Archives mensuelles : novembre 2010

Parution – cinquième numéro d’ »Argumentation et Analyse du Discours »

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution en ligne (http://aad.revues.org) du cinquième numéro d’Argumentation et Analyse du Discours :

La lettre, laboratoire de valeurs ?

Sous la direction de Jürgen Siess

L’objectif de ce numéro est d’analyser la façon dont les valeurs s’intègrent dans le  discours épistolaire comme pratique discursive singulière. On s’interroge sur la notion de « négociation des valeurs ». La lettre est-elle un laboratoire où des valeurs sont mises à l’épreuve, et un dispositif particulièrement propice à une telle expérimentation ? Comment les valeurs peuvent-elles entrer dans un processus de négociation et/ou d’argumentation ? Les exemples sont puisés dans des corpus de différentes époques et de divers genres, des correspondances de la Renaissance jusqu’à nos jours, courrier électronique inclus.

Table des matières

Jürgen Siess

Introduction

Jean-Claude Guerrini

Enjeux de valeurs dans une correspondance électronique entre un jeune de cité et un sociologue

Values at stake in an electronic correspondence between a suburban youth and a sociologist

Roselyne Koren

“Littérature d’aveu” et prise en charge des valeurs dans Ennemis publics de Michel Houellebecq et Bernard-Henri Lévy

Assuming Values in “Confession Literature”: Ennemis publics by Michel Houellebecq and Bernard-Henri Lévy

Anna Jaubert

La correspondance comme genre éthique

Correspondance as an Ethical Genre

Marianne Doury

“Un cimetière et des avions” : argumentation et valeurs dans le courrier des lecteurs d’un journal local

‘Cemetery and Planes’: Argumentation and Values in the Letters to the Editor of a Local Newspaper

Suzanne Spring

Réflexions sur la valeur de la liberté : Mary Ann Shadd, la conscience anti-esclavagiste et la fonction de la lettre ouverte

A Meditation on the Value of Liberty: Mary Ann Shadd, Anti-Slavery Conscience, and the Labor of the Public Letter

Séverine Equoy Hutin

La lettre commerciale de vente par correspondance : Relation-Client et négociation des valeurs

The Commercial Letter in Mail-Order Selling. Customer Relationship and the Negotiation of Values

Nadine Kuperty-Tsur

De la paternité biologique à la paternité littéraire : étapes d’une argumentation chez Montaigne

From Biological to Literary Paternity: The Stages of an Argumentation in Montaigne

Varia

Galia Yanoshevsky

Les réseaux sociaux et l’échange entre l’homme politique et les internautes : le cas de Facebook après les élections présidentielles en France

Social Networks and the Exchange Between Politicians and Surfers: Facebook and the presidential post elections in France

François Provenzano

Effacement énonciatif et doxa dans le discours théorique : l’exemple de Julia Kristeva

The erasement of subjectivity and doxa in theoretical discourse: the case of Julia Kristeva

Argumentation et Analyse du Discours est une revue électronique dont l’ambition est d’offrir un lieu d’échange aux chercheurs qui tentent aujourd’hui de réfléchir aux rapports qui s’établissent entre l’analyse du discours, l’argumentation et la rhétorique dans l’espace global des sciences du langage et de la communication. La revue propose une publication intégrale, immédiate et gratuite sur son site. Elle adhère à Revues.org, fédération de revues en sciences humaines et sociales en ligne (http://www.revues.org).

Appel à articles – « Discours autoritaires et résistances au XXème siècle »

Appel à contribution pour le n° 6 de la revue électronique Textes et contextes (Université de Bourgogne).

Discours autoritaires et résistances au XXème siècle

Le numéro 6 de la revue Textes et contextes de l’EA 4182 (Centre Interlangues, TIL, Université de Bourgogne) consacrera sa réflexion aux types de discours produits ou imposés par les régimes totalitaires ou, plus largement, autoritaires ou encore par un pouvoir central dominant vis-à-vis de ses colonies, de ses régions ou de la périphérie. La période concernée est le XXème siècle sans limites géographiques. Le discours est considéré comme instrument politique au service du pouvoir et on s’interrogera sur son utilisation et sa rhétorique, sur les phénomènes de propagande liés au discours officiel, de manipulation, de censure, d’autocensure, etc.
Ces mêmes régimes autoritaires ne génèrent-ils pas en même temps et comme corollaire aux discours autoritaires des formes de résistances ? Des études ont porté sur ce lien entre oppresseurs et résistants dans les cas de l’Allemagne, l’Italie et la France et elles ont pu montrer que « les résistances et les régimes d’oppression et d’occupation en Europe durant la Seconde Guerre Mondiale appartiennent au même monde » car ils sont issus d’une même culture, d’un même cadre étatique, d’un même monde social, d’un même monde géostratégique1. On pourra s’intéresser aux espaces de libertés ouverts par les formes de résistances dans le contexte autoritaire, à leur dynamique, aux modalités qui permettent d’échapper à l’emprise de l’autoritarisme (l’exil, la création, les formes subversives de langage, l’affirmation de l’histoire individuelle ou régionale face à l’Histoire officielle…).
Le volume consacrera un volet aux formes de propagande et/ou résistances véhiculées par la création artistique (littérature, peinture, cinéma…). Ce sera le moment de s’interroger sur la démocratie (ou absence de démocratie) interne aux différentes formes artistiques, les rapports qui se nouent entre l’auteur (l’autorité ?) et le lecteur/le spectateur, sur les formes d’adhésion suscitées par le créateur, sur la marge de liberté (de résistance ?) laissée au lecteur. En ce qui concerne le roman, il serait envisageable de travailler dans le sillage des travaux de Nelly Wolf (Le roman de la démocratie, 2003) qui interrogent le rapport entre littérature et politique ; elle a forgé    des    expressions    telles    que    « roman    contractuel »    ou    « roman    comme démocratie » car elle considère qu’il existe une analogie entre la forme romanesque et ce qui fonde les démocraties modernes.
Ce type d’analyse permettra d’envisager les créations artistiques produites en temps de démocratie comme des formes de discours autoritaires, alors que des formes de création qui ont surgi en contexte autoritaire et contraintes par la censure peuvent instaurer une démocratie interne et donc une forme de résistance.

Les propositions de contribution (un résumé d’une page assorti de cinq références bibliographiques maximum) devront parvenir avant le 1er octobre 2010 à l’adresse suivante :

revuetil@u-bourgogne.fr

Les textes devront être inédits. Langues acceptées : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Polonais, Russe.

Notification d’acceptation : 15 novembre 2010.
Remise des articles : 15 février 2011
Résultat de l’expertise : 15 mai 2011
Retour des articles revus : 1er juillet 2011
Publication du numéro : novembre 2011.

La notification d’acceptation ne sera qu’indicative, la décision de publication finale étant soumise au résultat de l’expertise anonyme des articles remis au 15 février.

