Archives mensuelles : septembre 2010

Parution – « Genre et activité littéraire: les écrivaines francophones » , « Sociétés contemporaines », avril -juin 2010

Parution récente du dossier n° 78

« Genre et activité littéraire: les écrivaines francophones », avril-juin 2010, de Sociétés contemporaines

Ce dossier « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones » s’est attaché aux expériences d’écrivaines installées en Algérie, en Belgique, en France et au Maroc durant deux périodes historiques : la fin du XIXe siècle et le tournant du XXe. Malgré les disparités propres à chaque contexte géographique et historique, le rapport social de genre persiste. En effet, si les écrivaines appartiennent généralement aux élites sociales et culturelles, il apparait néanmoins qu’écrire de la littérature et la publier n’est pas une activité « qui va de soi ». Dès lors comment les écrivaines font-elles pour réaliser leurs aspirations littéraires et construire leur individualité créatrice dans le monde du privé comme dans le champ littéraire ? En sortant les manuscrits du tiroir et en les publiant, elles font évoluer les normes du genre. Ainsi, qu’il s’agisse de se défaire des assignations sexuées, de résister au quotidien en franchissant les obstacles matériels et symboliques pour gagner de la confiance en soi, leur capacité d’agir se déploie aussi dans le monde des lettres. Et leur « participation effective » à la vie littéraire se traduit par la création de réseaux féminins et contribue à institutionnaliser les lettres féminines malgré leur faiblesse numérique et symbolique.

SOMMAIRE

Page 5 à 13

Delphine Naudier Genre et activité littéraire : les écrivaines

francophones Introduction

Page 15 à 37

Vanessa Gemis Femmes et champ littéraire en Belgique francophone

(1880-1940)

Page 39 à 63

Delphine Naudier Les écrivaines et leurs arrangements avec les

assignations sexuées

Page 65 à 85

Christine Detrez L’écriture comme résistance quotidienne : être

écrivaine en Algérie et au Maroc aujourd’hui

Parution –  » Le Renouveau du grotesque dans le roman du XXe siècle, Essai d’anthropologie littéraire »

Rémi Astruc, Le Renouveau du grotesque dans le roman du XXe siècle, Essai d’anthropologie littéraire.

Paris : Éditions Classiques Garnier, coll. « Perspectives comparatistes », 2010.

282 p.

Prix : 39EUR.

EAN13 : 9782812401701.

Présentation de l’éditeur :Cette étude est un essai d’interprétation de l’expérience existentielle que serait le grotesque avant d’être une catégorie esthétique. À travers l’analyse de l’effet produit par quelques romans de Dostoïevski, Kafka, Henry Miller, Céline, Beckett, Günter Grass, Sony Labou Tansi, Gabriel Garcia Marquez, Philip Roth, l’auteur propose de voir dans le grotesque un mécanisme anthropologique fondamental que les sociétés mettent en place pour penser l’altérité et le changement.

By analysis of the effects produced by several novels of Dostoïevski, Kafka, Henry Miller, Céline, Beckett, Günter Grass, Sony Labou Tansi, Gabriel Garcia Marquez and Philip Roth, the author of this study suggests that we can see in the grotesque an anthropological mechanism which societies elaborate in order to conceive change and otherness.

Appel à contributions – « Les écrivains et l’argent »

Appel à contributions

pour l’ouvrage collectif intitulé :

Les écrivains et l’argent

à paraître aux éditions Orizons, Paris, collection « Universités / Domaine littéraire, série de l’Université de Haute-Alsace – Institut de recherches en langues et littératures européennes, ILLE ».

Si le rapport qu’entretiennent les écrivains à l’argent fait les choux gras de la presse — ainsi le numéro d’avril 2010 du magazine Lire y consacre-t-il un dossier entier sous le titre « Enquête sur un tabou : ce que gagnent les écrivains » —, force est de constater que l’Université se désintéresse largement de cette question. Pourtant, au-delà de son aspect sensationnel et d’un traitement superficiel, c’est le coeur de l’acte de création qu’elle touche et peut conditionner. La tradition formaliste de l’Université française ne pouvait que l’ignorer et la sociologie bourdieusienne du champ littéraire élude de fait la question des moyens de subsistance des auteurs. Bernard Lahire, dans un récent ouvrage (La Condition littéraire : la double vie des écrivains, La Découverte, 2006), prend le contre-pied de cette tradition pour comprendre ce qui se joue chez des écrivains comme Kafka ou Maupassant, obligés d’avoir recours à une activité professionnelle pour subvenir à leurs besoins, et chez d’autres comme Flaubert, archétype de l’écrivain-rentier. Il s’agit d’envisager de quelle manière les conditions matérielles influencent les oeuvres.

