Archives mensuelles : septembre 2009

Séminaire de recherche “L’auteur et ses acteurs”

Séminaire de recherche “L’auteur et ses acteurs” 2009-2010

 

Responsables :

Sylvie Ducas, CHCSC

Barbara Revelli, EHESS

 

Horaire du séminaire de recherche :

Le jeudi par quinzaine de 9 à 13h, à raison de deux conférenciers par séance.

 

Lieu :

Pôle des Métiers du Livre, 11 avenue Pozzo-di-Borgo, 92210 Saint-Cloud. Tél. : 01 40 97 98 83

 

 

Séminaire MASTER 2 1er Semestre

 

1er Octobre 2009 :

– Introduction générale

-Bertrand Ferrier, « Les “Hors d’œuvre”. Postures, fonctions et réseaux de l’auteur pour la jeunesse »

 

15 Octobre 2009 :

-Marie Glon, « Inventer un auteur dans le domaine de la danse : les publications en “Chorégraphie” (France et Angleterre, XVIIIe siècle)

Jean Marc Leveratto, « Internet et la sociabilité littéraire »

 

29 Octobre 2009 :

-Martine Poulain, « auteur et bibliothèques censurées sous l’Occupation »

-Nicolas Malais, « Rémy de Gourmont et les revues littéraires »

 

12 Novembre 2009 :

-Viera Rebolledo-Dhuin, « La littérature et l’argent à Paris au XIXe siècle (1830-1870) »

-Stéphanie Danaux, « Autour de l’auteur : l’illustrateur, acteur incontournable du livre pour la jeunesse. Regards sur l’édition canadienne-française de l’Entre-deux-guerres »

– Alexandre Mare, « Enquête sur l’édition à compte d’auteur »

 

10 décembre 2009 :

Séance de présentation des travaux (mémoire) par les étudiants

 

17 décembre 2009 : (à la place de la séance initialement prévue le 26 novembre)

Séance de présentation des travaux (mémoire) par les étudiants

 

 

Séminaire M2 2ème Semestre

 

7 janvier 2010 :

Séance de présentation des travaux (mémoire) par les étudiants

 

21 janvier 2010 :

Séance de présentation des travaux (mémoire) par les étudiants

 

4 Février 2010 :

-Barbara Carnevali, « La trompette du Jugement Dernier: Rousseau, le livre et l’opinion publique »

-Claire Parfait, « Approches transnationales : le roman au XIXe siècle »

-Nathalie Collé-Bak, « L’auteur et ses interprètes en images : l’illustration comme lecture ; la lecture comme re-création »

 

18 Février 2010 :

-José-Louis Diaz, « L’auteur et le livre (1750-1830) »

-Jean-Luc Chappey, « Questions autour du statut d’auteur en Révolution »

 

4 Mars 2010 :

-Sébastien François, « Auctorialité et réécritures contemporaines : le statut des auteurs dans le monde des fanfictions » 

-Marie-Pierre Litaudon, « Les dessous apologétiques d’un transfert littéraire : quand l’éditeur Mame adapte le premier pour la jeunesse française The Last Days of Pompéii de Lytton Bulwer »

 

18 Mars 2010 :

-Benoit Berthou et Smolderen, « L’auteur de bande dessinée (titre à préciser) »

-Pierre Banos Ruf, « Entre livre numérisé et livre numérique, quelles nouvelles perspectives pour l’auteur de théâtre et son genre ? »

Conférence – « Comment devient-on écrivain ? »

Jeudi 24 septembre 2009 | Lausanne (Suisse)

Comment devient-on écrivain ? La socialisation littéraire et extra-littéraire de Kafka

How to be a writer ? Kafka’s literary and ordinary socialisation

* *

Résumé

B. Lahire étudie la socialisation du jeune Franz Kafka, son entrée dans le langage et les livres. À partir de ces premières expériences d’incorporation langagière, dans la situation plurilingue où se trouvait l’écrivain, B. Lahire tente de reconstituer la genèse des dispositions littéraires de Kafka.

