Archives mensuelles : janvier 2010

Parution – « Des prix »

Les Actes du 12ème Colloque des Invalides sont disponibles en librairie.
« Des prix »
Textes réunis par Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens
http://www.editionsdulerot.fr/index.php?ID=1009649
Editions Du Lérot
25 euros

Sommaire

Avant-propos

Daniel Zinszner : Hors de prix
Olivier Bessard-Banquy : « À bas le Goncourt des coquins »
Benoît Virot : Qui a peur du noir ?
Discussion des trois communications précédentes

Jean-Louis Debauve : Les Prix littéraires
Jean-Paul Morel et Patrick Ramseyer : Le Prix sans nom
Vincent Kaufmann : ABC ou le prix de la recherche
Discussion des trois communications précédentes

Sima Godfrey : Les Ratés du prix de Rome
Olivier Barrot : Louise Brooks ou « Prix de beauté »
Discussion des communications précédentesSilvia Disegni : Vallès et l’honneur des prix
Héloïse Neefs : La Distribution des prix
Thomas Loué : Petite histoire du scandale de l’attribution du Prix biennal de l’Institut
Julien Schuh : Jarry lauréat
Discussion des trois communications précédentes

Isabelle Moindrot : Rosière, et prix de vertu
Anthony Glinoer : Prix de Flore, prix de groupe
Clothilde Roullier : Pinget mis au prix ou un roman « à l’eau de rose »
Discussion des trois communications précédentes

Clément Carbonnier : De la valeur et des prix
Paul Schneebeli : Le Prix de l’Arquebuse
Françoise Gaillard : Matthieu Laurette : un artiste hors de prix
Michel Bernard : Prix littéraires : quelques statistiques
Discussion des quatre communications précédentes

Jean-Pierre Bacot : 1923 : des prix à petit prix Alain Zalmanski : Prix à réclamer
Dominique Noguez : Petite contribution à une future science des prix
Christophe Bourseiller : D’un Goncourt l’autre

Interview de Bernard Lahire sur France Culture

France Culture : émission La suite dans les idées du samedi 30 janvier 2010 – 12h

Invité : Bernard Lahire, pour

Une théorie de la création littéraire, le cas Kafka, Paris, La Découverte, 2010.

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/suite_idees/fiche.php?diffusion_id=79999&pg=avenir

Le livre et l’imprimé engagés

Le Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ) tiendra son 5e colloque étudiant, sous le thème «Le livre et l’imprimé engagés: agents, stratégies, pratiques et réseaux», le 26 février prochain à l’Agora du Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Des étudiants et étudiantes de 2e et 3e cycle affiliés à des universités québécoises et européennes feront état de leurs travaux en littérature et en histoire du livre et de l’édition. L’objectif de ce colloque est d’examiner comment se traduisent les rapports du livre et de l’imprimé à l’engagement.

Le colloque est placé sous la présidence d’honneur du professeur Pierre Hébert, du Département des lettres et communications de l’Université de Sherbrooke. Il accueillera également les éditeurs québécois Serge Mongeau (Écosociété), Claude Rioux (Lux Éditeur) et Rodney Saint-Éloi (Mémoire d’encrier), autour d’une table ronde sur l’édition engagée au Québec. Il se clôturera par une conférence d’Hervé Serry, sociologue et chargé de recherche au CNRS (CRESPPA/CSU, Paris), portant sur «Les Éditions du Seuil: un nouveau venu dans l’édition française des années 1950 et son catalogue».

Tous et toutes sont invités à y assister.

Pour connaître l’horaire de la journée et découvrir les communications qui seront présentées, veuillez consulter le programme du colloque disponible sur le site du GRÉLQ à l’adresse suivante: www.USherbrooke.ca/grelq

5e colloque étudiant du GRÉLQ
Le vendredi 26 février 2010
Agora du Carrefour de l’information
Pavillon Georges-Cabana (B1-B2)
(Bibliothèque des sciences humaines)
Université de Sherbrooke

Pour plus de renseignements, communiquez avec Julie Roy: Julie.B.Roy@USherbrooke.ca

Journée d’étude – « La narratologie et les nouvelles dimensions sociales du récit »

La narratologie et les nouvelles dimensions sociales du récit

Journée d’étude organisée par le séminaire « Narratologies Contemporaines » du Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL — EHESS/CNRS)

 

15h — 18h30  01 Février 2010. EHESS, 54 Bd Raspail, 75006 Paris — Salle 524

 

9h30 — 18h  02 Février 2010. EHESS, 96 Bd Raspail, 75006 Paris — Salle Lombard

01 Février 2010

 

