Archives mensuelles : mai 2009

Soutenance de thèse

Viviane Albenga, « Lecteurs, lectures et trajectoires de genre », thèse pour l’obtention du doctorat en sociologie sous la direction de Mme Rose-Marie LAGRAVE, Directrice d’études à l’EHESS, le mercredi 10 juin à 14h, à l’EHESS, 54 bd Raspail, Paris, salle 524..

Jury :

M. Roger CHARTIER, Professeur au Collège de France ;

Mme Rose-Marie LAGRAVE, Directrice d’études à l’EHESS, directrice de thèse ;

M. Bernard LAHIRE, Professeur à l’ENS-LSH ;

M. Érik NEVEU, Professeur à l’IEP de Rennes, rapporteur ;

Mme Michèle OLLIVIER, Professeure à l’Université d’Ottawa ;

Mme Claude POLIAK, Chargée de recherches au CNRS, rapporteure.

La soutenance sera suivie d’un pot dans le hall de l’EHESS.

Résumé :

Cette thèse vise à explorer les relations entre les pratiques de lecture, le genre et la classe : en construisant, par un maillage théorico-empirique, ce que peuvent être un habitus de genre et une trajectoire de genre, on s’approprie à nouveaux frais la théorie bourdieusienne. En choisissant d’étudier empiriquement des lecteurs et lectrices ayant développé un habitus de lecteur au cours de leur socialisation, participant à des cercles de lecture, on a privilégié l’appréhension des effets de la lecture lorsque celle-ci opère comme un support de soi particulièrement agissant, en postulant que le genre pouvait être réagencé, voire pouvait être subverti par la lecture. Or, l’habitus de lecteur s’élabore particulièrement au cours d’une socialisation de classe moyenne. Cette bonne volonté culturelle est plus spécifiquement dévolue aux femmes des classes moyennes, mais l’habitus de lecteur ne peut être qualifié ni de féminin, ni de masculin. L’habitus de lecteur développe, en guise de raison pratique, un souci de soi et des autres, tel que Michel Foucault l’avait mis en évidence. Les convergences entre le souci de soi foucaldien et l’éthique du care formalisée par des théoriciennes féministes permettent de mettre au jour l’idéal politique anti-individualiste sous-jacent à ce souci de soi par la lecture. Mais la bonne volonté culturelle l’emporte et empêche la politisation des pratiques de lecture, en donnant le primat à la constitution d’un capital symbolique distinctif. En effet, entre les lecteurs se dessine également un enjeu pour détenir la légitimité littéraire, au sein duquel le genre opère comme catégorie distinctive. Quant à la possible subversion du genre par la lecture, elle est à la fois virtuellement accomplie sous la forme d’une « trajectoire de genre » franchissant divers seuils de rupture, grâce aux effets tant symboliques que pratiques de l’habitus de lecteur ; et limitée par l’enjeu d’ascension sociale porté par l’habitus de classe moyenne.

Mots clés : cercles de lecture, trajectoire de genre, classe moyenne, habitus, care, capital symbolique.

Summary :

This thesis aims at exploring the relations between reading practices, gender and class: we appropriate Bourdieu’s theory by elaborating, through the linking of theory and fieldwork, the concepts of gender habitus and gender trajectories. By focusing on readers who deployed a reader habitus, and who take part in reader clubs, we emphasize the reading’s effects as far as this practice supports the construction of oneself. We assume that reading practices can reshape and subvert gender. The reader habitus results from middle-class socialization, characterized by a cultural goodwill which is specific to middle-class women. Nevertheless, reader habitus is neither feminine, nor masculine. This habitus deploys a practical sense based on the caring for oneself and for the others, as it was brought into light by M. Foucault. By linking up the foucaldian caring for oneself and the feminist theory of ethics of care, we can enlighten the anti-individualistic political ideal which could be brought up by the caring for oneself in reading practices. But it is the cultural goodwill which is prominent and it narrows the possibilities, for the readers, to make a political issue of their readings’appropriations, as constituting a distinctive symbolic capital prevails. Indeed, between the readers of each club, the literary legitimacy is at stake, and gender represents a distinctive category underlying this legitimacy. Finally, gender subversion by reading is drawn as a virtual trajectory. This trajectory would enable to overstep gender cleavages if it was completely achieved by readers.

