Archives mensuelles : juin 2010

Parution – « Bohème sans frontière »

Bohème sans frontière

Pascal Brissette et Anthony Glinoer (dir.)

Presses universitaires de Rennes
Collection : Interférences
Format : 15,5 x 21 cm
Nombre de pages : 362 p.

2010
ISBN : 978-2-7535-1071-5
Prix : 18,00 €
Bon de commande ci-attaché.

Il est faux de dire, comme le fait Aznavour dans le dernier vers de sa célèbre chanson, que la Bohème, « ça ne veut plus rien dire du tout ». Tout au contraire, les clichés de la bohème restent largement partagés et le mot appelle toujours, de nos jours, une multitude d’images, de scènes et de personnages types. Cet ouvrage explore l’imaginaire de la bohème, ses modes de constitution, de représentation, de légitimation et de diffusion dans et au-delà des frontières géographiques et culturelles de la France. On peut être bohème à Paris en 1900, mais peut-on l’être aussi bien à Buenos Aires ou à Montréal à la même époque ? Qu’impliquent, pour les études littéraires, la sociologie ou l’histoire l’émergence, la perpétuation et le transfert culturel du mythe de la bohème ? C’est à ces questions cruciales qu’une vingtaine de spécialistes ont voulu répondre ici.

Sommaire

Introduction

Pascal Brissette et Anthony Glinoer, « La bohème, ça voulait dire… »

première partie : Vues d’ensemble

Nathalie Heinich (EHESS), « La bohème en trois dimensions : artiste réel, artiste imaginaire, artiste symbolique »

Jerrold Seigel (NYU), « Putting Bohemia on the map »

Deuxième partie : Configurations et reconfigurations de la bohème en France

Pascal Brissette (McGill), « Chanter la bohème avant le mythe de la bohème : remarques sur quelques chansons de Béranger »

Martine Lavaud (Paris-IV), « Les bohèmes grotesques du XIXe siècle : archéologie d’un mythe »

Jean-Didier Wagneur (BNF), « L’Invention de la bohème. Entre bohème et bohême »

Anthony Glinoer (Toronto), « Devenir un « bohème intégral » : la construction collective d’une posture d’écrivain »

Sandrine Berthelot (Orléans), « La bohème : avec ou sans style ? »

Lise Dumasy-Queffelec (Grenoble), « La bohème de Vallès »

Jean-Yves Mollier (UVSQ), « Du « Bohème littéraire » (Henry Murger) au « prolétaire des lettres » (Octave Mirbeau), les cheminements d’une posture contestataire dans les lettres françaises »

Pascal Durand (Liège), « Le ratage sans gloire. À propos des Martyrs ridicules de Léon Cladel »

Jean-Luc Steinmetz (Nantes), « Tristan Corbière et ses bohèmes »

Marie Boisvert (Toronto), « La bohème au salon : Les représentations du salon de Nina de Villard »

Denis Saint-Amand (Liège), « À l’Hôtel des Étrangers, repaire d’une bohème zutique »

Yves Thomas (Trent), « Sur la piste des Mohicans : la ville sous la ville »

Jeremy Worth (Windsor), « La mansarde dans la métropole, ou le rêve bohémien impossible : les impasses de L’Œuvre »

Vincent Laisney (Nanterre), « « La Vie de Bohème » sous la direction de Francis Carco, ou la consécration par la collection »

David Vrydaghs (Liège), « L’avant-garde surréaliste des années 1920 face à la bohème : la réécriture d’un mythe et ses raisons »

Alexandre Trudel (Montréal), « Guy Debord, la bohème lettriste et les classes dangereuses »

Troisième partie : La bohème hors les murs

Pierre Van den Dungen (ULB), « Une bohème bruxelloise »

Diana Cooper-Richet (UVSQ) et Michel Pierssens (Montréal), « Bohemia latina »

Xavier Escudero (Boulogne), « La bohème littéraire espagnole fin de siècle : d’un phénomène socioculturel à la révélation d’un état de la littérature »

Hervé Guay (Montréal), « La bohème dans le théâtre et la presse à Montréal avant la Première Guerre mondiale »

Michel Biron (McGill), « La bohème sympathique »

Clémentine Hougue (Paris-III), « Beat Generation : une bohème sur la route »

Parution – « L’utopie. Art, littérature et société »

L’UTOPIE
Art, littérature et société

Dominique Berthet

L’Harmattan

Ouverture Philosophique – Esthétique
ISBN : 978-2-296-11530-9 • avril 2010 • 254 pages Prix éditeur : 24,5 €

Un certain nombre d’utopies réalisées furent des échecs. Tel est le constat porté sur le siècle qui vient de s’écouler. Mais les utopies sont-elles mortes, comme on s’est empressé de le déclarer ? Ce serait faire abstraction de l’évidence : l’homme ne peut vivre sans utopie. Elle n’est pas, contrairement à l’idée reçue, l’irréel ou le rêve, mais un espoir chevillé à la vie. Quelles sont les relations que l’art entretient avec l’utopie ? L’art non seulement n’est pas étranger à cette notion, mais dans bien des cas, l’utopie semble s’incarner dans l’art.