15h00 Présentation et introduction générale

Annick Louis (Université de Reims & CRAL — EHESS/CNRS)

Simone Morgagni (LIAS-IMM — EHESS/CNRS & SUM — Università di Bologna)**

John Pier (Université de Tours & CRAL — EHESS/CNRS)**

Philippe Roussin (CRAL — EHESS/CNRS)

Christian Salmon (CRAL — EHESS/CNRS)**

* *

15h30 « The storyteller » de Jeff Wall, enjeux photographiques de la mise en scène du narrateur

Marielle Chauvin (Université Paris 8 )

16h15 L’usage du récit biographique et autobiographique dans l’oeuvre de Pina Bausch

Gaia Chernetich (CRAL — EHESS/CNRS)

17h00 Pause café

17h20 Le travail de mise-en-scène de la parole dans le cinéma de Pedro Costa

Maria del Pilar Gavilanes (CRAL — EHESS/CNRS)

02 Février 2010

09h30 Transmédialité, transgénéricité, métamorphose et pluri-efficacité : les légendes urbaines défient la narratologie classique

Aurore Van de Winkel (RECOM, Bruxelles)

10h15 Marguerite Duras and the Role of the Time-Image in Visual Narratives

Aurora Poenar (Babes Bolyai University, Cluj Napoca)

11h00 Pause café

11h20 Le discours médical médiatisé : un récit vulgarisateur

Layal Merhy (LIDILEM — Université Stendhal, Grenoble)

12h15 Déjeuner

14h00 Etudier la compréhension narrative. Difficultés d’opérationnalisation et usage de l’expérimentation en narratologie cognitive

Baptiste Campion (Université Catholique de Louvain)

14h45 The management of attention in emotionally charged narratives: a cognitive approach

Maria Dolores Porto Requejo (Universidad de Alcalà) & Manuela Romano Mozo (Universidad Autonoma de Madrid)

15h30 Pause café

15h50 The Cognitive Turn in American Entertainment Media: Smart Series and Serial Story-Telling

Divina Frau-Meigs (Université Paris 3)

16h35 Lé récit médiatique : vers une scénarisation de l’information ? Analyse narratologique du « procès Swissair »

Françoise Revaz (Université de Fribourg)

17h20 Discussion générale

  

Cette journée d’étude est organisée, hébergée et financée par le Centre de Recherche sur les Arts et le Langage (CRAL– EHESS/CNRS).

Responsable : Simone Morgagni <mailto:simone.morgagni@ehess.fr>

Url de référence :

http://narratologie.ehess.fr

Parution – Bernard Lahire, « Franz Kafka. Eléments pour une théorie de la création littéraire »

Bernard Lahire, Franz Kafka. Eléments pour une théorie de la création littéraire

La Découverte, coll. « Textes à l’appui/Laboratoire des sciences sociales », février 2010.

ISBN : 9782707159410

27 EUR

636 Pages

Est-il possible de percer les mystères de la création littéraire ? La sociologie peut-elle entrer dans la chair même des oeuvres ? Est-elle en mesure de se confronter à des oeuvres particulièrement difficiles, et même étranges, qui découragent plus d’un lecteur et soumettent habituellement à rude épreuve le travail des interprètes ? Bernard Lahire s’est confronté à un monument de l’histoire littéraire. Considéré comme l’un des grands représentants mondiaux de la littérature d’avant-garde, Franz Kafka a laissé une oeuvre jugée le plus souvent énigmatique et formellement inventive. Il y avait donc un véritable défi scientifique à montrer ce dont la sociologie est capable sur un terrain qui ne lui est, a priori, pas favorable.

Pourquoi Franz Kafka écrit-il ce qu’il écrit comme il l’écrit ? Pour répondre à la question, Bernard Lahire examine, grâce aux outils de la biographie sociologique, la fabrication sociale de l’auteur du Procès, depuis les primes expériences familiales jusqu’aux épreuves les plus tardives. En entrant dans les logiques mentales et comportementales de Kafka, il saisit non seulement les raisons qui le conduisent à être attiré par la littérature, mais il se donne les moyens de comprendre autant les propriétés formelles de son oeuvre que la nature des intrigues qu’il déploie en faisant travailler une série de questions qui composent sa problématique existentielle.

Dans ce livre magistral qui, au-delà du cas de Kafka, pose les fondements d’une théorie de la création littéraire, les oeuvres apparaissent comme autre chose que des solutions esthétiques à des problèmes formels ou que des manières de jouer des coups dans un « champ littéraire ». Les oeuvres sont aussi des points de vue sur le monde, des manières formellement spécifiques de parler du monde mises en oeuvre par des créateurs aux expériences sociales singulières.