Key words: reader clubs, gender trajectory, middle-class, habitus, care, symbolic capital.

Parution – « L’engagement de l’axiologie nationale, dans la lecture d’un roman »

« L’engagement de l’axiologie nationale dans la lecture d’un roman »
de Pierre-Laurent COSSET et Lenka GRAFNETTEROVÁ

L’Harmattan, Collection Logiques sociales, Série Littérature et Société

ISBN : 978-2-296-07926-7 • 250 pages • 23 €

L’objet de ce livre est de mettre à l’épreuve, sur la base d’une enquête sociologique menée auprès de trois échantillons de lecteurs, tchèques, français et allemands, l’approche proprement culturelle –plus précisément nationale- du roman de Bohumil Hrabal, Moi qui ai servi le roi d’Angleterre.

Comment lit-on ? Qu’est-ce qu’un acte de lecture ? pouvons-nous parler de lecture proprement « nationale » d’un roman ? Comment expliquer et qualifier ce(s) rapport(s) si particulier(s) qu’un lecteur nourrit à l’égard d’un personnage de fiction ? Quel rôle tient la traduction dans la lecture que l’on fait d’un roman ?

Ce sont là quelques-unes des questions auxquelles les auteurs de ce livre tentent de répondre à travers cette étude de cas, qui convoque à la fois les outils et les réflexions de la sociologie de la lecture, de l’anthropologie et de la philosophie analytique.

Pierre-Laurent COSSET est doctorant en sociologie à l’E.H.E.S.S., Paris. Il poursuit actuellement sa thèse dans le cadre d’une convention de co-tutelle à l’université Masaryk, Brno. Son travail de recherche s’inscrit directement dans le prolongement du livre présenté ici.

Lenka Grafnetterová, ancienne étudiante à l’E.H.E.S.S., Paris, est titulaire d’un D.E.A. en sociologie du langage (sous la direction de Jacques Leenhardt).

Parution – Contextes numéro 5 « Don et littérature »

Le comité de rédaction de la revue COnTEXTES a le plaisir de vous annoncer la parution du Numéro 5 : Don et littérature, dirigé par Björn-Olav Dozo et Anthony Glinoer.

Le présent dossier relève le double défi de la diachronie (du Moyen Âge à l’époque contemporaine) et de la féconde mise en tension de la sociocritique et de la sociologie de la littérature. Il se donne pour ambition, ce faisant, de reconsidérer la littérature à la lumière du don et à l’inverse le don à l’aune de la littérature. Il se veut ainsi un regroupement d’analyses de configurations sociales qui, dans la littérature ou dans la vie littéraire, entraînent ou impliquent le don. L’objectif en est d’examiner le don d’un bout à l’autre de la littérature, d’un côté et de l’autre de la médiation du texte.

Voici le sommaire du numéro :

L’intégralité de ce numéro est accessible en ligne à l’adresse http://contextes.revues.org/index4247.html

Nous en profitons pour vous signaler la publication des travaux récents dans la rubrique « varia » et « notes de lecture » :

Varia :

Notes de lecture :

Journée d’études – « Art en engagement »

Le programme de la journée d’études du 8 juin « Art et engagement » est en ligne ici:
http://www.univ-paris8.fr/scpo/labtop/artetengagement/
La journée, organisée par le Laboratoire Théories du Politique (LabToP), se déroule à l’Université Paris VIII (M°Saint-Denis Université), bât. D, salle 002.
Elle est ouverte à tous.
——————————————————–

*** ART & ENGAGEMENT, le 8 JUIN à Paris 8 ***

9h30 – Accueil des participants
9h45 – Ouverture (Christine Cadot, LabToP, Paris VIII)

10h00 – 12h30 – Contraintes artistiques et contraintes politiques :
l’engagement des artistes à la lumière des transformations du militantisme
Présidence de séance: Assia Boutaleb (LabToP)

* 10h00 – Ana Cecilia Hornedo (EHESS) :
Les muralistes, pionniers de la parole politique d’artiste au Mexique.

