Archives mensuelles : août 2009

Colloque Metz

« Dislocation culturelle et construction identitaire en littérature et dans les arts »

Du 1 octobre 2009 au 3 octobre 2009, Université Paul Verlaine-Metz

Organisateurs:

Kathie Birat ( birat@univ-metz.fr )

Charles Scheel ( scheel.charles@univ-metz.fr )

Brigitte Zaugg ( zaugg@univ-metz.fr ; notamment pour l’accès et l’hébergement)

Centre de Recherche “Écritures”

http://www.univ-metz.fr/recherche/labos/ecritures/

Programme temporaire (au 4 juin 2009)

Jeudi 1er octobre

13h30 Accueil des participants

14h00 Allocutions de bienvenue

14h30 2 ateliers en parallèle

Errances et communautés imaginaires (1)

14h30 : Emmanuelle Grimaud, Le déplacement comme dislocation culturelle dans Les Assiégés de D’Arcy McNickle et Indian Blues de Sherman Alexie

15h00 : Gérald Préher, Dislocating, Relocating, Dreaming Changes : Josephine Humphreys’ Exploration of Space and Time in Nowhere Else on Earth

15h30 : Cyril Vettorato, L’invention de la diaspora : l’exemple des « Amériques Noires »

Dislocations et reconfigurations textuelles (1)

14h30 : Aurélie Dinh Van, L’invention du local dans la dynamique explosive des écritures migrantes

15h00 : Katell Colin, Jeux de miroirs: stratégies polyphoniques et subversion doxique chez Tierno Monénembo et Jean-Claude Fignolé

15h30 : Daria Tunca, Au-delà de la schizophrénie Postcoloniale : Becoming Abigail de Chris Abani / Beyond Postcolonial Schizophrenia : Chris Abani’s Becoming Abigail

16h30 Pause café

17h00 Suite des ateliers

Errances et communautés imaginaires (1)

17h00 : Lucia Manea, Déplacements identitaires et esthétiques de la dérive dans la littérature antillaise

17h30 : Marion Sauvaire, Les diasporas caribéennes : de l’exil à l’errance

Dislocations et reconfigurations textuelles (1)

17h00 : Jean-Christian N’Sanda, Le discours africain en mal d’autonomisation : le cas de Dossier Classé de Henri Lopes

17h30 : Katharine Burkitt, Out of Time and Place: Dislocated identities and literary form in Bernardine Evaristo’s Soul Tourists

A partir de 18h30 : soirée libre

Vendredi 2 octobre

9h00 Conférence plénière

Charles Bonn, La non-constitution d’une littérature de l’immigration d’origine maghrébine en France, pourtant attendue : absence d’espace emblématique ou dissémination post-moderne ?

10h00 Pause café

10h30 3 ateliers en parallèle

Écritures migrantes

10h30 : Laurence Denooz, Construction d’une identité littéraire soudano-égyptoautrichienne : l’oeuvre romanesque de Tarek Eltayeb

11h00 : Flaviano Pisanelli, Écriture, identité, représentation : la poésie italienne de la migration

Oralité et résistance

10h30 : Pascal Fobah Eblin, Et Thot tomba sur la tête : le régime de l’altération codique dans la poésie africaine

11h00 : Françoise Clary, Dislocations transculturelles : Le contre-discours afrocaribéen, mode de réappropriation identitaire

Dislocations et reconfigurations textuelles (2)

10h30 : Veronika Thiel, Dislocation culturelle et construction de l’identitaire littéraire chez Boubacar Boris Diop

11h00 : Valentina Tarquini, Le lieu de la forme. L’écriture comme nouvel espace hybride d’une génération d’écrivains post-indépendante. Tahar Ben Jelloun et Boubacar Boris Diop

12h15 Déjeuner

14h00 2 ateliers en parallèle

Arts et dislocation

14h00 : Stéphane Massonet, Cobra en Afrique : récit d’une dépossession identitaire et trans-culturelle

14h30 : Marie-Laure Allain, Tracey Rose : immersion dans les identités sudafricaines

