glatigny

Anthony Glinoer (University of Toronto)

Du « bohème littéraire » (Murger) au « Prolétaire des lettres » (Mirbeau)

Jean-Yves Mollier (Université de Versailles-Saint-Quentin)

15h30 Pause / Break

15h45 Micro-milieux d’une vie en marge / Micro-environment of a Marginal Way of Life

Présidence de séance / Session Chair : Yannick Portebois (University of Toronto)

À l’Hôtel des Étrangers, repaire d’une bohème zutique

Denis Saint-Amand (Université de Liège)

La bohème au salon. Les représentations du salon de Nina de Villard

Marie Boisvert (University of Toronto)

Une bohème bruxelloise

Pierre Van den Dungen (Université Libre de Bruxelles)

Vendredi 12 décembre 2008 / Friday, december 12, 2008

9h00 Le mythe de la bohème : origines et consécration / The Myth of Bohemia : Origins and Consecration

Présidence de séance / Session Chair : Michel Pierssens (Université de Montréal)

Chanter à tue-tête : bohème et chanson (1815-1850)

Pascal Brissette (McGill University)

Les bohèmes grotesques du XIXe siècle : archéologie d’un mythe

Martine Lavaud (Université de Paris IV-Sorbonne)

Label « Bohème », ou la consécration par la collection

Vincent Laisney (Université de Paris X-Nanterre)

10h30 Pause / Break

10h45 Postures collectives des bohèmes / Collective Attitudes of Bohemians

Présidence de séance / Session Chair : Pascal Durand (Université de Liège)

L’avant-garde surréaliste face à la bohème des années 1920. Transactions et confrontations de postures

David Vrydaghs (Université de Liège)

L’Internationale lettriste et l’éthique des classes dangereuses

Alexandre Trudel (Université de Montréal)

La bohème : avec ou sans style ?

Sandrine Berthelot (Lycée Pothier, Orléans)

12h15 Repas / Lunch

14h00 La bohème sur la route / Bohemia on the Road

Présidence de séance / Session Chair : Pascal Durand (Université de Liège)

Beat Generation : bohème errante

Clémentine Hougue (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle)

New Babylon et la culture architecturale d’après-guerre

Nicola Pezolet (Massachussets Institute of Technology)

15h00 Pause / Break

15h15 Conférence plénière / Plenary Session

Bohème : le réel, l’imaginaire, le symbolique

Nathalie Heinich (École des Hautes Études en sciences sociales, Paris)

17h00 Cocktail (salle de lecture / reading room, Kelly Library, 113, Saint-Joseph Street)

Samedi 13 Décembre 2008 / Saturday, DECEMBER 13, 2008

9h00 Paris bohème / Bohemian Paris

Présidence de séance / Session chair : Jean-Yves Mollier (Université de Versailles-Saint-Quentin)

Sur la piste des Mohicans : la ville sous la ville

Yves Thomas (Trent University)

La bohème parisienne d’Oscar Wilde et d’August Strindberg

Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

La mansarde dans la métropole, ou le rêve bohémien impossible

Jeremy Worth (University of Windsor)

Bohemia as Catalyst, or : How Henry Miller Found himself in Paris

Graham Falconer (University of Toronto)

11h00 Pause / Break

11h15 Bohème et transferts culturels (l’espace hispanophone) / Bohemia and Cultural Transfers (Hispanic Context)

Présidence de séance / Session Chair: Roland Le Huenen (University of Toronto)

Buenos Aires Bohème : Imitating Paris ?

