Archives mensuelles : avril 2009

Colloque – « Espaces contestés : conflit, contre-récit et la culture d’en bas dans les littératures canadienne et québécoise »

Espaces contestés : conflit, contre-récit et la culture d’en bas dans les littératures canadienne et québécoise1er et 2 mai 2009, Université de Sherbrooke

L’état rend légitime ses idéologies à travers les stratégies et les pratiques matérielles qui ont le dessein de définir le discours social et qui peuvent participer à sa production. Si la normalisation et la codification des espaces publics produisent le « bon » citoyen, celui qui participe à part entière au marché de la consommation, ce discours produit également son antipode : le « mauvais » citoyen qui est perçu comme un transgresseur de la société : le sans-abri, le criminel, le chômeur, l’assisté social, le migrant, le prisonnier, l’indigène, « l’autre » racial et linguistique. De la même façon, nous pourrions dire que les pratiques architecturales forment l’espace social de sorte que les expériences vécues se basent souvent sur des divisions physiques qui séparent les citoyens « corrects » de ceux qui sont perçus comme étant « incorrects » ou impropres – et dans les lieux publics et dans les lieux privés – tels que les domestiques, les prostituées, les jeunes de la rue, les « squatters » et ceux qui habitent les ghettos ou les bidonvilles. En outre, la documentation et la commémoration de certains événements et personnages historiques et l’omission (in)volontaire d’autres reflètent concrètement un environnement qui correspond aux mythologies nationales tout en préservant les hiérarchies traditionnelles de classe, de genre sexuel et d’ethnicité. En effet, la production, la diffusion et l’archivage de documents officiels produisent non seulement un ensemble de textes lus collectivement comme le récit de la nation, mais légitiment aussi l’élite culturelle qui parle pour elle et qui la représente. Bien que ces stratégies discursives soient des formes de violence idéologique, politique et économique qui marginalisent certains récits et mouvements sociaux, ainsi que certaines communautés, les « subalternes » ont également les pouvoirs de représentation et produisent des contre-discours et des contre-récits qui mettent en question l’autorité et la légitimité de l’hégémonie sociale.

Cette conférence sera l’occasion pour des érudits, chercheurs, artistes et militants de discuter des sujets suivants :

– littérature et classe sociale : les récits des pauvres et des sans-abri

– les récits d’espaces carcéraux : la prison, l’internement et l’école résidentielle autochtone

– art et littérature autochtones comme « contre-récits » de la nation

– le site urbain et la résistance : manifestations, protestations, radicalisme politique, art et théâtre de la rue, graffitis

– les récits alternatifs du témoignage, de l’autobiographie et de la mémoire

– le corps « dérangeant » dans l’espace social

– les connaissances et résistances « radicales » des femmes « en service », des femmes dans la rue et des femmes dans le besoin

– les conflits politiques, linguistiques et culturels et l’identité collective au Canada et au Québec

– la culture d’en bas comme concept pour décrire l’exploitation, la marginalisation et l’exclusion ainsi que la prise de pouvoir.

 

L’objectif de cette conférence est d’examiner de quelles manières les individus, les communautés et les mouvements sociaux contestent, s’approprient et représentent leurs mémoires, leurs espaces et leurs identités comme des « contre-discours » de la nation – comme des expressions de la « culture d’en bas ».

Renseignements et programme : http://contested-spaces.ca/Accueil.html

Journée d’étude du GREMLIN

PREMIÈRE JOURNÉE D’ÉTUDE DU GREMLIN

 

 

 

Figurations, configurations et médiations littéraires. Questions de méthodes

 

Université McGill

Pavillon Leacock

LEA 808

 

1er mai 2009

 

10h Accueil

 

10h15 Anthony Glinoer (U. of Toronto), « Les lectures publiques mises en scène. Avec Ervin Goffman »

 

10h50 Pascal Brissette (U. McGill), « Poème performé et figurations romanesques »

 

11h 25 Guillaume Pinson (U. Laval), « Figurations, configurations: ce qu’en dit Norbert Élias »

 

Dîner

 

14h Karine Cellard (U. de Montréal) « Dans les coulisses de la scène d’énonciation : la critique d’écrivain comme espace associé »

 

14h35 Michel Lacroix (UQTR), « Par-delà l’abyme: André Belleau et l’œuvre fictive »

 

15h10 Michel Biron (U. McGill), « Victor W. Turner, liminarité et communautés littéraires imaginaires »

 

15h45 Fin de la journée d’étude

 

Cette activité du GREMLIN (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions) est financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH)

Annonce de parution / Just released

Benoît Melançon, The Rocket. A Cultural History of Maurice Richard, Vancouver, Toronto et Berkeley, Greystone Books, D&M Publishers Inc., 2009, 304 p. Ill. Traduction de Fred A. Reed. Préface de Roy MacGregor. Postface de Jean Béliveau.

