Archives mensuelles : décembre 2009

Appel à communication – « Discours sur le mineur »

Appel à communication

Colloque international « Discours sur le mineur »

Université Paris-Est Créteil / Université Paris Est Marne-la-Vallée

**

4, 5 et 6 novembre 2010

L’Institut des Mondes Anglophone, Germanique et Roman, IMAGER – EA 3958 (UPEC, Université Paris Est Créteil / UPEM, Université Paris Est Marne-la-Vallée), organise un colloque transdisciplinaire intitulé « Discours sur le mineur » dans la littérature et la culture des pays de langues allemande, anglaise, espagnole et italienne. Outre la diversité des aires géographiques et culturelles – anglophones, germanophones et romanes -, ce colloque est appelé à faire se rencontrer différentes disciplines – littérature, civilisation, histoire, sociologie, psychanalyse, droit, science politique et linguistique.

Ce colloque s’inscrit dans le cadre du travail de deux des trois axes de l’équipe IMAGER – « Identité / Altérité http://imager.univ-paris12.fr/1213635286264/0/fiche___article/ » et « Conflits http://imager.univ-paris12.fr/1213636113359/0/fiche___article/  » – et entend élargir la réflexion amorcée dans le cadre de la journée d’étude « La guerre des sexes : invectives, querelles, dénigrements », centrée sur l’analyse du discours conflictuel entre l’homme et la femme, dans lequel le statut de mineure est précisément un enjeu de l’affrontement.

Si le mineur renvoie à « ce qui est plus petit, inférieur, qui a moins d’importance et qui est d’un intérêt secondaire », il désigne dans le domaine juridique celui ou celle « qui n’a pas atteint l’âge de la majorité » et qui est donc jugé « incapable » et « irresponsable ». Partant de ces définitions premières, la littérature, les sciences humaines et la linguistique ont multiplié le recours au concept de mineur pour désigner des figures ou des phénomènes situés aux marges ou en périphérie d’un espace symbolique considéré comme majeur.

Ce colloque, qui a pour intitulé « Discours sur le mineur », propose une réflexion sur la relativité du concept de mineur, sa fragilité épistémologique mais aussi sa nécessité. En effet, en centrant son discours sur la notion de canon pour en souligner les failles, la postmodernité a fait du mineur une notion majeure. Ce qui est en jeu, c’est bien l’identification de l’autorité qui organise et hiérarchise les êtres et les choses pour construire des modèles donnés comme immuables. Il s’agit donc de s’interroger sur l’intentionnalité des discours sur le mineur ainsi que sur leurs effets politiques, sociaux, juridiques et esthétiques. Au final, les querelles sur le mineur n’auraient-elles pas un pouvoir subversif propre et de quel ordre serait-il ?

Trois axes de réflexion seront privilégiés :

* contributions à une (re)définition de la notion de mineur
* formes et représentations du mineur
* fonctions critiques de la notion de mineur

Dans le champ littéraire, tout en nous inscrivant dans la lignée des travaux de Paul-André Claudel, qui ont montré la nécessité de distinguer les oeuvres relevant d’un « sous-système » (paralittératures comme le roman policier, le roman sentimental, la science-fiction et la littérature de jeunesse) des oeuvres relevant d’un « hors-système » (textes exigeants qui se constituent en contre-canon en proposant des valeurs alternatives), nous souhaiterions plus particulièrement axer notre réflexion sur :

* les raisons historiques ou esthétiques des changements de statut d’un genre ou d’un courant littéraire
* le discours des écrivains sur leurs propres oeuvres, qui établit une hiérarchie entre oeuvres majeures et oeuvres mineures susceptible d’orienter le discours critique
* le mineur au sein du texte : parties d’une oeuvre oubliées ou délaissées par la critique en raison de leur situation périphérique, comme pour le paratexte, les digressions, les descriptions, les notes de bas de page, les espaces blancs. Que lit-on dans le texte ? Sur quelles parties du texte porte le discours critique ?

Dans le domaine des sciences humaines, on cherchera notamment à questionner l’évolution des discours portés sur les figures de « mineurs », qui peuvent varier selon les époques et les contextes politiques ou culturels : ainsi, le discours sur la femme, par exemple, mais aussi sur l’enfant ou encore sur le colonisé, l’immigré ou l’étranger dévoilent-ils les structures sociales, les rapports de domination et les idéologies d’une culture donnée. Il s’agira aussi de redéfinir ces figures de « mineurs » à l’époque contemporaine afin de contribuer à dévoiler les enjeux de leurs représentations et, comme pour le champ littéraire, de réfléchir à l’intentionnalité des discours sur le mineur ainsi que sur leurs effets politiques, sociaux et juridiques. Une attention particulière sera prêtée à la notion « d’enfant mineur », aux catégories socio-politiques, juridiques et aux mythes qui s’y attachent dans les sociétés contemporaines (délinquance, violence, addictions, sexualité…). Comment le discours porté sur les mineurs façonne-t-il et fait-il évoluer les contours de cette catégorie, et même le statut juridique du mineur ? Quels sont les éléments de rupture et de continuité que l’on peut identifier dans l’évolution de ce discours et quelles sont les raisons historiques, sociologiques, politiques de ces changements ?

Dans le domaine linguistique, deux axes de réflexion seront privilégiés :

* on pourra d’abord s’interroger sur l’inscription du mineur dans la langue : comment le mineur se dit-il ? Y a-t-il des marqueurs linguistiques spécifiques pour dire le mineur ? Les moments de transition ou de bouleversement dans la prise en compte de certains phénomènes linguistiques dits « mineurs » pour l’étude d’une langue pourront également être étudiés
*dans la lignée des travaux de Deleuze et Guattari sur la littérature mineure, il s’agira d’explorer la notion de « langue mineure » conçue comme « exercice mineur d’une langue même majeure ». Comment trouver dans sa propre langue une langue mineure ? Quels sont les éléments linguistiques intensifs ou tenseurs, selon la terminologie forgée par Vidal Sephiha, qui permettent d’exprimer les « tensions intérieures d’une langue » et de faire d’une langue majeure un usage mineur ? On pense à l’usage mineur que Joyce ou Beckett ont fait de l’anglais, Céline ou Artaud du français, Kafka de l’allemand, ou encore Pasolini de l’italien. Ces auteurs considérés comme majeurs seraient-ils alors de vrais auteurs mineurs ? On réfléchira également à l’usage du bilinguisme et du multilinguisme comme marqueurs d’une langue mineure, notamment dans la littérature et la poésie contemporaines. Ainsi, quelle que soit la nature du discours considéré (littéraire, savant, profane, verbal, écrit…), nous entendons privilégier la réflexion sur la langue mineure conçue non pas comme « langue d’une minorité culturelle, religieuse, politique ou ethnique » mais plutôt comme langue qu’une minorité culturelle, religieuse politique, ethnique, ou même artistique, forge au sein de la langue majeure.