Brian Bockelman (Ripon College)

French Bohemia in Mexico City

Jean Petrolle (Columbia College Chicago)

12h15 Repas / Lunch

14h00 Bohème et transferts culturels (l’espace hispanophone) / Bohemia and Cultural Transfers (Hispanic Context)

Présidence de séance / Session Chair: Roland Le Huenen (University of Toronto)

La bohème dorée et Le baiser de Paris. Lectures de la presse en espagnol publiée à Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle

Michel Pierssens (Université de Montréal) et/and Diana Cooper-Richet (Université de Versailles-Saint-Quentin)

La bohème littéraire espagnole fin-de-siècle : d’un phénomène socioculturel à la révélation d’un état de la littérature

Xavier Escudero (CRIMIC-Université de Paris IV-Sorbonne ; Lycée Gambetta, Arras)

15h00 Pause / Break

15h15 Bohème et transferts culturels (l’espace québécois) / Bohemia and Cultural Transfers (Quebec’s Context)

Présidence de séance : Pascal Riendeau (University of Toronto)

La bohème dans l’histoire de la littérature québécoise

Michel Biron (McGill University)

La bohème métropolitaine en vacances : Buies et Nelligan

Manon Brunet (Université du Québec à Trois-Rivières)

La bohème dans le théâtre et la presse à Montréal, de 1850 à 1914

Hervé Guay (Université du Québec à Montréal)

16h45 Discussion finale et conclusions / Final Discussion and Conclusions

17h00 Fin du colloque / Enf of Conference

Comité scientifique / Scientific Committee

Marie-Andrée Beaudet (Université Laval), Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège), Rainier Grutman (Université d’Ottawa), Alain Vaillant (Université de Paris X-Nanterre)

Soutien financier / Financial Support

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada / Social Science and Humanities Research Council of Canada, Centre d’études sur la France et le monde francophone (University of Toronto), Département d’Études françaises (University of Toronto), Département de langue et littérature françaises (McGill University), Centre d’Études du XIXe siècle français Joseph Sablé / Sablé Centre for 19th Century French Studies, Chaire de recherche du Canada en Histoire du livre, Association internationale des Études québécoises, Centre for Comparative Literature (University of Toronto), Saint-Michael’s College.

Colloque – « L’art surpris par le social »

L’art surpris par le social

Equipe d’accueil Arts : Pratiques et Poétiques

27, 28 & 29 novembre 2008

Amphi A2, bâtiment A sud

Université Rennes 2, Campus Villejean, Place du Recteur Henri Le Moal, Rennes

L’inscription de caractéristiques du monde social dans l’oeuvre est un fait marquant de nombreuses pratiques de l’art. Après le langage ou la sémiologie hier, la préoccupation du social propose aujourd’hui un nouveau paradigme artistique. Participation, relationnel, collectif, sont autant d’aspects qui situent résolument l’action de l’art sur le terrain de l’échange. Cela peut se manifester comme une épreuve du social dans le contexte de l’art, ou encore comme une pensée du social élaborée au sein même des pratiques artistiques.

L’influence d’une sociologie des champs culturels et de l’habitus se retrouve dans de nombreuses pratiques d’artistes depuis la période des années soixante. Pourtant, une certaine orientation de la sociologie vers l’expertise des situations artistiques conflictuelles, suscite régulièrement un débat vis-à-vis du discours sur l’art qu’elle formule. Quelle peut être aujourd’hui la place du discours sociologique face à des pratiques qui intègrent bien souvent dans leurs démarches certains des concepts forgés par celui-ci ?

Le passage d’un art critique à une esthétique fondée sur la pratique de l’action partagée, de l’appropriation de codes sociaux, de la négociation des représentations culturelles, ou encore de l’intervention sociale, traduirait-il les nouvelles perspectives de l’art aux prises avec la « communauté » ?

Ce colloque interdisciplinaire se propose d’analyser les enjeux d’une discussion croisée de la sociologie avec les pratiques artistiques, l’esthétique ou la critique. Il permettra de confronter des points de vue singuliers dans une diversité d’approches nécessaire à la compréhension de la complexité des pratiques artistiques contemporaines.

