Archives mensuelles : mars 2010

Appel à communications – « Le rôle des missions et des Églises dans la constitution des champs littéraires locaux en Afrique subsaharienne »

Le rôle des missions et des Églises dans la constitution des champs littéraires locaux en Afrique subsaharienne

PROJET DE

Colloque international

Du 13 au 15 avril 2011

ENS Yaoundé 1

Organisé par le CERLICO (ENS de Yaoundé 1) et le centre de recherches pluridisciplinaire Écritures (Université Paul Verlaine – Metz)

dans le cadre du projet « Etudes des littératures missionnaires » (Axe 5 du Centre Ecritures : Construction des identités littéraires en contexte interculturel)
Appel à communication

Une première rencontre consacrée aux Roman et théâtre missionnaires a eu lieu en septembre 2002 à l’Université de Metz. Les actes en ont été publiés aux éditions Peter Lang 1. Ce colloque, qui avait un caractère exploratoire, a permis de mieux mesurer la richesse, l’étendue et la variété du domaine, mais aussi et surtout son intérêt à la fois historique et théorique, notamment dans le cadre des réflexions contemporaines sur la globalisation.

Le domaine de l’écriture missionnaire était pourtant, à ce moment, peu fréquenté par la recherche. Depuis lors, les choses ont quelque peu changé, notamment avec la création d’un périodique spécialisé : Histoire et missions chrétiennes 2, et avec les travaux et publications du GRIEM (Inst. Catholique de Paris) qui a organisé plusieurs journées d’études et colloques, et publie par ailleurs une nouvelle collection chez Brepols3. Il faut y ajouter la revue Social Sciences and Missions /Sciences sociales et missions, nouvelle mouture de la revue Le Fait missionnaire créée l’Université de Lausanne en 1995. Ces travaux, essentiellement dus à des historiens, s’ajoutent à ceux du CREDIC à Lyon, et à de nombreuses études dans le domaine de l’anthropologie, notamment en Amérique du Nord. La notion d’écritures y prend parfois le sens très concret de l’alphabétisation, qui parfois va jusqu’à la création de nouveaux alphabets mis à la disposition des peuples évangélisés, une conversion pouvant en cacher une autre, dans un univers de basculements historiques.

Dans ce contexte, les recherches littéraires ont à trouver leur place spécifique, même si, bien entendu, il ne saurait être question de les couper des perspectives anthropologiques, linguistiques, missiologiques ou historiques qui sont étudiées ailleurs.

Le centre de recherche pluridisciplinaire Écritures (EA 3943) et le CERLICO de l’ENS de Yaoundé 1 organisent à cette fin, en collaboration, un second colloque international, qui sera cette fois consacré au Rôle des missions et des Églises dans la constitution des champs littéraires locaux en Afrique subsaharienne. Le thème de cette rencontre est directement inspiré par la première réflexion organisée en 2002, au terme de laquelle le besoin se faisait sentir d’une étude spécifiquement consacrée à l’histoire culturelle interne de l’Afrique subsaharienne, du point de vue de l’impact des missions sur la littérature moderne (étant entendu que l’intérêt pour l’oralité, et singulièrement pour l’orature au sens d’oralité écrite, est moderne lui aussi, et doit être pris en compte ; les missionnaires y ont d’ailleurs largement contribué, notamment en Afrique centrale).

Cette manifestation fait partie d’une réflexion à plus long terme sur les littératures missionnaires. Un autre volet sera consacré plus tard aux activités littéraires et artistiques, au sens large, des congrégations concernées dans les pays pourvoyeurs de missionnaires. Là se joue autre chose : l’auto-image que les pays de « vieille chrétienté » ont construite d’eux-mêmes, jusqu’aux relais « humanitaires » d’aujourd’hui, qui la prolongent.

Le colloque de Yaoundé évitera délibérément de dresser un bilan des bienfaits de l’activité missionnaire, comme, à l’inverse, de reprendre les procès déjà instruits à l’égard de la « mission civilisatrice » ou autre. Plus froidement, si l’on peut dire, il s’agit plutôt d’étudier la manière dont les littératures africaines, à l’échelon local d’abord (sans exclure, mais à titre secondaire, les niveaux régional, national, ou supra-national), ont pu être influencées, aidées ou contrariées par les activités missionnaires d’abord, celles des Églises locales, ensuite.