15h00 : Bénédicte Ledent, « De l’autre côté de la littérature » : Dislocation générique dans Hotel Impala de Baloji

Identités en tension

14h00 : Anne Castaing, Pour une poétique du divers : L’écriture de l’exil chez K. B. Vaid

14h30 : Sabine Lauret, Moi éparpillé et moi hanté : conflits identitaires dans le roman de Jhumpa Lahiri The Namesake

15h00 : Robert Mangoua Fotsing, « Noir à l’extérieur et blanc à l’intérieur » : problématique de l’identité chez Gaston-Paul Effa

16h00 Pause café

16h30 Suite des ateliers

Arts et dislocation

16h30 : Patricia Caillé, L’Entre-deux France-Maghreb comme espace de production et de réception des documentaires réalisés par les femmes

17h00 : Maria-Benedita Basto, Dislocations du canon, interrogations de l’empire : une histoire de défaites. Lectures du film Non, ou a vã glória de mandar de Manoel de Oliveira et du poème « As Quybyrycas » de Frey Joannes Garabatus.

17h30 : Valerio Iacobini, La violence de la consommation : Délocalisation et critique sociale dans le théâtre de Rodrigo Garcìa

Identités en tension

16h30 : Daniela Grigorescu, Mémoire et identité chez Émile Ollivier

17h00 : Cécile Marshall, Fièvre identitaire ou fièvre créatrice dans le théâtre de Reza de Wet

17h30 : Isabelle Bénigno, De la dislocation à la reconstruction de l’identité aborigène: l’exemple de « Benang » de Kim Scott

19h30 : Repas

Samedi 3 octobre

9h00 2 ateliers en parallèle

Errances et communautés imaginaires (2)

9h00 : Mélanie Potevin, L’errance et l’émergence de nouvelles structures narratives (chez J.-M. G. Le Clézio, V. S. Naipaul et Roberto Bolaño)

9h30 : Maya Boutaghou, Elles-mêmes comme des autres : Toru Dutt et Mayy Ziyadha

10h00 : Myriam Geiser, La « littérature-monde » des banlieues : dislocation des systèmes littéraires

Dislocations et reconfigurations textuelles (3)

9h00 : Désiré Wa Kabwe-Segatti, Dislocation culturelle ou « délocalisation » des espaces de créativité : cas des épigraphes chez Tierno Monénembo et Calixte Beyala

9h30 : Cristina Batalha, Points de rencontre : Balzac, Eça de Queiros, Machado de Assis, Cristovao Tezza

10h00 : Madeleine Laurencin, Entre Afrique du Sud et Australie : une écriture de l’intermédiaire

11h00 Pause café

11h30 Suite des ateliers

Errances et communautés imaginaires

11h30 : Marta I. Waldegaray, Notre Amérique (1891, 1903) : lecture d’une dislocation conceptuelle

12h00 : Markus Arnold, Par l’océan, vers l’océan : entre dislocations d’hier et désancrages d’aujourd’hui dans la littérature contemporaine mauricienne

Dislocations et reconfigurations textuelles (3)

11h30 : Elisabeth Castadot, Se définir tant dans l’échange que dans l’écart: un paradoxe qui se résout par l’humour : Analyse de Confession d’un musulman de mauvaise foi de S. Benaïssa

12h00 : Brigitte Le Gouez, Comment ‘tenir ensemble tous les morceaux’: les voies/x italo-somaliennes de Cristina Ali Farah

13h00 Déjeuner

14h30 1 atelier

Théorie

14h30 : Paul Dirkx, Une diaspora belge. Antinomie et formes de migration

15h00 : Michel Beniamino, De quoi la dislocation est-elle le signe ?

Fin du colloque : 16h00

Responsable : Charles SCHEEL mailto:charles.scheel@univ-metz.fr

Url de référence :

http://www.univ-metz.fr/recherche/labos/ecritures/

Adresse : UFR Lettres et Langues Université Paul Verlaine-Metz Ile du Saulcy 57045 METZ CEDEX 1

La bataille des Plaines d’Abraham n’a pas eu lieu – L’Inconvénient no 38

La bataille des Plaines d’Abraham n’a pas eu lieu

Peut-on imaginer aujourd’hui que la bataille des Plaines d’Abraham ait pu ne pas avoir lieu ?