Jeudi 27 novembre

10h00 – Accueil

10h45 – Denis Briand, ouverture du colloque

11h15 – Fatima Youcef, Lyon 2
Bourdieu : de l’Amour de l’art aux Règles de l’art

11h45 – Olivier Belon, Saint-Étienne
Image singulière et imaginaire collectif

12h15 – Questions et débat

Modération : Sylvie Mokhtari, Archives de la Critique d’Art

14h30 – Laurence Corbel, Paris 1
D’une sociologie comme art de combat

15h00 – Gilles Le Guennec, Rennes 2
Le dispositif de l’autre et l’autre dispositif

15h30 – Questions et débat

16h00 – Leszek Brogowski, Rennes 2
L’art qui est, l’art qui pourrait être

16h30 – Jean Arnaud, Aix-Marseille
Le résistant et le déclassé. L’animal comme figure contemporaine subversive

17h00 Questions et débat

Vendredi 28 novembre

Modération : Christophe Viart, Rennes 2

9h00 – Accueil

9h30 – Gaëtane Lamarche-Vadel, ENSA Dijon
Comment l’art invente le social

10h00 – Dominique Chateau, Paris 1
Le social est-il encore surpris par l’art ?

10h30 – Questions et débat

11h00 – Nathalie Heinich, EHESS
Ce que la sociologie fait à l’art : l’éclairage des médiations

11h30 – Eric Van Essche, Iselp, Bruxelles
L’art contemporain dans l’espace public entre critique sociale et instrumentalisation politico-économique

12h00 – Questions et débat

Modération : Pierre Juhasz, Paris 1

15h00 – Sylvia Girel, Amiens
L’art contemporain comme outil de dénonciation, de provocation, d’insurrection

15h30 – Jean-Marc Poinsot, Rennes 2
Espace social et oeuvre d’art, politiques du lieu

15h45 – Questions et débat

16h15 – Béatrice Balcou, Bruxelles
« Amateurs »

16h45 – Nicolas Thély, Paris 1
« Vit et travaille bien partout »

17h15 – Questions et débat

Samedi 29 novembre

Modération : Denis Briand, Rennes 2

9h15 – Accueil

9h30 – Sandrine Ferret, Rennes 2
Le social surpris par l’image ?

10h00 – Pierre-Henri Frangne, Rennes 2
« Tout se résume dans l’Esthétique et l’Economie politique » : crise de l’art et crise sociale selon Mallarmé

10h30 – Questions et débat

11h00 – Patrick Otto, Rennes 2
L’écart, un point de rencontre entre l’art et le social. À propos de « Ludwig van » de Mauricio Kagel

11h30 – Questions et débat

11h45 – Projection : « Ludwig van », Mauricio Kagel, 1969

13h15 – Clôture du colloque

Pendant ces trois journées les Archives de la critique d’art accompagneront le colloque et présenteront leurs activités.

Journée d’étude – « Le savant et le populaire »

Le savant et le populaire, 1989-2008, retour sur un débat en suspens

Vingt ans après sa publication, il paraît opportun de revenir sur l’ouvrage de Claude Grignon et Jean-Claude Passeron Le Savant et le populaire dans le cadre d’une journée d’étude qui sera l’occasion de se confronter aux analyses développées dans le livre suivant trois directions principales : un éclairage de l’ouvrage par ses contextes d’écriture et de réception ; un travail théorique sur l’approche de Grignon et Passeron, que l’on pourrait résumer comme une conception infléchissant la notion de légitimité culturelle sans l’abandonner pour autant ; une interrogation sur la posture méthodologique d’alternance (ou d’oscillation) entre relativisme anthropologique et modèle de la légitimité proposée au terme du Savant et le Populaire.

SHADYC / EHESS Marseille

Journée d’étude, jeudi 11 décembre 2008, salle de réunion

Comité d’organisation :

Tanguy Cornu, Karim Hammou, Julie Moreira-Miguel, Jean-Christophe Sevin.

Contact : karim.hammou@gmail.com

Discutant :

Derek Robbins, professeur à la School of Social Sciences, Media and Cultural Studies, University of East London

Argumentaire

Depuis la fin des années 1980, les travaux français en sociologie de la culture ont exploré de nombreuses et fécondes pistes d’analyses. En sociologie de l’art, divers travaux ont éclairé l’histoire et la dynamique économique des marchés de productions culturelles [Moulin 1992, Bourdieu 1998], le fonctionnement des organisations artistiques [Chiapello 1998], les carrières des artistes [Menger 1983, Coulangeon 1999], l’élaboration du goût [Hennion 2003, Pedler 2003], la construction de la valeur esthétique [Heinich 1998].