On sait qu’elles ont en effet mis en place des imprimeries, des périodiques, des éditions, des circuits de diffusion/distribution, dont certains sont encore très actives aujourd’hui. Dans une perspective plus immatérielle, les activités missionnaires ont eu un impact sur la diffusion de l’écriture et de l’imprimé, et sur leur signification sociale, sur les langues potentiellement mobilisables pour l’écriture, sur la compréhension de l’idée de littérature, y compris son rôle moral ou religieux, ses genres, ses niveaux de langue, ses publics prioritaires, etc. Elles ont eu également un impact sur la traduction : d’une part, sur le corpus des textes traduits (dans les deux sens, des langues africaines vers les langues européennes, et l’inverse), dont certains ont pu jouer un rôle plus ou moins important ; d’autre part, sur les pratiques traductologiques mais aussi sur le sens de l’opération elle-même.

L’essentiel de la réflexion devrait porter sur l’ère coloniale, sans exclure des prolongements ultérieurs. L’inventaire des réponses au présent appel permettra d’apprécier s’il convient d’être ici plus ou moins ouvert, s’il est opportun d’organiser les travaux chronologiquement ou de penser à une seconde session pour la période plus récente.

Si le domaine privilégié sera l’Afrique subsaharienne (toutes langues confondues), des mises en perspective avec d’autres zones (Maghreb, Océan Indien, Antilles, Canada) permettront de mettre en évidence à la fois la récurrence d’un phénomène historique aussi bien que social et culturel et les spécificités de chacun des champs. Les études déjà existantes pour l’Amérique du Nord pourraient également constituer un appoint méthodologique et conceptuel. Dans la même démarche de comparaison à caractère général, une réflexion sur la relation entre islam, écriture et littérature en Afrique serait la bienvenue.

Enfin, le recours explicite qui est proposé ici aux théories du champ littéraire n’est pas fait dans l’ignorance des problèmes théoriques qu’il peut susciter : l’exercice de la littérature en Afrique n’est assurément pas avec évidence une activité autonome, au sens de Bourdieu, et il l’est encore moins lorsqu’il a pour cadre matériel et symbolique une institution religieuse. Ce débat est actuellement ouvert dans la critique des littératures francophones. En attendant qu’il soit résolu, on pourra contourner cette problématique en proposant des communications sur les acteurs et leurs réseaux, sur les institutions et les infrastructures matérielles, sur l’histoire factuelle ou sur des approches à caractère empirique : lectorats, pratiques, valeurs… Les analyses quantitatives sont évidemment les bienvenues. Par contre, on évitera les études d’herméneutique littéraire (le sens du sacré dans l’oeuvre de X), les études de stéréotypes (l’image du missionnaire chez Y), etc. L’importance ici accordée à la notion de champ, on l’aura compris, a surtout une fonction indicative : nous intéressent d’abord les faits d’une histoire littéraire et institutionnelle qui, de ce point de vue, reste encore largement à écrire.

Date-limite de soumission des propositions : 1er juin 2010. Elles devront être présentées sous la forme d’un texte (entre 2.000 et 5.000 signes) comportant a) un argumentaire, b) un résumé comprenant le plan et la méthodologie de la communication envisagée, en pièce jointe au format « rtf » (bibliographie souhaitée).

Adresses d’envoi : ranaivoson-hecht@wanadoo.fr, copies à gfranguiyoba@yahoo.fr, pierre.halen@univ-metz.fr

Date de communication du programme : 15 novembre 2010.

Comité d’organisation :

François Guiyoba, Pierre Halen, Dominique Ranaivoson, Marcelin Vounda Etoa, Odette Bemmo, Pierre Tchoungui.

Comité de lecture :

François Guiyoba, Pierre Halen, Dominique Ranaivoson, Pierre Tchoungui.

Comité de patronage :

  • M. Daniel Delas, Président de l’Association pour l’Etudes des Littératures africaines (APELA)
  • M. Jean-François Durand, membre fondateur de la Société Internationale d’Etude des Littératures à l’ère coloniale
  • Son Excellence l’Ambassadeur de France au Cameroun
  • M. le ministre de l’enseignement supérieur du Cameroun
  • Messieurs les Recteurs des universités de Yaoundé 1 et 2

Institutions scientifiques partenaires

    • Association pour l’Étude des littératures africaines (APELA) à Paris
    • Université catholique d’Afrique centrale (UCAC) de Yaoundé
    • Société internationale d’Étude des Littératures à l’Ère coloniale (SIELEC) à Montpellier
    • Laboratoire « Langage, langues et cultures d’Afrique noire » (LLACAN), UMR 8135, du CNRS

Institutions de soutien

    • Centre de recherche Écritures, Metz (EA 3943)
    • Centre de recherche en littérature comparée, Yaoundé (CERLICO)
    • École Normale Supérieure de Yaoundé 1
    • Archevêché de l’Eglise orthodoxe grecque à Yaoundé
    • Université Paul Verlaine – Metz
    • Université de Yaoundé 1
Adresse : BP 47 Yaoundé (Cameroun)

