Archives mensuelles : août 2010

Parution – « Au nom de la patrie. Les intellectuels et la Première Guerre mondiale (1910-1919) »

Christophe Prochasson, Anne Rasmussen, Au nom de la patrie. Les intellectuels et la Première Guerre mondiale (1910-1919)

La Découverte, Textes à l’appui

Juillet 2010, 316 pages
ISBN: 9782707155740
Prix: 16 euros
Présentation de l’éditeur:

Dans la mémoire des Français, la Première Guerre mondiale et ses images sanglantes restent comme l’incarnation du mal absolu. Mais la guerre de 1914 ne se limite pas à cette horreur, aux poilus pris dans les tranchées boueuses, aux ambulancières héroïque et aux enfants mutilés. Elle a emporté tout un peuple à se mobiliser au nom de la patrie, et en particulier les intellectuels qui se sont emparés de la boucherie pour écrire des livres ou de la musique, peindre des toiles, sculpter, philosopher. Et cette guerre peut aussi se comprendre vue d’un  » autre front « , celui de la vie de l’esprit, où intellectuels et artistes, mobilisés ou pas, se sont mis, pour la première fois avec cette intensité, au service d’une cause : la guerre, le plus souvent, mais parfois aussi, la paix en inventant la dissidence. Ce livre, en embrassant la Première Guerre mondiale dans une durée plus longue que celle qui lui réserve habituellement l’histoire politique et militaire, tente de contribuer à une nouvelle histoire culturelle d’un conflit que l’on ne peut décidément plus comprendre du seul point de vue des canons. Il mesure l’engagement des intellectuels à l’aune de leur avant-guerre et apprécie les premières blessures que le conflit laissa à l’âme du XXe siècle. Il prend enfin en charge les incohérences d’un temps qui vit le retour des conformismes esthétiques et des conservatismes politiques les plus décisives pour notre modernité. Pour le meilleur et pour le pire.


Christophe Prochasson,
historien, est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Il est membre de la rédaction de Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle et de Mouvement social. Il collabore à la collection « Repères » (Éditions La Découverte).
Anne Rasmussen, historienne, est maître de conférences à l’université de Strasbourg I, membre de la rédaction de Mil neuf cent. Revue d’histoire intellectuelle et de Mouvement social, elle est aussi auteur (en collaboration avec Brigitte Schroeder-Gudehus) de Les fastes du progrès. Le guide des Expositions universelles, 1815-1992 (Flammarion, 1992).

Table des matières:

Introduction 1. Au temps d’Agathon – La nouvelle donne politique – Agathon et les autres – Autour de 1913 – 2. Les années NRF ?– Naissance d’une légende – La nébuleuse vitalise – Passages en revues – 3. Des avant-gardes intellectuelles ? Savants, philosophes et artistes des années 1910 – crises et renouvellements scientifiques – les philosophes et l’intellectualisme – Peintres en révolutions – 4. Guerres et paix – Un engagement sans concession – L’invention de la dissidence – pratiques et milieux du pacifisme – 5. Au service de la nation – Artistes en guerre – L’Université mobilisée – L’engagement des savants – 6. Les feux d’Octobre – Le voyage à Moscou – Sauver la culture – 7. Leur après-guerre – Les intellectuels après le désastre – premiers regards sur la guerre – Un retour à l’ordre ? – Conclusion Orientations bibliographiques Index des noms.

Appel à communications – 6e Colloque étudiant du GRÉLQ

Le Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec(GRÉLQ) tiendra son 6e colloque étudiant, sous le thème « Le livre et l’artiste », le 25 février 2011 à l’Agora du Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Vous trouverez l’appel de communications ci-bas.

Cordialement,

Stéphanie Bernier

Sophie Drouin

Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec

Département des lettres et communications

Faculté des lettres et sciences humaines

Université de Sherbrooke

Appel de communications

6e colloque étudiant du

Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec

LE LIVRE ET L’ARTISTE

Les étudiantes et étudiants du Groupe de recherche et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) de l’Université de Sherbrooke organisent un colloque dont le thème sera le livre et l’artiste.

Aux côtés des auteurs qui véhiculent des idées par le texte, des artistes contribuent à faire du livre une « œuvre d’art totale », objet créatif et original, signifiant tant dans sa forme, dans sa matérialité que dans son contenu, et transmettant des informations aussi bien textuelles que visuelles. « La forme du livre est bien une forme symbolique au sens où Erwin Panofsky parle de La perspective comme forme symbolique (1932), c’est-à-dire une forme qui exprime par elle même, de manière implicite, tout un jeu de valeurs et de représentations du monde . » S’interroger sur cette forme revient à considérer le livre comme un objet porteur, en soi, d’un sens. De plus, le livre s’avère être le support d’un texte avec lequel il entre en jeu ou, parfois, en conflit; il s‘élabore ainsi comme une sorte de « livre-texte  » offert à une lecture dans laquelle ses caractéristiques matérielles peuvent être abordées à des fins poétiques. Étudier le livre de cette façon permet de mettre de !

l’avant le travail de ceux qui contribuent à faire de ce support à l’information un objet singulier véhiculant une signification par sa forme et sa matérialité. Ainsi, le travail de l’artiste, pris dans un sens large, sur l’objet livre, invite à réinventer l’acte de lire.