* 10h30 – Cécile Boex (IFPO, IREMAP, Aix-en-Provence) :
La signification contestataire d’une pratique artistique en contexte autoritaire : le cas du cinéma syrien.

* 11h00 – Bleuwenn Lechaux (CRAPE, Rennes I) :
Concilier ses engagements éthiques et esthétiques. L’exemple des professionnels du théâtre engagés pour la cause bosniaque.

* 12h30 – Discussion avec la salle

14h30 – 17h00 – La politisation des formes esthétiques et littéraires: entre réappropriation politique et engagement partisan de l’artiste
Présidence de séance: Elsa Vivant (Institut français d’urbanisme)

* 14h30 – Damien Boone (CERAPS, Lille II)
Contribution à une sociologie de la « ventriloquie politique » : quand les artistes parlent « politique » malgré eux. L’exemple des Schtroumpfs.

* 15h00 – Loïc Lafargues (ISP, CNRS)
Le rap français en campagne. La mobilisation des rappeurs lors de l’élection présidentielle de 2007.

* 15h30 – Pierre Dos Santos (CERAPS, Lille II)
Analyse des mythologies politiques de la « droite littéraire » depuis l’après guerre.

* 16h00 – Discussion avec la salle
* 16h30 – Discussion de la journée et conclusion générale (Violaine Roussel, LabToP, Paris VIII et ISP, CNRS)

Ier Colloque du Groupe de recherche Prospero

Ier Colloque du Groupe de recherche Prospero

sur le fait littéraire et le politique du présent

 

21-22 mai 2009

Queen’s University

 Robert Sutherland Hall, salle 202

 138, Union Street

 

 

Comité organisateur

 François-Emmanuël Boucher

Collège militaire royal du Canada

 Sylvain David

Université Concordia

 Stéphane Inkel

Queen’s University

 

 

 

 

Jeudi 21 mai

 

8 h 30

Accueil des participants

 

Narration romanesque

9 h00

Daniel Letendre, Université de Montréal

Le réel, ce traître ! L’échec de l’utopie dans La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq

 9 h 40

Thangam Ravindranathan, Brown University

Le degré infini de l’écriture : la prose d’Eric Chevillard

10 h 20

Pause

10 h 40

Sylvain David, Université Concordia

« Une succession d’anecdotes dont je suis le héros » : dissolutions littéraires et sociales chez Michel Houellebecq

11 h 20

François-Emmanuël Boucher, Collège militaire royal du Canada

Les distances du texte : Muray, Ernaux et la représentation de l’écrivain

12 h

Déjeuner

 

Le réel en question

14 h

David Burty, Western University

De l’objectivité à l’objectalité du Réel : un récit sans

14 h 40

Chantal Lapeyre-Desmaison, Université / IUFM de Bourgogne

L’ailleurs du réel

15 h 20

Pause

15 h 40

Jorge Calderón, Simon Fraser University

De l’invention du réel dans l’imaginaire littéraire contemporain

16 h 20

Catherine Dhavernas, Queen’s University

Récit ou réel? Histoire d’une préférence du livre

 

Vendredi 22 mai

 

Le réel dans le social

9 h 00

Stéphanie Bélanger, Collège militaire royal du Canada

Témoignage du fait guerrier : entre esthétique et narration

9 h 40

Cristina Caracchini, Queen’s University

Performance, réel et vérité dans le « théâtre de narration »

10h 20

Pause

10 h 40

Stéphane Inkel, Queen’s University

Dire le réel pour ne pas se taire : Daewoo à l’aide de la littérature

11 h 20

Anne-Marie David, Université de Montréal

Marabou Stork Nightmares d’Irvine Welsh : épuisement du récit réaliste et mise en récit de l’Histoire

12 h

Déjeuner

 

 