Pour toute information complémentaire prendre contact avec :
jean-luc.gerrer@u-bourgogne.fr melanie.joseph-vilain@u-bourgogne.fr catherine.orsini-saillet@u-bourgogne.fr

Appel à communications – « Approches interdisciplinaires de la notion de réseaux »

APPROCHES INTERDISCIPLINAIRES DE LA NOTION DE RÉSEAUX

Colloque international

soutenu par le Conseil Scientifique et

l’Institut de Recherche sur le Cinéma et l’AudioVisuel (IRCAV)

organisé à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle

les 17 et 18 mars 2011

Appel à communication :

Approches interdisciplinaires de la notion de réseaux

Un réseau permet de faire circuler des éléments matériels ou immatériels entre des entités interconnectées les unes avec les autres (objets, personnes, etc.) selon des règles bien définies.

A l’heure de la présence constante de l’audiovisuel dans le Web, qu’en est-il de l’expérience filmique ? La définition des nouveaux spectateurs doit prendre en compte la connexion aux réseaux sociaux, aux sites de partage de vidéos, l’existence de communautés en ligne via les blogs, les forums de discussion… offrant des nouvelles formes à l’expertise spectatorielle (J-M.Leveratto) qui a toujours existé. Les produits audiovisuels se présentent dématérialisés, échangés, ils deviennent les objets de discussion de communautés ; c’est dans des réseaux que surgissent des nouvelles formes de solidarité au niveau de la production et de la distribution, ainsi que de la réception.

Il s’agit d’un phénomène de convergence technologique et culturel (H.Jenkins), qui nous force à repenser les modalités d’enquête sur les contenus, sur les pratiques de consommation et de production, sur les espaces de visionnage, d’annotation, sur la didactique de l’audiovisuel ainsi que sa conservation et, enfin, sur l’invention de modèles économiques originaux.

Le réseau s’offre comme le catalyseur de formes de réécriture hypertextuelle (G.Genette), terrain pour une relocation continue de l’expérience (F.Casetti), occasion pour des rites d’interaction (E.Goffman), pour l’expression de soi (L.Allard). Des nouvelles problématiques liées au stockage (films en streaming, techniques informatiques, nouvelles plateformes), à l’usage de l’audiovisuel dans le cadre pédagogique se posent.

Ces phénomènes génèrent des conséquences sur les modalités de production et de visionnage : certains produits sont désormais pensés comme des maillons de réseaux, c’est le cas des dispositifs d’écriture transmédia, des web documentaires, qui proposent une interactivité s’intégrant aux différentes formes de la culture contributive/participative. Le Web 2.0 est caractérisé par la « participatory culture » (H.Jenkins) : tout visiteur y est encouragé à devenir producteur de contenu ; il est aussi prêt à partager les contenus qu’il aime. L’accent est mis sur l’activité des spectateurs, que l’on considère (contrairement aux penseurs de l’école de Francfort qui voyaient dans le cinéma une des sources de la passivité des masses) toujours dans une négociation avec le produit qu’ils ne consomment pas de manière inerte, mais qu’ils « habitent » tout en opérant des « braconnages » (De Certeau), ou qu’ils creusent en profondeur, tels des « médecins légistes ».

Ce sujet ne saurait être abordé autrement que dans l’interdisciplinarité, afin de tenter de répondre à une série de questions :

Quelles méthodologies et quels outils heuristiques pour l’analyse de tels phénomènes ?

Quelle est la culture spécifique qui émerge de ce panorama (s’il y en a une ; ou s’agit-il plutôt de formes de récupération) ?

Quels sont les rapports sociaux qui s’instaurent à travers ces pratiques ?
Quels aspects économiques ?
En lien avec toutes ces questions, une approche genrée est-elle de mise ?

Les propositions pourront explorer les axes suivants (liste non exhaustive) :

• Les pratiques

En entendant par « pratiques » toutes les stratégies d’appropriation des produits audiovisuels mises en place par les spectateurs-utilisateurs, on pourra analyser

  • Les formes de remix, mash-up, parodie sur le Web ;
  • Les produits audiovisuels comme indices identitaires pour la mise en scène de soi dans les réseaux sociaux ;
  • Les productions du type « littéraire » : – les blogs cinéphiles ou « sériefiles », les fanfictions ;
  • Les discussions dans les forums ;
  • Les nouvelles pratiques d’annotation (plateformes, logiciels de nouvelle génération) ;
  • Les stratégies d’archivage de ces productions. Quelles modalités de mémorisation ? sont-elles destinées à l’oubli du « flux médiatique » ?
  • La construction de canons, de listes ;
  • La réception des produits transmédia : quelles possibilités d’interaction pour les spectateurs avec un récit déployé sous différents médias ?

• Localisations / délocalisations

On pourra se demander comment les réseaux, qui sont par définition « virtuels », modifient l’expérience de l’audiovisuel dans l’espace et quelles sont les techniques la rendant possible :

  • Les corps des spectateurs, le corps dématérialisé ;
  • Les communautés virtuelles ;
  • Les nouveaux écrans, les écrans dans la vie quotidienne ;
  • Nouveaux espaces déployés, nouvelles interactions entre l’image et le spectateur/le public ;
  • Les nouvelles technologies, par exemple la 3-D relief, au cinéma mais aussi dans la vie quotidienne (les téléviseurs 3-D, par ailleurs bientôt sans lunettes).

• La pédagogie

On pourra se demander en quoi les réseaux impliquent de nouveaux modes d’apprentissage mais aussi en quoi ils interfèrent avec l’enseignement scolaire

  • par l’élargissement d’une culture populaire qui s’oppose plus ou moins à la culture scolaire ;
  • par la légitimation que procurent à cette culture intermédiale et aux réseaux sociaux des industries culturelles de plus en plus puissantes, parfois au détriment de la légitimité culturelle dont l’Ecole était jusqu’ici garante ;
  • par la création de nouveaux modes d’enseignement et d’éducation à l’image et aux sons (le logiciel « Ligne de temps » par exemple pour l’analyse filmique) ;
  • par les tentatives d’adaptation du système scolaire aux nouvelles technologies ;
  • par la nécessaire « éducation à l’image » et ses rapports complexes avec « l’expertise spectatorielle » qui se déploie de manière empirique et en dehors du système d’enseignement, dans les réseaux d’échange via Internet.

• Les contenus

On pourra proposer des analyses des formes que prennent les récits dans des phénomènes de réseau à travers des approches esthétiques, culturelles (Cultural Studies), genrées (Gender Studies) :

  • Le réseau à l’origine du/dans le film ;
  • Les pratiques transmédia du point de vue de leurs producteurs ;
  • Oeuvres sérielles ;
  • Le film comme produit d’un groupe spécifique, d’une « tribu » homogène, plus ou moins identifiable par le spectateur expert, préexistant à l’oeuvre ou bien reconstituée a posteriori – et plus ou moins détectable dans le produit fini – à l’intérieur d’un film ou de film à film ;
  • Film choral ;
  • Combinatoire et interaction du réseau de personnages (à l’image de la chart de L-Word) ;
  • Les vidéos de YouTube, leur diffusion « virale », la culture spécifique qui leur est liée ;
  • La question légale : comme faire évoluer la législation dans le nouveau paradigme technologique et culturel

Langues du colloque : français et anglais.