 

Certes, la controverse entourant les festivités marquant le 250e anniversaire de l’événement a fini par avoir raison du projet que caressait la Commission des champs de bataille du Canada : la reconstitution de la bataille, jouée par des quidams en costume d’époque, représentants d’une humanité festive et décomplexée, a finalement été annulée. Mais c’est oublier que la bataille des Plaines, la vraie, aurait pu elle aussi, pour des raisons aussi extraordinaires qu’indiscutables, ne pas avoir lieu. Pur délire?

C’est à un tel effort d’imagination, mais aussi de réflexion critique, que se livrent les collaborateurs de L’Inconvénient.

Dans le numéro 38 de l’Inconvénient:
– des textes de Charles-Philippe Courtois, Marc Chevier, Jean-François Aubé, Alain Roy, Mathieu Bélisle et Isabelle Daunais;
– un inédit de Mavis Gallant;
– un compte-rendu critique de David Dorais consacré au dernier roman Nicolas Dickner;
– les chroniques de Gilles Marcotte, Serge Bouchard, Réjean Beaudoin et les carnets de Geneviève Letarte;

L’Inconvénient est une revue littéraire d’essai et de création qui paraît quatre fois par année. Le site web de la revue (www.inconvenient.ca) contient des informations sur le comité, les auteurs et les numéros publiés.

Parution – « Que peut la métaphore ? Histoire, savoir et poétique »

Sylvain David, Janusz Przychodzen et François-Emmanuël Boucher (dir.), Que peut la métaphore ? Histoire, savoir et poétique, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire et épistémologie des sciences », 2009, ISBN 978-2-296-08212-0, 284 p.

Quatrième de couverture :

Ce collectif explore, en s’inspirant des perspectives critiques ouvertes par Nietzsche, la potentialité de la métaphore dans un usage ordinaire et pragmatique du langage. Il s’agit, en écartant volontairement la fonction ouvertement ornementale ou esthétique de ces tropes ­ telle qu’on la trouve en poésie classique, notamment ­ de déterminer en quoi une telle figure de construction, qui repose sur un singulier mécanisme d’analogie, facilite ou favorise la réflexion et la communication dans le cadre de textes à visée transitive, que ceux-ci relèvent de la philosophie, des sciences humaines, des sciences pures, de l’administration publique ou de l’essai. Ont ainsi été privilégiées les études de cas, couvrant un vaste ensemble de champs d’activité et de périodes historiques, de manière à mettre en valeur l’unité de la métaphore dans sa diversité, à donner à voir surtout, par cette perspective d’où émerge l’esquisse d’une nouvelle poétique, sa qualité de fondement du raisonnement humain.

Table des matières :

Préface
Définir la métaphore
François-Emmanuël Boucher et Sylvain David

I – Que peut la métaphore ?

La métaphore, forme originaire du langage et de la connaissance
L’héritage de Nietzsche
Angèle Kremer-Marietti

II – Une vision du monde ?

La métaphore oculaire dans la philosophie chinoise de l’Antiquité
Réflexions néomoïstes (IIIe s. A.C.)
Anna Ghiglione

What’s in a Container?
Metonymic and Metaphoric Investigations into the Early Chinese Concept of the Heart (Xin)
A Case Study on Asymmetry in Linguistic Conceptualization
Ulrike Middendorf

La métaphore chez les hippocratiques :
entre pouvoir et éthique
Alexandre Klein

La métaphore théâtrale pour penser la vie
Sophie Bastien

III – Un outil heuristique ?

Analogie, métaphore et mutation féodale (XIe-XIIIe siècle)
Bernard Ancori

Sans « paroles de liaison et de cousture » :
sur la fonction politique de la métaphoricité chez Montaigne
Edward Tilson

La métaphore au service de l’Esprit :
Montesquieu et le despotisme
François-Emmanuël Boucher

Metaphor, policy and power
A reflection on the role of metaphor as a tool for critical policy analysis
Amanda Williams

Les modes de conceptualisation du vivant :
une approche linguistique
Sylvie Vandaele

IV – Une réalité autonome ?

