Archives mensuelles : décembre 2010

Parution – « La Fabrication de l’auteur »

L’ouvrage collectif La Fabrication de l’auteur vient de paraître, sous la direction de Marie-Pier Luneau  
et Josée Vincent. Publié par les Éditions Nota Bene, il fait suite au  
colloque international du même nom organisé par le Groupe de  
recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ) et présenté du  
12 au 15 juin 2006 au Campus de Longueuil de l’Université de  
Sherbrooke. L’ouvrage présente les contributions de 30 spécialistes de  
la figure de l’auteur venus du Québec, de la France, de la Belgique et  
de la Suisse.

En 1998, Antoine Compagnon prétendait que la place qui revient à  
l’auteur était le point le plus controversé en études littéraires.  
Quatre ans plus tard, Frédéric Barbier ajoutait que malgré les  
apparences, «l’auteur reste bien, à nombre d’égards, le personnage le  
plus mal connu de ce que nous pourrions appeler le système-livre».  
Pourquoi? C’est le point de départ de cette exploration collective de  
la figure de l’auteur, qui prend en compte l’ensemble des éléments qui  
la constituent au sein du vaste espace littéraire.

Un livre passionnant qui invite à un voyage dans le monde de la  
fabrique des livres tant en Amérique qu’en Europe.

Avec des textes de: Marie-Odile André, François Bessire, Jean-Francois  
Botrel, Pascal Chiron, Diana Cooper-Richet, Martin Doré, Björn-Olav  
Dozo, Sylvie Ducas, Lise Dumasy, Pascal Durand, Anthony Glinoer,  
Patricia Godbout, Juliette Guilbaud, Jean-François Jeandillou, Michel  
Lacroix, Bertrand Legendre, Ariane Léger, Marie-Pier Luneau, Daphné De  
Marneffe, Jean-Yves Mollier, Laurent Pfister, Luc Pinhas, Anne  
Réach-Ngô, Marie-Ève Riel, Chantal Savoie, Fanie St-Laurent, Roseline  
Tremblay, François Vallotton, Josée Vincent et Robert Yergeau.

La Fabrication de l’auteur
ISBN 978-2-89518-312-9, 523 p.
Prix: 33,95 $ (taxe en sus)


Parution – « Passeurs d’histoire(s) – Figures des relations France-Québec en histoire du livre »

L’ouvrage collectif Passeurs  d’histoire(s) – Figures des relations France-Québec en histoire du  
livre vient de paraître, sous la direction de Marie-Pier Luneau,  
Jean-Dominique Mellot, Sophie Montreuil et Josée Vincent, en  
collaboration avec Fanie St-Laurent. Publié par les Presses de  
l’Université Laval dans la collection «Cultures québécoises», il est  
le fruit d’une collaboration entre le Groupe de recherches et d’études  
sur le livre au Québec (GRÉLQ), Bibliothèque et Archives nationales du  
Québec (BAnQ) ainsi que la Bibliothèque nationale de France (BnF).  
L’ouvrage présente les contributions de 38 spécialistes de l’histoire  
du livre et de l’imprimé, provenant d’universités québécoises et  
européennes.

L’histoire des relations France-Québec, remplie de rêves et d’espoirs  
déçus, s’est construite autour de figures de passeurs, individus et  
organismes actifs dans toutes les sphères de l’activité sociale. Ces  
médiateurs ont emprunté divers moyens pour parvenir à leurs fins,  
parmi lesquels le livre et l’imprimé ont été largement privilégiés.  
Les articles contenus dans ce nouvel ouvrage entendent montrer comment  
le livre et l’imprimé ont servi la cause de ces hommes et de ces  
femmes qui, à force d’échanges et d’influences, sont parvenus à  
maintenir un pont entre les deux rives de l’Atlantique. Ils proposent  
des portraits d’individus et de collectivités qui ont permis la  
transmission d’idées et de savoir-faire, d’esthétiques, de valeurs et  
d’idéologies. Au-delà des parcours individuels, les contributions  
mettent en lumière les modalités et les réseaux grâce auxquels les  
relations France-Québec se sont développées des débuts de la  
Nouvelle-France à nos jours.