Esthétique du réel

14 h

Sébastien Ruffo, Queen’s University

Dire une bousculade d’images

14 h 40

Wilfried Laforge, Université Lille III Charles de Gaulle

Littérature et postmodernité : une relecture de T. W. Adorno

15 h 20

Pause

15 h 40

Fabienne Soldini-Bagci, CNRS

Récits du réel ou l’hyperréalisme de la cadavérisation littérarisée dans les romans macabres contemporains

16 h 20

Mot de clôture

Colloque – « Les exceptions françaises »

Les exceptions françaises (1958-1981)
2009-05-28 09:15 – 2009-05-29 15:00

Colloque international organisé par Sylvain David et Pierre Popovic, dans le cadre des activités de recherche de Figura, le Centre de recherche sur le texte et l’imaginaire, et du groupe Édits, projet « Littérature et imaginaire social en France (1958-1981) », inscrit au programme du CRIST, le Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes.

Le jeudi 28 mai 2009, de 9h15 à 17h, à la salle LB-619 du Pavillon J.W. McConnellet (Université Concordia), et le vendredi 29 mai 2009, de 9h15 à 15h, à la salle A-2411 du Pavillon Maximilien-Caron (Université de Montréal).

Avec le soutien du Département d’études françaises de l’Université Concordia, de Figura (Antenne Concordia), de la chaire James McGill d’étude du discours social de l’Université McGill, du Département des littératures de langue française et de la Direction des Relations Internationales de l’Université de Montréal.

Présentation
Si elle circulait dans les esprits, les officines et les médias au moins depuis la création du Ministère de la culture par André Malraux en 1959, l’expression exception française ne devient véritablement un lieu commun du débat national en France qu’au moment où elle se confond avec celle d’exception culturelle lors des négociations de l’Uruguay Round, au sein du GATT, en 1986. Elle désigne alors une nécessité dont le passé et l’identité de la France seraient garants, celle de soustraire la production culturelle (notamment dans le domaine des industries culturelles) aux règles du commerce international des denrées et aux premiers élans de ce qui s’appellera bientôt « la mondialisation ». Dans les faits et les discours, et tout particulièrement sur la scène politique et diplomatique, cette exception française/culturelle trouve des définitions nombreuses et se voit rattachée selon les plumes et les camps idéologiques à l’héritage des Lumières, à l’universalisme républicain, à des réflexes protectionnistes, à la crainte d’une uniformisation des cultures, à un art de vivre et de goûter,  à une tradition de revendications sociales, à un système d’éducation singulier dont les « grandes écoles » seraient le parangon, etc. etc.

Si l’analyse de la constitution et de l’essaimage de cette représentation qui recycle et remet au goût du jour le nationalisme identitaire français en le projetant sur la scène internationale a été faite sur le terrain des études politologiques et économiques (voir entre autres les travaux de Gilles Lazuech, Yves Tinard, Jacques Lesourne, Serge Regourd, Laurent Wirth, Jacques Rigaud), on ne s’est pas vraiment avisé du fait que la généalogie de cette topique de l’exception nationale-culturelle avait fait fond sur un ensemble considérable de textes littéraires et de représentations imaginaires diffusés après la seconde guerre mondiale. C’est à l’examen de cette généalogie littéraire et imaginaire durant la période allant grosso modo de la prise de pouvoir par le Général de Gaulle en 1958 à celle de François Mitterrand en 1981 (ces deux dates étant indicielles, et ne demandant aucune stricte observance) que sera consacré le colloque.