Appel à communications – « Fiction du Détroit : traitement narratif et fictionnel des passages et naufrages migrants. Regards interculturels »

Fiction du Détroit : traitement narratif et fictionnel des passages et naufrages migrants. Regards interculturels

Journée scientifique sous l’égide de l’Instituto de Literatura Comparada – Margarida Losa

Porto – FLUP – 28 février 2011

APPEL À COMMUNICATION

Depuis quelque temps, une thématique fictionnelle nouvelle gagne le panorama littéraire et critique de langue française qui, à la faveur des tragiques accidents de passage du Détroit de Gibraltar, naufrages pour la plupart, pointe les déboires de l’émigration clandestine, africaine et asiatique, vers l’eldorado européen, la forteresse du vieux continent. Ces récits, pour la plupart écrits en français, ou impliquant des voix et témoignages francophones, font état de deux mondes qui, tantôt se surveillent; tantôt se convoitent, mais qui, en tous cas, s’opposent. En effet, un schème narratif semble s’en dégager : abandon d’un état de misère, tentative de traversée du Détroit, quel qu’il soit, installation sur le vieux continent, intégration ou inadaptation culturelles, éventuel retour et désillusions diverses. Cette thématique de la migration clandestine, qui frôle parfois le récit de voyage, compte déjà plusieurs auteurs et titres reconnus, sous la plume de Tahar Ben Jelloun, Salim Jay, Youssouf Amine Elalamy, Laïla Lalami, Didier Leclair, mais aussi au cinéma avec /Welcome/ de Philippe Lioret et d’autres, dont il y a tout lieu de systématiser les lectures et approches diverses: narrative, thématique, inter- et multiculturelle, migrante, francophone ou postcoloniale. Ainsi, l’/Instituto de Literatura Comparada – Margarida Losa a le plaisir d’annoncer la Journée scientifique et de réflexion qu’il organise le 28 février 2011 à Porto, et en vue de laquelle il lance cet appel à communication aux chercheurs que ce nouvel et enthousiasmant domaine de recherche ne manquera pas d’intéresser.

Langues de la journée : français, portugais, espagnol et anglais

calendrier : 30 novembre 2010 : date limite pour présenter des propositions de communication (200-400 mots). 15 décembre 2010 : date limite pour la réponse de l’Organisation aux propositions de communication. 15 janvier 2011 : diffusion du programme prévisionnel. 1er février 2011 : diffusion du programme définitif. (L’inscription est gratuite).

Comité organisateur : Ana Paula Coutinho Mendes (UP – ILC-ML) · Maria de Fátima Outeirinho (UP – ILC-ML) · José Domingues de Almeida (UP – ILC-ML)

Adresse : Les propositions de communication (résumé et brève notice cv, avec nom, institution et courriel) sont à envoyer à jalmeida@letras.up.pt

Renseignements : Merci d’entrer sur les sites www.ilcml.com et / ou http://www.flup.up.pt

Colloque International – « Conceptualisations et noeuds de subjectivité en traduction – interprétation »

Conceptualisations et noeuds de subjectivité en traduction – interprétation

Colloque International

Faculté de traduction - interprétation – Institut des Sciences du langage

UMons, Belgique

28-29 octobre 2011

* *

* *

* *

Les dernières décennies ont vu fleurir les textes sur la théorie de la 
traduction et de l’interprétation, et ce phénomène est dû, entre autres 
paramètres, à la multiplication des centres de recherche, des cours et 
départements consacrés au domaine des */Translation Studies/* ou de la 
*/traductologie/*, pour utiliser un terme dont la paternité revient au 
linguiste Georges Mounin et au philosophe Jean-René Ladmiral, sans 
oublier les écoles de traducteurs et interprètes aujourd’hui devenues, 
pour un bon nombre, Facultés de traduction et interprétation. Les 
raisons de ce surcroît d’intérêt sont nombreuses, diverses et 
paradoxalement convergentes : d’abord, la mondialisation, qui ne cesse 
de multiplier le nombre de contacts entre groupes d’individus de langues 
différentes des quatre coins de la planète ; ensuite, le développement 
des études sémiotiques, comme le souligne Umberto Eco, études qui 
reconnaissent au phénomène de traduction une place centrale – pensons au 
débat nourri sur le concept de sens - ; enfin, l’amplification des 
recherches en informatique, qui est à l’origine de la mise au point de 
nombreux concepteurs de création ou de parachèvement des modèles de 
traduction artificielle recouvrant le domaine en expansion des outils 
d’aide à la traduction. Parallèlement, le questionnement linguistique et 
psycholinguistique, cognitif, psychanalytique et philosophique, aux 
côtés de la problématique historique et sociale posée depuis les débuts 
de l’ère traduisante qui est la nôtre, a abouti à la proposition 
d’approches épistémologiques plurielles qui semblent signer le caractère 
de dispersion de la réflexion en traductologie et qui semblent offrir 
tantôt une résistance tantôt une place à la reconnaissance « 
scientifique » de la part de subjectivité ou encore de créativité de 
toute entreprise traductive et interprétative.