Cet important ouvrage de référence sur l’histoire des relations  
France-Québec fait suite au colloque international du même nom  
présenté du 10 au 13 juin 2008 au Centre d’archives de Montréal de  
BAnQ. Il est en vente dans le réseau de distribution des Presses de  
l’Université Laval. On peut aussi le commander en écrivant à  
boutique@banq.qc.ca.

Passeurs d’histoire(s) – Figures des relations France-Québec en  
histoire du livre
ISBN 978-2-7637-9155-5, 472 p.
Prix: 39,95$ (taxe et frais d’expédition en sus)




Colloque – « Le pragmatisme de l’art. Les formes changent-elles les sociétés ? »

Le pragmatisme de l’art. Les formes changent-elles les sociétés ? Organisé par l’INHA avec le soutien de la Fondation de France

6 et 7 décembre 2010

Galerie Colbert
Salle Giorgio Vasari
2, rue Vivienne
75002 Paris

Accès : 6, rue des Petits-Champs

Comité scientifique du colloque
Laurence Bertrand Dorléac, Philippe Bordes, Fabien Danesi, Pierre Encrevé, Michel Hochmann, Christian Joschke, Thomas Schlesser.
Après le colloque de l’an dernier qui est revenu sur la généalogie et les enjeux de l’histoire sociale de l’art, ce second volet sur « le pragmatisme de l’art » se veut plus prospectif. Il permute donc les termes habituels de l’histoire sociale de l’art. Il ne s’agit plus tant de la façon dont la société travaille les productions artistiques que de la façon dont celles-ci, quelle que soit leur réussite formelle, changent les sociétés. Les précédents essais théoriques et méthodologiques visant à évaluer l’action de l’art sur la société seront rappelés. Certains intervenants tâcheront de clarifier et de modéliser l’impact de l’art, son action et ses conséquences vis-à-vis de la société à partir d’études de cas prises dans l’histoire de l’art de la Renaissance à aujourd’hui. Il sera certes question de réception et de diffusion, mais aussi d’un effet plus sensible, excédant la dimension esthétique et l’échelle de l’expérience individuelle. Les apports des disciplines voisines de l’histoire de l’art – la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la démographie, la philosophie – seront pris en compte pour mieux appréhender le pragmatisme de l’art. Le colloque, qui se fonde sur des définitions de l’art et de la société propres à chaque moment historique, n’exclut ni période, ni foyer géographique, ni médium.

Pour plus de renseignements, merci de vous mettre en relation avec :
Thomas Schlesser
thomas.schlesser@inha.fr
Pensionnaire Fondation de France à l’INHA
01 47 03 85 19

Constance Moréteau
constance.moreteau@inha.fr
Chargée de documentation Fondation de France à l’INHA
01 47 03 85 20
Programme

Lundi 6 décembre 2010

9h30 Accueil (INHA et Fondation de France)

9h50 Introduction

Philippe Bordes, université Lyon 2

Thomas Schlesser, pensionnaire Fondation de France/INHA

L’art en société à l’époque moderne

Présidente de séance : Marianne Cojannot-Le Blanc, université Paris Ouest

10h30 Retour sur l’atelier 1500-1600

Jérémie Koering, CNRS-Centre André Chastel (Paris)

11h Coquilles & co. Pratiques savantes et communautés d’amateurs au 18e siècle

Charlotte Guichard, CNRS-IRHiS (Lille)

11h30 La fonction apologétique du décor en temps de crise : l’exemple de la « galerie des

Mississipiens » de la banque royale, 1720

Valentine Toutain-Quittelier, université Paris IV-Sorbonne

12h Discussion

Art et expériences aux 19e et 20e siècles

Président de séance : Fabien Danesi, université de Picardie (Amiens)

14h Noisot, Rude et Napoléon : le pouvoir de résurrection de la sculpture

Bertrand Tillier, université de Bourgogne (Dijon)

14h30 La transformation visuelle de l’espace public. La photographie des conflits sociaux

dans la République de Weimar

Christian Joschke, université Lyon 2/université de Lausanne

15h Discussion

15h30 Relire le Nouveau Réalisme : des fantasmes à la réalité

Antje Kramer, ANR/université Aix-Marseille 1

16h De l’artiste à l’amateur, résonances sociales de la création inuit contemporaine

Florence Duchemin, université Paris Ouest

16h30 De l’objet à l’intervention concrète : les interventions sociales de Wochen Klausur,

ou l’art (activiste) à l’épreuve de son pragmatisme

Vanessa Theodoropoulou, Ensba de Caen

17h Discussion

Mardi 7 décembre 2010

L’impact de l’architecture et de l’urbanisme

Président de séance : Philippe Mouillon, Laboratoire sculpture-urbaine/université Grenoble 1

9h30 Le rôle des Parisiens dans l’adoption d’une architecture métallique pour

les Halles centrales : vérité ou légende ?