Le colloque « Le livre et l’artiste » propose d’étudier l’apport de l’artiste et/ou de l’art à l’objet livre en privilégiant un corpus de livres matériels à caractère littéraire, toutes origines et toutes époques confondues. Les communications pourront aborder le livre selon deux orientations de recherche.

D’une part, sur le plan externe, le livre pourra être analysé dans un contexte historique ou sociologique en s’inspirant notamment de méthodologies issues de l’histoire du livre, de la sociologie de l’édition, des métiers du livre ou de l’histoire de l’art. Que nous apprend l’histoire du livre sur l’apport des artistes à la fabrication du livre? Comment le métier de relieur a-t-il évolué au Québec pendant le vingtième siècle? Quel est le rôle joué par l’illustration au fil de l’histoire du livre? Existe-t-il des libraires qui se sont intéressés aux livres d’artistes, aux éditions de bibliophilies: si oui, quel rôle ont-ils joué dans le champ éditorial? Qu’en est-il de la fonction de la galerie d’art dans la diffusion du livre d’artiste? Le livre d’artiste est-il un objet de contestation?

D’autre part, pour compléter et enrichir l’analyse, il serait intéressant d’envisager le livre dans ses aspects internes en faisant des liens entre ses différentes composantes matérielles, visuelles et textuelles. En considérant, par exemple, le livre illustré comme une pratique intersémiotique, dans laquelle il se présente « comme un grand texte composé de deux sous-textes : le sous-texte verbal (roman, poèmes, titres ou légendes) et le sous-texte pictural (illustrations, lettrines, culs de-lampes)  », il devient possible d’en proposer une nouvelle lecture. Quant à la matérialité du livre, elle impose une fétichisation de l’objet qui prescrit au lecteur son rituel . De cette façon, comment la reliure, la typographie, la mise en page, la composition participent-elles à la création du sens? Quelles sont les relations possibles entre la poésie et la typographie, entre le poème et la page, entre le mot et l’imprimé? Est-il possible de dégager une esthétique du livre illustré, d!

e la reliure, de la typographie à une époque donnée?

Le colloque aura lieu le vendredi 25 février 2011 au Carrefour de l’information de l’Université de Sherbrooke.

Les propositions seront soumises à un comité responsable de la réalisation du programme. Le comité accordera la priorité aux propositions des étudiantes et des étudiants de 2e cycle ayant entamé la rédaction de leur mémoire, ainsi qu’à celles des étudiantes et étudiants de 3e cycle. Les communications devront être inédites et ne pas dépasser 20 minutes.

Les propositions doivent parvenir avant le 16 octobre 2010 à l’adresse suivante : Sophie.Drouin@USherbrooke.ca, et contenir les éléments suivants:

•       les coordonnées de l’étudiante ou de l’étudiant : adresse postale et électronique, numéro de téléphone

•       le niveau d’études, l’université et le département d’affiliation, et, si l’étudiante ou l’étudiant le souhaite, le nom de la directrice ou du directeur de mémoire ou de thèse, le sujet du mémoire ou de la thèse

•       la proposition de communication d’environ 500 mots, incluant la problématique, le corpus ainsi que la méthodologie

•       une notice biobibliographique d’environ 200 mots

À l’issue du colloque, les conférencières et les conférenciers seront invités à soumettre leur texte révisé à la revue Mémoires du livre/Studies in Book Culture. Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un numéro sur « Le livre et l’artiste ».

Colloque international « L’écrivain fictif en sociétés : pairs, médiateurs et institutions »

Colloque international

L’écrivain fictif en sociétés :

pairs, médiateurs et institutions

organisé par le GREMLIN

(Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions)

23-25 juin 2010Université de Liège Salle des professeursPlace du 20-aoûtB-4000 Liège

Mercredi, 23 juin 2010

8h30 : Accueil

Séance d’ouverture

9h00 – 10h15 :

Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège) : conférence d’ouverture

Michel Lacroix (Université du Québec à Montréal) et Olivier Lapointe (Université de Montréal) : « L’acteur littéraire fictif saisi par la base »

10h15 : Pause

Séance I- Écrivains légendaires

Président de séance : Jean-Pierre Bertrand, Université de Liège

10h30 – 12h00 :

Pascal Durand (Université de Liège), « Un “Monsieur plutôt commode” : de Mallarmé à Calixte Armel »

Paul Dirkx (Université de Nancy 2), « Claude Simon, écrivain fictif. Nouvelles hypothèses sur Le Jardin des Plantes »

Nathalie Dupont (Bucknell University), « L’œuvre assassine d’Éric Chevillard »

12h00 : Dîner

Séance II – Médiateurs, médiatisations, institutions

Président de séance : Pascal Durand, Université de Liège

14h00 – 15h00 :

Caroline Paquette (Université de Sherbrooke), « Entre manuscrits et souffrance : l’éditeur artiste dans le roman québécois contemporain »

Anthony Glinoer (Université de Toronto), « L’éditeur fictif dans l’économie des singularités »

15h00 : Pause

15h30 – 16h30:

Jacques Dubois (Université de Liège), « Le “devenir auteur à Paris” : le témoignage fictionnel de Christine Angot »