Sommaire

Dominique BERTHET

Avant-propos

Dominique BERTHET

L’art, une utopie incarnée ?

Cécile BERTIN-ELISABETH

Utopie et veine picaresque : Rinconete et Cortadillo à l’épreuve du réalisme

Camilla BEVILACQUA

Seuils de l’art entre utopie et réel

Lise BROSSARD

L’oeuvre d’art totale, une utopie ? Utopie et oeuvre d’art totale

Alexandre CADET-PETIT

Le jardin créole, utopie ou réalité

Dominique CHATEAU

Dégoût du futur journalistique

Gérard DUROZOI

L’utopie de l’art et les utopies rivales dans l’art du XXe siècle

Véronique HALPHEN-BESSARD

Les métamorphoses de l’utopie chez Georges Perec

Hugues HENRI

L’utopie libertaire en Aragon et Catalogne entre 1936 et 1939

Corinne MENCE-CASTER

Entre l’utopie de la langue et la langue de l’utopie : José María Arguedas et l’écriture du castillan

René PASSERON

De l’utopie fondamentale

SENTIER

La pratique artistique conçue comme la mise en oeuvre d’une utopie

Hélène SIRVEN

Utopie et vulgarisation des mondes lointains au XIXe siècle

Roger TOUMSON

L’île, l’archipel et le continent. Imaginaires et représentations

Colloque – « Postcolonial Studies: Modes d’emploi »

Colloque international, à l’École Normale Supérieure de Lyon (15, parvis René Descartes 69007, Lyon, Métro Debourg) :

Postcolonial studies : modes d’emploi

Usages en littérature et en sciences humaines des questions et outils théoriques forgés par les études postcoloniales

Jeudi 3 juin (Salle 106)

9h-9h30 Accueil

9h30-10h Ouverture du colloque par Olivier Faron, directeur général de l’ENS de Lyon

10h-11h Conférence inaugurale de Kathleen Gyssels – « Cohée, calques et coquilles : De la « Barque ouverte » (Edouard Glissant) au Black Atlantic (Paul Gilroy), et vice versa. Routes et déroutes, résolutions et irrésolutions. » (présentée par Myriam Suchet)

11h30-13h Théorie postcoloniale et créolisation (Discutante : Estelle Olivier)

  • Alessandro Corio (Università di Bologna – Italie), « Tactique de représentations du silence du subalterne dans les romans postcoloniaux des Antilles francophones »
  • Valérie Magdelaine-Andrianjafitrimo (Université de la Réunion / CNRS UMR 8143), « Essentialisme stratégique ? Lectures postcoloniales et créolisation à travers quelques romans d’écrivaines mauriciennes »
  • Carpanin Marimoutou (Université de la Réunion), « Formes vernaculaires, écritures subalternes, créolisation : le cas réunionnais »

14h30-16h  Réflexions et applications méthodologiques (Discutant : Florian Alix)

  • Burleigh Hendrickson (Northeastern University – Etats-Unis / ENS Lyon), « Qu’est-ce que la postcolonialité ? Vers une définition pluraliste »
  • Berny Sebe (University of Birmingham – Grande-Bretagne), « Itinéraires intellectuels et méthodologiques de la Imperial History aux Postcolonial Studies (en passant par les French Studies) »
  • Guillaume Bridet (Paris 13 – Villetaneuse), « Les trois Said »

16h30-18h   Migrations/ diaspora (Discutant : Cyril Vetorrato)

  • Tunde Adekele (Iowa State University, Etats-Unis), « ‘Dude, Here’s Your New Black Studies’: Transcending Racialization in the Postcolonial Context»
  • Charlotte Arndt (Humboldt-Universität zu Berlin – Allemagne), « Transnationaliser la France – les revues culturelles africaines de diaspora à Paris »
  • Robert Rakocevic (INALCO / Paris 3), « L’écriture de l’exil dans L’Enigme de l’arrivée (1987) de V.S. Naipaul et L’Appât (1996) de D. Albahari, face aux concepts spatio-identitaire des études postcoloniales »

18h30-19h30 : Conférence plénière de Nicolas Bancel – « Suspicion. L’accueil des Postcolonial Studies dans le champ académique français » (présentée par Myriam Suchet)

Vendredi 4 juin (Salle 106 – matin, puis salle 4 – après-midi)

9h30-11h30 Postcolonial studies : genèse, transformations et détournement des concepts (Discutante : Claire Ducournau)

  • Léon-Marie Nkolon-Ndjodo (ENS Maroua, Cameroun), « Lectures africaines de Foucault : essai d’analyse des fondements philosophiques du discours postcolonial. »
  • Lisbeth Verstraete-Hansen (Institut for Internationale Kultur- og Kommunikationsstudier – Danemark), « Tourments identitaires belges au miroir postcolonial. Une étude de cas. »
  • Sylvain Crépon (Université Paris Ouest – Nanterre), « De la défense de l’Algérie française à la critique du « colonialisme républicain ». Le GRECE et la question postcoloniale. »
  • Kathryn Kleppinger (University of New York – Etats-Unis), « Who, and What, is a Beur Author? »

