Archives mensuelles : novembre 2009

Parution d’une traduction – « Comment parler de la société ? »

Comment parler de la société – Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales
Howard Saul Becker
CHRISTINE Merllie-young (Traducteur), Henri Peretz

Paru le : 18/06/2009
Editeur : La Découverte
ISBN : 978-2-7071-5677-8
EAN : 9782707156778
Nb. de pages : 316 pages

Prix éditeur : 24,00€

S’appuyant sur sa longue expérience d’enseignant et de chercheur, le sociologue Howard S.Becker traite des différentes représentations de la société. Il met au jour et questionne les conditions de production et de réception de ces représentations, qu’il s’agisse de graphiques, de tableaux statistiques, de cartes routières, de modèles mathématiques, de photographies, de pièces de théâtre, d’enquêtes sociologiques ou de romans. En une série d’études passionnantes, l’auteur se demande et nous demande, non sans humour, comment parler de la société.

Sommaire:

IDEES

Parler de la société
Les représentations de la société : des produits d’une organisation sociale
Qui fait quoi ?

EXEMPLES

Paraboles, types idéaux et modèles mathématiques : des analyses improbables mais utiles
Figures : penser avec des dessins
Sociologie visuelle, photographie documentaire et photojournalisme

L’auteur:

Howard S.Becker, sociologue américain, est spécialiste de la sociologie de l’éducation, de la déviance et de l’art. Il s’inscrit dans la tradition de la sociologie de Chicago. Il est l’auteur de nombreux articles et livres dont Outsiders, le Travail sociologique, les Mondes de l’art et les ficelles du métier (La Découverte,  » Grands Repères / Guides « , 2002).

Parution d’une traduction – « Culture et matérialisme »

Raymond Williams

CULTURE & MATÉRIALISME

Traduit de l’anglais par Nicolas Calvé et Etienne Dobenesque

Paris: Les Prairies ordinaires, coll. « Penser/croiser », 2009, 246 p.
ISBN-10: 2350960323
ISBN-13: 978-2350960326
15 €.

7 articles de Raymond Williams écrits entre 1960 et 1988.

Présentation de l’éditeur:

L’introduction récente, en France, des Cultural Studies, semble s’être faite au prix de l’oubli de leur hétérogénéité : cette étiquette englobante recouvre en effet des postures intellectuelles, des contenus théoriques et des rapports au politique fort différents. En ce sens, la première traduction française de Raymond Williams se voudrait une introduction à un versant bien spécifique de cette pensée critique. Si ce dernier est souvent présenté, à juste titre, comme l’un des fondateurs des Cultural Studies, il faut immédiatement préciser qu’il envisage ces dernières comme devant donner lieu à une théorie matérialiste de la culture. La pensée de Williams doit en outre être saisie comme un effort permanent pour articuler travail théorique – en inscrivant son oeuvre dans un dialogue avec la tradition marxiste – et projets d’émancipation. Si ce recueil ne peut constituer qu’une brève introduction à l’oeuvre prolifique de Williams, elle dessine néanmoins les multiples directions et objets de son travail. De son analyse des mouvements d’avant-garde à la réélaboration des notions centrales de la pensée marxiste – qu’il s’agisse du couple base / superstructure ou de la nécessité de penser les  » moyens de communication comme moyens de production  » – en passant par la considération de l’imaginaire produit par la ville capitaliste, ce recueil entend donner à lire une oeuvre tout à la fois plurielle – par ses objets, ses préoccupations – et dotée d’une forte unité théorique et politique – le matérialisme d’une pensée toujours articulée à la nécessité d’élaborer de nouvelles pratiques politiques. Les Cultural Studies n’ont cessé d’étudier la culture, pour Williams il s’agit également de la transformer.