Le présent Colloque se donne pour but de clarifier les divers modes de 
*/conceptualisations/* qui ont cours aujourd’hui dans les domaines de la 
science précités à la lumière de textes, corpus ou discours variés, 
allant de la pratique dite « spécialisée » de la traduction ou de 
l’interprétation au texte littéraire ou poétique, n’excluant pas ce 
faisant la transposition intersémiotique. Les conférences pourront, en 
outre, prendre appui sur les réflexions engrangées au cours des 
Colloques qui se sont tenus à Mons en 2006 et 2008, à savoir */Au-delà/* 
*/de la lettre et de l’esprit : pour une rédéfinition des concepts de 
source et de cible/* et */La Forme comme paradigme du traduire*[1]* 
<#_ftn1>/*. Les orateurs auront à cœur de relever la pertinence de leurs 
moyens analytiques de rendre compte de la traduction ou de 
l’interprétation et, parallèlement, de cerner le nœud de 
*/subjectivité/* présent dans la plupart des versions traduites ou 
interprétées, sinon toutes, quelles que soient les contraintes dictées 
par l’environnement tant linguistique que culturel ou économique. En 
outre, les approches littéraire, cognitive et le biais psychologique, 
voire psychanalytique, viendront cerner l’interférence du « je » 
traduisant dans toute opération de ce qu’il convient de reconnaître 
comme une /transformation /de l’original. Bien qu’il relèverait de la 
gageure de vouloir conduire à l’établissement d’une véritable 
épistémologie aussi adéquate qu’exhaustive à l’issue de ces échanges, le 
but poursuivi est bien celui-là et le Colloque y oeuvrera grâce à la 
variété et à la complémentarité des approches proposées.

Les propositions de communication sont à adresser à Nadia D’Amelio, 
Faculté de traduction et interprétation – Institut des Sciences du 
langage – UMons, Belgique, par courriel, avant le 1^er février 2011.

Nadia_damelio@hotmail.com <mailto:Nadia_damelio@hotmail.com>

Nadia.damelio@umons.ac.be <mailto:Nadia.damelio@umh.ac.be>

Colloque – « Howard Becker et les mondes de l’art »

Du 5 octobre 2010 au 10 octobre 2010, Centre Culturel International de Cerisy

DU MARDI 5 OCTOBRE (19 H) AU DIMANCHE 10 OCTOBRE (14 H) 2010

HOWARD BECKER ET LES MONDES DE L’ART
DIRECTION : Pierre-Jean BENGHOZI, Thomas PARIS

COMITÉ SCIENTIFIQUE : L. JEANPIERRE, A. KERAVEL, F. KLETZ, O. PAULUS, O. ROUEFF, V. ROUSSEL, H. SERRY

Avec la participation de Howard BECKER
ARGUMENT :

Représentant majeur du courant interactionniste de l’école de Chicago, Howard Becker est un des auteurs dont l’influence a été la plus forte sur le management, la sociologie et l’économie de la culture.

Peu de travaux ont en effet permis de comprendre aussi finement comment les activités artistiques sont constituées comme des systèmes de négociation permanente, dénués a priori de règles normatives univoques. Ils nous montrent que la dimension collective de la création et de sa diffusion naît de la mise en partage de valeurs et de conventions historiquement changeantes, de l’appartenance à des communautés d’activité, à des « mondes » à la fois concurrentiels et coordonnés où interviennent une multitude d’acteurs. Cette coopération nécessaire structure ainsi concrètement les actions des différents participants à la création: depuis le public jusqu’au technicien. Ces interactions définissent des styles de création dont certains se pérennisent autour de conventions esthétiques, organisationnelles et économiques  ; elles font place à différentes formes d’intermédiation  ; elles questionnent enfin très directement les limites des formes artistiques acceptables ou légitimes, qu’il s’agisse de pratiques amateurs, d’expérimentations avant-gardistes voire de déviances. Toutes ces questions essentielles forment la base de la réflexion de Becker, construite dans un dialogue permanent entre observation empirique rigoureuse et conceptualisation fertile.