L’ouvrage que nous nous proposons de publier étudiera la question « les écrivains & l’argent » sous ses différents aspects : thématique (l’argent mis en scène, comme chez Gide ou Molière), idéologique (le discours d’un écrivain sur l’argent, on pense à Zola ou à Voltaire dans ses Mémoires), éditorial (le rapport écrivain-éditeur, le feuilletonisme du XIXe siècle comme exemple d’articulation entre rémunération et création), symbolique (clichés et représentations)… On pourra aussi adopter une perspective diachronique (avec la naissance du droit d’auteur, sachant qu’une histoire des auteurs morts de faim reste à écrire) et s’interroger sur l’économie du livre, ou d’un genre en particulier (roman vs poésie), sur le mécénat, le développement des politiques culturelles…, tant que l’on mettra en relation macrostructures et acte créateur, fil rouge de notre ouvrage. Nous appelons des contributions portant sur toutes les littératures nationales et européennes.

Les propositions d’articles (d’une page environ), accompagnées des coordonnées postales et institutionnelles de leurs auteurs, sont à envoyer à Olivier Larizza (o_larizza@yahoo.fr) avant le 31 octobre 2010. Les articles, rédigés en français et d’une longueur de 35000 signes maximum, seront à rendre pour le 15 avril 2011 au plus tard, la publication étant prévue pour la fin de l’année 2011.

Organisation et direction de l’ouvrage : Olivier Larizza, ILLE.

Coordination et comité scientifique : bureau de l’ILLE, EA 4363 [Régine Battiston, Michel Faure, Gilles Polizzi, Peter Schnyder (dir.), Frédérique Toudoire-Surlapierre].

Url de référence :
http://www.ille.uha.fr

Adresse : Institut de recherches en Langues et Littératures Européennes (ILLE, EA 4363)Université de Haute-AlsaceFLSHF-68093 Mulhouse Cedex

Parution – « Les artistes et la politique. Terrains franco-américains »

Les artistes et la politique. Terrains franco-américains, dir. Violaine Roussel , PUV

Introduction, Violaine Roussel, Université Paris VIII

Partie I – Les artistes dans la tourmente politique : Guerres et mobilisations

Gisèle Sapiro, CNRS-CSE

Le débat sur la responsabilité de l’écrivain en France et aux Etats-Unis des années 1920 aux années 1950

William Roy, University of California, Los Angeles

How Social Movements do Culture


Partie II –L’art, entre raison esthétique et usages politiques

Vera Zolberg, New School for Social Research, New York

Marginalité triomphante ? Sur l’asymétrie des conflits dans le monde de l’art

Serge Proust i Université de Saint-Etienne – MoDys

Mobilisations d’artistes et maîtrise du fonctionnement des champs politiques. Les luttes autour du régime de l’intermittence

Christine Cadot, Université Paris VIII

« N’oubliez pas le guide ! » : Les identités post-nationales au musée

Partie III – L’enrôlement politique des œuvres et ses limites

Violaine Roussel, Université Paris VIII

‘Faire un film politique qui ne prend pas de position politique’ : Spécialisation et dépolitisation dans l’espace du cinéma américain

Audrey Mariette, CSU – CNRS

« Engagement par les œuvres » et/ou « par le nom » : le cas des réalisateurs du « cinéma social » français dans les années 1990-2000

Bleuwenn Lechaux, Institut d’Etudes Politiques de Rennes – Université de Rennes 1

De l’activisme non prédicateur à New York. Le militantisme théâtral des Billionaires for Bush et de Reverend Billy

Parution – « La littérature, fenêtre sur le monde » (revue « Sciences humaines »)

« La littérature, fenêtre sur le monde »

Dossier de la revue Sciences humaines, août-septembre 2010.

La littérature, fenêtre sur le monde
Dossier coordonné par Catherine Halpern

Pourquoi lit-on des romans ?
Héloïse Lhérété

La littérature nous rend-elle meilleurs ?
Catherine Halpern

Bienvenue dans mon cerveau. Les romans de la vie intérieure
Jean-François Dortier

Qui lit quoi ?

Le polar américain, reflet des fragilités sociales
Philippe Corcuff

Le roman, comme laboratoire sociologique
Anne Barrère et Danilo Martuccelli

Ce que la littérature comprend de l’histoire
Patrick Boucheron

À quoi pense la littérature de jeunesse ?
Edwige Chirouter

Bibliographie du dossier

Appel à contributions – « Between experience and representation. Cities in an area of tension, 1800-1914 »

Between experience and representation. Cities in an area of tension, 1800-1914

10-11th March 2011, Radboud University of Nijmegen,

Nineteenth-century Europeans experienced growing difficulties in understanding their cities. So much is clear when studying the very different ways in which cities were described. Whereas some people associated the city with freedom, wealth and artistic creativity, others noticed nothing but the unwholesomeness, the loneliness, the immorality and the noise. The causes of this division are easily explained: industrialization, technological progress and the ever increasing mobility were changing the nineteenth-century Lebensraum at an unbelievable pace. Especially in the cities, these processes led to abrupt changes in perspective and ever-evolving ways of experiencing space. Between experience and representation. Cities in an area of tension, 1800-1914, the sequel to the conference Nations in an area of tension (2009), of which the proceedings will be published in the spring of 2010 by Verloren Publishers (Hilversum), concentrates on that constant renewal of the way in which the city is experienced and represented. The central question is how literary and other texts dating from the long nineteenth century bear witness to the confusing realities of city life.

