Archives mensuelles : octobre 2009

Parution – « Le roman comme laboratoire – De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique »

Le roman comme laboratoire – De la connaissance littéraire à l’imagination sociologique
Anne Barrère , Danilo Martuccelli

Paru le : 24/04/2009
Editeur : PU du Septentrion
Collection : Le regard sociologique
ISBN : 978-2-7574-0096-8
EAN : 9782757400968
Nb. de pages : 373 pages

Prix éditeur : 25,00€

La compréhension du monde contemporain ne peut pas se faire en tournant le dos à la production artistique de son époque. Mais alors qu’au XIXe siècle, le roman réaliste et la sociologie naissante se sont naturellement inspirés, la conversation entre sciences sociales et littérature s’est progressivement brouillée et affaiblie. Ce processus est même devenu extrême en France, où une critique, inlassablement reprise depuis des années, a décrété la production romanesque actuelle comme désocialisée, insignifiante et enfermée dans les arcanes du moi.

Ce livre est animé par une toute autre conviction, celle que certaines oeuvres recèlent, à condition de bien savoir les lire, des sources majeures pour la compréhension de notre époque. En s’appuyant sur l’analyse de 200 romans, signés par 20 écrivains français contemporains, tous vivants et en pleine activité, il permet de comprendre comment le roman reste une source privilégiée de connaissance et d’imagination pour les sciences sociales.

Une démonstration est faite : le roman est toujours un laboratoire pour étudier la modernité, les individus, les situations et le monde. Non seulement en montrant les limites de certaines formes de saisissement sociologique (personnage social, rôles, intrigues…), mais surtout en permettant de fabriquer de nouveaux outils d’analyse et d’interprétation. Cet ouvrage, sans équivalent, est la première étude sociologique d’envergure de la production romanesque française actuelle.

 

Les auteurs:

Anne Barrère, agrégée de Lettres modernes, docteure en sociologie, professeure en sciences de l’éducation à l’Université de Paris 5, chercheure au CERLIS.Spécialiste de sociologie de l’éducation. Auteur de Sociologie des chefs d’établissement (Paris, PUE, 2006).

Danilo Martuccelli, professeur en sociologie à l’Université de Lille 3, chercheur au GRACC. Thèmes de recherche : théorie sociale, sociologie politique et sociologie de l’individu. Auteur de Sociologies de la modernité (Paris, Gallimard, 1999).

 

Sommaire:

 

DE LA SOCIOLOGIE, DE LA LITTERATURE

De la sociologie à la connaissance romanesque

FAIRE, DEFAIRE, REFAIRE LE PERSONNAGE

La triple liquidation du personnage

POUR UNE THEORIE ELARGIE DES SITUATIONS

Vers une théorie des relations

AUTOUR DE LA REALITE

Composition : le grand relâchement

 

Aperçus GoogleBooks.

Colloque – « Le XIXe siècle face aux canons littéraires »

Société des études romantiques et dix-neuviémistes

LE XIXe SIÈCLE FACE AUX CANONS LITTÉRAIRES :

PERSISTANCE, REMISES EN CAUSE, TRANSFORMATIONS

 

vendredi 22 janvier 2009

Paris 7

 

Site des Grands Moulins

5-7, rue Thomas Mann, 75013 -Paris

Salle Pierre Albouy, 6e étage, bât C.

Matinée : 9h-12h

Les légitimités et leurs remises en cause

Séance I : 9h – 10 h 15

Présidence : Philippe Hamon

Jean-Luc CHAPPEY (Institut d’Histoire de la Révolution française, Paris I)

Canonisations littéraires et luttes de classements dans les dictionnaires historiques (fin XVIIIe- début XIXe siècle)

Stéphane ZÉKIAN (Fondation Thiers-CNRS),

De l’art et la manière d’accommoder Boileau

Frédéric WEINMANN (ENC Paris – Paris-Sorbonne)

Remises en cause du canon dans les histoires de la littérature étrangère

Magistratures critiques

Séance II : 10 h 30 – 12 h

Présidence : Jean-Yves Mollier

José-Luis DIAZ (Paris 7)

Les canons littéraires selon la Revue des Deux Mondes (1831-1851)

Mariane BURY (Paris-Sorbonne)

Comment comprendre l’autorité des maîtres dans l’Histoire de la littérature française de Désiré Nisard ?