Alice Thomine, musée d’Orsay

10h Une régénération par l’architecture. La synagogue comme instrument

de mutation identitaire

Dominique Jarrassé, université Bordeaux 3

10h30 Périurbain : le visuel et le banal

Jean-Baptiste Minnaert, université de Tours

11h15 Table ronde

Modératrice : Mercedes Volait, CNRS InVisu

Alice Thomine, Dominique Jarrassé, Jean-Baptiste Minnaert

Philippe Mouillon et Magali Le Mens, LaM-Villeneuve d’Ascq

L’histoire de l’art à l’épreuve des pragmatismes

Président de séance : Philippe Bordes

14h De l’apport de la démographie dans l’étude de l’impact social de l’art

Nicolas Cauchi-Duval, université de Strasbourg

Laure Perrot, université Bordeaux 3

14h30 Sciences et sociétés : un aller-retour épistémologiquement profitable

Jean Dhombres, EHESS/Centre Alexandre Koyré

15h Discussion

15h45 « The Death of the Audience »

Pierre Bal-Blanc, Centre d’art contemporain de Brétigny (CAC)

16h15 La pragmatique du goût

Antoine Hennion, École des Mines (Paris)

16h45 Discussion

17h15 Bilan et perspectives

Responsable : INHA
Adresse : INHA6, rue des Petits-Champs / 2, rue Vivienne75002 Paris

Journées d’études – « La relation de la littérature à l’événement (XIXe-XXIe siècles) »

Journées d’études : La relation de la littérature à l’événement (XIXe-XXIe siècles)

Université de Nice
Jeudi 2 décembre, Matinée

9h00 : Accueil des participants

9h30 : Ouverture des journées par M. Le Doyen de L’UFR LASH, Jean-Yves Boursier et M. Le Directeur du CIRCPLES, Marc Marti.

9h 40 : Présentation : Marie-Laure Acquier (Université de Nice-Sophia Antipolis), Philippe Merlo (Université Lumière-Lyon II)

Session 1 : L’écrivain dans l’événement  : écriture et action
Modérateur : Philippe Merlo (Université Lumière-Lyon II)

10h00 : Manuela Bertone (Université de Nice-Sophia Antipolis): « Détail d’un événement : la Grande Guerre saisie par Mussolini. »

10h20 : Florian Mahot-Boudias (Université de Paris-Ouest Nanterre), « L »événement’ dans la poésie politique de l’Entre-deux-guerres. »

10h40 : Discussion

11h00 : Pause

11h20 : Sandrine Montin (Université de Nice-Sophia Antipolis): « Apollinaire en 1914-1918: au coeur du combat et du débat. »

11h40 : Leonor Delaunay (Université de Caen Basse-Normandie) : « Le choeur parlé en France. La tentation agitatrice. »

12h00 : Discussion

12h20 : Déjeuner

Jeudi 2 décembre, Après-midi

Session II : Littérature et actualité : le choc du référentiel dans la littérature contemporaine.
Modérateur : Manuela Bertone (Université de Nice-Sophia Antipolis)

14h00 :Gaëlle Théval (Université de Paris VII): « ‘En 2001, à New York City’, le traitement de l’événement dans New York 2001 de Christophe Fiat. »

14h20: Anne-Laure Bonvalot (Université de Montpellier III): « Poétiques de l’événement et renouvellement de l’écriture engagée dans l’Espagne contemporaine : l’écriture performative dans le ‘roman en marche’ d’Isaac Rosa. »

14h40 : Fatima Medjad (Université d’Oran): « La littérature de crise en Algérie. »

15h00 : Discussion

15H20 : Pause

Session III : Littérature et histoire: les modalités de l’après-coup

15h50 : Francesca Lovece (Université de Bari) : « Polars présentistes à l’épreuve des médias. »

16h10 : Christine Di Benedetto (Université de Nice-Sophia Antipolis) : « Dire l’événement. L’enjeu générique dans Anatomía de un instante de Javier Cercas. »