L’objectif du colloque est débattre des apports d’Howard Becker, en les éclairant des apports de travaux récents et des contributions d’autres chercheurs qui étudient les mondes de l’art d’hier et surtout d’aujourd’hui.
COMMUNICATIONS (avec débats):

*Les mondes de l’art: H. Becker: L’actualité des mondes de l’art, L. Jeanpierre: Outsiders et autres apports de Becker: quelles leçons pour l’art?
*Les leçons de la musique et du jazz: A. Hennion: Sociologie et pragmatique de la musique, M. Perrenoud: « Musiciens de jazz »? Une catégorie familière à l’épreuve du terrain
*Marchés du travail: M. Buscatto: Ethnographies du travail artistique, S. Dubois: Les mondes de la poésie, P.-M. Menger: Les ressorts sociaux de la création, D. Naudier: Attachées de presse de l’édition littéraire: des chaînons transparents, W. Santagata: Clusters et districts industriels
*Les jeunes docteurs face à Becker: N. Aubouin: Les mondes de l’art émergent, F. Bousson: Mondes de l’art et activité collective: la production d’un disque, K. Hammou: Le monde du rap, M.-A. Le Theule: Les outils de gestion dans les mondes de l’art
*Règles et conventions: P. Flichy: Amateurs et professionnels, M. Hutter: On the co-evolution of art worlds and market worlds. Reports from four studies, B. Pequignot: Sociologie des arts: domaines et approches
*Les mondes du numérique: F. Benhamou: La construction de la valeur, V. Rivron: Les nouvelles intermédiations du numérique, B. Zimmerman: Les musiciens électroniques et les nouvelles technologies (le cas de la Chine)
Avec le soutien du programme ANR IMPACT

Adresse : Le Château 50210 Cerisy-la-Salle

Parution – « Devenir un « grand écrivain »

ORAGES

LITTÉRATURE ET CULTURE (1760-1830)

N° 9 (mars 2010)

DEVENIR UN « GRAND ÉCRIVAIN »

MÉtamorphoses de la reconnaissance littÉraire

Préparé par Jean-Christophe IGALENS et Sophie MARCHAND

Sommaire

Éditorial

Olivier Bara

Devenir un « grand écrivain »

Métamorphoses de la reconnaissance littéraire

Dossier

Métamorphoses de la reconnaissance littéraire (Introduction)

Jean-Christophe Igalens et Sophie Marchand

Pauvreté de l’homme de lettres et quête de reconnaissance au XVIIIe siècle. De l’indépendance du philosophe au sacerdoce de l’écrivain (1753-1797)

Françoise Le Borgne

Autorité ou repentir ? Promotions paradoxales de la « femme auteur » chez Madame de Genlis et Madame Dufrénoy

Florence Lotterie

Pseudonymes et sobriquets antiques : stratégie de la reconnaissance littéraire chez les poètes et auteurs érotiques au tournant du XVIIIe siècle

Stéphanie Loubère

Reconnaissance et célébrité : Jean-Jacques Rousseau et la politique du nom propre

Antoine Lilti

« Laisserai-je un nom grand et beau ? » : l’obsession nominale dans la production littéraire des années 1830

Mélanie Leroy-Terquem

De la revendication de liberté à la proclamation de patriotisme : le statut d’auteur dramatique et la législation sur la propriété littéraire à l’époque révolutionnaire

Gregory Brown

L’écrivain face au pouvoir : Mme de Staël et Benjamin Constant lecteurs de Vittorio Alfieri

Lionello Sozzi

Être reconnu en 1830 : la voix cénaculaire

Vincent Laisney

« Perte d’auréole ». La mort de la Gloire (1829-1862)

José-Luis Diaz

Devenir un « grand écrivain »

Métamorphoses de la reconnaissance

Texte

Le Charlatanisme de Scribe, « peinture exacte et vraie »

Jean-Claude Yon

Le Charlatanisme, comédie-vaudeville par Scribe et Mazères (1825)

Le cahier d’Orages

Varia

« La raison sous le masque de la folie » : la présence de La Mettrie dans les fictions médicales de Voltaire

Cornelia Jahns

Le parti pris des choses. Formation de l’individu républicain dans l’Émile de Jean-Jacques Rousseau

Pierre Crétois

Le cercle brisé. Dissolution épistolaire et incertitudes politiques au lendemain de la Révolution (1798-1807)

Stéphanie Genand

Aloys d’Astolphe de Custine, Olivier et Édouard de Claire de Duras, ou la désincarnation subversive

Marjolaine Forest

Couronnement factice et vérité morale : une scène emblématique de l’imaginaire tragique de la Restauration