Les propositions de communication (2500 caractères maximum) sont à envoyer avant le 15 mars 2010 à :

farah.boureghda@univ-paris12.fr

– copie à : caroline.zekri@univ-paris12.fr , beatrice.rodriguez@univ-paris12.fr  

Langue du colloque : français.

Sélection des articles par le comité scientifique en vue de la publication des actes du colloque.

Responsable : IMAGER (Institut des Mondes Anglophone, Germanique et Roman), Université Paris-Est Créteil / Université Paris Est Marne-la-Vallée

Url de référence :

http://imager.univ-paris12.fr/

Appel à contribution – « Histoire et littérature, regards croisés : enseignement et épistémologie »

Histoire et littérature, regards croisés : enseignement et épistémologie

Colloque international

History and literature at a cross glance: teaching and epistemology

International and interdisciplinary symposium

* *

Argument et thématiques

Ce colloque international cherchera à interroger plus précisément les relations entre histoire et littérature(s) telles qu’elles se forgent au sein du système éducatif. En effet, les passerelles entre ces deux disciplines ne datent pas d’hier et elles sont très nombreuses. La bi-disciplinarité (Français-histoire) courante au Collège jusqu’au début des années 80 subsiste encore aujourd’hui en Lycée Professionnel. Les enseignants de français sollicitent fréquemment la documentation historique pour faciliter la lecture des oeuvres et de leur côté, les manuels et les enseignants d’histoire trouvent dans l’approche sensible offerte par l’image ou le fragment littéraire le moyen pédagogique de faire appréhender un événement ou une problématique historiques.

Cependant ces deux disciplines poursuivent des buts spécifiques et renvoient à des didactiques propres. Si « la recherche permanente du sens », « l’exercice du raisonnement et de l’esprit critique » ou « la connaissance de l’héritage culturel » (Programmes du lycée général et technologique — 2002) sont des finalités partagées, l’enseignement de l’histoire et de la littérature interrogent les documents écrits avec des objectifs différents. Le statut du texte littéraire n’est certainement pas le même d’un cours à l’autre : les « oeuvres majeures » du cours de littérature ne sont-elles qu’un document parmi d’autres pour le cours d’histoire ? Inversement quelle valeur attribue-t-on, en cours de littérature, aux documents précieux pour l’historien que sont les mémoires, les chansons, ou les pamphlets ? Les méthodes d’analyse, les interprétations attendues peuvent, elles aussi, se montrer divergentes dans la mesure où les savoirs en construction ne sont pas identiques. Selon le niveau considéré (primaire, collège, lycée ou université) l’analyse suppose des plans d’exigence et des orientations didactiques variables entre repérage (ou confirmation) de savoirs préconstruits, construction de connaissances nouvelles, et mise en perspective critique des discours.

Les communications, qui s’inscriront dans les trois axes suivants, pourront :

– poser des questions théoriques concernant l’épistémologie des disciplines et de l’interdisciplinarité,
– s’appuyer sur une description des pratiques ou du matériel pédagogique, selon une ouverture chronologique et générique très large,
– présenter des expériences pédagogiques et modéliser des travaux de classe dans la mesure où ils illustrent des interrogations ou des réponses accordées à la problématique du colloque.

AXE 1. Littérature et histoire, continuités de l’interdisciplinarité.

Les échanges entre littérature et histoire appartiennent à une histoire déjà longue de partages de savoirs et de techniques entre les écrivains et les chercheurs, mais aussi dans l’enseignement de ces deux disciplines scolaires.

Les communications proposées sur cet axe s’efforceront de baliser l’histoire et les limites d’une interdisciplinarité en interrogeant les programmes, les manuels, les revues pédagogiques, les initiatives « militantes » ou innovantes, les collaborations avec d’autres disciplines (artistiques ou scientifiques).

Le recours à l’interdisciplinarité dans les programmes français actuels se situe dans un contexte particulier qui nécessite des analyses attentives : pour l’enseignement de la littérature comme pour celui de l’histoire, les questions d’identité et de mémoire sont à l’arrière-plan de thématiques nouvelles, clairement formulées en termes d’interdisciplinarité comme l’enseignement du fait religieux ou de l’histoire des arts.

On s’interrogera enfin sur l’incidence de recherches actuelles aussi ouvertement pluridisciplinaires que l’histoire littéraire ou l’histoire culturelle, sur l’enseignement dans le premier et le second degré. Quelle place accorde-t-on, par exemple, à l’histoire des techniques et des modes de production de l’imprimé, ou à l’histoire des modes de lecture, ou à l’histoire des imaginaires ?

AXE 2. Les corpus : du cours de littérature au cours d’histoire et retour…

Quels sont les textes, les auteurs, les fragments voire les périodes ou les événements qui servent de monnaie d’échange entre les deux disciplines ? Quels soutiens et quels apports l’image et l’illustration fournissent-elles à chacun de ces enseignements ?

Les communications proposées sur cet axe proposeront un inventaire des situations, des contextes et des supports qui permettent de solliciter l’histoire en cours de français et la littérature en cours d’histoire. On se demandera par exemple si on s’intéresse plutôt au témoignage direct des écrivains sur l’événement, à la mise en scène de la vie quotidienne dans la fiction, ou aux oeuvres littéraires comme révélatrices de la sensibilité ou des croyances d’un moment de l’histoire des mentalités. Dans la cadre de la réhabilitation du récit en histoire, on s’interrogera sur l’intérêt et les limites pour l’enseignant de la reconstitution littéraire d’un événement, d’une époque ou d’une vie (romans et biographies historiques). On montrera comment l’enseignement de la littérature mobilise aujourd’hui les connaissances historiques : quelle est par exemple l’approche la plus fréquente de Tartuffe, à l’école ? Une approche actualisée et anachronique peut-elle se substituer à une lecture contextualisée insérée dans l’histoire ? Quels rappels, quels documents, quels projets interdisciplinaires permettent de lire La Fontaine ou les Surréalistes à travers leur époque et à travers la nôtre ? Quelles relations entre histoire littéraire et histoire politique ou sociale ?