Denis PERNOT (Orléans)

La « jeune littérature » contre Brunetière

Après-midi : 14h-17h

Envers du canon littéraire

Séance III : 14 h – 15 h 15

Présidence : Nathalie Preiss

Sophie-Anne LETERRIER (Université d’Artois)

Béranger, poète ou chansonnier : les jugements de l’histoire littéraire.

Mélanie LEROY-TERQUEM (BnF)

L’envers du canon littéraire : le cas des petits romantiques français

Valérie STIÉNON (FNRS-Université de Liège)

Un dispositif de légitimation paradoxale : le cas des Physiologies

Canons universitaires, canons éditoriaux

Séance IV : 15 h 30- 17h

Présidence : Françoise Mélonio

Martine JEY (Paris-Sorbonne – IUFM de Paris)

Quels classiques aux concours au XIXe siècle ?

Camille WOLF (Paris-Sorbonne)

Collections et rééditions de romans populaires

Jean-Yves MOLLIER (Saint-Quentin)

De la consécration au pilori, le cas Loti

Appel à communications – « Repenser la culture de l’imprimé / Rethinking Early Modern Print Culture »

Appel à communications

 

Repenser la culture de l’imprimé (XVe-XVIIe siècle)

Colloque international et interdisciplinaire, Centre d’Études sur la Réforme et la Renaissance, Université Victoria de l’Université de Toronto, Toronto, Canada

15-17 octobre 2010

L’opinion selon laquelle la Renaissance a vu la transformation des sociétés européennes en cultures de l’imprimé a eu un immense impact sur les études littéraires, historiques, philosophiques et bibliographiques portant sur cette période. Le concept de culture de l’imprimé a fourni aux chercheurs des outils d’analyse essentiels pour étudier et théoriser des régimes de savoirs nouveaux (du moins en apparence) ainsi que de nouveaux réseaux de transmission de l’information dans les univers de la littérature, du théâtre, de la musique et des arts visuels. Cependant, le concept de culture de l’imprimé a récemment été discuté, voire ébranlé, par des analyses qui ont souligné la permanence de la culture du manuscrit au-delà du XVe siècle, ont amené à relativiser la primauté des avancées technologiques sur d’autres dynamiques culturelles et identifié la présence, avant l’ère de l’imprimé, d’innovations qui lui sont habituellement attribuées.

Ce colloque pluridisciplinaire a pour objectif d’affiner et de redéfinir notre compréhension des cultures de l’imprimé, du XVe à la fin du XVIIe siècle. Nous vous invitons à proposer des communications qui exploreront les questions de la production et de la réception – lesquelles ont toujours été au cœur de l’historiographie de l’imprimé – et analyseront la complexité des rôles joués par les divers agents et institutions en présence. Seront privilégiées les propositions qui enquêteront sur les frontières, tant chronologiques que conceptuelles, de notre objet d’étude : peut-on dater la naissance de la culture de l’imprimé ? Comment affirmer l’existence d’une culture de l’imprimé en dépit de la persistance de la circulation des manuscrits, tant dans la sphère privée que commerciale ? Quel rôle a joué la culture de l’imprimé dans la création ou la reconfiguration de certains publics ? Quelle place prend alors l’oralité dans un monde apparemment dominé par les textes imprimés ? Peut-on (ou pas) dégager de nouveaux types de performance, orale, théâtrale ou chirographique, favorisées par l’avènement de l’imprimé?

Les autres thèmes abordés pourront porter sur :

* La propriété des textes et le plagiat ; l’auteur ; les pratiques illégales

* Les libraires et les imprimeurs ; leurs réseaux locaux, nationaux et internationaux

* Les usages pratiques et interprétatifs des lecteurs

* Les bibliothèques (des particuliers et des institutions)

* Au-delà du livre : les formes éphémères du manuscrit et de l’imprimé ; la littérature grise

* Le texte et ses illustrations ; l’imprimé et la culture visuelle

* La typographie, la mise en page, la reliure et les progrès technologiques dans la production du livre

Nous vous invitons à nous adresser des propositions de communications individuelles (pour une durée de 20 mn) ainsi que des propositions collectives pour des séances de trois interventions. D’autres formats tels que les ateliers et les tables rondes seront aussi envisagés. Les propositions (de 250 mots environ) pourront être soumises électroniquement sur le site du colloque,

http://www.crrs.ca/events/conferences/print 

La date limite est le 15 décembre 2009.