Annonce parution B. Malela

Buata B. Malela, Aimé Césaire. « Le fil et la trame » : critique et figuration de la colonialité du pouvoir, Paris, Anibwe, 2009 ISBN : 978-2-916121-19-2

lien: http://www.anibwe.com/edition.php?action=7&id=389

Qu’est-ce que penser la démarche d’Aimé Césaire dans l’univers de la diaspora après les décolonisations ? Une telle période recoupe deux temporalités qui ont été propices à la maturation et à l’épanouissement intellectuel de la réflexion césairienne sur la colonialité du pouvoir. Dès lors, aborder celle-ci à partir de celle-la peut-il rendre plus intelligible le contexte actuel qui a vu depuis de nombreuses années réapparaître dans l’espace public la problématique relative à la colonialité à travers ce que l’on appelle la question « noire » ? Si la résurgence dans l’espace public d’une telle interrogation entraîne un bouleversement de l’univers des débats, celui-ci en formation depuis longtemps se retraduit-il dans la pensée et la pratique littéraire d’Aimé Césaire?

Ce livre se propose d’interroger le moment du positionnement littéraire, politique et philosophique d’Aimé Césaire dans le champ intellectuel de la diaspora entre 1950 et 1970. Pour ce faire, la méthode de Buata B. Malela est basée sur un paradigme qui appréhende la relation entre les agents à partir d’une analyse des expériences concrètes dans leur production culturelle. De là, l’auteur se demande si, chez Césaire, les rapports de proximité avec soi-même et l’altérité passent par une déconstruction de l’épistémologie héritée de l’aliénation incorporée en proposant une modalité d’approche de l’identité et de l’altérité à partir de l’usage de figures de proximité ? Quel est le statut de ces figurations alors conçues comme des représentations refondatrices grâce à la relecture postcoloniale de la colonialité qui, dans sa production, s’exprime sous la forme d’expériences concrètes comme la violence et la souffrance humaine ? Pourquoi peuvent-elles être considérées comme constitutives de l’ipséité des agents afro-descendants et comme la mesure des rapports au monde de Césaire au moment même où le champ des idées se (re)configure dans l’espace intellectuel ?

Buata B. MALELA est né à Kinshasa en 1979. Docteur en philosophie et lettres de l’université libre de Bruxelles, docteur en littérature générale et comparée de l’université Paul-Verlaine (Metz), il s’intéresse à la sociologie des littératures francophones d’Afrique, des Caraïbes et d’Europe ainsi qu’aux études postcoloniales. Parallèlement, il étudie les relations entre philosophie et littérature au sein de la diaspora euro-africaine et africaine-américaine, enfin les questions relatives aux rapports entre mondialisation et littératures.

De plus, B. B. Malela est l’auteur d’une monographie consacrée aux Écrivains afro-antillais à Paris (1920-1960). Stratégies et postures identitaires (Paris, Karthala, coll. Lettres du Sud, 2008).

Appel à contributions – « Les médiateurs de la Méditerranée »

Les médiateurs de la Méditerranée (XIXe –XXIe siècles)

Dans le cadre du programme Médias, écritures et représentations en Méditerranée de la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, ce séminaire se propose de réfléchir aux différentes conceptions et définitions de la « Méditerranée » circulant depuis le XIXe siècle, à leur articulation historique et à leur médiation.

Le premier volet de ce séminaire se propose d’étudier la Méditerranée ou les Méditerranées en réfléchissant aux médiateurs de langue française ou anglaise qui les incarnent (écrivains, journalistes, essayistes, idéologues) et aux médiations qui les diffusent (écrit/oral, rapport au discours social, systèmes médiatiques et éditoriaux : presse, émissions radiodiffusées, chansons, entretiens, conférences, récits de voyage et autres…). Il s’agira d’étudier la manière dont, dans l’histoire, des passeurs utilisent les systèmes de médiation pour produire des systèmes de représentations de la Méditerranée articulés autour de types sociaux, de démonstrations idéologiques, scientifiques ou historiques, de lieux communs mais aussi de démarches originales de créateurs et d’oeuvres d’art. Ce séminaire s’intéressera à des médiateurs qui ont eu dans l’histoire de l’idée de Méditerranée une résonance importante et cherchera à articuler les différents imaginaires et conceptions de la Méditerranée (géographiques, militaires, scientifiques, poétiques, idéologiques, mythologiques…) qui se sont succédés au fil de l’Histoire, l’idée essentielle étant qu’une représentation ne peut s’étudier indépendamment du canal par lequel elle passe et du médiateur qui l’incarne.