AXE 3. Entre histoire et fiction : la fabrique du réel.

Quel est régime de réalité fabriqué par l’Histoire, la Littérature et les études littéraires? Ce troisième axe vise à problématiser le statut de l’oeuvre littéraire comme document et à spécifier la singularité des oeuvres d’art comme documents historiques.

L’utilisation de textes littéraires en classe, pour l’élaboration de savoirs historiques, pose des problèmes multiples : le document permet-il de construire des connaissances, de les retrouver, ou de se les approprier ? Quel partage établir entre l’émotion ou l’empathie recherchées par le texte littéraire et le recul nécessaire au travail historique ? Quelle distance juste établir entre la réalité historique et la relativité de sa représentation par une énonciation subjective ? Comment jouer entre la construction d’une représentation par la fiction et les représentations obstacles que génèrent les fictions ?

Mais les oeuvres littéraires ne proposent pas seulement des reflets d’une réalité qu’elles contribuent à construire. Comment prendre en compte l’originalité du travail de l’écrivain ? Qu’est-ce qui distingue le « témoignage » de Barbusse ou de Martin du Gard sur la guerre de 14 et les lettres de Poilus aujourd’hui si fréquemment utilisées ? Qu’est ce qui distingue un récit de vie d’une autobiographie d’écrivain comme Histoire de ma vie de George Sand ? Quel sort accorder à ces distinctions dans des pratiques de classe qui visent à la formation d’une culture portée par la singularité des oeuvres d’une part et à la constitution de grands repères d’autre part ? Comment peut-on articuler approche sensible et approche documentée ? Quel degré de vérité accorder à des textes qui représentent ou qui traduisent les fragments d’une réalité datée ?

Propositions de communication : Les résumés de communication (3000 signes environ) seront adressés avant le 1 mars 2010 à Martine Watrelot (martine.watrelot@inrp.fr).  

Comité d’organisation :

Équipes EF2L et ECEHG de l’INRP Université de Lyon 2, UMR LIRE-CNRS Lyon 2

Université Lyon1 (IUFM),Université de Grenoble 3, Université de Savoie.

Comité scientifique :

Paule PETITIER, professeure des universités à l’Université de Paris 7

Catherine NESCI, professeure des universités à l’Université de Santa Barbara (USA)

Grégory BROWN, professeur des universités à l’Université de Las Vegas (USA)

Jean-Louis DUFAYS, professeur des universités à l’Université de Louvain (BELGIQUE)

Brigitte LOUICHON, professeure des universités à l’Université de Bordeaux 4

Jean-François MASSOL, professeur des universités à l’Université de Grenoble 3

Yves CITTON, professeur des universités à l’Université de Grenoble 3 et Institut d’Études

Politiques de Paris, directeur du pôle de Grenoble de l’UMR 5611 LIRE CNRS-Lyon 2

Chantal THOMAS, co-responsable de l’équipe 18e siècle de l’UMR 5611 LIRE CNRS-Lyon 2

Guillaume PINSON, professeur des universités à l’Université de Laval (CANADA)

Violaine HOUDART-MÉROT, professeure des universités à l’Université de Cergy-Pontoise

Michaël KOHLHAUER, professeur des universités à l’Université de Savoie

Randa SABRY, professeure des universités à l’Université du Caire (ÉGYPTE)

Anne ARMAND, Inspectrice Générale du Groupe lettres

Annie RENONCIAT, professeure des universités à l’Université de Paris 7

Jean-Pierre DUTEIL professeur des universités à l’Université de Paris 8

Jesús M. USUNÁRIZ, professeur des universités à l’Universidad de Navarra 31080 Pamplona — (ESPAÑA)

Jean-François CHANET, professeur des universités à l’Université de Lille 3

Frédéric GUGELOT, maître de conférences à l’Université de Reims et à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris

Paolo CAMMAROSANO, professeur des universités à l’Université de Trieste (ITALIA)

François AUDIGIER, professeur des universités à l’Université de Genève (SUISSE)

Contact

* Martine Watrelot

courriel : martine [point] watrelo (at) inrp [point] fr

Equipe Français, langue, littérature (EF2L)

martine.watrelot@inrp.fr

Tel 04 72 76 62 12

Site : http://litterature.inrp.fr/

Adresse postale :
INRP 19 allée de Fontenay
BP17424
69347 Lyon cedex 07

Url de référence : http://www.inrp.fr/manifestations/2010-2011/histoire-litterature

Diffusion d’un appel de communication – liste de diffusion socius

ENJEUX CRITIQUES DES ÉCRITURES (AUTO)BIOGRAPHIQUES CONTEMPORAINES
APPEL À CONTRIBUTIONS

Colloque organisé dans le cadre du 78e congrès de l’ACFAS,
Université de Montréal, 10 et 11 mai 2010

Robert Dion, Manon Auger, Mariane Dalpé et Olivier Dufault
(Université du Québec à Montréal)

Conférencier invité : Philippe Gasparini, auteur d’Est-il je? et d’Autofiction (Éditions du Seuil)

 

PROPOSITION :

Dans la foulée du retour du sujet, depuis les années 1980, les écritures biographiques et autobio­graphiques ont réinvesti massivement la scène littéraire. Or, c’est bien connu, il ne s’agit pas d’un retour naïf qui n’aurait pas pris acte des remises en question radicales de la période précédente, mais plutôt d’une prise de position à la fois esthétique, poétique et éthique, souvent accompagnée d’un questionnement sur la valeur même de l’entreprise (auto) biographique.

Au cours de ce colloque, il s’agira d’interroger cette posture critique particulière des écritures (au­to)biographiques contemporaines, qui prend pour objet tant la littérature que le langage ou les discours, mais aussi les modèles, voire l’héritage, la tradition et la mémoire qui les fondent. À cet égard, si on a beaucoup questionné, au fil de l’histoire littéraire, l’usage de la biographie en cri­tique et si de nombreux ouvrages se sont penchés sur les particularités génériques et esthétiques des écritures (auto)biographiques, il appert qu’on n’a en revanche à peu près jamais interrogé la fonction critique proprement dite du biographique. C’est donc le biographique en tant que discours ou récit critique que nous souhaitons mettre au centre des préoccupations de ce colloque, par le biais de l’étude de ses modes d’expression les plus divers (autobiographie, biographie imaginaire, autofiction, journaux, correspondances, etc.)