Robert Dion (Université du Québec à Montréal)-Frances Fortier (Université du Québec à Rimouski), « Institutions en péril : de la satire dévastatrice à la disqualification parodique »

17h00 : Cocktail, en présence du Délégué général du Québec à Bruxelles

Jeudi 24 juin 2010

Séance III – À l’ombre de l’auteur : textes et transmission

Président de séance : Jean-Marie-Klinkenberg, Université de Liège

8h30-10h00 :

Patricia Godbout (Université de Sherbrooke), « De quelques personnages de traducteurs dans la littérature québécoise »

Anne-Marie Clément (Université du Québec à Rimouski), « Représentations contemporaines de l’écrivain fictif dans ses habits de biographe »

Sylvie Ducas (Université Paris-X) : « Fables contemporaines du bibliothécaire en morceaux »,

10h00 : Pause

Séance IV – Médiatisations fictives : journaux et revues

Président de séance : Paul Aron, FNRS, Université Libre de Bruxelles

10h30 – 12h00 :

Guillaume McNeil-Arteau (Université Laval), « Le journaliste chez Balzac, ou le libéralisme dans les lettres »

Guillaume Pinson (Université Laval), « De Lucien de Rubembré à Gédéon Spilett, ou de l’écrivain-journaliste au reporter qui n’écrit plus : scénarios et contre-scénarios »

Daphné de Marneffe (Université de Liège), « Figures d’écrivains et d’intellectuels engagés dans l’action collective : Jacques Thibault et Jean Barois de Roger Martin du Gard »


12h00  Dîner

Séance IV – Groupes, configurations, mondanités

Président de séance : Jacques Dubois, Université de Liège

14h00– 15h00 :

Vincent Laisney (Université de Paris-X), «La fabrication du Grenier : Le Termite de J.-H. Rosny »

Marie Boisvert (Université de Toronto), « Chez Mina de Villers, Éva de Pommeuse ou Flora de Rockroy : l’attrait de l’incongru. »

15h00 : Pause

15h 30 – 16 h 30 :

Alain Goulet (Université de Caen), « Écrivains gidiens en abyme »

David Vrydaghs (Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur), « Le surréalisme fictif : procédés de disqualification et réécriture historiographique dans trois romans d’anciens surréalistes (Odile,GillesAurélien) »

17h00 : Réunion COnTEXTES


Vendredi 25 juin 2010

Séance VI – littérature américaine

Président de séance : François Provenzano, FNRS, Université de Liège

9h  – 10 h 30 :

Marie-Pier Luneau (Université de Sherbrooke), « Talons aiguilles, best-sellers et milieu de l’édition : figurations du personnel littéraire en chick litt »

Clotilde Landais (Pepperdine University, campus de Lausanne), « La représentation littéraire de l’écrivain chez Stephen King : un reflet de l’imposture de l’institution littéraire »

Charline Pluvinet (Université de Rennes 2), « “Pataulogie” du monde littéraire contemporain et postures auctoriales. L’écrivain afro-américain à l’épreuve de la fiction dans Erasure de Percival Everett »

10h30  Pause

Séance VII : Réceptions fictives

Président de séance : Guillaume Pinson, Université Laval

11 h – 12 h00 :

Björn-Olav Dozo (FNRS, Université de Liège) et Michel Lacroix (Université du Québec à Montréal), « “Le lieu géométrique de toutes les agitations” : écrivains fictifs et prix littéraires »

Pascal Brissette (Université McGill), « Visite au grand écrivain et récitation d’outre-tombe : Nelligan dans Le Beau risque »


12h00  Pause

Séance VIII : Scénarios auctoriaux

Président de séance : Pascal Brissette, Université McGill

14 h 00 – 15 h 00 :

Valérie Stienon (Université de Liège), « L’homme de lettres en personnage générique. La sociologie-fiction des Physiologies »

Cyril Piroux (Université de Franche-Comté), « Le rond-de-cuir dans le roman français de la première moitié du XXe siècle : figure symbolique de l’écrivain moderne ? »

15h00 : Pause

15 h 30 – 16 h 30 :

Jean-Philippe Martel (Université du Québec à Trois-Rivières), « Roger Nimier, personnage(s) de roman : scénographie d’un “insolent conformiste”»

Martine-Emmanuelle Lapointe (Université de Montréal), « Figures de l’écrivain engagé dans le roman québécois contemporain »

Comité  scientifique :

Paul Aron (FNRS, Université Libre de Bruxelles)

Jean-Pierre Bertrand (Université de Liège)

Pascal Brissette (Université McGill)

Björn-Olav Dozo (FNRS, Université de Liège)

Anthony Glinoer (Université de Toronto)

Michel Lacroix (Université du Québec à Montréal)

Guillaume Pinson (Université Laval)

David Vrydaghs (Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur)

Ce colloque n’aurait pas été possible sans le soutien des institutions suivantes :

Conseil de la recherche en sciences humaines du Canada

Fonds national de la recherche scientifique (F.R.S.-FNRS Belgique)

Association internationale d’études québécoises

Université de Liège

Délégation générale du Québec à Bruxelles

COnTEXTES

Centre d’études québécoises de l’Université de Liège

Faculté de Philosophie et Lettres de l’Université de Liège

ARC littérature et journalisme de l’Université libre de Bruxelles

Parution – « Identités monstrueuses »

Identités monstrueuses: violences et invectives dans le roman francophone européen

sous la direction de Marie-Hélène Larochelle

Présence francophone, no 74, 2010

Le présent dossier souhaite réfléchir à la fécondité de la violence. Les articles regroupés ici montrent de quelle manière cela contribue à la création ou à la destruction de frontières esthétiques et sociales en Europe. Nous comprenons que la sensibilité particulière de la Belgique, de la France ou de la Suisse face à la monstruosité modèle les formes de l’esthétique littéraire. Ces littératures vibrent d’un commun désir d’ébranler le cadre normatif en y introduisant de l’é-norme, soit des germes monstrueux, puisque l’identité francophone reconnaît la subversion.