Maurizio Melai

Fil-rouge

Les Muses à l’assaut du Pinde

Jean-Noël Pascal

Entretien

Béatrice Didier

Appel de textes – « Mémoires du livre/Studies in Book Culture »

Appel de textes/Call for papers
Mémoires du livre/Studies in Book Culture

À l’ère du numérique et de cette «Troisième révolution du livre» qui touche
tant les supports que les pratiques et les agents, la recherche en sciences
humaines et sociales s’adapte elle aussi aux changements technologiques et emprunte de
nouveaux canaux de diffusion. Les sites Internet et les listes de diffusion se
multiplient: pensons à SOCIUS, liste consacrée à la sociologie de la
littérature et à l’histoire culturelle, ou au site d’information Fabula.org.
De même, le nombre de revues qui ajoutent une version numérique à la publication
papier ou qui d’emblée optent uniquement pour la diffusion électronique ne
cesse de croître, un phénomène qui se mesure entre autres au succès des
portails spécialisés Érudit et Revues.org.

La recherche en histoire du livre suit aussi la tendance, le site Internet et
la liste de diffusion de la Society for the History of Autorship, Reading and
Publishing (SHARP) en étant des exemples probants. Accueillant chaque jour des
centaines d’usagers, SHARP-Web est devenu un lieu incontournable où trouver de
l’information, nouer des relations, savoir ce qui se passe dans le petit monde
des historiens du livre. En France, le site de l’Institut d’histoire du livre,
qui a pour partenaires l’ENSSIB et le Musée de l’imprimerie de Lyon, joue un
rôle similaire. Ironiquement, l’histoire du livre semble néanmoins résister
encore à la publication électronique, du moins dans le monde francophone. Si
l’on trouve parfois des textes et des articles sur des sites personnels ou
institutionnels, aucune revue spécialisée n’a encore vu le jour. C’est pour
pallier ce manque que avons lancé Mémoires du livre/Studies in Book Culture.

Dédiée à la diffusion de travaux d’histoire du livre, Mémoires du
livre/Studies in Book Culture accueille des études portant sur tous les supports de l’écrit,
du manuscrit à l’écran, en passant par l’imprimé. La perspective historique
n’exclut pas ici les recherches portant sur des phénomènes contemporains,
envisagés sous l’angle de la sociologie, de la bibliothéconomie, de la
statistique et de l’analyse des professions. Mémoires du livre/Studies in Book
Culture privilégie plutôt l’interdisciplinarité et le décloisonnement des
objets. En réalité, Mémoires du livre/Studies in Book Culture entend s’ouvrir
à tous les corpus et à toutes les approches qui permettent de mieux comprendre
le système-livre, le mot «livre» étant pris ici dans son sens le plus large.

Les articles, comptant de 15 et 25 pages, doivent être accompagnés d’un résumé
en français et d’un résumé en anglais d’environ 150 mots maximum. Les textes
doivent également comprendre une brève notice biographique de 150 mots maximum
et être envoyés avant le 30 avril (pour le numéro d’automne) ou avant le 30
octobre (pour le numéro du printemps) à Marie-Pier.Luneau@USherbrooke.ca. Les
articles qui auront reçu l’approbation du comité scientifique pourront être
publiés, hors thème, dans la rubrique «Varia» de la revue. Prière de consulter
le protocole de rédaction de la revue, disponible à l’adresse suivante:
http://www.erudit.org/revue/documentation/protocoleRedacMEMOIRES.pdf.

Version anglaise:

In this era of the “Third Book Revolution,” where digitization influences not
only the various print media but also many of the practices and people
involved in the field of textual production, research in the social sciences and
humanities is adapting to technological change, and taking advantage of the
new means of transmitting and circulating ideas. The number of websites and
discussion lists is growing everyday: SOCIUS, a list devoted to the sociology
of literature and to cultural history, and the information web site
Fabula.org, are only a few examples. Furthermore, several academic journals now appear in
digital as well as print formats, while others have opted for electronic
distribution only. This phenomenon can be observed by the success of
specialized portals such as Érudit and Revues.org.

Research in book history is following suit. The website and dissemination list
created by the Society for the History of Authorship, Reading and Publishing
(sharpweb.org and SHARP-L) is host to hundreds of users every day; these
resources have become essential for acquiring information, creating networks
between researchers, and for staying up-to-date on new developments of the
small world of book historians. In France, the website created by the Institut
d’histoire du livre, which counts among its partners the ENSSIB and the Musée
de l’imprimerie de Lyon (Lyon’s Museum of Print), plays a similar role.
Despite these innovations, however, the field of book history has largely resisted the
transition to on-line publication (at least in the Francophone world).
Although specific essays and articles can be found on personal or institutional
websites, no specialized on-line academic journal has yet been created. In
order to compensate for this lack of a valuable resource, we have launched
Mémoires du livre/Studies in Book Culture.