« La naissance du lecteur doit se payer de la mort de l’auteur », écrivait Roland Barthes. Pour sa part, la lecture sociologique (ou historique), en tant que lecture scientifique, doit au contraire faire renaître l’auteur – un auteur socialisé et non sacralisé – pour rendre raison de ses textes.

Table des Matières :

Dédicace et remerciements

Prologue

I / Éléments pour une théorie de la création littéraire

1. L’enfermement dans le champ

Un champ sans habitus : le cas Heidegger

Les limites étroites du champ et l’oubli du hors-champ

Dérives structuralistes de la théorie des champs

Le champ contre la biographie : le cas Flaubert

Que fait Sartre ? – Que fait Bourdieu ?

2. L’enfermement dans le texte

Remarques sur l’influence littéraire et l’intertextualité

L’éthique et l’expérience autant que l’esthétique

3. Étude de cas et biographie sociologique

Construire théoriquement un cas singulier

Une étude de cas dictée par l’objectif de connaissance

Un cas relié et structuré : pour une biographie sociologique

Mettre en relation biographie sociologique et oeuvre

Une problématique existentielle transposée

De la spécificité du domaine d’expression littéraire

Personnalisation des oeuvres et méthode biographique

Quelques principes méthodologiques

II / La fabrique de Franz Kafka

4. Prague 1880-1924

Pas de texte sans contexte

Classes, nations, langues et religions

Les Juifs germanophones

Philosophes, journalistes, artistes et écrivains praguois

Le rapport de Kafka aux langues et au judaïsme

5. Expériences socialisatrices

Le monde primitif : Kafka saisi dans sa configuration familiale

Branches paternelles et maternelles – Les mauvaises conditions d’héritage – L’héritier refusant l’héritage – Comparaison avec les oncles maternels

Expériences scolaires

La littérature, le bureau et l’usine : une « existence double et terrible »

Solitude

Kafka et les femmes

Felice Bauer : la première tentative de mariage – Julie Wohryzek, Milena Jesenska et Dora Diamant – Sexualité(s) – Des amours de papier – Le mariage : un combat de soi contre soi

Les malheurs du célibataire

Souvenir du chemin de fer de Kalda (août 1914) – Un célibataire entre deux âges (février 1915) –Communication à une académie (avril 1917)

6. Lettre à son père : un exercice de réflexivité

Les conditions historiques de mises en exergue du conflit père-fils

Un père méritant et des enfants jamais à sa hauteur

Le père et le fils, le positif et le négatif

Un héritage sans héritier

Une méthode d’éducation… et d’humiliation

L’attente inquiète de la menace imminente

Le père comme obstacle

La dépendance au père jusque dans les tentatives d’indépendance

Des moyens de résistance

Le rôle de la mère

Des persécuteurs aimants

7. Mises en scène littéraires des rapports père-fils

Le Verdict (22-23 septembre 1912) – La Métamorphose (1912) – Le Souci du père de famille (1917) – Le Couple [Une scène de famille] (fin automne 1922)

III / In litteris veritas

8. Jeu littéraire, style et procédés de fabrication littéraire

Kafka dans le jeu littéraire

Un style ascétique : nourriture, sport, habitat, argent et littérature

La fabrique littéraire de Kafka

Une littérature désingularisée – Jouer avec des images

9. À quoi sert l’écriture littéraire ?

Précision de l’écrit

Observation, description, connaissance et transformation de soi

Plongée dans les bas-fonds pestilentiels et expulsion des saletés

Libérer les puissances obscures et combattre ses démons

De l’art comme moyen d’atteindre une vérité

Une mission : le réveilleur de conscience

Bond hors du rang des meurtriers

Kafka, l’institution littéraire et la sociologie

Histoires de littérature

Le Maître d’école de village [La Taupe géante] (fin décembre 1914-janvier 1915) – Un jeune étudiant ambitieux (début 1915) – Première souffrance (fin 1921-mi-1922) – Les Recherches d’un chien (second semestre 1922) – Un artiste de la faim (1922) – Dans notre synagogue (1922) – Le Terrier (hiver 1923-1924) – Joséphine la cantatrice ou le peuple des souris (mars 1924)