DOSSIER

« Présentation », Marie-Hélène Larochelle

« Angoisse, misanthropie et violences policières chez San-Antonio », Pierre Verdaguer

« L’irruption de la violence dans Saint-Germain ou la négociation : l’esthétique néoclassique belge en question », David Vrydaghs

« Mémoire du duel dans À la recherche du temps perdu », Yan Hamel

« Le festin de Chessex ou comment apprêter la littérature suisse », Marie-Hélène Larochelle et Jean-Pierre Thomas

ÉTUDES DE LITTÉRATURE

« Roland Brival et le métissage : un nouvel humanisme », Yolande Aline Helm

« Je e(s)t l’autre », Nadia Duchêne

« Images de femmes : une H/histoire de la France en Algérie à travers les Carnets d’Orient de Jacques Ferrandez », Carla Calargé

« Scénographie du Domaine maudit de Cung Giu Nguyên », Van Quang Pham

« Références surréalistes dans l’œuvre théâtrale de Georges Schéhadé », Georges Khoriaty

PRÉSENCE FRANCOPHONE

Revue internationale de langue et de littérature
Directeur: Ambroise Kom
Department of Modern Languages and Literatures
College of the Holy Cross
1, College Street, Worcester, Ma 01610-2395, USA

Tel. (508)793 2758; Fax (508) 793 3708

email: akom@holycross.edu

http://www.holycross.edu/departments/mll/pf/pf.htm

Appel à articles – « Corps mouvants »

Appel à articles

Revue Synergies Pays Riverains de la Baltique, Volume no. 8, 2011

GERFLINT

(Revue internationale francophone avec comités de lecture et d’évaluation)

(Date limite de réception des articles (2500 mots) : 15.10.2010)

(Date limite de réception des commentaires (2500 mots) : 15.2.2011)

VERSION PDF:

http://users.utu.fi/freder/appelcorpscorrect%20Synegries%20Baltique8%202011.pdf

**************

Corps mouvants :

Faire dialoguer les sciences humaines et sociales,

la philosophie et les sciences du vivant

Directeurs de la publication:

Bernard Andrieu

(Professeur en épistémologie du corps et des pratiques corporelles à la

faculté du sport de l’Université Henri Poincaré de Nancy, France)

Fred Dervin

(Professeur Adjoint en sociologie et en didactique des langues et de

l’interculturel aux University of Eastern Finland et Université de

Turku, Finlande)

Aleksandra Ljalikova

(Enseignante-chercheuse en didactique des langues et des cultures

à l’Université de Tallinn, Estonie)

Argumentaire

Le corps humain est en vogue dans la plupart des sciences. Il suffirait

pour s’en rendre compte de faire un relevé des multiples écrits,

colloques, séminaires, projets de recherche, formations… de ces

dernières années. Ne se limitant pas néanmoins à ce type de corps, ce

numéro de la revue « Synergies Pays Riverains de la Baltique » part du

concept dans sa version plurielle, changeante et le propose comme notion

potentiellement féconde pour ouvrir des dialogues entre les sciences

humaines et sociales, la philosophie et les sciences du vivant.

Le corps peut être, entre autres, humain, animal, microscopique,

énergétique, plastique, botanique, social, politique, communautaire,

métaphorique, diplomatique, architectural, mais aussi, en vrac, le Corps

du Christ, un corpus, le corps noir en physique, les anticorps… En

anglais on le retrouve aussi par exemple dans les pronoms

somebody/everybody/anybody.  Dans certaines langues, le mot n’existe pas

du tout. Notamment, en hébreu, qui n’a pas de terme spécifique pour

désigner le « corps » – ni la « matière » d’ailleurs . Pour certaines

cultures, le cosmos se distingue du corps, pour d’autres, qui ont une

vision holiste du corps, le corps et l’individu sont la même chose. Les

compréhensions et déclinaisons du corps sont ainsi presque innombrables.

Les langues sont très révélatrices à cet égard. En outre, on retiendra

avec Le Breton (1990 : 28) que « Le corps n’existe que construit

culturellement par l’homme ».

Il est facile de voir à partir de ce catalogue forcément non exhaustif

que le corps, sous une forme ou une autre, concerne la plupart des

sciences. Un point commun entre toutes ses déclinaisons pourrait être

celui de la mouvance ou du changement – malgré, parfois, les impressions

d’immobilité des corps.