* *

Conférence du Prof. Bernard Lahire (ENS Lyon)

A l’initiative de la Formation doctorale interdisciplinaire (Fdi)

Université de Lausanne- Suisse

jeudi 24 septembre, 17h15 salle « Anthropos Café »

* *

Lieu: Lausanne (Suisse) (Université de Lausanne, Dorigny, salle Anthropos Café)

Date: jeudi 24 septembre 2009

Contact: Jérôme Meizoz

courriel : Jerome [point] Meizoz (at) unil [point] ch

UNIL

Formation doctorale (Fdi)

Anthropole 3080

CH- 1015 Lausanne

Annonce journée d’étude

Voici l’annonce d’une journée d’étude organisée le 29 octobre prochain par le Centre d’étude des francophones en Flandre – Studiecentrum Franstaligen in Vlaanderen (CEFF-SFV).

Plusieurs interventions relèvent de nos domaines d’investigation. Le CEFF-SFV se propose de mettre l’analyse sociodiscursive au centre de ses préoccupations. Voir la revue « FrancoFonie », dont le premier numéro vient de sortir: http://www.ceff-sfv.be/fr/mission.html (cliquer sur « FrancoFonie »).

Appel à communications – « Le rapport au réel dans la création contemporaine »

Le rapport au réel dans la création contemporaine

L’adversaire de Emmanuel Carrère a exploré en 2002 la figure du meurtrier ordinaire par le personnage de Jean-Claude Roman. Amélie Nothomb se met en scène depuis plusieurs années dans ses différents romans (qu’on pense à Stupeurs et tremblements, par exemple) et accentue cette mise en scène en plaçant systématiquement une photographie d’elle-même en page couverture. L’oeuvre de Sophie Calle est, quant à elle, traversée par un brouillage constant des frontières entre le réel et la fiction, l’intime et le public. Nelly Arcand, Marie-Sissi Labrèche et Mélanie Gélinas ont chacune, à travers des personnages délibérément inspirés de leurs propres expériences, joué sur les frontières de l’autofiction. Si ce phénomène n’est pas nouveau, ce qui intrigue, toutefois, c’est la véhémence avec laquelle le rapport au réel dans les différentes oeuvres est questionné. Depuis quelques années, la distinction entre les oeuvres de fiction et les oeuvres de non-fiction (pour reprendre le terme anglais) se révèle fragile. Une série de scandales impliquant de supposées autobiographies a ainsi secoué le monde littéraire (et médiatique) américain. A Million Little Pieces (James Frey, 2003), Love and Consequences (Margaret Seltzer, 2008), The Angel at the Fence (jamais publié) : chacune de ces autobiographies a été réfutée lorsqu’il fut découvert que les faits y avaient été soit « enjolivés », soit carrément inventés, et leurs auteurs ont été désavoués, pour ne pas dire conspués sur la place publique par des intervenants (pensons à Oprah Winfrey) insultés d’avoir cru en eux. Mais la question se pose : pourquoi, dans un premier temps, revendiquer pour une oeuvre de fiction l’authentification de la réalité qui accompagne le terme « autobiographie »? Et pourquoi, dans un second temps, l’aveu d’une fictionnalisation d’événements choque-t-il tant?

Du dévoilement à l’expression, de l’exploitation à la reconstruction, l’écriture contemporaine semble ainsi se jouer des démarcations entre la fiction et la réalité, comme si elle était habitée par une nécessité de redéfinir son rapport au réel et, par le fait même, à la fiction. Est-ce à cause de l’envahissement médiatique qui rend de plus en plus difficile (pour ne pas dire impossible) de faire abstraction du spectacle du réel tel que présenté par les bulletins d’informations tant sur le web que sur les télévisions du monde? Le rapport à la création se retrouve-t-il parasité par les événements lorsque le réel, comme lors des attentats du 11 septembre, semble surpasser la fiction, et que la fiction cherche, de son côté, à prendre en charge le réel? Ou alors éprouvons-nous simplement le besoin, après les explorations formelles du vingtième siècle, de réinscrire le travail de création dans notre monde?

Ce colloque, souhaitant réunir autant des écrivains que des chercheurs en littérature, aura pour objectif de questionner l’inscription du réel dans la fiction contemporaine. Pourquoi le réel exerce-t-il une si grande attraction sur les auteurs actuels? Quel espace reste-t-il pour la fiction lorsque l’écrivain utilise un événement vécu, qu’il soit personnel ou historique, comme base ou trame de son oeuvre? Comment les notions de fiction, de narration, de personnages et d’auteurs s’en retrouvent-elles modifiées? En confrontant les travaux des praticiens et des théoriciens, ce colloque tentera non pas de parvenir à une réponse définitive sur les modalités de l’inscription du réel mais plutôt d’arriver à un état de la fiction telle qu’elle se pratique en ce moment, avec tout ce que cet état a d’éphémère.