10. Kafka lecteur : les expériences au travail

Biographies, auto-biographies, journaux et correspondances

Des goûts littéraires

Gustave Flaubert : L’Éducation sentimentale – Heinrich von Kleist : frère de conditionFranz Grillparzer : Le Pauvre Ménétrier- Soren Kierkegaard : l’impossibilité du mariage et le sentiment de culpabilité – August Strindberg : les désajustementsThomas Mann : Tonio Kröger – Robert Walser : L’Institut Benjamenta – Franz Werfel : de l’admiration à la colèreBozena Nemcova : Grand-mère

IV / Domination et point de vue des dominés

11. Structure psychique clivée et sentiment d’infériorité

Auto-dépréciation, indécision, peur et sentiment de culpabilité

Combat intérieur, déchirement, dédoublement ou entre-deux

Les luttes de soi contre soi : mises en scène littéraires

Description d’un combat (1903-1910) – Conversation avec l’homme en prière (Description d’un combat, 1906) – Mes deux mains commencèrent la lutte (avril 1917) – Une petite femme (fin 1923)

La maladie spirituelle comme issue au combat intérieur

Le « parti du personnel »

Des moments de maîtrise

12. Le désenchantement du pouvoir

La contribution du dominé au maintien de sa condition

La servitude involontaire

L’Amérique ou L’Oublié (1912-1914) : Les personnages ; Le soutier : le travailleur d’en bas et le déficit rhétorique ; L’oncle milliardaire ; De la chute au métier de groom et du métier de groom à la chute ; L’état de domesticité ; Le Monde enchanté du théâtre d’Oklahoma – À la colonie pénitentiaire (octobre 1914) – Le Procès (1914) – Lors de la construction de la muraille de Chine (mars 1917) – La Requête (automne 1920) – Le Château (1922) : Histoire et personnages ; Une lutte pour la reconnaissance ; L’examen du pouvoir ; L’arpenteur-écrivain ; La figure de l’étranger ; Le désenchantement ; Pouvoir de vie et de mort

Épilogue : Formes, Propos, Interprétations

La forme et ce que peut en dire la sociologie

Ce dont Kafka nous parle

Lecture créatrice et lecture historique

Bibliographie

Liste des textes littéraires étudiés par ordre chronologique d’écriture

Liste des matériaux biographiques étudiés

Index des noms d’auteurs

Index thématique et conceptuel

Bernard Lahire est professeur de sociologie à l’École normale supérieure Lettres et Sciences humaines et directeur du Groupe de recherche sur la socialisation (CNRS/Université Lyon-II/ENS-LSH). Il est notamment l’auteur de Tableaux de familles (Gallimard/Seuil, 1995), L’Homme pluriel (Nathan, 1998), L’Invention de l’« illettrisme » (La Découverte, 1999, 2005), Portraits sociologiques (Nathan, 2002), La culture des lndividus (La Découverte, 2004, 2006) et de La condition littéraire (La Découverte, 2006).

Url de référence :

http://www.editionsladecouverte.fr

Séminaire – « La littérature contemporaine et les Sciences humaines »

Programme du Séminaire Européen : La littérature contemporaine et les Sciences humaines.

Histoire, sociologie, ethnologie

Sous la direction de M. Dominique Viart Université Lille 3 / Institut Universitaire de Franc eEcole doctorale SHS – Equipe Alithila –

En partenariat avec l’Université de Gand (prof. Pierre Schoentjes) et l’Université La Sapienza – Rome 1 (Prof. Gianfranco Rubino)

Toutes les séances ont lieu à l’Université Lille 3 – Maison de la Recherche – Salle 008

Mercredi 10 février, 14h – 18h : « Les cultures de la communauté »

Michael Sheringham (All Souls College, Oxford University) : « Le traitement des archives en littérature contemporaine ».

Jean Kaempfer (Université de Lausanne) : « Usages de Jésus en littérature contemporaine »

Sonya Florey (Université de Lausanne) : « Représentations littéraires de la société néo-libérale »

Mercredi 17 mars, 14h – 18h : « Nouvelles écritures de l’Histoire »

Laurent Mauvignier, écrivain : « Ecrire Des hommes » (Minuit, 2009)

Louise Lambrichs, écrivaine, essayiste :  » La littérature à l’épreuve du réel »

Gianfranco Rubino, (Université La Sapienza, Rome 1) :  » Pression du passé et questionnement de l’histoire : Didier Daeninckx ».