Soi comme métaphore
Récit d’une émigration de Fernand Dumont
Stéphane Inkel

Métaphore conjurée :
Kofman, Derrida et Ricoeur
Agnès Conacher et Catherine Dhavernas

Métaphore et traduction :
au-delà des figures de style
Natalia Teplova

La « science » peut-elle raconter le temps ?
Mythe, vulgarisation et métaphore chez Stephen W. Hawking
Janusz Przychodzen

De la « métaphore morte » à l’angoisse vive :
le paradoxe de la « fin » de l’histoire
Sylvain David

Colloque à écouter en ligne – « L’art et la mesure »

Colloque L’art et la mesure : Histoire de l’art et approches quantitatives, sources, outils, méthodes
Organisé par : Béatrice Joyeux-Prunel (ENS)

L’utilisation d’outils et de méthodes quantitatives en histoire des arts est loin de rejoindre la multiplication des bases de données informatisées constituées dans ce domaine à une échelle internationale : répertoires d’images et de textes, de catalogues de ventes et d’expositions, de collections, de données biographiques et bibliographiques, etc. Il manque souvent, en effet, une fois ces bases constituées, le temps, l’énergie peut-être, et surtout les moyens – techniques et méthodologiques – d’exploiter toutes les ressources potentielles de ces énormes gisements d’information. Plus généralement, les jeunes chercheurs ayant constitué des bases de données doivent souvent constater leur isolement – quand, en histoire, en sociologie, en anthropologie de l’art, nombreux sont ceux qui croisent des problématiques similaires dans l’analyse quantitative de la création.

Le Département « Histoire et théorie des Arts » de l’École normale supérieure propose de susciter une réflexion collective, pluridisciplinaire et internationale sur L’art et la mesure, sur L’art de la mesure. « Art » s’entend d’une manière large : non seulement la création plastique, mais aussi tout autre type de création, littéraire, musicale, cinématographique, scénique, etc., que celle-ci s’adresse à des publics plutôt « savants » ou « populaires ». Sans négliger le champ contemporain, le propos sera de mêler des chercheurs d’époques et de méthodologies différentes pour examiner les questions spécifiques à l’approche métrique de l’histoire de la création : de l’époque antique à la Renaissance, de l’art moderne à la création contemporaine, les questions suscitées par l’analyse quantitative de l’art ne sont-elles pas souvent similaires ? Que fait l’approche quantitative à l’art et à son histoire ?

Comité scientifique :
Christophe Charle (Paris I /IHMC), Catherine Chevillot (Musée d’Orsay), Pierre François (CNRS-CSO), Robert Jensen (Univ. Kentucky), Béatrice Joyeux-Prunel (ENS), Claire Lemercier (CNRS-IHMC), Pierre-Michel Menger (EHESS), Ségolène Le Men (Paris X), Gisèle Sapiro (CSE), Blaise Wilfert (ENS).

A écouter sur le site : http://www.diffusion.ens.fr/index.php?res=cycles&idcycle=409

Parution – Anthony Glinoer, « La littérature frénétique »

Anthony Glinoer

La Littérature frénétique

Paris : Presses universitaires de France, coll. « Les littéraires », 2009.

288 p.

ISBN : 978-2-13-057749-2

Prix : 22 €

Quatrième de couverture :

La France a-t-elle ses Anne Radcliffe, ses H. P. Lovecraft, ses Stephen King ? Les histoires de monstres et les scènes d’horreur ne manquent pas dans la littérature française. Chaque époque a même son genre noir, gothique, horrifiant. Et pourtant la veine frénétique est restée souterraine, sans reconnaissance. Anthony Glinoer dresse ici le premier tableau historique de la littérature frénétique en France, depuis les Histoires tragiques de François de Rosset jusqu’aux romans gore contemporains, en passant par Sade, Victor Hugo et le Grand-Guignol. L’enjeu de cette reconstruction n’est pas seulement la redécouverte d’un pan méconnu de notre littérature. Il s’agit aussi d’expliquer pourquoi et comment le frénétique a été constamment dénigré. En mettant l’accent sur le premier XIXe siècle et sur l’attitude ambivalente du romantisme à l’égard du gothic novel et de ses descendants, ce livre explore les lieux où la valeur littéraire est décernée ou refusée. À travers la littérature frénétique, ce sont les mécanismes de la consécration littéraire qu’il fait apparaître.