Dedicated to the dissemination of research in the history and culture of the
book, Mémoires du livre/Studies in Book Culture welcomes studies pertaining to
all types of media for the written word, from manuscript to print to the
screen. Our historical perspective broadens to include research on
contemporary phenomena undertaken from a sociological point of view, whether in library and
information studies, statistics, or an analysis of the various trades related
to the book world. Mémoires du livre/Studies in Book Culture generally aims
for interdisciplinarity and for crossing boundaries among the various fields
related to book history. Indeed, Mémoires du livre/Studies in Book Culture is
open to all genres and approaches that will provide insight on the
“book-system”, the word “book” being understood in all possible meanings.
Articles should be 15 to 25 pages in length and must be accompanied by a
summary in French and in English, each 150 words maximum. Articles must also be
accompanied by a brief biographical notice, 150 words maximum, and be sent no
later than April 30 (for the fall edition) or before October 30 (for the
spring edition) to Marie-Pier.Luneau@USherbrooke.ca. Articles approved by the
editorial board will be considered for publication, off topic, under the
“Varia” rubric. Please consult “Instructions to Authors for the Presentation
Format of Articles” available at:
http://www.erudit.org/revue/documentation/guidelinesAuthorsMEMOIRES.pdf.

Appel de textes – « Le livre dans le livre: représentations, figurations, significations »

Appel de textes/Call for papers
Mémoires du livre/Studies in Book Culture

Quatrième numéro, printemps 2011
«Le livre dans le livre: représentations, figurations, significations»
Sous la direction de Caroline Paquette, Université de Sherbrooke et d’Anthony
Glinœr, Université de Toronto

La figure de l’écrivain dans la fiction a fait l’objet de plusieurs études
dans
les dernières décennies. Toutes posent à leur manière la question soulevée par
André Belleau dans Le romancier fictif, paru en 1980: «un personnage, du fait
qu’il est écrivain, jouit-il d’un statut particulier dans l’histoire?» Cette
interrogation amorce la réflexion que nous souhaitons élargir à tous les
métiers du livre. En effet, qu’en est-il des représentations de tous ces
médiateurs – critique, éditeur, traducteur, libraire, agent, illustrateur,
pour
n’en nommer que quelques-uns – qui contribuent à mettre au monde, à faire
passer et à légitimer le livre? Autrement dit, comment s’organise, dans
l’économie même de l’œuvre, la référence aux acteurs du «petit monde du
livre»,
tel que le nomment Lucien Febvre et Henri-Jean Martin dans L’apparition du
livre en 1958? Et que dire de l’objet-livre lui-même, dont les multiples
occurrences dans la fiction témoignent du rôle qu’il joue dans l’univers
social, réel ou fictif?

Ce numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vise à examiner comment
se déploient le livre et les métiers du livre dans les œuvres fictionnelles
(poésie, roman, théâtre, chanson), toutes époques et tous corpus confondus.
Les
articles pourront relever de l’histoire du livre et de l’édition, de la
sociologie du littéraire ou encore de la sociocritique, mais privilégieront un
questionnement méthodologique ouvert. Parmi les sujets qui pourront être
abordés: le statut des médiateurs fictifs diffère-t-il en fonction du degré de
légitimation de l’œuvre? Comment les figures de l’éditeur et du libraire
évoluent-elles au fil des transformations du champ littéraire et du
capitalisme
d’édition? En quoi les mises en fiction du livre témoignent-elles de
l’avènement des nouvelles technologies? La chanson reproduit-elle ce mythe de
l’écrivain-génie inspiré, comme c’est souvent le cas en littérature? Le livre
est-il investi de sens particuliers selon le médium utilisé? Quelles
différences peut-on observer entre fiction et autofiction à cet égard? Que
nous
apprennent les personnages du libraire et du bibliothécaire sur la société
intratextuelle? Dans la fiction, le critique littéraire est-il condamné à la
dévalorisation? Et qu’en est-il de ces métiers du livre aujourd’hui disparus –
enlumineur, copiste, etc. –, tels que représentés dans Le nom de la rose
d’Umberto Eco?

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes, devront parvenir avant
le 1er mai 2010 par courriel à Caroline Paquette
(Caroline.Paquette3@USherbrooke.ca), qui codirige ce numéro thématique avec
Anthony Glinoer (Université de Toronto). Après évaluation par le comité de
rédaction, une réponse sera donnée pour le 15 mai 2010. Les articles dont la
proposition aura été acceptée devront être rendus pour le 15 octobre 2010. Ils
seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version
définitive des textes sera à envoyer pour le 15 janvier 2011, la publication
du
dossier étant prévue pour le printemps 2011.