Deux axes sont proposés à la réflexion des conférenciers. D’une part il s’agira de retracer la longue série des textes qui proposent des définitions mythologiques (au sens de Barthes) du « Français » ou du « modèle français » ou du « mode de vie français » comme spécimen ou phénomène historiquement spécifique. Autrefois, chez Victor Hugo par exemple, la spécificité culturelle nationale venait directement de ce qu’il appelait « l’idée française », c’est-à-dire l’idéal politique issu de 1789. En conjoncture, pour la période ici retenue, cette exceptionnalité est ostensiblement traitée par toute une série d’auteurs (Charles de Gaulle, André Malraux, Françoise Giroud, Simone de Beauvoir, Valéry Giscard d’Estaing, Philippe Sollers), qui perpétuent chacun à leur manière la veine de Jacques Rivière (Le Français, 1928) ou de Roger Vailland (Quelques réflexions sur la singularité d’être Français, 1946). D’autre part il s’agira de prendre acte du fait que la généalogie de l’exception coïncide avec une théorie des exceptions, au pluriel. C’est-à-dire que les années gaulliennes et post-gaulliennes sont traversées par une mise en valeur insistante d’exceptionnalités internes, individuées, dont les textes de littérature tout spécialement font leur miel. En première main, ces exceptionnalités se distinguent d’un « Français moyen », qui serait gangrené par la consommation, l’atavisme, la nullité, et elles sont au moins neuf selon nos premiers relevés empiriques : 1. l’intellectuel contestataire (le militant anticolonialiste, le « soixante-huitard », le théoricien révolutionnaire); 2. le chômeur (à distinguer de la classe ouvrière organisée); 3. l’immigré; 4. l’athlète (Jacques Anquetil, Colette Besson, Éric Tabarly); 5. le Français américanisé (le « yéyé ») ou relevant « le défi américain » (Servan-Schreiber); 6. la « femme française »; 7. l’adolescent en crise; 8. le(la) « sexuellement libéré(e) »; 9. « l’ennemi public n° Un » (Mesrine). Nous faisons l’hypothèse que ces représentations partielles relancent un particularisme identitaire sur un mode fragmentaire et qu’elles seront retotalisées dans cette exception (culturelle) française qui aura pignon sur rue au milieu des années 1980.

Programmation
Le jeudi 28 mai 2009
9h15 Accueil des participants
+++
Première séance
Présidée par Claudia Bouliane (Université de Montréal)

9h30 Nelly Wolf (Université de Lille III), « Annie Ernaux : du mythe ouvrier à l’exception féminine »
10h15 François Provenzano (FNRS/Université de Liège), « Le littéraire célibataire et le philosophe polygame : Jean Borie et Henri Lefebvre contre le couple structuraliste »
11h Pause
11h15 Marion Froger (Université de Montréal), « Michel Audiard et la sociabilité du panache »
12h Déjeuner
+++
Deuxième séance
Présidée par Anne-Hélène Dupont (Université McGill)

13h30 Djemaa Maazouzi (Université de Montréal), « Albertine Sarrazin : « cavaleuse miraculée par l’écriture » »
14h15 Benoît Denis (Université de Liège), « Le roman-Mesrine. Du Français moyen à l’ennemi public numéro un »
15h00 Pause
+++
Troisième séance
Présidée par Olivier Parenteau (Université McGill)

15h15 Sarah Sindaco (Université de Liège), « Le berger, l’agitateur et probablement… l’énarque. Des arnaques aux chicanes de la nouvelle technologie française »
16h Sylvain David (Université Concordia), « Frenchy but chic : la p(r)ose punk française »

Le vendredi 29 mai 2009

Quatrième séance
Présidée par Marie-Pascale Huglo (Université de Montréal)

9h30 Pierre Popovic (Université de Montréal), « Petite mythologie du grimpeur (1958-1981) »
10h15 Gabriel Perugini (Université de Lille III), « Identité et altérité chez Patrick Modiano : un regard étranger sur l’imaginaire social français des trente glorieuses »
11h Pause
11h15 Marc Angenot (Université McGill), « L’ « immunité » française envers le fascisme : un demi-siècle de polémiques historiennes »
12h Déjeuner
+++
Cinquième séance/Séminaire mensuel du Crist : Lectures de Sartre
Présidée par Pierre Popovic (Université de Montréal)

Conférenciers : Benoît Denis (Université de Liège), « Pourquoi Sartre refuse d’engager aussi la poésie »
Yan Hamel (TÉLUQ/UQÀM), « L’Amérique selon Sartre »