Ce premier volet du séminaire s’articulera en deux temps : une journée d’étude le 14 octobre 2010 de lancement du séminaire et ensuite quatre séances de séminaire durant l’année 2010-2011.

Les propositions sont à envoyer avant le 15 mars 2010 à Christine Reynier (reynierchristine@gmail.com) (Etudes des pays anglophones) et à Marie-Eve Thérenty (met@club-internet.fr) (Rirra 21).

Soutenance – jeudi 3 décembre, EHESS

Bonjour,

J’ai le plaisir de vous inviter à la soutenance de ma thèse intitulée :

« L’art ne s’apprend pas aux dépens des moeurs ! ».

Construction d’un champ de l’art, genre et professionnalisation des artistes

(1789-1848)

Elle aura lieu :

Jeudi 3 décembre 2009

À 9 heures

À l’EHESS

54 boulevard Raspail

salle 524 (5e étage)

Les membres du jury sont :

M. Philippe CIBOIS, sociologue, professeur émérite à l’Université de Versailles Saint-Quentin
M. André GRELON, sociologue, directeur d’études à l’EHESS
Mme Patricia MAINARDI, historienne de l’art, professeure à la City University of New York
Mme Frédérique MATONTI, professeure de science politique à l’Université Paris I (directrice de la thèse)
M. Alain QUEMIN, sociologue, professeur à l’Université Paris-Est et membre de l’IUF
M. Daniel ROCHE, historien, professeur honoraire au Collège de France
Mme Gisèle SAPIRO, sociologue, directrice de recherches au CNRS

Veuillez trouver, joints à ce mail, un résumé de ma thèse, ainsi que son sommaire.

Si vous pensez être présent(e) au pot qui aura lieu à l’issue de la soutenance, vers 13h, dans le hall du même bâtiment, merci de me le signaler!

Au plaisir de vous y voir,

Séverine

Revue en ligne – « Appareil »

La revue « Appareil » est en ligne à l’adresse : http://revues.mshparisnord.org/appareil/index.php

Editorial

Les arts, les pratiques de production, les mœurs et les institutions ne tombent pas du ciel : ils ne sont pas le fruit d’une création ex nihilo, d’une Poïesis géniale, comme le croient les Romantiques. Mais ils ne sont pas non plus déterminés d’une façon absolue, ils n’obéissent pas passivement et fatalement à des dispositifs intangibles et ils ne constituent pas seulement des versions plus ou moins mises à jour de Formes atemporelles déployées dans l’histoire. Ils apparaissent, ce qui signifie qu’ils ont été appareillés pour advenir.

Cet appareillage est une préparation. C’est aussi une condition de possibilité, l’ouverture préalable de leur existence, de leur manifestation, de leur événement. Les phénomènes sont parés et préparés pour venir vers nous, sinon ils ne seraient pas les phénomènes qu’ils sont pour nous. Chaque époque appareille les phénomènes, les singularités, en les rendant dignes de paraître les unes en face des autres dans la sphère publique.

Un appareil est un agencement d’hétérogènes qui constitue à un moment donné la condition de l’apparaître du visible. Il est ce qui fait que la diversité du monde nous advient autrement que comme un flux continu, non maîtrisé, informe. Les appareils font époque en ce qu’ils inventent de nouvelles temporalités et provoquent la venue de nouvelles spatialités. Ils génèrent la poétique d’une époque en appareillant de telle ou telle manière les éléments divers qui la composent.