Les propositions de communication (250-300 mots) devront être soumises à l’adresse dulong.annie@uqam.ca mailto:dulong.annie@uqam.ca avant le 23 octobre 2009. Veuillez indiquer vos coordonnées (nom, courriel, université d’attache, statut) sur votre proposition. Le colloque sera par la suite proposé aux organisateurs du colloque annuel de l’ACFAS, colloque qui aura lieu du 10 au 14 mai 2010 à l’Université de Montréal.

Comité organisateur :

Denise Brassard

Annie Dulong

Appel à communications – « Relire les romanciers méconnus du XXe siècle »

Relire les romanciers méconnus du XXe siècle

Colloque conjointement organisé par le Centre Roman 20-50 (Lille 3), la Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne (UQAC) et le Centre Jacques-Petit (Université de Franche-Comté).

Depuis les années 1980-1990, les études universitaires ont redécouvert de nombreux romanciers du XXe siècle que diverses circonstances avaient injustement écartés de l’histoire littéraire : Emmanuel Bove, Jean Prévost, Henri Calet, Georges Hyvernaud, etc. Ces redécouvertes ont été favorisées ou accompagnées par des rééditions. En 1998, B. Alluin, B. Curatolo et P. Renard organisaient, à Lille 3, un colloque sur « La Revie littéraire » et plusieurs de ces romanciers récemment réédités.

Dans l’esprit de ce colloque, nous souhaiterions tenir un colloque consacré cette fois-ci à des romanciers qui n’ont pas fait l’objet de réédition ou sinon très modestement (un ou deux titres). Ces écrivains peuvent avoir eu leur heure de gloire jadis comme ils peuvent ne pas avoir connu le succès de leur vivant.

Aux participants il sera demandé de traiter des éléments suivants :

– La place de l’auteur dans le contexte littéraire de l’époque : les lieux d’édition de l’oeuvre, les prix littéraires, les rapports de l’auteur avec le milieu littéraire (y a-t-il lui-même tenu une place importante en tant que critique, membre de jury, etc. ?).

– La réception de l’oeuvre et sa place dans les histoires de la littérature.

– Les raisons du succès ou de l’insuccès de l’oeuvre. Pourquoi n’a-t-elle jamais été rééditée ? Pourquoi devrait-elle l’être ?

– Qualité et intérêt de l’oeuvre. Thématique et originalité formelle.

Nous privilégierons la période 1900-1950. Chaque communication portera sur un seul romancier « méconnu ». Affirmer d’une oeuvre qu’elle est méconnue, c’est reconnaître implicitement sa valeur : l’oeuvre méconnue n’a pas seulement été oubliée, elle se propose elle-même, en raison de qualités littéraires qui lui sont propres, comme raison suffisante pour ne pas rester dans l’oubli.

Voici des suggestions de romanciers qui mériteraient notre attention : Léon Aréga, Marcel Arland, Alexandre Arnoux, Claude Aveline, René Béhaine, Maurice Betz, André Billy, Pierre Bost, Noël Calef, Luc Durtain, Lucien Fabre, Jeanne Galzy, Pierre Gascar, Paul Gégauff, Marius Grout, Pierre Hamp, Edmond Jaloux, Joseph Jolinon, Jacques de Lacretelle, Roger de Lafforest, René Laporte, Léon Lemonnier, Pierre Luccin, Georges Magnane, Joseph Malègue, Guy Mazeline, Paul Mousset, André Obey, Jean Pallu, Henri Pollès, Henry Poulaille, Robert Poulet, Marcel Prévost, Tristan Rémy, Jean Rogissart, François de Roux, Jean Schlumberger, André Thérive, Fernand Vandérem, Jean Vaudal. Il est évidemment possible de proposer d’autres noms.