Dans cette optique, les participants pourront notamment :

– procéder à l’examen d’une œuvre ou d’un genre (auto)biographique porteur d’une ré­flexion critique particulière, qu’il s’agisse de la question du rapport au langage et à la re­pré­sentation ou de celle du jeu sur les frontières génériques — ou bien, dans une autre perspective, de la question de la doxa sociale ou littéraire qui la sous-tend ;
– privilégier des problématiques axées sur la démarche biographique, telles que la relation et/ou la distance du biographe vis-à-vis de sa pratique et de son objet ou encore l’inté­gra­tion du discours critique au sein d’une biographie d’écrivain qui doit composer tant avec l’œuvre de son biographé qu’avec le commentaire qui l’accompagne ;
– réfléchir, de façon plus globale, sur la valeur critique des écritures (auto)biographiques dans le champ littéraire contemporain, voire dans l’économie actuelle des savoirs.

En nous appuyant sur le postulat que certaines « prises de position » de ces écritures reflètent aussi, de façon plus générale, celles de l’ensemble de la littérature narrative contemporaine, nous souhaitons, au terme de ce colloque, parvenir à mieux circonscrire les enjeux tant institutionnels, herméneutiques et épistémologiques que soulèvent les écritures (auto)biographiques.

CONSIGNES :

Les professeurs et étudiant(e)s intéressés sont invités à soumettre leur proposition de commu­ni­cation avec titre (250-300 mots) au plus tard le 1er février 2010, accompagnée de leurs coor­données détaillées :

– Nom et prénom
– Fonction et institution d’attache
– Adresse électronique
– Adresse postale
– Numéro de téléphone

Le tout devra être envoyé en fichier électronique joint (format Word) aux organisateurs suivants :
Robert Dion: (dion.robert@uqam.ca)
Manon Auger : (manonauger@hotmail.com)

La durée des communications sera de 20 minutes et une période de questions suivra chacune d’entre elles. Veuillez par ailleurs noter que l’inscription au Congrès de l’ACFAS est obligatoire pour les participants (http://www.acfas.ca/congres/2010/pages/inscription.html).  Aucun rem­bour­­sement des frais n’est prévu.

PARTENAIRES :

– Association francophone pour le savoir (ACFAS) (http://www.acfas.ca)
– Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), projets « Littératures narratives française et québécoise : poétiques et esthétiques comparées »  (http://www.crilcq.org/recherche/poetique_esthetique/litt_narratives_contemp.asp) et « Figures d’écrivain : le rapport vie-œuvre comme enjeu critique dans la littérature contemporaine »  (http://www.crilcq.org/recherche/poetique_esthetique/figures_ecrivains.asp)
– Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH)
– Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture (FQRSC)
– Université du Québec à Montréal

Appel à communication – « Écritures du dissensus. Scénographies de résistance »

Appel à communication

Colloque du Centre de recherche sur l’intermédialité (CRI)

Écritures du dissensus. Scénographies de résistance

78e Congrès de l’ACFAS, Université de Montréal, 13 et 14 mai 2010

Jacques Rancière considère dans la Mésentente qu’ « en politique, un sujet n’a pas de corps consistant, il est un acteur intermittent qui a des moments, des lieux, des occurrences et dont le propre est d’inventer, au double sens, logique et esthétique, de ces termes, des arguments et des démonstrations pour mettre en rapport le non-rapport et donner lieu au non-lieu ».

En partant de cette définition qui fait de la subjectivation la condition première du politique comme affrontement, rupture avec des rapports existants dans une situation donnée et comme reconfiguration des rapports dans la communauté, le colloque CRI/Acfas 2010 se concentrera sur cette déclinaison des contextes (temps, lieux) mais aussi sur les moyens par lesquels ces actes (langage et action) se font politiques en les inscrivant notamment dans une dimension de l’invention élargie : « action de trouver, de découvrir », faculté de reprise, de recyclage de l’ancien, « trouvaille dans la façon d’agir » ou encore « action d’imaginer une chose que l’on donne pour vraie, un mensonge » (Rey).

Le colloque interrogera ces moments où survient, non seulement le sujet politique, mais plus précisément la parole qui fait dissensus, une parole jusque-là non prise en compte dans la communauté. Sera ciblé dans ce moment un type d’acteur particulier : celui par qui le dissensus arrive et pour qui la résistance est aussi un acte énonciatif et performatif (Proust). Celui que les résistances philosophiques (Bergen) selon leurs postures (dialectiques, vitalistes, axiomatiques) ont nommé opprimé, exploité, perdant, vaincu, inexistant, sans-part, minoritaire etc. Celui qui investit la résistance autant comme mouvement insurrectionnel que comme « résistance à la résistance qui fait fond sur la force d’inertie du donné afin de barrer la voie à tout changement » (Bergen).

En comprenant aussi que le dissensus peut surgir sur le plan mémoriel (Ricœur) et la résistance prendre les formes de la revenance et de la spectralité (Benjamin, Proust), le colloque s’attachera à penser ensemble dissensus et résistance par une réflexion sur la façon dont le dissensus produit de la résistance et sur la manière dont la résistance pousse au dissensus.

Par quelles médiations techniques, discursives, poétiques, par quelles images, par quels mots, par quel dispositif passent les acteurs ─ se confondent-ils avec les auteurs ? ─ pour mettre en place, mettre en scène, traduire, exprimer, faire jouer et le dissensus dans lequel ils s’engagent et la résistance pour laquelle ils optent ? Dans quelle mesure ces médiations conditionnent-elles le dissensus et la résistance ? En sont-elles constitutives ? Les co-construisent-elles ? Contribuent-elles à les moduler (en les amplifiant, en les atténuant), à les modeler (en les formant, en les déformant, en les détournant), à les nourrir, à les contredire ? Comment les « écritures » du dissensus permettent-elles des « scénographies » de résistance ?

Cette articulation est ouverte à tous les corpus et à toutes les périodes.