16h30 : Discussion

Vendredi 3 décembre, Matinée

9h15 : Accueil

Session IV : Scénographie de l’événement
Modérateur : Alain Tassel (Université de Nice-Sophia Antipolis)

9h30 : Isabelle Clerc (Université de Nice-Sophia Antipolis), « Teatro Abierto : théâtre engagé, théâtre-événement. »

9h50 : Sylvain Diaz (Université Lumière-Lyon II), « 11 septembre 2001: l’histoire au présent selon Michel Vinaver. »

10h10 : Irene Aragon (Université de Nice-Sophia Antipolis-IUT de Nice), « L’actualité comme sujet sur la scène théâtrale: la crise économique réécrite par Jean-Louis Bauer. »

10h30 : Discussion

10h50 : pause

Session V : L’événement dans la littérature : événement et création

11h10 : Marc Courtier (Université Lumière-Lyon II), « Evénement et écriture romanesque. »

11h 30 : Amélie Brito (Université du Havre): « Construire une temporalité ‘événementiale’ dans le roman: José Saramago et Daniele del Giudice. »

11h50: Delphine Nicolas-Pierre (Université de Paris IV-Sorbonne): « Evoquer le ‘jaillissement originel de l’existence’: événement et roman chez Simone de Beauvoir. »

12h10: Discussion

12h30 : Déjeuner

Vendredi 3 décembre, Après-midi

Session VI : Faire date: l’écriture comme événement
Modérateur : Marie-Laure Acquier (Université de Nice-Sophia Antipolis)

14h10: Roxana Trofin (Université Polytechnique de Bucarest): « Mario Vargas Llosa ou le récit expiatoire. »

14h30 : Larissa Drigo Agostinho (Université de Paris IV- Sorbonne), « Du hasard dans l’oeuvre de Stéphane Mallarmé. »

14h 50 : Dominique Casimiro (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle/ Universidad de Chile) : « Incidences poétiques de l’événement historique: le cas de Pablo Neruda. »

15h 10 : Discussion

15h30 : Pause

15h40- 16h00 : Clôture des journées : Marie-Laure Acquier, Philippe Merlo.

Direction scientifique : Philippe Merlo ; Marie-Laure Acquier

Comité d’organisation : Isabelle Clerc, Christine Di Benedetto, Marie-Laure Acquier, Philippe Merlo, Solen Cozic.

Contact : Marie-Laure.Acquier@unice.fr

Responsable : Marie-Laure Acquier
Adresse : Laboratoire CIRCPLES Université de Nice-Sophia Antipolis UFR LASH98 boulevard Edouard Herriot BP 3209 06204 Nice cedex 3

Parution – « Les Vies du livre »

Les Vies du livre, passées, présentes et à venir
The Lives of the Book, Past, Present and to Come

Edité par Nathalie Collé-Bak, Monica Latham, David Ten Eyck

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100341160&fa=details


DESCRIPTION

Cet ouvrage bilingue se propose d'explorer des questions liées à
la production, à la distribution et à la réception du livre en
pays francophones et anglophones. Combinant recherche universitaire
et témoignages de professionnels du livre de nationalités diverses
et de multiples horizons, il offre une série de regards croisés sur
l'historicité, la matérialité et le devenir du livre, à une
époque où sa survie est largement débattue et ses mutations
constamment envisagées.

This bilingual work explores questions relating to the production,
distribution and reception of books in English- and French-speaking
countries. It proposes a unique variety of viewpoints, ranging from
scholarly essays by academics working in different countries and
fields, to articles by book professionals such as writers and
publishers. Through these different perspectives, it offers a
reflection on the status of the book, its history and its future, at
a moment when the very survival of the medium in its present form is
the subject of much debate.