Le colloque se tiendra à l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3 les 17 et 18 mars 2011. Veuillez soumettre votre sujet de communication (4-5 lignes) et une brève bio-bibliographie (spécialisation et principales publications) aux organisateurs avant le 1er juin 2010 :

Bruno Curatolo (Centre Jacques-Petit)

bruno.curatolo@univ-fcomte.fr

François Ouellet (Chaire de recherche du Canada sur le roman moderne)

francois_ouellet@uqac.ca

Paul Renard (Centre Roman 20-50)

paul.renard2@wanadoo.fr

Colloque – « La France »

COLLOQUE INTERNATIONAL

Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

EA 4400 : « Ecritures de la modernité : littérature et sciences humaines»

Centre d’Etudes sur le Roman des Années Cinquante au Contemporain (CERACC)

“LA FRANCE” : LES AVATARS D’UN MYTHE LITTERAIRE AU COURS DU SECOND DEMI-SIECLE

Colloque organisé sous la direction de

Marie-Odile André, Marc Dambre et Michel P. Schmitt

Jeudi 22, vendredi 23 et samedi 24 octobre 2009

(si vous n’arrivez pas à lire, copiez-collez ce qui suit dans un fichier word; merci)

La France s’est constituée pendant plusieurs siècles en un mythe puissant. Le seul mot de « France » fut et reste un enjeu essentiel, tant éthique que spirituel, à travers les représentations emblématiques d’une bien réelle exception culturelle française. Celle-ci recouvre à plus d’un titre la tradition humaniste telle que l’interpréta, pour se construire elle-même, la nation française à travers sa littérature.

La question que ce colloque se propose d’examiner peut donc s’énoncer ainsi. Au cours des décennies qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, où tente de se redessiner par la littérature cette figure polymorphe, et jusqu’à l’époque la plus récente, qui peut sembler se caractériser par la mise en sommeil d’un thème frappé d’obsolescence et de suspicion, comment la littérature a-t-elle renouvelé, magnifié ou liquidé le mythe national de « la France » ?

Les réflexions collectives du colloque s’appuieront sur l’œuvre d’écrivains explicitement engagés dans le développement de cette mythographie à travers la diversité des genres littéraires – du roman à l’essai, de la poésie au théâtre, de la chronique au récit en première personne – traditionnellement légitimés. Mais elles trouveront aussi à s’enrichir d’études transversales sur d’autres formes comme l’histoire littéraire, les manuels scolaires ou la bande dessinée. Dans tous les cas, on s’attachera particulièrement à prendre en compte la tonalité des œuvres, afin d’évaluer au plus près l’attraction exercée par cet objet hautement symbolique, la France, creuset pour l’écriture de toutes les passions.

Jeudi 22 et samedi 24 octobre : Salle Bourjac, Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

Vendredi 23 octobre : Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais 75005 Paris

Contacts :

maandre@u-paris10.fr  mailto:maandre@u-paris10.fr

marc.dambre@univ-paris3.fr  mailto:marc.dambre@univ-paris3.fr

Michel.Schmitt@univ-lyon.2.fr mailto:Michel.Schmitt@univ-lyon.2.fr

 

Jeudi 22 octobre 2009

Salle Bourjac, Sorbonne

Matinée

10.30 Ouverture du colloque

« La France » : histoire et symboles

11.00 Présidence : Jacques LECARME

• Audrey LASSERRE (Université Paris 3) : « Qu’est-ce qu’une histoire de la littérature française ? »

• Bruno CURATOLO (Université de Besançon) : « Paris en France »

12.00 – 14.30 discussion et pause déjeuner

Après-midi

Révisions d’après-guerre

14.30 Présidence : Bruno CURATOLO

• Nicolas GELAS (Université Lyon 2) : « Romain Gary et la France : représentation d’un mythe et construction d’une identité »

• Jean TOUZOT (Université Paris 4) : « La France de Mauriac »

• Van KELLY (Université du Kansas) : « Mythes contrastés de la Nation résistante dans les écrits et les discours de guerre de R. Char et de C. de Gaulle. »

16.00 – 16.30 discussion et pause

16.30 Présidence : Jean TOUZOT

• Maryse VASSEVIERE (Université Paris 3): « Aragon et la construction d’une image romanesque de la France »

• Jacques LECARME (Université Paris 3) : « A propos de la France : Malraux et Sartre lecteurs de Michelet »

17.30 discussion

 

Vendredi 23 octobre 2009

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais

Matinée

Fêlures et décalages

09.30 Présidence : Jeanyves GUERIN

• Jacques POIRIER (Université de Dijon): « Si Sacha m’était conté : la France mythographique de Guitry »

• Alain SCHAFFNER (Université Paris 3) : « L’image de la France dans les chroniques d’Alexandre Vialatte »

10.30 – 11.00 discussion et pause

11.00 Présidence : Alain SCHAFFNER

• Cécile DE BARY (Université de Nice-Sophia Antipolis): « Tant d’histoires pour quelques calembours : La France des Fleurs bleues »