Comité organisateur :

Silvestra Mariniello, professeur titulaire au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographique de l’Université de Montréal;

Djemaa Maazouzi, doctorante au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal.

Les propositions de communication d’environ 250 mots, accompagnées d’une brève notice bio-bibliographique, devront parvenir avant le 31 janvier 2010 et avec la mention « Colloque CRI/ACFAS 2010 » à l’adresse suivante :

djemaa.maazouzi@umontreal.ca

Call for papers – « Great Expectations: Arts and the Future »

The European Sociological Association’s Research Network on the Sociology of the Arts announces its mid-term conference, ‘Great Expectations: Arts and the Future’ to be held:

1-3 September 2010

University of Surrey

Guildford, United Kingdom

The Research Network aims to provide the sociological context for understanding the multi-faceted and interwoven social aspects which characterize the artistic world. The theme of the Guildford conference asks us to look from the present to the future, and abstracts are invited on the thematic sessions. The conference also aims to be inclusive and abstracts are also welcome on any topic within the sociology of the arts.

Thematic Sessions:

1. The Future of the Arts.

These sessions will examine such questions as: How might changes in technology change the production and consumption of the arts? How might changes in the social construction in the arts, for instance, the blurring of the boundaries between fine and popular arts, affect art worlds? Might the arts become more or less democratic? Might there be new art forms? If funding for the arts shrinks in the near future, how will the arts fare? Can the arts contribute to sustainability? Contemporary trends may suggest a variety of alternative futures in these and other areas.

2. Children and the Arts.

Children are the future. Their exposure to art today may make a difference to the arts in times to come. Moreover, the Guildford conference will be held concurrently with the mid-term conference of the ESA Research Network on Childhood. Papers on all aspects of children and the arts, including arts education, pedagogy and art, art therapy, the portrayal of children, and children’s participation in the arts, amongst other possible topics, are welcome.

3. Recent Developments in Theory in the Sociology of the Arts.

In order to understand potential future developments, it is necessary to understand contemporary trends. What is new in sociological theories of the arts?

Topical Sessions:

The sociology of the arts is a broad area, united across artistic disciplines and sociological schools of thought by the belief that sociology can inform the study of the arts, as well as an interest in, and usually a deep appreciation of, those art forms we choose to study.

Topics from all areas of the sociology of the arts are welcome, and session titles will be determined so as best to fit the range of high-quality abstracts submitted. Sociology of the arts is defined broadly to include fine, popular, folk, commercial, design and street art and the institutions, artists, producers, supporters, audiences and the other organisations and individuals involved with the arts. Abstracts from all social science disciplines, philosophy and the humanities, and from artists and practitioners are encouraged.

It is hoped that there will be sessions on Arts Management, Book Culture, Gastronomie (Food as art), Improvisation, The Market – Is it Artless for the Arts?, and What Sociology of the Arts can say about the Social Value of Art. Submissions on these topics, or on any other, are welcome.

Confirmed Plenary Speakers:

Professor Barbara Adam, Cardiff University, UK with Seth Oliver, Visual Artist, UK

Dr Wendy Schultz, Infinite Futures, Oxford, UK.

Abstract Submission: Please see the conference website for details on how to submit abstracts of 250 words. Deadline: 1 March 2010, feedback by 26 March 2010

Conference website: http://esa2010.surrey.ac.uk

Further information: Contact Victoria Alexander, v.alexander@surrey.ac.uk mailto:v.alexander@surrey.ac.uk

Invitation – « 1889 a vingt ans »

Il y a vingt ans, Marc Angenot faisait paraître «1889, un état du discours social». Ce livre – est-il besoin de le souligner? – a marqué les esprits et exercé une influence considérable sur un grand nombre de chercheurs en sociocritique des textes, ainsi que sur les spécialistes de l’analyse du discours, de la pragmatique socio- historique, de la rhétorique et de la théorie de l’argumentation; il intéressa également les historiens, les politologues et tous ceux qui s’efforcent de penser la « modernité ». On profitera de cet anniversaire pour faire retour sur les avancées de cet essai, mesurer le terrain parcouru, réévaluer la portée de l’ouvrage et mettre à jour sa critique. L’événement prendra la forme d’une table ronde où des questions de fond seront dégagées en de brèves interventions par Paul Bleton (Téluq/UQAM), Olivier Parenteau (Université de Liège), Michel Pierssens (Université de Montréal) et Geneviève Sicotte (Université Concordia). Ces interventions seront suivies de discussions et de débats en présence de Marc Angenot. Un vin d’honneur et des canapés seront servis.

«1889 a vint ans. Questions à Marc Angenot» aura lieu le jeudi 17 décembre 2009 à 17h, au salon Le Collectionneur du café des beaux- arts, le café du musée des Beaux-arts de Montréal, situé au 1384 rue Sherbrooke Ouest. Vous êtes invités à faire circuler l’affiche ci-jointe aux personnes de votre connaissance qui sont susceptibles de se montrer intéressées.

En espérant vous y rencontrer très nombreux, bien cordialement,

Claudia Bouliane

Secrétaire du Centre de recherche interuniversitaire en sociocritique des textes (CRIST)

Le sens du combat — L’Inconvénient no 39

Le sens du combat

Jusqu’à tout récemment, il était relativement facile de faire suivre les « appels au combat » – combats contre l’injustice, l’inégalité, l’autorité, autrement dit pour le progrès – par des combats réels dont on pouvait mesurer les fruits et les « avancées ». Le monde était assez ancien pour qu’on puisse y trouver prise. Or s’il est aujourd’hui encore facile d’en appeler à la lutte, si le désir du combat est toujours actif dans nos consciences, ce que l’on peut combattre réellement semble par contre de plus en plus évanescent et énigmatique. C’est que pour combattre, il faut des ennemis, des différences, des conflits, une vision claire de l’avenir, toutes choses que dans notre exaltation du présent nous nous efforçons d’abolir, de sorte que nos élans et notre désir se perdent dans des luttes dérisoires et fantomatiques.

Dans le numéro 39 de l’Inconvénient:

– des textes de Pierre Vadeboncoeur, Yvon Rivard, Sylvain David, Patrick Moreau, David Dorais et Yannick Roy;

– des nouvelles de Paul Kodama, Geneviève Blouin, Nicolas Charrette et Amélie Desruisseaux-Talbot;

– un compte-rendu critique de David Dorais consacré au Festival International de la Littérature (FIL);

– les chroniques de Gilles Marcotte, Réjean Beaudoin et Serge Bouchard;

L’Inconvénient est une revue littéraire d’essai et de création qui paraît quatre fois par année. Le site web de la revue (www.inconvenient.ca) contient des informations sur le comité, les auteurs et les numéros publiés.