Parallèlement, la presse écrite et la télévision, qui avaient longtemps été négligées, sont devenues des objets de recherche à part entière [Chalvon-Demersay et Pasquier 1990, Chalvon-Demersay 1994, Pasquier 1999], bien que la question de la production de l’information [Lemieux, Siracusa 2001] y reste largement privilégiée.

Ces orientations de recherche opèrent un écart sensible par rapport au questionnement dominant les années 1960-1970. Forgé à l’occasion d’enquêtes portant sur l’institution scolaire, émerge alors le paradigme de la légitimité culturelle [Bourdieu et Passeron 1964, 1970] qui sera ensuite étayé par des travaux sur l’art [Bourdieu & Darbel 1965, Bourdieu 1969] et la culture [Bourdieu 1979].

Une fois mis en évidence, ce paradigme de la légitimité posait au moins autant de questions pour le sociologue qu’il ne permettait d’en résoudre. En particulier, en établissant un lien entre domination culturelle et hiérarchie sociale, il semblait condamner le chercheur à répéter le geste analytique qui consiste à étudier les phénomènes culturels en fonction du positionnement social des publics qui les constituent [Lahire 2004]. Si ces approches ont pu contribuer à mieux connaître les figures de la domination dans nos sociétés, elles ont également tendu à réduire le champ d’investigation en sociologie de la culture. Dans cette optique en effet, les cultures populaires, autour desquelles s’élève la controverse, se voient essentiellement interprétées en termes d’absence et de manque, au motif de la situation de domination qu’éprouvent les classes populaires.

En réaction à cette tendance, un certain nombre d’auteurs aux trajectoires différentes ont tendu à réhabiliter les cultures populaires en célébrant leur autonomie [Gans 1974, De Certeau 1980]. Les travaux sur la réception des médias viennent alimenter cette veine, qu’il s’agisse de souligner les ressources dont disposent les acteurs [Hall 1980] ou de mettre en avant leur rôle dans l’établissement du lien social [Wolton 1993]. Une des critiques adressées à ces études réside dans le fait qu’en choisissant de s’éloigner de la perspective légitimiste, elles abandonnent également toute référence au concept de domination, comme si chaque pratique culturelle s’exprimait dans un espace dépourvu de luttes de classement.

Ces critiques croisées (à la fois méthodologiques et théoriques, contre le réductionnisme et l’autosuffisance symboliques) ont notamment trouvé des résolutions originales dans les travaux de R. Hoggart [1970]. Mais à bien des égards, l’ouvrage Le Savant et le populaire [Grignon et Passeron 1989] constitue l’un des ouvrages présentant les développements les plus avancés sur la question des liens entre culture et domination sociale, qu’il situe au centre de son propos. Débat entre deux chercheurs qui n’hésitent ni à affirmer leurs désaccords, ni à éviter une réconciliation artificielle en forme de verdict, Le Savant et le Populaire se conclut sur une série de recommandations théoriques et méthodologiques au statut parfois ambigu.

Enfin, il est d’autant plus surprenant que le livre de Grignon et Passeron ait clôt vingt ans d’élaboration du paradigme de « la légitimité culturelle », plutôt que d’ouvrir un débat plus large au sein des sciences sociales. Les usages habituels de l’ouvrage consistent en effet le plus souvent en un simple rappel des dangers croisés que représentent misérabilisme et populisme, sans que les paradoxes et les enjeux épistémologiques mis à jour par Passeron et Grignon ne soient réellement remis au coeur de la réflexion sociologique.

Aussi, vingt ans après sa publication, il paraît opportun de revenir sur Le Savant et le populaire dans le cadre d’une journée d’étude qui sera l’occasion de se confronter aux analyses développées dans le livre suivant trois directions principales :

– un éclairage de l’ouvrage par ses contextes d’écriture et de réception.