Pour toute question, merci de contacter les organisateurs du colloque, Grégoire Holtz (Département d’Études Françaises, Université de Toronto) et Holger Schott Syme (Département d’Anglais, Université de Toronto) à l’adresse suivante : printconference@gmail.com.

 

 

CALL FOR PAPERS

Rethinking Early Modern Print Culture

An international and interdisciplinary conference at

The Centre for Reformation and Renaissance Studies

Victoria University in the University of Toronto, Toronto, Canada

15-17 October 2010

The view that early modernity saw the transformation of European societies into cultures of print has been widely influential in literary, historical, philosophical, and bibliographical studies of the period.

The concept of print culture has provided scholars with a powerful tool for analyzing and theorizing new (or seemingly new) regimens of knowledge and networks of information transmission as well as developments in the worlds of literature, theatre, music, and the visual arts. However, more recently the concept has been reexamined and destabilized, as critics have pointed out the continuing existence of cultures of manuscript, queried the privileging of technological advances over other cultural forces, and identified the presence of many of the supposed innovations of print in pre-print societies.

This multi-disciplinary conference aims to refine and redefine our understanding of early modern print cultures (from the fifteenth to the end of the seventeenth century). We invite papers seeking to explore questions of production and reception that have always been at the core of the historiography of print, developing a more refined sense of the complex roles played by various agents and institutions. But we especially encourage submissions that probe the boundaries of our subject, both chronologically and conceptually: did print culture have a clear beginning? How is the idea of a culture of print complicated by the continued importance of manuscript circulation (as a private and commercial phenomenon)? How did print reshape or reconfigure audiences? And what was the place of orality in a world supposedly dominated by print textuality? What new forms of chirography and spoken, live performances did print enable, if any?

Other possible topics might include:

* Ownership of texts and plagiarism; authorship; “piracy”

* Booksellers and printers, and their local, national, and international networks

* Readers and their material and interpretative practices

* Libraries, both personal and institutional

* Beyond the book: ephemeral forms of print and manuscript

* Text and illustration, print and visuality

* Typography, mise en page, binding, and technological advances in book-production

We invite proposals for conference papers of 20 minutes and encourage group-proposals for panels of three papers. Alternative formats such as workshops and roundtables will also be considered. Abstracts of 250 words can be submitted electronically on the conference website,

http://www.crrs.ca/events/conferences/print/

The deadline for submissions is 15 December 2009.

All questions ought to be addressed to the conference organizers, Grégoire Holtz (French, University of Toronto) and Holger Schott Syme (English, University of Toronto), at printconference@gmail.com.

Parution – « Carrefours de la sociocritique »

« Carrefours de la sociocritique »

Sous la direction d’Anthony Glinoer

Texte, revue de critique et de théorie littéraire, n°45/46, 2009.

ISBN : 978-0-920351-55-0

 

Présentation

Lire le social à travers le texte, lire le texte à travers le social. Telle est la double ambition de la sociocritique, telle est aussi l’ambivalence avec laquelle elle doit composer depuis ses débuts. Plutôt que de prendre une direction unique, ce dossier veut arpenter les carrefours de la sociocritique : il va à la rencontre entre critique interne et critique externe, se place à l’intersection de notions et de concepts fondateurs, suit des chemins théoriques qui ont croisé ceux de la sociocritique au cours des quarante dernières années : la poétique historique, l’ethnocritique, l’écologie du texte, la psychanalyse ou encore l’analyse du discours. Alors, une auberge espagnole, la sociocritique ? Plutôt un lieu de passage ou de rencontre que certains se contentent d’aborder, où d’autres s’attardent et que d’autres enfin investissent résolument tout en l’accommodant aux besoins de l’analyse littéraire.

 

Table des matières

 

Anthony Glinoer, « Introduction »

Edmond Cros, « Sociocritique et psychanalyse ― synthèse d’un parcours euristique »

Pierre V. Zima, « La sociologie du texte comme théorie de la littérature et métathéorie scientifique »

Marc Angenot, « Nouvelles propositions pour l’étude de l’argumentation dans la vie sociale »

Jacques Dubois, « Le roman sociologue »

Alain Vaillant, « De la sociocritique à la poétique historique »

Jean-Pierre Esquenazi, « Vers une sociologie du texte ? »

Ruth Amossy, « La “socialité” du texte littéraire : de la sociocritique à l’analyse du discours. L’exemple de L’Acacia de Claude Simon »

Rainier Grutman, « Le virage social dans les études sur la traduction : une rupture sur fond de continuité »