Un appareil constitue pour des pratiques et des savoir-faire par ailleurs différents une même technique d’apparaître, un principe cognitif d’identité. Comprendre les pratiques, les savoir-faire, les institutions d’une époque donnée, c’est pouvoir les rapporter à une telle intelligibilité cognitive d’ensemble.

Celle-ci n’est ni un principe statique, ni un programme contraignant, ni un destin. Un appareil est par définition, en tant que proposition temporelle et spatiale, soumis, de la part des arts, des pratiques, des institutions qu’il a rendu possibles, à des entreprises de déconstruction radicale.

C’est qu’il en va aussi, avec les appareils, des définitions données de l’être ensemble, de la sensibilité commune, de l’existence singulière, des modes de la mémoire.

Cet enjeu indissociablement esthétique, politique, anthropologique et éthique constitue l’objet de la revue Appareil, qui recueille les contributions qui, d’où qu’elles viennent (philosophie, théories des arts, histoire, sciences humaines, sciences politiques …), entendent explorer les voies d’une analyse des phénomènes éclairée par l’hypothèse de leur appareillage singulier.

Parution (en 2008) – « Constitution du champ littéraire »

CONSTITUTION DU CHAMP LITTÉRAIRE

Limites, intersections, déplacements

Sous la direction de Pierre Chiron et Francis Claudon

Paris, L’Harmattan, 2008

ISBN : 978-2-296-06280-1 • 458 pages • 40 € • octobre 2008

La mission confiée aux contributeurs de ce colloque (UFR de Lettres et Sciences Humaines de l’Université Paris 12 Val de Marne du 20 au 22 septembre 2007) était d’enquêter, chacun avec ses propres moyens, sur les moments cruciaux d’émergence d’une conscience littéraire, de s’attacher à d’écrire les conditions parfois chaotiques (avancées, résistances) de cette émergence, conditions matérielles, politiques, philosophiques, et, ce faisant, d’étudier de près différents aspects tant de l’expérience que du concept de littérature tels qu’ils sont apparus lors de périodes choisies, ainsi que les formes impliquées dans ces mutations.

2e journée d’étude du GREMLIN

2e Journée d’étude du GREMLIN (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions)

Figurations romanesques du personnel littéraire

20 novembre 2009

Université du Québec à Trois-Rivières

3002, pavillon Ringuet

9h30 : Accueil

9h45 : présentation du GREMLIN et du projet « Figurations »

10h00 : présentation de projets de recherche :

Benjamin Mathieu (UQTR)

Caroline Paquette (Sherbrooke)

Marie-Ève Riel (Sherbrooke)

10h30 : Anthony Glinoer (Toronto) : « Belada en analyseur de l’institution littéraire »

11h10 : Maud Pillet (Toronto) : « “Clichés”, “pastiches” et “ironie” : le dédoublement du langage comme jeu sur la représentation des artistes dans Les Jeunes-France de Théophile Gautier »

Dîner

14h00 : Michel Lacroix (UQTR), « Vertiges de la critique-fiction : Léon Bopp et la Somme romanesque »

14h40 : Mélodie Simard-Houde (Laval) « Dédoublement narratif et construction des figures de l’auteur chez Jean Lorrain ».

15h20 : Pause

15h30 : Laurence Côté–Fournier (McGill), « Fictions des communautés artistiques au Canada français »

16h10 : Olivier Lapointe (UdM), « Le pornographe impuissant »

Contact : Michel.Lacroix@UQTR.CA

Séminaire – « Balzac et l’homme social »

Balzac et l’homme social

Séminaire Balzac 2009-2010

 

Responsables : José-Luis Diaz, Claude Duchet, Roland Le Huenen

 

Université Paris-Diderot

Site   des Grands Moulins

Bibliothèque Jacques Seebacher,

Bât A, 2e étage

(entrée le samedi par le 5-7, rue Thomas Mann, 75013-Paris)