• Pierre VILAR (Université Paris 7) : « De la France Pilote à l’anti-France : Goscinny, Gotlib et l’identité de la France »

12.00 – 14.30 discussion et pause déjeuner

Après-midi

Amours contrariés

14.30 Présidence : Claude COSTE

• François AUTHIER (Université Paris 3) : « Aspects de la France “hussarde” chez Jacques Laurent »

• Marc DAMBRE (Université Paris 3) : « L’ “indifférence passionnée” de Roger Nimier »

15.30 – 16.00 discussion et pause

16.00 Présidence : Jacques POIRIER

• Simona CRIPPA (Université Paris 3) : « “Ce pays que je crée indéfiniment” : La France de Marguerite Duras»

• Johan FAERBER (Université Paris 3) : « Le droit du sol ou l’immigration intérieure dans le Nouveau Roman »

• Claude COSTE (Université Stendhal – Grenoble 3) : « “Sémioclastie” de “La France” : à propos de Roland Barthes »

17.30 discussion

 

Samedi 24 octobre 2009

Salle Bourjac, Sorbonne

Matinée

Ailleurs et autrement

09.30 Présidence : Marc DAMBRE

• Daniel LANÇON (Université Grenoble 3) : « La France des Egyptiens de 1940 à 1946 : mythographie d’un être spirituel »

• Paul DIRKX (Université Nancy 2) : « La France des Belges »

10.30 – 11.00 discussion et pause

11.00 Présidence : Daniel LANçON

• Jeanyves GUERIN (Université Paris 3) : « Albert Camus et la France »

• Sabrinelle BEDRANE (Université Paris 3) : « Le Coq et l’Oud »

12.00 – 14.30 discussion et déjeuner

Après-midi

Qu’est ma France devenue ?

14.30 Présidence : Bruno BLANCKEMAN

• Jeanyves GUERIN (Université Paris 3) : « Albert Camus et la France »

• Richard GOLSAN (Texas A&M University) : « La France et la “dynamique de la trahison” dans l’œuvre de Lydie Salvayre »

15.30 – 16.00 discussion et pause

16.00 Présidence : Richard GOLSAN

• Mathilde BARRABAND (Université du Québec à Montréal) : « La “Gaule chevelue” et “le chevalier Descartes” : à propos de Pierre Bergounioux »

• Pascal MOUGIN (Université Paris 3) : « Jean-Charles Massera : la France comme enjeu social et esthétique »

17.00 discussion

17h30 : clôture du colloque

Appel à communications – « Topique(s) du public et du privé »

COLLOQUE INTERNATIONAL SATOR (Société de l’Analyse de la Topique Romanesque avant 1800) 2010

APPEL À COMMUNICATION

*«Topique(s) du public et du privé dans l’espace de l’écriture romanesque européenne (du Moyen-Âge à la fin du XVIIIe siècle)»

28-30 juin 2010

Centre de Littérature Portugaise de l’Université de Coimbra/Faculté des Lettres de l’Université de Coimbra (Portugal)

*

Organisation: Marta Teixeira Anacleto (Université de Coimbra)

L’essor actuel d’une série d’études de théorie littéraire, histoire et sociologie de la littérature consacrées au problème des frontières de la fiction et de “l’effet de fiction”, justifie le choix d’un sujet – /Topique(s) du public et du privé dans l’espace de l’écriture romanesque européenne (du Moyen-âge à la fin du XVIIIe siècle)/ – qui s’encadre dans la recherche sur les modes de validation du topos romanesque développée différemment dans les successifs Colloques de la SATOR. Le sujet choisi, faisant aussi partie d’un ensemble de publications inscrites dans les « études culturelles et études de genres» , s’ouvre à une perspective de l’histoire littéraire plus élargie (touchant des aspects de poétique et de littérature comparée) intégrée dans le projet “Poétique/Poétiques” du Centre de Littérature Portugaise de l’Université de Coimbra (Portugal).

Portant sur les relations entre le “moi public” et le “moi privé”, la représentation de l’extérieur et de l’intérieur du monde décrit , le “régime de distanciation maximale” et le “régime de proximité fictionnelle” (T. Pavel ) de la matière du roman, ce Colloque permettra de mettre en question, non seulement les modalités de construction du topos romanesque (“topique de l’intériorité”/”topique de l’extériorité”) le long du processus de légitimation du genre romanesque en France et en Europe du Moyen-Âge jusqu’à la fin du XVIIIe siècle (chronologie identifiable au projet SATOR), mais aussi la représentation d’un ensemble de situations romanesques récurrentes ayant trait à cette dialectique du public et du privé selon laquelle l’effet de fiction s’impose à de divers degrés.