Pour plus de détails : sdavid@alcor.concordia.ca

Journée d’étude

Cher-e-s collègues,

Comme convenu, nous avons le plaisir de reprogrammer la séance de présentation « La littérature française contemporaine à l’université – Analyse du Fichier Central des Thèses (France) ». Nous y présenterons collectivement, sous la présidence de Marc Dambre (Directeur du CERACC, Paris 3), les enjeux méthodologiques de nos recherches et une partie de nos résultats inédits, avant leur parution,

le vendredi 15 mai 2009 de 17h à 19h (Centre Censier, 3e étage, salle 347, 13 rue de Santeuil, 75005 Paris, M° Censier-Daubenton)

En espérant que vous pourrez être parmi nous à cette occasion, nous vous saluons bien cordialement.

Audrey Lasserre
p/o
Marie-Odile André (Resp. du projet), Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane et Aline Marchand

Résumé
La production littéraire française du dernier quart de siècle a fait l’objet d’une investigation critique, à la fois rapide et extrêmement riche, à travers les travaux qui lui ont été consacrés dans le cadre de l’Université. Au sein du projet « La littérature française contemporaine à l’université de 1980 à nos jours » porté par le Centre d’Etudes sur le Roman des Années Cinquante au Contemporain (CERACC), une équipe s’est réunie autour de l’examen du fichier central des thèses (LCF). Elle souhaite proposer une vision globale et raisonnée de l’état de la recherche doctorale en France sur la littérature contemporaine, dans le prolongement et l’extension du « bilan de la recherche doctorale en littérature française du XXe siècle » mené par la Société d’Étude de la Littérature française du XXe siècle en 2002 (La Traversée des thèses, PSN, 2004). Le dépouillement et l’analyse du fichier central des thèses ont ainsi conduit à interroger la définition des termes « littérature », « français » et « contemporain » tout comme les auteurs étudiés, les approches transversales les plus fréquentes, les genres littéraires, les types de thèses, etc.

Colloque – « CAMUS À LA SCÈNE / CAMUS ON STAGE »

Colloque / Colloquium

CAMUS À LA SCÈNE / CAMUS ON STAGE

7 et 8 mai 2009 / 7-8 May 2009

 

Collège militaire royal du Canada / Royal Military College of Canada

Currie Hall

 

En association avec / In partnership with University of Central Lancashire (UK)

 

 

PROGRAMME / PROGRAM

Jeudi 7 mai / Thursday May 7

 

8:30 Accueil / Reception

 

9:00 Allocution de bienvenue / Words of welcome

Jane Errington, Doyenne de la Faculté des Arts / Dean, Faculty of Arts

 

9:05 Conférence plénière / Plenary conference :

« Les oeuvres théâtrales dans la nouvelle Pléiade », Raymond Gay-Crosier,

vice-président de la Société des études camusiennes et directeur scientifique des tomes III et IV de la nouvelle Pléiade Camus ; professeur émérite, Université de Floride /

Vice-President of the Society for Camus Studies, Director of volumes III and IV of the New ‘Pléiade Camus’; Emeritus Professor, University of Florida

 

Présidente de séance : Sophie Bastien, Collège militaire royal du Canada

 

9:35 Discussion et/and pause

 

 

L’oeuvre dramatique de Camus / The dramatic works of Camus

10:00-11:30 Séance / Session 1
Président : Mark Benson, Collège militaire royal du Canada

– Philosophie de l’absurde, théâtre de l’absurde ?

Pierre-Louis Rey, Université de la Sorbonne nouvelle

Conférencier invité / Guest speaker

 

– Le Malentendu. Du texte à la scène

Lydie Parisse, Université de Toulouse le Mirail

(communication lue par Pierre-Jean Peters)

 

– Les didascalies dans Caligula ou la représentation d’un théâtre de la cruauté

Marie-Gabrielle Nancey-de Gromard, Université Paris-Est de Marne-la-Vallée

 

11:30-11:45 Pause

 

 

11:45-12:45 Séance / Session 2

Président : Mark Orme, University of Central Lancashire

 