Appel à articles – « Sociologie de l’image, sociologie par l’image »

Appel à publication : Sociologie de l’image, sociologie par l’image

CinémAction, ouvrage collectif, dirigé par Réjane Vallée

Résumé

Ce CinémAction se propose de questionner la façon dont la sociologie aujourd’hui s’intéresse à l’image, de l’objet à analyser, à l’objet-analyse de la sociologie visuelle. Les textes exploreront en particulier les deux axes éponymes : la sociologie de l’image, la sociologie par l’image. Comment le sociologue analyse-t-il les images ? Quelle « sociologie des images », dans ce qui peut participer à la fois d’une sociologie des oeuvres, mais aussi d’une sociologie des industries culturelles ? Cette prise en compte de l’image constitue la base, pas toujours explicite, de l’autre axe de cet ouvrage, la sociologie par les images. Comment le sociologue utilise-t-il les images, de la photographie au film, en passant par les « nouvelles technologies » multimédia ? Du document brut au film-recherche, les variations autour de l’image « sociologique » recouvrent des pratiques profondément différentes. Loin d’en épuiser le sens, les contributions analyseront les méthodes et les approches de la « sociologie visuelle » contemporaine.

Problématique

Le récent développement des études en sociologie de l’art et des oeuvres (Pequignot, Esquenazi 2007) s’appuie, pour une part, sur le cinéma et la photographie (Garnier, Becker 1974b, Esquenazi 2004), plus rarement sur la télévision (Mehl, Pasquier, Chalvon-Demersay) et les nouveaux médias. Avec quelle(s) méthode(s) scientifique(s) le sociologue peut-il prendre en compte les images, dont il se méfie traditionnellement (Maresca), et qui sont plutôt le terrain de recherche privilégié des historiens, des plasticiens, des esthéticiens ? Les propositions porteront sur des analyses précises d’oeuvres, que ce soient un ou plusieurs films ou approches thématiques, des programmes télévisuels (publicités, clips, séries télé…), des photographies, des sites internet, des jeux vidéo, des peintures, des dessins… Des analyses portant sur les dispositifs (Boukala) seront aussi possibles, prolongeant, par exemple, les travaux de Morin sur la question. Quelques textes porteront aussi sur la question du public de ces images : de la théorie du film miroir plus ou moins déformant au « film proposition » (Sorlin, Malassinet, Ethis), où se place la sociologie aujourd’hui sur la question des rapports entre image(s) et société(s) ?

Dans leurs pratiques aussi bien que dans leurs analyses, les deux figures que sont Bourdieu en France, et Becker aux USA interrogeront les différentes facettes de la photographie : du dispositif à analyser (Bourdieu 1965) à une approche particulière du terrain (Schultheis), d’un « monde de l’art » (Becker 1988) à un « essai photographique » (Becker 1974a), ces deux auteurs fixent un cadre théorique et empirique qui permet de voir à quel point sociologie de et par l’image sont indissociables. Comment, pourquoi et pour qui un chercheur choisit-il de travailler avec, ou à travers l’image, alors que la reconnaissance institutionnelle reste parfois faible (Becker 2009) ? Des « OVNI » (Barrata) aux (co)réalisations de sociologues tels Ganne, Sebag et Durand, Haicault, Friedmann pour le film, ou Papinot et Garrigues pour la photographie, toutes ces réalisations soulèvent les enjeux, mais aussi, parfois, les limites de cette « sociologie visuelle ». Le texte de Pierre Naville et l’écho qu’il reçut dans les années 80 (Terrenoire, le réseau national Pratiques audiovisuelles en sciences sociales) démontrent que malgré de nombreuses tentatives, la recherche en images rencontre encore de grandes réticences, particulièrement en France. Alors que l’anthropologie et l’ethnologie visuelle sont aujourd’hui ancrées dans le paysage de la recherche, provoquant de nombreux textes sur le sujet (Piault, De France, Colleyn, Conord…), la sociologie visuelle se déploie de manière éparse, sans questionnement d’ensemble sur sa portée et ses méthodes. Comment les chercheurs peuvent-ils penser en images, par l’image (Friedmann, Durand, La Rocca, Sebag et Tengour) ? Le sens est-il construit par l’image, ou par le regard porté sur elle ? Tout est-il « affaire de contexte » ? S’il semble entendu que les méthodes de recherche en images sont très proches de celles des recherches « écrites » (Guillou et Haicault), la sociologie visuelle oblige, a contrario, à questionner les frontières, en perpétuel mouvement, de la sociologie — des sociologies — notamment avec d’autres disciplines, évoquant une certaine transdisciplinarité. Quel déplacement épistémologique pose ce travail avec  par  sur l’image (Laplantine) ? Les textes publiés aborderont des expériences concrètes de sociologie visuelle, des questionnements théoriques, mais pourront aussi analyser des documentaires, des séries photographiques, des travaux multimédia pour leur approche sociologique. Outre l’aspect scientifique de la recherche en image, la question du destinataire se pose : quel public, pour quelle sociologie ?

Calendrier :

Date limite de remise des propositions (1500 signes) : 15 janvier 2010 par mail : rejane.vallee@univ-evry.fr  mailto:rejane.vallee@univ-evry.fr

Date de retour des propositions retenues : 1er février 2010

Date limite de remise des textes (15 000 à 18 000 signes) : 30 juin 2010

Références citées :

BARATTA R. (2006), Du film à l’OVNI en passant par le travail, in FRIEDMANN D. (dir.) Filmer, chercher, Communications n°80, pp. 235-254.

BECKER H.S. (1974a), Blessing the fishing fleet in San Francisco, Society, Volume 11 n° 4, mai 1974 pp. 83-86.

BECKER H.S. (1974b), Photography and Sociology. Studies in the Anthropology of Visual Communication 1, pp. 3-26.

BECKER H.S. (1988), Les Mondes de l’art, Paris, Flammarion.

BECKER H.S. (2009), Comment parler de la société. Artistes, écrivains, chercheurs et représentations sociales, Paris, La Découverte, « Grands Repères Guide ».