Cette mouvance se retrouve notamment à trois niveaux de modélisation :

a) au niveau épistémologique, la didactique disciplinaire n’est pas

définitive car la régulation des contenus renouvelle le rapport entre

les concepts et recompose les savoirs ; b) au niveau conceptuel, la

construction de nouveaux concepts implique leur adaptation et leur

différenciation par rapport à la description de la nouvelle réalité ; c)

au niveau ontologique, la réalité est mouvante si bien que la

modélisation doit se modifier sans cesse.

Plasticité didactique

Mouvance épistémologique : Régulation de contenus

Mouvements des savoirs

—————————————————————————-

Adaptation

Mouvance conceptuelle : Différenciation

Construction

—————————————————————————-

Nouvelle réalité

Mouvance ontologique : Mouvance de l’objet

Dynamique des modèles

Schéma 1 : Les trois sortes de mouvance

Nous partons de l’hypothèse qu’une lecture croisée de travaux en

sciences vivantes, en philosophie et en sciences humaines et sociales

soulignerait des passerelles conceptuelles, épistémologiques,

ontologiques et métaphoriques, entre les phénomènes théorisés et

examinés, liés à la mouvance de différents types de corps. On tentera

ainsi de décrire la mobilité épistémologique qui conduit aujourd’hui à

une hybridation des champs dans l’objet même « corps », en produisant

soit une fécondité de nouveaux modèles, soit des synthèses nouvelles. On

se rappellera néanmoins que le « corps » n’est pas un terme ou un objet

neutre car il sous-entend un système de référence dans lequel il se

construit (vision du monde rationaliste – corps anatomisé et

individualisé ; vision existentialiste – corps cosmos ; structuraliste –

corps organisme ;  vision naturaliste – corps espèce animal ; moderniste

– corps machine, etc.). Sans vouloir privilégier un paradigme

particulier, nous souhaitons que les auteurs démontrent cette partialité

des positionnements et traitent du sujet en rendant compte des limites

imposées par les contextes.

Partant de ces constants et dans une véritable envie

d’interdisciplinarité, nous aimerions proposer aux collègues des

différentes sciences et de la philosophie de faire partager et de

commenter leurs conceptions, théories et pratiques autour et à

l’intérieur des corps. Les problématiques suivantes pourront d’abord

guider les auteurs intéressés par le principe de travail proposé :

Qu’est-ce qu’un corps ? Comment le définit votre domaine ?

Les corps existent-ils vraiment ?

Comment les corps apparaissent-ils/disparaissent-ils ?

Comment étudier les corps ?

On s’interrogera par la suite sur la mobilité ontologique des corps,

devenant des identités mouvantes, plastiques et reconfigurables tant

dans leurs matières que dans leurs formes. Comment cette mobilité

ontologique produit-elle des effets sur l’identité, le genre, le

métissage, l’interculturalité ?

Les thématiques suivantes pourront être abordées :

-Absence de corps (effacement des corps)

-Corps anatomisé

-Corps et complexité (ou « simplexité » Berthoz 2009)

-Corps et contrôle

-Corps et éthique (donation des organes, prête du corps, euthanasie, etc.)

-Corps et esthétique : grotesque, carnaval, ballet, etc.

-Corps et consommation

-Corps et histoire

-Corps humain vs. animal, hybridité

-Corps et imitation

-Corps et identités

-Corps et interaction

-Corps et maladie

-Corps et mouvements

-Corps et « normalité »        -Corps et machine

-Corps et performativité

-Corps et représentations

-Corps et rites (populaires et « bourgeois »)

-Corps et sexualités

-Corps et techniques/technologies

-Corps et transformations (clonage des corps : même-autre)

-Corps et vérité

-Corps et violence

Corpographèses (« mise en forme langagière, textuelle et sémiotique du

corps » Paveau & Zoberman 2008)

PRINCIPES DE TRAVAIL

L’appel à chapitres est en deux temps. Nous proposons d’abord aux

auteurs intéressés de nous faire parvenir un texte de 2500 mots maximum

(tout inclus) pour le 15 octobre 2010. Il s’agira dans ce texte de

définir le corps étudié, de poser des problèmes épistémologiques autour

de celui-ci et de présenter une thématique du tableau ci-dessus.

Une fois les articles reçus, nous les ferons expertiser par notre comité

de lecture (date limite : 1er novembre 2010). Ensuite, deux auteurs

issus de sciences différentes se verront remettre un de ces article à

lire et à commenter, sous la forme d’un court article de 2500 mots (date

limite : 1er février 2011). Les auteurs seront mis en relation, s’ils

souhaitent dialoguer entre eux (par e-mail, Skype…) lors de l’écriture

de ce deuxième article.

Les auteurs prêteront bien attention aux points suivants :

– lorsqu’ils rédigent leur premier article, de ne pas entrer dans les

détails mais de donner une image bien claire de comment la notion de

corps mouvants (et une thématique) est comprise, problématisée, étudiée…

dans leurs recherches et domaines.

– lorsqu’ils feront l’article commentaire, de tenter de noter par

exemple les points communs potentiels (les passerelles) entre le

traitement du phénomène du corps proposé par les collègues et ce qui se

fait dans « leur » domaine pour un phénomène qui leur semble être

comparable/similaire.

NB : Nous accepterons également les auteurs, issus de sciences

différentes, qui se seront déjà concertés avant la remise du premier

article et qui souhaiteront se commenter.