– Camus’s Tragic Renaissance: Success and Failure

Paul Corey, Humber College

 

– Prise de conscience et mise en scène dans L’état de siège : Anatomie d’un échec

Jason Herbeck , Boise State University

 

12:45-14:15 Dîner / Lunch

 

 

14:15-15:15 Séance / Session 3

Président : Albert James Arnold, University of Virginia

 

– L’amour ou la justice? Voix de la révolte dans L’Etat de siège et Les Justes

Geraldine Montgomery, professeur retraité / retired professor,

University of Central Florida

 

– Comment mettre en scène à le théâtre des idées à d’Albert Camus dans une démarche d’éducation populaire avec des jeunes ?

Vincent Siano, metteur en scène / stage producer, France

 

15:15-15:30 Pause

 

 

Camus, praticien de théâtre / Camus as theatre practitioner

 

15:30-17:00 Séance / Session 4

Président : Eugène Kouchkine, Université de Picardie Jules Verne

 

– Albert Camus : La formation d’un homme de théâtre

David Walker, University of Sheffield

 

– Albert Camus : un écrivain scénique ?

Présence / absence du praticien dans la didascalie camusienne

Benoît Barut, Université de la Sorbonne Nouvelle

 

– Camus et l’expérience du festival d’Angers (1953 et 1957)

Anne Prouteau, Université catholique de l’Ouest

 

 

18:00 Souper / Dinner

 

 

20:30 Représentation de / Performance of L’étranger

Interprétation / Cast : Pierre-Jean Peters

Mise en scène / Production : Avner Perez

De Panel Production et La Compagnie du visage, France

 

 

Vendredi 8 mai / Friday May 8

 

9:00 Conférence plénière / Plenary conference : « Le théâtre au coeur »

Agnès Spiquel, présidente de la Société des Études camusiennes /

President of the Society for Camus Studies ; Université de Valenciennes

 

Présidente de séance : Geraldine Montgomery, University of Central Florida

 

9:30 Discussion et/and pause

 

 

Camus à l’étranger : Cas de mises en scène / Camus abroad : Cases of production

 

10:00-11:00 Séance / Session 5

Présidente : Anne Prouteau, Université catholique de lâOuest

 

– Autour de la première mondiale du Caligula de 1941 (Rome, 1983)

Albert James Arnold, University of Virginia

Conférencier invité / Guest speaker

 

– La représentation et sa lecture : le cas de « Les Justes » d’Albert Camus

Brahim Ouardi, Centre universitaire de Saida

 

11:00-11:15 Pause

 

 

11:15-12:15 Séance / Session 6

Président : David Walker, University of Sheffield

 

– Enjoy the Silence : Staging Interiority in The Outsider

Greg Doran,University of Prince Edward Island

 

– Adaptation théâtrale de La Peste au Québec

Sophie Bastien, Collège militaire royal du Canada

 

12:15-13:45 Dîner / Lunch

 

 

Camus à l’étranger : Réception / Camus abroad : Reception

 

13:45-15:15 Séance / Session 7

Président : Pierre-Louis Rey, Université de la Sorbonne nouvelle

 

– Théâtre de Camus en Russie (fidélité et originalité d’un transfert culturel)

Eugène Kouchkine, Université de Picardie Jules Verne

 

– Fortune scénique de Camus en Pologne

Renata Jakubczuk, Université Marie Curie-Sklodowska

 

– Staging Camus in the United Kingdom : toujours à l’affiche ?

Mark Orme, University of Central Lancashire

 

15:15-15:30 Pause

 

 

15:30-17:30 Table ronde avec des praticiens de théâtre

Round-table with theatre practitioners :

Greg Doran, Claire Faubert, André Melançon, Pierre-Jean Peters, Simon Rice, Vincent Siano.