Les arguments théoriques sous-jacents au sujet du Colloque suggèrent, a priori, la présentation d’un ensemble de réflexions/communications s’appuyant sur de différents axes de recherche:

i) “lieux” publics et privés du roman;

ii) topos et genre/sous-genre romanesque (polysémie du roman; écriture du “moi” et écriture de l’autre);

iii) topos et genre/gender : frontières entre public et privé dans l’écriture romanesque (auteurs féminins ; auteurs masculins ; anonymat ; masques identitaires) ;

iv) sujet de l’écriture et personnage romanesque (liens topiques intérieurs et extérieurs);

v) univers de la fiction et univers de l’histoire (parcours de “l’histoire véritable” à “l’histoire fictionnelle” et vice-versa);

vi) topique du public et du privé et contextes de lecture (sociologie du “montré” et du “caché” dans le roman et dans l’histoire de la légitimation des formes romanesques).

Les propositions (titre, bref argumentaire d’une quinzaine de lignes), à examiner par un Comité Scientifique, doivent être adressées à Marta Teixeira Anacleto (martateixeiraancleto@gmail.com) jusqu’au 15 novembre 2009.

Le livre et l’imprimé engagés: 5e Colloque étudiant du GRÉLQ

Les étudiantes et les étudiants du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ) lancent un appel de communications pour la 5e édition de leur colloque étudiant, dont le thème sera: le livre et l’imprimé engagés.

«Entre l’auteur et le lecteur» (Darnton, 1992 :177), entre la création et la lecture, quel chemin emprunte l’engagement? De la production matérielle à la réception, en passant par la diffusion et la promotion, la circulation des livres est influencée par le politique et l’idéologique de la société dans laquelle naissent et vivent les textes, mais aussi par les décisions et les prises de position politiques des individus impliqués dans la chaîne du livre.

Alors que l’engagement littéraire est le plus souvent envisagé dans la perspective du texte et de l’auteur, l’objectif de ce colloque sera d’observer comment se traduisent les rapports du livre et de l’imprimé à l’engagement.

Que nous apprend l’histoire du livre par rapport à l’engagement dans le circuit du livre et dans le champ éditorial? Quelles formes revêtent l’engagement et le militantisme chez les agents du livre: traducteurs, éditeurs, imprimeurs, libraires, critiques, etc.? Quel rôle les intellectuels engagés jouent-ils dans le milieu du livre, et quelle influence ont-ils sur les gens du livre?

Suffit-il pour un éditeur de publier des auteurs ou des textes engagés pour faire de l’«édition engagée»? S’il est vrai que l’éditeur doit savoir «concilier l’art et l’argent» (Bourdieu, 1999 : 16), qu’advient-il quand le livre se fait l’instrument d’une cause? Comment concilier les dimensions esthétique, commerciale et sociale du livre?

Nous recherchons des communications dont la problématique s’inscrit dans l’optique de l’histoire du livre et de l’édition. Elles peuvent aborder l’un des sujets suivants:

-Le livre et l’imprimé dans un contexte de crise politique, idéologique ou religieuse;

-le livre et l’imprimé dans les sociétés coloniales, postcoloniales, minoritaires ou dominées;

-l’édition au service d’une identité (gaie, femme, autochtone, nationale, etc.);

-le livre et les «nouveaux combats»: l’environnement, la société équitable, l’altermondialisme;

-des figures ou des trajectoires d’agents du livre engagés (traducteurs, éditeurs, libraires, critiques…);

-les périodiques engagés;

-etc.

Le colloque se tiendra le 26 février 2010 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke, sous la présidence d’honneur de monsieur Pierre Hébert, professeur au département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke. La conférence de clôture sera prononcée par monsieur Hervé Serry, spécialiste de la sociologie de l’édition, directeur adjoint et chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS-CSU).

Les communications devront être inédites et d’une durée maximale de 20 minutes.

Les propositions doivent contenir les éléments suivants:

-les coordonnées de l’étudiante ou de l’étudiant, incluant: l’adresse postale, l’adresse électronique, le numéro de téléphone;

-le niveau d’études, l’université et le département d’affiliation, le nom de la directrice ou du directeur de mémoire ou de thèse, le sujet du mémoire ou de la thèse;

-la proposition de communication (500 mots), contenant les éléments suivants: problématique, corpus, méthodologie;

-une courte notice biographique (200 mots).