Pour la mise en pages des articles, merci de respecter les instructions

suivantes :

http://users.utu.fi/freder/Mise%20en%20page%20synergies%20pays%20riverains%202010.pdf

Les premiers articles sont à envoyer par e-mail

(synergiescorps@hotmail.com) pour le 15.10.2010.

Pour toute question sur cet appel, n’hésitez pas à nous contacter.

A PROPOS DU NUMERO 9 DE LA REVUE SYNERGIES PAYS RIVERAINS DE LA BALTIQUE:

Le prochain numéro (9/2012) portera sur la linguistique Queer et sera

coordonné par Fred Dervin & Marie-Anne Paveau. L’appel sera lancé en

janvier 2011.

Parution en ligne de la revue Strenae

Parution en ligne de la revue Strenæ

La revue Strenæ est publiée par l’Association Française de Recherches sur les Livres et Objets Culturels de l’Enfance (Afreloce), avec le soutien du Centre National de Littérature pour la Jeunesse-Joie par les Livres / BNF.

Réunissant des chercheurs de toutes disciplines, elle vise à faire connaître et dynamiser les travaux français sur la littérature et l’édition pour la jeunesse, mais aussi sur l’imagerie enfantine, le jeu et le jouet, la culture matérielle et orale de l’enfance, dans une perspective historique, littéraire, esthétique ou encore sociologique. Chaque numéro comporte un dossier thématique accompagné d’un recueil de varia. La rubrique « Fonds d’archives et collections » présente à chaque fois un fonds particulier, collection de documents mise en valeur par son conservateur ou son inventeur, en vue de sa valorisation par des travaux scientifiques que la revue souhaiterait susciter. Enfin la rubrique « comptes-rendus » offre un regard critique exigeant sur la production scientifique récente consacrée aux livres et objets de l’enfance.

Responsable(s) éditoriale : Cécile Boulaire

URL sur Revues.org  http://strenae.revues.org

Appel à contributions – « Le livre, « produit culturel » ? Stratégies éditoriales, de l’imprimé au texte électronique »

Appel à contributions pour l’ouvrage collectif intitulé

Le livre, « produit culturel » ?

Stratégies éditoriales, de l’imprimé au texte électronique

( à paraître chez L’Harmattan, collection Orizons, juin 2011)

sous la direction de Gilles Polizzi et Anne Réach-Ngô

(Université de Haute-Alsace, Institut de recherche en Langues et Littératures Européennes)

Si le livre devient, avec le développement de l’imprimerie, « cette marchandise », comme le dit Henri-Jean Martin dans l’Apparition du livre, ce n’est pas seulement parce qu’il s’insère dans un réseau de production et de distribution qui s’est considérablement élargi avec la reproduction mécanique des textes, mais bien aussi parce que le discours éditorial présente le texte comme un « produit » dont les contenus textuels, iconographiques et matériels répondent aux lois de l’offre et de la demande. Les pratiques de publication et de transmission des oeuvres, que ce soit par l’insertion d’un paratexte éditorial, par des choix typographiques ou par des politiques de diffusion, adaptent l’oeuvre à l’horizon d’attente des lecteurs et déterminent en retour l’évolution des goûts du public.

Si les paratextes éditoriaux tendent à s’effacer de l’espace du livre moderne et se réduisent le plus souvent à une quatrième de couverture, à une jaquette ou à un prière d’insérer, le discours de l’éditeur et du libraire perdure à l’époque contemporaine dans les catalogues et sites d’éditeurs, dans les publicités pour le livre ainsi que dans la presse d’édition. Le cas de la publication électronique souligne encore ce trait : dans les livres électroniques, la mise en forme du texte est soumise à l’intervention du lecteur, qui peut modifier le type des caractères, la disposition du texte sur la page, et intervenir directement sur le texte en l’annotant, le balisant, voire se le réapproprier tout à fait. L’éditeur de textes publiés sur le Web procède également à ses interventions sur le texte, qu’il ait pour fonction de l’adapter à un public ciblé ou de réguler les interventions des internautes en y introduisant son propre point de vue. La mise en page du texte, ses paratextes et les procédés commerciaux qui entourent sa parution inscrivent donc au sein de l’oeuvre ou à ses côtés un discours second, qui émane d’une instance plurielle, composée des imprimeurs, correcteurs, maquettistes, traducteurs, libraires, éditeurs de livres et de textes électroniques, etc.

En s’intéressant aux manifestations matérielles et textuelles de l’instance éditoriale et des professionnels de la librairie qui font du livre un « produit culturel », cet ouvrage collectif voudrait questionner la relation que ces éléments entretiennent avec les textes qu’ils mettent en scène. On se demandera notamment dans quelle mesure l’oeuvre publiée, de l’apparition de l’imprimerie à l’ère électronique, est le produit d’activités (celle de l’éditeur et du libraire, de la fabrication à la mise en place) visant plus ou moins efficacement à le vendre, en développant son lectorat. Ce questionnement s’inscrira notamment au sein d’une réflexion épistémologique et herméneutique : quelle place accorder à ces « discours seconds » du livre-produit, étroitement liés à sa matérialité, dans son analyse et dans l’étude de sa réception ?