Date limite d’envoi des propositions : 1 décembre 2010

Une sélection des communications sera publiée dans la revue Théorème.

Une édition DVD de la captation vidéo des deux journées du colloque sera fournie aux participants.

Le comité d’organisation prévoit la mise en oeuvre d’un dispositif innovant d’échanges « en réseaux » pendant les conférences.

Les propositions de communications (comportant le titre de la communication et un résumé n’excédant pas 500 mots) devront faire explicitement apparaître les auteurs et théories auxquels il sera fait référence.

Ces propositions, accompagnées d’une courte bibliographie de leur auteur, devront être envoyées avant le 1er décembre 2010 aux deux adresses électroniques suivantes : boni.marta@yahoo.com et colloquereseaux2011@gmail.com

Parmi les critères de sélection, nous privilégierons la cohérence d’ensemble des journées, l’originalité des propositions et des matériaux mobilisés, la rigueur de la méthodologie appuyée à des exemples précis.

Une réponse sera donnée aux auteurs pour le 10 janvier 2011.

Vous trouverez toutes les informations sur le site du colloque : http://www.colloquereseauxparis3.org/

Le Comité d’organisation : Marta Boni, Adrienne Boutang, Barbara Laborde et Lucie Merijeau (doctorantes à Paris 3 – IRCAV)

Responsable : Boni Marta, Boutang Adrienne, Laborde Barbara, Mérijeau Lucie – Université Paris III/ IRCAV

Url de référence :
http://colloquereseauxparis3.org

Appel à communication – « Le genre à l’œuvre »

Appel à communication

Colloque international : « Le genre à l’oeuvre »

Les 20 et 21 septembre 2011

Université Paris-Sorbonne
Organisé par le GdRI OPuS 2, le GdRE Mage-CNRS et le Comité de Recherche « Sociologie des arts » de l’AISLF

En partenariat avec le CERLIS (Université Paris Descartes–Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle–CNRS), l’Observatoire Musical Français (Université Paris Sorbonne-Paris 4), le Laboratoire G. Friedmann (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne–CNRS), l’Université d’Athènes et les revues Travail, Genre et Sociétés et Sociologie de l’art.
Au cours des quarante dernières années, se sont multipliées les recherches portant sur les modes d’inscription du genre des artistes dans la production et la réception artistiques. De nouveaux outils, théoriques et méthodologiques, ont été conçus afin d’explorer les dimensions sexuées traversant les différents mondes de l’art – littérature, cinéma, arts plastiques, danse, musique ou arts numériques. Au-delà de la variété des approches, deux « modèles » dominants organisent la réflexion : la construction sociale des sexes, d’une part ; l’approche par la performance, d’autre part. Si le premier analyse en finesse les modes de construction et de légitimation des inégalités sexuées, le deuxième porte une attention renouvelée aux formes que peuvent prendre les transgressions des limites de l’ordre social genré.

Le genre est ainsi devenu une catégorie d’analyse à part entière, au même titre que l’origine sociale, l’âge ou l’origine « ethnique ». Grâce à ses vertus heuristiques, l’analyse en termes de genre renouvelle les regards portés sur la production, la réception ou la médiation artistiques. La « variable » genre s’est par là même transformée en objet d’étude plurivoque. Sa construction peut potentiellement brouiller les frontières entre fiction et réalité, entre vérité et art, entre production et réception, entre hommes et femmes… La production artistique contemporaine élabore des registres genrés qui peuvent tout aussi bien confirmer les différences sexuées que les déstabiliser, voire les subvertir, les nier ou les détourner.

Ce colloque vise à accueillir les chercheur-e-s ayant étudié des phénomènes artistiques spécifiques sous l’angle de différentes disciplines (anthropologie, sociologie, histoire, sciences du langage, arts du spectacle, sciences de l’éducation, science politique, études théâtrales, musicologie, études de genre, esthétique, etc.). Il a pour ambition d’inciter ces chercheur-e-s à explorer les rapports genrés traversant la production, la réception et la médiation artistiques d’une oeuvre – un spectacle, un ouvrage, une installation ou un film par exemple.

Dans quelle mesure peut-on repérer des registres d’expression artistiques perçus, étiquetés ou définis comme « féminins » ou « masculins » dans la production comme dans la réception artistiques ? Selon quels processus et par quels acteurs – public, critiques, artistes ou intermédiaires – ces repérages genrés sont-ils construits, affirmés, niés, revendiqués, subvertis ? Comment les acteurs interprètent-ils, négocient-ils, brouillent-ils voire déconstruisent-ils ces repérages sexués ? Comment encore sont-ils appropriés par les femmes, les hommes, les trans, les queers… ? Quels en sont les effets sociaux : accès à l’expression, orientations expressives ou réceptives, reconnaissance par le public ou construction des légitimités… ? Comment ces registres sont-ils transgressés par les hommes, par les femmes, par ceux et celles qui refusent les oppositions binaires intransigeantes liées aux « féminités » ou aux « masculinités » ? Que se passe-t-il alors pour les artistes, pour le public, pour les oeuvres d’art produites ainsi que pour les carrières de ces artistes ? En quoi une analyse en termes genrés recoupe-t-elle une analyse portant sur les orientations sexuelles, les origines « ethniques » ou les appartenances sociales ? Dans quelle mesure certaines formes artistiques contemporaines sont-elles, ou non, imprégnées, de la thématique du genre, soit en se situant par rapport à une cause, soit en en mettant en lumière les rapports genrés – en révélant par exemple de petits gestes quotidiens, tels le regard dans la rue, le strip-tease, les usages possibles d’objets différenciés, pour n’en mentionner que quelques-uns. Quelle est la place des collectifs d’artistes dans la remise en cause des différences sexuées existantes, mais aussi dans la construction aussi bien de formes subversives que de nouvelles frontières, ou que d’autres repères genrés ?
Ces questions – parmi d’autres – seront au coeur de la réflexion pluridisciplinaire menée durant ce colloque qui se déroulera les 20 et 21 septembre 2011 à La Sorbonne. Les contributions qui portent sur les thèmes suivants sont les bienvenues (liste non limitative), le genre étant mobilisé comme catégorie principale d’analyse :
– Les productions artistiques et culturelles

– Travail, carrières et réputations artistiques

– La valeur des oeuvres

– Les réceptions critiques

– Les collectifs d’artistes

– Les affirmations et les négociations identitaires

– Les expressions artistiques subversives

– La création artistique

– Les intermédiaires culturels

– Les dispositifs techniques
Les propositions de communication (titre, résumé, nom de l’auteur-e, affiliation institutionnelle, adresse électronique), de 800 mots (maximum), devront être envoyées à genrealoeuvre@gmail.com avant le 3 janvier 2011. Elles seront soumises aux membres du comité scientifique. Les résultats de la sélection seront communiqués aux auteur-es fin mars 2011 au plus tard.