Sommaire :

 

PREMIÈRE PARTIE. – HISTOIRE D’UNE ILLÉGITIMATION
Chapitre premier. Préhistoire
À la recherche d’une origine
Des « canards » aux histoires tragiques
Disséminations du macabre au XVIIIe siècle

Chapitre II. Le gothic novel et ses correspondants
Un gothic novel à la française
Sade : la référence interdite
Le mélodrame : la communauté des refoulés

Chapitre III. Une école frénétique ?
Charles Nodier, homme-orchestre du roman frénétique
Le déshonneur d’une définition
Les contes horrifiants, de Nodier à Nodier
Un modèle de paralittérature
Le roman frénétique romantisant

Chapitre IV. Hybridations
Walter Scott : l’histoire au risque du frénétique
Mânes de lord Byron
Mérites d’E.T.A. Hoffmann
Le réalisme noir
Le romantisme frénétique

Chapitre V. Du Comte de Monte-Cristo au Grand-Guignol
Le roman
Les genres brefs
Le théâtre du Grand-Guignol : hémoglobine et effroi

Chapitre VI. De Zigomar au Fleuve Noir
Les romans à bas prix et les petits livres
Le cinéma et les cinéromans d’avant-guerre
L’entrée dans l’histoire littéraire
Légitimation marginale : Jean Ray et l’école belge de l’étrange
Le frénétique contemporain

SECONDE PARTIE. – ESSOR ET ENJEUX DE LA LITTÉRATURE FRÉNÉTIQUE
Chapitre premier. Vers une littérature industrielle
Quelle lecture « populaire » ?
Reconfiguration du marché du livre
Un système de diffusion efficace : le cabinet de lecture
La domination du roman
Présences du roman frénétique
Le Solitaire, un succès phénoménal mais isolé
Y a-t-il eu une diffusion « populaire » du roman frénétique ?

Chapitre II. Les deux régimes de production
Les romans et leurs lectrices
Stratégies d’éditeurs
Des éditeurs pour cabinets de lecture

Chapitre III. Stratégies d’écrivains
Producteurs et productrices en série
La « génération » de 1820
Des débuts contrastés : Balzac et Hugo
Les Jeunes-France

Chapitre IV. Pour en finir par les commencements
Sur la couverture
Les épigraphes et dédicaces
Les préfaces

Conclusion – Bibliographie sélective

 

Anthony Glinoer est professeur adjoint à l’Université de Toronto. Il a notamment publié La querelle de la camaraderie littéraire. Les romantiques face à leurs contemporains (Droz, 2008).

 

Url de référence :
http://www.puf.com/

Parution – « Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal de M. Alexandre Dumas »

Vient de paraître :

Pascal Durand et Sarah Mombert (sous la dir. de), Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal de M. Alexandre Dumas (1853-1857), Liège Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège, Diffusion Droz, 2009, 252 pages. ISBN : 978-2-87019-297-9

Superlatifs et clichés viennent spontanément sous la plume au sujet d’Alexandre Dumas. En perfusion réciproque avec l’histoire de la France, l’œuvre a rabattu la grande ligne du temps sur une surface de publication élargie aux proportions d’un continent dont la carte n’est pas encore complètement établie. Car il y reste au moins une terra incognita, propre à relancer la machine des superlatifs : la dévorante activité de journaliste et de directeur de journaux à laquelle s’est adonné l’écrivain.