– un travail théorique sur l’approche de Grignon et Passeron, que l’on pourrait résumer comme une conception infléchissant la notion de légitimité culturelle sans l’abandonner pour autant.

– une interrogation sur la posture méthodologique d’alternance (ou d’oscillation) entre relativisme anthropologique et modèle de la légitimité proposée au terme du Savant et le Populaire.

Les deux dernières directions pourront faire l’objet d’une critique interne, d’une confrontation théorique comparative (notamment avec les travaux étrangers), ou d’une mise à l’épreuve empirique.

Bibliographie

BOURDIEU (Pierre), DARBEL (Alain). – L’amour de l’art. Les musées d’art européens et leur public. Paris : Minuit, 1969. – 251 p. : index.

BOURDIEU (Pierre), PASSERON (Jean-Claude). – Les héritiers. Les étudiants et la culture. – Paris : Minuit, 1964. – 189 p. : index.

BOURDIEU (Pierre), PASSERON (Jean-Claude). – La reproduction. Eléments pour une théorie du système d’enseignement. – Paris : Minuit, 1970. – 281 p. : index.

BOURDIEU (Pierre) (dir.). – Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie. – Paris : Minuit, 1965. – 361 p. : index.

BOURDIEU (Pierre). – La distinction. Critique sociale du jugement. – Paris : Minuit, 1979. 670 p. : index.

BOURDIEU (Pierre). – Les règles de l’art. – Paris : Points Seuil coll. Essais n°370, 1998 (1992).

CHALVON-DEMERSAY (Sabine), PASQUIER (Dominique). – Drôles de stars. La télévision des animateurs. – Paris : Aubier, 1990. – 344 p. : bibliogr.

CHALVON-DEMERSAY (Sabine). – Mille scénarios. Une enquête sur l’imagination en temps de crise. – Paris : Métailié, 1994. – 194 p. : bibliogr.

CHIAPELLO (Eve). – Artistes versus managers. Le management culturel face à la critique artiste. – Paris : Métailié, 1998. – 258 p. : index, bibliogr.

Menger 1983

COULANGEON (Philippe). – Les musiciens de jazz en France. – Paris : L’Harmattan, coll. Logiques sociales, 1999. – 268 p. : bibliogr.

DE CERTEAU (Michel). – L’invention du quotidien. T.1. Arts de faire.- Paris : Union générale d’éditions, 1980.

FABIANI (Jean-Louis). – Après la culture légitime. Objets, publics, autorités. – Paris : L’Harmattan, 2007.

GABORIAU (Philippe).- « Culture dominée et oubli de la domination. Visions du monde et univers de vie de femmes ouvrières » in J. Deniot et C. Dutheil, Métamorphoses ouvrières, t.1.- Paris: l’Harmattan.- p.259-265

GANS (Herbert).- Popular Culture and High Culture. An Analysis and Evaluation of Taste. – New York : Basic Books, 1974

GRIGNON (Claude), PASSERON (Jean-Claude). – Le savant et le populaire. – Paris : Seuil, 1989.

HALL (Stuart). – « Encoding/Decoding » in D.Hobson, A. Lowe et P.Willis (dir.), Culture, Media, Language. – London : Hutchinson.- pp. 123-138

HEINICH (Nathalie). – Ce que l’art fait à la sociologie. – Paris : Minuit coll. Paradoxe, 1998. – 91 p. : bibliogr.

HENNION (Antoine). – La passion musicale. – Paris : Métailié, 1993. – 407 p. : bibliogr.

HENNION (Antoine), MAISONNEUVE (Sophie), GOMART (Emilie). – Figures de l’amateur. Formes, objets, pratiques de l’amour de la musique aujourd’hui. – Paris : La documentation française, 2000. – 291 p. : bibliogr.

HENNION (Antoine). – « Ce que ne disent pas les chiffres. Vers une pragmatique du goût » in O. Donnat et P. Tolila (dir.), Les publics de la culture. – Paris : Presses de a FNSP, 2003. – pp.287-304.