Mercredi 28 avril, 14h – 18h : « Littérature, sociologie, sociocritique »

Pierre Popovic (Université de Montréal) :

« Jacques Réda, Michel Houellebecq, poètes urbains »

Jean-Pierre Martin (Université Lyon 2, Institut Universitaire de France)

« Pierre Bourdieu en littérature »

Dominique Viart (Université Lille 3, Institut Universitaire de France) :

« Des biographies sans illusions »

Mercredi 5 mai, 9h – 18h « Amnésies françaises »

(Le séminaire accueille la seconde journée du Colloque « Amnésies françaises » organisé par Nelly Wolf, auquel il s’est associé)

matinée : Oublier l’Algérie

Anne-Marie David (Université de Montréal) : « Mémoire de guerres, mémoire du travail. Elise ou la vraie vie de Claire Etcherelli »

Djemaa Maazouzi (Université de Montréal) : « Élise ou la vraie vie : un transfert mémoriel du racisme anti-arabe ? »

Sarah Sindaco (Université de Lège) : « Déserter l’Algérie : un transfert de mythes »

Véronique Dionne-Boivin (Université de Montréal) : « Cet Algérien oublié : marginalisation, aliénation et mémoire dans Habel de M.Dib »

après-midi : Politiques de l’oubli

Pierre Popovic (Université de Montréal) : « Occultations et dérives d’une lecture conjoncturelle : Les Misérables entre de Gaulle et Mitterrand»

Régine Robin (Université de Montréal) : « L’oubli de Sartre. »

Marc Angenot (Université McGill) : « Je me souviens (ou pas vraiment ?) du Parti socialiste en 1981 et de la «Rupture avec le capitalisme»

François Provenzano (Université de Liège/ FNRS) : « Rhétorique médiatique de l’oubli : les figures du compromis entre tradition et modernité culturelles dans L’Express »

Dominique Viart (Université Lille 3, Institut Universitaire de France) : « Mémoire matérielle : regards contemporains sur les années soixante. »

Responsable : dominique.viart@univ-lille3.fr

Autour de la traduction – conférences de R. Grutman et appel à communications

SEMINAIRE DOCTORAL – Plurilinguisme, traduction et autotraduction

Du 16 au 19 février 2010, le centre d’études sur la traduction CETRA (KU Leuven) et le groupe de recherche Littérature en traduction (HoGent-UGent) organisent un séminaire doctoral « Plurilinguisme, traduction et autotraduction » avec le professeur Rainier Grutman (Université d’Ottawa, Canada) en tant que conférencier central.

Dans un premier volet (du 16 au 18 février 2010), prof. Grutman donnera un séminaire de trois jours. Le séminaire s’adresse en premier lieu aux doctorants de l’Université de Gand et de l’Université de Louvain, mais tous les intéressés sont les bienvenus. Les cours seront en français; pendant les discussions les langues de travail seront le français, l’anglais et le néerlandais. Le tout sera clôturé par une conférence à Leuven, « Writing and reading diglossia », le 19 février 2010.

Programme

Séminaire doctoral

Mardi 16 février 2010 – Gand

10h-13h: « Le plurilinguisme et la traduction dans la galaxie des langues »

14h-17h: présentations par les doctorants et tutorat

Mercredi 17 février 2010 – Gand

10h-13h: « Traduire le plurilinguisme: défis, solutions, compromis »

Jeudi 18 février 2010 – Louvain

10h-13h: « L’autotraduction, une arme à double tranchant »

14h-17h: présentations par les doctorants et tutorat

Conférence de clôture

Vendredi 19 février 2010 – Louvain

10h-12h: « Writing and Reading Diglossia »

Lieu

À Gand, le séminaire aura lieu dans le local A1.04 de la Hogeschool Gent (Departement Vertaalkunde, Abdisstraat 1). Le bâtiment se trouve à distance piétonne de la gare Gand Saint-Pierre (Gent Sint-Pieters) et est desservi par les trams 21, 22 et 4 (arrêt Albertbrug).

À Louvain, le séminaire aura lieu dans le local MSI1 03.09 de la Faculté des Lettres de la KULeuven (Mgr. Scencie Instituut, Erasmusplein 2). La conférence finale aura lieu dans la salle MSI1 01.16 du même bâtiment. La faculté est à distance à pied de la gare centrale de Louvain (Leuven).

La participation aux séminaires et/ou à la conférence est gratuite. Pour vous inscrire, veuillez adresser un message à Steven Dewallens (steven.dewallens@hubrussel.be), et ceci de préférence avant le 1 février 2010. Les participants recevront une liste de lectures après inscription. Les personnes qui ne veulent assister qu’à la conférence finale, ne sont pas tenues de s’inscrire.

Les doctorants qui le souhaitent pourront présenter leur propre projet de recherche aux autres participants, et discuter de leur projet avec le professeur Grutman pendant les heures de tutorat. Si c’est le cas, veuillez envoyer un résumé de votre présentation à Steven Dewallens (steven.dewallens@hubrussel.be) avant le 1 février 2010.