Comité d’organisation :

Marie Buscatto (Laboratoire G. Friedmann, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Anne Forssell (MAGE-CNRS, Cerlis-Université Paris Descartes)

Mary Leontsini (Université d’Athènes, AISLF)

Margaret Maruani (MAGE-CNRS, Cerlis-Université Paris Descartes)

Bruno Péquignot (OPuS 2, CERLIS, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

Hyacinthe Ravet (Observatoire Musical Français, Université Paris Sorbonne-Paris 4)
Comité scientifique :

Eve Brenel (Cerlis, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle)

Marlaine Cacouault-Bitaud (GRESCO, Université de Poitiers)

Diana Crane (University of Pennsylvania, Etats-Unis)

Eliane Chiron (CRAV, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne)

Eric Fassin (ENS, IRIS, CNRS-EHESS-Inserm-Paris 13)

Florent Gaudez (EMC2-LSG, Université Pierre Mendès France-Grenoble II)

Sylvia Girel (LESA, Université de Provence)

Laurent Fleury (Université Paris Diderot-Paris 7)

Nicky Lefeuvre (Université de Lausanne, Suisse)

Catherine Marry (Centre Maurice Halbwachs, CNRS-EHESS-ENS)

Delphine Naudier (CRESPPA-CSU, CNRS-Université Paris 8)

Danièle Pistone (Observatoire Musical Français, Université Paris Sorbonne-Paris 4)

Chantal Savoie (CRILCQ, Université de Laval, Canada)

Geneviève Sellier (Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, IUF)

Liliana Segnini (Université d’Etat de Campinas, São Paulo, Brésil)

Antonia Trasforini (Université de Ferrara, Italie)

Sheila Whiteley (Professeure Emérite, Salford University, Angleterre)

Kostas Yannakopoulos (Université de la Mer Egée, Grèce)

Appel à articles – « Théâtralité et société »

Numéro pour les Cahiers de recherche sociologique

Théâtralité et société : positions de la sociologie

Date limite pour la soumission d’article : 1er novembre 2010

Responsables :

Jean-François Côté, Jean-François Morissette, Jonathan Roberge

Si le théâtre a constitué à son origine, dans la tradition occidentale, un point de repère fondamental et central pour la cité, il en est certainement autrement aujourd’hui – ou du moins, en apparence, puisque cette activité artistique spécifique s’est déplacée du centre à la périphérie de la représentation sociétale, suivant en cela les transformations des structures, comme celles des médias, permettant de «voir» la cité dans certaines de ses dimensions constitutives et dans ses actions permanentes. La théâtralité, comme expression attestée dès le milieu du 19e siècle en rapport à ce qui prend le caractère du théâtre, soit à l’état de ce qui permet de voir ainsi la réalité sociale dans divers «lieux de représentation», a néanmoins graduellement gagné une assise très large, et cela paradoxalement, en rapport au déplacement indiqué, puisqu’elle permet de saisir semble-t-il un ensemble de phénomènes liés à des modes de représentation les plus divers : «théâtre de la vie sociale ou politique», bien sûr, mais aussi «théâtre des opérations» pour la guerre, «théâtre de verdure» pour un jardin, quand ce n’est pas tout simplement la «scène» des médias qui occupe dorénavant le coeur de nos existences.

Déjà, le «All the world’s a stage» de Shakespeare, ainsi que l’expression theatrum mundi, donnaient des idées éloquentes à ce sujet, mais s’il est difficile de s’entendre sur la portée exacte de ces formules, d’aucuns peuvent au moins s’accorder sur le fait qu’elles donnent à penser une réversibilité entre l’emprise de la société sur le théâtre et l’influence du théâtre sur la société. La sociologie n’a d’ailleurs jamais été en reste par rapport à ces extensions de la théâtralité : du Tocqueville de L’Ancien régime et la révolution (1985) ou des Souvenirs, où la vie politique est associée métaphoriquement à la scène théâtrale, et aux réflexions de Simmel sur le comédien, et jusqu’aux analyses de Richard Sennett dans The Fall of the Public Man (1974) ou au Erving Goffman de The Presentation of Self in Everyday Life (1959), où sont tour à tour dénoncés les effacements de la représentation moderne et célébrées les nouvelles formes de la représentation postmoderne, tout un registre de l’analyse sociologique s’est placé à l’enseigne de la théâtralité. En particulier, l’idée selon laquelle bon nombre d’éléments de la vie sociale peuvent se comprendre à partir des catégories de l’art théâtral, telles que, par exemple, la mise en scène et le jeu, les acteurs et les rôles, le texte et l’action, le public et les coulisses, le détournement comique et le retournement tragique paraît, à l’heure actuelle, connaître des développements inégalés.

Qu’en est-il donc aujourd’hui du rapport entre théâtralité et société? Et quelles sont les positions de la sociologie dans ce contexte? En plusieurs endroits, la sociologie de la culture traverse depuis une quinzaine d’années ce qu’on pourrait nommer un « tournant performatif » (performative turn) qui, implicitement ou explicitement, met au premier plan la notion de théâtralité. À la croisée de l’herméneutique, de l’esthétique, du poststructuralisme et des philosophies pragmatique et analytique, les différents courants intellectuels ayant recours aux concepts de performativité et de théâtralité s’interrogent sur des questions de sens, de pratique et de sens pratique en peaufinant à la fois leurs objets et outils : création collective, critique, spectateur, polysémie, représentation, etc.