 

 

 

Samedi 7 novembre 2009, 14 h

Christèle Couleau (Paris 13), « Le pantographe, ou la société à géométrie variable »

 

Samedi 5 décembre 2009, 14 h

Nathalie Heinich (EHESS), « Balzac: fiction et/ou document? »

 

Samedi 23 janvier 2009, 14 h

Caroline Delville (Besançon), « L’homme social selon les Contes drolatiques »

 

Samedi 6 février 2009, 14 h

Jacques-David Ebguy (Nancy), « Sinuosités et circularités : traversée des “sociotopes” dans Le Père Goriot et L’Éducation sentimentale »

 

Samedi 20 mars 2009, 14 h

Judith Lyon-Caen (EHESS), « Le social comme production éditoriale  »

 

Samedi 10 avril 2009, 14 h

Elisheva Rosen (Tel Aviv), « Droit et sociologie de la vie quotidienne »

 

Samedi 15 mai 2010, 14 h

Jacques Dubois (Liège), La Cousine Bette et les sociologies de Balzac

 

12 juin, 2010, 14 h

Séance triple (voire journée à la Maison de Balzac, si autres propositions) sur le thème : « Quelques sociotopes balzaciens »

Brigitte Diaz (Caen), « Histoires de chambres chez Balzac »

Owen Heathcote (Bradford), « Le Bureau comme sociotope balzacien; du Colonel Chabert aux Employés »

Dominique Massonnaud (Grenoble III), Balzac et le Palais-royal : de l’ancien Louvre à l’espace public

Balzac et l’« homme social »

 

En mettant au cœur de notre recherche cette notion d’« homme social » (expression dont on trouve 9 occurrences dans La Comédie humaine et plusieurs autres dans les Œuvres diverses), il s’agira de faire porter l’accent, non tant sur les principes de la sociologie balzacienne, ni sur la vision d’ensemble qu’a Balzac de l’évolution de la société, thèmes qui ont assez souvent été pris pour objet d’étude, mais bien plutôt sur la sociologie balzacienne en acte, qui est pour l’essentiel une sociologie appliquée, une « psychologie sociale », et aussi une « sociologie de la vie quotidienne ».

Il s’agira de voir Balzac à l’œuvre, en train d’analyser les comportements sociaux de ses personnages quand ils se meuvent sur les diverses scènes de la « comédie humaine », mais qui sont marqués par le social jusque dans leur for intérieur. Au centre de notre recherche donc, non tant le Balzac post-bonaldien qui se prévaut d’avoir une vision d’ensemble de l’évolution de la société française, que celui qui, au ras du récit – mais aussi dans ses divers écrits « analytiques », et au premier chef dans sa Théorie de la démarche –, s’intéresse aux phénomènes de socialité qui affectent les acteurs du « drame social » ; le Balzac, aussi, qui de cette analyse des comportements sociaux de ses personnages, pratiquée par lui pour la première fois de manière systématique, va contribuer puissamment à faire une des caractéristiques du roman français du XIXe siècle.

Pour affronter une telle matière, divers angles d’attaque sont possibles.

 

1. Outils conceptuels. Quels sont les outils conceptuels – et d’abord lexicaux –, qui fondent une telle sociologie en acte ? En l’absence d’une théorie d’ensemble, à quels « bricolages conceptuels » Balzac a-t-il recours pour penser le marquage social des comportements ? (Voir Claude Javeau, Le Bricolage du social, un traité de sociologie, PUF, Paris, 2001).

Parmi ces outils, pas mal d’expressions récurrentes qui déclinent l’adjectif « social » : « drame social », « espèces sociales », « sphères sociales », « mobilier social », « crise sociale », etc.