En librairie le 2 mai 2009 / In bookstores on May 2, 2009

http://www.dmpibooks.com/book/9781553653363

http://www.lesyeuxdemauricerichard.com/

Parution – « La Vérité de la fiction »

Jean-Pierre Esquenazi, La Vérité de la fiction. Comment peut-on croire que les récits de fiction nous parlent sérieusement de la réalité ?, Paris : Hermès science publications, 2009, 200 p.

ISBN-13 : 978-2-7462-2198-7
Prix : 39 €

Présentation de l’éditeur :
Il arrive fréquemment que l’on dise d’un roman ou d’un film qu’il « est vrai » ou qu’il nous « apprend des choses ». Qu’un théorème soit vrai ou qu’un article de journal nous fasse comprendre une évolution, nous le comprenons. Mais comment un récit par définition imaginaire pourrait-il nous apprendre quelque chose de notre réalité ? Prendre cette déclaration paradoxale au sérieux constitue le pari de La vérité de la fiction. Cet ouvrage étudie la meilleure façon de donner une signification précise et spécifique à ce paradoxe. En analysant les meilleures études du fonctionnement du discours de fiction, l’auteur développe une argumentation destinée à montrer comment la fiction est capable d’offrir une sorte de miroir déformant particulièrement expressif de la vie des lecteurs. Chacune des étapes du raisonnement s’appuie sur des études classiques en sociologie de la réception qui rendent concrète chaque proposition.

Url de référence :
http://www.hermes-science.fr/fr/

Parution – « Le travail créateur »

Menger Pierre-Michel, 2009, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard Seuil, coll. « Hautes Études ».

4e de couverture :
« La création est un acte de travail. Depuis l’élaboration de l’œuvre jusqu’à l’organisation des activités en marchés, en professions, en relations d’emploi et en dispositifs d’évaluation, un même principe régulateur agit : l’activité créatrice est de part en part fécondée par l’incertitude. Le travail n’est gratifiant pour l’artiste que si son déroulement demeure surprenant. Les professionnels, les critiques et les publics procèdent à d’incessantes comparaisons pour identifier les qualités des artistes et des œuvres, faute de savoir comment déterminer leur valeur absolue. Les marchés gèrent par la surproduction la recherche de l’originalité profitable. Cet ouvrage met en place un cadre théorique d’analyse de l’action en horizon incertain, puis l’applique aux arts. Des différences considérables de succès peuvent-elles résulter de différences minimes de talent ? La catégorie du génie est-elle soluble dans la critique sociologique ? Pourquoi les inégalités présentent-elles le même profil dans les arts et dans les sciences ? Si l’offre augmente toujours plus vite que la demande, faut-il conclure que les artistes sont les funambules du déséquilibre, et que les mondes artistiques gagent leur développement sur les paris de ces «fous rationnels»? Avec quelles contreparties ? Que gagnent les professionnels à s’agglomérer dans les grandes métropoles ? Comment le principe d’incertitude gouverne- t-il l’action culturelle publique ? Comment une œuvre peut-elle être admirée pour son inachèvement ? »

Pierre-Michel Menger est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’EHESS, où il enseigne la sociologie du travail et la sociologie des arts.

« Hautes Études » est une collection des éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, des Éditions Gallimard et des Éditions du Seuil.

Colloque – « Séminaire du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec »

SÉMINAIRE DE RECHERCHE
GROUPE DE RECHERCHE SUR L’ÉDITION LITTÉRAIRE AU QUÉBEC

Présentation de la Collection Richard Saint-Germain
Rencontre avec Richard Saint-Germain

SHERBROOKE – Le GRÉLQ recevra Richard Saint-Germain le vendredi 24 avril 2009 dans le cadre de ses séminaires de recherche. Connu pour ses travaux sur l’édition de littérature de grande diffusion (romans sentimentaux, policiers, d’aventure et d’espionnage), Richard Saint-Germain a fait paraître, avec Julia Bettinotti et Paul Bleton, Littérature en poche: collection «Petit format», 1944-1958, aux Éditions Ex libris en 1992.

À l’occasion de sa conférence, Monsieur Saint-Germain présentera la collection de livres qu’il a récemment léguée au Services des bibliothèques et des archives de l’Université de Sherbrooke. Constituée de plus de 4700 publications, la collection compte des fascicules et des livres de poche publiés avant l’instauration du dépôt légal et désormais introuvables parce qu’ils étaient destinés au circuit de grande consommation.

La collection comprend entre autres des fascicules parus aux Éditions Police-Journal dans laquelle on trouve plusieurs séries telles Les aventures policières d’Albert Brien, détective national des Canadiens français, Diane la belle aventurière, Une autre aventure extraordinaire du Domino noir, Les aventures extraordinaires de Guy Verchères et Les aventures étranges de l’agent IXE-13.

Texte en collaboration avec Julie Fecteau.

***

Le vendredi 24 avril 2009
14 heures
Université de Sherbrooke
Faculté des lettres et sciences humaines
Salle A3-113

***

Renseignements: Marie-Ève Riel
Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec
Université de Sherbrooke
819-821-8000 poste 62994
Marie-Eve.Riel@USherbrooke.ca
www.usherbrooke.ca/grelq