Aux États-Unis, par exemple, l’importance accrue de la théâtralité au sein de la discipline sociologique trouve aujourd’hui dans la Cultural Pragmatics de Jeffrey C. Alexander (2006) l’une de ses illustrations les plus remarquables. Dans la foulée des travaux de Burke, Goffman, Geertz, Turner ou Schechner, l’accent est mis sur la double dimension dramatique et ritualistique de la vie sociale, les symboles, les interprétations et ce, surtout par  l’entremise du concept de fusion (avec les auditoires, en outre). La Cultural Pragmatics possède du coup un fort accent durkheimien, même si elle cherche également à penser la fragmentation de la sphère civile, ses codes binaires, frontières et divisions internes. En France également, et dans la foulée des travaux d’Isaac Joseph (1995) tablant sur la tradition du pragmatisme et de l’École de Chicago, on s’est efforcé de reconsidérer les rapports entre espace public et culture dramatique, selon une perspective qui donne à penser à la fois un plus grand registre et une plus grande emprise de la problématique politique dans l’horizon de la socialité, ainsi que toutefois sa dilution par rapport à l’enjeu central du pouvoir politique. Enfin, dernier exemple, Gunter Gebauer et Christoph Wulf (2004, 2005), les deux principaux représentants de l’école  d’anthropologie historique allemande, mettent de l’avant une théorie du performatif qui est pensée à la lumière du concept de mimésis. Selon cette perspective, l’agir humain est fondamentalement mimétique, en ce sens que les actions que nous posons individuellement et qui nous situent physiquement dans l’espace social s’orientent à partir de et vers autrui : bien que l’individu agisse en fonction des déterminations qui lui sont propres et de sa volonté personnelle, le monde auquel il prend part inclut d’autres individus qui l’ont formé et qui lui servent de modèle. En un mot, le processus mimétique participe à la théâtralité de l’agir social en ce qu’il contribue à l’apprentissage, à la production et à la reproduction de mouvements et de gestes familiers possédant un caractère démonstratif et représentatif qui, comme au théâtre, se réfèrent à d’autres actes réels, symboliques ou imaginaires qu’une même collectivité partage et dans lesquels elle se reconnaît.

En somme, les différentes études mobilisant la notion de théâtralité (et celles qui lui sont coextensives) ont en commun le désir de penser les multiples manières par lesquelles se médiatisent le sens et l’action, l’événement et la structure, la matérialité et le symbolique, l’esprit et le corps au sein de la société. Mais qu’en est-il au juste des relations qui unissent ce faisant théâtre et sociologie? Doit-on les voir sur le mode de l’emprunt métaphorique? Ou plus profondément, sur le plan véritablement théorique d’un approfondissement conceptuel des notions empruntées à un univers spécifique, permettant d’affiner les perceptions sociologiques? Ou peut-on même aller jusqu’à penser que le croisement de deux disciplines permet des avancées heuristiques?

Le numéro des Cahiers de recherche sociologique portant sur les différents rapports entre théâtralité et société proposé ici a pour objectif de contribuer aux recherches culturelles actuelles et d’explorer les multiples possibilités analytiques qu’ouvrent ces rapports. Prenant appui sur l’idée que l’interprétation des formes culturelles consiste à aller à la rencontre de la représentation et de ses structures pour mieux se comprendre soi-même, ce numéro rassemblera des textes provenant d’horizons divers et qui permettront 1) d’introduire le lecteur aux questions soulevées par les thèmes et théories mentionnées ; 2) de mettre en dialogue les auteurs des trois « écoles » en question (USA, France, Allemagne) ; 3) de synthétiser les avancées théoriques et épistémologiques formulées par les différents tenants des théories de la théâtralité ; 4) de faire le point sur la manière dont la sociologie s’approprie aujourd’hui la notion de théâtralité en regard de ses propres visées analytiques.

Contributions

Dans le cadre de ce numéro, nous recherchons des contributions originales, sous forme

d’articles (maximum 25 pages, soit environ 50,000 signes, espaces compris), en français.

Une proposition d’article (auteur, affiliation, titre, bref résumé) doit être soumis avant le lundi

1er novembre 2010 ; si la proposition est acceptée, l’article complet devra être soumis au

plus tard le 31 mars 2011.

Tous les articles sont soumis à un processus d’évaluation par des pairs. Les propositions

d’articles doivent être envoyées par courriel à un des trois responsables de ce numéro des

Cahiers de recherche sociologique, soit :

– Jean-François Côté <cote.jean-francois@uqam.ca>

– Jean-François Morissette <jeanfmo@hotmail.com>

– Jonathan Roberge <jonathan.roberge@yale.edu>

Bibliographie
Alexander, Jeffrey C., Giesen, Berhard et Mast, Jason L. (dirs), Social Performance: Symbolic Action, Cultural
Pragmatics, and Ritual, New York : Cambridge University Press, 2006.
Bourdieu, Pierre, Le sens pratique, Paris : Minuit, 1980.
Gebauer, Gunter et Wulf, Christoph, Jeux, rituels, gestes. Les fondements mimétiques de l’action sociale, Paris :
Economica, 2004.
Gebauer, Gunter et Wulf, Christoph, Mimésis. Art-culture-société, Paris : Cerf, 2005.
Goffman, Erving, The Presentation of Self in Everyday Life, New York : Penguin, 1959.
Joseph, Isaac (dir.), Prendre place. Espace public et culture dramatique, Pontigny-Cérisy : Éditions recherches,
1995.
Schechner, Richard, Performance Study: An Introduction, New York : Routledge, 2002.
Sennett, Richard, The Fall of the Public Man, New York : Vintage Books, 1974.
Simmel, Georg, Philosophie du comédien, Belfort : Circé, 2001.
Tocqueville, Alexis de, L’Ancien régime et la révolution, Paris, Gallimard, 1985.
Turner, Victor, From Ritual to Theatre. The Human Seriousness of Play, New York : PAJ Publications, 1982.
Williams, Raymond, Drama in Performance, Philadelphie : Open University Press, 1991.

Parution – « Mémoires du livre/Studies in Book Culture »

Le deuxième numéro de Mémoires du livre/Studies in Book Culture vient  
de paraître. Placé sous la direction de Laure Miranda et Marie-Ève  
Riel, il est dédié au thème «La lecture: agents, pratiques, usages et  
discours».

Le numéro complet est disponible à l'adresse suivante:  
http://www.erudit.org/revue/memoires/2010/v1/n2/index.html

Sommaire
«De la lecture à la bibliophilie: Villeneuve Publications et l’édition  
artisanale anglo-québécoise»
Julie Frédette

«Quand lire, c’est écouter. Le livre sonore et ses enjeux lecturaux»
Geneviève Gendron et Bertrand Gervais

«Poésie, lecture et public(s): le cas de la collection «Les Poètes du  
Jour» (1963-1975) des Éditions du Jour et de ses préfaces»
Nicholas Giguère

«Le discours d’Anne Hébert sur ses lectures à l’épreuve de ses rayons»
Laure Miranda

«Un service public du livre entre offre et demande: la prise en compte  
des usagers dans l’élaboration de l’offre de lecture des bibliothèques  
municipales parisiennes aujourd’hui»
Cécile Rabot

Varia
«La vulgarisation scientifique à l’heure de libre accessibilité des  
savoirs. Quelle place pour les médiateurs?»
Dominique Cartellier

«Les prix littéraires pour la jeunesse, entre médiation et médiatisation»
Corinne Abensour

«La production littéraire des Belges francophones durant  
l’entre-deux-guerres. Examen d’un premier inventaire»
Björn-Olav Dozo

Appel à articles – « Discours journalistiques et littéraires »

Appel à publication proposé par Laurence Van Nuijs (F.W.O. Vlaanderen – K.U.Leuven)
pour le n° 6 d’Interférences littéraires
à paraître en mai 2011