Colloque – « Hergé reporter: sociocritique de Tintin

77e Congrès de l’Acfas

11-15 mai 2009, Université d’Ottawa

Section 300 – Lettres, arts et sciences humaines

315 – Hergé reporter: sociocritique de Tintin

Colloque organisé par Rainier Grutman

et Maxime Prévost (Université d’Ottawa)

le jeudi 14 mai 2009

Université d’Ottawa, Pavillon Simard, salle 425

(voir la carte du campus en cliquant sur le lien suivant:

http://www.uottawa.ca/cartes/campus-principal.html).

L’objectif du colloque est de considérer les vingt-quatre albums de la série des Tintin dans leur «socialité», c’est-à-dire d’objectiver les discours et les imaginaires sociaux qui les pénètrent et qu’ils relaient. De l’entre-deux-guerres à la postmodernité, en passant par l’occupation, la libération et la guerre froide, l’oeuvre d’Hergé a toujours été tant intemporelle (mythique) qu’actuelle (servant de caisse de résonance et de support iconique à l’actualité, à l’histoire qui se fait). C’est ce deuxième aspect, l’inscription du social dans la bande dessinée, qui nous intéressera surtout, sans toutefois exclure des approches davantage axées sur la place des albums de Tintin dans la société (songeons par exemple à leur récupération sous forme de collage parodique dans  »Tintin en Irak », album apocryphe sorti au moment de l’invasion américaine de ce dernier pays). En plus d’étudier la place qu’occupent l’Histoire, ses événements et ses acteurs dans tel album, on pourra examiner les façons dont s’y trouvent réfractées les idéologies et autres scories du discours social. Partant du principe que le contenu social est inséparable de sa mise en forme, voire que c’est surtout cette dernière qui donne à l’oeuvre sa portée sociale (comme le constatait Adorno dans ses analyses de Beckett ou de Kafka), nous souhaitons aussi mettre en évidence l’interaction et les possibles contradictions entre les deux faces constitutives du «neuvième art», à savoir le tissu textuel et la matière iconique. Jan Baetens (Hergé écrivain) et Benoît Peeters (Lire Tintin) ont magistralement montré qu’il était possible de privilégier l’une de ces dimensions sans pour autant sacrifier l’autre. Ce colloque réunira des «tintinologues» du Canada, des États-Unis, de la Suisse et de la Belgique. Il sera suivi d’une conférence plénière (à laquelle le public est cordialement invité) de M. Jean-Marie Apostolidès (Stanford University). Les organisateurs tiennent à remercier de leur appui le Vice-Rectorat à la recherche de l’Université d’Ottawa ainsi que l’Ambassade de Belgique.

Programme du jeudi 14 mai 2009 (Pavillon Simard, salle 425) :

8:45 Accueil

09:00 Guillaume PINSON, Université Laval, Québec

Tintin avant Tintin : origines romanesques du héros reporter (fin XIXe – début XXe siècle)

09:30 Ludovic SCHUURMAN, Université Lille 3

Hergé au pays des Iles Noires. Genèse et modernisations : inscription et réinscription sociale d’une oeuvre triple

10:00 Rainier GRUTMAN, Université d’Ottawa

Hergé sociolinguiste : décrypter la diglossie dans Le Sceptre d’Ottokar

10:30 Pause

11:00 Marc ANGENOT, McGill University

Basil Zaharoff et la Guerre du Chaco : la tintinisation de la géopolitique des années 1930

12:00 Dîner

14:00 Maxime PRÉVOST, Université d’Ottawa

La Rédemption par les OVNIS : lectures croisées de Vol 714 pour Sydney et de la revue Planète

14:30 Jean RIME, Université de Fribourg

Le Médium et le reporter : figures de la médiation entre société et fiction

15:00 Bernard SPEE, collège Saint-Hadelin, Visé

Contourner le racisme : Tintin au Congo et Coke en stock

15:30 Pause

16:00 Alberto FLOREZ MALAGÓN, Université d’Ottawa

Tintin ou l´Européen moderne et sa relation à la nature

16:30 Olivier ROCHE

Tintin politique, les aventures apocryphes

17:00 Pause

17:15 Conférence grand public (accès libre) : Jean-Marie APOSTOLIDÈS, Stanford University

Histoire et temporalité dans les aventures de Tintin