Sur le site web http://vertalen.augent.be/activiteiten/aog vous trouverez les résumés des conférences, ainsi qu’un dépliant détaillant le programme et les modalités pratiques.

Responsable : Liesbeth De Bleeker (HoGent / UGent) & Francis Mus (KUleuven)

Url de référence :

http://vertalen.augent.be/activiteiten/aog

——————————–

Annonce de colloque international et Premier appel à communications

« Paradigmes en mutation : Du rôle transformateur de la traduction pour les sciences humaines »

14-16 octobre 2010

The University of Illinois at Urbana-Champaign
Levis Faculty Center

Conférence organisée conjointement par

The Center for Translation Studies of the University of Illinois at Urbana-Champaign
Université Paris Diderot

Argument

Ce colloque rassemblera des spécialistes de divers domaines, qu’ils soient ou non praticiens de la traduction, afin de débattre des recherches actuelles sur les liens entre traduction et sciences humaines. Nous souhaitons plus particulièrement évaluer dans quelle mesure les humanités prennent en compte les spécificités de la traduction dans leur pratique de recherche.

Les chercheurs travaillant dans le domaine de la traduction en appellent depuis longtemps à un changement de paradigme dans la définition des rapports entre traduction et sciences humaines. Alors qu’on admet communément qu’une part importante de nos connaissances communes doit sa transmission à la traduction, les effets d’une telle réalité sur la construction et la circulation des connaissances sont trop rarement pris en compte, en particulier dans le domaine des sciences interprétatives que sont les humanités.

Notre colloque se propose de voir si, et comment, un tel changement épistémologique a lieu, ceci en examinant :

– les façons dont les théories de la traduction, en se déplaçant hors d’une perspective eurocentrique, peuvent jouer un rôle au sein des disciplines de sciences humaines qui travaillent en situation de transfert culturel, ou font du transfert culturel leur objet d’étude ;

– aux façons dont la traduction elle-même peut être perçue comme une force transformatrice contribuant à l’établissement de champs disciplinaires au sein des sciences humaines.

Notre colloque abordera ces questions en prenant en compte tout à la fois la théorie, la pratique et l’environnement institutionnel de la traduction. Cette rencontre défendra l’idée selon laquelle il est urgent de construire un cadre théorique permettant de prendre en compte les spécificités linguistiques et culturelles des disciplines qui constituent les sciences humaines, notamment à partir de concepts tels que la dislocation de la culture (H. Bhabha), la violence ethnocentrique de la traduction (L. Venuti), l’épreuve de l’étranger (A. Berman), la dissymétrie du transfert culturel.

Séances plénières et ateliers thématiques

Conférence plénière

Conférencier invité : Catherine Porter, Présidente de MLA (Modern Language Association), initiateur de la thématique annuelle de MLA pour 2009 : « Les tâches de la traduction dans le contexte de la mondialisation »

Deux conférences thématiques encadreront les deux axes principaux des ateliers.

1. Une nouvelle géographie. Traduction et décentrement : la fin de la perspective eurocentrique

Conférencier invité : Jean-Noël Robert, Directeur d’études à l’Ecole pratique des hautes études

Distribution des ateliers :

– Domination linguistique et nouvelles expériences de l’étranger

– Mémoire : du rôle moteur de la traduction dans l’histoire des sciences

– Traduction et culture populaire à l’ère de la globalisation

– Nouveaux concepts : traduction et rénovation des idées

– D’une langue à l’autre : dimensions anthropologiques et psychologiques de la traduction

– Les apports extra-européens aux théories de la traduction

2. Mutations institutionnelles. Traduction et restructuration de l’enseignement et de la recherche

Conférencier plénier : Lawrence Venuti, auteur de L’Invisibilité du traducteur

Distribution des ateliers :

– Nouvelles pratiques de la traduction

– Les nouvelles façons de faire dans l’enseignement de la traduction

– Le cadre institutionnel de la traduction

– Lecture, édition, publication : la traduction et son public

– Le rôle de la traduction dans la compréhension des transferts culturels

– La traduction comme facteur transformateur des disciplines

Premier appel à communications

Chercheurs, spécialistes et praticiens de la traduction, quels que soient leur spécialité, domaine de recherche et rattachement universitaire ou institutionnel, sont invités à soumettre des propositions de communication. Peuvent être présentées : des communications individuelles (30 minutes) ; des communications groupées de trois intervenants (20 minutes par intervenant, 90 minutes pour l’ensemble des intervenants) ; des performances publiques. Les langues en usage lors du colloque sont l’anglais et le français. Les communications donneront lieu à une publication en ligne.