Date limite : 15 novembre 2010

Dans le contexte de l’intérêt renouvelé pour les rapports entre presse et littérature – qui s’observe aujourd’hui à travers la multiplication de travaux d’historiens et de spécialistes de la littérature qui y sont consacrés (voir notamment les travaux de Thérenty et Vaillant sur le XIXe siècle, ainsi que les recueils réalisés récemment sous la direction de Curatolo & Schaffner et de Pinson & Prévost) –, la revue Interférences littéraires publiera en 2011 un numéro à ce sujet. La question des rapports entre presse et littérature y sera envisagée sous un angle spécifique, à savoir celui de la frontière générique entre discours journalistique et discours littéraire, du XIXe siècle à nos jours.
Cette question, qui touche au coeur de l’évolution de la définition de la littérature dans la modernité (Rancière, Marx, Viart & Vercier), part du constat que la presse ne contient pas seulement des textes au statut littéraire établi (romans-feuilletons, nouvelles, poésie) et des textes considérés comme non littéraires quoique concernant la littérature (articles d’information, annonces de parution, interviews d’écrivain, enquêtes), mais qu’entre ces deux types de productions, c’est-à-dire les textes littéraires dans la presse et les textes journalistiques sur la littérature, se trouvent des productions au statut générique ambivalent, désignées par des étiquettes telles que le « billet », l’« essai », la « critique», le « reportage » ou la « chronique ». Ces textes n’appartiennent ni entièrement à la littérature, ni entièrement au discours journalistique, mais, situés à leur interface, ils influent sur les sensibilités quant à la définition de la littérarité. Ainsi, peut-on considérer un critique littéraire, un chroniqueur ou un essayiste comme un écrivain (voir à ce sujet Compagnon et Heinich) ? Par quels mécanismes la consécration d’un chroniqueur, d’un critique ou un rédacteur change-t-elle le statut de ses textes journalistiques antérieurs et futurs ? Quel est le statut des productions périodiques d’un écrivain par rapport à son « oeuvre » ? Les attentes et les interprétations de textes de presse varient-elles en fonction de leurs auteurs ? Quelles « postures » (Meizoz) littéraires peut-on distinguer dans ces productions littéraires de la presse ? Une rubrique marquée de la vision littéraire d’un rédacteur particulier, peut-elle pour autant être considérée comme un discours « littéraire » ?
Ces textes seront abordés dans le numéro d’Interférences littéraires à partir de trois axes de recherche complémentaires :
1) Questions d’ordre générique : l’on s’intéressera aux différents « genres » littéraires de la presse, aux attentes et aux interprétations qu’ils engendrent, ainsi qu’à leur évolution depuis le XIXe siècle ;
2) Questions d’ordre poétique et stylistique : l’on questionnera la « littérarité » de ces productions (style, poétique, valeurs et normes véhiculées, nature plus ou moins digressive, réflexivité, ironie, etc.) en rapport (s’il y a lieu) avec l’oeuvre proprement « littéraire » de leurs auteurs (en prenant par exemple comme point de départ les travaux de Philippe & Piat et de Chelebourg) ;
3) Questions d’ordre culturel et institutionnel : l’on prendra en compte le contexte de ces textes, notamment la position du périodique étudié et le statut de l’auteur en question.

Le numéro rassemblera des contributions proposant une réflexion théorique comme des études de cas, portant sur plusieurs littératures de langues différentes. Les contributions imbriquant deux ou trois de ces axes de recherche seront privilégiés. Les articles sont acceptés en allemand,
en anglais, en espagnol, en français, en italien et en néerlandais. Les projets d’articles (de 350 à 500 mots) sont à envoyer à Laurence van Nuijs (Laurence.vanNuijs@arts.kuleuven.be) et à David Martens (David.Martens@arts.kuleuven.be) pour le 15 novembre 2010 ; les auteurs seront avisés avant la fin du mois de décembre 2010 de l’acceptation de leur proposition. Les articles devront être rendus au plus tard le 1er mars 2011 et seront soumis anonymement à deux évaluateurs indépendants. La parution du numéro est programmée pour le mois de mai 2011.

BiBliographie indicative
Myriam Boucharenc & Joëlle Deluche (s. dir.), Littérature et reportage, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2001.
Myriam Boucharenc, L’écrivain-reporter au coeur des années trente, Lille, Presses Univeristaires du Septentrion, 2004.
Christian Chelebourg, L’Imaginaire littéraire. Des archétypes à la poétique du sujet, Paris, Armand Colin, « Fac Littérature », 2000.
Bruno Curatolo & Alain Schaffner (s. dir), La Chronique journalistique des écrivains (1880-2000), Dijon, Éditions universitaires de Dijon, « Écritures », 2010.
Gillis Dorleijn, Ralf Gruttemeier & Liesbeth Khorthals altes (s. dir.), The Autonomy of Literature at the Fins de Siecles (1900 and 2000). A critical Assessment, Leuven, Peeters, 2007.
Nathalie Heinich, Être écrivain : création et identité, Paris, La découverte, 2000.
Korrie KoreVaart, Ziften en zemelknoopen, Literaire kritiek in de Nederlandse Dag-, Nieuws- en Weekbladen 1814-1848, Uitgeverij Verloren, 2001.
William Marx (éd.), Les Arrière-gardes au XXe siècle. L’autre face de la modernité esthétique, Paris, P.U.F., 2004.
Jérôme Meizoz, Postures littéraires: mises en scènes modernes de l’auteur, Genève, Slatkine érudition, 2007.
Julian Murphet, Multimedia Modernism, New York & Cambridge, Cambridge University Press, 2009.
Gilles Philippe & Julien Piat (s. dir), La Langue littéraire de Gustave Flaubert à Claude Simon, Paris, Fayard, 2009.
Guillaume Pinson & Maxime Prévost (s. dir), Études littéraires, « Penser la littérature par la presse », n° 40, vol. 3, 2010.
Jacques Rancière, La Chair des mots. Politiques de l’écriture, Galilée, 1998.
Marie- Ève Thérenty & Alain Vaillant (s. dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Nouveau Monde, 2004.
Marie-Ève Thérenty, La Littérature au quotidien. Poétiques journalistiques au XIXe siècle, Paris, Seuil, « Poétique », 2007.
Dominique Viart & Bruno Vercier, La Littérature française au présent : héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, 2005.

Parution – Hugues Lagrange, « Le Déni des cultures »

Hugues Lagrange, Le Déni des cultures

Paris, Le Seuil, 2010.

EAN13 : 9782021014778.