HOGGART (Richard). – La culture du pauvre.- Paris : Editions de Minuit, 1970 (1ère édition : 1958 en anglais)

LAHIRE (Bernard). – La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. – Paris : La Découverte, 2004. – 773 p. : bibliogr.

LEMIEUX (Cyril). – Mauvaise presse. – Paris : Métailié, 2000. – 467 p. : bilbiogr.

MENGER (Pierre-Michel). – Le paradoxe du musicien. Le compositeur, le mélomane et l’Etat dans la société contemporaine. – Paris : Flammarion coll. Harmoniques, 1983

MOULIN (Raymonde). – L’artiste, l’institution, le marché. – Paris : Flammarion, 1992.

PASQUIER (Dominique). – La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents. – Paris : Ministère de la Culture et de la Communication, Mission du Patrimoine ethnologique coll. Ethnologie de la France, 1999. – 236 p. : bibliogr.

PASQUIER (Dominique). – « La télévision comme expérience collective : retour sur les Mondes de l’Art » in A. Blanc, A. Pessin (eds), L’art du terrain. Mélanges offerts à Howard Becker. – Paris : L’Harmattan, 2004. – 23 p.

PASQUIER (Dominique). – « La « culture populaire » à l’épreuve des débats sociologiques ». – Hermès n°42, 2005. – pp.60-69.

PASSERON (Jean-Claude). – « Portrait de Richard Hoggart en sociologue ». Enquête, n°8, Varia, 1993. – pp. 79-111

PEDLER (Emmanuel). – Entendre l’opéra. Une sociologie du théâtre lyrique. – Paris : L’Harmattan, 2003.

SIRACUSA (Jacques). – Le JT, machine à décrire. Sociologie du travail des reporters à la télévision. – Bruxelles : Editions De Boeck / INA, 2001. – 299 p. : bibliogr.

WOLTON (Dominique). – Eloge du grand public. Une théorie critique de la télévision – Paris : Flammarion, 1993

Déroulement de la journée

9h15 : Annonce d’ouverture

9h30-10h15 : Philippe Gaboriau (chargé de recherche, CNRS)

Thème envisagé : la réception de l’ouvrage à sa parution.

10h15-11h : Julie Moreira-Miguel (doctorante, SHADyC)

Thème envisagé : la notion de populisme dans le « Savant et le Populaire » et la mise en parallèle avec Michel de Certeau.

11h : Pause

11h15-12h00 : Tanguy Cornu (doctorant, SHADyC).

Thème envisagé: retour sur l’étrange concept de domination symbolique: le cas du tuning.

Déjeuner

14h00-15h00 : Emmanuel Pedler (directeur d’études, EHESS).

Architectures ordinaires: espaces savants, espaces populaires.

15h00-15h45: Karim Hammou (doctorant, SHADyC).

Thème envisagé : Comment penser le pouvoir avec Le savant et le populaire ?

15h45-17h00 : Table ronde.

Discussion autour des terrains de recherche. Proposition de modérateur : Anthony Pecqueux.

17h00 : Annonce de clôture

site internet : http://shadyc.ehess.fr/

Parution – « L’Inscription du social dans le roman contemporain pour la jeunesse »

L’Inscription du social dans le roman contemporain pour la jeunesse

Sous la direction de Kodjo ATTIKPOÉ

Préface de Johanne Prud’homme

Paris : L’Harmattan, coll. «Références critiques en littérature d’enfance et de jeunesse», 2008.

EAN 9782296063969, 32 €, 266 pages

Présentation de l’éditeur : Le tourbillon social à l’exemple de la mondialisation, affecte en premier lieu les enfants et les jeunes. Le présent ouvrage propose un éclairage sur la manière dont le roman pour la jeunesse aborde des dimensions fondamentales du social, telles que l’exclusion, la marginalisation, la violence, la famille, la sexualité, la hiérarchie sociale, les valeurs citoyennes.