Ouvert aux chercheurs, historiens et historiens du livre, littéraires et linguistiques, spécialistes des sciences de l’information et de la communication, éditeurs, libraires et bibliothécaires s’intéressant aux stratégies éditoriales, cet ouvrage voudrait notamment accueillir des études portant sur des corpus larges et suivant une perspective diachronique. Les propositions d’articles (d’une demi-page environ), accompagnées d’un titre et d’un résumé, ainsi que des coordonnées postales et institutionnelles de leurs auteurs, sont à envoyer à Anne Réach-Ngô (anne.reach-ngo@uha.fr) avant le 15 juillet 2010. Les articles (d’environ 35 000 caractères) seront à rendre pour le 31 décembre 2010 au plus tard.

Journée d’étude – « La communauté à l’oeuvre »

Jeudi 24 juin 2010, Université Paris 8 (Métro Saint-Denis Université), Bât. D, salle 143.

La communauté à l’oeuvre

Journée d’étude consacrée à la question de la communauté

Organisée par Céline GUILLOT et Jean-Nicolas ILLOUZ

Avec le soutien et la participation de l’équipe de recherche « Littérature et histoires » (EA 1579) de l’Université Paris 8

Le contexte historique du XXe, marqué par le totalitarisme et par le communisme, a favorisé l’éclosion d’une pensée de la communauté, qui a trouvé ses racines multiples dans les philosophies et sociologies de l’époque. Ainsi, dans le sillage de Mauss et de Heidegger, Bataille, Arendt dans les années cinquante-soixante, plus près de nous Blanchot, J.L. Nancy ou G. Agamben dans les années quatre-vingt, ont contribué, parfois, de manière croisée, à instruire une question qui a été aussi fortement présente et à l’oeuvre dans la littérature, notamment dans la poésie de R. Char et de H. Michaux. Les philosophes et essayistes de cette époque ont ainsi opéré un renversement dans la pensée de la communauté : leur effort pour arracher la communauté à tout projet politique, théologique ou social, à tout projet producteur ou opératoire en nous exposant au « défaut » du commun, à une communauté désoeuvrée (Nancy), leur exigence de repenser sous l’angle du poétique une notion jusqu’alors envisagée comme idéologème, comme catégorie sociologique ou philosophique, lui ont largement restitué son caractère à « venir » et sa valeur programmatique.

En crise au XXe siècle, la question de la communauté paraît s’être déplacée au XXIe siècle vers celle du « communautarisme » – européen, ethnique, ou religieux-, et les sens politique, philosophique et poétique de la communauté s’être obscurcis. Ainsi, est-il nécessaire de relire et de repenser les termes de cette problématique dans la durée, de reprendre cette question de la communauté à la source et d’en interroger dans un premier temps les racines, notamment le conflit originaire qui oppose à son sujet politique, philosophie et poésie depuis l’exclusion des poètes de la cité (Platon), jusqu’au décri par le pouvoir de la littérature des poubelles (Volodine), en passant par la marginalisation des poètes maudits. Quelle dissidence, quelle forme de minorité, quelle solitude, quelle différence confrontent souvent le poète à la société, au nombre, aux foules ?

Un deuxième axe montrera comment la fantasmatique de la solitude ou de la révolte vécues de l’écrivain, tout en mettant en oeuvre la question de l’altérité, lui inspire, plus que la nostalgie d’une idylle ou le rêve d’une utopie, le désir d’une « communauté d’absence » (Blanchot). Dans l’expérience du deuil (Michaux), dans la fraternité au-delà du mal (Rousset Antelme), dans la confrontation au négatif et à la mort(alité) (Baudelaire), l’écrivain rencontrait la figure tragique du semblable, l’incarnation de la ressemblance « vraie », le comm-un derrière la diversité des hommes.

Enfin, on montrera que la communauté est avant tout affaire de « poiétique » et que poésie, théâtre et roman travaillent à « inventer » un possible de la communauté à l’intérieur des formes – celles du choeur, de l’orchestre par exemple -, à surmonter ce qu’elle recèle d’innommable, d’inhumain, d’inavouable, en donnant une figure au commun dans la distorsion de ses symboles (Lazare, l’Apocalypse) et la vivacité de ses images sans pour autant se couper de l’histoire et de ses réalités.

Programme:

Jeudi 24 juin 2010, matinée
Présidence : Jean-Nicolas Illouz

9h – Patrick BRASART, –– « Ni maîtres, ni disciples » : Nicolas de Bonneville et l’Assemblée fédérative des Amis de la Vérité
9h30 – Guillaume BORDRY, –– Berlioz et l’orchestre

Discussion – pause

Présidence : Pierre Bayard

10h.45 – Martin MÉGEVAND, –– Du choeur musical à la communauté
11h.15 – Zineb ALI BENALI, –– Le poète et l’Umma

Discussion

Jeudi 24 juin 2010, après-midi
Présidence : Céline Guillot

14h – Emmanuel ALLOA, –– La communauté inorganique. Hypothèses sur le communisme littéraire chez Novalis, Benjamin et Blanchot
14h.30 – Maria MURESAN, –– Lieux communs, cités idéales : Calvino, Roubaud, Hocquard, Olson, Williams.
15h00 – Marie de MARCILLAC, –– Ulysse et nous : survivance d’un récit commun chez Jean François Lyotard et Michel Serres?