Présentation de l’éditeur:
La plupart des hypothèses visant à expliquer la dérive des cités sensibles (chômage, délitement de l’autorité…) font l’impasse sur sa dimension culturelle. Et quand elles la mentionnent, c’est pour la caricaturer sous les traits d’un communautarisme dont on stigmatise les expressions en négligeant les discriminations et la ségrégation qui l’alimentent. C’est contre ce double déni que s’élève Hugues Lagrange. Loin de considérer les constructions culturelles des quartiers d’immigration comme des produits d’importation marqués d’une irréductible altérité, il y voit le fruit d’une douloureuse confrontation entre des héritages culturels, des tentations de « re-traditionalisation » et une société d’accueil elle-même victime d’un grand backlash idéologique et moral. Il distingue ainsi les expériences migratoires (celles des Maghrébins ne sont pas celles des Africains du Sahel ou des Turcs), détaille les mécanismes d’ethnicisation des quartiers et dresse un portrait sans fard des rapports entre les sexes ainsi que de l’autoritarisme masculin qui prévalent dans les cités.
Hugues Lagrange est sociologue (CNRS, Sciences-Po). Il a notamment publié La Civilité à l’épreuve. Crime et sentiment d’insécurité (PUF, 1995), De l’affrontement à l’esquive. Violences, délinquance et usages de drogues (Syros, 2001), Demandes de sécurité. France, Europe,États-Unis (La République des Idées/Seuil, 2003), et Émeutes urbaines et Protestaions. Une singularité française, avec M. Oberti (Presses de Sciences Po, 2006).

Parution – Edwige Keller-Rahbe, « Les Arrière-boutiques de la littérature »

Edwige Keller-Rahbe, Les Arrière-boutiques de la littérature. Auteurs et imprimeurs-libraires aux XVIe et XVIIe siècles

Presses universitaires du Mirail, collection Cribles

262 pages, 2010

  • ISBN: 978-2-8107-0118-6
  • Prix: 24 euros

Présentation de l’éditeur:

« Publicateur », « co-élaborateur », « passeur de textes », « auxiliaire des lettres »… La diversité des appellations montre tout l’intérêt que la critique a porté, ces dernières années, au rôle des imprimeurs libraires dans les processus de création, de publication et de diffusion des oeuvres sous l’Ancien Régime. Le présent ouvrage fait justement entrer le lecteur dans les arrière-boutiques de ces lointains ancêtres de nos éditeurs. Il étudie en profondeur la nature du partenariat – opportuniste ou désintéressé, éphémère ou durable – noué entre les auteurs et ces acteurs majeurs de la chaîne du livre. Il examine comment leur marque s’est apposée, matériellement ou symboliquement, sur l’« objet livre » des XVIe et XVIIe siècles. S’intéresser à l’inscription de l’imprimeur-libraire dans l’oeuvre permet ainsi de cerner la réalité du métier d’écrivain à une époque où la fonction d’auteur est encore problématique. Pour exister dans la République des Lettres, quel meilleur moyen ont en effet les hommes de plume que de mettre en scène leur « publicateur » ou de se représenter en train de travailler avec lui ? Cette étude, basée sur les travaux de plusieurs spécialistes de la littérature de la Renaissance et du Grand Siècle, éclaire de façon originale la genèse et l’évolution des pratiques éditoriales, ainsi que l’histoire des liens parfois tumultueux qu’entretiennent auteurs et éditeurs.

Appel d’articles – « Le livre et l’imprimé engagé »

Appel de textes / Call for Papers

Cinquième numéro, automne 2011

« Le livre et l’imprimé engagé »

Sous la direction de René Audet, Université Laval et de Marie-Hélène Jeannotte, Université de Sherbrooke

Le numéro 5 de la revue Mémoires du livre / Studies in Book Culture sera consacré au thème du livre et de l’imprimé engagés. Ce numéro thématique combine les problématiques de deux colloques qui se sont tenus à l’hiver et au printemps 2010 autour de la question de l’engagement dans le milieu du livre : « Le livre et l’imprimé engagés : agents, pratiques, stratégies, réseaux », à l’Université de Sherbrooke, et « Édition et sédition aujourd’hui : acteurs, techniques, enjeux », organisé dans le cadre du 78e congrès de l’ACFAS à l’Université de Montréal[1]. La convergence thématique et la richesse des réflexions proposées lors de ces deux journées démontrent l’intérêt porté par les chercheurs en histoire du livre et en sociologie de la littérature aux questions de l’engagement et du politique.

« Entre l’auteur et le lecteur »[2], entre la création et la lecture, quel chemin emprunte l’engagement? De la production matérielle à la réception, en passant par la diffusion et la promotion, la circulation des livres est influencée par le politique et l’idéologique de la société dans laquelle naissent et vivent les textes, mais aussi par les décisions et les prises de position politiques des individus impliqués dans la chaîne du livre. Alors que l’engagement littéraire est le plus souvent envisagé dans la perspective du texte et de l’auteur, l’objectif de ce numéro de Mémoires du livre / Studies in Book Culture sera d’observer comment se traduisent les rapports du livre et de l’imprimé à l’engagement.

Que nous apprennent l’histoire du livre et la sociologie de la littérature par rapport à l’engagement dans le circuit du livre et dans le champ éditorial? Quelles formes revêtent l’engagement et le militantisme chez les agents du livre aux différents maillons de la chaîne du livre (traducteurs, éditeurs, imprimeurs, libraires, critiques, etc.)? Suffit-il pour un éditeur de publier des auteurs ou des textes engagés pour faire de l’« édition engagée »? S’il est vrai que l’éditeur doit savoir « concilier l’art et l’argent »[3], qu’advient-il quand le livre se fait l’instrument d’une cause? Comment concilier les dimensions esthétique, commerciale et sociale du livre[4]? Les répercussions de l’engagement dans le milieu du livre restent-elles uniquement confinées à l’intérieur du champ éditorial, ou rayonnent-elles également sur toute la pratique littéraire?

Des conjonctures particulières peuvent favoriser l’apparition d’instances de production ou de diffusion engagées, comme les contextes de crise politique (révolution, guerre, régime répressif) et des sociétés coloniales, postcoloniales, minoritaires ou dominées. L’engagement dans le milieu du livre peut prendre la forme d’une édition au service d’une identité (gaie, femme, autochtone, nationale) ou de combats idéologiques.

Qu’en est-il de ce rapport entre écriture et société quand l’édition se fait sédition? Livres, plaquettes, brochures dépourvus d’ISBN et de dépôt légal, production photocopiée ou imprimée, puis diffusée dans des réseaux informels, dans des rassemblements de contestations, sous le manteau de quelques librairies, ou bien textes divers et blogs sur le Web, la sédition se manifeste sans se structurer dans des formes et une inventivité neuve comme si les langages rédigés s’articulaient en occupant des espaces laissés vides, oubliés, mais fourmillants de vie. La capillarité de ses réseaux informels remplace-t-elle l’ancien réseau d’imprimeurs clandestins, de colporteurs et de libraires identifiés par Robert Darnton dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle ? À leur tour, les publications sur le web permettent-elles une véritable internationalisation de cette littérature ?