BOUKALA M. (2009), Le dispositif cinématographique, un processus pour [re]penser l’anthropologie, Paris, Téraèdre, « L’anthropologue au coin de la rue ».

BOURDIEU P., BOLTANSKI L., CASTEL R., CHAMBOREDON J.C. (1965), Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Minuit, « Le sens commun ».

CHALVON-DEMERSAY S. (2000), Pour une approche sociologique des oeuvres de fiction télévisée, in MIGOZZI J. (dir.), De l’écrit à l’écran : littératures populaires : mutations génériques, mutations médiatiques, Limoges, PULIM, « Littérature en marge », p. 851-864.

CHALVON-DEMERSAY S. (2000), Une enquête sur la série télévisée Urgences, Esprit n°10, p. 21-38.

COLLEYN J.P., DE CLIPPEL C. (dir.) (1992), Demain, le cinéma ethnographique, CinémAction n°64, Corlet, Télérama.

CONORD S. (dir.) (2007), Arrêt sur images. Photographie et anthropologie, Ethnologie française, 2007 / 1.

DE FRANCE C. (1979), Pour une anthropologie visuelle, Paris, Mouton, La Haye-New York, « Cahiers de l’Homme » n°19, Nouvelle Série.

DE FRANCE C. (1982), Cinéma et anthropologie, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

DE FRANCE C. (1994), Du film ethnographique à l’anthropologie filmique, Paris, Éditions des Archives Contemporaines.

DURAND J.P. (2004), Filmer le social ?, L’homme et la société, n° 142, 2004/1, pp. 27-44.

ESQUENAZI J.P. (2004), Godard et la société française des années 60, Paris, Armand Colin, « Cinéma ».

ESQUENAZI J.P. (2007), Sociologie des oeuvres. De la production à l’interprétation, Paris, Armand Colin.

ETHIS E. (2005), Sociologie du cinéma et de ses publics, Paris, Armand Colin, « 128 ».

FRIEDMANN D. (dir.) (2006), Filmer, chercher, Communications n°80.

GARNIER J.P. (2004), Les Choristes, un analyseur des nostalgies populaires, L’homme et la société n°154, pp. 69-91.

GARRIGUES E. (1999), L’écriture photographique, essai de sociologie visuelle, Paris, L’harmattan, « Champs visuel ».

GUILLOU A., HAICAULT M. (dir), Réseau national pratiques audiovisuelles en sciences sociales : Cahier n°1 Pratiques audiovisuelles en Sociologie (Avril 1987, LERSCO Nantes) ; Cahier n°2 La parole dans le film (Avril 1988 LEST Aix en Provence) ; Cahier n°3 La caméra sur le terrain (Avril 1989 Vaucresson).

LA ROCCA F. (2007), Introduction à la sociologie visuelle, in BOU HACHEM A. et LA ROCCA F. (dir.), L’image dans les sciences sociales, Sociétés n°95, 2007/1.

LAPLANTINE F. (2009), Son, images et langage. Anthropologie esthétique et subversion, Paris, Beauchesne.

MALASSINET A. (1979), Société et cinéma, Les années 60 en Grande Bretagne, Paris, Lettres modernes.

MARESCA S. (1996), La photographie. Un miroir des sciences sociales, Paris, L’Harmattan, « Logiques sociales ».

MEHL D. (1996), La télévision de l’intimité, Paris, Seuil.

MEHL D. (1992), La fenêtre et le miroir. La télévision et ses programmes, Paris, Payot.

MORIN E. (1958), Le cinéma ou l’homme imaginaire, Paris, Les Editions de minuit.

NAVILLE P. (1966), Instrumentation audio-visuelle et recherche en sociologie, Revue de sociologie française, Volume 7, Numéro 2, pp. 158–168.

PAPINOT C. (2007), Le « malentendu productif ». Réflexion sur la photographie comme support d’entretien in CONORD S. (dir.) Arrêt sur images. Photographie et anthropologie, Ethnologie française, 2007 / 1, pp. 79-86.

PASQUIER D. (1999), La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme.

PEQUIGNOT B. (2008), Recherches sociologiques sur les images, Paris, L’harmattan, « Logiques sociales », Sociologie des arts.

PIAULT M. H. (2000), Anthropologie et cinéma : Passage à l’image, passage par l’image, Paris, Nathan, coll. Nathan Cinéma.

SCHULTHEIS F. (2003) Images d’Algérie, Une affinité élective, Textes et photographies de Pierre Bourdieu, Paris, Actes Sud  Sindbad  Camera Austria, « Archives ».

SEBAG J., TENGOUR H. (1998), De la métaphore au concept, Centre Pierre Naville.

SORLIN P. (1977), Sociologie du cinéma, Paris, Aubier.

TERRENOIRE J.P. (1985), Images et sciences sociales : l’objet et l’outil, Revue française de sociologie, XXVI-3, pp. 509-527.

APPEL A COMMUNICATIONS – « DISPOSITIFS D’ÉCRITURE DES SPECTACLES SPORTIFS. MÉDIAS, ARTS ET ESPACE »

APPEL A COMMUNICATIONS
DISPOSITIFS D’ÉCRITURE DES SPECTACLES SPORTIFS.
MÉDIAS, ARTS ET ESPACE
Colloque international
8, 9 et 10 décembre 2010
Université Paul Verlaine-Metz (France)

Depuis la Révolution industrielle, le succès grandissant des spectacles sportifs résulte en grande partie de son adéquation aux formes anciennes et contemporaines de communication (de la presse illustrée à l’internet) et d’expression artistiques (de la sculpture aux arts numériques). Pendant plus d’un siècle, la structure profonde de l’imagination historique a dessiné la relation entre le sport et ses multiples formes de représentation articulées autour de l’accomplissement d’une perception esthétique, d’une opération cognitive et d’un engagement idéologique.