Les propositions de communication sont à envoyer à translation@illinois.edu <mailto:translation@illinois.edu> et incluront :

– Titre de la communication individuelle ou groupée

– Nom, titre, rattachement institutionnel du/des conférencier(s)

– Résumé (300 mots maximum) (dans le cas d’une communication groupée : un seul résumé par groupement)

Dates :

– Envoi des propositions : jusqu’au 15 avril 2010

– L’annonce finale et le programme du colloque seront rendus publics le 15 juin 2010

Comités préparatoires

Comité organisateur de l’University d’Illinois

– Elizabeth Lowe, Associate Professor and Director, Center for Translation Studies

(elowe@illinois.edu  <mailto:elowe@illinois.edu>)

– Patricia Phillips Batoma, Lecturer, Center for Translation Studies

(pphillip@illinois.edu  <mailto:pphillip@illinois.edu>)

– Anastasia Lakhtikova, Lecturer, Center for Translation Studies (Conference Coordinator)

(alakhtik@illinois.edu  <mailto:alakhtik@illinois.edu>)

Comité scientifique Université d’Illinois (UIUC) & Université Paris Diderot (P-Did.)

– Nancy Abelmann, Associate Vice Chancellor for Research, UIUC

(nabelman@illinois.edu <mailto:nabelman@illinois.edu>)

– Fethi Benslama, Université Paris-Diderot, Professeur, UFR Sciences humaines cliniques, P.-Did.

(benslama@univ-paris-diderot.fr  <mailto:benslama@univ-paris-diderot.fr>)

– Antoine Cazé, Université Paris-Diderot, Professeur, UFR Etudes anglophones, P.-Did.

(antcaze@wanadoo.fr  <mailto:antcaze@wanadoo.fr>)

– Wail Hassan, Associate Professor, Comparative and World Literature, UIUC

(whassan@illinois.edu  <mailto:whassan@illinois.edu>)

– Claire Joubert, Professeur, Université Paris 8

(claire-joubert@orange.fr <mailto:claire-joubert@orange.fr>)

– Jean-René Ladmiral, Professeur émérite, Université Paris X Nanterre

– Rainier Lanselle, Université Paris-Diderot, Maître de conférences, UFR Asie Orientale, P.-Did.

(rainier.lanselle@univ-paris-diderot.fr <mailto:rainier.lanselle@univ-paris-diderot.fr>)

– Jean-Philippe Mathy, Head, Department of Comparative and World Literature, UIUC

(jmathy@illinois.edu  <mailto:jmathy@illinois.edu>)

– Rajeshwari Pandharipande, Professor, Departments of Linguistics and Religious Studies, UIUC

(raj-pan@ILLINOIS.EDU  <mailto:raj-pan@ILLINOIS.EDU>)

– Joyce Tolliver, Associate Professor, Spanish, Gender and Womens Studies, UIUC

(jtolliver@gmail.com  <mailto:jtolliver@gmail.com>)

– Frédéric Ogée, Université Paris-Diderot, Professeur, UFR Etudes anglophones, P.-Did.

(frederic.ogee@univ-paris-diderot.fr  <mailto:frederic.ogee@univ-paris-diderot.fr>)

– Emmanuel Poisson, Université Paris-Diderot, Maître de conférences HDR, UFR Asie Orientale, P.-Did.

(emmanuel.poisson@univ-paris-diderot.fr <mailto:emmanuel.poisson@univ-paris-diderot.fr>)

Url de référence : http://www.univ-paris-diderot.fr/recherche/pageActu.php?num=2048

Parution – Sociological journal of Art and Literature

The Sociological journal of Art and Literature, publié par l’Université de Téhéran, annonce le lancement de son premier numéro.

Vous trouverez des informations dans le fichier joint et sur le site

http://journals.ut.ac.ir/page/journal-main-page.html?jourId=100415

Bon début d’année à toutes et tous.

Parution – L’espace culturel transnational

Anna BOSCHETTI (éd), L’ESPACE CULTUREL TRANSNATIONAL (Nouveau Monde Editions, 2010, 509 pages)

Cet ouvrage est issu d’un échange entrepris depuis plusieurs années par un groupe d’historiens de la culture et de la littérature, de politistes et de sociologues confrontés aux défis qu’implique aujourd’hui l’étude des faits culturels. L’internationalisation de la recherche a enrichi l’espace des perspectives et a posé des questions nouvelles. Les Cultural Studies et d’autres travaux nous ont appris à nous affranchir du cadre national et à l’appréhender comme une modalité historiquement située de processus plus larges ou plus étroits. La théorie des champs, l’histoire des concepts et la réflexion sur les échelles d’analyse nous ont permis de mieux comprendre les dynamiques et les tensions traversant les individus et les groupes.