Qui sait aujourd’hui qu’il rédigea seul, entre 1848 et 1850, un mensuel où ses ferveurs politiques se mêlaient d’inquiétude face à la montée du césarisme ? Qu’il publia de 1853 à 1857 un quotidien,  Le Mousquetaire, dans lequel il s’employa, en tisonnant les cendres du romantisme, à roder un journalisme de combat littéraire en temps de censure ? Qu’il fit paraître sous sa seule signature, de 1857 à 1862, Le Monte-Cristo, trouvant encore l’énergie, dans l’intervalle, de jeter sur le marbre, à Naples, un journal politique en italien, L’Indipendente, où le futur fondateur du Corriere della sera fit ses premières armes ? Et qu’il devait encore lancer, au soir de sa carrière, un second Mousquetaire et un Dartagnan ?

Parfaite illustration du journalisme tel que Dumas le concevait, Le Mousquetaire premier du nom témoigne de la solution de compromis offerte par la petite presse littéraire aux écrivains journalistes sous les années les plus autoritaires du Second Empire. Avec d’autres périodiques du même genre, mais non du même panache, ce journal d’écrivain est également très représentatif d’une période médiane dans l’évolution des deux champs entrecroisés dont il relève, situé qu’il est à mi-parcours sur la voie allant du lancement de La Presse par Émile de Girardin en 1836 à l’apparition du Petit Journal en 1863 et, d’autre part, entre le reflux du romantisme et le flux des esthétiques de la modernité.

Sous ces différents aspects et pour mieux éclairer un moment assez obscur de l’histoire culturelle française, il est bien utile d’examiner de près cette feuille que Philibert Audebrand, l’un de ses rédacteurs, évoquait dans ses souvenirs comme le « plus invraisemblable des journaux français, passés, présents et futurs ».

TABLE DES MATIÈRES
Introduction – Le démon du journalisme (Pascal Durand et Sarah Mombert)

Portrait de l’artiste en directeur de journaux
Portrait du Mousquetaire en « journal de M. Alexandre Dumas »
Littérature et petite presse mêlées

Chapitre premier – La politique du Mousquetaire (Corinne Saminadayar-Perrin)

La défense de la liberté dans l’art
Solidarités républicaines
Discours obliques : l’« allusionnisme » du Mousquetaire
La position du Mousquetaire

Chapitre 2 – Ce que causer veut dire (Pascal Durand)

Le dispositif de la causerie
La mélancolie du causeur

Chapitre 3 – Genèse et descendance de la causerie (Olivier Isaac)

De la chronique à la causerie
De la causerie à la chronique

Chapitre 4 – Le chevalier blanc de la critique littéraire (Sarah Mombert)

L’idéal d’un manifeste de critique militante
Du « mouvement des lettres » à la petite gazette de la librairie
La campagne contre Buloz
Le conflit avec Janin
Une position intenable ?

Chapitre 5 – L’Italie à Paris : Leopardi dans Le Mousquetaire (Luciano Curreri)

Chapitre 6 – Une année de critique théâtrale et musicale (Delphine Gleizes et Olivier Bara)

Personnel et formes : répartitions et fluctuations
Une irrégularité signifiante ? Logiques promotionnelles et « formes-événements »
Un renouvellement du théâtre et de la critique : pour une forme-sens

Chapitre 7 – L’esprit du Mousquetaire (Séphanie Dord-Crouslé)

Chapitre 8 – Physiologies : le journaliste et la grande ville (Julie Anselmini)

Le langage des physiologies
À sauts et à gambades
Les mystères de Paris
Le monde des artistes

Chapitre 9 – Dumas dans ses bonnes œuvres (Claude Schopp)

Les Petites Incurables
Au secours des artistes

Chapitre 10 – Les Mohicans de Paris ou comment être romantique sous le Second Empire (Lise Dumasy)

Une fiction autobiographique : le Moi tissé dans le texte
De l’histoire du romantisme à un romantisme revisité
Romantisme et fable politique

Annexe – Documents pour servir à l’histoire du Mousquetaire (réunis par Claude Schopp)

Fondation
Dossier du Mousquetaire aux Archives nationales
Les propriétaires successifs
Les abonnements gracieux
Les imprimeurs
Témoignage de deux collaborateurs du Mousquetaire
Biographie des principaux collaborateurs du premier Mousquetaire

Liste des contributeurs