Anna Boschetti, « Présupposés et vertus de l’échange théorique transnational »

Jérôme Meizoz, « De la sociocritique à l’ethnocritique et au-delà : vers un carrefour de méthodes »

Gremlin, « Sociocritique, médiations et interdisciplinarité »

Chantal Savoie, « Pour une sociopoétique historique des pratiques littéraires des femmes »

Anneliese Depoux, « L’espace trivial du littéraire à travers le prisme de la sociocritique »

Parution – « Le Champ littéraire africain. Essai pour une théorie »

Le Champ littéraire africain. Essai pour une théorie

David K. N’Goran

Préface de Bernard Mouralis

Paris : L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », 2009.

EAN 9782296044357

292 p.

Présentation de l’éditeur :

Cette étude entend esquisser une histoire sociale de ce qu’il est convenu d’appeler maintenant « le champ littéraire africain ». A rebours de l’historiographie classique, cette histoire analyse les conditions dans lesquelles la littérature africaine a pu se constituer, depuis, au moins, les années 1930 jusqu’à aujourd’hui, en un monde social autonome, dont les auteurs et leurs textes bénéficient d’un statut institutionnel à part entière dans le vaste marché des biens symboliques.

Nouvelles approches de l’autobiographie

EXPRESSIONS MAGHRÉBINES

Revue de la Coordination internationale des chercheurs sur les littératures du Maghreb

www.limag.com/em.htm

Vol. 10, no 1, été 2011 : Appel à articles

Dispositifs autobiographiques et épistémologies transversales

Dossier coordonné par Alfonso de Toro

Date limite de soumission des articles : 30 juin 2010

Actuellement, une nouvelle vague déferle sur la littérature et les sciences littéraires : la mémoire et la construction de l’histoire personnelle/individuelle. Après avoir été confrontée à la crise de la représentation qui a eu lieu dans les années 70, l’histoire est désormais confrontée à la crise de la mémoire dans l’écriture. Si on a jusqu’ici cru trouver en l’écriture un Heimat ou un home, l’écriture est confrontée depuis Bhabha au concept de l’unhomely, cet espace énonciatif émergeant de l’interface des systèmes, des conflits et des cultures.

Les discours historico-individuel et historico-collectif actuels ont eu lieu dans la littérature, dans la culture et dans la pensée maghrébines pour diverses raisons dont la plus évidente est la confrontation des auteurs maghrébins avec la langue de l’Autre, la langue du colonisateur, la langue hégémonique : le français. Cette confrontation a soulevé de nombreuses questions : «Qui suis-je?», «D’où je parle»?, «Quelle est ma langue?», «Quelle est mon histoire?». Elle a également soulevé deux questions qui marquent particulièrement la littérature autobiographique ou historique maghrébine : les questions du ‘Je’ et de l’historiographie qui sont étroitement liées l’une à l’autre.

Ces questions se posent toujours aujourd’hui mais elles sont conditionnées par d’autres facteurs tels que les débats de la postmodernité et de la postcolonialité, le processus de la mondialisation, les divers types de conflits dans le monde et les grandes migrations. Ces facteurs ont substantiellement changé les concepts traditionnels de nation, d’identité, de culture, de texte / textualité, de genre et de réalité. Il en résulte un nomadisme permanent obligeant à créer des hybrides, des mental maps et de nouvelles cartographies culturelles qui ont envahi les topographies géopolitiques et les frontières entre les disciplines. Le Maghreb illustre bien ce phénomène avec sa cartographie millénaire de passages de toutes sortes, à l’interface de l’Orient et de l’Occident ainsi que des épistémologies. Il est un laboratoire ethnoculturel où des auteur(e)s ont produit une littérature d’une grande richesse.

Ce dossier d’Expressions maghrébines se consacrera au panorama diachronique systématique et théoricoculturel des stratégies narratrices autobiographiques dans les oeuvres d’auteur(e)s maghrébin(e)s. Il s’appuiera sur des bases épistémologiques, c’est-à-dire les structures profondes des discours qui génèrent la graphie de soi (autobiographie). Dans ce dossier on part de la conception d’autobiographie comme un anti-genre stratégique qui joue avec divers éléments de construction du ‘Je’ et de l’histoire dans la tradition de Leiris, Barthes et Khatibi ainsi que Duras, Brossard, Doubrovsky et Robbe-Grillet.