Les propositions doivent parvenir au plus tard le 10 novembre 2009 à l’adresse suivante: Julie.B.Roy@usherbrooke.ca

Numéro de revue en ligne – « Littérature et société »

Les Cahiers du S.I.R.L.

Numéro 2: Littérature et société (2007)

Les contributions de ce numéro des Cahiers du SIRL tirées des rencontres du SIRL traitent du thème : « Littérature et société ». Les articles se donnent pour tâche le déploiement du spectre des modes de liaison entre littérature et société. Les pôles de ce déploiement correspondent, d’une part, à l’esthétisme pur, qui tend à abstraire l’œuvre de tout contexte sociétal parce qu’il reconnaît en celle-ci l’épiphanie d’un sens radicalement singulier, et, d’autre part, à une science rigoureuse du champ littéraire et des institutions de celui-ci.

Il s’agit de parcourir tout le spectre des attitudes possibles entre ces deux pôles, afin de révéler l’extrême complexité et la réelle polymorphie des rapports entre littérature et société. (…à suivre)

Table des matières

Argument

Comme neige en été : justice, injustice et rétribution dans les griefs de dou e, une pièce de l’opéra des Yuan
par Françoise Lauwaert

Le hérisson de Chevillard : un obstacle ethnique ?
par Laurent Liénart

Roman et lecture féminine au XIXe siècle
par Nausicaa Dewez

Guérilla et littérature. Quelques aspects des récits du Sous-commandant Marcos
par Kristine Vanden Berghe

Littérature de la société, écriture de la communauté : Leiris et les écrits de Laure
par Sylvain Santi

Consultation à l’adresse : http://www.fusl.ac.be/fr/pdf/Publications/SIRL/cahiers-sirl2.pdf

Appel à contributions – « La médiatisation de l’écrit »

COLLOQUE INTERNATIONAL ET INTERDISCIPLINAIRE

organisé par ILLE (Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes)

La médiatisation de l’écrit, de la naissance de l’imprimé à l’ère électronique

21-23 octobre 2010

 

Si l’histoire de l’édition s’est intéressée depuis plusieurs années déjà à la « troisième révolution du livre », c’est-à-dire au passage de l’objet-livre de la forme du codex à celle de l’« écrit d’écran », les enjeux communicationnels des dernières mutations de l’écrit n’ont pas encore été véritablement explorés en termes linguistiques suivant une large amplitude diachronique. Ce colloque se propose donc d’examiner les implications discursives de la médiatisation de l’écrit, en analysant comment les mutations du support textuel, de la naissance de l’imprimé à l’ère électronique, en passant notamment par le développement de la presse, peuvent conditionner la nature des types de discours produits, les pratiques d’écriture engagées et les modalités de communication mises en jeu. En étudiant conjointement l’évolution des types de texte et des supports qui en ont été les véhicules, on voudrait examiner comment la relation que le discours entretient à son support résulte des mutations socio-culturelles du statut de l’écrit et traduit en somme les conceptions et les attentes qu’une société se fait de la notion même de « texte ».

 

Envisagé comme un horizon initial ou comme un point d’aboutissement accidentel, voire provisoire, l’acte de publication – qu’il soit imprimé ou électronique – pose la question de l’adaptation du discours à sa destinée écrite. On reconnaîtra en effet que la médiatisation écrite, loin de ne constituer que la seule modalité possible de transmission des idées, s’est toutefois imposée dans l’imaginaire collectif comme le medium susceptible de veiller le mieux possible à la conservation des documents écrits et à leur patrimonialisation. Mais peut-on estimer pour autant que la médiatisation écrite, dans ses mutations les plus diverses, participe véritablement de l’identité linguistique des textes ? Si l’on a considéré par exemple que le développement de l’imprimerie avait concouru pour beaucoup à l’élaboration et à la fixation des langues nationales européennes, peut-on considérer que les nouveaux medias écrits des siècles suivants, tels la presse ou l’Internet, ont encouragé un renouvellement similaire de la langue française ?