Langues: anglais, français
Éditeur: Presses Universitaires de Nancy
Détails: 318 pages ; illustrations noir et blanc ; cahier
d'illustrations couleurs ; index
ISBN-10 2-8143-0021-0
ISBN-13 978-2-8143-0021-7
Date de publication: septembre 2010
Prix recommandé: 20,00 euros


SOMMAIRE / TABLE OF CONTENTS

Claire PARFAIT
Foreword

PREMIERE PARTIE : Le Livre en contextes
PART ONE: Contextualising the Book

Marie-Françoise CACHIN
'Books are not Absolutely Dead Things': Exploring the Life of Books

Benoît BERTHOU
La « vie éternelle » du livre : le cas de la bibliothèque de la Pléiade

Stéphanie DANAUX
« Le Roman canadien » d'Édouard Garand : de la copie d'un modèle
français à l'exacerbation des valeurs canadiennes-françaises

Nathalie COLLE-BAK
Illustrations of Literary Classics: New Lives for New Books

Jeremy TRANMER
Taking Books to the People: Radical Bookshops and the British Left

Le Village du Livre de Fontenoy-la-Joûte (Meurthe-et-Moselle, France)

Bruno KLOTZ
I. Rétrospective d'une aventure collective

Geneviève RAMUZAT
II. Animer et dynamiser le Village du Livre : un défi permanent

Adeline CLERC
III. Un dispositif de médiation culturelle

DEUXIEME PARTIE : Accueil du livre sur le marché actuel
PART II: The Reception of Books in the Present Market

Tony LACEY
The Changing Face of the Book Market

Célia VILA
La vente des droits à l'étranger : vision d'une maison d'édition de
littérature jeunesse française indépendante

Sylvie DUCAS
Prix littéraires en France : labels du livre, Babel des livres

Philippe CLAUDEL
De quelques métamorphoses du livre

TROISIEME PARTIE : Nouvelles pratiques du livre
PART THREE: New Book Practices

Monica LATHAM
Audiobook Adaptations: The Case of Mark Haddon's The Curious Incident
of the Dog in the Night-Time

Bérénice WATY
Les e-communautés de lecteurs : une nouvelle vie du livre ?

Yohann BRULTEY
Nouveaux formats et pratiques littéraires : le bookcrossing, ou
comment trouver l'équilibre entre objet-livre et nouvelles technologies

Gerhard van der LINDE
The Fate of the Book in the Age of Electronic Media

Barbara BORDALEJO
When Publishing is not Printing and the Book is not a Codex:
Transitional Models for Electronic Editions




Parution – Le roman parle du monde. Lectures sociocritiques et sociologiques du roman contemporain »

Le roman parle du monde

Lectures sociocritiques et sociologiques du roman contemporain

Émilie Brière et Mélanie Lamarre (dir.)

Revue des Sciences Humaines, n˚ 299 (octobre 2010).

ISSN : 0035-2195

ISBN : 978-2-913761-46-9

24 €

Extrait à lire dans l’Atelier de Fabula: « Un roman parle du monde »

« Avant d’être “de la littérature”, avant de dialoguer avec le reste de la littérature (catéchisme du vieux modernisme, liturgie des avant-gardes), un roman parle du monde. Et l’invente. Et le combat. Et s’en moque. Et le questionne. Et le montre. Et l’interprète. » (Philippe Murray, Désaccord parfait, Gallimard, 2000, p. 24-25). Le présent dossier est né d’un double constat : celui du « retour au réel » des romanciers contemporains, et celui des mutations qui touchent la société française ainsi que les représentations qu’elle se fait d’elle-même dans le dernier quart du siècle. Que disent les romanciers du « réel social » dans leurs textes, comment et pourquoi le disent-ils ? Quels sont les enjeux qui sous-tendent leur prise de parole et quel est le rôle qu’ils s’accordent dans la société contemporaine ? Ces questions, nous avons voulu y répondre en confrontant différentes disciplines et approches, qui toutes s’intéressent au « social » dans le texte.

Sommaire
– Mélanie Lamarre. « “Un roman parle du monde” »

– Pierre Popovic. « La sociocritique : présupposés, visées, cadre heuristique – L’École de Montréal »- « Le roman par la sociologie. Entretien avec Nathalie Heinich ». Propos recueillis par Émilie BriÈre – Sarah Sindaco et Benoît Denis. « Bourdieu est-il Bon ? L’entrevue en science sociale et en littérature »

– Isabelle Charpentier. « Annie Ernaux ou l’art littérairement distinctif du paradoxe »

– Perrine Parageau. « Quand l’enfant disparaît. Le récit d’enfance contemporain »

– Francine Dugast-Portes. « Les Années d’Annie Ernaux entre littérature et ethnologie »

– Sylvain David. « Le spectre des marques. Plateforme de Michel Houellebecq »