From a methodological point of view, this conference aims explicitly at connecting different academic disciplines. More specifically, we want to confront literary theory and literary history with three other fields of research: cultural and social history, theory and history of architecture and urbanism, and art history/visual culture. The approach will be twofold. On the one hand, theoretical insights from one discipline will be used to shed new light on source material from another. On the other hand, literary discourse will be confronted with non-literary discourse. Secondly, Dutch or Flemish case studies will be compared with transnational case studies which provide a link with the Low Countries. In the way urban space is experience, (gender-based) social stratification, should be taken into account as much as possible.

More particularly, we would like to invite speakers to think about four axes of tension around which we cluster the different research questions. The first axis concerns the tension between the city as workplace and the city as recreational space. The ways in which the experience of shopping area (shopping centres, department stores, shopping streets) or typical recreational areas (theatres, parks, pubs, zoos, brothels) is described, is as relevant as the representation of offices, factories, construction sites, harbours, and the ‘workshops of the mind’, such as academic spaces (studies, libraries). In the world’s fair and elsewhere, both functions of the city (working and recreation) meet.

The second axis includes the representation of spaces that imply the tension between the public and the private spheres. The representation of interiors (of pubs, of waiting rooms, of the houses of authors) belongs to this category. The same can be said of their outward appearance, the interior in reverse as it were, that may be seen in, for example, façades and shop windows. Special attention should be paid to religious spaces such as churches, monasteries and convents, places of pilgrimage and chapels.

Under the third axis are gathered spaces where mobility and stagnation both play important roles. Here, spaces that have to do with tourism (the old city centre, museums, world’s fairs), with traffic (railway stations, subways, streetcars) and with migration and internationalism come to mind The nineteenth-century city profits from technological expansion but at the same time undergoes different forms of ‘musealisation’.

The fourth and final axis concerns the opposition between regulation and (uncontrolled) growth. How did people perceive green places in the city (parks, periphery, and urban farms) – as an interruption of the rampant growth of buildings, as the urban dream of an absent nature? How did they interpret city redevelopment (the dirt and the money, the filling of canals, slums) and what visions on city expansion are current: are these buildings outside the old city centre, surrounded by canals, related to a new class of citizens or to a new understanding of social hierarchy?

The international conference Between experience and representation. Cities in an area of tension, 1800-1914 will take place at Radboud University of Nijmegen, on March 10th and 11th. Languages used will be English and Dutch. Proposals for papers may be submitted until September 15th and should count 250 words. Submitters will be informed on October 15th at the latest.

Contact

Stedenineenspanningsveld@gmail.com

Dr. T. Sintobin

Radboud Universiteit

Faculteit Letteren

Nederlandse taal- en cultuur

Postbus 9103

NL 6500 – HD

Nijmegen

0031-24 361 5491

Organising committee

Jan-Hein Furnée (Universiteit van Amsterdam; cultuur- en mentaliteitsgeschiedenis na 1750)

Tom Sintobin (Radboud Universiteit; Nederlandse taal en cultuur)

Pieter Uyttenhove (Universiteit Gent; Architectuur en Stedenbouw)

Hans Vandevoorde (VUB; Taal- en letterkunde)

Rob van de Schoor (Radboud Universiteit, Nederlandse taal en cultuur)

Academic committee

Peter Altena (Dominicus College, Nijmegen)

Nele Bemong (Katholieke Universiteit Leuven; onderzoekseenheid Nederlandse literatuur)

Lotte Jensen (Radboud Universiteit; Nederlandse taal en cultuur)

Mary Kemperink (Universiteit Groningen, Nederlandse taal en cultuur)

Marita Mathijsen (Universiteit van Amsterdam, Moderne Nederlandse letterkunde)

Liedeke Plate (Radboud Universiteit; Algemene Cultuurwetenschappen en Genderstudies)

Jo Tollebeek (Katholieke Universiteit Leuven; onderzoekseenheid cultuurgeschiedenis vanaf 1750)

Adresse : Dr. T. SintobinRadboud UniversiteitFaculteit LetterenNederlandse taal- en cultuurPostbus 9103NL 6500 – HDNijmegen