Une communauté de recherche transnationale se doit d’élaborer des hypothèses collectives pour échapper au piège de la miniaturisation sans fin qu’induit la spécialisation. Un mode de pensée partagé a été soumis ici à l’épreuve de terrains empiriques très variés, répartis sur plusieurs siècles et sur différents espaces géographiques et sociaux : l’Europe et l’Amérique, les champs littéraire et théâtral, universitaire et artistique, les mondes de l’édition et de la politique, des auteurs majeurs (Brecht, Henry James, Primo Levi) et des seconds rôles, des avant-gardes et des intermédiaires culturels, des pays historiquement centraux et des nations périphériques. L’effort d’intégration et de transposition théorique a permis d’aboutir à des acquis comparables et cumulables, par delà la diversité des thèmes, au croisement des cultures et des disciplines.

Anna Boschetti – Pour un comparatisme réflexif………7

GENESE ET USAGES SOCIAUX DES CATEGORIES DE PERCEPTION

Olivier Christin – L’invention de la province artistique : la fin des Puys amiénois (1723)………55

Xavier Landrin – La sémantique historique de la Weltliteratur : genèse conceptuelle et usages savants………73

Christophe Charle – Exportations théâtrales et domination culturelle : Paris dans la seconde moitié du XIXe siècle………135

INTERSECTIONS ET DECALAGES

Blaise Wilfert-Portal – L’internationalité d’un nationaliste de Paris : Paul Bourget entre Paris, Londres et Rome………165

Anna De Biasio – L’Art du (dans le) Roman comme Coup d’Etat Symbolique ? Henry James croise Paul Bourget………195

Michele Nani – Bruxelles 1891: le socialisme international à l’épreuve de la ‘question juive’………223

L’INDIVIDUEL ET LE SOCIAL

Louis Pinto – Le tracé des frontières : sociologie et psychologie chez les durkheimiens………243

Jérôme Meizoz – «Posture» et champ littéraire………269

CONSTRUIRE UNE LITTERATURE NATIONALE

Sergio Miceli – Avant-gardes littéraires en perspective comparée (Brésil et Argentine)………287

Antón Figueroa – Le processus d’autonomisation et l’évolution des fonctions des rapports extérieurs dans les littératures minoritaires : le cas galicien………313

Gisèle Sapiro – De la construction nationale à la mondialisation : les traductions du français en hébreu………327

FACTEURS, AGENTS ET ENJEUX DES TRANSFERTS TRANSNATIONAUX

Pier Carlo Bontempelli – De la philologie allemande à la littérature comparée : un cas de transfert de capital culturel………369

Laurent Jeanpierre – « Modernisme » américain et espace littéraire français : réseaux et raisons d’un rendez-vous différ酅…385

Ingrid Gilcher-Holtey – Une révolution du regard : Bertolt Brecht à Paris, 1954-55………427

Giorgio Alberti – L’agent littéraire Erich Linder : création, définition et légitimation d’une nouvelle profession dans l’édition italienne après la deuxième guerre mondiale………469

Anna Baldini – «La recherche des racines» : Primo Levi et l’importation de la culture juive d’Europe centrale et orientale en Italie………483

Revue Interférences littéraires

Chers collègues, Chères collègues,

Nous sommes heureux de vous annoncer la parution du troisième numéro d’Interférences Littéraires, la revue de l’Institut de Littérature de l’Université catholique de Louvain qui devrait vous intéresser ainsi que les membres de votre équipe.

Ce volume intitulé les « écrivains et le discours de la guerre » concerne tant les littéraires que les historiens et les philosophes. L’objectif d’Interférences littéraires est en effet de croiser les perspectives et de prôner une approche pluridisciplinaire du phénomène littéraire. Vous pouvez d’ores et déjà consulter le volume en ligne à cette adresse :

http://sites.uclouvain.be/interferences/index.php?option=com_content&view=article&id=372&Itemid=262

Vous trouverez en pièce jointe une présentation de la problématique ainsi que la table des matières de la revue. Pourriez-vous nous aider à diffuser cette information aux chercheurs qui pourraient être intéressés par elle ?

Très cordialement,

Hubert Roland
David Martens
Olivier Odaert
François-Xavier Lavenne