L’autobiographie s’inscrit dans ce que nous appelons transversalité qui résulte d’un parcours, d’un dialogue au coeur des objets et des disciplines et d’un travail sur l’interface de diverses cultures, identités et disciplines. La transversalité repose sur trois concepts-clés. Premièrement, elle repose sur la transculturalité, ce recours à des modèles culturels ou à des traditions culturelles qui ne sont pas générés en fonction de leur culture d’origine ou de leur identité propre, mais qui, au contraire, appartiennent à une autre culture, à une autre identité et à une autre langue, et forment ainsi un champ hétérogène. Deuxièmement, elle repose sur la transtextualité, ce dialogue stratégique recodifiant des subsystèmes et des domaines partiels issus de diverses cultures et de différents champs du savoir, sans pour autant que les questions de l’origine, de l’authenticité ou de la «compatibilité» culturelle aient une importance de premier plan. Troisièmement, elle repose sur la transdisciplinarité, ce recours à diverses disciplines (études littéraires, théâtrales, historiques, anthropologiques, sociologiques, philosophiques, de la théorie de la communication, approches structurales ou poststructurales) ou à certains aspects d’une théorie, où seules la fonctionnalité et la productivité esthétiques et sociales sont au centre de l’intérêt.

En nous inspirant des recherches récentes, nous différencions deux types de discours textuels ou romanesques dans l’autobiographie transversale : le «méta-auto-texte» et le «méta-bio-texte». Dans le premier cas, il s’agit de la réflexion sur la construction du discours textuel ou de la graphie de l’auto, c’est-à-dire de l’aspect pragma-sémiotique de la bio-graphie, faisant du texte ou du roman une construction discursive. Dans le deuxième cas, il s’agit de la réflexion sur la construction de l’histoire du Je et de la vie (bio). Ces deux types traitent en commun de l’écriture comme source de toute représentation et de construction ainsi que de la relation entre oralité et écriture.

Les articles ne devront pas dépasser 40.000 signes, espaces inclus (6.000 mots environ). La ponctuation, les notes et les références doivent être conformes aux normes appliquées par la revue :

http://www.limag.com/em/GuideDeRedaction.htm

Les demandes de renseignements complémentaires et les articles complets doivent être adressés par courrier électronique à la présidente du comité scientifique : martasegarra@ub.edu

La section Varia de la revue maintient toujours un appel à articles (sans date limite de soumission) concernant les cultures maghrébines : littérature, cinéma, arts…

Appel à contribution – « L’histoire littéraire des femmes » pour la revue Textyles

Textyles, n° consacré à « L’histoire littéraire des femmes »

Dir. Laurence Brogniez, Vanessa Gemis

Appel à contributions

Ces dernières années ont été marquées par la publication d’un nombre croissant d’études sur la littérature des femmes (biographies, analyses textuelles, études sociohistoriques,etc.)Ce regain d’intérêt pour les oeuvres et les auteurs féminins s’inscrit le plus souvent dans le champ des études de genre (gender studies), c’est-à-dire dans une démarche intellectuelle et militante de réinscription des femmes dans l’histoire. Mettant en évidence – surtout pour les XIXe et début XXe siècles – un écart significatif entre les rares «femmes illustres » passées à la postérité et le nombre effectif de femmes auteurs à une époque donnée, l’objectif de ces travaux est généralement double : enrichir le patrimoine et proposer une réflexion sur l’histoire littéraire nationale, voire européenne, qui participe d’une remise en question de l’universalité du « canon ».

Dans la lignée de ces travaux, et à la suite d’un numéro déjà ancien de la revue sur les « Romancières » (1992, n°9), Textyles publiera, en 2011, un numéro consacré aux femmes écrivains belges. L’ambition de ce volume est d’interroger le corpus des femmes auteurs belges sous un angle à la fois littéraire, socio-historique et historiographique, et partant d’enrichir le patrimoine des lettres belges en suscitant l’intérêt des chercheurs et des lecteurs pour une problématique encore trop peu étudiée dans le domaine belge. Plusieurs questionnements seront ainsi privilégiés :

– L’invisibilité des femmes écrivains au sein de l’histoire littéraire invite à une réflexion sur les découpages qui structurent cette histoire périodisation, écoles, découpage « vie et oeuvre », etc.) et sur leur inadéquation aux trajectoires littéraires de femmes. Quels seraient, dès lors, les outils, les réflexions et les méthodes invitant à réintégrer les femmes dans l’histoire littéraire, et, ce faisant, à produire une histoire littéraire mixte ?