Discussion – pause

Présidence : Lionel Ruffel

15h.45 – Corine BENESTROFF, –– La communauté dans l’univers concentrationnaire : un facteur de résilience?
16h.15 – Céline GUILLOT, –– La vie qui commence sur terre après le dernier jour est seulement la vie humaine : Michaux et Agamben, l’homme quelconque.

Discussion

Parution – Michael Löwy et Robert Sayre, « Esprits de feu. Figures du romantisme anticapitaliste »

Michael Löwy et Robert Sayre, Esprits de feu. Figures du romantisme anticapitaliste

Editions du Sandre, 2010.

292 pages, 29 €

ISBN 978-2-35821-034-8
Le romantisme est-il simplement ce mouvement littéraire du début du XIXe siècle qu’envisage la doxa universitaire ? Le présent recueil d’essais tente d’aller au-delà de cette définition. Pour les auteurs, le romantisme est bien plus qu’un phénomène littéraire – même si la littérature y tient une place cruciale – et il ne s’achève pas en 1830 ni même en 1848. Le romantisme est d’abord une protestation contre la civilisation industrielle/capitaliste. À ce titre, il est l’une des principales formes de la culture moderne, de Rousseau – l’un des Pères Fondateurs – à nos jours.
Parce que le romantisme est une vision du monde, il traverse l’ensemble des domaines de la culture, prenant de multiples formes, se jouant des catégories a priori et s’incarnant en de multiples figures. On ne s’étonnera donc pas de voir se croiser et s’articuler ici mouvements culturels (le surréalisme), événements historiques (la Révolution française, l’insurrection républicaine de 1832), philosophie (Sorel, Benjamin, Adorno…) et littérature (Wilde, Faulkner, Huysmans…).
Les auteurs se sont aussi intéressés aux rencontres du romantisme et d’autres courants philosophiques, politiques ou littéraires, comme la philosophie des Lumières, la littérature dite « décadente », le féminisme ou le marxisme.

Michael Löwy, né au Brésil, vit à Paris depuis 1969. Actuellement directeur de recherches émérite au CNRS (médaille d’argent en 1994), il enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Parmi ses derniers livres, Franz Kafka, rêveur insoumis, Stock, 2004 et (avec E. Dianteill) Sociologie et religion, approches insolites, PUF, 2009.
Robert Sayre est originaire des États-Unis. Il a enseigné à l’Université de Harvard avant de s’installer en France. Aujourd’hui professeur émérite d’études anglo-américaines à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, il est l’auteur de plusieurs livres, dont, récemment,
La Modernité et son « autre » : récits de la rencontre avec l’Indien en Amérique du Nord au XVIIIe siècle, Les Perséides, 2008.

Url de référence :

Parution – Claire Blandin, « Le Figaro littéraire – Vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971) »

Claire Blandin, Le Figaro littéraire – Vie d’un hebdomadaire politique et culturel (1946-1971), Nouveau Monde Editions, Coll. Culture / Médias, 2010, 655 p., ISBN : 978-2-84736-438-5, 49 euros.   PRÉSENTATION DE L’ÉDITEUR :

Condamné par les ordonnances de la Libération, Le Figaro littéraire reparaît en 1946, sous le titre de Littéraire, et attendra un an le retour de son nom initial. Mais l’hebdomadaire animé par Maurice Noël n’a plus rien à voir avec les pages littéraires du Figaro de l’entre-deux-guerres. Il s’agit désormais d’une publication autonome, dont les bureaux sont installés dans les salons du prestigieux hôtel particulier du Rond-Point des Champs-Élysées. Né dans les affrontements de l’épuration, Le Figaro littéraire devient, dans le contexte de la guerre froide, le lieu du refus de l’engagement de la littérature. Pourtant, du soutien à l’appel de David Rousset au procès Kravchenko, l’hebdomadaire invente sa propre forme de « contre engagement ». Impliqué dans ces grands combats idéologiques, il reste un journal culturel généraliste, souvent considéré comme l’antichambre de l’Académie. À l’image de François Mauriac, les « grandes plumes » du Figaro viennent y défendre la tradition littéraire française ; tandis que de jeunes critiques, comme Bernard Pivot et Jean Chalon, parcourent le Paris des lettres en quête de nouveaux talents. Aujourd’hui réintégré aux pages du Figaro, cet hebdomadaire littéraire demeure, dans l’histoire de la presse française, une publication légendaire. L’analyse de son contenu et des parcours individuels de ses collaborateurs met en évidence la diversité des cultures politiques de droite du second xxe siècle. Elle témoigne de la singularité de cette expérience journalistique qui, de l’après-guerre à Mai 68, du faire face aux bouleversements culturels et politiques de son temps.

L’AUTEUR Claire Blandin est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris Est Créteil. Elle a publié en 2007 un ouvrage de synthèse sur l’histoire du Figaro aux éditions Armand Colin (Le Figaro, Deux siècles d’histoire) et anime aujourd’hui le groupe de travail « Presse magazine » au Centre d’histoire de Sciences Po. Cet ouvrage est issu de sa thèse de doctorat en histoire, soutenue à Sciences Po.