Les propositions d’articles, d’une vingtaine de lignes, devront parvenir par courriel pour le 15 novembre 2010 à René Audet (rene.audet@lit.ulaval.ca), qui codirige ce numéro thématique avec Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke). Après évaluation par le comité de rédaction, une réponse sera donnée pour le 1er décembre 2010. Les articles dont la proposition aura été acceptée seront à rendre pour le 30 avril 2011. Ils seront alors soumis au comité de lecture, qui rendra un avis. La version définitive sera à envoyer pour le 30 juin 2011. La publication du dossier est prévue pour l’automne 2011.

Number Five, Autumn 2011

“Committed Books and Publications”

Under the direction of René Audet, Université Laval, and Marie-Hélène Jeannotte, Université de Sherbrooke

Issue Number 5 of Mémoires du livre / Studies in Book Culture is dedicated to the theme of committed books and publications. This special issue combines the topics of two conferences that took place in the winter and spring of 2010 to address the question of commitment within the milieu of the book: “Committed Books and Publications: Agents, Practices, Strategies, Networks” at the Université de Sherbrooke and “Publishing and Sedition Today: Participants, Techniques, Stakes,” organized within the context of the 78th ACFAS conference held at the Université de Montréal.[5] The convergence of themes and the profound ideas that emerged from the two days demonstrate the interest that researchers in the history of the book and in the sociology of literature have concerning questions of engagement and politics.

“Between author and reader,”[6] between creativity and reading, what path does engagement take? From material production to reception, by way of distribution and promotion, the circulation of books is influenced by the politics and ideology of the society in which the texts originate and circulate, but also by the decisions and the political stance of the individuals who comprise the book chain. While committed literature is most often considered from the perspective of text and author, the purpose of this issue of  Mémoires du livre / Studies in Book Culture will be to examine ways of understanding the links that books and printed materials have with the notion of commitment.

What if we teach the history of the book and the sociology of literature in relation to commitment in the book circuit and in the field of publishing? What forms do commitment and militancy take among the agents of the book at each of the different links in the book chain (translators, publishers, printers, booksellers, critics, etc.)? Is it enough for a publisher to publish committed authors or texts for them to be considered a “committed publishing house”? If it is true that the publisher must know how to “reconcile art and income,”[7] what happens when the book becomes the instrument of a cause? How to reconcile the aesthetic, commercial and social dimensions of the book?[8] Are the repercussions of commitment in the book milieu confined solely to the publishing field, or do they also extend to all literary practices?

Certain circumstances can favour the appearance of instances of committed production or dissemination, contexts such as a political crisis (revolution, war, repressive regime) and of colonial, postcolonial, minority or dominated societies. Engagement in the book milieu can take the form of publishing in the service of an identity (gay, feminist, aboriginal, national) or of ideological battles.

What happens to this link between writing and society when publishing becomes sedition? Whether it be in books, leaflets, pamphlets lacking ISBN numbers and copyright registration, photocopied or printed and then distributed in informal networks, during protest gatherings, under the cover of some bookstores, or even in various texts and blogs on the Web, sedition manifests itself in forms and new inventiveness without developing a structure, as if written languages express themselves by occupying space that has been left empty, forgotten, yet swarming with life.  Will the capillaries of these informal networks replace the former network of clandestine printers, pedlars and booksellers of the second half of the 18th century identified by Robert Darnton? And in turn, do Internet publications bring about a genuine internationalization of this form of literature?

Article proposals approximately twenty lines in length should be emailed before November 15, 2010 to René Audet (rene.audet@lit.ulaval.ca), co-director of this special number, together with Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke). A response will be given by December 1, 2010 following an evaluation of the proposal by the editing committee. Proposed articles that have been accepted must be submitted by April 30, 2011. They will then be reviewed by a reading committee who will give their comments.  The final version of the articles is to be sent by June 30, 2011 for publication in autumn 2011.


[1] « Le livre et l’imprimé engagés : agents, pratiques, stratégies, réseaux », colloque étudiant du Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ), organisé par Julie Roy et Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke), tenu le 26 février 2010 à l’Université de Sherbrooke; « Édition et sédition aujourd’hui : acteurs, techniques, enjeux », organisé par Patrick Tillard et René Audet (Université Laval), dans le cadre du 78e congrès de l’ACFAS à l’Université de Montréal, 14 mai 2010.

[2] DARNTON, Robert (1992 [1991]), Gens de lettres, gens du livre, Paris Odile Jacob, p. 177.

[3] BOURDIEU, Pierre (1999), « Une révolution conservatrice dans l’édition », Actes de la recherche en sciences sociales, no 126-127, mars, p. 16.

[4] La problématique de l’engagement du point de vue de l’histoire du livre a été abordée dans quelques publications et colloques plus récents, notamment : DENIS, Benoît, Littérature et engagement : de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000, 316 p.; KAEMPFER, Jean, FLOREY, Sonya et Jérôme MEIZOZ, Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles), Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, 281 p.; Actes de la recherche en sciences sociales, no 176-177, mars 2009; colloque « Réseaux et circulation internationale du livre : diplomatie culturelle et propagande 1880-1980 », Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université de Lausanne et Université de Fribourg, 13-15 novembre 2008.

[5] “Le livre et l’imprimé engagés : agents, pratiques, stratégies, réseaux,” the Groupe de recherche sur l’édition littéraire au Québec (GRÉLQ) student conference organised by Julie Roy and Marie-Hélène Jeannotte (Université de Sherbrooke), held February 26, 2010 at the Université de Sherbrooke; “Édition et sédition aujourd’hui : acteurs, techniques, enjeux,” organised by Patrick Tillard and René Audet (Université Laval), within the context of the 78th ACFAS conference at the Université de Montréal, May 14, 2010.

[6] DARNTON, Robert (1992 [1991]), Gens de lettres, gens du livre, Paris Odile Jacob, p. 177.

[7] BOURDIEU, Pierre (1999), “Une révolution conservatrice dans l’édition,” Actes de la recherche en sciences sociales, no 126-127, mars, p. 16.

[8] The question of commitment from the point of view of the history of the book has been studied in recent publications and conferences, notably: DENIS, Benoît, Littérature et engagement : de Pascal à Sartre, Paris, Seuil, 2000, 316 p.; KAEMPFER, Jean, FLOREY, Sonya and Jérôme MEIZOZ, Formes de l’engagement littéraire (XVe-XXIe siècles), Lausanne, Éditions Antipodes, 2006, 281 p.; Actes de la recherche en sciences sociales, no 176-177, mars 2009; “Réseaux et circulation internationale du livre : diplomatie culturelle et propagande 1880-1980” Conference, Centre d’Histoire culturelle des sociétés contemporaines (CHCSC) de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Université de Lausanne et Université de Fribourg, November 13-15, 2008.