– Parallèlement à une réflexion sur les enjeux idéologiques qui sous-tendent l’exclusion historiographique des femmes écrivains, il s’agira également d’interroger le rôle des femmes dans l’élaboration de l’histoire littéraire. Ce questionnement a pour ambition d’éclairer à la fois les modalités d’accès des femmes aux discours critiques, et le rapport critique que les femmes écrivains entretiennent vis-à-vis de l’institutionnalisation d’un ordre symbolique qui les stigmatise, les limite, les exclut.

– Les femmes écrivains reconnues sont soit présentées comme exceptionnelles, soit, au contraire, réduites à un collectif qui leur dénie tout positionnement individuel. « Dans quelle mesure ce phénomène joue-t-il un rôle dans l’exclusion dont sont victimes les femmes écrivains ? Quelle est la réalité socio-historique de la catégorie qu’elles forment ? Les femmes écrivains s’identifient-elles comme telles ? Se reconnaissentelles en tant que groupe spécifique ? Se pose ici la question des réseaux, des sociabilités, de la solidarité littéraire, voire de la filiation et de l’héritage spécifique.

– Enfin, réinsérer les femmes écrivains dans l’histoire littéraire belge invite naturellement à s’interroger sur l’existence de spécificités propres à la Belgique.

Les propositions d’articles qui pourront également prendre la forme d’études de cas, sont à transmettre à Laurence Brogniez (lbrognie@ulb.ac.be) et à Vanessa Gemis (vgemis@ulb.ac.be) avant le 10 mars 2010. Les contributions retenues seront à remettre avant le 1er septembre 2010.

Récits de vie et dimension transculturelle

SYNERGIE DES PAYS GERMANOPHONES N° 3 : THÈME :

« RÉCITS DE VIE : AU-DELÀ DES FRONTIÈRES »

Numéro coordonné par Gérald Schlemminger

Date limite: 1er décembre 2009

Peu de recherches et d’études empiriques ont eu lieu jusqu’à alors sur les effets biographiques concernant les contacts avec des personnes d’autres pays, les échanges et les rencontres interculturelles.

Orientation du numéro

Deux axes principaux pourraient retenir l’attention :

a) Nous souhaiterions travailler autour du questionnement suivant à savoir quelles traces biographiques de moments interculturels peuvent être repérées dans la construction de la personne (Bildung). Nous attendons des auteurs une analyse des récits de vie d’un point de vue sociologique, interculturelle ou linguistique… Nous ne nous limitons pas à une ère culturelle particulière.

b) Nous nous interrogerons également sur les méthodologies de telles enquêtes et analyses. À partir d’exemples de terrain, nous souhaiterions discuter quelles démarches méthodologiques sont à même d’y répondre. En sociologie et en sciences de l’éducation, nous connaissons, entre autres, les paradigmes de l’analyse à dominante herméneutique, la socianalyse, l’analyse à tendance structuraliste, etc. L’ensemble de ces questions n’est donné qu’à titre chercheurs en indicatif, et non exhaustif. Ce sujet peut sans doute appeler d’autres analyses. Dans l’optique du dépassement des frontières disciplinaires, cet appel s’adresse à la fois aux sociologues, aux politologues, aux historiens, aux géographes, aux économistes, aux juristes, aux littéraires, aux anthropologues, aux philosophes, aux spécialistes en sciences de l’éducation, etc. Nous accueillerons avec plaisir toute proposition susceptible de prolonger et de développer les réflexions déjà amorcées dans des équipes et laboratoires de recherches.

Dates à retenir :

• 1er décembre 2009 : soumission des projets d’articles sous forme d’abstract (résumé de 200 à 400 mots)

• 1er mars 2010 : remise des tapuscrits

• 30 avril 2010 : remise des articles finalisés selon les commentaires du Comité de rédaction

• Septembre-novembre 2010 : publication du numéro

Les projets, puis les articles sont à rédiger en langue française ou allemande et à envoyer à la rédactrice en chef, Florence Windmüller : Flohwin@gmx.net / Florence.Windmueller@ohm-hochschule.de

Les normes rédactionnelles de la revue seront communiquées ultérieurement aux auteurs.

AMALTEA

Colloque de Tours sur la traduction

« Autour de l’année 1886 : pourquoi, comment (re)traduire en français (Belgique, Canada, France, Suisse) ? »

* *

Colloque organisé par l’Université François-Rabelais, Tours, 15-16 octobre 2010.