Number Four, Spring 2011
“Books in Books: Representations, Roles, Meanings”
Under the direction of Caroline Paquette, Université de Sherbrooke and Anthony
Glinœr, University of Toronto

The figure of the author in fiction has been the subject of several studies
over
the past decades. All of them pose, in their own way, the question raised by
André Belleau in Le romancier fictif (1980): “when a character is an author
does it enjoy a particular status?” The question invites an interrogation that
we wish to extend to all aspects of the book. Indeed, what sort of
representations are there of any or all of these mediators – critics,
publishers, translators, bookstore owners, literary agents, illustrators, to
name just a few – who contribute to delivering a book to the world, to
promoting and to legitimizing it? In other words, how to organize, within the
structure itself of the book, references to participants in what Lucien Febvre
et Henri-Jean Martin, in L’apparition du livre (1958), refer to as the “little
world of the book”? And what of the book-as-object itself, the many
occurrences
of which signal the role that it plays in the social, actual or fictive
universe?

This issue of Mémoires du livre/Studies in Book Culture sets out to study how
the book and its related professions are portrayed in works of fiction
(poetry,
novels, drama, lyrics), in a melding of eras and corpuses. Articles may be
based on the history of the book and book-publishing, the sociology of
literature or even social criticism, but will privilege a methodologically
liberal interrogation process. Topics could include: does the status of
fictional mediators change in relation to the degree of the book’s
legitimization? How do the characters of publishers and bookstore owners
change
in books as the literary field and publishing capitalism evolve? In what ways
does the representation of books in books signal the advent of new
technologies? Do lyrics reproduce this myth of the inspired writer-genius, as
is often the case in literature? Is the book invested with specific meanings
depending on the medium used? What differences can be observed between fiction
and auto-fiction in this regard? What do bookstore owners and librarians as
characters teach us about intra-textual society? In fiction, is the literary
critic condemned to deprecation? And what of those book professions that have
today disappeared – illuminators, transcribers, etc. – such as those
represented in Le nom de la rose by Umberto Eco?

Article proposals approximately twenty lines in length should be emailed
before
May 1, 2010 to Caroline Paquette (Caroline.Paquette3@USherbrooke.ca),
co-director of this special number together with Anthony Glinoer (University
de
Toronto). A response will be given by May 15, 2010 following evaluation of the
proposal by the editing committee. Proposed articles that have been accepted
must be submitted by October 15, 2010. They will then be reviewed by a reading
committee who will give their comments. The final version of the articles is
to be sent by January 15, 2011 for publication in spring 2011.

Parution – La vieillesse à l’ère des clowns – numéro 40 de « L’Inconvénient »

Que devient la vieillesse à l’heure de la festivocratie? quand on lui associe l’image de l’enfance et du rire? quand elle devient le terrain de jeux de pitres ambulants?

À ne pas manquer dans ce numéro:

des essais de Marc Chevrier, Isabelle Daunais et Olivier Maillart;

– des nouvelles de Charlotte Abramovitch, Rachel Laverdure et Patrick Nicol;

– la critique du dernier roman de Dany Laferrière par David Dorais;

– le retour des Transatlantiques, une correspondance entre François Ricard et Lakis Proguidis;

– les chroniques de Serge Bouchard, Geneviève Letarte, Gilles Marcotte et Réjean Beaudoin;

– et une provision de bogues savoureux à propos de Noël vert, de Prozac pour artistes, de grippe A H1N1 et de photos de nus.

Marion Froger — Vient de paraitre

Froger, Marion, le Cinéma à l’épreuve de la communauté. Le cinéma francophone de l’Office national du film. 1960-1985, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. «Socius», 2009, 292 p. ISBN : 978-2-7606-2154-1. (34,95 $ / 31 euros)

Description détaillée : http://www.mapageweb.umontreal.ca/melancon/socius.html#froger

Appel à contributions – recensions pour Transeo

La revue de sciences sociales Transeo (http://transeo-review.eu) qui traite de la production et de la circulation des biens culturels, littéraires et scientifiques, recherche des volontaires pour alimenter sa rubrique « Recensions ». Une liste (non exhaustive) d’ouvrages est proposée ci-joint. Les textes, publiés en ligne, peuvent être soumis en français, en anglais ou en allemand.

Si vous êtes intéressé-e-s, merci de contacter Claire Ducournau [claireduc(at)hotmail.com] et Séverine Sofio [severinesofio(at)yahoo.fr].