– Pierre Dos Santos. « Le prophétisme littéraire. Michel Houellebecq et Maurice G. Dantec »

– Émilie Brière. « Christophe Donner subversif ? »

– Mélanie Lamarre. « Un “patriote déçu”. Sur trois romans d’Olivier Rolin »

Parution – « The History of Reading »

The History of Reading

Edited by Shafquat Towheed, Rosalind Crone, Katie Halsey

Price: $47.95

Binding/Format: Paperback

ISBN: 978-0-415-48421-3

Publish Date: August 3rd 2010

Imprint: Routledge

Pages: 480 pages

The History of Reading offers an engaging, accessible overview from the rise of literacy through to the current trend of ‘book clubs’.

Divided into seven sections, each with a useful introduction, this Reader:

  • summarises the main debates and perspectives shaping the field
  • introduces key theorists such as Iser, Fish and Bakhtin
  • surveys influential works and outlines important studies on mass reading
  • focuses on specific communities such as Welsh miners, African American library users and Australian convicts
  • looks at individual readers from a variety of countries, classes and historical periods
  • considers current research in the history of reading.

Providing both a clear introduction to the history of the field and a taster of the breadth, diversity and vitality of current debates, this Reader is an essential resource for undergraduates, graduates, and researchers.

Contents

Section 1: Defining the Field: What is the History of Reading? 1. From Fiction and the Reading Public – Q. D. Leavis 2. ‘First Steps Towards a History of Reading’ – Robert Darnton 3. Preface to The Order of Books – Roger Chartier 4. ‘Was there a Reading Revolution at the End of the Eighteenth Century?’ – Reinhard Wittmann 5. ‘Reading in Late Antiquity’ – John Moorehead Section 2: Theorising the Reader 6. ‘Literary History as a Challenge to Literary Theory’ – Hans Robert Jauss 7. ‘The Reading Process: A Phenomenological Approach’ – Wolfgang Iser 8. ‘On the Politics of Literature’ – Judith Fetterley 9. ‘What Makes an Interpretation Acceptable?’ – Stanley Fish 10. ‘Discourse in Poetry and Discourse in the Novel’ – Mikhail Bakhtin 11. ‘Silent Reading: its impact on Late Medieval Script and Society’ – Paul Saenger 12. ‘Reading as Poaching’ – Michel de Certeau Section 3: Researching and Using Literacy 13. ‘Literacy, trade and religion in the commercial centres of Europe’ – Margaret Spufford 14. ‘Dimensions of illiteracy in England, 1740-1850’ – Roger S. Schofield 15. ‘Reading and Writing’ – David Vincent 16. ‘Studying the History of Literacy’ – Carl F. Kaestle 17. ‘Summary of present tendencies in mass culture’- Richard Hoggart Section 4: Reading the Masses 18. From Reading Revolutions: the Politics of Reading in Early Modern England – Kevin Sharpe 19. ‘Constructing New Reading Publics in Late Ming China’ – Anne E. McLaren 20. ‘At the Boundaries of the Reading Nation’ – William St. Clair 21. ‘Contesting Print Audiences’ – Anindita Ghosh 22. ‘The Literature of the Lubok’ – Jeffrey Brooks Section 5: Reading Communities 23. ‘Reading and Reciting’ – Martyn Lyons with Lucy Taksa 24. ‘Reading in the Middle Ages’ – Armando Petrucci 25. ‘The Welsh Miners’ Libraries’ – Jonathan Rose 26. ‘ »A benefit and a blessing »: The Sage Library’ – Christine Pawley 27. ‘ »An Association of Kindred Spirits »: Black Readers and their Reading Rooms’ – Elizabeth McHenry Section 6: Individual Readers 28. ‘ »Studied for Action »: How Gabriel Harvey read his Livy’- Anthony Grafton and Lisa Jardine 29. ‘The Cultural Universe of a Dutch Child’ – Arianne Baggerman 30. ‘ »R R, A Remarkable Thing of Action »: John Dawson as a Reader and Annotator’ – Stephen Colclough 31. ‘Self-Development’ – James A. Secord Section 7: New Directions and Methods in the History of Reading 32. ‘New Methods in the History of Reading: « Answers to Correspondents » – Teresa Gerrard 33. ‘No longer left behind: Amazon.com, reader-response, and the changing fortunes of the Christian novel in America’ – Paul C. Gutjahr 34. ‘Mata’s Hermeneutic: Internationally Made Ways of Reading Bunyan’ -Isabel Hofmeyr 35. ‘Listening to the Readers of « Canada Reads »’ – Danielle Fuller 36. ‘The Reading Experience Database 1450–1945 (RED)’ – Rosalind Crone, Katie Halsey, Mary Hammond and Shafquat Towheed