Écrire le sport, son passé, son présent et son avenir, suscite donc un dialogue transversal entre les disciplines liées aux sciences humaines, aux lettres et aux arts. Les approches critiques ont conféré à ce phénomène hypervisible une dimension sociale totale en fondant ses études sur l’analyse de traces écrites, sonores, visuelles et matérielles. Certes, si l’histoire n’est pas assujettie à ses nombreuses représentations, il convient tout de même d’en considérer les empreintes équivoques qu’un esprit du temps exhibe (hégémonie médiatique), enfouit (archives ignorées ou délibérément effacées) et transcende par la création (fictions, œuvres plastiques, chorégraphies, installations urbaines, etc.). Celles-ci sont autant d’indices de preuves (dont l’effet est de clôturer le récit), que d’arguments (qui au contraire ouvrent et nourrissent le récit). À ces problématiques distinctes s’ajoute l’hybridation qu’offre la surmodernité constitutive du spot moderne (Augé). Ainsi n’est-il plus aujourd’hui dérisoire d’accorder dans un même temps, le statut d’œuvre à un article de presse (Antoine Blondin, Jean Hatzfeld, Christian Montaignac, Denis Lalanne, Serge Loupien, Olivier Merlin, Jacques Verdier, etc.), à un documentaire (Jean-Christophe Rosé, William Klein, etc.) ou à une réalisation télévisuelle d’événement sportif (Pierre Badel, Jean-Paul Jaud, etc.), et celui d’informer le réel à une fiction (Michel Leiris, Julien Gracq, Georges Perec Albert Camus, Jacques Derrida, Robert Musil, Alfred Jarry, Ernest Hemingway, etc.) ou à des artistes contemporains (Jean Tinguely, Edouard Levé, Valérie Belin, Franck Scruti, Daniel Buren, Melik Ohanian, etc.). De ce point de vue, les écritures de spectacles sportifs posent la question anthropologique de l’organisation graphique du jeu.

L’objectif de ce colloque est justement de questionner et de confronter la diversité de ces traces inscrites dans des dispositifs précis.

Pour plus d’informations, voir la PJ.

Contact : Jean-François Diana ( diana@univ-metz.fr )

Appel à contribution – « Faut-il croire en l’illusio? », dossier dirigé par Denis Saint-Amand et David Vrydaghs (revue COnTEXTES)

Dossier « Faut-il croire en l’illusio ? », dirigé par Denis Saint-Amand et David Vrydaghs

Dans Les Règles de l’art, Pierre Bourdieu présente L’Éducation sentimentale de Flaubert comme un moyen pour le romancier d’interroger, entre autres, la capacité d’un agent à prendre part au jeu que constitue non seulement le monde social, mais chacun des champs autonomes qui le composent et, particulièrement, le champ littéraire. Cette entrée dans le jeu, précise le sociologue en filant la métaphore, s’accompagne d’une acceptation de ses règles et de la course aux gains qu’il engage. Cette « illusion unanimement approuvée et partagée » (Les Règles de l’art, p. 36) qui pousse l’écrivain à investir dans le jeu et qui est « à la fois cause et effet de l’existence » de ce dernier (ibid., p. 279), Bourdieu la désigne par le terme d’illusio, qu’il avait déjà employé auparavant – notamment dans ses travaux sur le champ universitaire -, et théorise de cette façon un phénomène complexe et fluctuant, directement tributaire des inflexions du champ qui en détermine les mod!

alités autant que lui-même influe sur les valeurs qui y circulent. Proche de la notion de doxa mais plus spécifique que cette dernière parce que liée aux croyances inhérentes à un champ bien précis, l’illusio tient « de la routine, des choses que l’on fait, et que l’on fait parce qu’elles se font et que l’on a toujours fait ainsi » (Méditations pascaliennes, p. 123) et s’oppose donc à la lucidité, capacité à prendre conscience du jeu et à en déjouer les règles ou à en tirer le maximum de profit. C’est à cette question de l’illusio que nous désirons consacrer un espace de réflexion prospectif et articulé autour de deux grandes pistes problématiques.

1) Autres formes de croyance et de distanciation :

Le couple antagoniste illusio/lucidité, dans le manichéisme qu’il implique, peut sembler réducteur. On se demandera s’il existe d’autres modalités de croyance, de participation au jeu, qui n’impliquent pas une foi aveugle et totale dans ce dernier. La distanciation par rapport à l’illusio passe-t-elle seulement par une certaine lucidité, qualité que prête Bourdieu à Flaubert et qui constitue selon lui l’une des caractéristiques principales d’un grand écrivain, ou peut-elle se manifester sous d’autres formes (plus burlesques, par exemple) y compris chez des auteurs considérés comme légitimes ? Et que faire alors de certaines représentations endogènes du monde littéraire, satiriques ou non, qui laissent entendre que l’illusio n’est peut-être pas la seule forme de croyance fondatrice au sein du champ ? Des textes tels L’Introduction à l’étude de la stratégie littéraire de Fernand Divoire, L’Enfance d’un chef de Jean-Paul Sartre, Odile de Raymond Queneau, Les Faux-monnayeurs et Paludes d’André Gide ou Les Fruits d’or de Nathalie Sarraute présentent assurément des modes de croyance plus complexes que la seule alternative entre illusio et lucidité.

2) Confrontations théoriques :

La théorie bourdieusienne de l’illusio conserve encore d’autres zones d’ombre. Ainsi, elle fait plus ou moins office de boîte noire, englobant une réalité difficile à décrire sans pour autant l’objectiver et participant presque de la métaphore « magique » fréquemment utilisée par Bourdieu. Par ailleurs, comme l’illusio est théorisée à partir de l’état du champ littéraire français entre 1850 et 1950, on peut se demander si elle est une conséquence de l’autonomie du champ ou si elle se manifeste déjà auparavant et, dans ce cas, sous quelles formes. Enfin, on pourra proposer un retour sur des théories voisines de celle de Pierre Bourdieu qui ont cherché à éclairer ou évincer la notion d’illusio (à l’image de la métaphore du « jeu » de Bernard Lahire, dans La Condition littéraire).

 

Les contributions pourront embrasser des perspectives théoriques comme privilégier des études de cas et ce quel que soit l’axe dans lequel elles s’inscrivent.

Les propositions d’articles doivent parvenir à Denis Saint-Amand (Denis.Saint-Amand@ulg.ac.be) et David Vrydaghs (david.vrydaghs@fundp.ac.be) pour le 15 février 2010, sous la forme d’un résumé de 250 mots environ au format word. L’avis des directeurs du dossier sera connu le 1er mars 2010. Les articles devront être envoyés pour le 30 juin 2010. La publication du dossier est prévue à l’automne 2010 dans COnTEXTES, revue de sociologie de la littérature (http://contextes.revues.org)