A noter, une tendance à insister sur le caractère contraignant et statique de « l’État social », de l’« édifice social », de l’« ordre social », du « système social », et une tendance de sens inverse (pouvoirs de l’oxymore…) à insister sur la labilité de ces instances sociales, en parlant métaphoriquement d’« océan social », de « torrent social », de « déménagement social », de « mouvement social », « replâtrage social », etc. Voir la formulation de cette hésitation dans Le Curé de village : « […] la Loi doit-elle s’opposer au mouvement intérieur social pour maintenir la Société, ou doit-elle être faite d’après ce mouvement pour la conduire ? » En tout état de cause, c’est bien face à une société en état de révolution et/ou de crise que Balzac a le sentiment de se trouver, et c’est bien ce qui rend nécessaire et passionnante sa sociologie en acte.

Il conviendra dans cette partie de s’intéresser à la hiérarchie des différents niveaux de l’analyse sociologique balzacienne, en fonction des différents niveaux considérés de l’échelle sociale » : tantôt sociologie des « mondes », des « sphères », des « zones », des « classes » sociales, tantôt microsociologie : des « quartiers », des « rues », des « intérieurs ».

Il conviendra aussi d’avoir en vue les différentes sciences prospectives que Balzac convoque pour penser l’homme social : « anthropologie », « physiologie », « psychologie », « archéologie », mais aussi « science(s) sociale(s), etc.

 

2. Déclinaison des « sociotopes ». Quelles diverses sortes de comportements sociaux sont-ils les objets favoris de la sociologie en acte balzacienne ? Pour répondre à une telle préoccupation, une batterie de notions – soit déjà existantes et reçues par la communauté critique, soit redéfinies à nouveaux frais – peut s’avérer utile. Elles ont pour fonction de distinguer les différents niveaux et aspects du marquage social des comportements.

a. Sociotope : La notion (déjà utilisée par les sociologues allemands et les urbanistes hollandais ou suédois, en son sens local, et qu’il est aisé d’aligner sur les notions parallèles de biotope et de chronotope) pourrait être redéfinie en un triple sens :

Sociotope 1. Sens générique : on pourrait parler de sociotope en ce sens générique pour tout l’ensemble des phénomènes de marquage social qui vont être distingués ci-dessous. (Plus que d’une sociologie, il s’agit donc ici d’une sociotopie).

Sociotope 2. Sens local : au sens où un salon, une rue, une mansarde, un foyer de théâtre, un quartier de Paris, une ville d’eau, une pension de famille, une maison de jeu, un coucou, le cabinet particulier d’un restaurant, etc. peuvent être désignés par le récit balzacien comme des lieux puissamment investis par le social, et qui prédisposent leurs acteurs à des comportements normés et prévisibles.

Mais la notion, en ce sens local, peut s’entendre aussi de manière plus abstraite, pour désigner les « zones sociales » dont le roman balzacien pratique l’exploration, au prix – souvent – d’en proposer l’histoire. Voir par exemple La Duchesse de Langeais :

« À toutes les phases de l’histoire, le Paris de la haute classe et de la noblesse a eu son centre, comme le Paris vulgaire aura toujours le sien. Cette singularité périodique offre une ample matière aux réflexions de ceux qui veulent observer ou peindre les différentes zones sociales. »

 

Sociotope 3. Au sens de « scène sociale routinière », indexée par la « topique romanesque ». Ainsi, diverses scènes sociales fort codées sont aisément reconnaissables dans le roman balzacien, en particulier du fait de leur répétition (ou de leurs déclinaisons avec variantes) : l’orgie, le bal (masqué ou non), la soirée à l’opéra, la promenade sur le boulevard, aux Champs-Élysées, le voyage (à Paris : Les Comédiens sans le savoir), en Province (La Muse du département), en coucou (Un début dans la vie), etc.

 

La notion bakhtinienne de chronotope reste efficace quand les espaces sociaux désignés à l’analyse se trouvent être découpés en fonction de critères historiques. Et comme ils le sont bien souvent, on peut dire que les sociotopes balzaciens sont des chronotopes.