12h-13h30 Théories postcoloniales : applications et négociations (Discutante :Tina Harpin)

  • Maud Michaud (Université Lumière – Lyon 2), « De l’utilité des Postcolonial Studies en civilisation britannique : les archives missionnaires à l’épreuve des concepts postcoloniaux »
  • Nadia Noureddine Nahed (Concordia University – Québec), « Traduction de la littérature postcoloniale en Espagne – L’Amour, la fantasia d’Assia Djebar »
  • Sandeep Bakshi (University of Leicester – Grande-Bretagne), « A Perfect Arrangement: Queer Negotiations of the Postcolonial in R. Raj Raho’s The Boyfriend »

15h-16h Etudes postcoloniales et représentations cinématographiques (Discutante : Anne-Sophie Catalan)

  • Annick Gendre (Université Paul Verlaine – Metz), « Liens-ruptures et stéréotypie dans les fictions cinématographiques orientales post-coloniales »
  • Shaijla Sharma (De Paul University – Etats-Unis), « Postcolonial Theory, Partition Narratives and Minor Identity. The Role of Memory and Trauma in Creating Citizen Subjects »

16h-16h30  Clôture

Colloque organisé par le laboratoire jeunes chercheurs « Littératures et études postcoloniales : les outils théoriques à l’épreuve des textes » (litt.post@gmail.com) avec le soutien de l’ENS de Lyon et de l’Ecole Doctorale 484 3 LA.


Comité scientifique: Pascale Barthélémy (ENS de Lyon), Charles Bonn (Université Lyon 2), Bruno Gelas –Université Lyon 2), Cécile Van Den Avenne (ENS de Lyon).

Parution – « De La norme à la marge. Écritures mineures et voix rebelles »

De La norme à la marge. Écritures mineures et voix rebelles.
Sous la direction d’Anne Garrait-Bourrier
Presses Universitaires Blaise Pascal, coll. « Littératures », mai 2010.

Version papier :

378 p.

Prix : 20EUR

EAN : 9782845164314

Version PDF (diffusion : www.lcdpu.fr)

351 p.

Prix : 13EUR

EAN : 9782845164352
Présentation de l’éditeur :

La marginalisation des voix minoritaires – et le plus souvent rebelles – a, paradoxalement, redynamisé les arts. Et les écritures de la contestation ont parfois donné naissance à des genres nouveaux (récits d’esclaves, écritures amérindiennes…). Il est particulièrement intéressant d’analyser, ainsi que Gilles Deleuze le proposait, comment l’ « usage mineur » d’une langue peut, en la déstabilisant, prendre une dimension aussi universelle que l’expression de la culture dominante dans laquelle elle s’inscrit en filigrane.

Table des matières
Remerciements – Avant-propos (Anne GARRAIT-BOURRIER)

I. La minoration à l’épreuve du « genre »
– Une poétique de l’excentricité : l’exemple de Gertrude Stein (Denise GINFRAY)
– Écriture du marginal et genre grotesque : l’exemple de la littérature sudiste (Marie LIENARD- YETERIAN)

II. Le « mineur » et l’indicible
– De la colonisation et la décolonisation dans My Ear at His Heart de Hanif Kureishi (Max VÉGA-RITTER)
– Vers la centralité de l’amour interracial dans The Grass Dancer de Susan Power (Ineke BOCKTING)
– La rhétorique de l’aveu dans les Feuilles d’Herbe de Walt Whitman (Marc BELLOT)

III. Minorer pour dire sa différence
– Révision et affirmation de la marge afro-américaine dans The Autobiography of Miss Jane Pittman d’Ernest J. Gaines (Gérald PRÉHER)
– Douleurs noires : l’oeuvre singulière d’Olympia Vernon (Claude JULIEN)
– L’ « outrelangue » comme expression de la tradition orale dans The Indolent Boys de N. Scott Momaday (Anne GARRAIT-BOURRIER)
– L’écriture trans : marges, frontières et transhumances algériennes (Kateb Yacine, Mohammed Dib, Assia Djebar) (Catherine MILKOVITCH-RIOUX)

IV. Minorations non romanesques
– Accords mineurs et accords majeurs chez Nietzsche : la voix de « Zarathoustra » (Serge BOTET)
– Écritures constitutionnelle et législative aux États-Unis : écritures en marge ? (Éric AGBESSI)
– Les marges casanoviennes dans l’Histoire de ma vie (Emmanuèle LESNE-JAFFRO)

Bibliographie collective
Résumés des contributions
Auteurs

Responsable : Anne Garrait-Bourrier
Adresse : CELIS Maison des sciences de l’homme 4, rue Ledru FR – 63057 Clermont-Ferrand Cedex 1