 

L’apparition de la reproduction mécanique des textes avec l’invention de Gutenberg constitue une étape importante de cette adaptation de l’écriture aux contraintes du support. Les spécialistes de l’histoire du livre ont déjà montré que les conditions de production du texte imprimé – la multiplication d’exemplaires identiques destinés à un public devenu anonyme, la circulation des livres au sein de réseaux commerciaux spécialisés suivant les types de textes et les usages du livre des différentes sphères de public, la mise en place d’un dispositif juridique contrôlant la production de l’écrit et exerçant un pouvoir de censure -, conditionnaient les politiques éditoriales engagées, la nature des textes sélectionnés ainsi que les modalités de diffusion des livres publiés. De même, le développement de la presse et plus généralement le passage à la librairie de masse à l’époque industrielle ont éclairé l’étude de la politisation des écrits et de l’essor des diverses propagandes, quelque soit leur orientation idéologique. On voudrait donc prolonger l’étude de ces processus socio-culturels en examinant leur influence sur l’identité linguistique des textes produits. Dans quelle mesure le dispositif typographique du livre imprimé de la Renaissance a-t-il conditionné une structuration discursive des textes d’idées comme des textes narratifs et poétiques ? Comment les potentialités matérielles du dictionnaire imprimé des Lumières ont-elles participé à l’élaboration d’un style encyclopédique ? Selon quelles modalités l’apparition du discours journalistique a-t-il pu transformer le style des auteurs qui lui étaient contemporains ? Dans quelle mesure la publication en feuilletons a-t-elle pu privilégier une forme d’écriture de l’amplification et du suspense ? Telles pourraient être les problématiques que suscite une réflexion sur la médiatisation de l’écrit à l’époque moderne et contemporaine.

 

En outre, en réduisant l’espace et le temps de la publication à l’immédiateté de la transmission numérique, l’apparition d’un nouveau support d’information et de communication, l’Internet, a créé une situation de communication où l’échange du dire s’accomplit en temps réel. Les modalités déictiques, les jeux de registre, la performativité du texte en ligne constituent alors le socle de la relation communicationnelle, dénonçant l’opposition factice que Nelson Goodman avait déjà mise à mal entre oralité et écriture. La distance qui séparait l’opération de la lecture de celle de l’écriture se trouvant également abolie, les anciens acteurs du livre, devenus des instances médiatiques, se trouvent soumis à une nouvelle répartition des fonctions, plus fluctuante, entre producteurs de textes, aussi bien autorisés qu’anonymes, et consommateurs de textes, lecteurs érudits, expérimentés, mais aussi lecteurs occasionnels, susceptibles de devenir, à leur tour, auteurs, commentateurs et éditeurs de texte. La nature même du support de publication, l’écran, à la fois identique pour tout texte et non-spécifique à la communication écrite – puisque le texte côtoie le plus souvent l’image et le son -, efface toute différenciation des textes selon les types et les genres de discours et amoindrit la hiérarchie des autorités qui président aux différents discours publiés. Enfin, l’hypertextualité, en favorisant la navigation des lecteurs au sein d’un espace ouvert et en perpétuelle reconfiguration, met un terme à la finitude définitoire du texte publié et renouvelle l’entreprise de monumentalisation que pouvait représenter l’acte de publication. Ces mutations contemporaines de l’écrit signalent-elles dès lors l’existence d’une nouvelle langue des médias numériques ?

 

Les corpus d’étude choisis pourront porter sur des oeuvres littéraires publiées sous forme de manuscrits, livres imprimés, feuilletons dans les journaux, sur des textes issus de la presse écrite ainsi que sur des cybertextes, tels que les journaux et correspondances électroniques, blogs personnels, journalistes, politiques, etc. On privilégiera les analyses qui s’attacheront à comparer le passage d’un même objet textuel d’un support à l’autre (du texte manuscrit au livre imprimé, du journal version papier à sa version en ligne) en s’interrogeant également sur l’existence des influences réciproques de l’imprimé au manuscrit, de la version électronique à la version papier, etc. En confrontant les pratiques d’écriture, les procédés de distribution et les stratégies de lecture des textes, ce colloque voudrait donc réunir les réflexions de chercheurs spécialistes de linguistique, littérature, histoire des idées culturelles, histoire du livre et de l’édition, sciences de l’information et de la communication, qui s’intéressent au statut du texte et aux modalités de sa communication, du XVe au XXIe siècle.

 

Les titres et résumés des communications, d’environ une demi-page, accompagnés des adresses institutionnelles, sont à envoyer uniquement par voie électronique à Greta Komur et Anne Réach-Ngô : greta.komur@orange.fr et anne.reach-ngo@uha.fr avant le 31 octobre 2009.