Shafquat Towheed is Lecturer in English at The Open University, where he is also Project Supervisor for The Reading Experience Database, 1450-1945 (RED). He is the editor of The Correspondence of Edith Wharton and Macmillan, 1901-1930 (2007), of New Readings in the Literature of British India, c.1780-1947 (2007).

Rosalind Crone is Lecturer in History at the Open University, where she is Co-Investigator on the AHRC-funded project, The Reading Experience Database, 1450-1945 (RED). She has published widely on popular culture, crime and literacy in the nineteenth-century, and is co-editor of New Perspectives in British Cultural History (2007).

Katie Halsey is lecturer at the University of Stirling. She has published several articles on nineteenth-century literary culture, is currently co-editing a collection of essays on the subject of conversation in the long eighteenth century, and writing a monograph about Jane Austen’s readers.

Parution – « Le dire-monstre »

Revue Tangence

N° 91, automne 2009

Le dire-monstre (144 p.)

Numéro préparé par
Marie-Hélène Larochelle
Université York (Toronto)


Lorsque le texte parle monstre, les goûts littéraires deviennent 
dégoûts, pour accueillir ces œuvres qui réinventent les conditions de la 
réception. Le « dire-monstre » définit la parole qui se gonfle, qui 
prend un souffle monstrueux, mais dont le dynamisme ne va pas sans une 
certaine répulsion. Cette image représente la réception de ces œuvres 
dont la matière dérange, mais attire irrésistiblement le lecteur. Le 
« dire-monstre » provoque des réactions violentes. Cette forme de 
l'expression appelle le lecteur, et cette communication se fait à 
l'impératif. La réception de ces œuvres repose en effet sur de nouvelles 
stratégies. L'attraction qu'exerce l'œuvre monstrueuse suppose d'engluer 
le lecteur pour mieux retenir sa lecture. Le « dire-monstre » se fait 
baveux capt(ur)ant ainsi le lecteur. Le dégoût, lorsqu'il s'incarne dans 
la nausée, fait perdre « la signification des choses, leurs modes 
d'emploi, les faibles repères que les hommes ont tracés à leur surface 
». Et cette émotion qui conduit au vertige de la perte est aussi celle 
que travaillent les œuvres examinées dans ce dossier. En somme, une 
double dynamique se joue dans le présent collectif. D'une part, le 
regroupement des différentes analyses doit mettre en évidence une 
parenté entre les œuvres étudiées et reconnaître ainsi une lignée 
monstrueuse. D'autre part, la présentation entend respecter les 
métamorphoses du « dire-monstre ». L'enjeu est ici de donner l'indice 
d'une nouvelle tradition du monstrueux. De fait, les corpus analysés — 
français, québécois et américain — ne sauraient circonscrire la matière 
du monstrueux moderne ou postmoderne, mais ils se présentent comme des 
modèles-types dont les voix monstrueuses permettent de rejoindre un 
corps autrement plus imposant.


    Table des matières

5 Liminaire
Marie-Hélène Larochelle

11 Lieux et pragmatique de la monstruosité dans la prose narrative 
d'Éric Chevillard
René Audet

29 Parole de tête, parole de cœur. L'/a/-humain, l'/im/monde et 
l'humabestial
Fabienne Claire Caland

43 L'humain fait monstre chez Pierre de Sales Laterrière (1743-1815) et 
Jacques Grasset de Saint-Sauveur (1757-1810)
Bernard Andrès

67 La barbarie à visage humain : les tribus postmodernes
Michel Maffesoli


      Hors dossier

81 Famille et filiation dans le théâtre expérimental de Noëlle Renaude
Yvonne Y. Hsieh

95 Figures du père dans le cinéma québécois contemporain
Lori Saint-Martin


      Chronique

113 Les archives du vent (2)
Jacinthe Martel

137 Abstracts

141 Notices biobibliographiques