 

b. Sociotype : par souci d’homogénéité conceptuelle, on pourrait désigner sous ce terme les types balzaciens bien connus, qui bien évidemment sont des types sociaux. Types essentiels, on le sait, à la taxinomie sociologique de Balzac, mais que reconnaît aussi la littérature panoramique contemporaine (à laquelle Balzac apporte sa contribution, et qui avoue parfois le tenir pour son modèle) : la grisette, la femme de province, le banquier, le notaire, l’épicier, le gamin, le commis voyageur, etc.

c. Dans le même esprit, on pourrait désigner comme des chronotypes, des sociotypes définis en fonction d’une grille historique : le cousin Pons, « homme-Empire », ou encore la « fille d’opéra du XVIIIsiècle », que Balzac distingue de la « marcheuse » contemporaine) (Les Comédiens sans le savoir).

De même, l’épicier tel que le définit le Balzac « panoramiste » est un chronotype : « À mes yeux, l’épicier, dont l’omnipotence ne date que d’un siècle, est une des belles expressions de la société moderne », CHH, t. XXVII, p. 9

 

d. Sociolecte : déjà en usage sous la plume de Roland Barthes et dans certaine sociolinguistique, le terme est commode pour rendre compte de tous les comportements linguistiques marqués par le social, et donc par une certaine forme de stéréotypie. Et, là aussi, Balzac apparaît comme le premier à avoir eu, avec une belle acuité, une telle écoute des comportements linguistiques conversationnels marqués par la stéréotypie sociale (ce qu’il appelle des « parlottes »), ainsi qu’une telle sensibilité à la stéréotypisation de la langue écrite (en particulier dans la littérature romantique ou dans le journalisme). Il lui arrive de désigner de tels traits socio-stylistiques comme des « phraséologies », phraséologies dont font justice certains de ses pastiches désopilants.

 

e. Sociothèmes : on pourrait désigner ainsi tout stéréotype localisé de manière sociale, toute « brique » discursive préconstruite marquée par l’origine de classe ou de groupe de celui qui y a recours.

 

f. Sociodrames. Risquant de faire double emploi avec la notion de sociotope au sens 2, la notion n’en est pas moins peut-être utile face à une œuvre dont les catégorisations théâtrales et dramaturgiques sont elles aussi l’une des constantes bien connues. Elle pourrait être réservée à un double emploi :

Sociodrame 1. Pour mettre l’accent sur la théâtralité des comportements sociaux, sur la « grimace sociale » auquel est particulièrement sensible l’auteur de ce « drame social » aux cent actes divers qu’est La Comédie humaine, particulièrement sensible à la « mise en scène de la vie quotidienne », et à la « face » ou « façade » que s’y donnent les acteurs (Irving Goffman).

Sociodrame 2. Pour en référer à ces scènes à faire particulièrement dramatiques qui structurent le récit balzacien, une fois que le narrateur obtempère enfin à la requête qu’Émile fait à Raphaël de Valentin : « Arrive au drame ! » Exemples : la confession, l’adultère, le duel, le crime, le pacte, l’agonie, etc.

 

g. Enfin, on pourrait aussi parler de sociophones (« la voix bourgeoise, la voix d’un éligible » de Vital, chapelier, dans Les Comédiens sans le Savoir, voire même de socioromes (« l’odeur de pension »), etc.

 

3. Fonctionnement textuel des sociotopes.

A. Comment les sociotopes sont-ils mis en intrigue ?

La question pourrait porter sur la concaténation des sociotopes de diverse nature dont l’addition constitue l’armature du roman balzacien, – dont on sait, par exemple, qu’il commence souvent par l’exploration d’un sociotope local.