Responsables : Bernard Banoun, Lucile Arnoux-Farnoux, Sylvie Humbert-Mougin avec la collaboration d’Yves Chevrel

Les traductions sont au cœur des échanges littéraires internationaux, car elles sont le moyen normal d’accès aux œuvres venues des autres domaines linguistiques. Si de nombreuses études de traductologie voient actuellement le jour, une histoire des traductions en langue française reste encore à écrire.

Le projet d’une Histoire des traductions en langue française (HTLF), lancé par Jean-Yves Masson et Yves Chevrel, vient d’être retenu et subventionné par l’Agence nationale de la recherche française (ANR). Concernant la période 1815-1914, deux Colloques ont été prévus, proposant des coupes transversales.

Un premier Colloque, « Traduire en langue française en 1830 », a été organisé par Christine Lombez en novembre 2008 à l’université de Nantes (Actes à paraître en 2010). Un second Colloque se tiendra à l’université de Tours et concernera les années « autour de 1886. » Pourquoi 1886 ?

L’année 1886 est de celles qui font date dans la vie intellectuelle et littéraire internationale. C’est en effet cette année qu’est signée le 9 septembre, au terme d’un long processus, la Convention de Berne pour la protection des œuvres littéraires et artistiques, qui concerne notamment le droit de traduction : signée à cette date par seulement dix États, elle marque le début d’une réglementation régissant les reproductions et les échanges de « biens symboliques » et sanctionne l’internationalisation de la vie intellectuelle. 1886 est aussi l’année que l’histoire littéraire française a retenue comme celle de la parution du Roman russe, recueil dans lequel Eugène-Melchior de Vogüé rassemble des articles, antérieurement parus dans la Revue des deux Mondes. Cette publication, qui fait événement dans une vie littéraire par ailleurs très active en France à ce moment, est un autre signe de l’attention croissante portée en France aux cultures étrangères.

Mais la France n’est pas seule concernée. Le Colloque de Tours se propose de tenter de mesurer ce qui, au cours de cette année (et autour de cette année), a facilité l’accès de lecteurs de langue française à des ouvrages, littéraires ou non, traduits ou retraduits, au moment où, précisément, les débats, ouverts depuis longtemps sur la protection des œuvres littéraires et artistiques, aboutissent à la signature de la Convention de Berne.

Le titre même du Colloque indique le souhait des organisateurs de prendre en compte au moins quatre États dans lesquels le français est langue officielle, et de confronter, si possible, leurs pratiques (leurs théories, leurs politiques, …) en matière de traduction et de retraduction.

C’est pourquoi, à côté d’études ponctuelles de type monographique (« l’œuvre X de l’écrivain Y traduite par Z »), les organisateurs souhaitent des communications proposant des vues synthétiques, par exemple (toujours autour de l’année 1886) :

– que connaît-on de telle littérature (ou de tel genre d’une littérature étrangère) ?

– comment conçoit-on la traduction d’auteurs anciens (grecs, latins) ?

– y a-t-il des traductions concurrentes ? des querelles entre traducteurs ? des débats dans la presse à propos de traductions ?

– voit-on émerger de nouvelles littératures jusqu’alors peu connues, voire ignorées ?

– quelles œuvres retraduit-on en français (pour la 1ère fois ? continûment ?)

– que traduit-on en Suisse romande, ou au Canada, ou en Belgique – qu’on ne traduit pas en France (si un tel cas existe) ?

– y a-t-il des programmes (scolaires, universitaires) de littérature étrangère dans les pays francophones (France comprise, naturellement !) ? lesquels ? avec quelles perspectives ?

– prendre un exemple de traduction dans le domaine scientifique ?

– quel est le rôle des revues et des périodiques (de telle revue, de tel périodique) dans la diffusion des traductions ? en 1830, on avait pu constater que les textes traduits non littéraires dominaient : est-ce encore le cas en 1886 ? la situation s’est-elle modifiée – et en quel sens ?

[Les propositions de communication sont à adresser conjointement à :

Bernard Banoun Bernard.Banoun@univ-Tours.fr  mailto:Bernard.Banoun@univ-Tours.fr

Yves Chevrel yves.chevrel@free.fr mailto:yves.chevrel@free.fr

Date limite de réception : 1er mars 2010

La décision sera communiquée le 15 avril 2010]