Notons que chaque roman balzacien met au cœur de l’action qui s’y joue une sorte de crise des sociotopes. Le « drame » balzacien, après la longue exposition, est souvent un moment de dysfonctionement, de révolution, de mise à mal des certitudes sociotopiques initiales et canoniques. En d’autres termes, le roman balzacien, se donne pour mission de connaissance l’exploration des différentes formes de « pathologie sociale », tant sous leurs aspects collectifs (« révolution », « crise », « maladie sociale » (La Rabouilleuse), etc.) que personnels. Mais il se fait aussi très souvent exploration des « distances » et « distinctions sociales » et récit de leur mise à mal par la société « révolutionnée ».

Dans le même esprit, plus qu’aux individus et aux espèces sociales conformes à la norme, Balzac s’intéresse à ce que lui-même désigne parfois comme des « exceptions sociales », des « amphibies » ou des « métis » sociaux.

 

B. Quelle lecture – et quels lecteurs – pour ces sociotopes, qui sont aussi des sémiotopes ?

Il s’agira ainsi d’analyser comment le roman balzacien procède pour décrypter le social ; comment il « arrange » certains situations cognitives et/ou herméneutiques, où certains personnages se doivent de percer à jour l’identité sociale de certain(s) autre (s) : Qui est Mme Firmiani ? Qui sont les logeuses du héros de La Bourse ? Quelle est l’identité des passagers d’abord anonymes du coucou ?

Il s’agira aussi de voir comment le narrateur balzacien, se comportant lui-même en socio-sémiologue, opère pour son propre compte un tel décryptage. Car il lui arrive souvent de se donner lui-même pour un « archéologue du mobilier social » (« Avant-propos » de La Comédie humaine), et de s’inscrire dans la communauté des « observateurs de la nature sociale et parisienne », qui « peuvent dire la profession d’un passant en le voyant venir » (Le Cousin Pons).

Mais plus encore qu’« observateur », que « physiologiste » ou qu’« archéologue », Balzac se comporte en fait en sémiologue des comportements sociaux. Voix, démarche, toilette, regard : tels sont les signifiants qui, de manière privilégiée, mettent aux aguets ses analyses de « l’homme hiéroglyphié » (Traité de la vie élégante). Analyses faciles, nous dit-il, malgré la dédifférenciation à l’œuvre dans la société révolutionnée : « Quoique maintenant nous soyons à peu près tous habillés de la même manière, il est facile à l’observateur de retrouver, dans une foule, au sein d’une assemblée, au théâtre, à la promenade, l’homme du Marais, du faubourg Saint-Germain, du Pays Latin, de la Chaussée d’Antin, le prolétaire, le propriétaire, le consommateur et le producteur, l’avocat et le militaire, l’homme qui parle et l’homme qui agit » (Traité de la vie élégante). De telles analyses forment l’ordinaire de ses décryptages, dont l’addition finit par former le « code herméneutique » balzacien (Barthes, S/Z).

 

 

4. Destin ultérieur des sociotopes balzaciens

Il s’agirait cette fois de s’intéresser à l’influence de la sociotopique balzacienne sur les romanciers réalistes ultérieurs ; de voir par exemple comment le Flaubert de L’Éducation sentimentale s’y prend pour décliner à plaisir certains sociotopes balzaciens : le duel, l’orgie, la promenade au Bois, etc. Comment aussi il amplifie et systématise l’analyse sociolectale à laquelle Balzac a eu recours le premier, en généralisent l’usage du discours rapporté, distancié de celui du narrateur et stigmatisé par des italiques.

 

Bibliographie

Javeau, Claude, Le Bricolage du social, un traité de sociologie, PUF, Paris, 2001.

Javeau, Claude, Sociologie de la vie quotidienne, PUF, « Que sais-je? », 2003.

Goffman, Erving, La Mise en scène de la vie quotidienne, Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun », 1992, 2 vols.

Tacussel, Patrick, Mythologie des formes sociales. Balzac et les saint-simoniens ou le destin de la modernité, Méridiens-Klincksieck, coll. « Sociétés », 1999, 308 pages.